Urbanbike

Recherche | mode avancée

Ne te retourne pas ! | Polar

Karin Fossum

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

Si vous n'avez pas encore fourré votre nez dans un polar de Karin Fossum, profitez de l'été pour ce faire. Mais attention, je suis certain que vous risquez comme moi d'allumer à nouveau votre lampe de chevet pour comprendre la trame de l'histoire…! C'est Béatrice qui me l'a fait découvrir (et qui vient de me glisser un nouvel opus au moment où je saisis ces lignes…!).

J'avais déjà chroniqué ici son livre Le diable tient la chandelle, un très très bon polar mais Ne te retourne pas ! m'a littéralement scotché. Je ne mens pas en vous disant que j'ai rallumé hier soir.

Karin Fossum écrit magistralement, ses histoires sont déroutantes mais absolument pas fumeuses, les personnages ont de l'épaisseur et sa description des lieux est telle que j'ai toujours l'impression de les visualiser précisément.

Enfin les milieux décrits sont tout à fait "normaux", comprendre "non crapuleux". La vie de vos voisins, quoi…! Sans oublier l'inspecteur Konrad Sejer…

Ce qui est flagrant avec Fossum, c'est son incroyable capacité à nous étonner, à nous surprendre, à injecter de l'imprévu. Pour ma part, je la trouve nettement plus pertinente que Gunnar Staalesen ou même Arnaldur Indridason sur la manière de brosser, construire un récit.

Bon, ne pas négliger le travail de la traductrice, Marie Lunde, qui arrive sans souci à me faire avaler que ce livre à été (très bien) écrit en Français.

La, cela démarre par une petite fille qui accepte de monter dans une camionnette conduite par… Mais j'en dis déjà trop. Allez, j'ajoute que ce n'est pas le sujet du livre, ce serait trop… simple !

Ce livre a eu en 1996 le prix Riverton en Norvège. Plus que mérité. Ne te retourne pas ! est un polar remarquable et je pèse mes mots.




Ne te retourne pas !
Karin Fossum
Traduction de Marie Lunde
ODIN
9782913167100 | 16,62 € | 312 pages

image caddie

20100808_IMG_9455_ub.jpg

le 08/08/2010 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?