Urbanbike

Recherche | mode avancée

Habiter en Patagonie

Soleil et vent au quotidien

dans ailleurs | architecture
par Jean-Christophe Courte

image

Au nord-est du Chubut (Argentine), on est dans des conditions de vie assez extrêmes… Vent permanent, peu d'eau à disposition et surtout un soleil continuel, des températures en dents de scie. Bref un endroit assez inhospitalier et pourtant habité. Les gens sur place survivent dans des conditions qui sont loin de notre quotidien tempéré. Mais ce programme va enfin doter les familles de maisons "confortables" (façon de parler car même si elles sont encore loin de nos standards, c'est une réelle révolution sur place), des maisons bioclimatiques avec des murs "trombe", éoliennes, chauffe-eau solaire et murs plus résistants… C'est d'ailleurs pourquoi je me permets de vous en parler car elles sont un bon catalogue de ce qui est possible aujourd'hui et, surtout, elles ne s'adressent pas à quelques privilégiés soudainement soucieux de l'environnement mais à 600 personnes qui vivent là bas. 33 maisons sont en production pour permettre à des gens de vivre de manière moins rudimentaire.
Comme l'indique cet article, la maison a été pensée (et construite) par ses futurs habitants avec une architecte, Liliana de Benito. D'ailleurs tout le monde participe en aidant à construire la maison de voisin en attendant que celui-ci fasse de même ensuite. Mais le changement ne sera pas que dans les ressources énergétiques utilisées, la taille des pièces comme les grandes baies vitrées sont aussi des nouveautés qui devraient changer radicalement leur mode de vie… Bref, à l'heure où l'on lance des programmes pour des constructions pas chères dans notre pays, l'exemple argentin est à méditer.

Juste un rappel pour montrer où cela se passe…
Point rouge sur la carte…
image

le 25/01/2006 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Longue marche 2

Vers Samarcande

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

image

À peine terminé ce matin mon opération hebdomadaire de sauvegarde de mes disques de travail, j'avais envie de vous parler du second livre de Bernard Ollivier que j'ai terminé cette nuit.
La route de la Soie, l'auteur l'effectue à pied et doit lutter avec tous ceux qui souhaitent le transporter en bus, voiture ou camaion ! Il faut reconnaître qu'il est bien le seul à se balader sac au dos sur le bord de la route…
Ici, il relate sa traversée de l'Iran (à partir de Dohoubayezit) et du Turkmenistan pour se rendre enfin à Samarcande (Ouzbekistan), soit près de 3000 kilomètres à pied.

Ce qui est intéressant, hormis l'exploit physique d'un homme de plus de 60 ans, c'est bien évidemment le rêve de l'auteur qui devient réalité, les paysages et les relations humaines. Ce sont des rencontres, la générosité et l'hospitalité de gens démunis (ou non) lors de ce parcours… Et les rencontres surprenantes avec les polices ou simplement la tourista !

Comme dans son premier ouvrage, Bernard Ollivier reste un gars têtu, déterminé (attitudes qui parfois le conduisent à faire des conneries comme il le reconnaît lui-même). Son récit est formidable. non pas pour l'état de ses pieds ou de son dos mais pour toutes ses rencontres, d'un cinq minutes ou de cinq jours. Et c'est aussi un témoignage passionnant sur la vie dans l'Iran des mollahs, le Turkmenistan pas encore remis de son expérience soviétique…
Partout, l'homme… Et si Ollivier rencontre de temps à autre de sombres imbéciles, l'impression générale qu'il reste à la vin de ce second tome est "tout n'est pas perdu" ! Il y a des gens sublimes partout… Pour franchir le désert du Karakoum avec ce qu'il faut d'eau pour ne pas mourir déshydraté, Ollivier invente un ENVI, sorte de vélo d'enfant transformé en mule ou chameau… Et, homme de son temps, il utilise un positionneur GPS qui lui évite les erreurs de cheminement de son premier livre. Sans oublier l'aspect historique, l'auteur calquant sur son trajet des pans complets d'histoire.
Bon, ce soir j'attaque le dernier opus, sa route vers le Chine…

Longue marche image
2. Vers Samarcande
Bernard Ollivier
Phébus Libretto
9782752900791 | 9,90 €

