Urbanbike

Recherche | mode avancée

À l’usage : sans fil, atténuation des bruits ambiants et Bose Quietcontrol 30

Écoute de podcasts et d’un peu de jazz

dans ailleurs | dans mon bocal | écouter | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Mais mon pauvre JC, tu aurais du prendre le… ou encore celui de chez… qui a été analysé par…
Mais certainement pas cette…

Avertissement : ce qui suit correspond à mes usages qui ne sont loin des exigences d’un mélomane pointu, spécialiste du son, musicien, etc.

Cela fait (déjà…!) quelques années que j’avais envie de couper le cordon entre mon écran (iPhone ou iPad) et mes oreilles.

Mais bon, liquidités fluctuantes, manque de volonté. Voire, n’importe quel prétexte pour ne pas me décider…!

Ensuite, je ne me voyais pas passer du temps à essayer1 de chouettes modèles de casques, n’ayant pas des escourdes de compétition ni des ressources infinies…

Plus grave, je le confesse de suite, pas envie d’un vrai casque posé sur mon crâne dégarni comme une décoration de Pâques sur un oeuf…!

Juste envie de petites prothèses à « noreilles » faciles à détacher (car retenues au tour de cou qui renferme la batterie) pour discuter. Certes, la version filaire des EarPods d’Apple me convenant, pourquoi ne pas opter pour leur version Bluetooth (AirPods), quitte à patienter…? Comme je suis distrait, une très grande chance de perdre un élément en cours de route…

De fait, j’ai essentiellement besoin de pouvoir m’isoler un peu des bruits ambiants via un dispositif de réduction de ces derniers. Comme je marche en écoutant des podcasts, je suis souvent gêné dans mon écoute par des bruits de circulation qui s’invitent lors d’une explication précise et chuchotée d’un conférencier…!

En accompagnant ma fille pour changer la batterie de son vénérable iPhone 6s+ qui commençait à égrener les % lors de nos prises de vue2, je me suis décidé car nous avions une petite heure à patienter dans l’enceinte de l’Apple Store.

Le choix fut rapide vu le peu de propositions disponibles (!) et je suis reparti avec un Bose Quietcontrol 303, celui qui sévit au moment où j’écris ces lignes en m’expédiant un peu de Ahmad Jamal4 à faible intensité …pendant que ma fille joue du piano dans une pièce voisine…!

Il y a une heure, j’étais au volant d’une super 5 de 1994 assez, heuuu, bruyante (…un prêt amical) mais pleinement dans l’écoute d’un podcast des Pieds sur Terre5. Entre temps, j’ai grignoté un bout de coulommiers tout en suivant une mélodie du premier CD de Miss Krall6. Et sans me battre comme d’habitude contre les fils des écouteurs…!

Bref, cela n’a certainement pas la qualité affûtée des plus grands dispositifs d’écoute mais pour le moment, j’ai apprécié la simplicité de ce tour de cou et de ses deux oreillettes, trouvé comment utiliser les commandes idoines. Sans oublier l’app Bose Connect qui ne m’a pas dérouté !

Les dix heures d’autonomie annoncés devraient me convenir d’autant que mon souhait n’est pas de vivre en permanence avec ce dispositif sur les oreilles, juste de l’employer quand je me retrouve à attendre ma fille, filer dans le RER ou effecturer une marche en solitaire en me passant une série de podcasts du Collège de France via Castro 2.

Oui, je suis très radio, option plus pratique pour apprécier ce qui m’entoure et réaliser quelques photos à l’occasion.

reduc-450

  • Pensez bien à charger l’app et, surtout, la mise à jour (et à l’appliquer pour avoir une meilleur réduction des bruits ambiants).

reduc-450

  • S’isoler (en partie) ou pas du monde extérieur…

reduc-450

  • Pratique, peut se coupler à deux écrans (ça tombe bien…). Voire couper (!) au bout d’un certain temps d’écoute (je vais y songer)

reduc-450

  • Et plus qu’à s’immerger dans la vie des péagistes ou écouter le son du vibraphone de Cal Tjader, instrumentiste que j’ai découvert tout gamin…

Voilà, encore deux semaines (merci Apple pour cette option que j’apprécie) à tester ce dispositif, puis le garder ou le restituer dans son emballage.

