Urbanbike

Recherche | mode avancée

À la une…

Sept billets parmi d’autres…

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

reduc-450

Sommaire général | Index depuis 2003 | …À propos

le 15/05/2020 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Markdown et macOS | Byword

Minimaliste…

dans écrire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’évoque souvent Drafts ici même. Mais j’ai envie de revenir succinctement sur quelques produits qui m’ont marqué ces dernières années.

En changeant (enfin…!) de MacBook pour un 16 pouces après onze années de 171, je suis reparti à zéro…

J’étais resté bloqué à une version assez lointaine de macOS. J’ai découvert BigSur, pris du temps pour revisiter ce système, me débarrasser au passage de mes habitudes précédentes.
Et enfin, j’ai réinstallé les applications indispensables tout en mettant de côté quasi trente ans de compagnonnage avec Adobe.

Et j’ai installé Byword à la fin.

Par jeu car il ne correspond plus à mes usages : je me suis habitué à disposer d’une palanquée de scripts personnalisés que Drafts me permet d’ajouter ou de retrancher à ma guise.

Néanmoins Byword occupe une place particulière. Il reste pour moi l’une des principales clés de ma découverte du balisage Markdown.

Et je n’ai pas oublié l’équipe de développeurs sympas et réactifs2 avec qui j’échangeais à cette période : appelez cela de la fidélité.

Quelques copies d’écran

Pour décrire sous macOS l’interface minimale qui m’avait séduit alors et qui reste redoutablement efficace en 2021, quelques rappels…

reduc-450

  • Publier son texte sur une plateforme…

reduc-450

  • Exporter au format souhaité…

reduc-450

  • Prévisualiser le rendu…

reduc-450

  • Notes de bas de page comprises…

reduc-450

  • Gérer la largeur de ligne, l’aspect du texte et déjà un mode sombre…

C’est, entre autres, ça Byword…! Simple, élégant et efficace…

Efficace

Aujourd’hui, Byword fonctionne bien sous la dernière mouture de macOS et reste un outil épatant pour ceux qui ont envie de se coltiner au balisage Markdown.

Un unique bémol : il est dommage de ne pas disposer dans la touch bar du 16 pouces des équivalents en clair, une sorte de barre additionnelle comme sous iOS même si les équivalents clavier sont faciles à acquérir.

Hormis cela, Byword propose toujours un guide succinct au balisage Markdown et MultiMarkdown, celui qui m’avait mis le pied à l’étrier.

Bref, Byword reste un très chouette outil de texte, tant sous macOS que iOS et je trouve naturel de l’évoquer à nouveau… même si je ne l’utilise plus.

À suivre…


  1. …qui a fini par cesser de fonctionner après la mise en route du 17… Un hasard, je n’y crois pas :-) 

  2. uma equipa de programadores portugueses de muito alta qualidade, receptiva e amigável! 

le 10/04/2021 à 22:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Alias & Drafts | Illustration

Une seule action à remplacer

dans écrire | grospod | outils | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

À quelques minutes près, j’aurais pu allonger le billet Drafts | Barres additionnelles, volets et actions… de ces cinq copies d’écran…

De l’usage des alias…

Cette très chouette action — Quick Open — a été mise à jour…

reduc-450

  • Un appui sur le lien pour accéder à sa fiche…

reduc-450

  • Bien que cette action soit déjà installée sur Drafts sur mon iPhone, je l’installe…

reduc-450

  • Demande d’autorisation…

reduc-450

  • soit importer comme nouvelle action, soit, premier cas, remplacer

reduc-450

  • Une seule action importée, six alias mis à jour…

C’est tout…

le 09/04/2021 à 15:55 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Drafts | Barres additionnelles, volets et actions…

…à réorganiser si abomifreusement surchargées…!

dans écrire | grospod | outils | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Une fois de plus… TL;DR… (et 6400ème billet)

Rappel de circonstance : Drafts a neuf ans !!
Lancé sous iOS le 7 avril 2012 avant d’être rejoint finalement par une version macOS. Pour ma part, je n’ai découvert et installé cette application sur mon iPhone qu’en juin 2012. Puis l’ai aussitôt testée sur iPad.

