Urbanbike

Recherche | mode avancée

Banque en ligne et personnes vulnérables

Mais qui est réellement derrière l'écran…?!

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Long billet que strictement personne ne vous oblige à lire… Et, je le sais, je radote…

C’est un truisme : quotidiennement, nous sommes incités à basculer vers internet et les arguments en faveur de cette mue sont légion. En vrac…

  • Les banques nous proposent des sites de mieux en mieux foutus ainsi que des applications de gestion de comptes : du coup, effectuer un virement ou vérifier le montant de ses achats du mois est à la portée de tous…
  • Le gouvernement nous pousse à déclarer nos impôts sur un site ad hoc au lieu d’utiliser des formulaires papier1 et gagner en échange quelques semaines supplémentaires…
  • enfin, inutile de gloser sur les options de la VPC : commander directement au producteur …même avec quelques bémols2 offre plus de confort si l’offre locale est insatisfaisante.

En retour, à nous de nous équiper d’un ordinateur (ou d’un iPad), de souscrire un abonnement à la FAI. Mais également à nous former à ces nouveaux outils, apprendre à nous protéger des actions malveillantes (phishing), acquérir quelques applications comme 1Password, savoir protéger le routeur Wifi en entrée et nous y connecter, etc.

C’est facile (sic…!)

Bref, un paquet d’étapes — trop souvent minorées — pour devenir opérationnel… Et qui équivaut à un nombre substantiel de timbres-poste et d’enveloppes si nous étions restés au mode de fonctionnement précédent…!

Mais à nous l’immédiateté des réponses à nos questions et un tombereau de nouveaux usages…

Mais c’est là où je ne peux m’empêcher d’avoir un doute…! Je m’interroge quand même sur la réelle capacité d’une population âgée3 à s’adapter à ces technologies qu’elle découvre très souvent sur le tard… Et, en poussant froidement le bouchon, est-elle apte à les maîtriser dans le temps, jusqu’au bout du parcours4…? Je peux en parler d’autant plus librement que je suis en approche de cette fin…! Et que je forme ma tribu pour le jour d’après…

Du papier à l’écran, mmmmoui…

Par expérience, nous savons que nous ne sommes pas égaux, tant s’en faut5, dans les usages de ces nouveaux outils. Et que remplir un formulaire papier reste une source d’angoisse pour les seniors.

À ce propos, la semaine dernière, je suis passé de bon matin au centre des impôts de ma ville. Leur service d’assistance (…rodé, compétent et adorable, si, si…) était, certes, débordé mais avait bien anticipé la gestion des problèmes. Les cas les plus complexes étaient dirigés vers des contrôleurs alors que les plus légers étaient immédiatement résolus à l’accueil. Majoritairement des personnes âgées… Dont votre cacochyme serviteur ! Mais, surtout, il y avait foule et j’ai ainsi patienté 40 minutes dans une ambiance bon enfant avant de repartir avec le formulaire papier qui nous manquait.

Aussi, le tout écran que l’on nous vend est loin d’être si aisė, même avec une déclaration préremplie. Et, expérience vécue, une source potentielle de vulnérabilité

Cette année, j’ai déclaré en ligne pour la dernière fois les revenus de mon père et je ne peux pas affirmer que ce soit réellement simple6, entre ergonomie à tiroirs (vu le nombre impressionnant d’options disponibles) et un splendide plantage en fin de saisie (…sans effet de bord heureusement), événement pouvant déstabiliser un usager non averti…!
À l’opposé, nous avons préféré remplir notre propre déclaration sous sa forme traditionnelle et passer la déposer dans la boîte à lettres du centre des impôts… au milieu des autres usagers qui convergeaient vers cette même destination, date de dépôt obligé. Il me semble, en galéjant à peine, que c’est l’un des derniers moments de convivialité où des gens se sourient et font montre d’amabilité…!

Mais je m’égare.

Si tu entres le bon code, c’est toi…

À partir du moment où vous disposez d’une carte bleue, d’une connexion internet et d’un écran, à vous les achats en VPC, à vous le suivi de vos comptes7. Sans oublier les retraits en liquide avec cette carte…

Pour la banque qui vous a octroyé cette carte, vous êtes censé avoir la pleine maîtrise de vos moyens… (pas que de paiement…!), mémoriser vos codes d’accès, votre adresse Mail8. Bref, avoir le pré requis informatique.

Mais est-ce toujours le cas…?!

Certes, des systèmes de double authentification existent. Ainsi, le Crédit Agricole propose depuis deux ans un dispositif qui envoie sur mon iPhone un code que je dois impérativement renseigner en sus des informations de ma CB pour valider un achat. Ce dispositif me semblait assez superfétatoire… Jusqu’à ce que j’épluche les comptes de mes géniteurs…! Nombre d’opérations effectuées en leur nom n’auraient pas été réalisées aussi simplement car l’opérateur derrière l’écran n’aurait pas eu ce code de confirmation expédié par la banque au moment de la commande9

Par ailleurs il est très facile d’effectuer un paiement en caisse avec une carte qui n’est pas au nom du porteur. Le système de saisie du code bancaire est d’ailleurs déporté loin des yeux de la personne à la caisse et ceci vous permet d’introduire une carte de paiement sans que cette dernière ne la lise… Alors même que pour le moindre chèque, elle vous demande une carte d’identité. Vous me suivez…?! Bref, connaître le code suffit…

Avoir un bon copain…

Poursuivons : je ne sais vous avez vécu l’expérience d’être hospitalisé, de vous retrouver avec un truc en vrac… Soudainement, tout devient nettement compliqué même dans un environnement archiconnu.

