Urbanbike

Recherche | mode avancée

La différence invisible

Mademoiselle Caroline - Julie Dachez

dans autisme | lire
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : cet ouvrage n’est pas un simple album de BD et cette différence invisible, je la vis au quotidien depuis près de 20 ans…

Oui, il s’agit bien — à travers le parcours de Julie Dachez qui prend un jour conscience d’être aspi — d’évoquer la condition de ceux que l’on nomme autistes sans trop savoir ce que c’est. Non, ce n’est pas une maladie comme le croient encore quelques professionnels de santé (!) et… Et le plus simple est bien de parcourir cette histoire qui déroule bien le problème de cette différence…

reduc-450

Julie a un blog que vous pouvez parcourir, elle a découvert sur le tard cette fameuse différence invisible. Pour d’autres, cela a été nettement plus rapide vu que c’est dès le primaire que l’on a pas trop voulu d’eux ou d’elles1.

Ce qui est très sympa dans cette histoire, c’est également sa rencontre avec Mademoiselle Caroline qui a mis en images cette histoire réelle en BD.

Bref, si vous avez envie de découvrir l’autisme, la conditions des autistes (ici, une asperger), pas mal pour éviter de continuer à véhiculer des raccourcis à la…

BD qui, je viens de le découvrir, existe aussi en ePub et donc disponible sur iBooks. Et donc sur Mac, iPhone ou iPad…

Par ailleurs, pas mal également de lire Josef Schovanec, de Je suis à l’Est ! à Éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez

Bon, je vous dis ça, je vous dis rien…


  1. …elle va bien, ravie d’être à l’université au lieu de finir en CLIS comme cela nous avait été suggéré il y a une douzaine d’années par les experts d’alors (qui semblent être les mêmes dans l’ouvrage de Julie). Pour l’anecdote, s’est fait plus de relations en deux mois que durant toute sa scolarité. 

le 15/11/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Rencontre ordinaire…

…Un dimanche ordinaire

dans autisme | dans mon bocal | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Longue balade à pied avec ma fille, histoire de profiter de cette belle après-midi. Et comme d’habitude, au hasard, guidé par notre seule énergie. Cette marche nous fait du bien et reste un chouette moment d’échanges sur tous les sujets possibles…!

J’apprends que l’une des anciennes condisciples lui a expédié un SMS hier soir et que le contact s’est renoué de manière sympathique. C’est la seconde personne en cette période de rentrée universitaire.

reduc-450

Au retour de notre long périple, juste avant de rejoindre la limite de notre quartier, ma fille interpelle chaleureusement une jeune femme qu’elle connaît depuis 15 ans d’un joyeux “bonjour J !”. Sourire contraint en retour ainsi que des parents et sœur.

Et c’est tout !

Pas question de s’arrêter et de demander des nouvelles de celle qui leur manifeste attention et gentillesse tant il est évident dans leur système de pensée qu’une enfant atypique devient une adulte atypique ! Je fais l’effort de ne pas mettre les pieds dans le plat, l’expérience m’ayant démontré que c’était de l’énergie1 perdue en vain.

Ma fille me rappelle que nous avions toujours invité cette gamine à tous les anniversaires avant la période du Collège. Sans réciprocité bien sûr !

J’espère simplement que cette gamine2 qui se destine à faire médecine apprendra bien assez tôt que l’autisme n’est pas contagieux… et qu’elle en informera ses parents si dévots !

Bref, oui : il est temps de se laisser pousser par le vent et d’aller découvrir d’autres cieux !


  1. Et puis j’avais assurément encore en mémoire ce billet de Jacques… 

  2. À la réflexion, je préfère celle de Gaston ! 

le 11/09/2016 à 17:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Avec mention

Du coup, j’en décerne quelques unes…

dans autisme | dans mon bocal | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Ce petit billet pour remercier tous ceux qui ont soigneusement évité d’intégrer ma mouflette dans leurs réseaux, ce qui lui a évité de perdre un temps précieux sur Facetruc ou autre. Merci !

Merci également à leurs parents qui se sont gardés de l’inviter aux anniversaires de leurs rejetons. Certainement pour appliquer ce fameux principe1 de précaution !

Merci à tous ceux qui ne la reconnaissent pas quand nous les croisons, qui détalent aussi sec. Mention spéciale à ceux dans le bus qui n’hésitent pas à s’infliger un terrible torticolis…!

Pour finir, merci de n’avoir pas pensé à communiquer vos coordonnées en fin de terminale…!

Mention personnelle à ceux, naguère, qui ont suggéré un groupe2 de prière.

Plus sérieusement, un clin d’œil aux agents municipaux qui prennent le temps de nous chambrer lors de nos parties de ping-pong, à Jean-Marc qui parle Russe à chaque rencontre, à ce jeune couple avec deux jeunes gamins qui échange en espagnol, à tous les habitants chaleureux de notre quartier. Ainsi qu’à une poignée de mômes (sur les doigts d’une main !) qui, bien que dans des lycées éloignés, ne l’ont pas oubliée…! Et à tous les copains sur Twitter ou par Mail…

Merci d’être restés authentiques.

Bien, bien, bien…


  1. nous mêmes, on ne sait pas…! La peur d’une possible contagion…?!! 

