Urbanbike

Recherche | mode avancée

L’amour triomphe toujours

Voutch toujours

dans lire | voir
par Jean-Christophe Courte

Mais à quel prix…! C'est l'amour voutch…!

image

C'est le genre d'humour qui me fait hurler de rire… Bref, j'ai eu sous les yeux cette semaine deux albums (épuisés…!)… Et je lis sur son nouveau site qu'un nouveau devrait prochainement sortir… Chouette…!

L'amour triomphe toujours image
Voutch
Le cherche midi
9782862747958 | 17,10 €

image

Le pire n'est même pas certain image
Voutch
Le cherche midi
9782862746845 | 16 €

image

Note : hier midi, la bibliothèque municipale étant ouverte, Béatrice est revenue avec trois Voutch(s)…
Chaque jour est une fête (épuisé),Le grand tourbillon de la vie ainsi que Personne n'est tout blanc, ces deux là encore disponibles…
Inutile de dire que le début d'après-midi a démarré dans un silence quasi religieux juste ponctué par des éclats de rire…!

le 02/12/2007 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Se faire de la pub en prétendant avoir été hacké

Lamentable

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

J'avais lu ceci il y a quelques jours (le 27 novembre) sur le site de nos amis de MacGeneration. Des blogs prétendaient avoir été hackés par un gars opposé à Apple…

Pourquoi pas, certains sites ont manifestement des soucis de sécurité. Mais je n'avais pas été plus loin.
Puis quelques heures après, je lisais ceci sous la plume de Leslie Camacho.
As some of you know there is a “PR stunt” underway involving a few, mostly Apple related sites. In this stunt, a fake hacker is claiming to have “hacked” these sites in attempt to generate traffic. A few of these sites are powered by ExpressionEngine and hosted with EngineHosting. This has caused a number of people to contact us asking if there are security concerns regarding our products and services.
The answer is no. These claims are completely false, fabrications of an ill-conceived publicity stunt. EllisLab was not notified of this stunt nor were we involved in any way. We’re not linking to anything because we’ll be damned if we give this stunt additional publicity.

Je n'avais pas fait le rapport même si cela ne m'avait pas réellement surpris, urbanbike tourne sous ExpressionEngine et, jusqu’à présent (je touche du bois…), je n'ai jamais eu d'angoisses de ce côté ci…

C'est à nouveau MacGeneration qui livre le fin mot de l'histoire hier soirCe sont les propriétaires des sites prétendument attaqués qui avaient eux-mêmes inventé ce hack, simplement pour se faire de la pub… On reste les bras ballants devant ce concentré de bêtise crasse…

Je ne goûte pas cette plaisanterie car c'est l'image même des développeurs d'EllisLab qui est ainsi entachée indirectement.

Pour ma part, je suis particulièrement satisfait du fonctionnement de leurs produits et ce, depuis des années, que ce soit pMachine (sur lequel tourne mon site professionnel) ou encore ExpressionEngine qui supporte urbanbike actuellement… C'est dit.

En savoir plus sur :
Refonte d'Urbanbike, moteur !
Urbanbike sous ExpressionEngine 1.6
ExpressionEngine 1.6 et variables utilisateurs
ExpressionEngine 1.6 et gestion des images aléatoires

image

À méditer (citation empruntée au site de Gilles G. Jobin) :
[...] je réserve dans l'année un certain nombre de semaines, appelons-les blanches, appelons-les noires, où je n'accorde aucun intérêt, quel qu'il soit, au monde qui m'entoure. Quand j'émerge de cette abstinence médiatique, il s'avère toujours que je n'ai rien raté d'important. Nous vivons sous une pluie crépitante de désinformation et de rumeurs, avec un nombre très réduit de nouvelles décisives. Au cours de ces semaines d'abstinence, je me consacre à la recherche d'une autre sorte d'informations : celles que j'ai en moi.
Henning Mankell (Avant le gel, trad. Anna Gibson, p.340, Seuil/Policiers, 2005)

le 01/12/2007 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le temps des offrandes | Entre fleuve et forêt

Patrick Leigh Fermor

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

Suite au billet d'hier, j'inaugure aujourd'hui une nouvelle forme de chronique, celle de bouquins indisponibles car épuisés…

