Urbanbike

Recherche | mode avancée

Préserver l’environnement commence par …le respect de la poubelle…

Ou savoir emporter ses déchets avec soi…

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

En résumé : Il y a des gestes à réapprendre au lieu de compter sur autrui pour nettoyer les lieux que vous souillez…
Un conseil, emportez avec vous un petit sac à dos ou un sac tout court avec une poche prête à recevoir tous les emballages des produits que vous consommez en balade. Et puis, à titre indicatif, prenez conscience, chaque semaine, du volume …qui n’a pas fini dans la nature à tous vents…! Instructif…

Billet d’humeur assurément maladroit

Depuis un mois, je vis en Castille-et-Léon. Et les week-ends, nous partons découvrir ce pays épatant, tirant un bord vers l’Estrémadure …en attendant les vacances universitaires pour filer tous les quatre en Andalousie.

Ici, la nature est sèche, les amplitudes thermiques larges (-4° à 18° en cette saison1), les bestiaux vigoureux se baladent à l’air libre, livrés à eux-mêmes, galopant à la fraîche dans une campagne aride.

Autre surprise, le pare-brise de notre véhicule2 se constelle d’insectes, des décennies que cela ne nous était plus arrivé. Il est clair, à nos yeux, que l’Espagne est un pays préservé.

Absence de mitage, concentration urbaine autour des centres anciens, larges autoroutes et réseau routier goudronné réduit, cultures traditionnelles, animaux en liberté sur des étendues importantes, climat sec…

Et du coup, ça commence à se savoir, voir : These Are the World’s Healthiest Nations

Peu-à-peu, on savoure cette ambiance.

Mais tout ceci ne doit pas masquer quelques soucis à corriger. Il suffit de regarder les bords de certaines routes qui, elles, ne seront pas nettoyées par des armées de cantonniers3 comme j’en vois s’activer à Salamanca ou à Zamora, Cáceres.

reduc-450

Ça se voit car ce qui suit est, en fait, assez rare malgré tout… Ou je n’en ai pas encore pris conscience.

Il est temps de mettre le doigt sur un truc qui nous ronge tous en Europe, comprendre corriger les mentalités en demandant aux plus jeunes4 qui y sont perméables (…j’ai depuis longtemps fait une croix sur les vieux de ma propre génération) de préserver notre environnement, à combattre certains gestes qui consistent à balancer les emballages des déchets alimentaires fraîchement consommés dans la nature.

Alors, oui, on peut aussi se souvenir que les corneilles, le vent5 sont des agents actifs qui participent à étendre cette pollution de plastiques. Mais c’est bien à nous d’agir au quotidien.

Ainsi6

reduc-450

  • sur cette terrasse7 à Cáceres, un œil vers le lointain puis vers le délicat jardin et… oh, au premier plan, des barquettes transparentes !

reduc-450

  • ici, dans un réservoir d’eau en pleine vieille ville de Trujillo8, des bouteilles en compétition avec des sacs plastiques…

reduc-450

  • Là, derrière la statue de la vierge de la montagne9 en dehors de Cáceres, dans un chemin le long de la route d’accès…

reduc-450

  • Et que l’on me dise pas que ce sont des opposants aux produits d’une firme10 qui a perdu 25% de son cours de bourse…!

reduc-450

  • S’écraser en bourse… Allégorie…

Bref, ici, en Espagne, c’est marginal et les cantonniers sont actifs. Mais, déjà, si l’on s’abstenait de ne pas ramener nos déchets avec nous…?!

Il ne s’agit pas de fustiger les espagnols, bien au contraire. D’ailleurs, il suffit de se balader en France, tant en montagne, en ville que sur le littoral…

Sauf qu’ici, je me répète : ça se voit car c’est loin d’être la norme…

Bref, ouvrons les yeux et agissons, quitte à engueuler vertement ceux qui balancent ouvertement ou, plus lâchement, laissent tomber, une poubelle pourtant à moins de cinq mètres…

Allez, je vais continuer à bouillir dans mon coin :-)


  1. À Salamanca 

  2. Sachant que l’on roule sur autoroute, qu’est-ce que cela doit être sur les chemins de terre… 

  3. Comme mes propres ancêtres (arrière-arrière-grand-père pour être précis, qui officiait vers Neuville-aux-bois), c’est un job que j’aurais volontiers fait si je n’avais pas été graphiste. 

