Urbanbike

Recherche | mode avancée

Piègeàkon du jour | paypal

Analyse du domaine

dans groummphh | pratique
par Jean-Christophe Courte

Reçu à l'instant.
Cela va sans dire mais c'est mieux en le montrant…
Ici, c'est pas trop mal fait dans la mesure ou l'adresse du domaine est (quand on survole le lien bleu)…
paypal.mon-de-domaine-factice.com 

Le lecteur pressé oubliant que cela devrait s'écrire à l'inverse :
sous-domaine.emetteur-réel.com 


image

Notez la réponse à l'ambassade de Monaco (on voit bien que l'on est à un lendemain de grand prix de formule 1…!)
Note(s) de lecteur(s)…

Jean-François nous signale ceci…
J'ai reçu le même "piegeàkon" il y a 3 semaines, mais en Français.
Je voulais signaler aussi qu'ils m'ont relancé à plusieurs reprise sous prétexte de ne pas avoir eu de réponse de ma part.

Ahhh, cela devient plus subtil donc…!

le 26/05/2008 à 15:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Baril à la hausse et travail à la maison

Réduire les déplacements quotidiens n'est pas une utopie…

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | groummphh | potager
par Jean-Christophe Courte

Avec un baril qui courtise les — mettre ici le chiffre du jour…! — dollars (…à ce rythme là, on atteindra vite fait les $500 à la fin de l'année), travailler chez soi s'avère une solution de plus en plus viable. Certes, les personnes qui vivent à quelques stations de métro, de bus ou de tram de leur entreprise n'ont pas ce genre de préoccupation.

Mais pour les autres…?
Quand vous vivez loin de votre lieu de travail, chassé peu à peu par le coût galopant de l'immobilier, même avec des réseaux ferrés ou des bus, l'usage de la voiture reste trop souvent indispensable ne fût-ce que pour se rendre à la gare la plus proche. Pire, quand il n'y a pas de lien ferroviaire, la voiture reste le seul moyen de se rendre au boulot. Certes, des solutions de covoiturage se développent… À condition d'avoir des horaires à peu près en phase avec ses petits camarades et au prix d'une très bonne logistique.

On ne fait que différer le problème…
Le prix du litre de diesel devenant même supérieur à l'essence, le poste "carburant" mine peu à peu le budget des ménages… Hormis envisager des solutions alternatives, parfois encore plus dangereuses — rouler en vélo en soirée (…entre chien et loup) sur une route départementale est un acte quasi suicidaire — pourquoi ne pas en venir à des horaires aménagés avec une partie du travail à réaliser chez soi (…à condition, bien entendu, d'avoir une profession qui s'y prête et de disposer chez soi de quelques mètres carrés ad hoc).

Plus que jamais, bosser chez soi semble une alternative possible à laquelle nombre d'employeurs devraient réfléchir sérieusement au lieu de refuser un début de concertation avec les employés les plus concernés…

Avec internet, la voix sur IP et un ordinateur portable, non seulement c'est techniquement possible mais certains secteurs pourraient améliorer performance et rendement en retenant une partie de leurs salariés chez eux au lieu de souhaiter les avoir à tout prix dans leurs bureaux… Je suis convaincu que l'on bosse mieux chez soi dès lors que l'on a un travail qui demande de la concentration. De plus, c'est le moment d'introduire un peu de flexibilité en laissant aux individus le choix de leurs horaires (pour ma part, je suis hyper efficace le matin…).

Autant de personnes en moins sur les routes le matin et le soir, c'est aussi créer les conditions d'une circulation plus fluide (…et donc plus économique en terme de consommation pour les autres usagers obligés de se déplacer) et agir indirectement sur le pouvoir d'achat des salariés qui n'auront plus à passer à la pompe trop souvent…

Le lien social n'est pas coupé (téléphone IP, courriels) et cela n'empêche pas de se donner rendez-vous au bureau pour des réunions indispensables. Pour les entreprises, hormis une nouvelle qualité de vie offerte à ses employés, c'est aussi une manière de repousser pour certaines l'option immobilier pour cause de saturation en terme de bureaux (et c'est loin d'être négligeable).