D’ailleurs, suite à une précédente expérience avec Editorial, j’ai pris (si, si…) le temps de réfléchir aux usages de Drafts1 avant de basculer graduellement vers cet outil de notes… que j’utilise quotidiennement.
Mais revenons au sujet de ce rapide (…non, trop long une fois de plus) billet…!

Barres additionnelles multiples

Je ne reviens pas sur les multiples qualités de Drafts, application qui ne cesse de croître2, les derniers ajouts en date sont les syntaxes (ajout du langage Fountain au passage pour les scénaristes) et la possibilité de créer des thèmes.

Ce qui me pose problème, façon de parler, est la multiplicité des actions disponibles, actions que j’ai tendance à ajouter, tester et conserver dans mes barres additionnelles.

D’où une nouvelle tentative pour replâtrer (!!) mon interface de travail que j’évoque ici !
A force d’empiler des barres additionnelles, de les laisser croître horizontalement, il était temps pour moi de faire le ménage.

Avec une contrainte : même si ces dernières sont synchronisées entre mes écrans (iPad, MacBook et iPhone), c’est bien l’iPhone qui reste ma principale machine à écrire !

Multiplier, dupliquer les actions ?

C’est le moment de réfléchir aux nombreuses voies et options qu’offre Drafts :

  • afficher ou non le contenu d’une barre additionnelles au-dessus de l’écran, qui est certainement l’option la plus radicale…!
  • afficher la liste de toutes les barres additionnelles disponibles en appuyant sur l’icône de celle en cours d’utilisation…
  • se souvenir que l’on peut passer d’une barre additionnelle à une autre par un simple glissé du doigt vertical vers le bas ou le haut…
  • se souvenir également que la liste de tous les groupes d’actions est également disponible dans le volet de droite de l’écran (en effet, la barre additionnelle au-dessus de l’écran est une option, leur place d’origine est le volet de droite !)
  • Voire se rappeler qu’il est possible d’empiler les actions de base dans une barre additionnelle générale et cloner les actions ou les dupliquer. Ou encore de les appeler via une simple recherche !

Combiner ces options pour un meilleur confort ?!

À partir de ces multiples possibilités, les combiner tout en se souvenant qu’il existe également des actions développées (si vous avez souscrit à l’abonnement PRO) comme :

L’idée pour mon usage est toujours de conserver les actions collectées depuis des lustres mais alléger l’interface et rendre l’usage de ma version de Drafts un poil plus efficace !

Quelques copies d’écran…

Comme dit plus haut, mon outil de travail est l’iPhone…
Et donc j’organise l’interface de Drafts en conséquence…

J’essaye d’employer des barres trop longues, chargées de multiples actions. Je préfère fractionner par pages : baliser, lier, exporter, gérer des listes, tweeter (…même si je pourrais regrouper exporter et tweeter dans un seul groupe, ce que je ferais peut-être à l’issu de ce billet…
Partons sur mes actuelles cinq barres additionnelles… visibles…!

Au dessus du clavier…

reduc-450

  • Premier point à connaître sous iOS : il est facile de passer d’une barre à un autre en réalisant un glissé vers le haut ou le bas (…en plus de déplacer horizontalement leur contenu pour atteindre les actions les plus éloignées…!)

reduc-450

  • un appui prolongé sur l’icône (à gauche) de n’importe quelle barre additionnelle…

reduc-450

  • …permet d’accéder à la liste de toutes les barres additionnelles actives.