  4. Je sais, il est de bon ton de flinguer Greta Thunberg (…qui serait manipulée, etc). L’action de cette gamine autiste asperger me touche particulièrement car elle dit simplement la vérité (et donc elle/il doit être exécuté(e) …comme le chantait Guy Béart… 

  5. Et donc envisager des poubelles qui se ferment correctement comme c’est annoncé… La ville de Paris va installer 3.000 poubelles anti-rats et anti-corneilles en 2019 

  6. Merci aux informations EXIF de mes petits clichés réalisés au iPhone 

  7. Calle Cuesta Del Marquésa en regardant au nord ouest 

  8. Plaza De la Vera Cruz, dans le réservoir (suffit de se pencher) 

  9. Carretera del Santuario de la Virgen de la Montaña, dernier virage avant de revenir vers le sanctuaire. Il y a un chemin de terre et c’est là. 

  10. Ketchup Heinz: les limites des cures d’austérité | LUC OLINGA | Agroalimentaire 

le 25/02/2019 à 16:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Essence & Co sur iPhone

Faire le plein en choisissant un coût au litre raisonnable

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Que ce soit en France ou en Espagne actuellement, quitte à faire le plein ou à simplement le complémenter, depuis des mois j’utilise une application dédiée sur mon iPhone nommée Essence & Co. Je la signale car elle est fort bien réalisée, permettant d’afficher toutes les stations et le prix par carburant sur une zone donnée, dans un rayon donné pour être plus clair, mais également sur un trajet précis, ce qui permet d’anticiper à quel endroit se dérouter pour faire un plein.

reduc-450

L’intérêt est de lire le coût au litre du carburant, de préférence celui consommé par votre véhicule1, avec mention de la date de la mise à jour de ce prix.

Dès lors, il est assez simple d’effectuer un petit détour pour remplir son réservoir au lieu de systématiquement se servir à sa station habituelle.

reduc-450

Mieux encore, cette application lance Plans et affiche le trajet si vous cherchez un itinéraire pour vous rendre à la station la plus économique dans la liste.

Ici, en Espagne, le coût au litre est certes moins élevé qu’en France mais nous effectuons2 de grands trajets chaque fin de semaine (…c’est aussi cela de vivre dans un nouveau lieu, le besoin de découvrir de nouvelles villes) et, à la longue, réduire ce poste n’est pas désagréable.

Les autoroutes permettent sans effort de rejoindre des villes très éloignées (ainsi Cáceres et Trujillo cette fois-ci) et avec une vitesse limitée à 120, parfois réduite à 100. Paradoxe, la densité automobile est moindre et la fatigue également. Je ne parle pas même de la consommation qui est en chute grâce à des vitesses continues et l’absence de bouchons ! De plus, avant de partir, nous avons déjà une idée précise de l’endroit où stationner3, ce qui évite de tourner inutilement. Enfin, toutes les villes anciennes se visitent à pied. À la fin de la journée, on a marché nos 10 Kilomètres et gravit 25 à 30 étages.

Je vise de temps à autre des stations automatiques appartenant à des coopératives. Les prix sont les plus bas mais le système de vente bien différent. Au lieu de faire le plein, on achète pour 20, 30, 40 € de carburant et c’est à l’automobiliste de ne pas se tromper en optant pour un coût ouvrant à une trop forte quantité de carburant…!


  1. urbanbike | Sortir du Diesel, de l’essence, du plastique, oui… Nous utilisons un véhicule de 2005 qui approche les 290 000 kilomètres. Bien entretenu, il peut viser les 350 000 à 400 000 et nous dépanner encore une décennie. 