8 décembre 1933… Un jeune anglais quitte Londres pour traverser à pied toute l'Europe d'entre les deux guerres. Il part de la Hollande (non loin de Rotterdam) et descend dans ce premier livre — Le temps des offrandes — jusqu'à Budapest. Le second livre est également un carnet de voyage — Entre fleuve et forêt — où il poursuit son périple jusqu'à Constantinople…
J'avais quitté la Hollande en 1934 dans l'intention de ne fréquenter que des rencontres de hasard et mes collègues-clochards, mais presque insensiblement, je m'apercevais, en atteignant la Hongrie et la Transylvanie, que les choses se passaient beaucoup mieux que je l'aurais jamais espéré ou prévu : je caracolais sur des chevaux empruntés, passais d'une demeure seigneuriale à une autre, séjournais souvent pendant des semaines, et même des mois, sous des toits patients, peut-être mis à rude épreuve, en tous cas hospitaliers toujours. Bien des éléments concourraient à différencier des autres cette partie du voyage. Ce fut une époque de ravissement ; tout semblait incommensurablement vieux et en même temps flambant neuf et inconnu ; en outre, grâce à mon rythme de lambin et à ces longs séjours, je nouai de durables amitiés

Ma rencontre avec Patrick Leigh Fermor est liée à la télévision. Plus exactement, lors d'une émission de Bernard Pivot où cet écrivain était interviewé… Le lendemain, je m'étais procuré en librairie le premier volume, Le temps des offrandes. Ce que j'ai particulièrement apprécié dans ces deux livres, c'est le temps suspendu entre ces deux conflits majeurs que furent la première puis la seconde guerre mondiale. L'auteur nous fait découvrir cette Europe tissée encore de singularités qui sera balayée près de cinq ans après… C'est le témoignage exceptionnel d'un promeneur curieux qui prend le temps d'aller à son rythme, de vivre celui des rencontres… Patrick Leigh Fermor est un personnage de roman, une stature à la Henri de Monfreid mêlant culture, érudition, courage et prêt à se défendre les armes à la main. C'est en Crète qu'il s'illustra d'ailleurs, capturant un haut dignitaire allemand (le général Kreipe)… dont il connaissait les cousins pour les avoir croisés lors de son périple pédestre, déclamant avec ce dernier des poèmes… Cette histoire passa d'ailleurs au cinéma, sous le titre de Ill Met by Moonlight).

Pourtant, dans ce voyage, l'auteur confesse avoir été d'une inculture politique totale, n'étant pas en route pour faire une analyse journalistique de ce monde en cours de mutation (Hitler venait de prendre le pouvoir en Allemagne), mais juste le plaisir de "lambiner" calmement vers la destination qu'il s'était fixé…!
Sans cesse des nouvelles inquiétantes nous arrivaient du monde extérieur, mais un je-ne-sais-quoi, dans l'humeur de ces vallées et de ces chaînes montagneuses, atténuait leur impact. Il y avait des présages, et sinistres, mais trois années devaient encore s'écouler avant que ceux-ci n'annoncent, sans doute possible, les convulsions de cinq ans plus tard.

Bref, je n'ai pas envie de résumer les deux tomes de ce voyage improbable, à vous d'être séduit (…ou non) par cette ambiance et ses descriptions. Ce récit aurait pu ne pas exister car l'auteur perdit en Moldavie son carnet de voyage. Le hasard fit qu'il le retrouva quelques années plus tard en Roumanie comme il l'explique dans son introduction la lettre de présentation de Entre fleuve et forêt.
Prodigieux.

Ces deux livres sont malheureusement indisponibles en ligne. Tentez votre chance dans les librairies de votre quartier, empruntez-les à la bibliothèque municipale, mais lisez-les…!

