Urbanbike

Recherche | mode avancée

Quand la mémoire immédiate fout le camp

Quid des événements les plus récents

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Cela fait des mois que l’on se doute que tout ne fonctionnera pas de manière étale, que la solution actuelle du maintien à domicile est condamnée à terme. Avec Alzheimer qui s’installe sournoisement, grignote les souvenirs et renvoie peu à peu celui qui en est atteint en enfance, c’est une sacrée paire de manches dès qu’un nouvel événement apparaît.

Et pour cause, il n’a pas de légitimité, d’existence, de réalité pour celui qui est atteint.

Vivre seul chez soi, jusqu’à quand ?

Vivre chez soi en étant âgé, c’est complexe mais loin d’être impossible. Les exemples abondent, heureusement, et avec un minimum d’aménagements, de réflexion sur les espaces de vie, il est parfaitement envisageable de prévoir à très long terme. Voire au terme (Sic…!). Et plus encore dans une ville moyenne avec des services à proximité.

Pas la mémoire du dernier événement

Là où cela part sérieusement en vrille, c’est au moment où la tête ne suit définitivement plus.

Le problème de la mémoire immédiate qui parfois fait défaut, c’est gênant mais pas encore trop pénalisant tant que l’on peut reconstruire le déroulement de la journée. Là où cela devient irrémédiable, c’est quand il n’y a plus rien qui se mémorise, quand le sujet passe en mode disque rayé.

Bon, en règle générale, ça passe encore.

Mais quand il y a un accident domestique, que la personne ne comprend pas pourquoi elle a un plâtre au bras alors que cela lui a été expliqué cent fois1, qu’elle vitupère et essaye même délibérément de l’arracher, de le découper avec des ciseaux, ça devient grave…

Difficile de laisser cette personne seule même la nuit, planquer tous les ciseaux et outils tranchants ne suffit pas car ce sont aussi les tentatives de fuite sans réflexion.

C’est drôle de loin. Pas du tout quand on y est confronté…

Que faire quand la personne ainsi atteinte refuse de comprendre pour la dix millième fois ce qui est arrivé, quand elle met en doute tout ce que vous lui dites2, entre dans des colères folles (et violentes), file dans un couloir au risque de trébucher et de se fracasser dans les escaliers qui suivent3, perdez tout espoir.

Là, on se sent totalement impuissant et le bel équilibre du maintien à domicile vole en éclats.

Soit vous sacrifiez votre famille et votre santé pour une personne qui, de toute évidence, n’est plus en capacité de… ; soit vous prenez une décision perçue comme inhumaine.

Désolé, les meilleures volontés s’épuisent…


  1. …vous expliquez, elle redemande ; vous expliquez, elle redemande ; vous expliquez, elle redemande ; vous expliquez, elle redemande ; vous expliquez, elle redemande… Et c’est vous qui perdez à la fin, 6 jeux à 0… 

  2. en gros, la nature profonde de la personne remonte à vitesse grand v, le fond méfiant qui fait que, quoi que vous dites, c’est interprété de travers (et ce n’est pas un cas isolé, j’ai déjà vécu cette situation…!). Bref vos explications ne servent à rien, désolé. 

  3. Et s’accroche à la rampe de l’escalier…? Que nenni… La rampe, elle s’en fout, elle est dans un état de rage et c’est vous qui êtes décomposé… 

le 23/05/2016 à 09:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Provoke, appareil photo et BLACK sur iPhone

Quelques réflexions sous la pluie…

dans dans mon bocal | grospod | photographie
par Jean-Christophe Courte

En attendant le retour de ma tribu (chacun son rôle, je joue à saute places de stationnement), quelques rappels avec le iPhone 6s+.

Si j’utilise Provoke ⚑ quotidiennement, parfois je retraite l’image noir et blanc précédemment capturée par Provoke dans… BLACK ⚑. Car, cette app n’est pas réservée au post-traitement d’images couleur !