  2. Jamais seul ! Je conduis mais nous sommes au minimum trois. Cela nous revient nettement moins cher que de faire des allers et retours en train. Même nous rendre à Madrid est plus économique. On le calcule avec Trainline Europe: Train et bus, relire : urbanbike | Préparer ses voyages en train, imaginaires ou non… 

  3. En zone blanche, quitte à marcher 500 où 800 mètres, cf. urbanbike | Balade : repérer un parking… 

le 25/02/2019 à 09:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Balade : repérer un parking…

Puis s’y rendre…!

dans ailleurs | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Petite note de voyage… Celle-ci propose de combiner MAPS.ME – Cartes et itinéraire, Plans et TomTom GO Mobile.
Je n’utilise pas des produits comme Waze que je trouve trop bavards sur mes déplacements…
Quelques rappels qui pourraient vous intéresser ! Ou pas.

Pratique, Booking.com – Offres de Voyage permet désormais de récupérer adresse classique ou coordonnées GPS (avec des parenthèses qu’il faut supprimer) pour l’indiquer à son navigateur (TomTom dans notre cas).

Quid du parking dans telle ou telle ville ?

On s’y prend généralement la veille avant de partir, dans un lieu où nous avons de l’Internet avec une bonne connexion pour éviter de pomper notre forfait téléphonique et datas une fois sur zone…

La solution que j’emploie (il y a certainement un truc plus astucieux mais je n’évoque que ce que j’utilise !) est de rechercher ces emplacements de stationnement dans Maps.me vu que c’est également ce dispositif — qui ne consomme pas de datas une fois sur place — que nous employons pour nous repérer ensuite dans la cité…

reduc-450

  • Rechercher …les parkings

reduc-450

  • Et… Attendre d’avoir accès à cette option : Voir sur la carte …la myriade de petits points bleus qui indique les emplacements des parkings…

reduc-450

  • Ensuite, zoomer sur la zone souhaitée (…selon les objectifs de balade, musées, etc.

reduc-450

  • Puis copier les coordonnées GPS de ce parking précis dans le presse-papiers…

Une fois trouvé, petit contrôle visuel car une carte, c’est bien ; une photo satellite, c’est nettement mieux appréhender l’environnement !

C’est ici où Plans me sert généralement vu que j’ai de la bande passante, que le temps de chargement des nombreuses tuiles photo ne prend pas une plombe.

reduc-450

  • Quartier calme ou trop commerçant, voir trop désert…? Avec l’expérience, on tranche vite…!

Et comme les coordonnées GPS sont toujours dans le presse-papiers, autant marquer ce point de chute dans …TomTom.

reduc-450

  • Attention, c’est un poil plus rusé, il faut demander à accéder à la carte complète et à ses options…
    Dont Latitude Longitude

reduc-450

  • Coller…!

reduc-450

  • Reste à enregistrer cette destination…

Parking payant ou non ?

Ici, en Espagne, nombre de villes ont de grandes zones piétonnes (comme à Salamanca), l’idée est de se garer, si possible, en zone blanche.
Ou d’avoir prévu le coup dans les villes les plus touristiques (comme Burgos ou Valladolid qui n’utilisent pas …le même opérateur de parking…!) avec les apps ElParking-App para conductores ou Telpark pour stationner en zone bleue.
Mais en réglant bien son parking depuis son iPhone (et en français) comme le proposent des apps comme PayByPhone ou Whoosh! en France.

Voilà… C’est tout pour aujourd’hui…

le 21/02/2019 à 16:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Double shoot pour ProCam sur iPhone

Inutile ? Pas certain…!

dans dans mon bocal | grospod | outils | photographie
par Jean-Christophe Courte

Ce matin, ProCam 6 annonce une nouvelle option que je me suis empressée de tester en allant voir mon dentiste.

reduc-450

En allumant les deux icônes des objectifs visibles sur l’écran de ProCam, possibilité d’ajouter un cadre rouge qui marque la zone du télé dans la surface embrassée par le grand angle…

reduc-450

  • Ici, j’ai un peu bougé après avoir fait la copie d’écran

reduc-450

  • Là, moins…

Voilà, vous avez l’idée proposée par cette option…

À tester sur la durée…

le 20/02/2019 à 11:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Au fait, comment réaliser un PDF dans Drafts 5 iOS

De l’intérêt des actions…

dans écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Préalable : j’utilise la version Pro Active de Drafts 5. Bien que je dispose d’un accès aux bêta versions, j’ai temporairement installé une version normale pour pouvoir contribuer avant de la dégager et replacer la bêta.

