Urbanbike

Recherche | mode avancée

Canon EOS 350 Digital

Huit mégas pixels efficaces

dans photographie
par Jean-Christophe Courte

image

Une petite boite rouge et blanche pour un petit boîtier noir. À l'intérieur, de la documentation en allemand, italien et français. Plein de documentation d'ailleurs ! Dont un bon guide détaillé très bien fait, didactique et une petite notice des points essentiels, format poche, à conserver sur soi. De la lecture pour découvrir l'essentiel en attendant que la batterie se charge (90 minutes)… Sans oublier des recommandations sur l'usage de produits exclusivement Canon (certains utilisateurs ont acheté des batteries pas chères mais foireuses…). Le Canon 350D est léger (450 grs), à ma main (j'ai de petites pognes et là je suis comblé). J'installe dessus un zoom — on atteint alors un petit kilo pour l'ensemble — et j'attends que l'alimentation soit à bloc…
Moi aussi, je suis déjà à bloc !

Genèse du test
Cette fois-ci, il ne s'agit plus d'un test avec rendu du matériel en fin de période mais d'une acquisition pour mon job. Le dernier produit testé était l'extraordinaire Nikon D2x et ses 4288 par 2848 pixels. Et ses 5300 € tout nu !
Mais en même temps, il faut être réaliste.
Avec l'Olympus E300, j'avais déjà trouvé un bon compromis en terme de pixels utiles (3264 par 2448 pixels). J'entends déjà des remarques tout à fait justifiées comme ce n'est pas le nombre de pixels qui fait le bon photographe. Certes, mais je ne suis pas photographe, juste un graphiste qui a besoin régulièrement d'utiliser ses images pour de l'impression. Le Nikon D70 me tentait pas mal non plus (j'avais envisagé de l'utiliser avec 60 mm macro) mais ses 3008 par 2000 pixels restaient un peu limite. Chez MacDigit, nous avons eu nombre de discussions à ce propos. Dominique très Nikon, d'autres très Olympus… Et moi, très hésitant (et surtout très fauché !).

En discutant avec François Cunéo chez lui dimanche dernier, celui-ci m'affirma tranquillement que, à son avis, la qualité des images de Canon 350D étaient proches de celles obtenues avec un D2x. Connaissant le sérieux de François, le fait qu'il a viré tout son matériel Canon pour des raisons qu'il a expliquées ici-même… pour acheter un Nikon D2x justement, cela a tourné dans ma tête.

En rentrant mardi matin de suisse, je suis passé chez Shop Photo Versailles (des gens très pros que je connais depuis 20 ans). Et j'étais hyper pressé car débordé de boulots à finaliser. Avec un impératif le lendemain, une série de photos à réaliser. Ajoutez à cela que j'en avais assez de tergiverser après avoir essayé toute une planquée de bons boîtiers depuis près d'un an.

Bref, j'ai porté mon choix sur un 350D et un 17-40 mm ouvrant à 4. Le tout sans les essayer, un comble, après un passage éclair de 15 minutes dans la boutique. Je n'avais pas envie de prendre le pack d'origine proposé par Canon, peur de me retrouver pour longtemps avec une optique convenable mais sans plus. Et surtout me ménager la possibilité d'acquérir un 60 mm macro par la suite pour certaines compositions.

image

Alors ? Alors je suis heureux d'avoir suivi les conseils de François. Et également d'avoir pu analyser les photos réalisées avec ce 350D lors d'un safari.

Comme je l'ai déjà écrit ici, nous avons la chance d'avoir maintenant une génération de nouveaux capteurs qui donnent de bons résultats. Minolta, Nikon, Olympus, Canon, Pentax, Kodak, Fuji, tous ces constructeurs ont de très beaux produits. Il faut ensuite trouver la combinaison qui va bien par rapport à ses besoins ou activité sans pour autant se ruiner.

Bref, j'ai fait le choix du 350D pour ses 3456 par 2304 pixels effectifs, la qualité de son capteur, la vitesse de son auto-focus et, grosse surprise à l'usage, la qualité de son analyse de la lumière lors des prises de vue.
Je ne vais pas plagier le test fait par François. Mais, après coup, je peux juste reconnaître qu'il n'a pas dit une seule bêtise.

image

Pour ma part, j'apprécie ce boîtier de petite taille sur lequel mes doigts tombent bien. La surface plastique ne me déplaît pas (ok, ce n'est pas du magnésium, dont acte). J'ai découvert que Canon proposait une rallonge d'oculaire (EP-EX15) qui permet de rallonger de 15 mm l'oculaire, histoire de ne pas frotter son nez contre l'écran LCD. Et accessoirement une poignée batterie embarquant deux accus et permettant l'usage d'une sangle de poignet. Bref, excusez du peu, mais c'est pas mal comme petits plus même si l'autonomie de la batterie d'origine est très bonne… à condition de na pas abuser de l'affichage de l'écran LCD et de l'auto-focus.

La seule chose dont je peux parler, c'est du Zoom. J'ai donc fait le choix du EF 17-40 mm f/4 L USM (ouf !) à lentilles asphériques. Comme vous pourrez le lire dans le lien précédent, cela correspond à un 28-70 mm.
Faisant essentiellement de la photo d'architecture, j'ai trouvé que le rendu était excellent et la manipulation en situation ultra souple, rapide.
Bien évidemment, il est très facile de basculer à tout instant en mode manuel pour ajuster à la fin sa mise au point. Gros avantage, il est étanche et ne pèse que 475 grs. La distance minimale de mise au point est de 28 cm.

Côté images, le RAW de ce Canon n'est pas encore reconnu par CameraRaw (je fais référence à la version 2.4) mais parfaitement par Capture C1 (version 3.7).
Néanmoins, je n'ai pas hésité à couvrir tout un reportage en JPG et avoue avoir été bluffé par la qualité des acquisitions.

Les images délivrées de 3456 par 2304 pixels permettent d'obtenir un 26,5 x 40 cm à 220 dpi. Comme on peut leur attribuer un profil ICC Adobe RBG 1998 par défaut, c'est absolument royal pour moi qui ne les convertit plus, jetant juste un œil sous Photoshop à la recherche des couleurs non imprimables…

image

Bref, ceci est encore une fois totalement subjectif. À vous d'en tirer les conclusions.

Le Canon EOS 350D nu se trouve entre 660 et 900 €
Le 17-40 tourne aux alentours de 850 €

le 30/04/2005 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?