Urbanbike

Recherche | mode avancée

La vie en sourdine

David Lodge

dans dans mon bocal | lire
par Jean-Christophe Courte

j'aime bien le ton de ce roman de David Lodge, cette manière amusée de traiter le thème de la surdité et de l'âge. N'étant pas sourd (pas encore…) mais déjà sensibilisé à cet handicap par les difficultés rencontrées lors de discussions avec certains de mes proches, l'angle drolatique me semble une excellente manière d'aborder ce filtre à conversations ! Lodge a l'art consommé de parler de choses graves tout en nous faisant nous marrer à chaque page.

Que ce soit les relations du narrateur avec son épouse, la journée passée avec son père ou l'évocation de ses derniers cours avec ses étudiants, tout reste léger et grave à la fois. Plus amusant encore, la première scène où le narrateur essaye d'interpréter les paroles de sa vis-à-vis, une jeune femme qui manifestement ne comprend pas la situation de son interlocuteur et ne fait aucun effort pour ajuster sa parole. Belle description d'une situation mille fois vécue par l'auteur qui nous distille ce qu'il ressent alors. C'est que Lodge connait parfaitement cette situation, étant lui-même dur de la feuille !
« Ma pile est morte, ai-je dit. Tu veux que j’en mette une nouvelle ? C’est un peu délicat dans le noir.
- Non, pas la peine », a répondu Fred comme elle n’arrête pas de dire ces temps-ci. Il lui arrive par exemple d’entrer dans mon bureau pendant que je travaille sur l’ordinateur sans porter mon appareil parce qu’il transforme le murmure apaisant du clavier en un cliquetis gênant aussi bruyant qu’une vieille Remington, et de me dire quelque chose que je n’entends pas et, en une fraction de seconde, il me faut faire un choix : interrompre la conversation pendant que je cherche à tâtons la pochette de mon appareil et que j’installe les oreillettes, ou bien tenter d’improviser sans ça ; généralement, j’essaie d’improviser, et le dialogue se déroule plus ou moins de la façon suivante :
Fred : Mur mur mur.
Moi : Quoi ?
Fred : Mur mur mur.
Moi (cherchant à gagner du temps) : Ah ah.
Fred : Mur mur mur.
Moi (essayant de deviner le contenu du message) D’accord.
Fred (surprise) : Quoi ?
Moi : Qu’as-tu dit ?
Fred : Pourquoi as-tu dit « d’accord », si tu n’as pas entendu ce que j’ai dit ?
Moi : Attends que je mette mon appareil.
Fred : Non, pas la peine. Ce n’est pas important.

À lire par tous ceux qui ne devinent pas la souffrance derrière le handicap. Mais aussi les cotés positifs qu'une telle situation peut offrir ! Si vous avez aimé Thérapie ou encore Jeu de société, La vie en sourdine devrait vous plaire. J'aime cette légèreté, ce regard tendre et ironique.

J'ai retrouvé des choses vécues, l'importance des surfaces réfléchissantes dans un lieu avec l'incidence sur la réverbération du son — élément que l'on a tendance à souvent oublier. Et le refus de l'appareillage, la difficulté à le dompter…! Comme souvent, s'équiper de prothèses auditives est mal perçu par celui qui perd la capacité d'entendre. Refus car signe de la vieillesse.

Un excellent bouquin…


La vie en sourdine
David Lodge
Payot-Rivages
9782743618445 | 21,50 €

image caddie

20100324-IMG_0017_ub.jpg
Info(s) pratique(s)…

Pour finir, cet interview — lesechos.fr —que Joël m'a signalé ce matin (hé hé, c'est l'avantage du décalage horaire…!). Le PDG d'Hachette, Arnaud Nourry, explique que le livre est en train de prendre sa revanche avec l'iPad d'Apple qui s'annonce comme un allié face aux géants du Net.

le 24/03/2010 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?