Mais en rédigeant le petit billet urbanbike | Préparer ses travaux universitaires et les communiquer en PDF via le net, j’ai oublié de montrer la manière d’exporter un PDF depuis Drafts !

Pour cela, il faut juste installer dans la barre additionnelle de votre choix une action, en l’occurrence Print - Markdown | Drafts Action Directory en premier lieu.

Une fois votre texte balisé (j’ai pris une version avant publication d’un billet comme exemple), appuyer sur l’icône ad hoc.

reduc-450

Vous allez visualiser le texte basculé, notes de bas de page comprises, en un texte normal, certes avec une mise en pages assez spartiate. Vous pouvez bien entendu l’imprimer mais souvenez-vous que vous êtes sous iOS !

Appuyez vigoureusement (pas mollement…!) sur la page affichée en miniature1 et…

reduc-450

Tadaaaaaaaa…! Vous affichez cette fois-ci la page (le document en entier, rassurez-vous !) prête à être partagée…

Et qui dit partager veut dire exporter vers GoodReader par exemple. Uu vers …Fichiers.

reduc-450

Or c’est bien un fichier (sic…!) au format PDF que vous allez enregistrer dans un dossier précis.

Son édition vous confirmera cette réalité si, par hasard, vous aviez encore un doute2.

C’est tout pour aujourd’hui…\ De mon côté, j’en ai profité pour nettoyer mes actions dans Drafts, viré les doublons, les versions de test et remis à plat cet outil qui vient avant iA Writer dans ma manière de travailler (ou écrire si vous préférez…)…


  1. Si je cherche dans mes billets, je suis certain que j’ai déjà évoqué cela mais plus simple de réécrire en fonction du contexte…! 

  2. Ou pas vu Drafts.pdf au moment de l’export ! Pensez à renommer le fichier. 

le 19/02/2019 à 19:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Un VPN pour sécuriser vos connexions mobiles sous iOS

En toutes circonstances, cela est devenu… indispensable

dans ailleurs | bosser n’importe où | grospod | groummphh | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Truisme : on se balade tous pratiquement avec un téléphone portable et ce dernier nous permet d’accéder aisément à nos courriels, la météo de la semaine, mais aussi à notre banque en ligne, etc.

Que l’on soit chez soi ou à l’extérieur, qui nous assure que notre trame de données n’est pas analysée à des fins qui nous échappent ?! Bref, nos données sont quelque peu… exposées à l’air libre en utilisant du Wifi gratuit et pas sécurisé…

C’est pourquoi il n’est pas inintéressant (euphémisme…!) de faire le choix, dans la plupart des circonstances (toutes…!), de sécuriser la connexion entre son mobile et le site consulté.

De mettre en place une sorte de tunnel virtuel qui sera moins exposé aux regards obliques…! Cette protection a un coût.

Pour ma part, même si cela peut sembler étrange, j’emploie deux dispositifs. Simultanément.

  • 1.1.1.1: Faster Internet qui fait passer toutes mes requêtes par un DNS précis (pas celui de Google). Là, c’est un service gratuit.
  • VPN Rapide et illimité NordVPN pour choisir sur quelle partie de la planète où mon tunnel sécurisé finit, sachant que ce tunnel démarre de …mon mobile ! Par contre, ce service — qui permet de choisir un VPN — n’est pas gratuit.

Le choix du pays d’arrivée compte énormément car, sinon, pas de connexion à ARTE depuis l’Espagne !

