Urbanbike

Recherche | mode avancée

Bref passage à | Cagli

Passage bien trop bref…!

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

Avant de filer vers Gubbio, vous pouvez, en venant d’Aqualagna , faire un arrêtmoins bref que nous ne l’avons fait — à Cagli.

reduc-450

Gubbio est en bas à gauche…

reduc-450

Et en profiter pour vous balader dans les rues avec les murs qui jouent de la lumière rasante…

reduc-450

Apprécier le calme et l’architecture passée

reduc-450

reduc-450

Découvrir les quelques églises qui sont ouvertes avec des décors exubérants…

reduc-450

Tomber sur des vitrines épatantes…!

reduc-450

reduc-450

Boire un cappuccino sur cette place de la mairie (ici, le patron — adorable — parle un excellent français et le service se fait à la terrasse…)

reduc-450

reduc-450

Bref, cela fait partie des villages peu connus, peu médiatisés mais où la vie semble s’écouler doucement.

C’est dans ces circonstances que l’on se dit qu’une semaine dans les Marches, c’est réellement bien trop court…!

Comme d’habitude, quelques photos complémentaires sur photager

À suivre…

le 23/07/2017 à 12:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à | Gubbio

Troisième virée et un plaisir sans cesse renouvelé

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

les Marches (la région des Marches, pas de confusion…!) me semblent être un bon emplacement pour osciller entre Mer1 et Montagne, filer en Ombrie et prendre le temps de découvrir de petites localités pas encore polluées2 par le tourisme. Il faut reconnaître que les routes sont particulièrement sinueuses dès que l’on quitte les grands axes et les villages n’ont pas tous de nombreux bâtiments d’exception mais, une fois sur place, la vue, le calme, l’ambiance, la douceur de vivre peut vous faire réfléchir…!

Il y a un paquet de cités que j’aime particulièrement en Italie, villes que je connais depuis des décennies ou via des découvertes plus récentes. Je suis amoureux de Sienne et nous nous y sommes rendus un bon nombre de fois3. Mais nous apprécions également Montepulciano qui est proche, ou encore Lucques, cette ville ceinte par son large rempart de briques et de terre qui sert de promenade et offre des vues splendides sur la vielle ville.

J’apprécie Urbino que j’ai redécouvert cette année4 mais j’ai un faible pour Gubbio même si l’idée d’y vivre5 me semble bien moins réaliste que dans l’une des trois premières villes …citées.

Déjà se rendre à Gubbio n’est pas de tout repos en venant de Cantiano ou de Cagli. Ou inversement, de Pérouse. Et cette ville est toute en pentes raides, se pratique à pied (si vous pouvez encore circuler en voiture, c’est que vous êtes hors de la ville médiévale !).

Gubbio comme Siena6 possède quelques contrades et des traditions bien ancrées.

Elle est réputée pour sa Festa dei Ceri (Fête des cierges) ou Corsa dei Ceri (Course des cierges), fêtes qui ne sont pas des évènements folkloriques pour touristes mais bien des moments forts de la vie de cette cité, des traditions qui permettent de maintenir la cohésion des habitants, toutes classes d’âge confondues…!

reduc-450

Oui, les abords sont parfois un peu… strange.

reduc-450

Mais rien à voir avec la ville originelle…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Bon, les cours d’eau sont à sec…

reduc-450

Début juin (le 2 pour être précis), nous sommes arrivés lors de la fête dédiée aux jeunes, I Ceri Piccoli

reduc-450

reduc-450

nous y avons croisé quelques touristes un peu surpris mais avons navigué dans une ville totalement investie par des nuées de jeunes filles et garçons et, bien entendu, de leurs familles encore plus déchaînées. Encore un point remarquable en passant…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Et quel plaisir de se balader dans cette atmosphère sans musique diffusée par des hauts-parleurs et ambiance de kermesse. Bien que nous étions un vendredi, les parkings étaient bondés et nous sommes allés nous garer assez en retrait du côté de la piscine municipale.

reduc-450

reduc-450

Ensuite, le plus compliqué fut de se faufiler dans la foule compacte, joyeuse et colorée pour remonter vers le palais ducal et la splendide place qui domine toute la vallée. Vers midi, quelques barbecues7 commencèrent à diffuser leurs effluves, réveillant une faim accentuée par les kilomètres effectués dans les ruelles en pente.