Rapide démonstration …depuis mes places de stationnement !

reduc-450

reduc-450

Certes, sur des images déjà filtrées en X800, c’est subtil mais cela n’échappera pas à vos yeux de lynx.

reduc-450

si vous ne voyez aucune différence… soyez attentif. Pour démarrer, autour du mot pâtissier.

reduc-450

Certes il semble plus naturel de partir d’une image en couleurs — ici depuis l’application appareil photo — mais bon.

reduc-450

reduc-450

Enfin, souvenez-vous également que les filtrages sont également nombreux dans Provoke ⚑ qui propose même quatre filtres couleur sur lesquels je reviendrais…

reduc-450

  • HPAN, NPAN, LPAN, X800, I800…

reduc-450

  • Z800, D100, H100, E100, Nofilter… Et trois autres pas pris ici en compte

Relire cet ancien billet : Photographie Noir et Blanc avec Provoke 2.1. Pour ma part, j’alterne entre X800 More High Contrast with more noise et HPAN High Contrast…

Bon WE

le 22/05/2016 à 10:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Provoke + Tinge, un duo sympa sur iPhone

Sur le mien en tous cas…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | iOS | photographie
par Jean-Christophe Courte

Toshihiko a jouté Touch 3D (merci !!) dans la dernière version de Provoke ⚑.

reduc-450

Avec les filtres intégrés et la gestion de l’exposition, bonheur…

reduc-450

Et des résultats selon vos aspirations (ici, les miennes)

reduc-450

J’aime bien utiliser la dernière version de Tinge ⚑ en post-traitement…

reduc-450

Et même avec du noir et blanc, on peux obtenir des images intéressantes (enfin, c’est ce que j’en dis…)

reduc-450

Une autre option est d’employer MaxCurve ⚑ avec Provoke ⚑ et se fabriquer ses propres sets…

Allez, bon vweek-end…

le 21/05/2016 à 14:35 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Joies du futur proche et Télé Assistance en rade

Science fiction…? Non, déjà au quotidien

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Billet en mode vrac

j’ai eu récemment ma maman bis au téléphone, celle qui m’a élevé tout minot, celle à qui je dois d’avoir appris à lire et à écrire. Elle rentrait d’un brève hospitalisation suite une mauvaise chute1 et me racontait ses dernières aventures avec humour.

Certes, elle s’obstine à vivre dans sa maison. Cette dernière n’est pas adaptée avec ses trois niveaux, garage compris, pour une personne âgée et elle le sait fort bien.

Vendre et partir ailleurs ? Mais pour aller où ? Se terrer dans une maison de retraite ?! Se couper de son jardin (…où chaque plante a une histoire), source d’énergie quotidienne de ses souvenirs…?

Elle n’est pas la seule à préférer cette solution au confort médicalisé des EHPAD. C’est là cas d’un vieux monsieur qui a expliqué très clairement à ses enfants qu’il préférait, à 90 ans passés, vivre en solitaire dans sa maison2.

La vue splendide sur la Méditerranée explique pourquoi il préfère finir là… au lieu d’être transféré dans une chambre impersonnelle au milieu d’une cohorte d’autres viellards. Lui aussi puise sa force dans ce cadre…

reduc-450

  • Bref, ils, elles s’accrochent…

Des esprits libres

Ces personnes lucides ne font pas de bruit, ont toujours eu l’habitude de se débrouiller seuls et souhaitent qu’on leur foute la paix, qu’on les laisse claquer là où elles ont souhaité — de leur plein gré — finir leurs jours.

Petite similitude en passant, ces deux-là continuent à prendre une fois par semaine leur voiture et aller faire leurs courses.

Bien entendu, les beaux esprits ont vite fait de s’échauffer et de les seriner de réfléchir à des solutions plus pratiques… à leurs yeux…! Et iraient même jusqu’à leur vanter les activités disponibles dans ces joyeuses maisons de retraite…

Logements inadaptés… et alors…?

Certes, leurs logements — encore viables pour des personnes de 60 ans — le sont nettement moins avec 25 ans de plus3. L’un et l’autre le savent bien, leurs capacités cognitives sont intactes, seuls les corps ne suivent pas. Doit-on les forcer à quitter ces lieux ? Et au non de quelle morale ?!

Pour ma part, malgré les risques potentiels et l’absence de réaménagement de ces espaces de vie, tous les pièges potentiels, je comprends, partage parfaitement leur décision qui déconcerte les planificateurs de tous poils, souvent trop jeunes pour comprendre que l’on peut être âgé et conserver toute sa tête…! Ou encore leurs proches.

Bref, tous ceux qui oublient le fait qu’être vieux n’est pas une maladie… même si cela se terminera mal…! Et quitte à finir, autant que ce soit dans un lieu que l’on aime, rattaché à des tas de souvenirs qui font, paradoxe agréable, que l’on y survit plus longtemps que dans les boîtes à vieux…

Certes, il n’est pas inutile de réaménager, anticiper, poser une poignée là où la prise est moins sûre, dégager la baignoire pour y placer une douche, s’installer au rez de chaussée au lieu de gravir chaque soir l’anapurna…

Lieux à réinventer

D’ailleurs, nous sommes nombreux à l’orée de nos vies à nous poser ces questions. L’exemple de nos parents, souvent catastrophique, les visites en EHPAD, nos propres accidents de la vie nous invitent y réfléchir. Ainsi récemment, avec des copains architectes, un projet lancé entre nous à imaginer un lieu de vie commun et dessiné par nous… adapté pour nos vieux os mais aussi en y ajoutant quelques logements d’étudiants… Et éviter d’aller se mettre au vert à des dizaines de kilomètres du premier CHU, du premier commerce ou salle de cinéma.