Mon forfait NordVPN a une durée de trois ans et me permet de sécuriser jusqu’à six écrans simultanément avec le même Login et mot de passe.

Ici, en Espagne, nos trois iPhones sont sécurisés ainsi que nos trois iPads. Bien entendu je rêve d’une version étendu chez NordVPN, une sorte de mode tribu qui me permettrait de sécuriser le double d’écrans.

La solution la plus simple est de déconnecter une machine non utilisée temporairement et se reconnecter depuis un autre écran. Ou de reprendre un second forfait avec un nouvel identifiant.

À noter que le support via Twitter de @NordVPN se fait en français, ce qui est fort agréable. J’ai expérimenté cela il y a 10 jours et réponses pratiques immédiates en cours de nuit.

Comment ça marche !

reduc-450

Dans la fenêtre des réglages, il y a une option VPN. Un appui permet de voir quels services sont connectés.

reduc-450

Sur le coté gauche, vous pouvez constater que je connecté sur un VPN espagnol. Si je veux me connecter à un VPN en France, il me suffit de cliquer dans la carte, choisir ma nouvelle zone géographique puis appuyer le bouton Quick Connect

reduc-450

Une autre option consiste à remontrer temporairement la zone d’informations en dessous de Quick Connect puis de parcourir son long contenu jusqu’au pays souhaité (ou au type de serveur, etc). À noter que les dernières versions de NordVPN proposent deux options, un Kill Switch qui nous déconnecte d’internet en cas de connexion serveur perdue. Et un Cybersec pour bloquer les bouts de code malveillants.

reduc-450

Bref, il est facile de basculer aisément vers un serveur situé en France pour activer une émission en streaming (ARTE, etc.). Notez que les widgets de ces deux applications vous permettent de suivre l’état de votre connexion. Une sorte de météo de votre connexion sur le net…

Si vous commencez à ressentir des lenteurs, n’hésitez pas à changer de serveur VPN …même s’il est situé dans la même zone géographique…

Une dernière option est d’opter pour un VPN encore plus sécurisé, celui de ProtonVPN - Fast & Secure VPN propose (en gros) un relais intermédiaire. Cette Rolls a un coût et convient à des professions très exposées.

Pour plus d’infos sur l’iPhone en voyage, jetez un œil sur un précédent billet, nommé… urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone

le 19/02/2019 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Préparer ses travaux universitaires et les communiquer en PDF via le net

Pourquoi faire compliqué quand on peux écrire simplement ?

dans écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Aujourd’hui, si les formats .docx ou .odt s’imposent au sein des universités, ce qui semble fréquemment demandé aux étudiants pour rendre leurs travaux est essentiellement de communiquer ces derniers, via internet1, au format PDF.

Cela évite bien des déboires, déjà en terme d’ouverture et de lecture, pas besoin de se soucier de posséder la bonne version de l’outil. Et, surtout, pas besoin d’afficher un document avec une mauvaise substitution des polices de caractère.

Du coup, l’important reste bien d’être jugé sur le contenu et l’organisation du document2. Et non sur la maîtrise de l’outil bureautique.

Si certains, biberonnés aux standards depuis l’enfance, sont devenus des cracks d’OpenOffice, de Microsoft Word, voire de Apple Pages, il n’est jamais inutile de se souvenir qu’il existe d’autres solutions, toutes aussi efficaces mais moins reconnues, médiatisées car considérées comme exotiques par ceux qui les méconnaissent !

Si vous recherchez des outils de traitement de texte qui vous permettent avant tout de vous concentrer sur ce que vous écrivez et non d’afficher en marge de votre écran une palanquée de petites icônes, si vous souhaitez avant tout gérer le texte et la structure de votre travail, sachez qu’il existe quelques belles applications sur iPad et iPhone, applications qui vous offriront le luxe d’exporter le fruit de vos réflexions au format PDF sans passer par un fichier ODT ou DOC, DOCX.

Non ?

Si !