Alors imaginez ces mêmes actions pour la génération précédente, celle qui possède une moindre expérience informatique que la vôtre…? Bien entendu, tous ceux qui vont aider ne sont pas des zabomifreux. Mais je pense à cette relation lointaine qui, telle Zorro, arrive au moment opportun…

Certes, il est d’ores et déjà possible de basculer les opérations répétitives en prélèvement automatique (…ce que mon paternel avait mis en place en se sentant décliner) mais c’est bien la gestion en ligne des comptes comme celle de l’emploi de la carte bleue pour des achats en VPC qui pose problème.

Votre banque s’est protégée… Mais vous…?

La banque s’est intelligemment protégée lors de sa procédure de distribution de la carte bancaire et, désormais, avec cet envoi d’un code supplémentaire via smartphone, rien à dire.

Du coup, pour cette dernière, l’opérateur derrière l’écran qui emploie l’ID et le bon code est assurément vous (et vous l’avez même certifié en signant les CDV).

C’est le moment de se souvenir des deux bouquins de Kevin D. Mitnick et William L. Simon et de leur conclusion… C’est l’humain qui est souvent le maillon le plus faible.

Car cela devient bizarre, véritablement bizarre (!), quand la personne est hospitalisée à l’heure même des transactions… Un coup du chirurgien, de l’anesthésiste…?!

Dans les cas auxquels je songe, en regardant les dates des opérations (et non les dates de valeur) et en croisant ces dernières avec les feuilles de l’assurance maladie qui mentionnent avec précision les périodes d’hospitalisation comme des retours en ambulance, je suis tombé sur quelques perles…! Mais c’est certainement un hasard…

  • Par exemple, j’ai du mal à croire à un étonnant sortilège qui permettrait à la carte bancaire d’effectuer toute seule des achats… Quoi que…!
  • Plus de mal à imaginer un hacking de cette carte par des pirates (…qui manqueraient cruellement d’imagination et d’envergure vu la nature des achats ainsi que les lieux d’utilisation)…
  • totalement sceptique à propos de ces mouvements erratiques entre comptes qui seraient dus (…de source super bien informée par le cousin de la soeur du vendeur de salades du responsable de la sécurité informatique de la banque…) à des instructions fantômes en corrélation avec des lignes de code d’un programme bancaire mal développé…
  • je peine plus encore à avaler la jolie fable des GAB (et des DAB…) qui, sur le coup de 22 heures et par nuits de pleine lune (…ou pas), se mettraient à cracher, à l’insu de leur plein gré, des billets dans la nature. Et à quelques minutes d’intervalle.
  • Etc.

urbanbike

Cela ne peut pas arriver…!

Heureusement cette situation est hautement improbable, bien sûr, bien sûr…!!

Néanmoins, si des personnes étrangères à votre famille commencent à faire barrage à vos appels, à vos visites avec, et c’est le plus troublant, avec l’accord même de ceux que vous souhaitez voir (sic !), attendez-vous à vivre des moments insupportables10.

Situation d’autant plus difficile à contrer car, plus vous insisterez, plus vous prouverez, par cet acharnement, être de facto le dangereux manipulateur…

Bref, ceci pour conclure que tout est désormais en place pour de chouettes affaires d’abus de faiblesse. Et même si l’Europe commence à s’en rendre compte11

À suivre…


  1. Avec l’habituel sauvons la planète ou les arbres mais surtout économisons les frais des entreprises ou des organismes qui nous assènent ce discours en reportant la charge de ces frais sur nous…! 

  2. cela se discute car ne pas oublier la notion de service, ici l’échange d’un produit défectueux, le remboursement immédiat, le conseil ou l’essai… Pas toujours le plus pertinent d’acheter à distance… 

  3. Ne pas oublier que l’intrusion de l’ordinateur est récent (1984 dans mon cas) et que nombre de personnes âgées n’ont jamais utilisé une machine à écrire (inutile dans leur vie professionnelle d’alors) et encore moins un ordinateur. Certes, l’aspect tactile de l’iPad est un point positif avec des doigts gourds et déformés. 

  4. Je vous fais un dessin ? 

  5. Entre la sénilité ou les accidents de la vie, remplir sa déclaration de revenus avec de l’arthrite, une vision de plus en plus limitée. Sans oublier la perte de mémoire des mots de passe et la complexité même des interfaces, pas gagné… 

  6. Certes sa déclaration était préremplie et j’ai ajouté les frais de son EHPAD mais le gag reste celui du changement d’adresse. Bien évidemment, il a déménagé post-mortem chez moi… mais la formule n’est pas heureuse. 

  7. Vous êtes aussi sensé (sic !) avoir la pleine maîtrise de votre ordinateur, savoir éliminer les SPAM, ne pas vous connecter sur des sites bidons, etc. Et même effectuer seul les mises à jour système, gérer les infos de connexion autrement que sur des post’it prêts à se décoller sur le cadre de l’écran…! Est-ce le cas ?! 

  8. Entendu ce matin, au retour de notre partie de ping-pong, un échange entre trois personnes qui nous précédaient et l’une ne se souvenant plus si elle était chez Google ou autre… Interrogez autour de vous, vous verrez que ce n’est pas un cas isolé…! Et je ne parle même pas des mots de passe… 

  9. En écrivant ces mots, je me rends compte que, totalement sous influence, elle aurait accepté d’indiquer le numéro de smartphone de ce dernier et non le sien propre. Pffff… 

  10. Relire urbanbike | Soudain les pièces s’assemblent… 

  11. relire Gaffe au vol(s) des coucous… 

le 25/05/2015 à 16:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?