3. Le vent des steppes
Bernard Ollivier
Phébus Libretto

Mais je vous engage à acquérir le coffret des trois livres image
Bernard Ollivier
Phébus Libretto
9782752901262 | 29,70 €

Lecteurs: à lire et à faire lire…
Pérennité : universelle
Jargon : superbement rédigé

image

le 18/12/2005 à 10:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Longue marche 1

D'Istanbul à Dohoubayezit à pied…

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

image

Au lieu de prendre le temps de vivre en charentaises avec l'arrivée de la retraite, c'est l’histoire d'un homme qui décide en 1999, à 61 ans et des poussières, de suivre la route de la soie, d'Istantbul à Xian en Chine… Le premier tome que je viens de dévorer est sa traversée de 1700 kilomètres à pied de l'Anatolie, parmi les rebelles Kurdes et l'armée turque sur le qui-vive… Bernard Ollivier n'est pas un écrivain au sens habituel du mot… Il nous livre son carnet de voyage, ses notes, ses réflexions intimes (et vous découvrirez que les pieds sont importants), ses emballements et ses peurs…

Bref, j'ai vécu par son texte son aventure sur les routes de Turquie, sa fatigue, les paysages, les contrôles policiers, les tentatives de vol (il y a des copquins dans tous les pays du monde) comme les manifestations d’hospitalité des paysans ou des villageois. Et je pense que c'est surtout ce qu'il faut retenir. Quelle belle leçon que nous donnent ces gens qui n'ont rien et qui interpellent le marcheur pour lui proposer de partager leur maigre repas… Le sens de l'hospitalité de villageois qui laissent leur chambre, leur lit à ce type qu'ils ne connaissent pas mais qu'ils accueillent comme un frère. Bernard Ollivier ne parle pas turc ou si peu. Les gestes, un peu d'anglais, de turc et de français suffisent à chaque étape.
Et les turcs toujours prêts à le transporter en voiture alors que lui ne désire qu'une seule chose : faire la route de la soie à pied !
C'est aussi le constat d'un pays qui oublie sa propre histoire, qui voit ses caravansérails disparaître, ruinés ou bétonnés…

Bref, un superbe récit superbement bien écrit (Ollivier fut un journaliste économique renommé dans sa "vie d'avant"…) et qui nous pose du coup pas mal de questions sur notre propre relation à l'autre. Sans angélisme, juste le constat quotidien de ce qui se fait en Turquie et pas ailleurs…

A près avoir terminé ce premier tome hier, j'ai commandé le soir même les deux autres tomes, ce qui me rassure car la fin de ce premier opus se termine assez mal. Mais, le bougre, il a repris la route et est allé au bout de son rêve. Et à pied.

Longue marche image
1. Traverser l'Anatolie
Bernard Ollivier
Phébus Libretto
9,90 €
Ean : 9782752900784


Lecteurs: à lire et à faire lire…
Pérennité : universelle
Jargon : superbement rédigé

Et photo faite ce matin dans des conditions médiocres de lumière (toujours dans ma cuisine !)…

image

le 07/12/2005 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

American Rigolos

Les états-unis revisités par un américain

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

image

Bon, je vous ai déjà parlé de Bill Bryson ici et .
Oubliez les deux précédents ouvrages (enfin non !) et offrez-vous American Rigolos, ce concentré d'humour d'un très grand chroniqueur. D'abord, ce sont des nouvelles de 3 ou 4 pages que vous pouvez lire à votre rythme… Ensuite c'est fabuleusement bien écrit avec un humour dévastateur (j'ai bien dit grand chroniqueur, j'avais oublié autodérision) qui vous fera hurler de rire. Bon, sa critique des USA est féroce et analyse nombre de détails de l'americain way of life au quotidien.
Bref, féroce et tendre.

