Urbanbike

Recherche | mode avancée

La romancière et l’archéologue

Agatha Christie Mallowan

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

À l'issue de la lecture de ces chroniques de voyage, il est certain que je vais relire les romans d'Agatha Christie d'un autre oeil… Elle est franchement incroyable cette femme…!

Après un premier mariage assez foireux, elle rencontre un jeune archéologue de 26 ans… Elle en a 40 et, hop, elle l'épouse et décide de le suivre sur ses fouilles en Syrie alors sous administration française. On est en 1934 et cinq années de suite, elle l'accompagne dans des conditions de vie qui n'ont rien de particulièrement confortables…

C'est la base de ces chroniques décousues, récits de leur vie commune et de leurs aventures… C'est drôle et, surtout, c'est le regard d'une femme avec un éclairage différent sur le monde qu'elle perçoit. Rien d'une pimbêche, elle épaule son Max Mallowan tant dans les recherches qu'en développant les photos des objets trouvés sur les sites.

Une vie où les souris comme les puces sont à la fête la nuit… Elle croque avec gentillesse toute l'équipe qui participe à ces fouilles, des collaborateurs européens jusqu'au cuisinier. Elle distille des récits de rencontres multiples, toujours ave tendresse et ironie. On rit de ces situations parfois absurdes, des télescopages culturels, de la pesanteur des douanes, des postes et d'autres administrations. Mais aussi des tensions entre communautés différentes. Ou des frasques de certains collaborateurs…!

B. ne nous prête aucune attention et s'étend sur son invention.
Les pyjamas sont en soie blanche lavable. ils sont d'une seule pièce, avec un capuchon qui recouvre le visage, et les manches se terminent par des mitaines. Ils se ferment devant par une fermeture éclair. Ainsi les seules parties du corps exposées aux moustiques sont les yeux et le nez.
« Et comme vous inspirez et expirez par le nez, cela tient les moustiques à distance », explique fièrement B.
Max répète fraîchement qu'ici il n'y a pas de moustiques. B. nous laisse entendre que, lorsque nous souffrirons tous de la malaria et que nous grelotterons de fièvre, nous regretterons de ne pas avoir adopté son idée.
Le soir même, nous dormons à poings fermés lorsque éclate un vacarme assourdissant. Nous nous levons d'un bond, et l'espace d'un instant nous croyons être attaqués par des voleurs. Nous nous précipitons tous dans la dans la salle à manger. Un homme en blanc court en tous sens comme un fou, en glapissant et en sautant en l'air.
« Pour l'amour du ciel, B. que se passe-t-il ? » s'exclame Max.
Pendant une seconde, nous pensons qu'il est devenu fou. Soudain nous comprenons. D'une manière ou d'une autre, une souris est parvenue à s'introduire dans le pyjama antimoustiques, et la fermeture éclair s'est bloquée !

C'est aussi pendant ces années qu'Agatha écrira trois des ses livres les plus célèbres…

La romancière et l'archéologue
Agatha Christie Mallowan
Petite bibliothèque Payot
9782228900966 | 8,50 €

image caddie

image

À lire dans le même registre sur urbanbike…
Naître en français de Stella Baruk
La route d'Oxiane de Robert Byron

le 07/04/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Japon ancien en photos

Et en anglais

dans ailleurs | mémoire | photographie | voir
par Jean-Christophe Courte

Découvert via lariviereauxcanards.typepad.com, ce blog sur le Japon d'autre fois

Ainsi Kyoto en 1926…
image

le 06/04/2008 à 13:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Canon EF 70-200mm f/4L USM

Zoom léger et universel

dans photographie
par Jean-Christophe Courte

Toujours pour mémoire, une petite fiche pour clore temporairement ce catalogue improvisé des optiques Canon.
Je me rends compte que je ne suis absolument pas à l'aise avec les zooms longue focale alors que je me débrouille à peu près avec des zooms grand angle. Du coup, j'ai revendu ce EF 70-200mm f/4L USM de très bonne qualité car je n'ai pas accroché.

Pourtant, c'est une optique qui a tout pour elle malgré un démarrage à f/4.0… Légère (705 grammes), étanche, un auto-focus rapide et silencieux et un excellent piqué. Un début d'explication tient certainement au fait que j'ai une vision carte postale depuis une opération aux yeux tout gamin. Bref, je ne vois pas en stéréo et cela m'a pas mal handicapé quand je jouais au tennis ou au rugby pour situer la balle…!