À suivre…

Là, en mode nocturne sous ma couette pour ne pas déranger ma compagne et suivre un concert… de jazz… sur Arte. D’ailleurs, si Jean Delmas pouvait écrire ses mémoires, ce serait génial…! Jean, au clavier…!

Note de fin : malgré quelques faiblesses en écoute (grésillements ou trous) sur des fichiers en streaming (…mieux vaut les avoir réellement stockés dans l’écran qui sert d’émetteur), un dernier usage fort pratique est celui de s’isoler de voisins bruyants et seuls au monde à quatre heures du matin. Au risque de me répéter, ce dispositif est bien adapté à un usage nomade et urbain, assez peu à la restitution d’un beau son. Le côté sans fil prend son sens en déplacement. Si ce n’est pas votre cas, un filaire doté d’un mode de réduction de bruit est peut-être préférable.


  1. …pas plus de temps que pour choisir une paire de chaussettes, un sac à dos ou une veste, véritable phobie aux boutiques et que j’essaye d’expédier en quelques minutes. 

  2. et encore, à 45 % de charge et en mode économie de batterie, ça faisait la rue Michel. 

  3. Et quatorze jours pour me décider fermement. 

  4. Ahmad Jamal Live In Marciac, August 5th 2014 (Live) 

  5. lire mon tweet sur ce que je considère comme l’une des meilleures émissions de radio. 

  6. Mais la version d’origine, pas la remasterisée…! Cf. Stepping Out (Remastered) 

le 16/03/2018 à 21:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Reverso, Messages et traduction sous iOS

Une manière de communiquer et d’apprendre…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Parfois, il n’est pas inutile de dérouiller (sic…!) une langue que l’on utilise quasiment plus depuis… des décennies1. Surtout quand votre propre gamine la parle couramment et a décidé de vous aider à vous remettre à niveau !
Oui… l’enfer est bourré de bonnes attentions…!!

Bien entendu, il y a pléthore d’applications qui fonctionnent sous iOS dont celles développées par Microsoft et Google

Or, pour corser le tout, j’échange beaucoup (euphémisme…!) via Messages avec ma fille. C’est essentiellement cette fonctionnalité qui a guidé mon choix et j’ai fini par opter pour une version offline et payante2 de Reverso Context - traduction.

Bien entendu, il existe d’autres solutions mais j’ai fait le choix de cette app qui, pour le moment, me donne satisfaction.

J’ai conservé quelques outils, comprendre nombre de dictionnaires espagnols, du sempiternel Dictionnaire Espagnol-Français Larousse à la référence hispanique, le DLE descargable, en passant par le Dictionnaire Linguee et quelques autres3.

Mais quitte à échanger quelques phrases au quotidien via Messages avec ma dynamique interlocutrice, le dispositif proposé par Reverso (…et ouvert à d’autres langues) me semble le plus accessible au bout de mes maladoigts.

Cela s’imbrique naturellement comme pour bien d’autres solutions disponibles liées à Messages, de Drafts à Bear en passant par Castro ou même DropBox, ce que vous saviez déjà !

reduc-450

  • Il suffit d’appeler l’app dans Messages (en pied d’écran)… et saisir son texte en précisant vers quelle langue le traduire, valider une première fois…

reduc-450

  • Puis une seconde fois pour poster le message avec le texte original, sa traduction et un rappel visuel des langues employées…

Et après…? Dans l’autres sens…

Bien entendu, si votre correspondante répond dans le même idiome, soit vous décryptez…

reduc-450

Soit vous copiez le texte pour le coller dans la partie propre à Reverso dans Messages en inversant le sens de la traduction, soit vous basculez dans l’application elle-même…

reduc-450

  • L’interêt est de poursuivre l’apprentissage et d’étoffer votre vocabulaire en le retrouvant dans d’autres phrases. Sans oublier la possibilité d’entendre la phrase prononcée…

reduc-450

  • Bref, usage assez ludique, ce qui ne gâte rien…

Bien entendu, cette app ne fait pas que cela, la notice de Reverso l’explique fort bien. Mais, pour ma part, son emploi directement dans Messages est fort sympathique au quotidien…

