Urbanbike

Recherche | mode avancée

Electricité statique, rayonnement et écran plat

égale plantage

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

Juste une constatation qui peut s’avérer utile pour tous ceux qui ne vivent pas dans une atmosphère douillette et régulée… Bref, ceux qui portent un pull même quand ils bossent face à leur écran ! Où utilisent un téléphone portable…

Déjà les années passées, j’avais constaté que je pouvais planter mon portable si j’étais trop chargé d’électricité statique. Mais depuis deux semaines, c’est parfaitement identifiable en ayant changé pour un G5.
Il suffit que je porte un pull en pure laine vierge pour qu’une fois sur deux le G5 qui me fait face parte en vrille. Oh, c’est insidieux, le finder n’arrive plus à afficher les fichiers d’un dossier, le pointeur tourne tout seul…
Pourtant je ne touche pas au boîtier du G5 mais il semble que tout passe par le dispositif constitué de l’écran (un simple 15 pouces Apple Studio) et du clavier + souris raccordé à cet écran par les ports USB.
Le sol est en bois dans mon bureau mais le siège comporte une assise en acrylique.

Solution : redémarrer, bien évidemment mais surtout changer de vêture en optant pour du pur coton.

Autre gag, découvert il y a peu, les interférences avec le téléphone portable.
Mes clients me téléphonent de préférence sur mon portable, ce qui est logique dans la mesure où je suis souvent en déplacement.
Devant mon écran, j’ai l’habitude de reconnecter ce téléphone sur le secteur et, surtout, de brancher une oreillette pour pouvoir converser tout en manipulant clavier et souris.
Je me suis étonné d’avoir, à plusieurs reprises, l’affichage des préférences Moniteur sans que je ne les aient sollicitées.
Le coupable est bien le portable qui se trouvait trop proche de la gauche de l’écran (du côté du bouton “Moniteur” sur l’écran Apple Studio, justement).

Bref, si vous rencontrez des petits dysfonctionnements en travaillant, avant d’incriminer le système ou une application, vérifiez votre environnement immédiat.

J’ai ainsi souvenir d’une dame qui a deux chats siamois superbes. Ces chats, très affectueux, adorent être proches de leur maîtresse. Comme ils venaient régulièrement sur son clavier quand elle saisissait du texte, elle a fait confectionner (ou trouvé) un long U en altuglass, comme une sorte de gouttière transparente posée à plat… Le clavier est logé dans le creux face à l’opératrice et les chats viennent se coucher sur la partie supérieure, le long de l’écran 21 pouces.
Cette dame n’a jamais acceptée que ses chats puissent être la cause des divers déboires qu’elle a vécu, des disques durs suicidés aux plantages système à répétition. Non, la cause était toujours son ordinateur…

À la question : ceci méritait-il un article, c’est à vous d’y répondre !

le 23/01/2004 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Polices sytème sous OSX

Attention aux doublons

dans pratique
par Jean-Christophe Courte

Remercions Apple de nous livrer sous OS X des “tas” de polices de caractère. Bon, là où nous sommes moins heureux, c’est quand nous utilisons ces mêmes polices — mais leurs familles complètes — dans un autre format… Comprendre Type1 au lieu de TrueType.
Avant le système 10.3, j’avais recours à l’excellent Alfred de Julien Dufour…

