Urbanbike

Recherche | mode avancée

Socratic, une app iPhone pour étudiants

Gratuite mais en anglais exclusivement

dans grospod | groummphh | outils
par Jean-Christophe Courte

Bon, cela fait quelques jours que c’est sorti et j’ai oublié de vous en parler car, même avec ça, ma compréhension des maths est un naufrage… Mais je pense à vous et à nos mômes…!

Je résume l’usage : vous numérisez la formule qui coince et laissez Socratic vous accompagner dans la résolution de cette dernière…! Si, si !

En images, juste pour vous inciter à l’essayer…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Et un pan d’infos supplémentaires sur le web est disponible…

le 23/01/2017 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Vous avez un book ?

Et vous, un vrai projet ?!

dans groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Il était temps que je finisse ma vie professionnelle, je suis de plus en plus rugueux…!

Certes, le job de graphiste est particulier et nous nous devions (…pour moi, c’est du passé — même si je peux encore bosser, ce que j’ai appris récemment — mais je pense aux copains qui essaient encore de survivre dans un univers rempli de templates gratuites,…voir de pistes d’inspiration à quelques clics sur le net1) d’avoir quelques projets à montrer.

Sauf que c’est une manière rapide de se disqualifier : le prospect non pro ne voit, lui, qu’une série de projets finis (…qui lui plaisent ou pas) sans percevoir l’historique.

J’envie mon plombier…!

Quand j’ai fait appel la première fois à mon plombier, j’avais une recommandation, celle de Jean-Pierre. Au téléphone, je ne lui ai pas demandé un book, j’ai exposé mes besoins.

Du coup, ces besoins + ma recommandation2 ont fait le reste. Il est venu sur place faire un état des lieux, me proposer deux ou trois options pour réfléchir avec une idée de budget. Libre à moi d’accepter. Mais aussi libre à lui de ne pas poursuivre.

Il n’était pas question pour lui de bricoler une solution sur le travail du précédent intervenant (…j’avais déjà donné avec une société de services aux forfaits à tiroirs…).

Il n’était pas question non plus pour lui d’intervenir sur une installation montée le week-end par un copain et ne répondant pas aux normes…!

Le graphiste est un artisan

Dans ma vie antérieure, un client qui faisait appel à un graphiste entendait travailler avec un professionnel capable de répondre à ses contraintes et à son enveloppe budgétaire. Et tenir la deadline.

Il avait accessoirement vu notre signature sur quelques ouvrages, entendu parler de nous par des personnes dignes de confiance mais en ayant toujours en mémoire le processus de décision.

Il cherchait un graphiste avec des idées neuves pour son projet, pas à adapter une couverture tirée d’un catalogue.

Bref, il fallait se rencontrer, lui laisser le temps de formuler sa demande, le format, le type d’impression, les déclinaisons, apporter quelques titres, nous montrer ce qu’il appréciait chez ses concurrents. Un vrai brief…

Et enfin, si nous étions intéressés (…hé oui, ça fonctionne dans les deux sens, ce qui trouble parfois le prospect !), négocier le coût (souvent ridiculement bas…) de l’intervention et de l’éventuelle coût de sortie à la fin des premières maquettes.

Bref, nous établissons un devis. Qui était ou non discuté puis accepté.

Aussi demander à un graphiste, qui — de surcroît — vous a été recommandé par des professionnels que vous estimez, s’il a un book (…et le réduire à ce viatique) est, à mes yeux, une erreur…!

  • Soit l’échange est bon, les premières propositions astucieuses.
  • Soit rien et le prospect essaye avec un autre graphiste.

Fini l’époque où le commercial d’une équipe de graphistes laissait nonchalamment traîner le dernier numéro de LivresHebdo pour impressionner le directeur de la fabrication…!

En résumé, un graphiste n’est pas un marchand de meubles ou de voitures avec une gamme d’options. C’est dit.