À suivre ou, plus pratique, à tester…


  1. six dans mon cas, grosse séance de rattrapage … 

  2. uniquement si vous le souhaitez pour charger les dictionnaires sur votre écran et avoir une synchronisation de vos progrès entre plusieurs appareils (iPhone et iPad par exemple) 

  3. je ne serais pas surpris de découvrir de plus en plus d’intégration entre traitements de texte et dictionnaires, comme dans WriteRight: enjoy writing que j’avais essayé naguère… 

le 16/02/2018 à 13:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Les sensations du Canon M sur iPhone avec Camera RX…? Si, si…!

Ergonomie minimale et déclencheur plein écran

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | nazbrokology | photographie
par Jean-Christophe Courte

Il y a une bonne semaine que j’ai chargé Camera RX sur mon iPhone 7 plus. Ma fille l’a également installé sur son iPhone 6s+ et nous sommes unanimement d’accord : pas mal du tout…!

Ce qui peut surprendre est cette ergonomie minimale bien plus poussée que Halide - RAW Manual Camera vu que l’on peut très bien ne rien afficher or la scène à capturer.

Mieux, que cette image peut être plein format écran. Un appui sur l’écran permet de choisir de déclencher. Il faut faire glisser le doigt pour le focus ou allier focus et déclencheur.

Quelques copies d’écran pour illustrer mon propos…

reduc-450

  • Avec ou sans options affichées…?

reduc-450

  • il suffit d’explorer chaque panneau, tomber sur association déclenchement et focus

reduc-450

  • Gestion de sets d’exposition, format d’image

reduc-450

  • Dans les préférences, nombre d’options dont les grilles…

reduc-450

  • et éditeur des images si besoin…

Et quelques clichés…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Bref, en ce moment, sur nos boites à pixels, à côté de l’app incontournable qu’est Appareil photo, Camera RX et Camera+ se tirent la bourre…!

C’est tout…

le 11/02/2018 à 16:55 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Vieux numériques et jeunes clichés | 2

Écran ou viseur ?

dans ailleurs | dans mon bocal | nazbrokology | photographie
par Jean-Christophe Courte

Poursuite en fin de semaine dernière de mes expérimentations.

Ayant déjà essayé sans succès dans une vie antérieure de placer le 18 mm Contax, un Carl Zeiss Distagon 18 mm f/4, sur le Canon 5D (le miroir frappe l’objectif), je l’ai monté directement sur le 1D mark ll de mon ami Renaud puis basculé en mode AV, réduit la sensibilité ISO au minimum1 puis découvert que j’avais égaré l’alimentation des batteries !

reduc-450

Bref, au bout d’un certain temps, celui de retrouver cette alim générale indispensable, le boitier pratiquement chargé2, heureuse coïncidence, la pluie cessa enfin !

Me voilà parti patauger dans la boue sur les chemins forestiers étonnement déserts ! Chance, le soleil est venu éclairer les arbres et le ciel s’est rapidement débarrassé des nuages. J’ai filé vers un spot que j’apprécie tout en manquant m’affaler sur le sol détrempé et glissant.

reduc-450

  • Et déjà la table de ping-pong que nous utilisons régulièrement par tous temps… En jouant sur l’ouverture pour ne détacher que ce que je souhaite, CQFD.

Le retour au 18 mm ne se fait pas aisément, ce très grand angle attrape facilement les rayons du soleil si l’on y prend pas garde. Ensuite, sa large couverture nous oblige à modifier immédiatement nos habitudes.

