Urbanbike

Recherche | mode avancée

Pas pressé le Milan…

dans
par Jean-Christophe Courte

Une anecdote de la “vraie vie”…
Le 13 mars, je commande sur le site de Milan 5 CD-Roms de la collection Toboclic pour l’anniversaire de ma fille qui a lieu le 3 avril… J’adore ces produits… Bon, la commande en ligne peut être améliorée pour ceux qui commandent plus d’un élément. Mais ce n’est pas cela qui m’énerve…

Par un courrier du 18 mars, j’apprends que seuls 4 CD-Roms arriveront, l’un étant épuisé.
Ok…
Aujourd’hui, 9 avril, toujours pas de livraison alors qu’il était marqué que cela prendrait 15 jours…
Un coup de fil au service Clientèle ce matin (accueil charmant et réellement désolé) pour découvrir que cela risque de prendre trois grosses semaines en fait et que l’expédition a bien été effectuée le 17 mars…
3 semaines pour faire Toulouse Paris…!!
Même en pain à roulettes, “ça le fait” généralement !
Je ne sais pas qui a négocié cette partie “transport”. Ah c’est super de modéliser et de calculer les économies sur son tableur Excel… J’espère qu’il a obtenu un bon prix (comprendre ultra bas) pour cette livraison non garantie en trois semaines…! Mais qu’il consulte ses petits camarades de chez Amazon, eux font nettement mieux en terme de vitesse
Résultat, son “super deal” à lui n’a pas livré dans le temps souhaité et annoncé les précieux CD-Roms.
Pas d’inquiétude.
Ma gamine n’a pas manifestée de tristesse (c’est le cas de la plus part des autistes), elle sera effectivement ravie de les avoir ce matin ou dans une semaine, ou encore le 3 avril 2005…

Le lendemain :
Mi-ra-cle !!!!
Ce matin (10 avril), j’ai reçu les 4 CD-Rom… Bref, je ne regrette pas une seconde d’avoir posté hier mon énervement, quitte à ce que le préposé Milanesque se dise “ben voilà, les gens hurlent mais ils sont livrées, tssss”…
Le transporteur est la Poste avec enveloppe dispensée du timbrage et Presse mentionnée en lieu et place…
Bref, 29 jours quand même entre la commande et la livraison…
nb : j’ai un client qui m’a expédié hier deux livres : eux sont arrivés en même temps ce matin : ok, il y a un timbre…
Bon, c’est le tout, je vous laisse, je vais les offrir à ma mouflette…

le 09/04/2004 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

printemps sur la toile

dans
par Jean-Christophe Courte

À quoi le sait-on ? Au relooking des sites ! Un premier exemple

le 09/04/2004 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Animaux et typo

dans
par Jean-Christophe Courte

Sympa, drôle et bien foutu, ce site en Flash… cliquez sur les lettres : le I et le D en particulier…

le 04/04/2004 à 14:22 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Carnet de croquis Wacom

dans
par Jean-Christophe Courte

Si vous travaillez comme graphiste ou illustrateur, l’emploi d’une tablette de type Wacom vous est souvent indispensable.
Mais problème majeur, la tablette est souvent imposante en taille et encombre l’espace de travail réduit devant votre machine. Et reste désespérément accrochée par un câble à cette dernière.

Certes, il existe depuis pas mal de temps de toutes petites tablettes comme la A5 (Wacom Intuos 2 A5) ou encore plus petite, au format A6 (Graphire 3 A6 Studio).

Prenons cette dernière.
Le format A6 est théoriquement un 10,5 cm par 14,8 cm… Sauf que la tablette affiche tranquillement une taille de 18 cm par 20,8 cm, plus proche du A5 en fait ! Bref, pas toujours facile à ranger.

Réduction de taille…
Conscient de cet encombrement malgré quelques astuces comme un renflement pour y loger le stylet, Wacom répond avec une nouvelle tablette A6 Pad Viewer.

Premier point, le format de la tablette est ramené à 12,5 cm par 16,8 cm ce qui correspond à un cadre inactif de 1 cm en pourtour. En revanche, l’épaisseur passe de 9 mm à 17 mm mais conserve son logement à stylet, on ne peut pas gagner partout.

Cette épaisseur s’explique par une idée toute simple et absolument géniale : la Wacom devient un écran A6 en nioveaux de gris totalement autonome avec les fonctionnalités d’un agenda mais surtout d’un carnet de croquis.

Vous avez bien lu. La Wacom devient un outil de dessin à part entière.