Le temps des offrandes image
Patrick Leigh Fermor
Voyageurs Payot
9782228883788 | 25,90 €

Entre fleuve et forêt image
Patrick Leigh Fermor
Voyageurs Payot
9782228885157 | 25,90 €

image

À lire également, Mani, Courrier des Andes mais aussi son roman, les Violons de Saint-Jacques. Patrick Leigh Fermor n'est jamais meilleur que lorsqu'il il relate ses voyages… À suivre.

le 30/11/2007 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Imbrications urbaines…

Sans commentaire

dans architecture | voir
par Jean-Christophe Courte

image

À découvrir sur le blog Subtopia

le 29/11/2007 à 11:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Ouf, en dessous de 50 %

Mac Addict, moi, pas du tout…!

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

Non, je n'ai pas encore un iPhone (si mon vieux Nokia plante, on considérera le problème à ce moment là…)
Non, je n'ai pas de iPod Touch (pas encore vu le grosPod dont je rêve…)
Non, je ne suis pas sous Léopard (et pas pressé d'y passer…)
Non, je n'ai jamais eu d'iPod (j'écoute encore des CD-Roms avec de vraies couvertures…)
Oui, j'ai bien un iMac G3 violet encore à la maison (pour le plus grand bonheur de ma fille…)
Le test se trouve ici… (Via François qui est moins atteint que moi…!)

image
Info(s) pratique(s)…

Mais, j'ai testé ce quiz également et là, je suis plus gravement touché…

image

le 29/11/2007 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Réapprendre à circuler à pied

Se débrouiller par soi-même…!

dans groummphh | voir
par Jean-Christophe Courte

Circuler en ville, surtout dans une grande ville comme Paris, truffée de métros, bus, RER, tramways et taxis, c'est assez facile… De fait, les gens qui travaillent à Paris mais vivent en banlieue n'ont pas toujours une connaissance précise de l'espace urbain qui sépare leur lieu d'arrivée (une gare, par exemple) de l'endroit où ils travaillent… Tant qu'il suffit de sauter dans un bus ou le métro, tout est simple. Souvent, c'est plus une connaissance du réseau sous-terrain, des correspondances que de ce qui est au-dessus de leurs têtes…!

Là où cela se complique, c'est quand les moyens de transport sont indisponibles. Avec les grèves, les taxis scotchés dans les embouteillages, trouver un vélo ou circuler à pied ne suffit pas contrairement à ce que l'on croit…!

Les dernières grèves ont été l'occasion pour pas mal de personnes de le découvrir à leurs dépens, surtout en soirée quand la nuit est tombée, la perception du paysage urbain se modifiant radicalement…

Certains s'en sont tirés avec des moyens sophistiqués comme un TomTom. Mais pour ceux qui circulaient le nez au vent, ce n'était pas si facile. Les plus dangereux ont parfois été les nouveaux utilisateurs de vélib qui n'ont souvent pas compris que même en vélo, il y a des règles de conduite…! Que circuler à Paris en vélo, ça demande un peu d'expérience. Mais là n'est pas mon propos.

J'ai longuement discuté il y a quelques jours avec une vieille parisienne (Thérèse pour ceux qui la connaissent) qui vit désormais en Bretagne… Elle était réellement surprise de peu de connaissance de cette ville par les gens qu'elle a renseignée pendant les grèves…! D'autant que plus des trois-quart circulaient sans la moindre carte…! Or un plan, même de métro, c'est le minimum pour comprendre Paris. Pas compliqué de s'en fournir un, il suffit d'aller télécharger celui en .pdf disponible sur le site de la RATP.

D'ailleurs, posez vous cette question : êtes-vous capable de dessiner le plan de votre propre quartier, celui où vous vivez…?
C'était un exercice que nous avait demandé notre professeur en première année d'architecture (en se basant sur un livre d'Amos Rapoport — Pour une anthropologie de la maison — si ma mémoire est bonne…) et ce n'était pas aussi facile que cela… Bien évidemment, plus compliqué, êtes-vous capable de réitérer avec le quartier qui entoure votre lieu de travail…? Je ne parle même pas de la liaison aérienne (…à pied donc…!) entre votre bureau et votre "hub" d'arrivé…! Bon, essayez…!

Ayant pratiqué Paris en voiture, à pied, en taxi, en tramway, en bus et… en vélo pliant, j'arrive (relativement !) à me débrouiller mais ma connaissance est loin d'être étendue. Alors, je ruse…!