Sans oublier que le diaph du 18 mm démarre à 4, ce qui n’est pas particulièrement lumineux (le 28 mm utilisé précédemment ouvre à 1,8). Avec une sensibilité réglée à 100 ISO, on tutoie vite les vitesses lentes, voire très lentes et les risques de flou deviennent patents.

L’objectif n’était pas de produire sur le champ des clichés époustouflants mais, plus modestement, de vérifier si ce binome Canon + Contax, ou numérique + optique argentique, était viable.

C’est a priori envisageable mais avec modération ou dans des circonstances ciblées. Un peu comme lors de mes lointains essais du Canon EF 14 mm f/2.8L USM ou du Canon EF 16-35 mm f/2.8L II USM.

Et je préfère ne plus évoquer le Canon EF 24 mm f/1.4L II USM3 qui est assurément l’une des rares optiques que j’aurais volontiers conservé ! Oui, 1.4 mais avec un prix que je peux qualifier de pharaonique !

reduc-450

  • Bandes chromatiques…

Utiliser ce type d’optique nécessite une période de prise en main et avec nettement plus de concentration que mes pauvres essais effectués il y a une dizaine d’années !

Gag : après une demi-heure, la carte du 1D mark II a déclaré forfait car pleine comme un œuf.

Surprise de ma part d’autant que j’avais eu l’idée, heureusement non suivie d’effet, de la formater. En effet, une fois de retour devant mon Mac, je me suis rendu compte qu’elle contenait des images de 20164, clichés jamais exploitées et pris au 100 macro.

En déchargeant les clichés dans Lightroom, pas mal de déchets (d’où ce test, pardi !) mais également quelques vues rigolotes à défaut d’être épatantes.

reduc-450

Mais le plus intéressant dans cette expérience est ailleurs !

Viseur ou écran ?

Habitué depuis pas mal de temps à tout faire avec le iPhone 7 plus et ses deux optiques, ma manière de prendre des photos, de cadrer passe par un écran et non plus l’œil rivé au viseur.

Or cela n’est pas un détail.

Je me souviens avoir fustigé les premiers écrans qui présentaient des des pixels gros comme le poing ! Et écrit quelques paragraphes d’amour aux viseurs optiques.

Sans renier cette période, je prends conscience que l’usage quotidien du smartphone est passé par là. Et que viser à ras de terre la bogue d’une châtaigne, la cadrer confortablement sans s’applatir sur le sol pour la cadrer via un viseur optique est nettement plus simple avec un iPhone ou le M qu’avec un 1D.

reduc-450

  • Pas question de mettre un genou en… boue (!) alors qu’avec un iPhone ou le M, survoler une surface humide tout en cadrant ne pose aucun problème…

Bref, je constate, amusé, que mes habitudes ont totalement changé, que l’écran tactile a des tas d’avantages (hormis en plein soleil).

Même constat pour ma fille qui, au visionnage de mes essais, a décidée de poursuivre ultérieurement ses propres tests avec le M et le 28, me laissant (sans que cela me dérange…!) le 1D et le 18 sur les bras !

Bref, cadrer avec un écran que l’on peut tendre à bout de bras, abaisser au ras du sol ou lever le boitier au dessus d’une foule ou d’une clôture, tout en conservant suffisamment de visibilité pour deviner ce que l’on …cadre, offre un énorme confort pour réaliser des images que l’on peut qualifier de “créatives” …même si ce terme est mis à toutes les sauces.

À suivre…


  1. Pas la meilleure idée comme je l’explique plus loin avec une optique peu lumineuse… 

  2. Deux batteries d’origine, une totalement épuisée qu’il va me falloir recycler. En effet, l’alim générale permet de recharger les deux batteries simultanément… Pensez-y… 

  3. urbanbike | Canon EF 24mm f/1.4L II USM | 4, regrets éternels ! 

  4. À la réflexion, certains événements (qui perdurent) de cette période l’expliquent aisément. 

le 21/01/2018 à 17:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Vieux numériques et jeunes clichés

Revisitez vos placards…!

dans ailleurs | dans mon bocal | nazbrokology | photographie
par Jean-Christophe Courte

Récemment je suis tombé sur une chouette série de photos1 réalisées au grand angle dans des coins de ma ville. Cela a réveillé en moi une forte envie de réinvestir mes anciennes boites à pixels, de visser dessus quelques optiques improbables comme un 18 mm Contax, dernier vestige de mes outils argentiques.