Oui mais…

Du coup, vous n’apprendrez pas à vous servir quotidiennement des fameux standards bureautiques mais cela ne vous empêchera pas de sauvegarder vos notes de travail et, bien entendu, de les exporter dans les divers formats demandés…!

  • Sauvegarde des textes originaux comme des versions PDF dans le volume interne de votre écran mais aussi vers le Cloud, celui d’Apple, DropBox , Box ou autres…
  • Compatibilité car la majeure partie de ces outils exportent en PDF, HTML, DOCX, RTF. Mieux, certains importent des fichiers DOCX et les moulinent en sens inverse pour recréer des fichiers texte simples balisés en markdown.

Markdown un jour, markdown toujours !

Markdown ? La clé de toute cette mécanique est l’usage d’un balisage élémentaire, c’est à dire de petits symboles qui vont entourer quelques mots ou précéder vos niveaux de titre.

Ce balisage markdown va vous demander quelques minutes d’attention, une heure tout au plus pour l’acquérir. Mieux encore, tous les outils dédiés proposent une série d’icônes pour vous assister dans ce balisage élémentaire.

Enfin, pour éviter que vos yeux soient perturbés par ces balises insérées dans vos écrits, chaque traitement de texte les employant les atténue ce qui ne nuit nullement à la relecture de ces derniers mais permet également d’identifier les rares erreurs de balisage que vous ne manquerez pas de faire au début !

Et après ?

Déjà vous vous demanderez pourquoi on ne vous a pas informé plus tôt de ce dispositif élémentaire ! Et passerez éventuellement au multimarkdown qui est une version un peu plus étendue du markdown, continuité avec quelques balises supplémentaires.

Sur iPhone et iPad, il y a trois groupes d’applications pour résumer : cela va des gratuites en partie à celles avec abonnement mensuel ou annuel en passant par des produits que vous achetez une seule fois.

Les produits que je recommande pour les avoir utilisés — ou continuer de les employer — sont, des plus simples aux plus techniques :

reduc-450

Á part mais, vu que je les emploie au quotidien3, impossible de ne pas les citer, Drafts 5 qui ne réalise pas directement d’export en PDF mais se place en amont des apps précédentes en proposant une bibliothèque d’actions4 qui ne cesse de s’étoffer (développement d’une version macOS en cours). Ou encore Editorial qui est similaire en terme de catalogue d’actions mais n’a pas été remis à jour depuis un sacré bout de temps (une habitude de son développeur…!).

Sinon il existe d’autres applications dont je ne suis pas client (…pour une simple raison de finances ou par absence d’atomes crochus) comme :

reduc-450

  • Celui avec le fond en couleur est Drafts. D’ailleurs ce billet a été rédigé sur mon iPhone dans cette application puis exportée vers iA Writer pour relecture sur mon Mac…! (Ensuite, Editorial et Outlinely ou Bear de mémoire…)

En résumé

La curiosité étant un excellent défaut contrairement à ce que l’on a pu nous seriner gamins, sortir des sentiers battus et/ou du marketing balisé des grands éditeurs informatiques peut avoir des conséquences épatantes sur votre moral, dynamisme et vous ouvrir des chemins insoupçonnés…

Mais la clé reste néanmoins de passer quelques temps à découvrir ce balisage étrange et simple à base de *, de # et de [] et ()…!

Or ça, ca ne s’achete pas et, si vous ne faites aucun effort d’apprentissage, oubliez ce billet !


  1. Que ce soit par un envoi via Mail ou un simple cliqué déposé dans l’intranet de l’université (ici, à Salamanca) 

  2. relire ces deux vieux papiers : urbanbike | Quels outils pour étudier ? | 1 puis celui sur la reconversion en prises de notes d’un antique iPad (et toujours employé à ce jour !) urbanbike | Université, écrans et prise de notes 

  3. Je me suis retenu pour ne pas ajouter Day One journal + mémoire qui peut également exporter en PDF et banque en markdown

  4. Ces deux apps se scriptent et emploient des solutions étranges à base x-callback-url ! 

le 19/02/2019 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?