Urbanbike

Recherche | mode avancée
Abonnement au fil RSS ou ATOM

J’en pince pour Provoke 4.6

Pinch Gestures

dans ancres | photo | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Petite note supplémentaire, pas mal de mises à jour d’apps sous iOS ces dernières heures, de Camera+ (version 22.0.3) à… Provoke !

reduc-450

En mode multi (en haut de la copie d’écran), le changement de focale est linéaire…

reduc-450

En pinçant simplement l’écran (aie !) pour adapter le champ de la scène à ses envies…

reduc-450

Quant au reste des options de Provoke, faites une petite recherche sur ce blog…

Merci Tembo…!

le 23/06/2022 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pourquoi une caution peut nous être réclamée…

Se prémunir contre les mauvaises surprises

dans ancres | groummphh | usages
par Jean-Christophe Courte

Réservant un appartement hôtel pour une nuit et, bien que passant par un grand opérateur de réservation (celui en ing !), surprise de recevoir un message instantané (très bien rédigé) après validation par carte de crédit nous demandant explicitement de laisser en sus sur un opérateur tiers une seconde empreinte bancaire à titre de caution.

Dans les 30 secondes qui ont suivi, je réponds à ce message pour demander une explication. Depuis avril 2014, nous utilisons cette centrale de réservation et pas souvenir d’une telle demande…

Quelques heures plus tard, un coup de fil sympa du propriétaire du gite et, je le reconnais, je me range vite à ses arguments.

Tout d’abord ce couple de propriétaires ne loue pas exclusivement par le biais de ing et a automatisé la réponse pour toutes les centrales qu’ils utilisent, CQFD.

Les surprises sont des deux côtés…

Régler par avance son hébergement ne couvre pas tous les problèmes qui peuvent advenir dans un appartement.

Entre les fumeurs invétérés qui se foutent (et contre-foutent) des notifications à ne pas le faire ; les soirées festives qui partent en live (un appartement hôtel, c’est plusieurs couchages, une cuisine, etc.), les mauvaises surprises ne sont pas exclusivement réservées aux gens de passage.

S’il nous arrivent de nous battre avec une pomme de douche ou de supporter un très mauvais matelas, c’est oublier la part de désagréments destinés aux seuls loueurs…!

Ces derniers s’exposent — dans le cas de cette location, en n’étant pas présents sur place, point que je souligne — à se retrouver, le lendemain matin, face à un appartement dévasté par les clients. Ou, pire, réveillé par un appel de police pour tapage nocturne !

Bref, je comprends cette demande de caution qui a un second avantage, celle de repousser, écarter d’emblée une grande part d’indésirables.

Cette demande de caution a donc un premier objectif : couvrir en partie les possibles dégradations opérés par ces goujats.
Avec un huissier réactif, c’est assez simple de faire constater l’état du saccage et, dès lors, de bloquer le montant de la dite caution.

Je n’étais pas contre l’idée mais ne connaissant pas le service de beds24.com, c’est — paradoxalement — ce site qui m’a soucié ! Laisser l’empreinte de ma carte de crédit (même sécurisée par ma banque) me laisse toujours perplexe, méfiant !

Néanmoins, les explications apportées par ce couple de propriétaires au téléphone me semblent utiles à rappeler pour m’éviter de sursauter la prochaine fois !

Bon, après notre long échange, je n’ai pas eu besoin d’activer la caution mais cela m’a donné l’énergie pour rédiger dans la foulée un premier jet de ce billet que j’ai révisé une journée après…

À suivre…

Rien à voir (enfin, si… à voir !!) : un splendide documentaire sur la Casa Batllo réalisée par Gaudi sur ARTE

reduc-450

le 23/05/2022 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Importer des données dans Mapy.cz

Et en attendant de pouvoir exporter…

dans ancres | dans mon bocal | mémoire | usages | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

Quand on se balade, on a besoin de cartes, relire Voyage, sac à dos et …iPhone… de 2019 (billet d’avant la pandémie…!).

Pour mémoire : dans une vie antérieure, après Moves, j’employais maps.me (lire 1 et 2).
Cette app s’est professionnalisée, propose désormais des tas d’options qui ne m’intéressent pas…
Le développeur (…merci à lui…!) propose une version allégée, Organic Maps sous iOS qui récupère toutes les localisations de Maps.me (échange au format .kmz)…
Entre temps, je poursuivais également ma vie de déambulateur/voyageur sur Routie (lire) qui semble désormais à l’arrêt (et ce malgré un échange avec son developpeur)… Malheureusement pour ces solutions, Windy.maps est arrivé, proposant le meilleur de Maps.me et Routie

Bref, mercredi, je suis passé au successeur de Windy.maps, Mapy.cz.