La greffe du 18 mm a échouée sur mon Canon M de première génération2. Néanmoins, j’ai testé le Canon EF 135mm f/2L USM puis un Canon EF 28mm f/1.8 USM que j’avais oublié dans un sac.

Comme ce dernier ouvre à 1,8, j’ai vissé cette optique via sa bague adaptatrice sur le M, le tout en AV avec ouverture maximale, 100 ISO et hop ! Et dehors…

Pas d’autofocus, juste un positionnement du corps (très bon pour tester sa propre stabilité…!) pour parfaire chaque mise au point.

reduc-450

Du coup, le lendemain, je suis ressorti accompagné,cette fois-ci, de ma fille.

reduc-450

Mieux le boitier (M + Canon EF 28mm f/1.8 USM) changeait de mains au fur et à mesure de notre balade avec, à l’arrivée, des photos homogènes prises par nous.

reduc-450

  • Elle est facétieuse…!

reduc-450

  • J’aime jouer sur la pleine ouverture et détacher les plans lors de le mise au point…

Le virus étant réactivé, nous avons recommencé le jour d’après, même méthode ! Une caractéristique des Autislandais

reduc-450

  • Elle ou moi, moi ou elle…? Peu importe…!

reduc-450

  • Et même combinaison… (M + Canon EF 28mm f/1.8 USM)

Du coup, quelques clichés après la pluie (ou pendant…!)

reduc-450

reduc-450

Certes, il serait astucieux de partir avec deux boitiers mais cette démarche nous convient déjà fort bien.

Les optiques restent la partie la plus prometteuse

Ce que nous retirons de cette démarche, c’est qu’il ne faut absolument pas déconsidérer la qualité de nos optiques anciennes (…nous le savions mais une piqûre de rappel n’est jamais inutile). Que la boite à pixels accrochée à cette optique peut être un banal M3 de première génération.

Du coup, je vais essayer de trouver un second M… 0 d’occasion et notre idée est de repartir avec d’autres optiques improbables, voire mon Canon EF 180 mm f/3.5 L Macro USM (…Roberto, si tu le retrouves chez toi avec ma tête Manfrotto, ce serait topissime…!).

Et de continuer à nous échanger les boîtiers en cours de balade…

Nettement plus d’images4 disponibles sur la TimeLine de notre petit site commun, Photager.com

Quid de nos vieux Ektas…?

Néanmoins, tout cela me fait rebondir sur un projet évoqué naguère dans urbanbike | Plaques anciennes et numérisation | 1.

En 2008, ce qui m’affole un peu du coup…!

Même si j’étais arrivé à peu-près, à l’époque, à m’en sortir avec des plaques verres, quid de mes diapositives, de mes ektas…?

reduc-450

Il se murmure qu’une solution se profile, tant pour mes négatifs que pour mes kodachromes

À suivre…


  1. Voir le book de cette jeune autodidacte… 

  2. Il va finir en test sur le Canon EOS-1D Mark II de mon ami Renaud. Bon, j’étais parti initiallement avec mon antique Canon EOS 5D mais en oubliant que la batterie était en fin de vie… Obsolescence ! 

  3. Cf. Canon EOS M dans la poche | 1 

  4. Les images en haute résolution sont disponibles via EyeEm 

le 19/01/2018 à 10:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Géologie | Trois apps du BRGM mises à jour pour iOS

Mieux connaître ce qui se passe sous nos pieds !

dans ailleurs | grospod | outils
par Jean-Christophe Courte

Trois applications du BRGM ont été mises à jour et c’est une autre manière de découvrir ce qui se passe non loin de chez vous, voire en dessous !