reduc-450

  • À ce propos, cet écran permet de rendre visible ou masquer les barres (ou groupes) et est accessible via l’option Manage… visible sur la copie d’écran qui précédait…

reduc-450

reduc-450

  • …et qui affiche tous mes groupes (je vais le répéter : un groupe est égal à une barre additionnelle, CQFD)

reduc-450

  • Pourquoi ? Cela me permet d’accéder accessoirement aux groupes que j’ai masqué…! Comme celui-ci sur la copie d’écran…

Dans le volet de droite…

Comme je l’ai seriné, la barre additionnelle visible au-dessus du clavier peut être masquée si on le souhaite, toutes les actions étant disponibles dans le volet de droite (…promis, je ne parle pas de volet de… gauche !!)

reduc-450

  • Aussi, en bas de ce dernier volet, les icônes de chaque groupe correspondent à chaque barre additionnelle (un bémol : ici, tous les groupes resteront visibles)

reduc-450

  • D’ici on peut agir sur les actions, les déplacer par un simple cliqué glissé vers le haut ou le bas dans le même groupe (pas pensé à faire une copie d’écran, désolé…), les virer, les dupliquer ou les éditer…

reduc-450

  • Comme souvent dans Drafts, on découvre une autre voie pour réaliser quasiment la même opération…
  • Ainsi, si l’on peut bien dupliquer, il est également possible de copier et déplacer une action vers un autre groupe directement après avoir appuyé sur Select

(gaffe : Operations vient après, erreur dans mon habillage de la copie d’écran…!)…

reduc-450

  • Il suffit ensuite de sélectionner l’action ou les actions à traiter puis (enfin…!!) sur Operations

reduc-450

  • La, trois choix : copier vers (dupliquer)… ; déplacer vers… Ou supprimer.

reduc-450

  • Si vous copiez ou déplacez, Drafts vous demandera ensuite vers quel groupe d’actions agir…
  • Si je copie l’action RegEx vers mon groupe Styles

reduc-450

  • Le script copié/dupliqué sera placé en fin de groupe (et donc au bout à droite de la barre additionnelle correspondante…!). À vous ensuite de réorganiser le contenu du groupe…

À ce propos, copie ou alias…?

J’en profite pour ouvrir une parenthèse…
Drafts propose de copier ou déplacer l’action mais pas de créer un alias, c’est-à-dire une sorte d’ambassade de l’action…
Si vous avez l’habitude de placer dans chaque barre additionnelle/groupe un ensemble d’actions identique qui est sujet à régulières modifications, une alternative : l’alias…

reduc-450

  • En ouvrant une action/un script préalablement copiée, astuce : copiez son nom… et virez carrément (…même pas peur) l’étape ou les étapes (steps) de l’action en question…

reduc-450

  • …que vous allez remplacer par un Include Action

reduc-450

  • qui contiendra le nom copié de cette fameuse action…

reduc-450

  • Suffit alors de valider en appuyant sur Save & Exit.

reduc-450

  • Hop…! (Pensez à remplacer Copy par Alias pour ne pas vous embrouiller un peu plus).

Cette manière de procéder a un gros avantage, c’est de ne replacer si besoin que l’action source et non ses multiples copies…
Et plus encore si c’est un script avec une série d’étapes que vous avez écrit et qui risque d’être régulièrement modifié ou amendé…

Certes, c’est du détail mais si le code est assez long, les étapes nombreuses, en ne corrigeant qu’un seul élément, c’est immédiat, tous les alias/ambassades faisant appel à la même source originelle…
Je referme cette parenthèse… que vous pouvez oublier…!

En conclusion…

Je pense qu’à la fin de la lecture de ce billet… vous êtes nettement plus perdus qu’avant… C’est le problème de ce blog, votre possible présence/lecture m’amène à illustrer et structurer (quelle bonne blague…!) mes propos même si je sais pertinemment que cela n’a, de facto, qu’un seul lecteur…

Si néanmoins vous êtes arrivés à tenir jusqu’ici, à vous de prendre les bonnes décisions — genre, à l’avenir : cesser de parcourir les billets d’urbanbike par exemple — comme réorganiser votre environnement.
Ou renoncer à le faire si vous n’avez que deux barres additionnelles avec peu de scripts dans chacune…!

