Urbanbike

Recherche | mode avancée

2021-09-21 | brèves

Paul-Eu-Gazette style

dans voir
par Jean-Christophe Courte

De l’autre côté du miroir

Comme l’indique Tur, ces stéréotypes ont pour fonction de marquer la hiérarchie sociale qui situe la maîtresse de maison française culturellement et linguistiquement au-dessus de l’employée immigrée :

Lorsque Rambeauville-Nicole ou Fasquelle publient leurs manuels, leur démarche est tout à fait sérieuse et il s’agit d’aider aussi bien la maîtresse de maison que son employée. Mais toutes les deux ne sont pas au même niveau : si on insiste sur l’incapacité de Conchita à parler le français, il ne fait aucun doute que la maîtresse de maison française pourra, elle, s’exprimer dans un espagnol parfait, même si elle ne l’a jamais appris, à l’aide du seul guide ménager. La langue espagnole, à l’image des Espagnols, est considérée comme parfaitement accessible au premier Français venu, parce qu’elle serait moins riche. Ce discours est bien sûr à replacer dans un système de valeurs qui classe hiérarchiquement la France au-dessus de l’Espagne, cette hiérarchisation étant aussi une des fonctions d’un stéréotype.

Mais dans quelle mesure ces représentations des immigrées espagnoles dans la société d’accueil répondaient à une réalité, celle des femmes provenant de régions rurales d’Espagne, peu scolarisées et peu soucieuses de s’intégrer durablement ?

  • 2021-09-21 | De l’autre côté du miroir
  • urbanbike : Rappel des préjugés dans les années 60 vis-à-vis de ceux qui ont baigné dans une autre culture : ici Espagnols et Portugais… Cela perdure.

L’Observatoire photographique national du paysage : archive rétrospective et prospective des territoires

L’OPNP puise, en effet, son origine dans une reconnaissance de l’intelligence du regard du photographe, reconnu apte à articuler une compréhension sensible et technique des données immatérielles et matérielles qui font le paysage. Ainsi, évoquant l’expérience des premiers itinéraires (initiés alors que la méthode était encore en voie de conception), Caroline Mollie-Stefulesco constate que :

« Confrontés aux réalités du terrain, engagés dans un dialogue avec les aménageurs, ces artistes faisaient la preuve de la qualité de leur intuition, de leur capacité à traquer dans le paysage les signes révélateurs des valeurs d’une société, de ses aspirations, de ses dérives. Leurs images font office de miroir en renvoyant au regard ce qu’il évite souvent de voir. »

reduc-450

Marie Delaplace et Gwendal Simon, Touristes et habitants. Conflits, complémentarités et arrangements / Dominique Crozat et Daiane Alves, Le touriste et l’habitant

Après un propos introductif clair, l’auteur analyse deux cas. Le premier, plus consistant, est celui des résidents secondaires qui s’insèrent dans un processus de territorialisation qui les amène progressivement à se considérer comme des habitants et à en réclamer le statut. Certes, mais c’est aussi oublier qu’en moyenne, les résidences secondaires sont revendues tous les sept ans…

affordance.info: Facebook se délite en modérant ses “élites”.

Il n’existe que deux exemples d’une égalité stricte de parole dans l’histoire de l’humanité : celui de l’isegoria grecque (mais qui là encore ne concernait pas tous les citoyens) et celui du web des années 1989 (naissance officielle) à 1998 (arrivée de Google) où, comme l’expliquait alors Benjamin Bayart, “l’imprimerie avait permis au peuple de lire, internet va lui permettre d’écrire”. Mais là encore, tous et toutes n’avaient pas accès à internet et au web.

Alors quand on apprend que Facebook “triche” et modère différemment les comptes de personnalités (nous y reviendrons en détail) et quand je dis que tout le monde s’en doutait et l’expliquait, c’est par exemple le cas, pour rester sur deux exemples récents, des “erreurs” commises et corrigées lors de la suppression du compote Instagram d’Eric Zemmour ou de celui du prochain film d’Almodovar à cause de son affiche représentant un sein féminin.

Scientists created the world’s whitest paint. It could eliminate the need for air conditioning. | South China Morning Post

US professor Xiulin Ruan and his students created the substance, which has made it into the Guinness World Records book, to help combat climate change

The paint reflects 98.1 per cent of solar radiation while also emitting infrared heat, cooling surfaces without consuming power

QI, langage, comportement : les effets de la surexposition aux écrans chez les enfants

Les consignes d’Anne-Lise Ducanda sont d’une rigueur proportionnelle à la noirceur du tableau. “Il ne faut aucun écran de 0 à 2 ans”, assène-t-elle. “Après, les études montrent que c’est délétère à partir de 15 minutes par jour. Je préconise donc 30 minutes les mercredi, samedi et dimanche seulement de 2 à 6 ans.” L’idéal restant d’arriver à faire encore moins. “Il faut donner de bonnes habitudes dès le début, il faut des règles”, poursuit la spécialiste, fervente amatrice des contrôles parentaux et qui estime judicieux, par exemple, de mettre un chronomètre et de s’y tenir.