Tant que la connexion va, tout va…!

En femme intelligente et prévoyante, ma maman bis a fait installer un système de télé assistance pour les cas, toujours probables, où elle se retrouverait en situation de faiblesse, voire victime d’un accident domestique. Des tas d’entreprises proposent des solutions avec intervention rapide, service de santé, toubibs…

Mais tout ceci ne fonctionne qu’avec une connexion internet pour proposer vidéo assistance et compagnie.

Là où ça commence à être une solution pas si bonne que ça malgré le discours marketing qui enveloppe ce type de service, c’est quand internet ne fonctionne plus. Ou quand l’électricité saute.

C’est ballot.

Lunettes roses pour tout le monde

Hormis le fait que l’on préfère nous montrer dans les reportages ou les pubs que des petits vieux actifs qui font de chouettes croisières, dans la réalité (la mienne en tous cas), ce n’est pas aussi rose.

Ce serait nettement moins glamour de faire un reportage dans ces parcs à vieux, d’aller filmer en caméra caché ce qui se passe derrière la façade rutilante de certains établissements.

Aussi, à leur place (…qui sera la mienne dans un avenir proche), je comprends leur position. Mieux finir dans un cadre de vie connu, même si pas trop adapté que dans une piaule avec lit médicalisé mais déprimante…

Et quand tu finis seul…?

Et quand tu n’as pas de mômes (vu que tu n’as pas cessé de t’occuper de ceux des autres en tant qu’enseignante dans le cas de ma mère bis), que tu t’es occupée de tes vieux parents en oubliant de t’occuper de toi, arrivée à l’orée de ta vie, qui s’occupe de toi ? Tes neveux et nièces sont à perpéte les oies et ont leurs propres familles à gérer. Tes voisins (qui vieillissent et déménagent… à la campagne…!)

Non, tu te demerdes, tu t’organises…

Paris, c’est gag…

Comme je suis en mode agacé, continuons sur ce cas de figure : le SAMU vient de te récupérer chez toi (tu t’es gaufré et bien entaillé) et te transporte en urgence dans un hôpital à quelques encablures de chez toi. Après diagnostics pour vérifier si, à 80 ans passés, tu as encore toute ta tête puis te soigner au terme des trois heures d’attente dans la file des urgences, te voilà à priori traité (…sur pieds…!) et même déclaré sain d’esprit.

Et là, gag, on te dit que tu peux repartir chez toi

Hahaha, seul dans l’après-midi qui se termine, à peine habillé et juste avec ton téléphone…? De facto, à 15 bornes de chez toi…?! Même faiblard sur tes guibolles, tu te démerdes à nouveau pour trouver un moyen pour te rapatrier au lieu d’attendre un transport d’ambulance, c’est-à-dire attendre à nouveau deux heures…!? Hahaha !

Un talon d’Achille

Bref, tout ceci pour dire que bâtir des offres ultra intelligentes et astucieuses (sur le papier) qui reposent sur un dispositif nommé internet4 me paraît un peu délirant. Splendide talon d’Achille.

Ensuite, physiquement, je ne vous fais pas un dessin mais encore faut-il accéder à la lecture des informations affichées sur un écran, être en capacité de répondre. Ou juste d’appuyer sur le bon bouton… qui ne réagira pas, faute de courant ou de connexion…

Et pour finir… Tout en ligne…?

Je ne vais pas (quoi que !) rebondir sur tous ces services qui basculent sur le net pour de simples raisons économiques — moins de fonctionnaires, moins de bureaux, moins de budget (…et avec des délais supplémentaires vu que l’on est en mode décentralisé, youpiii…!) comme la gestion des impôts…

Comment ça se passe quand tu es seul(e), vieux et que ton internet est en rade…? Tu te prends 10 % de pénalités avant de claquer ?!

Bref, on a pas fini de se marrer dans les vingt prochaines années et j’espère être en première ligne pour vous en causer… Si, par saint Parkinson et saint Alzheimer, j’en suis encore capable…!

