Urbanbike

Recherche | mode avancée

Ateliers Photoshop pour le photographe

Harold Davis et Phyllis Davis

dans photographie | pratique | voir
par Jean-Christophe Courte

Encore ? Ben oui, j'ai bien écrit hier que j'avais reçu deux livres(*).

Après son Tout l’art de photographier la nuit, difficile d'échapper, vu la qualité des images présentées, au second opus du photographe Harold Davis paru également chez Dunod ces derniers mois. D'ailleurs, si mes souvenirs sont bons, ce sont quatre livres traduits de l'anglais qui devraient se succéder.

Un format légèrement plus large que celui consacré à la photo de nuit, 208 pages en quadri, pour débouler dans des pas-à-pas pratiques qui expliquent comment arriver à un résultat précis illustrés à chaque fois par une image emblématique…

Bref, nous voici en plein milieu des casseroles numériques du post-traitement, assistant aux "tours de mains" d'un photographe qui nous dévoile comment mitonner à feu doux une image en ajoutant du bruit ; comment convertir en noir et blanc un cliché tout en exagérant ombres et reflets et en compressant force calques ; comment jouer des modes de fusion, etc.

Contrairement à nombre de manuels prosaïques sur Photoshop et Bridge, on se régale ici en scrutant d'emblée les compositions époustouflantes d'Harold Davis.

Phyllis Davis a eu pour difficile mission de rendre limpide la succession d'opérations. Tout en ne se privant pas d'interroger son mari sur une étape (page 96) qui lui semble superfétatoire…! C'est le côté amusant car elle pose, ni plus, ni moins, la question qui nous brule les lèvres…!

Poésie…? Absolument.
Je pense ainsi à cette photo étonnante qui mélange un escalier en colimaçon et une coquille de nautile (page 120 et suivantes). La fusion des deux — en bon français, on nomme cela désormais du photo-compositing ! — a un aspect féérique. Sans oublier les proximités chromatiques.

Je retiens l'usage constant du format RAW, le fait qu'Harold Davis n'hésite pas à mitrailler son sujet pour pouvoir choisir une photo précise (page 44 sur la composition avec les trois chouettes), ses sandwichs de calques et sa manière de surveiller, comme le lait sur le feu, la bonne tenue des histogrammes…!

Sans oublier, pour finir, l'usage très particulier du HDR revu façon Davis, mêlant calques et coups de pinceaux.

Il faut comprendre de suite que Davis ne se place pas dans un flux de production photographique — impossible, vu les heures passées devant son écran — mais bien dans celui d'un artiste qui est en train de régler au petit poil une composition minutieuse. Et qui prend son temps.

Pas de rentabilité, que du plaisir à fabriquer l'image rêvée. Quitte à tricher comme il l'indique pour sa photo de la page 142, un phare sous un déluge d'étoiles…!

Ce que je trouve remarquable dans un tel bouquin, c'est que l'on découvre qu'il n'y a pas une solution certifiée — voire assénée — mais milles petites touches pour obtenir à la fin des images envoutantes. Quitte à (re)peindre, si nécessaire, des libellules ou des papillons…!

Bref, si vous devez aller vite, vous tenir à un flux de production avec une logique économique et de performance, passez votre chemin…! Ici, le temps est suspendu…!



Ateliers Photoshop pour le photographe
Tous les secrets de la chambre noire Photoshop, du RAW au HDR
Harold Davis et Phyllis Davis
Dunod
9782100546961 | 25 €

image caddie

20100907_IMG_5745_ub.jpg

C'est pourquoi les cuillères en bois derrière ce livre ne sont pas fortuites…!

(*) en tant que graphiste des couvertures de ces deux livres.

le 08/09/2010 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?