C’était l’objet du rapide billet de ce matin… Mapy.cz : Windy.maps puissance… 10 et je pensais m’arrêter là sauf que je trouve ballot d’avoir des données de localisation dans Maps.me/Organic Maps sans pouvoir les retrouver dans… Mapy.cz.

Le temps d’exporter les données d’Organic Maps (un fichier .kmz), convertir ce dernier via AllTrails au format .gpx

Et hop…

reduc-450

  • Dans Mapy.cz, possibilité d’importer un fichier .gpx… Je le glisse et…

reduc-450

  • Bingo…! Plus qu’à nommer le dossier importé. Certes, tous les points ne sont plus que des coordonnées…

reduc-450

  • Mais cela me permet de retrouver nos balades dans Prague en décembre 2017…!

reduc-450

  • Et même ce restaurant mexicain où nous sommes allés trois fois…!

Photos…?

Idem, j’avais testé l’export vers Windy.maps naguère…

reduc-450

  • Au Domaine du Rayol et depuis le jardin du Val Rahmeh à Menton. Et désormais bien visibles dans Mapy.cz

reduc-450

  • Bref, du coup, j’approche des I300 localisations et suis ravi de réduire peu à peu le nombre d’applications sur mon iPhone.

Export en .gps…?

J’ai posé la question via twitter, le compte @mapy_cz m’a répondu que l’export .gps sera ajouté un de ces quatre…

À suivre…

le 03/03/2022 à 18:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Mapy.cz : Windy.maps puissance… 10

Mat et sans é(t)chec…!!

dans ancres | dans mon bocal | mémoire | usages | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

À la demande de l’un de mes fidèles lecteurs qui se reconnaîtra, ce très, très court billet…

J’ai narré hier soir — sur twitter — le transfert sans échec de mes nombreuses localisations (près de 800…) enregistrées dans divers dossiers sous Windy.maps vers Mapy.cz.

En bref : les développeurs — citons-les : Seznam.cz1 — de l’app iOS Windy.maps nous proposent un nouveau dispositif : un ensemble cartographique accessible cette fois-ci via un simple navigateur Web. Mais également toujours via une app iOS nommée… Mapy.cz.
Ils nous proposent — depuis la dernière mise à jour de Windy.maps sous iOS — de basculer vers cette dernière2.

Localisations préservées…

Bref hier, en lisant leur argumentaire dans l’app Windy.maps (c’est clairement expliqué), je n’ai pas hésité à basculer toutes mes localisations et dossiers vers leur nouveau dispositif vu que j’avais déjà un identifiant.
En effet, mon compte est partagé par ma tribu pour ajouter de nouvelles localisations dans l’optique de nos prochains voyages3.

Ensuite, j’ai téléchargé sur mon iPhone l’application Mapy.cz.

Enfin, après m’être identifié, j’ai retrouvé toutes mes billes…! Et mes habitudes, l’interface étant pratiquement la même mais avec nettement plus d’options…

Plutôt que de montrer des copies d’écran sous iOS (iPhone ou iPad), que des illustrations depuis un MacBook depuis la version web de Mapy.cz.

reduc-450

  • Ici, dans la colonne de droite, mon historique…

Ce que je retiens de ce basculement (sans heurts et sans perte) :

  • Une application iOSMapy.cz — qui se charge nettement plus vite
  • Toujours la possibilité d’enregistrer sous iOS les cartes que l’on souhaite… Quelques Go dans mon cas.
  • Une version en ligne désormais disponible via un navigateur internet (ce billet est axé dessus)…
  • La possibilité de partager/exporter chacun de mes dossiers sous la forme d’un lien (et visualiser sur une carte accessible sur internet les localisations que j’ai enregistré…!).
  • Je note également de nouveaux types de cartes dont des vues aériennes.
  • Mais aussi la possibilité de partager des photos et/ou voir des clichés des lieux réalisés par d’autres…
  • Une info trafic pour ceux qui souhaitent utiliser Mapy.cz pour se déplacer d’un point à un autre (dans l’app iOS)
  • Une possibilité de visualiser une carte en 3D
  • Et nettement plus d’informations pratiques pour ceux qui se baladent…
  • Je n’évoque pas les options sous iOS comme l’enregistrement d’un trajet, etc.

