Urbanbike

Recherche | mode avancée

Nikon D90 | la vidéo

Le retour du Super 8 !

dans photographie | signé laurent
par Laurent Thion

image
Le micro est caché entre la commande d'activation du flash et le récepteur infrarouge de la télécommande.

Comme évoqué lors du précédent billet, je me suis trouvé fort dépourvu de devoir tester cette nouvelle fonction d'enregistrement vidéo qui caractérise ce D90. Non pas en raison de problèmes techniques mais plutôt stylistiques...

image
Cliquez dans l'image pour visualiser le film.

Ergonomie
Le problème majeur lié à l'intégration d'une telle fonction dans un boîtier reflex est lié à l'ergonomie. Avec un appareil numérique compact avec lequel on vise généralement avec le moniteur arrière, les commandes de zoom sont à portées de doigts et l'autofocus est fonctionnel. Il est donc plutôt facile de filmer dans ces conditions de visée qui s'assimilent à celles d'un camescope. Sur un reflex, c'est plus compliqué car les commandes du zoom ne sont pas motorisées et la mise au point autofocus est débrayée. Ceci oblige à des manipulations peu orthodoxes. N'oublions pas non plus que la mise au point manuelle s'effectue par dichotomies successives de part et d'autre du plan de focalisation. Cela donne des séquences assez typées qui se distinguent vite de celles réalisées avec un matériel mieux adapté à la capture vidéo. Le pied s'avère rapidement indispensable, et chaque séquence mérite d'être répétée avant l'enregistrement. On déplorera également l'absence de toute indication de distance de mise au point sur certains objectifs, comme le 18-105 mm, ce qui rend la tâche encore plus ardue si l'on veut préméditer des plans de focalisation.

image
Tout est dans la mise au point !

Il faut également penser, comme sur n'importe quel camescope, de mettre des "poignées" à la séquence filmée (ce terme désigne les quelques secondes qui précèdent et suivent la séquence proprement dite). Dans certains cas, la simple pression de la touche de démarrage d'enregistrement "ok" suffit pour communiquer des vibrations à l'appareil, qu'il faudra couper ensuite au montage. En effet, il n'est pas possible d'utiliser la télécommande pour déclencher un enregistrement. Celle-ci ne se substitue qu'à la pression sur le déclencheur et produit donc une photo et non une séquence vidéo.

L'appareil corrige en temps réel l'exposition en fonction de la luminosité du sujet. Il est possible de mémoriser une exposition en appuyant sur la commande AE_L avant de faire un mouvement ou de modifier l'exposition nominale avec le correcteur d'exposition (dans une fourchette de -3 à +3 IL).

La balance des blancs est (heureusement) utilisable avec une valeur fixe. Sur certaines séquences de nuit, je me suis aperçu que mon rendu chromatique variait selon la température de couleur des phares de voitures. C'était en raison d'un réglage de la balance des blancs en mode A. Tout s'arrange en choisissant ladite balance avant de filmer, l'effet est directement appréciable sur le moniteur arrière, en mode liveview.

image
On peut apprécier ici la capacité de correction automatique de l'exposition et de la balance des blancs, réglée sur A.

L'optimisation d'image est également applicable sur le mode d'enregistrement vidéo, y compris le mode noir et blanc. Ceci est particulièrement intéressant car on peut personnaliser ces réglages afin d'obtenir un effet immédiatement visible en mode liveview.

Le son est enregistré en monophonie et aucune possibilité n'existe concernant la connexion d'un micro externe. La qualité reste correcte notamment dans le registre spectral qui correspond à la voix humaine. Une prise sonore sur un équipement externe sera obligatoire si l'on désire exploiter son travail à un niveau broadcast.

image
Cliquez dans l'image pour visualiser le film.

Qualité de rendu
Le résultat obtenu avec le D90 est plutôt bon, particulièrement en basse lumière. En fait le grand avantage de ce concept SLR vidéo est de pouvoir l'utiliser avec des objectifs atypiques comme des fisheyes, de très long téléobjectifs, des optiques macro ou à bascule et décentrement. Ceci est évidement possible sur certains camescopes mais pas sur les modèles de base.

image
Cliquez dans l'image pour visualiser le film.

Se lâcher (je n'y suis pas parvenu !)
Avec une durée limitée à 5 minutes par prise et un rendu d'image très photographique, c'est une sorte de concept Super 8 qui refait son apparition. Une fonction techniquement limitée n'est pas forcément un frein à la créativité. Gageons qu'il nous sera donné à voir d'ici quelques temps des films dignes d'intérêts réalisés avec des SLR de ce type. Toutefois, (j'ai eu personnellement de la peine à réaliser ces quelques plans "regardables"), tout le monde n'est pas Depardon ou Abraham Zapruder. Cette fonction vidéo ravira donc les créatifs habitués aux images animées qui trouveront dans le D90 un très bel outil bon marché. Mais ne risquera-t-elle pas de dérouter encore plus certains "photographes" qui penseront la mettre à profit en cas de manque d'inspiration ?

À suivre...
Autres produits Nikon chroniqués par Laurent sur urbanbike…
Note de la rédaction : Laurent est l'auteur de deux livres de cas pratiques, le premier sur le Nikon D3 et le second sur le Nikon D300, deux ouvrages parus chez First.

le 22/12/2008 à 05:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Laurent Thion | Partager…?