Bref, tout ce qui précède pour ça…!

Pour conclure sur… Editorial3, son développeur ne tweete4 plus : étrange, étrange.


  1. D’autant que Greg a proposé d’autres apps impressionnantes sous iOS dont… Phraseology ou encore Terminology

  2. un exemple 

  3. Pythonista 3 comme Editorial semblent en friche. 

  4. @olemoritz 

le 09/04/2021 à 15:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

CaptureOne 21 | Usages de base…

Bref workflow après une sortie nature…

dans nazbrokology | photographie
par Jean-Christophe Courte

Suite au billet dédié au usages de Plantnet | Pour découvrir la flore de son territoire, un petit prolongement de mon propre usage de CaptureOne 211 qui s’avère, avec le temps, n’être pas un outil compliqué à utiliser2

reduc-450

Une session par sortie…

  • Importez vos images dans une nouvelle session, pensez à bien renseigner à gauche l’option Description
  • Sans oublier — en dessous — de spécifier avec quel Style vous souhaitez traiter automatiquement vos images…

reduc-450

  • Une fois validé quelles images vous souhaitez récupérer (généralement toutes), CaptureOne va traiter ces clichés (…ou pas, selon la méthode que vous avez déterminé… Pour ma part, je copie les RAW de ma CompactFlash vers un dossier créé sur un disque dur externe dédié…) puis créer des prévisualisations…

reduc-450

  • Selon les circonstances/besoins/humeur, je modifie en batch le rendu de toutes mes images en une seule fois, quitte à modifier individuellement chacune d’entre-elles au cas par cas à nouveau…

reduc-450

  • Comme toutes les photos restent sélectionnées, je leur attribue par défaut une série de mots clés, idem en batch

reduc-450

  • J’en profite ensuite pour renommer ces mêmes clichés…

reduc-450

  • …opération assez rapide comme toutes les autres…

reduc-450

  • Minute parano : Avant d’aller plus loin, je monte en arrière plan un disque de sauvegarde et je lance SuperDuper!, une application indispensable3 selon moi…

reduc-450

  • Puis je continue à bosser sur ces images : corrections, horizontalité, suppressions des clichés foireux (en masse !!) mais sans panique …vu que j’ai toujours le recours au contenu de ma CompactFlash au cas où…!
  • Et bien entendu rapide notation (en gros, image à développer ou pas, sachant que parfois je garde d’autres clichés en backup quand je n’arrive pas à me déterminer…).

reduc-450

  • Et donc, à la fin, je n’affiche que les images à convertir en JPG (Attention, le chiffre 79 sur le copie d’écran peut être trompeur : le hasard fait que j’ai mis de coté autant d’images que celles sélectionnées…, ça va sans dire mais c’est mieux en le disant)…

reduc-450

  • CaptureOne me permet d’exporter/traiter mes images simultanément dans plusieurs dossiers (tout ceci ne s’improvise pas : comme les styles, la gestion du nommage, les mots-clés, les types d’exports — avec ou sans filigrane — se réfléchissent murement. Mais quel gain de temps ensuite…).
  • Dans mon cas : un dossier haute définition (créé à chaque session par CaptureOne) et un second (fixe) pour les exports au format dédié au Web…

reduc-450

  • Pour finir, j’optimise tous mes JPEG (les gros comme les petits !) avec JPEGmini Pro 3, histoire de gagner de la place…
  • Puis range mes fichier JPEG haute résolution dans le dossier du jour sur mon disque externe de travail avant de relancer SuperDuper! pour réaliser non un mais deux clones… (J’alterne avec quatre duplicatas)

Voilà…

reduc-450


  1. Migration douce vers CaptureOne | 2 fin novembre 2020… 

  2. En sachant que je dois employer CaptureOne à 10 % de ses capacités, bien suffisantes avec notre boite à pixels hors d’âge… 2008 ? 

