Urbanbike

Recherche | mode avancée

24 PC nikkor | 2

Opus 2 : la bascule

dans photographie | signé laurent
par Laurent Thion

image

Petit rappel des principes : la fonction de bascule existe depuis la nuit des temps photographiques et les principales règles d'utilisation ont été établies par ce bon Theodor Scheimpflug, officier de l'armée autrichienne, au début du XXe siècle.

image
Le brevet est disponible ici. Et je recommande à tous la lecture de cela.

Pour les internautes pressés, je rappelle une notion fondamentale qui va souvent à l'encontre des idées reçues : la bascule n'augmente en aucun cas la profondeur de champ. Elle ne fait que déplacer le plan de focalisation non perpendiculairement à l'axe optique.

Ceci dit, voici donc un exemple des potentialités du 24mm PC. J'ai trouvé quelques vieilleries propices à illustrer cet article dans mes placards...
Le diaphragme n'a évidemment pas été modifié entre les vues.

image
Mise au point sur le premier plan, flou derrière.

image
Mise au point sur le dernier plan, flou devant.

image
Bascule réglée pour faire coïncider le plan focal sur l'avant des trois appareils. La profondeur de champ est rigoureusement identique.

Un décentrement vertical a aussi été appliqué afin que les appareils soient bien droits.

Néanmoins, ne jetez pas tout de suite votre chambre Sinar à la poubelle (ou alors, envoyez-moi votre adresse avant de le faire). Outre le problème du tri sélectif, (verre ? métaux non ferreux ? objets encombrants pour les 20x25 ?) le 24PC ne remplace pas une véritable chambre pour de simples raisons mécaniques. En effet, pour obtenir parfaitement le résultat souhaité, il est impératif de disposer de bascules et de décentrement verticaux et horizontaux et ce pour l'objectif et le plan de focalisation. Les axes de rotation de bascules doivent, en plus, pouvoir être déplacés par rapport à l'axe optique principal.

Loin toutefois de constituer un gadget, la fonction de bascule du 24PC est exploitable dans certaines conditions plus restreintes en raison d'un axe unique de bascule et, qui plus est, centré. Le décentrement est en effet parallèle à l'axe de bascule et restreint donc les possibilités d'utilisation.

Procédure

- faire la mise au point sur le premier tiers du champ à rendre net.
- régler en premier le décentrement, si nécessaire.
- commencer à basculer (dans le bon sens) avec l'aide de la molette dédiée tout en rattrapant la mise au point
- faire pivoter l'appareil pour recentrer l'image (la bascule, comme le décentrement modifie le cadrage)
- vérifier éventuellement en mode Liveview la mise au point et la corriger via la bascule et / ou la bague de mise au point.

Bien entendu, la mesure de lumière devra s'effectuer avant toutes ces opérations. Les aides à la mise au point (télémètre électronique) sont inopérant dès qu'un mouvement est appliqué sur l'objectif.


Autre utilisation

Qui peut le plus peut le moins. On peut utiliser les bascules pour isoler un objet en rendant flou des parties pourtant situées sur un même plan.

image

image

Sur des vues de bâtiments, le résultat donne une illusion de modèle réduit en raison d'une profondeur de champ subjective très réduite. Effet très typé à utiliser avec parcimonie...

Olivier me signale ce lien qui illustre très bien cet effet, bien que réalisé avec des focales plus longues, d'où un rendu encore plus accentué.


Précaution d'emploi : de l'importance de la mise au point

Lors de l'emprunt de cet objectif, je me suis précipité dans le quartier de la Défense le soir même pour réaliser des essais. Le crépuscule aidant, je me suis contenté de caler la mise au point sur l'infini (bague tournée à fond, au taquet) et d'employer un diaphragme de f/11 : vieux réflexe d'utilisateur de grand angle . Et me suis concentré sur les décentrements et problèmes de composition. Les résultats furent excellents. (cf le premier billet)

Le lendemain, plus au calme, j'ai entrepris de tester l'objectif à toutes ses ouvertures afin de voir le comportement du bord de cercle d'image nette en fonction de celles-ci. J'ai donc tourné comme la veille au soir la bague de mise au point à fond vers la droite.

image

Voici les rendus à 100%

image
à f/4 !!! Horreur : rigoureusement RIEN de net !

image
à f/5,6 : qué passa ?

image
à f/8 : c'est mieux...

image
à f/11 : c'est bon !


Explication : vers l'infini et au delà...

image

Si on regarde de près l'échelle d'indication de distance sur le fût de l'objectif, on s'aperçoit que la butée se situe au delà du repère de l'infini. Ce n'est pas un défaut et l'ensemble des objectifs autofocus de la gamme se comportent ainsi, comme les premiers téléobjectifs vers 1976 à verre ED et mise au point interne et les catadioptriques. Ceci est initialement destiné à offrir une plage de tolérance en cas de dilatation mécanique de l'objectif (écart de température extrême) ou peut-être aussi pour prendre en compte le dioptre constitué par l'atmosphère terrestre. Sur les optiques autofocus, c'est une simple tolérance de bon fonctionnement.

Si on peut faire abstraction de la mise au point sur l'infini avec un autofocus activé (puisqu'il s'en charge lui-même), il est relativement facile de mettre au point très loin avec un gros téléobjectif non autofocus. C'est une autre histoire avec un 24mm et je pense qu'il s'agit là du premier grand angle non autofocus à se comporter ainsi. L'assistance de mise au point est d'un grand recours mais ne fonctionne correctement que lorsque l'optique n'est ni basculée, ni décentrée.

Donc, et même si vous photographiez la lune, il vous faudra ajuster la netteté avant tout autre réglage de bascule ou de décentrement. Ceci n'est pas stipulé dans la notice fournie avec l'objectif et risque de surprendre tout utilisateur habitué au grand angle. L'idéal serait d'ajouter un verrouillage mécanique de la bague de mise au point afin qu'elle ne risque pas de tourner lors des manipulations avec les différentes molettes. Un ruban adhésif peut aussi faire l'affaire, l'esthétique en moins.

À noter qu'à partir de f/8, la profondeur de champ englobe cette zone floue et permet de travailler sans trop soigner la mise au point sur l'infini. Et la nuit, n'oubliez pas votre lampe tempête pour caler à l'estime la bague de focalisation.

Ci-dessous, quelques nocturnes exemples sans bascule mais avec une mise au point soignée.

image

image

image

Une idée en passant

J'ai bien vérifié : il reste encore suffisamment de place dans l'emballage d'origine pour que monsieur Nikon puisse "offrir" un verre de visée quadrillé type E à tout acheteur du PCE Nikkor 24 mm f/3,5 D ED. C'est absolument indispensable pour tout possesseur de D3 qui utilisera cet excellent objectif !
Autres produits Nikon chroniqués par Laurent sur urbanbike…
Note de la rédaction : Laurent est l'auteur de deux livres de cas pratiques, le premier sur le Nikon D3 et le second sur le Nikon D300, deux ouvrages parus chez First.

le 23/06/2008 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Laurent Thion | Partager…?