Quelques vues pour illustrer…

reduc-450

  • Chemins de randonnée autour d’un lieu (même si cela reste parfois à compléter, je n’ai pas retrouvé tous ceux que je parcours sous la Sainte-Victoire…)

reduc-450

  • L’affichage des dossiers personnels (partagés ou non)

reduc-450

  • Un épatant repérage par l’outil de recherche (ici, la rue où je vivais à Mexico tout gamin)

reduc-450

  • La possibilité d’afficher d’un seul coup toutes les localisations d’un dossier (en zoomant, j’ai perdu Vancouver…!)…

reduc-450

  • Celle de changer de carte et d’accèder aux photos partagées…

reduc-450

  • Exemple de Palenque avec des photos prises sur place, géolocalisées…

reduc-450

  • Souvenirs…! Il y a 50 ans, la végétation était plus présente…

reduc-450

  • Enfin, ici, le dossier de nos prochains buts de voyages3

Reste la question habituelle de comment Seznam.cz se rémunère sur cet épatant développement… Ce n’est pas mon obole annuelle au service de Windy.com qui est suffisante…

Voilà, je fais… court car le sujet tentaculaire…!

À vous…


  1. Développeurs qui réalisent également l’épatant Windy.com, l’outil météo qui ne quitte pas mes écrans… 

  2. Pour des raisons que j’imagine être de cohérence entre nom de domaine. En effet, j’imagine que des tas de gens ont réservé des noms de domaine proche de la cartographie et, pour éviter de lâcher une somme rondelette, les développeurs de Seznam.cz ont (je l’imagine) pris le parti d’afficher l’extension de leur pays (.cz) et de la faire précéder d’un nom générique… Ça donne… Mapy.cz. Pour ma part, vu la qualité de leur code, leurs idées pratiques et… la situation internationale actuelle (sic…!), j’adhère totalement à cette nouvelle aventure…! 

  3. Si Vladimir ne nous a pas vitrifié d’ici là… 

le 03/03/2022 à 11:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Et maintenant, que vais-je faire ?

Après une année à bouger quasi toutes les semaines

dans ancres | groummphh | mémoire
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit s’appuie sur une chronique démarrée le… 15 octobre 2019 ! J’ai conservé le titre et le sous-titre…

Nous étions arrivés à Aix-en-Provence au tout début de septembre et je m’interrogeais in petto sur mon… après la fin des études de notre fille.

Or, moins de trois mois après1, la pandémie s’est invitée dans nos vies, bouleversant nos projets2…!!

reduc-450

15 Octobre 2019 (brouillon retrouvé)

Pour reprendre une chanson ancienne pas si connue3, réfugiée dans le mémoire de ceux qui multiplient les décennies !

Cette année, nous avons multiplié les déplacements, changé 51 fois (allers, retours) de lieux d’hébergement4, tant en Espagne qu’au Portugal où en France. Cela a une fin, quoi que !

Cette vie de nomade, voyageur5 occasionnel offre quelques avantages même si cela reste particulièrement déroutant au départ.

Pas simple de rompre après plus de trente ans avec une ville dans laquelle nous avions (et avons toujours) nombre d’attaches, d’amis, d’habitudes… Sans oublier la phase du déménagement6 et des cartons l’année précédente, le fameux “que conserver” qui amène sérieusement à s’interroger sur son mode de vie, sur ces objets que l’on accumule au cours d’une existence et qui finissent par nous encombrer !

Sur ce point, cela a été facile7 : hormis les deux tiers des bouquins, quelques rares tableaux et objets, on a donné, donné et donné. Ensuite le volume du garde-meuble a rapidement placé le curseur encore plus bas.

Plus question de revenir à la routine précédente, de se réinstaller à l’identique ailleurs.

Il était facile de ne pas y succomber vu la taille de notre location “meublée” en Espagne : 43 ㎡ encombré de trucs hétéroclites et inutiles que l’on a stocké dans un coin de l’appartement. Cela nous a permis au passage de revisiter notre garde-robe, de l’alléger au strict minimum.

Nous avons appris à nous adapter vu que nous changions régulièrement d’hébergement, d’appartement, de chambre d’hôte.

On apprend vite que les interrupteurs se sont jamais au même endroit, que chaque salle de bains a ses pièges ! Qu’il faut s’habituer au bruit, aux matelas différents, trouver ses marques, disposer d’une connexion8 médiocre à internet. Sans oublier l’organisation même des repas, des courses quotidiennes.

