Urbanbike

Recherche | mode avancée

Suicide écologique, mode d’emploi

Passionnant… le dernier livre de Jared Diamond, Effondrement

dans lire | potager
par Jean-Christophe Courte

image

Ce ne sont pas les quelques averses qui m'ont incité à le lire mais une relative plage de temps libre… Et, comme d'habitude, je suis allé me ruiner à la librairie l'usage du monde qui tire son nom du livre fameux de Nicolas Bouvier…!
J'ai enfin commencé à lire Effondrement que j'avais découvert via un long papier de La Recherche

Aussi, entre balades, averses (!) et missions en attente, je suis plongé dans ce gros volume de plus de 640 pages. Il faut avouer que le sujet est actuel.
Il s'agit de l'écocide, une notion que Jared Diamond juge plus dévastatrice qu'une épidémie ou une guerre nucléaire. Et son livre est l'exemple de précédents effondrements passés ou en devenir… Des Vikings aux habitants de l'île de Pâques ou les Mayas pour le passé…

Mais c'est quoi l'écocide…? Au lieu de tuer une culture ou une civilisation comme pour un ethnocide, là c'est l'environnement quotidien qui est systématiquement pillé et sur-consommé. Au point de créer les conditions parfaites d'un suicide environnemental… Tout rapport avec des signes avant-coureurs de notre propre actualité n'est absolument pas fortuit…!

D'ailleurs, le chapitre sur l'île de Pâques est une démonstration particulièrement inquiétante de ce qui peut nous arriver… Car il y avait bien des arbres sur cette île à l'origine comme en témoigne une analyse assez poussée sur trente mille fragments de charbon de bois — via des carottages effectués dans des fours et des tas d'ordures — par Catherine Orliac, une archéologue française. Mais une exécrable gestion des ressources associée à des coutumes religieuses consommatrices de bois et un manque de clairvoyance des élites a conduit à une déforestation totale de l'île… Du coup, plus de bois pour fabriquer des bateaux de pêche ou des cordes, l'impossiblilté de se chauffer, plus de protection au vent des cultures agricoles, de création naturelle de compost, etc. Cela a entraîné quelques conséquences dramatiques en fin de course dont la quasi disparition de la faune et un passage au cannibalisme pour simplement survivre…

Sachant que cette île est isolée (3700 kilomètres à l'est du Chili…), difficile d'aller chercher du secours ailleurs (je recommence, toute ressemblance avec notre planète n'est absolument pas fortuite…)…
Néanmoins, Diamond tempère en conclusion cette explication en insistant sur neuf autres points favorisant la déforestation dont la situation et la géographie même de cette île.

Enfin, Jared Diamond insiste bien sur un point…
Je le cite :

Par ailleurs, je ne connais aucun cas dans lequel l'effondrement d'une société ne serait attribuable qu'aux seuls dommages écologiques, d'autres facteurs entrent toujours en jeu. Lorsque j'ai formé le projet de cette enquête, je n'avais pas mesuré l'ampleur de sa complexité, naïvement convaincu que je n'aurais à traiter que de dommages environnementaux. Je suis finalement parvenu à définir une grille d'analyse constituée de cinq facteurs potentiellement à l'œuvre que je prends désormais en compte quand j'entends comprendre tout effondrement environnemental éventuel.
Quatre facteurs — dommages environnementaux, changement climatique, voisins hostiles et partenaires commerciaux — peuvent se révéler significatifs ou pas pour une société donnée. Le cinquième facteur — les réponses apportées par une société à ses problèmes environnementaux — est toujours significatif.

Bref, ce livre est passionnant, accessible à tout lecteur un peu curieux, particulièrement documenté (très étayé), ironique et parfois drôle. L'auteur n'est jamais pontifiant, n'hésite pas à rappeler qu'il existe d'autres grilles de lecture possibles mais argumente toujours avec méthode. Et s'avère particulièrement convainquant…

Effondrement
Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie
Jared Diamond
Gallimard
9782070776726 | 29,50 €

image caddie

image

Je continue à le lire…

le 21/08/2006 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?