  3. SuperDuper! sous macOS 11.x… 

le 05/04/2021 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Plantnet | Pour découvrir la flore de son territoire

Nul besoin de dépasser 10 kilomètres pour s’évader

dans ailleurs | dans mon bocal | nazbrokology | voir
par Jean-Christophe Courte

Mais en vous/les rendant un peu plus observateur(s) tout en conciliant écran (celui-qui-ne-vous-quitte-jamais1) et balades nature ou urbaine…!
Sur les photos de famille, cette nature est bien plus (sic…!!) qu’un décor pour faire joli derrière.
Et si vous partiez explorer cette nature…?!

Lancez-vous sur les chemins vicinaux et sentiers autour de votre lieu de résidence ou de confinement, rues, squares2, routes communales avec un regard3 plus accentué (!!) qu’à votre habitude.

Les outils recommandés ? Un smartphone et/ou un appareil photo4, de bonnes chaussures montantes et de… patience !

Ensuite, en partant de chez vous (le voyage commence à votre porte comme l’écrit Jean-Didier Urbain dans Ethnologue, mais pas trop), objectif : votre environnement immédiat !

Prendre le temps, revenir sur ses pas pour débusquer la toute petite fleur qui se camoufle dans l’herbe ou dans une fissure de mur, se dissimule dans le caniveau.

Le seul exercice est de travailler la souplesse pour se pencher et voir ce qui est à vos pieds…

Examiner, immortaliser sans arracher, sans saccager. Prendre quelques clichés, c’est la règle du jeu.

Ensuite, reste à identifier chaque plante débusquée. Je vous engage à employer toutes les ressources de Plantnet et même de vous y inscrire.

J’abrège ce billet : avec ce type d’observation, c’est une façon singulière et participative de sensibiliser toutes les générations à l’environnement et à sa diversité.

C’est tout !

Oui, c’est bien gentil mais…

Un exemple… Je sors de chez moi et…

reduc-450

  • …ce chemin est déjà un fabuleux terrain d’expérience…

reduc-450

  • Non…? Si…! Au sol déjà… C’est quoi…? Crassule Mousse répond Plantnet…! Imparable (sauf si je fais le mauvais choix dans les réponses proposées…) !

reduc-450

  • Un peu plus loin, cette délicate fleur minuscule est une… Pâquerette

reduc-450

  • Ce duo ? Du Plantain lancé olé (très olé, olé même…!)

reduc-450

  • Ici, du Prunus Bois-de-Sainte-Lucie à ne pas confondre avec…

reduc-450

  • du Prunellier… Mais je peux me planter…

reduc-450

  • Ici de l’Ajonc… le seul qui ne vous contrôlera pas…

reduc-450 reduc-450

  • De le Grande oseille

reduc-450

  • Du Pulmonaire à feuilles longues (oui, il faut se baisser pour la voir)

reduc-450

  • Fumeterre des murailles (encore plus discret)…

Vous commencez à vous prendre au jeu, moi… aussi sauf que cela ferait un billet interminable car là, ce n’est que sur quelques mètres du sentier photographié en introduction…

C’est pourquoi j’ai converti un compte Twitter @nazbrokology en un carnet de balade qui se gonfle régulièrement de clichés #instatweet #enpartage…!

J’arrête ici, à vous de rebondir sur l’idée…
Ou pas…


  1. Je ne vais pas me moquer de vous : le mien est un iPhone 11 Pro Max… 

  2. Ça fonctionne aussi en ville, c’est fous les sauvages de ma rue qui prolifèrent… Sans oublier The Plant Game… 

  3. Pas celui des “gros mollets” fluo qui galopent sans jamais s’arrêter dans des coins exquis…! 

  4. Une bonne optique Macro serait un plus… Sur notre antique Canon EOS 5D de première génération, nous avons vissé un Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM. Le boîtier passe de mains en mains (avec un S à mains, plus sûr pour le transporter) 

le 04/04/2021 à 15:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Quid de nos applications orphelines ?