Quelques vues dans des conditions différentes.

image
image

200 mm — 1/400° — f/6.3 — 400 ISO (temps gris et pluie)

image

Idem, 200 mm — 1/400° — f/6.3 — 400 ISO. Alors que la veille, un peu de soleil…

image

140 mm — 1/100° — f/10 — 100 ISO

Pas de souci pour réaliser des portraits (mômes, fleurs et moutons…!)

image
image
image
Pour mémoire :
Divers produits Canon chroniqués…

le 06/04/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Safari, Firefox et affichage des polices

Un rapide essai d'usage de typo et quelques modifications

dans pratique | typo | voir
par Jean-Christophe Courte

Si vous utilisez la version 3.1 de Safari, vous savez déjà que vous pouvez désormais afficher des typos spécifiques sur un site sans avoir ces typos sur votre propre serveur… Revers de la médaille, ces typos sont aisément récupérables comme j'ai pu le tester, par exemple, sur le site de fonts.info en cherchant simplement quelle est l'adresse physique de la typo sur le serveur distant.

En effet, j'ai testé la Graublau Sans Pro dessinée par Georg Seifert et récupéré cette dernière depuis la page de démo

C'est toute l'ambiguïté de ce dispositif, la typo en usage n'est pas protégée et j'ai écrit en ce sens à l'auteur de cette fonte sur ce risque potentiel. Le fait de ne pas ajouter de suffixe ne sert à rien, il suffit de le remettre après avoir téléchargé le fichier. Bref, ce n'est pas encore au point même si c'est une version allégée pour le web (mais j'en doute. Et dans le doute, je m'abstiens)… Note du samedi matin. À propos de la Graublau sans : Ralf m'écrit que ces deux typos sont libres et disponibles pour le web et téléchargement. Seules les versions pour le print sont payantes…

image

Ce qui m'a surpris également est que, selon la provenance des typos truetype, elles s'affichent — ou non — sur FireFox. Ainsi, un test a été fait avec la très chouette TrashHand (gratuite…) dessinée par Luce Avérous — celle que j'utilise dans mon post-it en haut d'urbanbike — qui s'affiche bien sur Firefox… mais sans les accents alors qu'elle est impeccable sous Safari. Par contre la Graublau Sans Pro ne s'affiche que sous Safari et est substituée par du Verdana sous FireFox.

Du coup, j'ai testé une typo de Mark Simonson, toujours au format .ttf, qui fonctionne tant sous Safari…

image

Que sous Firefox (2.x).

image

Il s'agit de la non moins superbe Mostra

À noter que ce n'est pas très compliqué à ajouter dans la CSS. Ici, celle d'urbanbike simplifiée…

.entry-title h3 {
font
large/1.2 'MostraThree'Verdana'Times New Roman'sans-serif;


Mais après avoir déclaré la fonte :
@font-face {
  font
-family"MostraThree";
  
srcurl(http://www.mondomaine.com/ragnagna/MostraThree.ttf) format("truetype");


Après, bien entendu, avoir ajouté la typo dans un répertoire précis sur le serveur.

J'ai ensuite supprimé les typos de mon serveur et les infos de mes CSS car, si cela fonctionne sur Mac, quid du droit d'auteur si la typo peut être aisément récupérée…? C'est ce qui me chagrine pour les fontes payantes. L'autre inconvénient majeur est que cela ralentit significativement l'affichage de la page au premier chargement… Or c'est déjà ce que j'essaye de réduire. J'en ai d'ailleurs profité pour modifier un poil urbanbike vendredi soir. Comme j'ajoute de plus en plus de photos, j'ai réduit le nombre de billets affichés à 5 par page (au lieu de 10) ainsi que le sommaire à 25 liens (au lieu de 50)…

le 05/04/2008 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

La première enquête de Montalbano | Policier

Andrea Camilleri

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

Paru au format poche, ces trois premières enquêtes (sans meurtre faut-il le préciser) sont un régal… De fait, je les avais déjà lues il y a pas mal d'années mais certains détails ne me sont revenus qu'assez tardivement dans les intrigues, ce qui n'a en rien torpillé le fil implacable et drôle de chaque récit d'Andrea Camilleri…

Je tiens à saluer le boulot fabuleux du traducteur, Serge Quadruppani, qui arrive (j'imagine) à nous rendre les différents formes d'italien avec des constructions et des tournures de style qui me remettent en mémoire nos propres formes de patois… Bref, un exploit de rendre naturel à la fois l'italien stylé et le sicilien dans une traduction… Du coup, l'histoire se déroule sans peine avec des personnages qui crèvent la page… à défaut d'écran. Quel plaisir d'être happé par ces histoires, d'être baladé d'un endroit à l'autre pour suivre le cheminement du commissaire Montalbano…