J'utilise des repères comme on le faisait dans les villages à la campagne… Ainsi mon clocher d'église à Paris, c'est la Tour Montparnasse…! Je me repère par rapport à elle. Mais tous les autres monuments me servent également, sans oublier la Seine ou le soleil…

Néanmoins, utilisateurs d'internet, pensez aussi à consulter Google Maps lors de la prochaine grève ou de votre prochaine simple virée à Paris. Et pensez circulation à pied… Leurs cartes possèdent depuis peu un rendu du relief… Bon, il n'est pas très accentué, mais pour circuler, mémorisez ou imprimez une carte à défaut d'en commander une, bien plus précise et pratique, sur le site de l'IGN…

image

Là, c'est mon coin avec la fonction relief de Google Maps, il me suffit, en quittant la forêt, de descendre la vallée vers la Seine à l'Est…!
Nettement plus poétique que la vision urbaine et bien réelle vue d'avion, non …?!

image

Paradoxalement, la limite du dispositif numérique de navigation par repérage satellite mentionné plus haut est son écran de faibles dimensions, certes pratique pour se rendre d'un point à un autre puisque chaque étape est affichée l'une à la suite de l'autre… Mais, du coup, peu de possibilités d'accident de parcours, de ceux qui vous font découvrir une rue, un bâtiment non mentionné sur le parcours balisé, fléché tout simplement parce que vous êtes sorti du trajet établi, que vous avez tourné à gauche au lieu d'aller à droite…!

Or, quand on déploie une carte sur ses genoux ou sur une table, c'est un moment privilégié où l'on découvre qu'en faisant à peine 200 mètres de plus ou 20 kilomètres, on peut visiter telle abbaye, tel site classé, telle ville, tel bout de forêt… Faire un bout de chemin buissonnier et apprendre à s'orienter selon ses envies.

Bref, même si ces dispositifs d'assistance à la navigation sont absolument fabuleux, prendre du champ, visionner un territoire plus vaste, c'est pas mal non plus…

À propos de routes (maritimes comprises…) et de voyages…
Je vous renvoie à quelques livres de voyage que j'ai chroniqué ici…
Au coeur de Bornéo
Courrier de Tartarie
Dans les collines de Mandchourie
Help ! Ma croisière en Amazonie
La longue route
Le passant du bout du monde (au Chili)
Longue marche I
Longue marche II
Longue marche III
Motel blues
Nos voisins du dessous (en Australie)
Poussières mexicaines
Si la route m'était contée…
Vagabond des mers du sud
Val Paradis

Particulièrement le livre de Gilles Rabin et de Luc Gwiazdzinski, Si la route m'était contée… image, pour des parcours autour ou dans nos villes…! J'ajoute désormais la petite étiquette image dès que le lien pointe sur notre coin livres en ligne, histoire que vous n'y arriviez pas par surprise (…je n'ai pas eu le temps de tout modifier, donc surprises il y aura !)…

En terminant ce billet, je me suis rendu compté que je n'ai jamais évoqué ce que je pense être deux des meilleurs livres de voyage, ceux de Patrick Leigh Fermor, à savoir Le temps des offrandes et Entre fleuve et forêt image, un périple commencé le 8 décembre 1933, la traversée à pied de la Hollande jusqu'à Constantinople… Un voyage dans l'Europe d'avant la seconde guerre mondiale. Prodigieux.
À suivre…!

le 29/11/2007 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Adobe, 25 ans déjà…

Concours ouvert aux créatifs

dans voir
par Jean-Christophe Courte

Pour ses 25 ans, Adobe ouvre un concours richement doté et réservé aux français (idem dans les autres pays, j'imagine). Pour plus d'information, voir sur adobe25ans.com. Ce qui est sympa, c'est que c'est ouvert à tous dès lors que les participants ont plus de 18 ans…
Le thème…? Souhaiter un joyeux vingt-cinquième anniversaire à Adobe…

image

Pour info, ce billet a été indirectement sponsorisé…! En effet, dans mon courrier, j'ai reçu une souris noire mat bien pratique… Je l'ai posé à coté de mon mulot blanc. Non, je ne céderais pas au changement, je garde ma ma fidèle Migthy mouse…!

le 28/11/2007 à 12:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?