Un iota de nostalgie

dans mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai hésité à intituler ce billet “que sont mes amis — numériques — devenus1…”.
Depuis… 1984, j’ai eu mon lot de disparitions d’applications, des outils quotidiens, superbes, qui ont fini par ne plus être maintenus. Pas forcément à cause d’échecs commerciaux mais, trop souvent, suite à de très mauvaises décisions de managers2.
Cela va de Adobe FrameMaker3 sous macOS à des produits du début du Macintosh comme MacDraw, ClarisDraw, etc.

Quid de FoldingText ?
Quid de TaskPaper ? Deux applications de Jesse Grosjean, le talentueux developpeur de Writeroom — 2006 — naguère…?

La liste est longue, inutile de me lancer dans de l’archéologie numérique de mes premiers Macs, voire du Lisa…!
J’ai mis à la déchèterie quelques kilos de packages, manuels lors de nos deux derniers déménagements. Pas la place de stocker, idem pour les rares machines rescapées4.

reduc-450

  • Bon, pas eu à coeur de virer celui de notre premier compagnon numérique…

Sous iOS, pas mieux…

De très chouettes apps de traitement de texte se sont volatilisées, vite remplacées par d’autres très bons produits, certes. Ce fut le cas de Daedalus touch remplacé par la même équipe de développeurs par Ulysses qui arrivait de macOS5.

Parfois, et c’est l’objet de ce billet d’humeur, c’est le développeur qui se volatilise, laissant une communauté d’utilisateurs bourdonner sur le site de l’application alors que le concepteur même du produit ne répond plus. En ce temps de pandémie, on peut s’attendre à de tristes mais inéluctables arrêts. Mais aussi à de chouettes mises à jour.

Quid de Editorial ?
Quid de Byword ? Certes, ce dernier a été mis à jour il y a moins d’un an et fonctionne comme une horloge…

Mais, plus éloigné, quid de :

Heureusement, il y a — entre autres — Ulysses (la dernière version est remarquable), ia Writer, Day One ou encore mon fidèle Drafts6.

Soudainement, nous prenons conscience que certains produits n’auront pas de successeur, qu’il n’est pas inutile de penser à la pérennité7 de nos écrits.

Bref, en ce temps de pandémie, il n’est pas inutile de réfléchir, de faire le point et de réorienter nos choix en terme d’outils.

Lisa ?

Rapide annexe nostalgie…

reduc-450

  • Oui, un truc avec des disquettes…

reduc-450

  • Et même une calculatrice RPN…

reduc-450

Allez, bonne journée…


  1. Un certain Rutebeuf vers 1250… par là, autour… 

  2. …dont un fabuleux traitement de texte… 

  3. …qui fonctionnait sous Classic mais ne pas été porté sous macOS malgré un usage quotidien et soutenu, une application plébiscité par les professionnels de l’édition. Quand l’incompétence est érigée en gouvernance, c’est impressionnant. Pour finir, ce décisionnaire a été promu (!!) avant de quitter, quelques années après, cet éditeur. Encore bravo… 

  4. Plutôt que de thésauriser, je préfère les passer à ceux qui peuvent en avoir l’usage. Par contre, toutes les boîtes des applications, de la première version d’illustrator, d’Acrobat 1.0 (Mac et Windows) et bien d’autres, tout a été recyclé… 

  5. Eh oui ! Rappel de 2009 

  6. Que j’emploie depuis 2014, cf. Drafts, TextExpander et lasagnes de notes et qui intègre dans la version version 26 une option toute aussi géniale que les Themes, celle des Syntaxes dont le format TaskPaper… 

  7. D’où l’usage immodéré du format .txt et des balises markdown dans mon cas. 

le 31/03/2021 à 12:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?