Urbanbike

Recherche | mode avancée

Musée de la ferronnerie à Rouen

Musée Le Secq des Tournelles

dans ailleurs | architecture | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

C’est une histoire peu banale que celle de cette collection d’objets rassemblée dans les années 1985 par Jean-Louis-Henri Le Secq Destournelles.

Aujourd’hui, ce musée prend place dans un bâtiment lui-même peu banal vu qu’il s’agit de l’église Saint-Laurent, église désacralisée et restaurée en 1911.

Pourquoi vous rendre dans ce musée ?!

J’y vois trois raisons pour ma part :

  • le Musée des Arts et Traditions Populaires, fermé en 2005 à Paris, fait partie désormais du MUCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Plus franchement la portée à coté pour les habitants d’Île de France. Or ce musée situé naguère dans le bois de Boulogne présentait nombre de ces objets dans des reconstitutions avec environnements, mannequins en costumes et outils.
  • du coup, filer à Rouen n’est qu’une affaire d’une heure dix entre Paris et la Gare de Rouen. Ajoutez 15 minutes à pied depuis la gare…!
  • enfin, la collection d’objets couvre nombre de domaines, de la coutellerie à la couture, de la médecine aux arts de la table en passant par les enseignes, l’architecture ou la serrurerie. Incroyable catalogue…!

Des objets personnalisés et uniques

reduc-450

Loin de notre civilisation industrielle, tous ces objets sont uniques, souvent splendides, personnalisés et adaptés à un usage particulier.

reduc-450

J’y ai retrouvé des fers à repasser comme ceux que j’avais vu, gamin, chez mes grands-parents, des objets qui chauffaient sur la cuisinière, certes moins élaborés que ceux à tiroir pour y placer de la braise ou un lingot en métal.

reduc-450

Nous avons pu également admirer des chefs d’oeuvre de serrurerie (parfois des réalisations qui permettaient aux artisans de démontrer leur qualité de compagnon ou leur grade). Mais également des enseignes ou des grilles de fenêtre de toute beauté, des heurtoirs splendides bien plus intrigants que nos boutons de sonnerie (!).

reduc-450

Des objets spécialisés comme des moules à hosties, à gaufres ou à oublies, des moulins à café, des sièges ou des rampes en fer forgé, etc. Mais aussi des corsets orthopédiques, des collections de râpes à tabac (fallait bien râper les carottes de tabac pour les priser), des compas, poids, couteaux, tire-bouchon, mouchettes à chandelles (eh oui, peu d’électricité avant 1914). Et plus encore.

reduc-450

Bref, une fantastique occasion de revisiter le quotidien pas si lointain de nos ancêtres et mieux comprendre leur mode de vie, l’importance des rares objets dont ils disposaient et le soin apporté à leur fabrication, voire même à leur décoration.

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Bref, si vous passez à Rouen, une étape incontournable… ou, inversement, l’occasion ensuite de découvrir les maisons à colombages de la vieille ville (mais aussi quelques réalisations contemporaines …étranges).

Et si vous avez encore de l’énergie, nombre d’autres musées sont accessibles à 5 minutes dont celui des beaux-arts et celui de la céramique…!

Le kit de visite se compose d’un billet de train et d’une paire de chaussures. Et hop…!

  • Plus d’informations ici

le 17/01/2017 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

kronobase.org, à employer sur iPad

Fabuleux outil pour tous les curieux

dans ailleurs | lire | mémoire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Ce n’est pas parce que j’ai évoqué ce site naguère — cf. en 2008, Kronobase, open ! ou en 2011, cf. kronobase à redécouvrir — qu’il ne faut plus y revenir ! Bien au contraire…! De plus, il fait un temps à rester sous la couette et c’est le moment de se cultiver…!

kronobase.org fait partie de ces outils qui, comme Wikipédia, deviennent vite indispensables.

