Urbanbike

Recherche | mode avancée

Exclusif : le Nikon D3 sur urbanbike…! | 8

Large, ou le contraire D3.

dans photographie | signé laurent
par Laurent Thion

image
D3 + 15 mm f/3,5 AIS

Ainsi peut-on qualifier les possibilités d'emploi du premier Nikon au format FX avec le parc d'optiques existant.
Il est possible de mémoriser dans ce boîtier les caractéristiques de 9 optiques sans cpu (l'ouverture maximale et la distance focale) et de paramétrer la touche "fonction" afin de les sélectionner rapidement. À noter que les optiques AI et AIS sont compatibles mais également les modèles antérieurs à 1977 qui auraient été modifiés "à la main". Voir tout de même le tableau de compatibilité pour les objectifs spéciaux. J'ai, par exemple, un 2,1cm f/4 non rétrofocus totalement incompatible.


18 mm f/3.5 AIS

image
18 mm AIS - 1/180e de seconde - f/11 - ISO 200

Quelle étrange sensation que celle de monter mon vieux 18 mm AIS sur ce D3 tout frais sorti des chaînes de montages nippones. Me voici revenu bien des années en arrière, du temps du F3HP, de la visée si confortable qui affiche 100% de l'image enregistrée et surtout du champ angulaire enfin retrouvé. Les vieilles habitudes de composition de l'image reviennent au galop : contrôler les fuyantes, faire attention à sa propre ombre, travailler avec la distance hyperfocale, bien mesurer sa lumière, vite regarder partout avant de déclencher... Le 18 mm f/3,5 AIS donne de très bons résultats, et permet aussi d'utiliser un polarisant. L'encombrement est bien moindre que le zoom 14-24 précédemment testé et possède un avantage déterminant : il est déjà dans ma sacoche !
Loin de constituer une solution médiocre de remplacement, je pense que cette optique est parfaitement exploitable avec le D3, sous réserve de prendre un minimum de temps pour composer son image. Le rendu est très bon, même en périphérie de l'image.


image
18 mm AIS - 1/125e de seconde - f/11 - ISO 200

image
Crop à 100%

image
Crop à 100%

image
Crop à 100%

image
18 mm AIS - 1/350e de seconde - f/8 - ISO 200


PC 28 mm f/3.5

image
D3 + 28 mm f/3,5 PC

Alors que des solutions ont été trouvées face au problème de la réduction de la taille du capteur et de la perte de champ angulaire qui en résulte, - notamment par la créations d'optiques dédiées comme le 12-24 DX -, rien n'a remplacé jusqu'alors, chez Nikon, l'emploi du 28 mm à décentrement. Cet objectif monté sur un D200 se transforme en un 42 mm qui permet certes de rendre service dans certains cas mais perd énormément de son utilité initiale. C'est donc encore comme une renaissance que de monter ce caillou sur le D3. Il est d'ailleurs surprenant de constater que cette optique n'est plus fabriquée depuis 2006. Le 28mm PC était extrêmement rare sur la marché de l'occasion du temps de l'argentique. On en trouve désormais assez facilement depuis l'arrivée des capteurs DX et, à moins que Nikon ne planche actuellement sur une nouvelle version (avec diaph auto, af et je ne sais quoi d'autre comme des bascules en plus du décentrement), le capteur FX du D3 redonne tout son intérêt à cet objectif unique. J'ai bien fait de garder le mien...
Les quelques images réalisés pendant cette (trop) courte période d'essai du D3 montrent a priori de bons résultats.

image
28mm PC - 1/180e de seconde - f/11 - ISO 200, sans pied.


Micro NIKKOR-P 55mm f/3,5 de 1972

image
55 mm - 1/4e de seconde - f/22 - ISO 200

Là aussi, dans calme du studio, sur pied et en prenant son temps, le résultat est tout à fait exploitable. Il s'agit pourtant de la version sans traitement multicouche. Bien entendu, le 60 mm ou le 105 mm de fabrication actuelle doivent fonctionner également à merveille... si tant est qu'on les possède.

image
55 mm - 1/8e de seconde - f/22 - ISO 200

image
Crop à 100%


image
55 mm - 1/8e de seconde - f/16 - ISO 200

image
Crop à 100%


Et les autres grands angulaires ?