Nous sommes retournés prendre place dans un fabuleux petit restaurant traditionnel qui rappelle que certains plats n’ont pas été inventés aux USA. Copieux, abordables et chauds. Nous avions pris soin de réserver en passant en tête dès 10:00 et bien nous en a pris !

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Bref, si vous voyagez dans les parages et n’avez pas peur de faire des kilomètres à pied, de gravir des rues et de vous perdre, arrêtez-vous quelques paires d’heures à Gubbio.

reduc-450

reduc-450

Comme d’habitude, quelques photos complémentaires sur photager


  1. Bon, je ne suis pas adepte de ces kilomètres de plages de cette partie de la mer adriatique (je leur préfère celles en face…) mais cela a le mérite d’être pas excessivement loin. 

  2. Notre pire souvenir est Gradara, ancienne citadelle transformée en Disney… bon, cela plaît assurément vu le taux de remplissage du parking et la musique abrutissante déversée sur la foule de parents accompagnés de leurs mouflets. Un cauchemar… 

  3. Même eu le projet, il y a plus de 30 ans, d’y ouvrir une libraire française, c’est dire…! 

  4. urbanbike | Bref passage à | Urbin 

  5. il me semble de plus en plus clair qu’à l’heure de l’Europe, vivre ailleurs est une option parfaitement envisageable. 

  6. urbanbike | Sienne | 17 contrades 

  7. Barbecues disposés dans ces mêmes ruelles et destinées à nourrir l’appétit de tous les habitants qui participaient. Dans certaines, comme à Sienne, des tables et des bancs. Bref, le touriste ne fait que passer, sentant bien que sa présence est tolérée mais qu’il n’est pas invité ! 

le 22/07/2017 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à | Sant’Angelo in Vado

Chaque petite ville mérite d’être vue…! Qu’on se le dise…!

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

Si l’on a tendance à mettre en avant, avec raison, les grosses villes, il est dommage de ne pas s’arrêter dans des lieux nettement moins connus. Je vais ouvrir ici une série de rapides billets avant de revenir à quelques cités de… référence !

reduc-450

Comme j’avais le choix, j’ai eu envie de commencer par Sant’Angelo in Vado, toujours dans les Marches et à l’ouest de Urbino. Un lien sur Wikipedia et celui de la commune (en italien)

reduc-450

Pour mémoire, nous avons cherché également la cascata del Sasso qui se trouve bien de l’autre côté d’une zone d’activités ! Sans commentaire.

reduc-450

Bref, on finit1 par atteindre Sant’Angelo in Vado et à nous garer en périphérie. Rien de renversant en apparence même si la vieille ville est loin d’être désagréable.

reduc-450

Bien pensée pour circuler, même en pleine chaleur, à l’abri du soleil…

reduc-450

Dans l’une de ces rues étroites, une toute petite chapelle…

reduc-450

Deux rencontres ont modifié notre appréciation !

  • dans la pharmacie, nous discutions entre nous sur le fait que nous ne trouvions pas de mouchoirs en papier (…hé oui, la climatisation, c’est parfait pour s’enrhumer !). Une femme d’âge mûre qui avait entendu notre remarque, nous interpelle dans un français remarquable pour nous indiquer que l’on peut en trouver dans une boutique à 50 mètres… adorable…!
  • vu la chaleur, on s’arrête vers 11:00 dans un des cafés de la rue principale (caffé del Corso ?) pour se rafraîchir. Le patron est exquis (et aussi bavard que moi…!), nous demande d’ou l’on vient et… nous met en relation aussitôt avec un de ses clients accoudé au bar qui parle …français et bosse comme …guide quand il n’est pas en vacances. On commence à discuter tous les cinq et ce dernier nous suggère de filer illico à l’office de tourisme avant midi et de demander à visiter les mosaïques d’une ancienne domus romaine… Car c’est là-bas que se trouve la clé et la personne qui accompagne les visiteurs…!

reduc-450

  • l’office de tourisme est ici, à gauche sous les voûtes…

reduc-450

Bref, grâce au serveur, à son copain et à cette gentillesse naturelle, spontanée, nous avons pu voir des mosaïques épatantes de la Domus del Mito : certes, le sol s’est déformé mais elles restent splendides.