À suivre car c’est un sujet qui va devenir récurrent


  1. Pléonasme : une chute est toujours mauvaise passé un âge certain… 

  2. Un logis accessible exclusivement par une longue série de marches difficiles à gravir sur une pente du côté de Nice. 

  3. Les aménagements (salles de bain, WC, piaules, cuisine, escaliers, porte de garage, est-ce.), eux, sont restés dans leur jus. Un peu tard pour intervenir et réaménager, dommage. 

  4. …certes, il existe des systèmes avec cellulaire… 

le 20/05/2016 à 14:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPad Pro, traitements de texte et clavier Bluetooth

Tactile ou physique ? Les deux, quitte à choisir…!

dans dans mon bocal | écrire | iOS | outils | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je reste un fanatique du clavier tactile. Jusqu’à l’iPad Air 2, j’apprécié quotidiennement celui du format classic fort compact. Depuis l’iPad Pro, je ne retrouve pas (trop…!) mes marques avec le clavier étendu de ce dernier même si je progresse (…méthode Coué !!).

Par ailleurs, j’anticipe la probable fin de mon Macintosh 17”, un antique MacBook Pro de 2009 qui tourne comme une horloge — certes un peu fatiguée — avec son SSD d’origine. Or cette configuration n’est plus supportée par Apple ! Bref, ça sent le sapin…!

Dans ma tête, un nouveau cap a été franchi dimanche quand j’ai passé1 à mon fiston le 23 pouces qui y était connecté, écran auquel j’ai ajouté mon fidèle clavier étendu (celui avec bloc numérique) pour qu’il l’utilise avec son propre 15”…

Bluetooth et iPad

J’ai connecté à cet iPad un clavier Bluetooth au même titre que le Pencil. En voilà une idée (que dis-je, une fulgurance !), qu’elle est excellente même…!

D’autant plus bonne que sous nombre de traitements de textes sous iOS dont Ulysses Mobile, supportent ce clavier externe…

Certes, ce n’était pas ma tasse de café mais ça fonctionne bien avec, de surcroît, un panneau des équivalents et raccourcis qui s’affiche dès lors que l’on appuie longtemps sur la touche Commande

Outils de traitement de texte

Petit rappel en copies d’écran…

reduc-450

  • Ulysses ⚑ (24,99 €) un outil parfait pour bosser sur de multiples projets, compact en sachant que l’on peut afficher la colonne des fragments de texte… j’y reviendrais

reduc-450

  • TextKraft ⚑ (14,99 €) avec accès en ligne à des dictionnaires selon la langue employée…

reduc-450

  • iA Writer ⚑ (4,99 €) qui se bonifie avec le temps (mais ne supporte toujours pas TextExpander !)

reduc-450

  • Drafts 4 ⚑ (9,99 €) ne propose rien mais est tellement paramétrable par ailleurs… Et sur lequel je démarre tous mes billets (même ceux qui finissent dans Ulysses Mobile, Day One 2 ou Editorial)

reduc-450

  • Day One 2 ⚑ (4,99 €) qui est Markdown lui aussi et mon outil quotidien

reduc-450

  • Byword ⚑ (5,99 €) avec ses touches décentrées (une petite mise à jour prochaine Jorge…?) mais cela n’altère en rien ses qualités…

reduc-450

  • 1Writer ⚑ (4,99 €) que je n’ai pas employé depuis un paquet de temps…

reduc-450

  • Editorial ⚑ (9,99 €). Pas de panneau (vu qu’il est multi langages, de Markdown à Fountain en passant par TaskPaper, c’est un peu compliqué). Il est en bêta sur mes écrans (et m’est totalement indispensable) et sur lequel je termine généralement tous mes billets pour urbanbike…

Alors…?

Pour la première fois, je ne vois plus d’inconvénient à laisser ce clavier Bluetooth activé (j’en bascule…!), preuve que mes usages changent et que la taille de l’iPad influe lourdement sur ces derniers…


  1. Je suis convaincu que les générations les plus âgées doivent alimenter et aider les plus jeunes le plus rapidement possible. Que dès qu’un produit n’est plus utilisé, deux options : le proposer de suite à sa tribu ou s’en débarrasser …au lieu d’ouvrir un placard et le ranger avec l’habituelle explication “on verra plus tard” qui est totalement surréaliste, car la porte à peine fermée, l’élément est déjà oublié…! 

le 19/05/2016 à 10:35 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Substrate sous iPad Pro

Nostalgie

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | iOS | mémoire | vieillir
par JChris d'Urbanbike

En 2011, la version 2.0 de Substrate était sortie1 et je l’avais évoquée dans ce billet. Cinq ans plus tard, hormis l’impossibilité d’accéder aux photos de l’album pour choisir une ambiance chromatique, ça fonctionne encore… Et ce, sur la dernière version d’iOS et sur un iPad Pro.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Le site du développeur n’est plus accessible tout comme l’application… Mais la poésie demeure…

le 18/05/2016 à 08:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à JChris d'Urbanbike | Partager…?