Je me suis ensuite lancé dans un fastidieux exercice de comparaison entre le 14-24 et l'ensemble de mon parc de grands angulaires : 15, 18, 24, 28, 35, zoom 28-45 (1977) et aussi le 12-24 et le 17-55 sur le D200.
J'en aurais pour des pages et des pages à comparer l'incomparable dans le détail. C'est sans grand intérêt mais des généralités peuvent toutefois être notées.

- le 14-24 surclasse allègrement nombre de focales fixes et ce même à pleine ouverture. Il convient toutefois de fermer d'un cran ou deux pour éliminer le vignettage.
- le 15 mm est égal à lui-même : trop de flare et piqué moyen
- le 18 s'en sort bien
- le 24 est bon si diaphragmé
- le 28-45 de 1977 est excellent dès f/5,6 !!
et sur le D200
- le 12-24 DX génère une frange magenta dont l'importance est inversement proportionnelle à la distance focale et au nombre f
- le 17-55 est très bon aussi

image
Planche de test - Capture NX

Synthèse de tout cela : retour vers le futur

Le D3, premier reflex Nikon à capteur plein format (dénommé FX) donne effectivement envie de recycler son matériel, surtout en ce qui concerne les grands angulaires. Bien que l'achat d'un zoom grand angulaire spécialement calculé pour insoler un capteur soit pratiquement incontournable pour tirer la quintessence du D3, il n'est pas complètement dément de passer un peu de temps à passer en revue son parc d'objectifs. Le 14-24 ne peut accueillir de filtre polarisant et le replis vers une ancienne optique peut rendre bien des services si on en connaît les limites (diaphragme minimum d'utilisation, notamment). Le cas du 28 à décentrement est également une bonne raison de passer au plein format car les possibilités de redresser une image sous Photoshop ont des conséquences directes sur la résolution de l'image. L'excellente dynamique et qualité du capteur offre un fort potentiel de corrections a posteriori, dans le cas d'enregistrement en format RAW.


Pour les irréductibles de la pellicule et de la mise au point manuelle, c'est peut-être enfin le moment de prendre le train en marche. Hors considérations financières, bien sûr !

image
70-200 @ 200 - 1/20e de seconde - f/2,8 - ISO 200 - VR activé

Autres produits Nikon chroniqués par Laurent sur urbanbike…
Note de la rédaction : Laurent est l'auteur de deux livres de cas pratiques, le premier sur le Nikon D3 et le second sur le Nikon D300, deux ouvrages parus chez First.

le 15/01/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Laurent Thion | Partager…?

Jeep hybride

Jeep Renegade concept

dans potager
par Jean-Christophe Courte

Un peu de provocation, histoire de rappeler que le monde bouge quand il le veut…
Jeep a présenté au salon de Detroit un nouveau prototype qui est un peu la répétition de ce que devraient être sa gamme de véhicules dans quelques temps…
Avec un système électrique capable de vous faire parcourir plus de 60 kilomètres et un moteur diesel pour prendre le relais…
Joël avait raison d'écrire en juillet 2006 que cela allait bouger très vite…
À suivre

image

le 14/01/2008 à 20:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bureau cylindre

Design Pod

dans architecture | bosser n’importe où | dans mon bocal
par Jean-Christophe Courte

Lu et vu chez shedworking… Ceci EST un bureau vu par Andrew Maynard…

image

le 14/01/2008 à 17:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Se former sur flash en ce début 2008

Trois méthodes, trois styles d'apprentissage…

dans lire | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

Utiliser Flash n'est pas toujours aussi simple que ceux qui l'emploient le disent ou le pensent…! Il faut un déclic et les livres disponibles sont souvent destinés déjà des utilisateurs émérites… Pour mettre toutes les chances de votre coté, trois manières de vous plonger dans ce logiciel…

En premier lieu, plus traditionnel, le dernier livre de la collection Créa de chez Dunod écrit par Guylaine Monnier qui gère un portail dédié à ce logiciel, flashxpress.net… Là, nous avons affaire à un bon manuel d'auto-formation qui détaille toutes les fonctionnalités du produit sur plus de 600 pages… Cet auteur avait signé chez le même éditeur un autre ouvrage sur Flash pour les Webdesigners que nous avions évoqué sur un billet d'urbanike dédié à la littérature sur Flash en 2006.