Du coup, disposer d’un sac à dos chacun est amplement suffisant mais nécessite d’un poil d’organisation : celui avec le linge propre, celui récupérant le linge sale en cas d’absence de machine à laver, celui trimbalant la trousse de toilette et nos écrans, etc. Le seul truc réellement encombrant était le piano électrique, son stand, pédale, casque et son tabouret…! Mais qui restait à Salamanca lors de nos déplacements…

Comme généralement nous circulions à trois (hormis 10 jours en Andalousie avec le fiston récupéré à Madrid), cela sous-entendait trois iPhones à recharger et trois iPads9. J’ai très vite fait le choix de ne me balader qu’avec le iPhone 7+.

Comme je l’ai déjà écrit10, nos écrans sont multi-usages, liseuses mais aussi radios, cartes, journaux et traitements de texte. Et appareils photo.

Au risque de me répéter, nous avons appris à voyager léger. Et ces sacs à dos s’avèrent les plus pratiques pour trimballer nos affaires vu que nous nous déplaçons pas mal dans des villes piétonnes pour rejoindre nos gites, en train et, le reste du temps sur de longues distances ou pour atteindre des lieux peu faciles d’accès en zone montagneuse, avec notre vieux jeep11. Sur certains chemins défoncés en Espagne, c’était la meilleure option12 même si l’approche se réalisait à 80 % via des voies autoroutières.

reduc-450

Et maintenant (refrain !)

Pas question de changer de moyens de locomotion ! Marche, train et bus. Quant au méchant SUV de seconde main qui va atteindre ses 15 ans13, il est entendu que nous allons le conserver pour nos rares déplacements. Mes arguments sont à lire ici14, nous avons prévu de l’user jusqu’à la corde !

27 janvier 2022 (la suite…!)

27 mois après, je complète ce billet suspendu pour cause de Covid…! Ce premier jet, quelques jours avant les vacances universitaires de 2019, est resté enfoui dans Drafts.

Physiquement, on a repris notre rythme… Le mode Santé de mon iPhone affiche ce soir une moyenne de 10 262 pas par jour pour ce seul mois de janvier 2022 (…contre 12 412 pas en moyenne par mois en 2019 ; 8 715 en 2021 puis 10 135 en 2021).

La pandémie nous a contraint à improviser. Si Josquin est parti bosser aux USA en février comme prévu (PhD dans un labo de recherche après sa thèse), Aurélia — master 2 d’Espagnol en poche — a préféré suivre un nouveau cycle (entrée en seconde année de licence d’italien en 2021). Elle vise maintenant un ultime semestre Erasmus en 2023… en Italie, CQFD.

reduc-450

Bouger à nouveau…

C’est clair : dans moins d’une année, nous lèverons à nouveau l’ancre.
Aussi mon “que vais-je faire ?” est d’emblée défini : servir de chauffeur…!

Notre véhicule qui a dépassé les 330 000 km devrait nous permettre de sillonner les routes de montagne en Ombrie, dans les Marches et en Toscane… Et attendra sagement sur les parkings en périphérie des villes et des lieux à visiter15

Nos sacs à dos, passablement allégés16, sont prêts : quelques écrans17 remplacés par des versions plus légères et nos fringues.
Mais toujours un piano à ajouter dans nos bagages18…!

Nous quitterons notre colocation avec vue sur la Sainte-Victoire pour une nouvelle destination. Pour six mois ou plus si affinités.

C’est seulement à partir de 2024 que le « que vais-je faire ? » sera à nouveau d’actualité19…!

reduc-450

Étrange retraite…!

Je reconnais que vivre notre retraite de cette manière, en liquidant tous nos biens20 pour nous rendre plus mobiles, rester au service de nos gamins est assez exaltant et tonique…

Vivre en colocation à trois ou quatre (ou plus…!), se balader en Espagne, se retrouver dans le Sud ou sur notre île avant de s’organiser pour l’Italie évite de s’ankyloser !

À suivre…


  1. Entre ce 15 octobre 2019 et mars 2020, on a eu le temps de se balader autour de Aix, de filer à Menton puis découvrir la Côte d’Azur hors saison (Saint-Tropez, etc), nous rendre à Nice début janvier, parcourir la Drôme Provençale une semaine avant le confinement… 

  2. Okay, il y avait pire comme contrainte. Nous sommes rentrés avec le dernier ferry le mardi 17 mars pour le premier confinement. 

  3. Et Maintenant par Gilbert Becaud. D’ailleurs, je n’arrête qu’à la première ligne, pas de blagues ! 

  4. Ce chiffre tient compte des retours au point de départ, ainsi onze fois Salamanca, comprendre : retour â cet hébergement après divers périples au Portugal ou en Espagne. 

