Urbanbike

Recherche | mode avancée

Laitier de nuit | Roman

Andreï Kourkov

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

Le titre du dernier livre de Andreï Kourkov fait un clin d'oeil à Portier de nuit. Je ne vais pas vous gâcher le plaisir de la lecture, la découverte des nombreux personnages comme de l'intrigue (trop facile, vous n'avez qu'à lire la quatrième de couverture si vous voulez en savoir plus…!). Bref, je ne vous dis rien…!

Une fois de plus, Kourkov nous plonge dans un univers totalement délirant (mais la réalité est-elle si différente de ce qu'il écrit…?), le tout à la sauce ukrainienne. Si vous avez aimé le pingouin et son ambiance décalée, attachante, pas de doute, vous êtes bon pour plonger le nez dans Laitier de nuit. À vos risques et périls…!

Et comme pour chaque bouquin de Kourkov, cela va être très (très !) difficile de vous arrêter. Bref, ne programmez pas un rendez-vous matinal si vous pensez démarrer cette lecture la veille au soir…!

Ambiance — avec un extrait volontairement peu explicite… Quoi que…!
Dima se sentit davantage intéressé par un couple de perroquets dodus logés dans une belle et vaste cage. Après cinq bonnes minutes passées à observer ces oiseaux qu’on eût dit doués d’intelligence, il lui fallut bien revenir à son problème initial. Il alla faire un tour du côté de la ligne de tramway, au-delà de l’enceinte du marché. Aux dires de la vieille aux chats siamois, il y avait là des SDF qui pour trois hryvnia vous vendaient « n’importe quel bâtard à poil gris ». À ces mots, Dima avait tout de suite pensé à Mourik. Mais ce jour-là aucun SDF trafiquant de chats de gouttière n’était visible derrière la clôture du marché. Et pour finir, Dima, transi jusqu’à la moelle, se retrouva devant une femme aperçue auparavant, chaussée de grosses bottes et vêtue d’une chaude pelisse de paysanne, aux pieds de laquelle, dans un panier posé sur l’asphalte, plusieurs chatons gris se blottissaient sous un morceau de couverture.
- C’est d’un grand gris que j’aurais besoin, déclara Dima dans un soupir.
- Grand comment ? s’enquit la femme emmitouflée.
Dima écarta les mains pour indiquer la taille approximative de Mourik. Puis il expliqua en quoi consistait son problème. Il parla du chagrin de sa femme et de la photographie du chat dans son cadre endeuillé d’un ruban noir.
- Oh ! moi-même, quand ma Torchonette est passée sous une voiture, j’ai frisé l’infarctus ! s’exclama la femme en levant les bras au ciel. Votre femme a de la chance d’avoir un mari comme vous ! Le mien m’a traitée d’idiote durant trois semaines d’affilée !
Dima goûta le compliment. Il faillit débiner l’époux indélicat, histoire de prolonger la conversation, mais se retint à temps : il venait de remarquer qu’une lueur s’était allumée dans les yeux de la femme.


Laitier de nuit
Andreï Kourkov
Traduit du russe par Paul Lequesne
Liana Levi
9782867465291 | 22 €

image caddie

20100228-IMG_0555_ub.jpg

Note personnelle : Bon anniversaire Jacques (encore deux ans à tirer, dur d'être né un 29 février…!)

le 01/03/2010 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?