Urbanbike

Recherche | mode avancée

Une histoire de tout, ou presque…

Bill Bryson

dans lire | potager
par Jean-Christophe Courte

Pour nous résumer, si vous avez l'intention de créer un organisme pour veiller sur la vie de notre cosmos solitaire, pour contrôler son destin et conserver une trace de ses origines, il vaudrait mieux confier le boulot à quelqu'un d'autre qu'à Homo sapiens.

Bill Bryson conclut pratiquement le dernier chapitre de son ouvrage de 650 pages (annexes et bibliographie comprises) par cette phrase.

Voilà un bouquin de vulgarisation que vous devriez lire (oui, vous, lecteur de ce billet qui avez conservé en mémoire de très vagues souvenirs de vos cours SVT) tant c'est drôle, mordant, ironique et superbement documenté. Lisez-le au hasard, mais lisez-le…!

Pour ma part, je ne connaissais que le Bill Bryson farceur et drôle de Nos voisins du dessous, Motel blues ou American rigolos…! Là, j'ai découvert un Bryson incisif, capable d'expliquer l'histoire des disciplines scientifiques avec humour… Son bouquin est ainsi truffé d'histoires, de faits, de mises en perspectives. Je l'ai donné à lire à mon fils qui l'a dévoré en quelques soirées.

Bryson sait raconter les bonnes comme les mauvaises rencontres de la science et de l'industrie. Quand il s'agit de profits, la santé de la planète est parfois négligée, ce qui explique pourquoi certains éléments sont restés en vogue longtemps dans l'industrie malgré des preuves patentes de nocivité…

Ainsi le plomb.
Le chapitre l'art de plomber l'atmosphère (pages 186 à 199) rappelle le travail de Clair Patterson, un chercheur disparu en 1995 et à qui les américains d'aujourd'hui doivent d'avoir vu leur niveau de plomb dans le sang réduire de 80 % (…pour les sceptiques, lire Prometheans in the Lab: Chemistry and the making of the Modern World de Sharon B. McGrayne, McGraw-Hill 2001). En effet, les industriels avaient, dès le 1er février 1923, commercialisé de l'essence avec de l'éthyle pour son pouvoir anti-détonnant (…cela fait irrésistiblement penser à Tintin au pays de l'or noir en moins comique), éthyle étant de fait du plomb tétraéthyle. En gros, Clair Patterson démontra qu'il n'y a avait pas de plomb dans l'atmosphère avant 1923 et ses recherches (jamais récompensées…) aboutirent au Clean Air Act de 1970 et à l'interdiction de l'essence au plomb aux USA en 1986. Ce après des années de bagarre et d'obstruction féroce de la part des fabricants. Pour mémoire, les États-Unis ont également mis 44 ans de plus que les Européens pour interdire la peinture d'intérieur au plomb…


Une histoire de tout, ou presque… image
Bill Bryson
Payot
9782228902182 | 23 €

image

le 19/11/2007 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?