  5. Boostée par l’Erasmus de notre fille et la vente de notre port d’attache en région parisienne… 

  6. Îliens depuis janvier 2019, Belle-Île en mer est notre port d’attache… 

  7. D’autant que l’on en a discuté à tête reposée avec nos enfants. 

  8. Autant le dire, l’Espagne sort grande gagnante, que ce soit par la 4G partout ou pour le débit des boxes dans les hébergements. 

  9. Donc une multiprise entre autres ! 

  10. urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone 

  11. Notre fameux mazout de seconde main : lire urbanbike | Garder sa vieille voiture ? et urbanbike | Sortir du Diesel, de l’essence, du plastique, oui… avant de m’expédier des mails d’insultes ! 

  12. J’aurais beaucoup à écrire pour partager notre expérience même si je suis disqualifié par avance pour “usage de méchant SUV” ! En Espagne, la question de l’utilisation de véhicules en ville se pose de moins en moins. Par goût, nous laissons toujours notre véhicule dans un parking périphérique, préférant découvrir la ville à pied, en métro (Madrid comme Lisbonne). Car, comme en Italie, les centres historiques des villes Espagnoles sont fermées aux véhicules polluants, très sage décision. 

  13. 17 ans en 2022… 

  14. urbanbike | Sortir du Diesel, de l’essence, du plastique, oui… 

  15. Notre version partagée de Windy.maps se constelle de repères. Un semestre ne suffira pas… 

  16. Pour ma part, quelques t-shirts (j’ai découvert ceux de Damart pour l’hiver), deux jeans, une paire de Meindl et une veste doublée d’une polaire, fringues que je porte depuis trois ans (en mode oignon selon le temps)… 

  17. le Canon M… zéro restera dans notre port d’attache avec les linéaires de bouquins 

  18. Sans oublier une imprimante et… nos couettes. 

  19. Ma seule crainte est de finir en pièces détachées trop vite, trop tôt…!! Nous avons échappé au Covid avec trois doses de vaccin et une hygiène rigoureuse mais nos corps s’usent. 

  20. Les linceuls n’ont pas de poches, autant tout filer à nos mômes. 

le 28/01/2022 à 09:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Windy Maps, une mise à jour indispensable pour iPhone

Cartes embarquées (ou pas) en balade…

dans ancres | outils
par Jean-Christophe Courte

J’emploie sur iPhone quatre applications de cartes :
Plans qui est disponible avec iOS mais dont les cartes ne sont pas embarquées ;
Routie, ma mémoire de mes itinéraires en mode piéton avec son suivi épatant ;
TomTom pour me rendre d’un point À à un point B quand je suis le pilote de ma petite tribu sur la route.
Et Windy Maps qui embarque des cartes très détaillées quand nous partons en randonnée.

C’est l’une des raisons pour lesquelles mes écrans disposent de gros espaces de stockage. Pas de souci pour nous repérer même en cas de réseau téléphonique défaillant.

La dernière mise à jour de Windy Maps (iPad et iPhone) va vous conduire à mettre à jour toutes vos cartes. Et je suis heureux de constater que ce n’est pas une opération cosmétique !

Cartes embarquées revues…

Sur mon territoire (Belle-Île en mer), je vois enfin apparaître quelques chemins qui n’étaient pas indiqués jusqu’à présent.

reduc-450

  • Avant et après…!

reduc-450

  • Ainsi, au-dessus du hameau, ce chemin horizontal orienté Ouest-Sud…

Mais Windy Maps permet de constituer des dossiers et ainsi de mémoriser de prochaines destinations. Dans notre cas (comme cette app est sur tous nos écrans avec le même identifiant), chacun peut ajouter ou lister les villages et lieux souhaités…

reduc-450

Ainsi, cette liste (et cette carte…!) nous permet de réfléchir à nos prochaines balades si nos pas (…et notre fille) nous conduisent à nouveau en Espagne (…ou en Italie).

reduc-450

Ainsi, en Espagne…
Se rendre tous les quatre pendant le semaine sainte à Grenade, Cordoue, Séville en 2019 (avant la pandémie) nous a amené à faire des choix vu le peu de temps dont disposait notre fils venu nous retrouver.
Mais nos envies restent intactes…

reduc-450

En lisant ou en suivant de très chouettes comptes espagnols sur Twitter1, on s’est constitué une liste de lieux à découvrir… surtout si l’on reste une année autour de Cordoue, par exemple…

reduc-450

Dont ces vestiges…

reduc-450

Voilà, entre autres, à quoi servent toutes ces applications pourvoyeuses de cartes, de Routie2 à Windy Maps, à fantasmer…!