  1. ou de petits neveux talentueux qui brossaient à grands traits la super maquette qu’il fallait reproduire ! 

  2. recommander, c’est s’engager. Quand la personne qui recommande a du poids, sa seule parole devrait suffire mais je suis un peu vieux jeu. 

le 22/01/2017 à 17:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Triste nouvelle | CUK va s’arrêter après 16 chouettes années…

Tssss !… Nous nous sommes (tant) aimés, engueulés, rabibochés… 1, 2, 3 fois…!

dans vieillir
par Jean-Christophe Courte

Bon, cette fois ci, c’est le site qui ferme. Et zut !

Lancé un 26 décembre 2001 par François et Noé, sa déconnexion est prévue autour de mars 2017. Sale coup pour la fanfare…!

Accaparé ces dernières années par mes propres soucis, je lisais de manière épisodique CUK. Mais toujours avec le même plaisir.

Oui, je me suis vertement engueulé avec François, j’ai même coupé les ponts un long moment. Et puis je suis revenu picorer ses billets, les humeurs. Et lu avec plaisir les commentaires.

Bref, j’ai apprécié ce site qui bousculait les idées reçues, le côté iconoclaste voir provocateur. CUK, ce sont des tas de rédacteurs1 mais aussi une histoire faite de très chouettes moments et de quelques disparitions dont celle de Anne. Oui, une histoire faite de vraies rencontres…

Je suis tombé sur un billet de MacG qui annonce cet arrêt prochain et mon oeil a été attiré par la teneur des commentaires2. Je me préparais à intervenir vis-à-vis de certains propos bas du front (je vieillis, je suis moins saignant…) quand j’ai lu les réponses de François himself

Alors, oui, on peut ne pas apprécier le style du tôlier, regretter une absence de ligne éditoriale (…erreur, la ligne de CUK était de ne plus en avoir !), ne pas apprécier le look du site, etc.

Mais prétendre qu’il soit vendu à des sponsors (!) ou à des produits est ridicule !

M’étant plusieurs fois déchiré par Mail avec François naguère, je peux assurer que le bonhomme reste droit dans ses bottes et sans concession (…même quand il a tort…!!!3). Bref, je ne suis pas toujours d’accord avec lui, loin de là, mais je défie ces courageux anonymes de faire un petit mois de billets, avec le même sérieux que la bande de contributeurs bénévoles de CUK a réalisé pendant ces années.

Et pour le fun, le plaisir du partage et de la discussion…!

Pour ma part, je suis hostile aux commentaires car, dans une vie antérieure, j’ai eu l’occasion de batailler avec quelques trolls : ayant le sang chaud, vite agacé par la mauvaise foi et les raisonnements à deux balles, je n’aurais pas résisté seize ans…!

Aussi je comprends cette décision4 difficile. Et le choix de s’arrêter.

…Mais je suis certain que l’aventure ne peut pas finir ainsi…! Et que ceux qui ont déjà enterré notre ami risquent de déchanter…! Car l’hélevète peut être taquin…!


  1. J’ai même contribué un temps avant de supprimer mon compte lors d’un de nos fameux accrochages…! Ebouriffé un jour, Karl l’ébouriffé toujours…! 

  2. Lu ceci… Désolé, j’y étais depuis le début, depuis PommeA, je ne vais pas insister sur cet article, c’est juste un exemple de la dégradation inexorable de la qualité de ce site qui a aussi mal vieilli que son propriétaire. Bon, je ne perds plus mon temps sur cuk, je ne vais pas le perdre ici, bye. Ahahaha…! Je souhaite à l’auteur (âgé vu les références…) de cette saillie d’aussi bien vieillir que François… Sauf que l’aigreur n’est pas la meilleure potion pour y arriver…! 

  3. Hihihi…! Pas la peine de m’écrire, François…!! Dernier point à ne jamais oublier pour comprendre le succès de cette équipe et rappelé par Mail ce matin par un de ses rédacteurs : l’espace de liberté, d’ouverture et de tolérance apporté par François. 