Alors, la question serait de savoir si toutes ces chroniques ne sont pas exagérées.
Malheureusement non. Bill Bryson met juste le doigt sur ce qui fait mal. Et c'est l'ironie et l'humour qu'il y met qui démontent l'absurde de certaines situations, la bêtise des politiques. D'autant que ses critiques sont généralement adossées à des citations très sérieuses qui démontrent que l'on peut rire de ce qui est réellement grave…
Sauf que souvent, on est assez atterré parce que l'on découvre, désespéré face à l'absence de réflexion sur les changements à y apporter fissa.
Ce qui revient fréquemment dans ses livres et ici plus encore, c'est la place hallucinante de la voiture dans la civilisation américaine, les Américains oubliant trop souvent l'usage de leurs jambes à la ville comme dans des paysages grandioses.
Idem pour la nourriture fast-food. Or, comme le signalait un papier de Libération du 24 mars 2005 d'Audrey SAVOURNIN : "Les Américains devraient vivre de moins en moins vieux, selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine du 17 mars. Si l'espérance de vie a atteint aux Etats-Unis le record de 77,6 ans en 2003, après deux siècles de progression, elle risque en effet désormais de reculer. En cause : l'obésité, qui accroît les risques de maladies cardiaques, de cancer et de diabète. Elle annulerait ainsi les gains de longévité assurés par les progrès de la médecine. Selon cette recherche, les 15 % d'obésité infantile menacent déjà de réduire l'espérance de vie des Américains de quatre à neuf mois. Et l'obésité, tous âges confondus, si elle se maintient à son niveau actuel, pourrait leur faire perdre de deux à cinq années de vie dans les cinquante ans à venir."
Comment en est-on arrivé là ? La réponse se trouve aussi dans le livre de Bill Bryson…

Je regrette ne pouvoir vous livrer directement une chronique dans son intégralité aussi, essayez un moins un des trois livres traduits en Français de Bryson.

American Rigolos

Chroniques d'un grand Pays
Bill Bryson
Petite Bibliothèque Payot
EAN : 9782228897310
9 € seulement !

image caddie

Le site de l'auteur. Bon, les éditeurs de Payot, il reste pas mal de livres à traduire, au boulot !

NB : nous aussi, nous sommes étranges aux yeux des américains.

image

le 29/11/2005 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Villandry

Bégonias et buis

dans ailleurs
par Jean-Christophe Courte

image

Je suis passé en famille à Villandry dimanche sous un superbe soleil après avoir un peu pesté contre le manque de panneaux sur la route…! Bref, après quelques cafouillages et 30 kilomètres en trop ; hop, arrivée en bord de Loire. Ce n’est pas le château qui m’a emballé même s’il est beau mais ses jardins… Enfin, plus exactement l’immense potager et le jardin d’ornement situé juste derrière le château. Non pas que le reste soit inintéressant, loin de là. Comme l’ensemble est encaissé, on peut aisément prendre de l’altitude et contempler les jardins soit des terrasses, soit d’encore plus haut au nord est… Magique. Alors, si vous passez dans le coin, et en toute saison, effectuez un petit détour pour vous y promener. Réservez-vous deux bonnes heures…!
image
image
image

le 26/10/2005 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Voyage en Mandchourie

Des tigres et des coureurs des bois

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

image

Une autre série de récits de voyage écrits, cette fois-ci, au début du siècle dernier. Des histoires de chasseurs, une nature imprévisible dans une région en pleine mutation sous l'effet du développement du chemin de fer.
Des textes dépaysants, bien rédigés par un auteur qui eut son heure de gloire avant la seconde guerre mondiale… À redécouvrir le soir au lieu d'allumer la TV.

Dans les collines de Mandchourie, Nicolas Baïkov
Petite Bibliothèque Payot
isbn : 2-228-89844-9

le 30/08/2005 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

205 posts sur le japon

Nicole-Lise Bernheim

dans ailleurs | lire
par Jean-Christophe Courte

Voici un livre qui aurait pu être écrit via un blog… 205 entrées au fil de la plume, des zwihitsu nous explique l’auteuse, Nicole-Lise Bernheim. L’histoire est la lente intégration d’une jeune française dans une ville, celle de Koyasan, enfin, plus exactement dans l’univers d’une famille japonaise…
Au détour des divers billets, c’est la découverte du quotidien, de la religion, des temples, du balayage des rues à 5 hrs du matin, des bains brûlants, bref, des japonais eux-mêmes…

Ce voyage immobile m’a semblé intéressant et juste. L’auteuse se dévoile également au fil des pages tout en décrivant son quotidien. Je serais curieux de savoir ce qu’en pense notre japonaise de Macdigit, Hisako. Je lui enverrais à mon retour de vacances.
À lire pour mieux comprendre ce pays.

Saisons japonaises
Nicole-Lise Bernheim
Petite bibliothèque Payot/Voyageurs
Payot-rivages
9782228895309| 8,55 €

image caddie

image

le 23/08/2005 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?