Quelques copies d’écran pour vous inciter à essayer ce site en ligne.

reduc-450

reduc-450

  • Or donc, le 14 janvier…? 264 réponses…

reduc-450

  • Mais ce sont les chronologies qui peuvent encore plus vous intéresser…

reduc-450

  • Note : si les photos sur le flan droit vous… Hop…! On peut les oublier…

reduc-450

  • Attention, c’est addictif et, plus une chronologie est bien renseignée, plus… Je vous laisse…!

Remarquable. Vous pouvez y contribuer… Voire envoyer quelques subsides… Histoire que la CSS soit plus adaptée (même si ça fonctionne…) à une consultation en ligne depuis un iPhone…

Pour finir, notez que le fil Twitter @KB_ephemeride (…qui n’est pas mentionné sur le site alors qu’il existe depuis janvier 2012 avec, reconnaissons-le, un grand trou au départ…!) fonctionne très bien… Reste à vous abonner car nous sommes (encore) peu nombreux…!

le 14/01/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Terminology arrive en version 4 sous iOS

…avec synchronisation entre écrans des mots recherchés…

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | lire | outils
par Jean-Christophe Courte

C’est le genre d’application que l’on souhaite trouver dans d’autres langues même si nous sommes fort bien pourvus en terme d’apps pour le français.

Le développeur de Drafts vient de publier la quatrième version de cet outil pour rédacteurs anglophones et je l’ai acquise pour l’installer sur les écrans de mon étudiante de fille.

Plutôt que de décrire l’app, autant montrer en quelques copies d’écran ce que cela donne sur un iPhone grand format. Déjà, comme pour Drafts, mode nuit disponible…

reduc-450

  • Recherche sur le contenu du presse-papier ou recherche dans la liste de tous les mots proposés…

reduc-450

  • Comme c’est de circonstance ce soir… un mot qui décoiffe et ses…

reduc-450

  • quinze notices… Notez que vous pouvez poursuivre vos recherche sur le net…

reduc-450

  • Toute définition peut être exportée… Tiens, vers Drafts en Markdown

reduc-450

  • On retrouve les deux ambiance de l’outil précédent et le principe de la synchro de données… Histoire de retrouver sur iPad, par exemple, les termes recherchés…

reduc-450

  • Un historique et des favoris permettent de mieux se repérer… et accéder à un terme précédent… Et même un Widget pour appeler l’app ou ses favoris…

Bref, pas mal du tout, non…?

Bon, la version Pro permet d’accéder au mode nuit et virer les pubs… entre autres…

le 12/01/2017 à 18:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Profession du père | Sorj Chalandon

Dans toute famille, une part de folie…?

dans ailleurs | lire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Il y a des tas de manières de lire un livre. Dont suivre à la lettre l’histoire brossée par l’auteur, bien entendu. Mais également laisser vibrer en soi certaines situations que le récit réveille à notre insu.

C’est ma moitié qui m’a incitée à lire Profession du père après l’avoir dévoré. Je ne connaissais pas Sorj Chalandon. Désormais, je lorgne sur son imposante production…

L’histoire…? la quatrième de couverture — Mon père a été chanteur, footballeur, professeur de judo, parachutiste, espion, pasteur d´une Eglise pentecôtiste américaine et conseiller personnel du général de Gaulle jusqu’en 1958 — comme les nombreux compte-rendus dans la presse la suggère et elle est, à tous points, remarquablement écrite.

Mais, très vite, c’est le vase clos dans lequel les trois personnages évoluent qui m’a touché. Et c’est ce que j’ai envie d’évoquer via quelques citations, une lointaine mais forte résonance avec quelques pans de ma propre enfance… Par exemple…

“Et c’est quoi cette histoire ? Tu étais malheureux quand tu étais enfant ?”

