Urbanbike

Recherche | mode avancée

Exclusif : le Nikon D3 sur urbanbike…! | 4

Départ

dans architecture | photographie | signé laurent
par Laurent Thion

Lequel D3 ?

image

Voilà. Prêt à partir pour Metz.

Le but de ce voyage est de couvrir une installation portuaire (un pont roulant) mettant en œuvre simultanément 7 grues et 3 nacelles. Le tout pour le compte de la société de location de grues. Il m'a été demandé de réaliser des panoramiques et des photos "classiques" de cette installation. J'ai donc multiplié les boîtiers afin de gagner en réactivité. Un D200 + 10,5mm pré-installé sur sa platine pour le panoramique, un autre D200 + 70-200 pour les vues de détail et le (providentiel ??) D3 + 14-24 pour les vues d'ensemble. En supplément, j'embarque également le 17-55 et le 28mm à décentrement.
Un autre sac à roulettes est destiné à accueillir le pied, les rotules, les chargeurs, le powerbook et la brosse à dent... Du lourd, à l'image du sujet à photographier !

TGV Paris-Metz. Trop rapide. À peine le temps de rédiger ceci :

la "légendaire" ergonomie des produits Nikon se devait de faire ses preuves avec ce très attendu D3. Je me suis donc contenté de déballer l'objet, d'y insérer la batterie et deux cartes Compact Flash. L'imposant mode d'emploi (444 pages) est resté dans la boîte (pas pour très longtemps).

Après mise en route, pas de grosses interrogations concernant les différentes commandes qui tombent bien sous les doigts. Et c'est du solide très bien construit, qui inspire confiance.

Première chose à faire : configurer un profil d'utilisation via les menus. De nouvelles entrées sont présentes mais la grande habitude du D200 me permet de m'en sortir très rapidement. Globalement, je débraye toute forme d'accentuation, saturation, je choisis la meilleure résolution possible, le profil Adobe, et paramètre les différentes fonctions liées au commandes de l'appareil. Je constate avec plaisir qu'il est possible de mémoriser les caractéristiques (focale et ouverture nominale) de 9 objectifs sans CPU. Après avoir fait le tour du propriétaire (provisoire !), je ne trouve pas le menu pour afficher une grille sur la plage de visée. Étrange…

Je recommence à nouveau la consultation intégrale des menus, en vain, le pouce droit tout endolori d'avoir tant cliqué sur le sélecteur multidirectionnel, assez peu réactif car à la fois mou en début de course et trop ferme pour sélectionner. Cette sensation se confirmera ultérieurement pendant la prise de vue, lors de la sélection de la zone AF, par exemple. Le sélecteur multidirectionnel du D200 était pourtant exemplaire. Le bouton central de validation sert parfois mais il est préférable de se rabattre sur la touche dédiée (OK) pour être sûr de son coup.

Bref, pas de menu pour afficher la grille dans le viseur. Vite, la notice ! Ce serait bien le premier boîtier que j'utiliserai sans grille de visée !

La recherche dans l'index (en anglais pour cet appareil de prêt) ne me renvoie sur rien qui concerne une telle fonction (présente dans le D70, D200 et bien d'autre appareils). C'est à la fin du mode d'emploi qu'est la réponse : la grille est bien prévue, mais en option. Il faut changer le verre de visée, à la manière d'un FM2, c'est à dire en passant par la chambre de prise de vue. Très dommage et plutôt périlleux en ce qui concerne les poussières, même si c'est une opération qui ne nécessite pas le passage en atelier.
Nikon a certainement d'excellentes raisons d'avoir opté pour cette solution. Est-ce là le prix à payer pour bénéficier de cette si claire et merveilleuse visée HP 100 %, dans la droite ligne des F3HP ?
Bon, tant pis pour moi. Cela va être dur de me passer de ces guides de visée.

Dragonne.
On ne parle jamais assez des dragonnes livrées avec les appareils. J'ai le sentiment que la taille des inscriptions croît proportionnellement à la résolution en pixel. Dans le genre signe ostentatoire, c'est parfaitement réussi et il est quasiment impossible de passer inaperçu avec un tel calicot autour du cou.


Donc, l'achat du D3 implique l'investissement immédiat dans un verre quadrillé et une dragonne neutre. Parlez-en à votre banquier avant, ou négociez avec le revendeur...

À suivre…

image

In situ : les 3 boîtiers, les belles dragonnes Nikon, les bottes de sécurité pas Nikon mais presque, le casque à l'envers pour une visée confortable, une très belle et froide journée. Photo © Valérie Brun.

PS : arrivée à Metz à 20h. Je ne laisse pas le D3 dans la chambre d'hôtel. Un petit test de nuit avant d'aller se sustenter, sans pied, appareil posé sur le sac photo. ISO 1600, 14-24 @ 14, f/2,8, 1 seconde de pose.

image
image
Autres produits Nikon chroniqués par Laurent sur urbanbike…
Note de la rédaction : Laurent est l'auteur de deux livres de cas pratiques, le premier sur le Nikon D3 et le second sur le Nikon D300, deux ouvrages parus chez First.

le 17/12/2007 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Laurent Thion | Partager…?