reduc-450

reduc-450

À suivre ! Et vous comprenez pourquoi nous adorons l’Italie…!

reduc-450

Autres clichés : Sant’Angelo in Vado - Photager


  1. Avant d’y arriver, mes (légendaires…!) réflexes nous ont permis d’échapper à un chouette accident de la circulation ! La voiture qui nous précédait et qui tournait à droite s’est retrouvée bloquée derrière une voiture qui venait , elle, de s’immobiliser (ben oui, pourquoi s’emmerder…). Au lieu d’attendre, celle qui tournait est revenue tranquillou sur la route pour la contourner avant de filer à nouveau sur sa droite. Sans clignotant, bien entendu ! Ceci pour dire que l’on reste sur ses gardes en permanence sur les routes…! 

le 17/07/2017 à 13:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Vacances et déconnexion ? Faites des photos !

Prenez le contrôle en produisant votre contenu

dans ailleurs | grospod | groummphh | photographie | zen
par Jean-Christophe Courte

Billet expresse du matin : en allumant la radio ces derniers temps, à moins que ce soit dans un magazine, pas mal de conseils pour se détacher de son portable, ne plus consulter SMS, tweets ou mails…

Si je suis loin d’être hostile à l’idée de ne pas / plus répondre à la moindre alerte, si cela fait longtemps que j’ai désactivé les notifications de mes très (trop ?) nombreuses applications ou services, je suis – en revanche – assez opposé au sevrage complet !

Conservez votre iPhone, changez d’usage

Au lieu de ne voir dans son smartphone qu’un écran à recevoir du contenu avec l’injonction de répondre “présent” aux injonctions des uns et des autres, de passer un temps considérable à ajouter des “likes”, reprenez le contrôle !

Votre écran a de nombreuses cordes à son arc et trop souvent la partie photographique n’est plus utilisée que usine à selfies.

reduc-450

Ce que je vous engage à essayer est d’oublier cet aspect “vous, centre du monde” et d’inverser le champ de la prise de vue… ! Puis de vous efforcer de ne plus vous replacer dans l’image, d’oublier jusqu’à l’existence même de ce bouton Selfie…!

Appareil Photo pour démarrer…

Sur votre iPhone, l’application par défaut est excellente et se nomme Appareilphoto

Apprenez à vous en servir, à faire des images sans ajouter immédiatement des filtres, des objets, du texte, des pictos pour communiquer aux amis des images tellement vues et revues…!

Non, faites-vous plaisir en réalisant des clichés, de simples clichés… Résistez aux effets de mode (!!) et photographiez ce qui vous fait plaisir en prenant simplement le temps de cadrer.

Or votre quotidien fourmille de matière… Quatre photos banales à titre d’exemple…

reduc-450

Vous allez (re)découvrir d’un oeil neuf ce smartphone… En couleurs …ou en noir et blanc…

Relire urbanbike | Photo : sept facettes appréciables du iPhone 7plus et urbanbike | Rappel : utiliser un cliché Noir et blanc temporairement

reduc-450

Jouez sur les ombres…

reduc-450

Bref, reprenez le contrôle de votre iPhone qui est un excellent appareil photo…

Puis, et seulement après réflexion et choix, partagez avec modération… sur Instagram ou autre…

reduc-450

Pour l’anecdote : j’avais monté un cours de nazbrokology qui atterrira, un de ces quatre, à sa place. Ce nom avait été retenu pour ne pas dévoiler le thème réel de mon intervention aux étudiants qui venaient une demi-journée se détendre et découvrir une autre vertu de la photo, celle… Mais ceci est une autre histoire !

reduc-450

Pour ceux qui veulent aller un peu plus loin (hormis lire urbanbike…!), quelques apps, les rares qui sont encore sur mon propre iPhone 7 plus

le 15/07/2017 à 10:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à | Urbin

Splendide mais sacrèment isolé

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

(rappel) Ce qui suit n’est toujours pas un guide de voyage, juste une série de billets en partage avec quelques clichés, notes photographiques, pour l’ambiance…!
J’accélère un peu…

Cette balade fut l’occasion pour nous (Béatrice et moi) de revenir quelques décennies plus tard à Urbin (Urbino), ville idéale du duc Frédéric III de Montefeltro. Nous l’avions visitée assez vite naguère, le temps nous était compté à une époque où nous lancions notre activité, les clients volatiles et les rentrées difficiles…!
Bref, au cours d’une boucle bien trop rapide, nous étions passés par Florence, Sienne, Gubbio puis un passage d’une poignée d’heures à Urbin avant de rentrer bosser à Paris.
Un périple tout confort rustique dans notre Trafic Renault de livraison aménagé sommairement (une planche, un matelas et des cartons…!).