Ces trois récits relatent les débuts de Montalbano et son arrivée à Vigàta, la ville imaginaire en bord de mer qui sert de toile de fond aux enquêtes du Commissaire. Entre ses problèmes sentimentaux, un appétit immodéré pour spécialités roboratives (sfincioni, rougets, cuddrironi, arancini, pâtes à la n'casciata, cannoli, cassates, panareddri à l'œuf…) qui donnent immédiatement d'aller partager ses repas, les descriptions urbaines et campagnardes, Montalbano devient vite un héros attachant dont les pièces du puzzle finissent par composer un portrait plutôt sympathique malgré quelques excès d'humeur noire…!

Bref, depuis la forme de l'eau et bien d'autres romans, Andrea Camilleri est en tête de mon panthéon policier…


La première enquête de Montalbano
Andrea Camilleri
Pocket
9782266166652 | 6,40 €

image caddie

image

À lire également sur urbanbike : Le tour de la bouéeLa peur de Montalbano

le 04/04/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Rude compétition dans le RAW

Aperture versus Lightroom, etc.

dans photographie | voir
par Jean-Christophe Courte

Depuis hier matin, les photographes numériques sont encore plus partagés face aux divers outils qui leur sont proposés… Pas facile de choisir d'autant que les fonctionnalités se pressent au portillon…

Du coup, LightZone 3.5 était en promo sur MacUpdate avec 54% de réduction.

Comme des centaines de personnes, j'ai chargé la béta version de LightRoom. Hormis une interface encore en chantier, le fait de gérer d'ores et déjà deux écrans comme CaptureOne est un élément appréciable tout comme cet étonnant outil de retouche protéiforme que l'on obtient avec la touche (K)…

Bref, d'autres sites ont réalisé de superbes tutoriaux à ce propos comme le signalait Florian sur MacGeneration. Je vous recommande le point de vue de l'expert, à savoir Volker Gilbert.

image

image

Bref, quid désormais de la nouvelle version de DPP ou encore la version 2.0 de NX…? Jamais nous n'avons eu autant de produits pour traiter nos images. Nous avons à peine le temps de nous habituer à un produit que, hop, nous sommes incités à passer à un autre. Ce truisme pour rappeler que toutes ses évolutions ont un prix, tant financier que de plongée dans l'application et donc en temps. Et, de facto, je m'interroge sur leur pertinence… Allez, c'est un coup de fatigue.

image

Aujourd'hui, ma souricette a onze ans et je lève le pied jusqu'à lundi.

le 03/04/2008 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Canon EF 35mm f/1.4L USM

De nuit, c'est amusant…

dans mémoire | photographie | voir
par Jean-Christophe Courte

Non, je ne vais pas décliner tout le parc optique de Canon (quoi que…!) mais en même temps que le 85 mm, je suis parti avec le EF 35mm f/1.4L USM. Bon, sur mon 16-35 mm, j'utilise cette focale mais avec une ouverture à 2.8…
Or là, à 1.4, il se passe pas mal de choses déjà et avec une absence notable de vignettage.

Je reconnais que ce 35 mm de 1.4 est sacrement efficace et permet des choses assez sympathiques même si je lorgne plutôt vers des grand-angles plus larges…

image

35 mm — 1/8000° — f/2.8 — ISO 200

Bien évidemment, si vous réalisez de la photo urbaine, c'est assez pratique même si l'on couvre moins de champ que le 14 mm évoqué précédemment.

image

35 mm — 1/8000° — f/2.8 — ISO 200

Mais hormis l'architecture, c'est aussi l'occasion de s'amuser. Et toujours dans la rue en se collant littéralement à son sujet…

image

35 mm — 1/500° — f/2.2 — ISO 200

image

35 mm — 1/50° — f/8 — ISO 200

De nuit, je suis reparti avec cette optique sur mon Canon 5D. La lumière des réverbères est très jaune mais il est assez facile en RAW de corriger sa balance des blancs pour obtenir ce que l'on souhaite…

image
image

35 mm — 1/20° — f/2 — ISO 1600

En même temps, j'aime bien cette ambiance de roman noir. Ici, avec la grille qui protège le chantier à droite…

image

35 mm — 1/40° — f/1,4 — ISO 1600

image

image

35 mm — 1/100° — f/1,4 — ISO 1600

Toutes ces images de nuit sont décalées de moins un diaph pour éviter d'être trop claires, un comble…!
Pour mémoire :
Divers produits Canon chroniqués…

le 02/04/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?