Adobe Flash CS3
Créez des contenus animés et interactifs
Guylaine Monnier
Dunod
9782100517091 | 39 € | Tous les exercices sont disponibles sur le site de dunod.com

image caddie

image

Ensuite, chez Eyrolles, une série d'exercices en images par Mathieu Lavant à qui l'on doit un très bon bouquin sur XPress ainsi qu'un Flash 8 Professionnel

Le principe ici est de montrer par un jeu de copies d'écran (…jusqu'à 18 visuels à la suite) comment réaliser telle ou telle opération. Pas d'accompagnement sonore mais des méthodes expliquées en images et reproductibles avec les fichiers d'exemples du CD-Rom. Une série de cahiers d'exercices est prévu sur le modèle de ceux dédiés à Photoshop.

Flash | spécial débutants
Cahier n° 1
Mathieu Lavant
Eyrolles
9782212122336 | 19,90 € | LIvré avec un CD-Rom comportant tous les exercices ainsi que les captures d'écran.

image caddie

image

Enfin, une dernière méthode que l'on retrouve en partie sur des sites comme celui de Wisibility sur leur espace payant est le tutorum. En fait, il s'agit ici d'un CD-Rom réalisé par vtcfrance.com et 19 leçons animées par Christian Meneux sur 1 heure et vingt minutes et correspondant à une très grosse demi-journée d'auto-formation, la grande souplesse de cette option est de vous permettre de réaliser les leçons avec Flash en même temps que vous suivez et interrompez le cours en fonction de votre apprentissage. Je me suis déjà exprimé sur urbanbike sur cette méthode que j'apprécie particulièrement et à propos de FileMaker Pro la dernière fois… J'apprécie de pouvoir suivre les conseils du formateur et suivre précisement le pointeur de la souris lors des explications (pas d'explications elliptiques, toutes les étapes sont montrées)…

image

Flash CS3 - Prise en Main — …dans un package de DVD pratique à ranger.
Christian Meneux
VTC
3700248501013 | 40,97 € | démo en ligne

Lire également sur Flash ces quelques chroniques…
Flash CS3, Writer, manager impertinent et philo…
Flash 8, 3 ouvrages d'auto-formation
Petit vrac de livres techniques

le 14/01/2008 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

La route d’Oxiane

Robert Byron

dans ailleurs | architecture | lire
par Jean-Christophe Courte

Voici un livre — The road to Oxiana — que j'ai eu du mal à quitter… De fait, cette chronique de voyage écrite par Robert Byron ne vous lâche pas tant que vous n'êtes pas arrivé au bout et c'est avec un réel plaisir que je me suis plongé quelques soirs durant, bien au chaud sous ma couette, dans ce récit de voyage écrit à la serpe par un fou d'architecture et d'art…

Ce plus, c'est une superbe peinture de l'ambiance en Méditerranée puis sur les routes de la Perse et de l'Afghanistan d'alors pour se rendre jusqu'en Inde… Nous sommes à la veille de la seconde guerre mondiale — en 1933 et 1934 (l'auteur a 29 ans le 26 février 1934 vers Chiraz…), les nazis sont au pouvoir en Allemagne et la tension internationale monte doucement. On retrouve d'ailleurs, les descriptions d'architecture en moins, les incertitudes de Peter Fleming et Elsa Maillart dans le livre Courrier de Tartarie — chroniqué sur urbanbike, voyage effectué deux ans plus tard (6000 kilomètres en 7 mois…).

Byron est acerbe, critique, direct, drôle, méchant, précis… Il a un regard ironique sur le monde qui l'entoure et ne s'embarrasse pas de circonvolutions pour exprimer ce qu'il pense… Et sa passion pour l'architecture est enthousiasmante autant que sa culture artistique et historique.

Bref, on ne s'ennuie pas à le suivre, à vivre avec lui les nombreux ratés de son périple vers l'Afghanistan, à visiter Hérat, contempler minarets et mausolés, à se balader dans Yezd — la ville où est née Stella Baruk — ou Firouzabad, etc.
Mais aucune représentation photographique, aucune description verbale ne saurait restituer ce bleu raisin velouté d'azur, ne saurait évoquer les foisonnements sinueux qui rendent l'ensemble su profond et si lumineux. Sur les huit côtés de la base, que plaquent des panneaux de marbre gravés d'inscriptions d'un coufique baroque, le jaune, le blanc, le vert olive et le rouge rouille s'allient aux deux tons de bleu en un tournoiement de fleurs, d'arabesques et de textes aussi finement ciselés que le filigrane d'une tasse à thé. Les fûts des colonnes, au-dessus, sont couverts de petits losanges en pointe de diamant ornées de fleurs, mais cette fois dans l'unique dominante bleu raisin ; chacun d'eux est bordé de faïence blanche en relief, de sorte que la partie supérieure des minarets semble enveloppée dans un filet scintillant.