Parfois, j’ai eu cette impression de ne pas avoir vécu la même vie, la même pièce, les mêmes événements que ses géniteurs… Chacun a un souvenir qui est, forcément, subjectif en fonction des brimades ou des remontrances que l’on a conservé dans sa mémoire…

“Mon père, ma mère et moi. Juste nous trois. Une secte minuscule avec son chef et ses disciples, ses codes, ses règlements, ses lois brutales, ses punitions. Un royaume de trois pièces aux volets clos, poussiéreux, aigre et fermé. Un enfer.”

Dans certaines familles, cela peut être ça, un enfer si le huis-clos est quotidien, si les parents sont à demeure car sans emploi l’un comme l’autre. Mais nombre d’autres situations sont abordées en plus du côté affabulateur du père (…si, si, certains vivent chez eux sans être diagnostiqués…!)…

Ou encore ces incroyables situations qui bouleversent l’existence d’un môme, dont la plus ultime…

“Je n’ai pas répondu. J’ai quitté la cuisine pour ma chambre. Je me suis assis sur mon lit. Quatre jours. Mon enfance en éclats. Avant de me coucher, j’ai rassemblé mes carnets de croquis, mes peintures, mes pinceaux dans un sac. Pour la première fois, j’ai fait l’inventaire de ma petite vie. Mes vêtements tenaient dans une penderie et trois tiroirs. J’avais deux paires de chaussures, un manteau, quelques livres et une valise. Je n’avais plus rien, ni personne.”

Et qui restent gravées à jamais, des décennies après…

“J’ai regretté d’être là. Dès le couloir, j’ai regretté. La dernière fois que j’étais entré dans cet appartement, quand j’avais imploré l’asile pour la nuit, il était encombré de cartons de déménagement. Vingt ans plus tard, il empestait le caveau. De pièce en pièce, tout avait été aménagé à l’image de mon appartement d’enfant. Les meubles d’avant, les tableaux imprimés, les napperons sur les fauteuils, la nappe de table, les poupées, le bar à mignonnettes. Ils avaient changé de murs mais gardé tout le triste. Pas une chaise en plus, pas une horloge nouvelle. Ils avaient emmuré le nouveau dans l’ancien.”

Relations complexes, non-dits, discussions avortées, en suspens… Ou simplement assorties d’une baffe (sic…!) pour y mettre un terme…

En contre-point, cette réflexion de la compagne du narrateur qui découvre sa belle famille…

“Je ne veux plus jamais les voir, parce qu’ils te font encore du mal.”

Oui, il y a des familles toxiques. Et essayer d’expliquer les choses est souvent inutile tant le déni agit comme une gangue… protectrice.

“Ma mère me regardait. Elle ne disait rien. Elle écoutait le drame de sa vie comme on assiste à l’accident d’une autre. Elle n’était pas surprise, pas étonnée, pas en colère. Elle regardait son fils sans l’entendre.”

Bref, un livre épatant au style direct, un récit qui ne vous laissera pas indifférent. Et, qui sait, risque de remuer quelques souvenirs chez vous… Accrochez-vous…

Comme d’habitude, je cherche à chroniquer des ouvrages qui sont disponibles au format ePub pour les lire, entre autres, sur iPhone ou iPad…

le 11/01/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MetaTrixter sous iOS pour corriger les EXIF | 2

En batch, c'est-à-dire plusieurs images traitées en même temps…

dans ailleurs | architecture | grospod | photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Une image prise avec l’iPhone mais affichée sans localisation, ça arrive, si, si…!
Ici, prises de vue en sous-sol dans la gare du Tramway de Viroflay Rive Gauche (disposition idem à celle de Rive Droite) et creusée très profondément… Du coup, pas de signal… Et pas de localisation.

reduc-450

  • On sélectionne toutes les images souhaitées et…

reduc-450

  • Un appui sur l’icône localisation, choix de l’emplacement et hop…

reduc-450

  • Néanmoins, il faut valider une à une la modification… Mais parfait à l’arrivée…