Heureusement, dans la dernière mouture du système (10.3.2), il suffit de se rendre dans Applications/Livres des polices… Et d’ouvrir ce fameux livre qui est une petite application pratique.
Un exemple basique.
J’utilise l’ITC Zaft Dingbats (de Monsieur Zaft). Apple l’a intégré dans son système sous la désignation de Zaft Dingbats, sans le préfixe ITC. Dès lors, des confusions peuvent se produire, car même si les éléments graphiques sont à priori identiques, cela ne se flashe pas réellement de la même manière. Cela se vérifie parfois dans les .pdf quand ils sont distillés.
C’est un peu différent pour l’Helvetica Neue ou l’Optima… Pour ma part, j’utilise, non des fragments, mais toute la déclinaison de ces typos.
Donc, pour éviter tout cela, nous avons désormais la possibilité de désactiver les polices système excédentaires via Applications/Livres des polices.
On ne s’en prive pas !
Néanmoins, vérifiez si cela n’a pas des incidences sur d’autres applications, notamment dans les iApps (Safari, iCal, etc.).
Aie, vous en avez désactivé un paquet ?! Pas de problèmes, cela se réactive tout aussi simplement. Mais bon, je ne charge plus les typos coréennes, japonaises (désolé Hisako) ou chinoises, ce qui réduit d’autant la liste de mes menus de polices.

Notez qu’Alfred reste toujours utile pour virer / neutraliser ce qui ne vous convient pas dans votre système.

le 22/01/2004 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Voyage immobile…

Trop fatigué pour bouger ce Week-end ?

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

Et pourtant vous avez admiré les fresques de quelques églises romaines, commenté le désert martien en famille et visité le quartier de La Défense sans prendre le train…
Le tout en une heure !

Hop, un petit tour sur ce site ou encore celui-ci, plus “magazine”…
Prenez le temps de regarder mais cela nécessite un grand écran et une ligne Adsl un peu musclée. Et parfois le son car certains sites sont accompagnés muscialement comme celui sur le Vatican. A noter que ce dernier permet de se déplacer dans les lieux visités (on regarde en bas à gauche de la fenêtre de visualisation) et même de zoomer. Autre interêt, les lieux photographiés sont vides pour permettre de goûter toute l’architecture.
Pour ma part, ma fille de 7 ans adore et me demande régulièrement d’aller voir ce qu’il y a de nouveau… Quand elle ne me demande pas de revenir à certains plans comme les prises de vue sous-marines.

Sinon, pour la technologie de base et quelques infos essentielles, on peut se référer à l’introduction faite par Eric, alias RackSama, sur CUK. Inutile de réinventer la roue.

le 20/01/2004 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

FontAgent pro 2 : toutes les polices sous Panther

Et ça marche

dans pratique
par Jean-Christophe Courte

Changeant de machine, j’ai mis à jour (mais pas toujours de mon fait !) pas mal d’applications. Entre autres celle qui gérait mes polices de caractères. Je me suis décidé à essayer SuitCase X1. Hop, acquisition de la mise-à-jour…
Pourtant, 24 heures plus tard, j’ai désinstallé SuitCase pour mettre, en lieu et place, FontAgent pro 2 qui tourne sous OSX 1.3.x aussi.
Mes explications…

Vendredi en installant SuitCase, j’étais très content. Hormis trois plantages lors de l’installation de mes polices (plantages dus à des polices corrompues, dixit la doc de SuitCase), je me suis retrouvé devant une application efficace avec, bonheur suprême, une nouvelle fonctionnalité de recherche et la possibilite d’ajouter des mots clés.
Pourtant très vite, je me suis retrouvé géné en production comme de lors de l’utilisation de SuitCase…
Pourquoi visualiser les polices une à une et non pas par famille ?
Du coup, les sets que je contruisais ressemblaient furieusement à des dossiers de polices plus que de clients.
Et là, très grosse perte de temps : chercher les polices éparses, les sélectionner et les regrouper…
Ensuite, et là, de manière rédibitoire, les polices multiple-master n’ont pas pu être affichées sous InDesign CS comme ailleurs. Certes, je les avais bien installées dans des sets ad-hoc mais rien n’aboutissait.
Or, sur mon ancienne machine sous 10.2.8, Indesign CS affichait bien mes typos MM (multiples masters).