C’est tout !


  1. Dont — pour l’Espagne — @Resaurando, @turistaenmipais (…qui vous rappelle notre #EthnologueChezSoi !) ou @ivandiazsm mais pas que…!! 

  2. Le développeur de Routie, dans un mail, m’assure bosser sur une version optimisée, ce que j’attends avec grand intérêt…!! 

le 05/06/2021 à 11:55 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Plantnet | Pour découvrir la flore de son territoire

Nul besoin de dépasser 10 kilomètres pour s’évader

dans ancres | dans mon bocal | nazbrokology | voir
par Jean-Christophe Courte

Mais en vous/les rendant un peu plus observateur(s) tout en conciliant écran (celui-qui-ne-vous-quitte-jamais1) et balades nature ou urbaine…!
Sur les photos de famille, cette nature est bien plus (sic…!!) qu’un décor pour faire joli derrière.
Et si vous partiez explorer cette nature…?!

Lancez-vous sur les chemins vicinaux et sentiers autour de votre lieu de résidence ou de confinement, rues, squares2, routes communales avec un regard3 plus accentué (!!) qu’à votre habitude.

Les outils recommandés ? Un smartphone et/ou un appareil photo4, de bonnes chaussures montantes et de… patience !

Ensuite, en partant de chez vous (le voyage commence à votre porte comme l’écrit Jean-Didier Urbain dans Ethnologue, mais pas trop), objectif : votre environnement immédiat !

Prendre le temps, revenir sur ses pas pour débusquer la toute petite fleur qui se camoufle dans l’herbe ou dans une fissure de mur, se dissimule dans le caniveau.

Le seul exercice est de travailler la souplesse pour se pencher et voir ce qui est à vos pieds…

Examiner, immortaliser sans arracher, sans saccager. Prendre quelques clichés, c’est la règle du jeu.

Ensuite, reste à identifier chaque plante débusquée. Je vous engage à employer toutes les ressources de Plantnet et même de vous y inscrire.

J’abrège ce billet : avec ce type d’observation, c’est une façon singulière et participative de sensibiliser toutes les générations à l’environnement et à sa diversité.

C’est tout !

Oui, c’est bien gentil mais…

Un exemple… Je sors de chez moi et…

reduc-450

  • …ce chemin est déjà un fabuleux terrain d’expérience…

reduc-450

  • Non…? Si…! Au sol déjà… C’est quoi…? Crassule Mousse répond Plantnet…! Imparable (sauf si je fais le mauvais choix dans les réponses proposées…) !

reduc-450

  • Un peu plus loin, cette délicate fleur minuscule est une… Pâquerette

reduc-450

  • Ce duo ? Du Plantain lancé olé (très olé, olé même…!)

reduc-450

  • Ici, du Prunus Bois-de-Sainte-Lucie à ne pas confondre avec…

reduc-450

  • du Prunellier… Mais je peux me planter…

reduc-450

  • Ici de l’Ajonc… le seul qui ne vous contrôlera pas…

reduc-450 reduc-450

  • De le Grande oseille

reduc-450

  • Du Pulmonaire à feuilles longues (oui, il faut se baisser pour la voir)

reduc-450

  • Fumeterre des murailles (encore plus discret)…

Vous commencez à vous prendre au jeu, moi… aussi sauf que cela ferait un billet interminable car là, ce n’est que sur quelques mètres du sentier photographié en introduction…

C’est pourquoi j’ai converti un compte Twitter @nazbrokology en un carnet de balade qui se gonfle régulièrement de clichés #instatweet #enpartage…!

J’arrête ici, à vous de rebondir sur l’idée…
Ou pas…


  1. Je ne vais pas me moquer de vous : le mien est un iPhone 11 Pro Max… 

  2. Ça fonctionne aussi en ville, c’est fous les sauvages de ma rue qui prolifèrent… Sans oublier The Plant Game… 

  3. Pas celui des “gros mollets” fluo qui galopent sans jamais s’arrêter dans des coins exquis…! 

  4. Une bonne optique Macro serait un plus… Sur notre antique Canon EOS 5D de première génération, nous avons vissé un Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM. Le boîtier passe de mains en mains (avec un S à mains, plus sûr pour le transporter) 

le 04/04/2021 à 15:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?