On découvre en chemin les problèmes liés aux images, les ruses des archéologues sur le site de Persépolis pour empêcher les voyageurs de photographier les champs de fouilles et le stratagème de Byron pour y arriver — avec justesse — car son but n'est absolument pas le même que celui d'Harzfeld, l'archéologue. De plus, prendre des photos en Perse n'était pas apprécié et il a fallu souvent ruser pour les réaliser. Ce voyage avec son ami Christopher Sykes démontre en tous cas son amour immodéré des vestiges historiques, sa volonté de défendre ce patrimoine alors totalement à l'abandon et ignoré même des populations comme des politiques. Et surtout sa soif de comprendre les apports de chaque civilisation dans l'histoire mondiale de l'architecture…

image

image

Ce qui est génial — merci internet sur ce plan précis, c'est que nous pouvons encore admirer les photos qu'il a réalisé sur ce site. 707 photos en noir et blanc — dont 59 d'Herat — couvrent tous ses périples (Grèce et Russie compris), à regarder impérativement.

C'est ici que l'on se rend compte qu'il était également un excellent photographe d'architecture. J'imagine qu'une version de la Route d'Oxiane avec ces photos doit exister…?

Ne réduisons pas ce livre à cela même si ses descriptions sont exceptionnelles. Byron a l'art de peintre en quelques traits une situation, des personnes rencontrées ou des situations particulièrement cocasses… J'ai eu un réel plaisir le suivre dans ce voyage, au même titre que Patrick Leigh Fermor… Tout y passe, une regard amusé sur le protocole des légations britanniques et la diplomatie, une façon de raconter le quotidien qui n'est pas toujours rose, c'est le moins que l'on puisse dire car les moyens de transports sont minimalistes tout comme le confort d'époque. Mais aussi une réflexion sur le monde qui change, les bouleversements apportés par la modernité. C'est certainement l'un des meilleurs livres de voyage que j'ai lu ces dernières années… Espérons que les endroits décrits ne seront pas un peu plus meurtris au nom du fanatisme comme du pétrole…

Robert Byron est mort en 1941, le bateau qu'il empruntait pour se rendre en Egypte ayant été torpillé par un U-Boat…

Route d'Oxiane

Robert Byron
Payot-Rivages
9782228895392 | 10,40 €

image caddie

image

Quelques livres chroniqués sur urbanbike et qui se déroulent dans les mêmes endroits… Ou pas loin autour…!
Naître en français | Stella Baruk
Courrier de Tartarie | Peter Fleming
Longue marche | Bernard Ollivier
Entre fleuve et forêt | Patrick Leigh Fermor

le 13/01/2008 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Explorateur du français

Dans la version 5 de ProLexis

dans outils | pratique | voir
par Jean-Christophe Courte

En mettant à jour ce soit la dernière version de Myriad et de ProLexis disponible sur le site des éditions Diagonal, je me suis rendu compte que des petits plus avaient été ajoutés et que je ne les avais pas encore perçus…
Dont cet explorateur du français bien pratique que je devrais consulter fréquemment désormais…
Avec une faute récurrente chez moi autour de quand et quant…

image

Le principe est simple : soit on cherche via la première colonne ; soit on effectue une recherche… Et hop, une fenêtre à droite avec les explications que l'on peut agrandir pour une meilleure lecture… Bref, une manière de continuer à apprendre bien pratique.

Note, cela devrait m'éviter de recevoir trop de messages de mes correcteurs préférés…! Je n'ai pas dit "plus"…!

le 12/01/2008 à 21:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Des bombes à la Sixtine…

Le thème de la divine chapelle revisité par Paco Rosic

dans voir
par Jean-Christophe Courte

Sans commentaires… (Vous avez échappé à : La Sixtine, c'est de la bombe…!)

image
Note(s) de lecteur(s)…

Chacun son style comme le dessine Claude

image

le 12/01/2008 à 20:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?