Urbanbike

Recherche | mode avancée

PowerShot A510 et PowerShot Pro 1

Décidément, j'ai du mal avec les bridges !

dans photographie
par Jean-Christophe Courte

image

Nous avons eu la possibilité de tester deux bridges, un de chez Canon et un estampillé Nikon. Plus un petit compact numérique de chez Canon. L'envie de découvrir ces produits est né de la lecture d'un post sur Embruns. Laurent, le maître des lieux, nous expliqua son sentiment sur le Canon 350D et surtout son amour immodéré du PowerShot G6. Suite à son argumentation, j'ai eu envie de découvrir ces fameux bridges…

PowerShot A510
Mini format

Canon nous a prêté un PowerShot A510 avec une carte MMC de 16 Mo.
L'appareil est tout petit (90,7 x 64,0 x 38,4 mm… hors protubérances est-il indiqué…) et s'avère être un petit carnet de notes "photographiques" si l'on ne souhaite pas se compliquer la vie avec des tas de règlages.

Néanmoins la mise en route est un peu lente et il faut que l'objectif se déploie sans trop faire de bruit (mais peut mieux faire !). Pas de viseur (enfin si, si on considère que le trou au dessus de l'écran peut faire office de…), juste un écran fixe sur le dos.
On prend l'appareil dans la main, on regarde dans l'écran, on se décide et on shoote.
Par contre, même si les réglages sont minimales, vous avez 13 modes à vore disposition dont M, AV, TV et P.
L'image obtenue est un bon 2048 par 1536 pixels… Bien suffisant dans nombre de situations pour une personne qui cherche à capturer quelques notes de la vie qui passe et cherche à partager ses images sur le Web ou en famille.
Le flash se met en route tout seul dès que besoin est.

Bon, c'est lent, c'est bruité mais cela permet à moindre coût de faire des images sans se trimballer avec l'artillerie d'un réflexe…
Cela s'oublie au fond de son sac mais cela fonctionne dès que besoin.

Plus d'infos
La page technique de chez Canon.
Et, en anglais, le test de dpreview


PowerShot Pro 1
8 Mega pixels et un viseur éléctronique

Le second produit est nettement plus gros que son petit frère, le A510. Le PowerShot Pro 1 (c'est bien de lui qu'il sagit) est un produit étrange et diablement séduisant. Ce bridge possède encore la taille requise pour être dans un sac et baladé partout avec soi. Ou alors une veste avec de grandes poches…! Sans arriver bien évidemment à l'ultra minceur du Contax SL300R T*, il permet d'obtenir en revanche des images de 3264 par 2248 pixels…

On peut d'emblée éviter le viseur électronique qui donne l'impression d'évoluer dans un sous-marin. Sa force, son écran de grande taille (LCD de 2 pouces) déplorable et orientable qui permet de contrôler la prise de vue dans toutes les circonstances, même en photographiant sous une table, par exemple ! Bref, on l'utilise comme un camescope…!

Du coup plutôt que de cadrer son image, on se laisse doucement conduire par le flot de l'image avant de presser pour capturer une vue donnée…
Selon le réglage que vous choisirez, vous entendrez l'activation de l'auto-focus au fur et à mesure du déplacement de l'appareil…
L'optique embarquée équivaut à un 28-200 mm (en conversion en 24x36), ce qui permet de répondre à 95 % des besoins courants. L'ouverture est assez sympa car on démarre à 2,4 pour finir à 3,5. Évidemment, le tout est autofocus avec un niveau de bruit (de l'objectif) assez discret…
En cas de hautes lumières, un mode ND permet de filtrer de 1/8 et agit comme un filtre gris pour travailler à des vitesses moins élévées…
Alors, pas de souci pour travailler avec un mode professionnel comme priorité à l'ouverture… 12 Modes sont disponibles dont deux réglages personnalisables. Avec un flash d'appoint, bien pratique

Autre intérêt, le choix de l'space colorimètrique comme le Adobe RVB et la possibilité de faire du RAW, si, si… Et comme ce boîtier supporte des cartes flash, vous pouvez emboîter un carte de 1 ou 4 Go si nécessaire. Pour pour le RAW, faut pas être pressé…

Néanmoins, et même si la sensibilité démarre à 50 ISO, je note pas mal de bruit dans les images capturées, comme un léger grain… Il ne reste plus qu'à attendre une version du powershot avec le capteur du 350D…!

Bref, moi qui suis assez orienté reflex, je dois reconnaître que j'ai découvert un produit très agréable. Mais qui ne convient pas à mon usage. Je ne suis pas très caméscope mais l'idée est sympa et, si l'image était moins bruitée… Néanmoins, quitte à emporter un appareil, je préfère prendre en ce cas un réflex…

Plus d'infos
La page technique de chez Canon.
En anglais, le teste de dpreview.