Là, nous disposions pour quelques jours fin mai d’un logement fort agréable dans une petite villa et même, après une journée sur les routes brûlantes, d’un accès à une piscine1 partagée avec les autres propriétaires du hameau.

reduc-450

Urbin est à 20 kilomètres de Acqualagna, c’est-à-dire près 40 minutes par les routes de montagne via Fermignano. Du coup, nous y sommes arrivés tôt la première fois, vers 09:20 et nous avons stationné sur le grand parking payant (plan sur ce lien) de la Piazza Mercatale sous le Palazzo Ducale.

reduc-450

Puis, pour monter directement dans la ville, emprunté la fameuse tour qui permettait alors de faire la même chose, mais à cheval…!

reduc-450

On débouche sur cette galerie et le plus simple est de l’emprunter pour arriver à une première place. Ensuite à droite vers le palais Ducal ou à gauche vers la maison natale de Raphaël, ce qui permet de monter vers la Piazzale Roma et la Forteresse…

reduc-450

Aprés ?

Laissez vous glisser dans les petites rues ou vers la place qui mène au Palais Ducal (qui est à visiter)…

reduc-450

Ou profitez des perspectives, des vues vers la campagne ou, inversement, si vous êtes montés aux extrémités de la ville, c’est le moment d’apprécier son ensemble…

reduc-450

Juste un petit rappel : ça monte (ou ça descend…!)

reduc-450

reduc-450

C’est une ville universitaire et donc remplie d’étudiants, ce qui lui évité de devenir un simple musée…

reduc-450

Note : le palais Ducal permet de voir le ville…

reduc-450

mais aussi quelques oeuvres épatantes… Celle-ci ressemble à une autre jeune femme qui est au Louvre…

reduc-450

Pour découvrir les évènements de la ville, une source en italien sur le web.

Bref, l’une des plus belles villes d’Italie à notre avis mais fort éloignée des grands axes, pas de gare (certes, celle de Fossato di Vico - Gubbio à …un paquet de kilomètres…!), etc. Et tant mieux !

Quelques photos2 disponibles sur Photager comme d’habitude.

À suivre…


  1. Après des journées autour de 30°, se remettre à température par une simple immersion est indispensable — Villa degli Orti Cagli | Le Marche 

  2. J’avais oublié de mentionner le lien pour Pesaro du fait du peu de photos. 

le 14/07/2017 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à | Pesaro

Pesaro mucho ? Tampoco…

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

(rappel) Ce qui suit (et suivra si j’en ai encore le courage…) n’est pas un guide de voyage, juste une série de billets en partage avec quelques clichés pour l’ambiance…!

reduc-450

Nous pensions passer de nouveau quelques heures dans la matinée à Bologne mais, nous retrouvant dès huit heures du matin dans les bouchons et à la demande générale, je modifia aussi sec au premier feu rouge notre destination sur mon TomTom pour regagner fissa l’autoroute…!

Le petit déjeuner comme le plein de notre carrosse se firent sur une aire d’autoroute et nous arrivâmes rapidement aux abords de Pesaro avant de nous rendre dans la vieille ville et trouver (si, si…!) une place à l’ombre.

reduc-450

Autant le dire de suite quitte à se faire insulter, nous ne lui avons pas trouvé un charme exceptionnel même si nous sommes passés devant la maison de Gioachino Rossini.

reduc-450

Bien entendu, quelques siècles auparavant, cela devait être nettement plus agréable ! Néanmoins, la présence de de l’adriatique, une ambiance estivale et pas mal de vélos rendent l’ensemble agréable, les voitures étant minoritaires.

reduc-450

Et puis, nous avons poursuivi notre route jusqu’à la mer…

reduc-450

C’est en arrivant en bord de mer que l’envie de hurler contre ceux qui ont contribué à défigurer le littoral par manque de réflexion urbanistique se fait pressante.

reduc-450

Mais, s’il n’y avait que là !