…et carnet de croquis
Désormais vous allez pouvoir embarquer avec vous votre Wacom et son stylet et vous en servir pour croquer des illustrations au jardin des Tuileries ou ailleurs… Puis les rapatrier ensuite sur votre machine de travail…
En fait, hormis les fonctionnalités réduites d’Agenda, la tablette embarque une version spécifique d’Adobe Illustrator CS, une version light pour être précis avec essentiellement les outils pour dessiner avec un stylet comme le pinceau, etc. C’est une surprise car Wacom propose généralement avec ses autres tablettes des versions OEM de Painter (mais uniquement pour Classic).
Les onglets et barre d’outils ne s’affichent que si vous laissez votre stylet le long du cadre plus de 4 secondes, ce qui permet du coup de disposer de l’intégralité de l’écran pour dessiner. Un système qui ressemble à “Graffiti” permet de commander les principales fonctions (nouveau, enregistrer, etc.) sans afficher quoi que ce soit. Il suffit de dessiner sa fonction après avoir double-cliqué.
L’agenda, pour sa part, reste assez sommaire avec un dispositif d’alertes à la iCalc et un carnet d’adresses minimal. Mais il peut au moins vous rapeller que vous avez un rendez-vous dans 30 minutes alors que vous êtes en train de reproduire la Victoire de Samotrace au Musée du Louvre.
Il est vrai que ce n’est pas cette fonction qui est primordiale mais bien le carnet de croquis que l’on peut balader avec soi.
Notez que les illustrations sont enregistrées au format .pdf, ce qui est logique avec Illustrator.
Côté batteries, ce sont des accumulateurs Lithium internes qui se rechargent tout simplement lors de la connexion à votre Macintosh via le port USB. L’autonomie est de 400 heures annoncées, en gros celle d’un téléphone portable. Un rappel de la charge est immédiatement affiché dès que la tablette est active en mode “croquis”. La mise en route de cette dernière s’éffectue dès que le stylet est sorti de son logement, on ne peut pas faire plus simple.
Le cable USB livré avec la tablette est à double connexion et donc peut rester accroché uniquement à votre Mac.
Wacom annonce par ailleurs une capacité de stockage de 10 Go pour l’instant, ce qui est amplement suffisant pour conserver une série de roughs en niveaux de gris qui restent, rappelons-le, des vecteurs éditables.
Une version écran couleurs est envisagée pour le dernier trimestre 2004.

La tablette tourne sous Windows XP et OS X uniquement. Le prix annoncé est de 480 € soit le prix d’une Intuos 2 A4.

…Là, je vous imagine, lecteur, très intéressé par cette annonce et tout près de sauter sur votre téléphone. Pourtant, juste une dernière précision, de taille celle-ci… Avez-vous vu la date de cet article ?

Pour vous consoler, vous pouvez toujours visiter le site de Wacom !

le 01/04/2004 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

XML and FrameMaker

dans
par Jean-Christophe Courte

Quelques jours après la courageuse décision de Karl M., product manager chez Adobe, de cesser le développement de FrameMaker pour Mac, j’ai reçu d’un de mes amis cette information : un nouveau livre sur FrameMaker qui évoque ses rapports avec le XML.
Voir le lien chez Eyrolles.

Je ne résiste pas à vous rappeler, chers utilisateurs de FrameMaker, que vous pouvez utiliser sans problèmes la version 7, 6, ou 5.5 sous Classic tout en utilisant OSX… Que cela marche formidablement bien, même mieux encore sous un bipro G5… et que cela devrait encore perdurer quelques années, le temps que Karl M. soit remplacé par un autre chef de produit moins obtus qui décidera de porter, idée lumineuse et géniale, FrameMaker (8, 9 ou 10…) sous OSX 10.4, 10.5 ou 10.6 ! Pour l’instant, vous faites involontairement des économies…

NB : FrameMaker étant développé sous UNIX, il est évident que son portage sous OSX était plus complexe que sous Windows, donc trop cher, etc. CQFD . Le jeu est de trouver des tas de raisons aussi dégoulinantes de mauvaise foi, sachant qu’historiquement, la version Macintosh a suivi la version UNIX dès la 2.0, la version Windows arrivant bien après.

le 31/03/2004 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Soutenir les coccinelles

dans
par Jean-Christophe Courte

Je sais, le titre est surprenant… toute l’info est résumée ici dans un excellent article du journal le Monde.
Du coup, il faut sauver les coccinelles !
Vous pouvez écrire à cette adresse .(JavaScript must be enabled to view this email address)

le 31/03/2004 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Revoir le jardin de Jeannette…

Marc Ayrault

dans photographie | voir
par Jean-Christophe Courte

De temps à autre, la toile nous offre quelques très beaux sites.
En avant première sur MacDigit (et, de facto, sur Urbanbike), voici un accès à un site encore inconnu, celui d'une superbe expo de Marc Ayrault, artiste et photographe.
Précision : Les tirages photos, vendus sur le site, sont des tirages traditionnels. Par contre ceux du portefolio ont été réalisés avec la technologie Staccato de chez CREO et donnent un résultat hallucinant dans la mesure où nous avons l'impression (c'est bien le terme dans les deux sens du mot) d'un tirage photo alors que c'est du 100 pour 100 numérique. Ce portfolio est imprimé par Augustin, une pointure en impression couleurs.
Il faut savoir que toutes les images de Marc Ayrault sont réalisées entièrement en numérique, avec un Nikon couplé à un PowerBook. Bref, impressionnant sans retirer un poil de beauté à ces prises de vue…
Le site est entièrement réalisé en Flash par Pablo Pinasco, un graphiste argentin qui vit à Marseille, et dont je vous engage à découvrir le travail.

le 31/03/2004 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?