Bien évidemment, il y a des personnes qui ne seront pas à l'aise avec cette manière de bosser — ou qui n'auront pas la possibilité d'y souscrire pour une simple question de configuration familiale, de logement inadapté. Où qui préféreront continuer à séparer lieu de travail et lieu de vie.

Mais doit-on empêcher les autres de s'y essayer…?
Pour ma part, je ne regrette rien de ma vie passée… Quand à ceux qui y pensent très fortement, lire nos cinq règles simples pour ne pas de planter

La question est posée et elle est de plus en plus sensible. Je suis certain que nombre d'entreprises — à l'image de Renault — y pensent… Raison de plus pour passer rapidement à l'action. Car parler d'écologie, de protection de l'environnement, de pouvoir d'achat, cela commence aussi par de telles solutions. Ou faut-il attendre que les employés ne puissent plus se rendre à leur travail pour réagir…? Alors, pourquoi ne pas anticiper…?

image

Cette illustration de Lukino est tirée de notre livre Comment travailler chez soi, un thème qui est de plus en plus d'actualité au fil des mois et qui n'a pas pris une ride depuis sa parution en novembre 2005

Comment travailler chez soi (*)
Courte et Lukino
Éditions Eyrolles
9782708134171 | 128 pages en deux couleurs | 10 €

image caddie



(*) Bien évidemment, MacDigit.com n'est plus, tout se passe désormais sur urbanbike
Info(s) pratique(s)…

Trouvé ce matin après lecture de mes fils RSS, ce billet sur la chronique d'un désastre annoncé.

Autre info en provenance de Pierre-Denis…
10 ans après l'essor des activités Internet et Mobile, l'industrie des produits et services basées sur des « technologies environnementales et propres » dans l'énergie, l'eau, les déchets etc.. connaît également un développement extraordinaire, aux USA mais désormais aussi en Europe.

Au carrefour de ces innovations, le Silicon Sentier, la région Ile de France et Paris Innovation proposent de réunir pour la première fois dans un Barcamp, les acteurs "Cleantech" avec ceux des technologies de l'IT et de la mobilité :

- le samedi 31 mai de 14H à 20h à la Cantine 151, rue Montmartre, Galerie des Panoramas,75002 Paris (métro Grands Boulevards)

Inscription sur https://barcamp.pbwiki.com/CleantechCamp

Pour faire foisonner les échanges entre ces deux communautés autour des directions :

* faire découvrir au monde IT les problématiques environnementales et les opportunités de développement qu'elles peuvent créer,
* pour les acteurs du Cleantech (énergie, eau, air, bâtiment, environnement, amélioration des procédés industriels, déchets etc..) rencontrer des acteurs du Web et de la mobilité pour identifier des outils et de nouvelles opportunités de business

Un *BarCamp* est une rencontre, une non-conférence http://fr.wikipedia.org/wiki/BarCamp ouverte qui prend la forme d'ateliers-événements participatifs où le contenu est fourni par les participants qui doivent tous, à un titre ou à un autre, apporter quelque chose au Barcamp. C'est le principe "pas de spectateur", "tous participants". Les participants sont les acteurs de la non conférence : ils proposent les thèmes pour chaque session et participent au débat de chacune d'elles.

Hop…!

le 26/05/2008 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Deux livres sur Gimp 2.x

Un gros et un petit pour se former au libre…

dans lire | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

Reçu deux livres de la collection accès libre des éditions Eyrolles sur Gimp. J'avais eu entre les mains le livre de Cédric Gémy en septembre 2005 (Gimp 2 efficace).
Le gros livre sur Gimp est bien la seconde édition de cet ouvrage avec un CD-Rom contenant les versions Windows, Linux et OSX de ce logiciel libre… C'est plus un manuel de référence pour les utilisateurs.

Le petit livre sur Gimp 2.4 (3ème édition) est signé Dimitri Robert et est sous-titré Débuter en retouche photo et graphisme libre. À prendre comme un livre de prise en main. Il est préfacé par Cédric Gémy, l'auteur du précédent…

Deux ouvrages pour découvrir les fonctionnalités de ce produit libre de retouche photo qui est totalement gratuit pour l'utilisateur qui le télécharge sur gimp.org et l'emploie. Le propos est de démontrer que l'on retrouve pratiquement les mêmes fonctionnalités sous Gimp que sous Adobe Photoshop, qu'il est parfaitement possible de travailler professionnellement avec cette application libre, etc.