  4. J’y ai moi-même songé avant de trouver la bonne martingale… à mes yeux…! 

le 20/01/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

TomTom Go Mobile vous conduit à la photo affichée sur l’iPhone…

De l’utilité de prendre des notes photographiques !

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | mémoire | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Cela fait quelques années que je me suis converti à l’usage de TomTom sur la route comme en ville. J’aime toujours autant les cartes papier mais, au volant, c’est pas toujours l’idéal.

Idem en balade à pied dans une ville même si Plans est souvent amplement suffisant. Du coup, il devenait indispensable de réintroduire quelques options dans cette version TomTom GO Mobile.

reduc-450

La plus pratique même si elle peut sembler anecdotique est d’utiliser la géolocalisation d’une photo pour se rendre à un endroit précis. Si je souhaite retourner, cette fois-ci en voiture, au Musée de la ferronnerie situé à Rouen, il me suffit de sélectionner une image de ma précédente visite. Plus simple que de rentrer l’adresse à la main.

Bien entendu, je peux également récupérer une photo expédiée par un tiers via Message ou Mail.

Mais un autre point encore plus pratique est d’économiser de l’espace sur le iPhone.

reduc-450

Au lieu de télécharger les quasi 7 Go de Europe occidentale (sans oublier le temps nécessaire pour ce faire, d’autres versions plus restreintes (en couverture mais surtout en volume) sont désormais à disposition.

reduc-450

Voilà.

Par ma part, j’apprécie cette app qui nous permet de suivre notre envie de rejoindre tel village ou tel église vu au loin tout en conservant le cap quant â la destination finale, le chemin étant aussitôt recalculé : cette option nous a offert de chouettes découvertes. Mais également de passer par des routes improbables, assurément connues de ce seul produit ! Et selon les options (voies non revêtues sélectionné), des coins épatants… à condition d’avoir un véhicule qui ne craint pas grand chose. Ou pas trop fatigué…!

le 19/01/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Editorial en approche en version 1.3

Traitement de texte multi-formats sous iOS

dans dans mon bocal | écrire
par Jean-Christophe Courte

Je reviendrais plus longuement sur Editorial dès qu’il sera réellement disponible mais sachez que l’on s’approche enfin d’une version finale depuis lundi soir via TestFlight.

La cause de ce retard ? On peut avancer une explication, celle du développement de Pythonista 3 qui fournit d’ailleurs une partie de son code à Editorial.

reduc-450

Les principaux points à retenir sont SplitView

reduc-450

La multiplicité des formats retenus …dont TaskPaper.

reduc-450

Et bien sûr les workflows ou encore les…

Mais attendons la 1.3 pour y revenir… Sachez que le prix de l’app est en baisse… Le moment d’y souscrire…?

À suivre !

le 18/01/2017 à 10:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Musée de la ferronnerie à Rouen

Musée Le Secq des Tournelles

dans ailleurs | architecture | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

C’est une histoire peu banale que celle de cette collection d’objets rassemblée dans les années 1985 par Jean-Louis-Henri Le Secq Destournelles.

Aujourd’hui, ce musée prend place dans un bâtiment lui-même peu banal vu qu’il s’agit de l’église Saint-Laurent, église désacralisée et restaurée en 1911.

Pourquoi vous rendre dans ce musée ?!

J’y vois trois raisons pour ma part :

  • le Musée des Arts et Traditions Populaires, fermé en 2005 à Paris, fait partie désormais du MUCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Plus franchement la portée à coté pour les habitants d’Île de France. Or ce musée situé naguère dans le bois de Boulogne présentait nombre de ces objets dans des reconstitutions avec environnements, mannequins en costumes et outils.
  • du coup, filer à Rouen n’est qu’une affaire d’une heure dix entre Paris et la Gare de Rouen. Ajoutez 15 minutes à pied depuis la gare…!
  • enfin, la collection d’objets couvre nombre de domaines, de la coutellerie à la couture, de la médecine aux arts de la table en passant par les enseignes, l’architecture ou la serrurerie. Incroyable catalogue…!