Quid ?
La seule différence entre le G4 et le G5, hormis le système, c’est justement le gestionnaire de polices.
Aussi, Samedi matin, j’ai carrément désinstallé SuitCase X1 et acheté une mise-à-jour de ma version de FontAgent Pro 1.4 en version 2.0.
Non seulement je n’ai pas de plantage lors de l’import du même ensemble de polices, mais j’ai retrouvé la possibilité d’afficher les typos par famille (ouf !) et donc de créer de “vrais” sets clients.
Mais surtout, les polices multiples masters s’affichent et s’impriment sans problème sous InDesign ou Illustrator CS. Et la fonction de recherche existe depuis la version 1.0 de FontAgent Pro !

Dernier point, et non des moindres, les plug-ins livrés pour CS fonctionnent parfaitement.
Du coup, j’affiche sous InDesign 3 mon Myriad de base, mon Myriad MM et mon Myriad Pro…

La petite merveille se trouve chez insider.

le 19/01/2004 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Universalis CD-Rom vs. DVD

déjà en 2003

dans groummphh
par Jean-Christophe Courte

À la question “Existe-t-il des différences entre les versions DVD-ROM et CD-ROM de l’Universalis 9 ?”
L’aide donne cette réponse : “Les six CD-ROM et le DVD-ROM de l’Universalis 9 possèdent rigoureusement le même contenu et sont vendus au même tarif. Néanmoins, le DVD-ROM offre un meilleur confort dans la consultation puisque l’utilisateur ne change pas de disque pendant ses recherches.”
Mais alors où est passée la carte du Saint Empire romain germanique ?!!

C’est le genre de choses qui m’énerve : je cherche dans la salle des cartes les informations suivantes : Saint Empire romain germanique, XIIe-XIIIe s.
Ok, chacun ses centres d’intérêt !
Hop, je descends dans l’impressionnante série de propositions et trouve l’objet de ma recherche.
En regard est indiqué ceci : Le Saint Empire romain germanique au temps des Hohenstaufen (Frédéric Ier Barberousse, 1152-1190; Frédéric II, 1210-1250)
Parfait, on parle bien des mêmes…!

Sauf que rien ne s’affiche si ce n’est le message suivant…
Ce document n’est disponible que dans la version DVD-Rom du CD-Universalis
ok

Alors…?!
Encore un coup du Mac (j’attends l’explication habituelle “Ah, mais vous êtes sous Macintosh…” comme si cette pauvre machine était marquée par la lèpre !), du système X 10.3.2, incompatibilité au G5 bi-processeur, pas assez de RAM… Ou simple oubli chez l’éditeur ?!
Car, après tout, tout le monde peut se tromper…

Autre erreur… au démarrage, un message m’affirme que :
Il ne vous reste plus aucune session de consultation d’Universalis version 9. Pour relancer Universalis, vous devez d’abord insérer le disque d’identification dans le lecteur.

Une fois reconnu, celui-ci vous ouvrira un nouveau crédit de 30 sessions de consultation.

Faux, archi faux. !
Le CD-Rom clé est indispensable pour tous les lancements. Et je ne suis pas le seul à vivre cette erreur.

Bref, utilisateur de la version 7, puis 8 et maintenant 9, je suis assez désapointé.
Heureusement la version 8 ne nécessite pas de réintroduire le CD-Rom à chaque lancement… Avis à ceux qui pensaient switcher…

—-
Info du 22/1/03
Bon, aucune réponse d’Universalis sur la différence des versions DVD et CD.
Par contre, le coup de la session se corrige sans difficultés (merci à Jean-Pierre L.).
En gros, il suffit de chercher “QuickView” qui se trouve dans une bibliothèque (on utilise bien la fonction rechercher) et de dégager le fichier “QuickView Préférences” à la corbeille.

le 19/01/2004 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Frank Horvat

76 ans, photographe

dans ailleurs | photographie
par Jean-Christophe Courte

Permettez-moi de vous présenter un photographe exceptionnel.
Si, si. Vous en connaissez beaucoup qui se mettent au Macintosh et à utiliser Photoshop vers 60 ans ? Un gars qui continue à bosser comme un fou avec un argument imparable : “maintenant que je suis à la retraite, je fais ce que je veux…!”