Nikon Coolpix 8800

L'un des derniers nés de la gamme Nikon, le Coolpix 8800 est une sorte de concurrent du PowerShot Pro 1. Avec ses 8 méga pixels délivrant une image de 3264 par 2448 pixels (soit un poil plus que le PowerShot), son optique 35-350 mm, son dispositif anti-vibrations et son mode macro, il a beaucoup, beaucoup d'arguments pour lui.
Bon, je vais passer sur le grain qui n'est pas mieux que sur les deux produits Canon, le démarrage un peu long, la vitesse escargotesque du zoom (le PowerShot Pro 1 est plus rapide sur ce plan…) et un encombrement qui vous oblige très vite à avoir un petit sac de transport.

Même système de visée que le PowerShot Pro 1; un écran amovible qui permet de se mettre en mode caméscope… Ce qui n'est pas faux de plus car vous pouvez enregistrer des petits films de 640*480 à 30 images seconde, le Coolpix possède une ergonomie très efficace même si celle des Canon m'a semblée plus simple à l'usage.
Ce Coolpix est rangé dans la catégorie armateur et passionné. L'appareil me semble quand même très lent en toutes circonstances (écriture des cartes mémoire ?). Il bruite dès 100 ISO ce qui n'est pas toujours très agréable.

Plus d'infos
Un lien chez Nikon et encore ici pour les plus technologiques.
Et pour ceux qui lisent l'anglais, le teste en profondeur de dpreview.


Conclusion…
Mais est-ce possible ?! Ma conclusion est totalement subjective !
Ces trois produits sont intéressants, c'est indéniable. Je n'avais jamais testé des bridges. Certes leurs optiques (pour les deux derniers) ouvrent un champ aussi large et pas mal de possibilités. Le coup de l'écran de visée qui se déploie est assez sympa. Il est vrai que l'on a sous la main un concentré de technologie et de miniaturisation. Côté acquisition, tous ces produits ont des petits capteurs qui bruitent invariablement… Alors, on m'opposera les arguments habituels : 90 % des utilisateurs de reflex ont une seule optique, c'est encombrant, c'est lourd, il faut viser de manière conventionnelle, etc. Et c'est vrai !

Néanmoins, je reste circonspect. On ne peut résoudre la quadrature du cercle avec de tels produits. Même avec un écran décentré et utile pour faire certaines images (et encore, l'autofocus d'un reflex permet aussi de viser au jugé…). Bref, cela convient à des tas de personnes qui s'en sortent parfaitement. Pour ma part, la greffe n'a pas pris et je n'arrive pas à m'y habituer.
En fait, je les trouve tous encombrants et lourds (pas le A510 bien évidemment) et passablement lents (peu réactifs). Le PowerShot tutoie les 600 grs comme le Nikon.
J'avais conservé un excellent souvenir du Contax SL300R T* qui élimine les défauts de l'encombrement et de la réactivité. Et ce rappel a pesé dans ma découverte de ces trois produits.
Quitte à avoir un second appareil de poche, autant qu'il soit réellement de poche !
Alors, décidément non, je ne suis pas enthousiasmé par les bridges… Mais attention, cette conclusion correspond à ma manière d'appréhender la prise de vue.
Paradoxalement, je préfère encore le PowerShot A510 avec ses limitations mais son encombrement réduit…
Dès lors, ma religion est faite. Soit un reflex, lourd, encombrant mais rapide et délivrant des images impeccables ; soit un tout petit produit, peu encombrant, oublié au fond d'une poche et qui ne sert qu'à acquérir des notes photographiques. Le bridge est un produit intermédiaire qui ne me convient décidément pas. Il est certain que sur ce segment, tous les constructeurs dont Olympus avec son C-8080, vont continuer à faire des efforts. Pourtant, le gap financier entre un bridge et un vrai reflex numérique est devenu très faible, il suffit de regarder le Nikon D50, le E-300 de chez Olympas ou l'excellent Canon 350D qui n'est pas considéré comme un appareil professionnel simplement parce que son boîtier est tout plastique !

J'aurais aimé tester le SL400R (que l'on trouve sous le nom de Contax UR4) qui ne fait que 100 x 62.5 x 15 mm pour moins 200 grs tout compris ! Un concept intelligent qui n'aura pas de suite, Kyocera a fermé Contax et semble se détacher de la photo. En fait, ce produit est en fin de vie et se trouve soldé sur internet.

Nikon propose également un Coolpix S2 qui me semble plus dans cet esprit, l'écran orientable en moins… et une épaisseur supérieur de 7 mm au Contax. Sans oublier l'aspect semi-tropicalisé.
De son côté, Canon propose un Ixus 700 qui ne fait que 89,5 x 57 x 26,5 mm.
A noter également le 8,3 Mega pixels de chez Olympus, le µ Digital 800 qui fait 103x 57.5 x 33mm ! Et qui est tropicalisé, offre 3264 x 2448 pixels.

Bref, un de nos prochains papiers…

le 01/06/2005 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?