Quelques images de cette gare… Réalisées avec Provoke comme d’habitude…

reduc-450

reduc-450

La vue ci-dessus montre le niveau visible depuis la dernière image, au niveau même des rails…

reduc-450

Chouette ambiance béton, roche et bois… Bel ouvrage.

le 10/01/2017 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MetaTrixter sous iOS pour corriger les EXIF

Celle de la localisation mais pas que…

dans ailleurs | grospod | photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Une image prise avec l’iPhone mais affichée avec une localisation fantaisiste, c’est rare mais ça arrive, si, si…!
En cause la triangulation et/ou une mauvaise réception et, de facto, sur une île notamment, une localisation qui se situe sur la terre ferme alors que l’on est bien en bord de côte…! J’ai quelques photos du côté de Bordnor ou de Kerdonis sur Belle-île-en-Mer avec des données totalement à la masse et, quelques images plus tard, d’autres avec la bonne localisation…!

Bien entendu, avec Adobe Lightroom sous macOS il est facile de situer sur la carte l’emplacement et écraser les anciennes informations par la correction géographique.

Nous cherchions avec l’ami Claude une application capable de corriger, à défaut de purement supprimer, cette information erronée sur iOS et je suis tombé sur MetaTrixter qui semble faire l’affaire. Et particulièrement bien développée de plus (…et rapide et bien foutue).

reduc-450

  • À gauche | l’info de base, localisation et heure…
  • À droite | un appui sur l’icône de la localisation vous permet d’accéder à la carte, vous pouvez soit rechercher une autre ville soit zoomer dans la carte puis, en appuyant un temps sur le point souhaité, changer cette localisation…

reduc-450

  • À gauche | la localisation a changée (Montpellier pour un coucou à Lukino)… Mais ça marche pour la date et l’heure…
  • À droite | assez facile de le faire…

reduc-450

  • Reste simplement à valider ces changements sur le fichier original…

reduc-450

  • Et ces informations sont bien prises en compte dans l’album de l’iPhone.

J’ai hésité à en parler car à l’heure des fausses nouvelles en tous genres, d’aucune peuvent aussi s’en servir pour maquiller des EXIF à d’autres fins, histoire de faire des blagues à la… En même temps le savoir est un plus et cette application ne change pas toutes les EXIF.

Autre intérêt de cette application, vous pouvez supprimer séparément ou globalement les informations de l’image sélectionnée, en modifier quelques unes (…celles renseignées par l’application de photo, pas question d’en inventer).

reduc-450

  • Après validation et réouverture de l’image, il ne restera que les EXIF de base (taille, etc.).

Pour finir, cela peut également servir pour situer une photo quand on a simplement oublié de cocher l’option localisation (…ce qui m’arrive parfois avec Provoke Camera !). Du coup, pratique pour renseigner les champs d’une application de notes de voyage comme [Day One]((https://itunes.apple.com/fr/app/journal-+-notes-day-one-2/id1044867788?mt=8&uo=4&at=1010l4YH&ct=photager)…

MetaTrixter est de plus gratuite et sans publicité, ce qui est également remarquable. Merci à ses développeurs.

le 08/01/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Provoke supporte correctement les deux optiques de l’iPhone 7 Plus

Enregistrement des fichiers corrigé

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | photographie
par Jean-Christophe Courte

Comme d’autres j’imagine, j’ai expédié un courriel à Toshihiko qui a immédiatement corrigé Provoke

reduc-450

  • Les deux optiques à l’usage depuis le même emplacement, ce matin par -5° (oui, le ping-pong m’amène à sortir par tous temps…!)

reduc-450

  • L’illustration que j’aurais du employer pour le billet précédent sur les chemins noirs (…et même entendu la dernière question du Jeu des mille euro qui était justement d’en retrouver l’auteur…!)…

Sinon, j’apprécie cette app… Ceux qui me suivent sur Instagram ne seront pas surpris…!

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Bref, je suis un inconditionnel…

le 06/01/2017 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?