reduc-450

Bon, cet exemple de tour (?) déjà à l’abandon (…ou c’est bien imité) juste à deux pas de ce chouette exemple d’architecture de villégiature est… frappant ! Et à deux pas du rivage…

reduc-450

Ensuite, j’avoue ne pas saisir le concept de plage publique et de plage privée vu qu’à la fin tout le monde finit par barboter dans la même soupe salé !

reduc-450

La topographie de ces lieux s’y prête. En allant vers Fano plus au sud sur cette rive adriatique, ce sont des kilomètres de plage longées par une voie de chemin de fer clôturée1 pour éviter le passage des estivants, elle-même doublée par la route bordée de places de parking et, au-delà, les collines.

reduc-450

Notre escale fut assurément bien trop brève pour apprécier totalement ce centre ville (…en travaux, le bruit des marteaux piqueurs en plus…) mais nous avions rendez-vous avec notre prochaine destination dans les Marches et du chemin à avaler avant de nous installer2 pour une courte semaine.

À suivre…

reduc-450

  • Juste cette note photographique qui illustre ma phobie des balcons…

  1. avec toutes les centaines de mètres, un passage souterrain… 

  2. À un kilomètre de Acqualagna, Villa degli Orti Cagli | Le Marche 

le 11/07/2017 à 14:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPad | jardin, soleil et ombre

Écrire dehors aux beaux jours, pas la meilleure idée…

dans ailleurs | écrire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Écrire, que ce soit des billets, des billevesées ou de simples broutilles, est une activité quotidienne. Mais, en y réfléchissant, je me rends compte que je suis rarement1 dehors !

De temps à autre, j’écris sur mon iPhone en marchant dans la rue ou dans les bois environnants2. Généralement, c’est dans le train, voire dans ma voiture3 en stationnement en attendant ma fille à la sortie de l’Universités que je passe à l’iPad.

En résumé, si j’arrose bien notre petit jardin dès qu’il commence à faire sec, je suis rarement dedans à m’y inscrire à l’ombre avec un écran.

Soleil de plomb

Samedi, étouffant dans ce qui tient lieu de piaule et de bureau, je me suis décidé à migrer à l’extérieur. Bref, à me placer à l’ombre des arbres, d’autant qu’il y avait un poil de vent !

reduc-450

J’ai sauté dans un slip de bain sans avoir peur de défrayer le voisinage en exhibant ma musculature d’airain ! Bref, je suis allé me poser sur une chaise avec iPad Pro et Stylet !

Énorme avantage d’un stylet avec un écran noyé de lumière, la vue des touches n’a rien d’essentiel.

Au risque de me répéter, le conseil pratique, hormis de bien former ses lettres, est toujours d’espacer largement les mots pour que l’application fasse bien la distinction entre les différents éléments de la phrase.

Pour ma part, toujours la même martingale : Drafts, MyScript Stylus et un simple bambou Wacom. J’apprécie la dureté de la pointe du dernier Bamboo dit de quatrième génération.

À l’extérieur, il devient évident que la propreté de l’écran est le facteur de confort. Or c’est souvent à ce moment que l’on découvre que l’iPad est devenu un… craPad… comme le souligne avec humour ma fille4 !

Bref, ne surtout pas oublier de nettoyer l’écran pour éviter de déchiffrer son texte entre des auréoles grasses, douteuses ! Voire ne rien lire !

Ensuite, pendant toute cette session à l’extérieur, Il est clair que l’usage de stylet a un autre avantage, celui d’éviter de maculer à nouveau l’écran fraîchement nettoyé  ! Un appui même léger du doigt le démonte aisément !

Coté Wifi, l’orientation de l’écran en fonction de la borne est à tester : ce qui fonctionne dans un coin du jardin n’est pas forcément une solution universelle ailleurs !! Eh oui, le soleil tourne et votre serviteur également !

Souvent passer l’écran en mode portrait suffit pour retrouver la connexion avec sa box lointaine.

Bon. J’aime mieux être à l’intérieur !


  1. Billet écrit un samedi ensoleillé, depuis → pluie ! 

  2. urbanbike | Usages | En passant, pourquoi mon iPhone est devenu ma machine à écrire…! 

  3. urbanbike | Usages | Nebo …en voiture 

  4. …qui utilise également le vocable craPhone pour nos téléphones ! 

le 10/07/2017 à 17:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?