J’en avais parlé naguère (…en 2011 puis en 2016)… Elles sont gratuites et sont des prolongements nomades du site Web du Bureau de Recherches Géologiques et Minières.

Trois liens directs pour les télécharger :

Ces apps existent également pour androïd.

InfoGeol

Je copie/colle les descriptions fournies par le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières).
Tous mes exemples sont dans la région d’Anduze…

InfoGeol permet d’accéder en tout point du territoire aux informations de la carte géologique de la France au 1/1 000 000 et au 1/50 000 ainsi qu’aux logs géologiques issus de la banque de données du sous-sol du BRGM.

reduc-450

reduc-450

InfoNappe

InfoNappe permet d’accéder depuis un mobile aux données sur les niveaux d’eau dans les nappes, via le portail d’Accès aux données sur les eaux souterraines ADES : niveaux d’eau, qualité des eaux souterraines, etc.

reduc-450

reduc-450

i-InfoTerre

i-InfoTerre offre un accès cartographique et géolocalisé aux principales données géoscientifiques du sol et du sous-sol français. Il s’agit d’une version nomade et simplifiée du portail InfoTerre développé par le BRGM.

reduc-450

reduc-450

Inutile de vous préciser que ces apps sont nettement plus confortables sur iPad mais remarquez que cela fonctionne honorablement sur un iPhone grand format.

Voilà !

le 13/01/2018 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Préparer ses voyages en train, imaginaires ou non…

Trainline et DB Navigator sous iOS

dans ailleurs | grospod | pratique | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Depuis quelques années, j’utilise sans modération l’excellent service de Trainline Europe pour tous mes voyages en train mais également en bus. Cf, ce billet : urbanbike | Sac à dos et iPhone | Trainline, l’agence de voyage en ligne

Cette application hyper ergonomique me facilite chaque voyage en m’expédiant un fichier pour mon calendrier, les billets à imprimer quand cela est possible et même un SMS avant chaque embarquement.

Anciennement Captain Train, Trainline reste une très chouette agence en ligne — et au service réactif par mail en cas de problème — pour tous mes achats de billets de train en Europe (…et ça s’étend graduellement). Avec, pour certains pays comme l’Italie, des billets dématérialisés au format PDF. Mais c’est également la possibilité de réaliser des économies substantielles en décalant parfois le trajet d’une heure pour prendre un train à un tarif nettement plus …léger.

Lors de notre dernière escapade en Tchéquie, j’ai découvert l’application de la DB, DB Navigator sur iPhone, ce qui m’a permis de repérer avec précision les arrêts des bus (…de la DB) à Nüremberg et à Prague.

La magie des cartes opère toujours !

Mais pour préparer un voyage, et en attendant que Trainline finisse par ajouter des cartes dans sa propre application, je vous engage à jeter un œil sur la version iPad de celle de la DB, DB Navigator für iPad, en complément en quelque sorte.

Si les cartes fonctionnent également dans la version iPhone, cela reste nettement plus confortable sur l’écran plus vaste du iPad.

Certes, c’est également dans ces cas là que l’on peut apprécier d’envisager de prendre l’avion car certaines destinations excèdent allègrement une journée de voyage…!

Par ma part, j’aime le train et l’idée, une fois le trajet complet repéré avec ses diverses correspondances, d’ajouter certaines de ces dernières comme nous l’avons fait pour nous rendre à Prague. En gros, transformer certaines correspondances en étapes et découvrir des lieux qui sont des spots moins touristiques…

Quelques exemples de destinations et donc, dans la colonne de gauche, des temps nécessaires pour les atteindre. Un clic dans chaque option permet d’avoir le détail des trajets et des correspondances mais je vous laisse découvrir l’app…

reduc-450

  • Séville ou Sienne…! (Cliquez pour agrandir)

reduc-450

  • Bergen ou Thessalonique…?

reduc-450

  • Allez, soyons fous…!

Comme Nüremberg était une correspondance obligée vers Prague, nous y avons passé deux nuits à l’aller et une au retour ! Ravi ! J’y reviendrais…

le 10/01/2018 à 19:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?