Pour en savoir plus sur Gimp, sa licence, ses greffons, l'historique, les auteurs, la communauté, voir ici.

Gimp 2 efficace (2° édition)
Cédric Gémy
Eyrolles
9782212121520 | 29 €

image caddie



Gimp 2.4 (3° édition)
Dimitri Robert
Eyrolles
9782212122954 | 15 €

image caddie

image

le 26/05/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Incitation au voyage | Madrid | 2

Episode 2 : Le Prado sous l'eau

dans ailleurs | signé lukino
par Lukino

image

La météo ne nous incite pas à sortir du lit.
11 h, petit déjeuner au comptoir du bar de l'hôtel (pas de churros, mais des croissants plus que corrects).
Le bar est rempli, beaucoup de femmes de tout âge.

image

image

Le soir, apéro au même comptoir. La bière est servie avec d'excellentes olives.

image

Entre-temps, sortie pour visiter le musée du Prado, après avoir récupéré des accessoires indispensables.

image

Les Espagnols ont jalousement conservé les toiles de leurs plus grands peintres, Velasquez et Goya, qu'on ne peut voir quasiment qu'au Prado.
J'ai personnellement un faible pour Ribera et ses clairs-obscurs.

image

À part ça, les étudiants madrilènes n'ont pas l'air moins énervés que les français.
Je crois qu'ils défendent l'université publique, ou quelque chose comme ça… Si un lecteur hispanophone avait la gentillesse de me traduire les pancartes ("NO!", pas besoin, je sais.)…

image

Il y a encore à Madrid plein de vieux magasins divers et variés, avec de belles devantures soigneusement organisées.

image

À propos de gastronomie… on a vite pris le pli local : petit déjeune tardif (à l'heure du casse-croûte des travailleurs espagnols), repas complet à 14 h, et tapas nocturnes (à partir de 22 h) … Les rues la nuit sont bondés, surtout en fin de semaine, et les autochtones (jeunes et vieux) naviguent de bars en bars. Mais attention, les délicieux petits toasts (parfois même raffinés) ne sont pas exactement donnés, et la soirée peut s'avérer plus onéreuse qu'une sortie au restau. Pour ne pas y laisser sa chemise, on peut délaisser les bars bien décorés et opter pour l'ambiance néon du Museo del Jamon, sans concurrence quand il s'agit de se gaver de charcuterie.

image

image

image

Renseignement pris, il leur faut deux ans pour écouler leur stock de jambon.

(à suivre…)
Info(s) pratique(s)…

Lire l'épisode 1

le 25/05/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Lukino | Partager…?

Ma table est un ordinateur

Tendance gain de place

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | voir
par Jean-Christophe Courte

Lu tout à l'heure sur bornrich.org deux billets qui vont dans le même esprit, celui du gain de place… Le premier sur la table ordinateur (…et plateau chauffant…?!) de chez XYZ

image

Le second est le concept des toilettes compactes — vertebrae — que je vous laisse découvrir… J'aurais souhaité, dans les divers éléments articulés, des rayonnages à bouquins et un système audio mais je suis vieux jeu…!
Note(s) de lecteur(s)…

Laurent me signale l'écran qui s'escamote…!
Et Jean-Frédéric d'ajouter à ce propos…
il suffit d'un coup d'oeil pour se rendre compte que "l'écran qui s'escamote" est un truc totalement "inergonomique" et inutile
- pas de place pour mettre autre chose qu'un crayon lorsqu'on travaille (quid du papier?)
- réservé aux trackballs
- obligation d'être très haut au dessus du bureau pour pouvoir voir la partie de l'écran qui reste en dessous du plateau (bonjour les cervicales et les tendinites),
- un gain de place illusoire : rien ne peut rester sur le bureau à demeure

Bref, hormis une bataille navale, à oublier…!

le 24/05/2008 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Manfrotto 410

Une tête ultra pratique et… précise

dans photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Non, je ne regrette pas ma 488 du même constructeur mais pour cadrer avec précision, ce n'était pas à cent pour cent idéal… Souple, rapide, certes mais je ne suis jamais arrivé à suffisamment m'entraîner pour la dompter…!