Pour les familles avec des enfants d’âges différents, pas question de laisser les petits profiter des largesses accordées aux grands. “C’est difficile à gérer”, reconnaît la spécialiste, mais on peut par exemple autoriser un adolescent à regarder les écrans lorsque son petit frère ou sa petite sœur fait la sieste ou se trouve hors du domicile. Et si Anne-Lise Ducanda est bien sûr contre la présence d’écrans dans la chambre, mieux vaut quand même ça plutôt qu’un écran que tout le monde regarde dans le salon indépendamment de son âge.

ENTRETIEN. « La consommation des classes populaires reste stigmatisée »

ENTRETIEN. « La consommation des classes populaires reste stigmatisée »

Pendant la crise sanitaire, il y a aussi eu des débats autour des objets et des commerces dits « essentiels »…

C’est un moment très intéressant pour une historienne de la consommation. On considère que les classes populaires ont « le droit » de consommer le nécessaire. Par contre, il ne faut surtout pas qu’elles consomment du luxe. Cette frontière entre nécessité et luxe est centrale dans la manière dont on lit moralement la consommation. Tout le monde a une idée préconçue sur ce qui est nécessaire, ce qui est du luxe. Mais quand on veut rentrer dans le détail, ça devient totalement impalpable. C’est le cas pendant la Première Guerre mondiale ; À un moment où il faut garantir une égalité sociale devant l’effort de guerre, l’État décide de mettre une taxe sur le luxe. Une liste de produits est faite et les gens sont révoltés. Des ouvriers disent : Pourquoi une canne à pêche, ça serait du luxe ? Ça peut nous permettre de manger !

Comme pendant la crise du Covid ?

Exactement, c’est ce qu’on a retrouvé au moment où il a fallu, dans les supermarchés, fermer les rayons dits « non essentiels ». La liste initialement prévue a subi énormément de réécritures parce qu’en fait, c’est très difficile. On y voit apparaître des stéréotypes de genre : le maquillage était non nécessaire mais les couleurs pour se teindre les cheveux l’étaient. Le tout, annoncé par un homme de plus de 60 ans, le Premier ministre, Jean Castex. C’était très intéressant parce qu’on voit bien que ça dépend du point de vue de l’observateur.

Les conséquences des grands incendies sur les océans / Un pas de plus vers la création de cellules de synthèse

Depuis une dizaine d’années, on voit une émulation dans la recherche pour créer de cellules artificielles. L’idée est d’essayer de synthétiser des cellules, en essayant de reproduire les propriétés des cellules vivantes. Une des fonctions fondamentales des cellules vivantes est de savoir contrôler l’import et l’export de molécules à travers leur membrane cellulaire. Cette machinerie moléculaire est appelée le transport actif et permet de stocker de l’énergie métabolique et d’extraire les déchets. Une équipe américaine a été capable de reproduire cette propriété-là. Les chercheurs ont créé ce qu’ils appellent des « cell mimics » - des mimes de cellules qui ont la taille d’un globule rouge (nous sommes à l’échelle submicrométrique) - qui sont créés à partir de polymères, sans aucun matériau biologique.

Covid-19 : les traumas psychologiques post-réanimation

Au début de l’entretien, Khaled se veut rassurant. Il va bien, assène-t-il. La santé, l’appétit, tout va bien. Mais il enchaine aussitôt sur “les images traumatiques qui traversent mon esprit, les sons qui me rappellent mon hospitalisation, ce sont des flashs. Il y a de temps en temps des petits cauchemars ou des moments de panique. Mais c’est très court”, croit-il minimiser.

L’ADN environnemental pour décrire la biodiversité - Sciences et Avenir

L’ADNe fait donc la preuve de sa grande utilité pour détecter la présence des espèces dans des écosystèmes difficiles à explorer, qu’ils soient terrestres, aquatiques ou maritimes. Cette technique a vu le jour en 2008 avec les progrès de l’amplification de l’ADN qui permet de restaurer une empreinte génétique à partir de quelques fragments. La suite s’apparente à la police scientifique. Une fois l’ADN amplifié et séquencé, il est comparé à une base de données où figurent l’empreinte des espèces. Cette méthode est aujourd’hui utilisée par les gestionnaires des populations de cétacés ou les administrations de parcs nationaux ou encore, en France, par les agences de l’eau qui peuvent ainsi procéder à des inventaires de faune aquatique sans recourir à la pêche électrique.

Aux Féroé, un massacre géant de dauphins fait vaciller tradition ancestrale du « grind » - Monde - Le Télégramme

Sous le regard des enfants - habitués à la scène - les eaux rouge sang ont livré 1 428 dauphins à flancs blancs, une espèce pouvant mesurer jusqu’à un peu moins de trois mètres. Les photos des dauphins alignés sur la rive ont engendré de nombreuses critiques, poussant le gouvernement à annoncer une évaluation de la régulation de la chasse de cette espèce.

le 21/09/2021 à 10:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?