Urbanbike

Recherche | mode avancée

Funky guns | Polar

George P. Pelecanos

dans lire
par Jean-Christophe Courte

Voici un roman noir et poisseux à souhait dans lequel on se laisse prendre au fil des 400 pages et qui m'a offert deux soirées haletantes…! Un hold-up minable qui finit mal, organisé par deux tueurs crétins dont l'un perd son frère dans l'histoire… Du coup, son obsession est de se venger quelques années plus tard du flic paralysé qui n'a fait que son job de représentant de l'ordre et y a laissé sa santé… Sauf qu'il n'est pas le seul à souhaiter se venger.

Je n'en dis pas plus car tous les individus sont remarquablement campés, profondément humains, des deux odieux à la gâchette facile à la cohorte de leurs victimes en passant par des tas de personnages pas si secondaires…

En résumé, la sauvagerie imbécile, un jour ça lasse… même les complices. Et c'est tout le talent de George P. Pelecanos dans Funky guns de prendre le temps de nous raconter à quel moment un grain de sable vient bloquer la mécanique ; à quel instant le trouillard reprend consistance, se regarde à nouveau dans la glace ; pourquoi les liens d'amitié noués dans l'enfance servent parfois à rendre une justice — expéditive — que celle des hommes patine trop souvent à mettre en œuvre… Paradoxalement, dans ses divers rebondissements, ce récit en arrive même à rester étrangement moral…

Bref, quand le cave se rebiffe, cela peut avoir des conséquences désastreuses pour ceux qui l'ont humilié…! Lecture en diagonal impossible tant l'auteur ne cesse de passer d'une scène à une autre, nous laissant à chaque fois une bribe d'information indispensable dans des ambiances superbes — même si elles sont souvent loin de notre propre univers. Belle écriture et très chouette traduction, fluide et légère, de Frédérique Pressmann qui en arrive à nous faire oublier que cela a été écrit en anglais.


Funky guns
George P. Pelecanos
Points (1158)
9782020581196 | 8 €

image caddie

image

le 22/08/2008 à 07:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?