Autre point pénible que l'on n'envisage pas au départ, visser et dévisser le boîtier. Et là, franchement, j'en ai eu assez. Du coup, mon pied photo est allé prendre la poussière pendant des mois…

En discutant avec Laurent suite à son billet sur le 400mm Nikon, j'ai découvert les avantages de la rotule micrométrique 405… Sauf que la 405 est dix fois trop sophistiquée pour mon usage avec ses trois niveaux et son volume… Aussi Laurent m'a prêté sa Manfrotto 410 en l'accompagnant d'une phrase, genre l'essayer c'est l'adopter

Au bout d'une heure d'utilisation, j'ai regardé avec regret ma 488 et j'ai expédié un mail à Shop Photo Versailles pour commander une 410 avec deux ou trois bricoles qui attendaient depuis un bout de temps…

Le principe est hyper simple : trois molettes pour diriger en X, Y et Z la course de la tête et c'est somptueux… Pas de souci pour recadrer et suivre en douceur la bestiole au bout de mon objectif…

image

Avant, avec la 488, je ne fignolais pas, j'anticipais juste la retombée de mon objectif en vissant la rotule… Désormais, avec la Manfrotto 410, je me cale au millimètre en m'appuyant de plus sur le viseur quadrillé de mon Canon 5D. J'écris cela car certains regretteront qu'il n'y ait qu'un seul niveau à bulle sur cette tête…

Mieux encore, plus de souci pour passer du pied à la prise de vue à la main et réciproquement… Le plateau rapide livré avec permet de verrouiller impeccablement le boîtier mais aussi, de l'extraire rapidement grâce à un système de levier avec une sécurité très efficace… On place une fois pour toutes le plateau sous la semelle du boîtier (…en évitant néanmoins que cela condamne la trappe d'accès à la batterie du Canon 5D dans mon cas) et hop…! On retire ou on replace le boîtier en 2 secondes, qui dit mieux…?

image

Les molettes sont doubles… Les petites pour un déplacement au quart de poil près, les plus grosses en retrait pour un déplacement rapide… Un peu comme si l'on débrayait l'axe de rotation. Du coup, facile d'orienter grossièrement puis de caler sa prise de vue… Merci Laurent.

Petite note : la platine rapide 410 PL — celle qui se fixe au boîtier — se retrouve ailleurs… Sur une rotule à boule (la 468 MGRC4) mais aussi au détail — sous la référence 394 — pour installer le même système sur un statif de reproduction, par exemple…

Pour finir, une tête cela ne s'achète pas comme ça sur une simple description sur le net, il faut l'essayer…! Passez avec votre boîtier chez votre revendeur photo. Mieux, vous pourrez repartir avec…!

le 24/05/2008 à 07:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Phovoir en distribution sur le web

Quelques infos

dans photographie | pratique | voir
par Jean-Christophe Courte

En juillet 2005, j'avais écrit un long billet sur la distribution de l'image numérique. Depuis il s'est passé pas mal d'événements dont le rachat de iStockPhoto par Getty, Getty lui même racheté par la suite

Hormis le fait que les prix des images low-cost en dollars remonte imperceptiblement, certains éditeurs francophones ont enfin pris le virage de la distribution sur le web… Dernier en date, phovoir qui vient de lancer phovoirimages et donc réviser son mode de distribution…

C'est sur les prix — ici en euros — que les choses vont se jouer car il va falloir désormais comparer dans le détail à ceux, par exemple, de Fotolia. Sans oublier la taille des images fournies et leur qualité… Or plus les choses sont simples, plus c'est facile pour l'utilisateur final. Comme sur iStock et ailleurs, il est possible d'acquérir par avance des crédits. Phovoir propose également un abonnement à l'année avec un droit de téléchargement d'un certain nombre d'images par jour…

Pour le moment la production est réalisée par des professionnels de l'éditeur mais elle s'ouvre peu-à-peu à des photographes indépendants. Bref, un changement de cap qui peut s'avérer payant à condition d'étoffer largement le catalogue et — surtout — de sortir des stéréotypes que l'on retrouve partout, jouer la différence…

À suivre…

image

le 23/05/2008 à 13:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?