  2. …et que j’ai choqué par mon fou rire… 

le 05/07/2016 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Colors of Manahattan

Le retour à vide de la pochette

dans autisme | dans mon bocal | écouter | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Le fait d’entendre Laurent de Wilde aux côtés de Jacques Gamblin, de partager avec ma fille ce pur moment de jazz, découvrir qu’elle ne se bouchait plus les oreilles face à des sons puissants, qu’elle avait apprécié tant la trompette d’Alex Tassel que les solos de Guillaume Naturel au saxophone m’a transporté de bonheur.

reduc-450

Du coup, j’ai recherché dans mes archives les divers CD de de Wilde pour les lui passer. Sauf que je me souvenais que celui de Colors of Manahattan était revenu désespérément vide de galette et, du coup, que je l’avais poubellisé de rage.

Aussi, ce dimanche, je l’ai acheté à nouveau sur iTunes pour le lui faire entendre en voiture après avoir déposé son frère chez lui puis belle-maman.

Je n’avais pas entendu Colors of Manahattan depuis… dix ans, quinze !? Je me souviens de l’emprunteur (…la galette a dû rester dans sa platine) mais il y a prescription…!

En réécoutant cet enregistrement, du miel dans mes oreilles !

le 25/10/2015 à 18:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Ping-ping-pong…!

La version rustique par tous temps

dans autisme | dans mon bocal
par Jean-Christophe Courte

Cela fait quelques années1 que je pratique avec ma fille une autre voie (sic…!) du ping-pong. Les tables en béton avec filet métallique disposées par la ville dans les espaces publics alentours nous permettent de nous y adonner par tous temps…!

Certes, il est parfois nécessaire de débarrasser leur surface des reliefs festifs de la soirée précédente (…comprendre emballages et récipients vides). Seules les bouteilles brisées à leur pied sont plus délicates à retirer car tranchantes. C’est d’autant plus stupide de les casser qu’une poubelle est à disposition à trois mètres de là !

Notre manière non orthodoxe, voire totalement rustique, de pratiquer le ping-pong — même si nous en respectons les principales règles — s’explique par les conditions climatiques et les lieux…!

Quand le vent agite la balle comme une carlingue d’avion en pleine tempête2, sa réception est fort aléatoire. Aussi, qu’elle sorte directement ou rebondisse deux fois sur la table ne nous empêche nullement de la frapper à nouveau pour la remettre en jeu. Tant qu’il y a de l’élan !

D’où notre vocable de ping-ping-pong qui illustre l’aspect hasardeux3 des trajectoires des balles…

Avec le temps, nous sommes devenus, ma fille et moi, des maîtres (hihi…!) dans notre discipline, de véritables raquettes noires (ou rouges…!) de ce ping-ping-pong. D’ailleurs, ne sommes-nous pas devenus Miss Ping et Mister Pong…?!

Là, il manque un (très) gros coup de gong…!

Par + de 30° comme par -5°C sur une table verglacée, l’idée est de s’amuser, de dépenser, de continuer à échanger nos improbables balles (on vous a évité le improballes) tout en baladant l’adversaire d’un angle à un autre, en brossant la frappe… Car, que ce soit clair, on ne se fait pas de quartier…!

reduc-450

Notez que cela ne nous empêche pas de pratiquer également un ping-pong plus conventionnel. Et Aurelia de surprendre ses adversaires par ses retours… bûcheron…!


  1. Pour mémoire… 

  2. Un exemple à l’atterrissage pour illustrer 

  3. Difficultés auxquels s’ajoutent d’autres problématiques comme celles des trop gros doigts ou de la raquette trop petite ! Voire du sol sur lequel je me suis déjà ramassé…! 

le 28/07/2015 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Préparer le bac en ligne sur Pythagora

MacPlus.net

dans autisme | dans mon bocal | mémoire | pratique
par Jean-Christophe Courte

À diffuser… Préparer le bac en ligne sur Pythagora

reduc-450

le 16/03/2015 à 13:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Devoirs scolaires et Markdown

Affiner le balisage…!

dans autisme | dans mon bocal
par Jean-Christophe Courte

Près de 3000 mots, 17175 caractères, ma mouflette bosse son exposé entre Marvin (pour la capture des citations) et Byword… Puis m’expédie un fichier via Mail ce soir après une après-midi à turbiner seule…

@urbanbike

C’est chouette mais son balisage Markdown (…en dessous dans la copie d’écran) peut être nettement simplifié.

Derrière, mon rôle se cantonne à mouliner en une minute son fichier pour l’exporter en .docx1 via iA Writer sur Macintosh, histoire de l’ouvrir et le paginer dans Word puis l’imprimer.

Super de découvrir comment elle se débrouillait seule jusqu’à présent. Vais insister ce soir à son retour le coup des citations et des niveaux en Markdown, toujours faire des erreurs pour comprendre comment y remédier…!


  1. Oui, je pourrais utiliser Marked2 directement avec une CSS (Swiss, par exemple… ou celle d’urbanbike) mais je crains de la stigmatiser un peu plus en la laissant partir avec des sorties un peu trop jolies en terme de mise en page et typo… Mais je gagnerais du temps, assurément…! 

le 14/12/2014 à 18:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?