Urbanbike

Recherche | mode avancée

Exclusif : le Nikon D3 sur urbanbike…! | 5

"C’est le cœur serré que je vous dis qu’il faut rendre le D3"

dans architecture | photographie | signé laurent
par Laurent Thion

Mardi matin. Direction : le Nikon Center bd Beaumarchais, Paris. En chemin, je me suis souvenu de cette citation historique qui, sans anticiper sur le jugement que je me permettrai de porter sur cet appareil, était de circonstance...

image
Grand Hôtel de Metz, 3e étage. 14-24 @ 14 - 1/8e de seconde - f/2,8 - ISO 800

Ainsi débute la première journée de prise de vues pour de vrai avec le D3. Le programme du jour consiste à réaliser des images qui constitueront l'iconographie de base de la nouvelle mouture du site internet de mon client : vues de l'atelier de maintenance, du parc machine, de détails divers et variés et de panoramiques, bien sûr.

À ce sujet, je ne pense pas dédier le D3 à la réalisation des panoramiques sphériques (même si on m'en offre un) pour les mêmes raisons que leurs prédécesseurs (D1x, D2x…). Le poids et le porte à faux engendrés par la taille de l'appareil ne me semble pas adaptés à cet usage et je préfère de loin le gabarit du D200. Et puis, je dois assurer une certaine production et n'ai aucune envie de dérégler ma tête panoramique.

Le D3 est donc affecté aux vues grand angle et le 14-24 ne sera jamais séparé du boîtier pendant les deux jours. La prise en main et la visée sont parfaites à un détail près : le sélecteur multidirectionnel (commandé au pouce, à l'arrière du boîtier) est vraiment mou et ferme à la fois (point déjà évoqué dans le billet précédent), d'autant que son usage est plutôt fréquent en raison des 51 zones de mise au point disponibles. Je ne nie pas qu'une habitude d'utilisation pallie ce comportement surprenant mais lorsque l'on utilise simultanément D3 et D200, c'est particulièrement énervant.

La solution est d'utiliser le D3 en cadrage vertical. En effet, un deuxième jeu de molettes et déclencheur est présent en bas du boîtier et offre une prise en main très confortable. Et là, plus de problème avec le sélecteur multidirectionnel : il est inaccessible par tout pouce d'humanoïde post-Néandertalien normalement proportionné des mains. Peut-être que chez les grands singes fortunés, au gros orteil préhensile, se trouve une cible marketting de choix pour Nikon…!

Trêve de plaisanterie (pour l'instant) : je me suis trouvé plusieurs fois à chercher le déclencheur vertical sur mes D200 (tous dépourvus de grip) pendant ce reportage tant cela est pratique et confortable.

Il arrive tout de même que des déclenchements intempestifs soient provoqués par le deuxième déclencheur lors de la manipulation de l'appareil. Le bon sens de Jean-Christophe me signale que je n'ai qu'à verrouiller ce déclencheur puisqu'il est si sensible. Voui, mais je dois le déverrouiller à chaque fois que j'en ai besoin (et je ne sais jamais à l'avance si j'en ai besoin) : soit je perds du temps à le mettre en service si il est fermé, soit je shoote n'importe-quoi-n'importe-quand si il est ouvert. J'opte pour la deuxième proposition.

Mais mais mais… pourquoi ne pas conditionner le fonctionnement de ce deuxième déclencheur à la détection interne portrait-paysage (qui fonctionne plutôt très bien, merci). Cela pourrait être une option (débrayable, bien sûr !) via un menu idoine et je subodore même la faisabilité de ceci simplement par une petite mise à jour firmware.
Vrai ou faux, Mr Nikon ?

À suivre...

image
14-24 @ 14 - 1/10e de seconde - f/5,6 - ISO 200

image
14-24 @ 14 - 1/180e de seconde - f/9,5 - ISO 200

image
14-24 @ 14 - 1/125e de seconde - f/8 - ISO 200

image
image
Crops à 100% non accentués
Autres produits Nikon chroniqués par Laurent sur urbanbike…
Note de la rédaction : Laurent est l'auteur de deux livres de cas pratiques, le premier sur le Nikon D3 et le second sur le Nikon D300, deux ouvrages parus chez First.

le 19/12/2007 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Laurent Thion | Partager…?