Des objets personnalisés et uniques

reduc-450

Loin de notre civilisation industrielle, tous ces objets sont uniques, souvent splendides, personnalisés et adaptés à un usage particulier.

reduc-450

J’y ai retrouvé des fers à repasser comme ceux que j’avais vu, gamin, chez mes grands-parents, des objets qui chauffaient sur la cuisinière, certes moins élaborés que ceux à tiroir pour y placer de la braise ou un lingot en métal.

reduc-450

Nous avons pu également admirer des chefs d’oeuvre de serrurerie (parfois des réalisations qui permettaient aux artisans de démontrer leur qualité de compagnon ou leur grade). Mais également des enseignes ou des grilles de fenêtre de toute beauté, des heurtoirs splendides bien plus intrigants que nos boutons de sonnerie (!).

reduc-450

Des objets spécialisés comme des moules à hosties, à gaufres ou à oublies, des moulins à café, des sièges ou des rampes en fer forgé, etc. Mais aussi des corsets orthopédiques, des collections de râpes à tabac (fallait bien râper les carottes de tabac pour les priser), des compas, poids, couteaux, tire-bouchon, mouchettes à chandelles (eh oui, peu d’électricité avant 1914). Et plus encore.

reduc-450

Bref, une fantastique occasion de revisiter le quotidien pas si lointain de nos ancêtres et mieux comprendre leur mode de vie, l’importance des rares objets dont ils disposaient et le soin apporté à leur fabrication, voire même à leur décoration.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Bref, si vous passez à Rouen, une étape incontournable… ou, inversement, l’occasion ensuite de découvrir les maisons à colombages de la vieille ville (mais aussi quelques réalisations contemporaines …étranges).

Et si vous avez encore de l’énergie, nombre d’autres musées sont accessibles à 5 minutes dont celui des beaux-arts et celui de la céramique…!

Le kit de visite se compose d’un billet de train et d’une paire de chaussures. Et hop…!

  • Plus d’informations ici

le 17/01/2017 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Perdus de vue ou pas, bonne année !

…si tu ne te souviens plus du pourquoi du comment !

dans dans mon bocal | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Envoyer ses vœux au mois de janvier est l’occasion d’un large coup d’œil dans le rétroviseur de nos vies …minuscules.

D’abord, il y a tous ceux avec qui l’on continue à échanger quasiment tous les jours. Et ces vœux sont implicites …vu que l’on ne cesse de converser via twitter, mail, messages ou téléphone !

Il y a ceux que l’on ne verra plus, leur souvenir reste dans nos cœurs et nombre d’événements, d’objets, de réflexions silhouettent leur présence.

Il y a ceux perdus de vue : ces vœux sont l’occasion de prendre des nouvelles, de se rendre compte que la vie file à bon train…! Qui ne s’est pas retrouvé embarrassé en demandant des nouvelles du gamin(e) et a rougit en apprenant qu’elle/il venait de passer, qui son aggrég, qui sonplôme ! Hum !

Il y a ceux avec qui les ponts ont été coupés précédemment pour d’obscures raisons, de mutuelles incompréhensions. Tenter à vif une épissure étant impossible (trop de non dits, de racontars, rendant l’opération complexe), c’est avec le temps que les crispations s’apaisent.

Enfin, il y a ceux dont nous aimerions ne plus avoir de nouvelles1, ceux qui ont corrodé notre quotidien comme celui de nos proches, saccagé l’équilibre parfois précaire d’une famille. Les odieux…

Sur ce, bonne année à tous !


  1. Sans oublier ceux vis à vis de qui tu dois te prémunir car, comme le chante Brassens, “te poursui(ven)t d’un zèle imbécile”… 

le 15/01/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?