Et je suis certain que vous avez déjà croisé ses photographies de mode… Frank a été l’un des tous premiers (le premier ?) à sortir les mannequins du studio de photo et à aller les cadres dans un bistrot, dans la rue, etc.
Mais Horvat, ce n’est pas que de la photo de mode… C’est aussi des rencontres et beaucoup de voyages (Pakistan, Inde, Grèce, New York… et Boulogne-Billancourt en 1995).
Mais au lieu de vous en parler, tout est sur son site.
On prend son temps, une ligne ADSL, un grand écran et hop !

Bonne année Frank (et grosses bises à Véronique)

le 18/01/2004 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

FrameMaker, les clients et le XML

No migration

dans outils
par Jean-Christophe Courte

À MacDigit (ce papier a été écrite pour MacDigit), nous ne cessons de recevoir des e.mails de gens étonnés des décisions d’Adobe… J’imagine qu’à San José, ce bouillonnement passe inaperçu, les yeux restant rivés sur les ventes de CS… Pourtant, à la place des gens qui prennent ce genre de décision, je commencerais à m’interroger d’autant que la collection de témoignages accumulée ici même depuis quelques semaines ne concerne pas des clients lambas…
Tiens, aujourd’hui Francis Chauvet, pdg de DESK…

Et il n’est pas content non plus, Monsieur Chauvet…
Et du coup, le voici qui affûte quelques arguments dont le XML. Eh oui, sympathique lecteur, le XML n’est pas réservé au seul InDesign comme on pourrait le penser (ou essayer de nous le faire penser). Il se trouve que FrameMaker le supporte depuis longtemps

Hop, je laisse Francis s’exprimer :

Fidèle utilisateur, partenaire et fournisseur de la société Adobe concernant le produit FrameMaker nous voulions vous faire part de notre profond étonnement lorsque nous avons appris que la plateforme FrameMaker ne passerait pas prochainement dans l'environnement OS X.

Notre étonnement est d'autant plus important que cette plateforme s'est imposée aujourd'hui chez tous les grands éditeurs. Pour ce qui nous concerne nos donneurs d'ordres (HACHETTE, SEJER-EDITIS, de grandes administrations et ministère français, des organismes internationaux...) nous imposaient de travailler avec FrameMaker. Cette tendance était en train de s'amplifier avec le besoin "d'xmlisation" des données textuelles...

En effet cet état de fait est d'autant plus déplorable que FrameMaker 7.0 répondait parfaitement à cette incitation actuelle du marché ! Le monde l'édition est en train de prendre le virage du multi-plateformes : papier, cédérom et Internet via le XML. Nous avions là l'outil qui nous permettait de faire cette transition et donc votre volonté de ne pas le développer met en péril l'évolution même de nos métiers graphiques qui ne pourront plus ainsi répondre à la globalisation de l'information à laquelle nous assistons aujourd'hui.


Francis termine naturellement sur un couplet emploi et savoir-faire et vous avez remarqué que lui aussi bosse pour de tous petits clients.

Pour rire, je me dis que les gens chargés de faire les manuels d’utilisation des applications chez Adobe doivent à peu près tenir les mêmes discours à leurs patrons “adobiens”…
“Eh, les gars, faites pas les nazes, c’est nous qui faisons les manuels, les .pdf avec les hyperliens et les pages .html de l’aide. Déjà là, pour Photoshop, Illustrator, InDesign (si, si…), on a tout fait sous Classic pour éviter les problèmes sous Windows mais là, vous êtes sympas, vous ne pourriez pas nous faire une version OSX car ça craint un peu sinon. “

Toute similitude avec une situation réelle chez Adobe est évidemment fortuite !

le 14/01/2004 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?