Les doigts sur un grosPad | jour 3

Quelques nuages qui se dissipent…

dans dans mon bocal | écrire | iOS | outils
par Jean-Christophe Courte

Alors JC, content de ce gros iPad ? Pour ma part, ravi par ce prêt qui me permet de tester en toute quiétude ce grand écran.

Plus question de faire machine arrière tant la somme des points positifs l’emportent même si j’apprécie toujours le format classic du iPad. Mais dire qu’il n’y a aucun nuage serait caricatural et je vais revenir sur quelques points.

Mais avant, permettez moi de citer l’ami HDR qui m’écrit :

Ma “grosse” théorie sur la galaxie iOS d’Apple : Le format 9.7 est plus compact donc plus proche du bloc notes, le 12 (le grand frère) sera plutôt “immobile”, il reste à la maison et prendra la place d’un Mac plus facilement. Le 9.7 reste l’accessoire qui complète le Mac. Si tu as un iPhone 6S Plus tu prendras plus facilement le 12, la mobilité devrait être pris en charge par l’iPhone et son grand écran. Si tu as un iPhone 6, 5 etc. C’est l’iPad pro 9.7 qui assurera la mobilité… Bon voila j’ai comme toi un iPhone 6 plus et je craque pour l’iPad Pro 9.7…!

Je rejoins HenriDo sur ces constats. Et comprend son propre choix…

Pour ma part, le iPhone 6s+ est amplement suffisant pour de courtes (!) balades de quelques jours.

À terme, je pense que mon antique 17 de 2009 (…pour le moment inusable malgré le mythe de la fameuse obsolescence programmée) sera le dernier de mes Mac et l’idée de me reposer ensuite sur le Pro me semble une bonne alternative surtout si Apple continue à bousculer et faire évoluer iOS.

Néanmoins, je reviens sur ce qui — pour le moment — me procure encore un peu de gêne sur le grand pro…

  • le clavier à se réapproprier est le point qui m’a le plus agacé mais c’est en cours de résolution. Pour forcer cette période, j’ai temporairement supprimé les claviers tiers pour le reconquérir… mais en azerty accentué. Écrire avec Stylus me demande 30 secondes pour le réinstaller. Ce sont les touches périphériques que j’ai tendance à solliciter plus que de raison (…dont la touche tabulation !).
  • la taille de l’écran est — de facto — un gros poil plus encombrante, c’est même le but de ce iPad, inutile d’y revenir ! Mais plus question de le poser n’importe où comme avant, dont en équilibre sur le truc pliant qui me sert de table de chevet et encombrée de bouquins…
  • non, hormis le clavier qui m’a causé quelques soucis, c’est le poids du bestiau qui m’oblige à avoir des stratégies de transport différentes : en regard du Air 2 que ma fille découvre, enchantée, l’iPad pro est lourd. Une fois que l’on s’est dit cela, ça ne change rien et il faut composer, à moi de ne pas le déplacer n’importe comment…!
  • Plus gonflant, le nombre d’applications qui ne prennent pas en compte les spécificités de cet écran et avoir un affichage en mode plus grand format n’est pas trop satisfaisant1. Néanmoins, GarageBand, chargé cet après-midi, est assez agréable à l’usage…
  • l’autonomie ? Je ne confirme rien mais j’ai l’impression que cela se décharger plus vite, certes avant la mise à jour du système que je n’ai pas encore effectuée !
  • la protection de l’écran du iPad ! Qui heureusement se détache mais s’avère assez vite encombrante et que l’on a tendance à mettre de côté, réduisant du coup sa fonction de protection.
  • Le Pencil qui n’a pas de réel emplacement pour s’accrocher même s’il se magnétise — a minima — sur le binz. Je vais bien trouver une façon de trimballer le tout, voire recourir à une trousse d’écolier…!

Mais tout ceci est mineur et s’estompera dans les jours et semaines à venir : on s’habitue assez vite à ces nouveaux outils surtout quand ils sont véloces… Je fais une analogie avec mes premiers moments sur le iPhone 6s+, écran devenu indispensable dans mon quotidien.


  1. Néanmoins, j’ai augmenté sur Drafts 4 ma taille de caractères. 

le 18/05/2016 à 07:55 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?