Urbanbike

Recherche | mode avancée

Double shoot pour ProCam sur iPhone

Inutile ? Pas certain…!

dans dans mon bocal | grospod | outils | photographie
par Jean-Christophe Courte

Ce matin, ProCam 6 annonce une nouvelle option que je me suis empressée de tester en allant voir mon dentiste.

reduc-450

En allumant les deux icônes des objectifs visibles sur l’écran de ProCam, possibilité d’ajouter un cadre rouge qui marque la zone du télé dans la surface embrassée par le grand angle…

reduc-450

  • Ici, j’ai un peu bougé après avoir fait la copie d’écran

reduc-450

  • Là, moins…

Voilà, vous avez l’idée proposée par cette option…

À tester sur la durée…

le 20/02/2019 à 11:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Revisiter …nos apps fidèles et efficaces…!

Celles dont plus grand monde ne parle…!

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | photographie | usages
par Jean-Christophe Courte

C’est le pari d’urbanbiquette en 2019…!

Certes, j’ai démarré le mois de février en acquérant Obscura 21, app photo dont j’employais la première version2 dès 2016.

Banalité, truisme : nombre de nouveaux produits font leur apparition chaque semaine et la liste de leurs fonctionnalités suggère, à chaque fois, de nouveaux univers insoupçonnés !

Ô magie du Marketing que de nous vendre parfois de vieilles lunes sous un nouvel emballage !!

Bon, soyons plus modéré et reconnaissons que l’érgonomie joue un rôle clé dans l’usage quotidien de nos applications, que certains développements apportent des progrès astucieux et de réels gains de temps. C’est pourquoi je reste attentif à ce qui peut parfois sembler marginal mais diablement pratique car débarrassé de contraintes héritées de temps plus anciens. C’est comme cela que je suis passé de Word à …markdown !

Aussi, comme j’ai nettement plus de temps3 (mais pas plus de moyens en revanche…!), autant employer ce temps4 à revisiter des apps qui ne déméritent pas !

Quelques demandes déjà via Twitter dont un tour d’horizon de mon outil de notes favori, Drafts 5: Capture ‣‣ Act.

Bref, osciller entre photo (a minima, revenir sur ProCamera. également), sur quelques outils de texte, mais en insistant sur ceux qui permettent de rédiger sans trop de soucis avec ce fameux balisage markdown.

Cela comprendra donc Drafts (déjà cité) mais également ia Writer, Ulysses (nouvelle version à venir), l’incontournable Day One et quelques applications périphériques qui me rendent service tous les jours, comme Copied par exemple.

Bref, que du vieux (comme moi-même…!) mais très souvent mis à jour sans pour autant être l’objet d’un billet dans nos gazettes numériques.

Note aux amis : j’attends de savoir si je m’engage dans une troisième manche5. Ou si j’ai enfin un moment pour finir le plan de notre prochain bref-seller avec Lukino !


  1. J’attends que cette app progresse, seul le pack noir et blanc m’a chiffonné comme je l’ai écrit ici : urbanbike | Retour au post-traitement avec Black sous iPhone 

  2. Testé en 2016, relire urbanbike | iOS 10 : l’irrésistible irruption du format RAW | 1 ou encore urbanbike | Obscura Camera 4.1 en supporte deux ! 

  3. Nous sommes en Espagne pour accompagner notre fille dans le cadre de son Erasmus, en mode camping dans un mini logement avant de découvrir quelle sera notre prochaine destination, cette dernière dépendant de son futur Master. Sans domicile fixe (nous avons vendu notre logement), nous prenons ces trois (ou cinq si doctorat) prochaines années comme un lent voyage… 

  4. Vivre en territoire inconnu, c’est également découvrir d’autres modes de santé ! Demain, le dentiste… 

  5. Ayant gagné les deux précédentes… 

le 14/02/2019 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Quelques clichés avec Obscura 2

Des options personnalisables à s’approprier

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | photographie
par Jean-Christophe Courte

Béatrice m’a pardonné d’avoir investi quelques euros (!!) dans la dernière version de Obscura 2 car je reconnais avoir été sacrément tenté hier soir en repérant quelques options bien pratiques dans cette app (juste avant de découvrir la mise à jour de Halide - RAW Manual Camera d’ailleurs…).

Au lieu de publier un simple tweet, accessoirement distiller quelques clichés sur Instagram (…pas encore quitté1), je me suis efforcé de réaliser une série de copies d’écrans puis de les commenter.

En vrac donc…

Déjà une interface utilisateur sur laquelle vous pouvez agir selon vos envies.

reduc-450

  • À droite | j’anticipe d’emblée : deux réglages pratiques qui ont motivé mon acquisition (je résume à grands traits : photographier avec un filtre noir et blanc tout en conservant une version couleurs. Et relancer ce même filtre noir et blanc d’emblée sans avoir besoin d’aller le sélectionner à nouveau… je vous laisse réfléchir…!)

C’est peu de choses en apparence mais ça va de l’affichage de la galerie d’images (de 5 à 2 colonnes)…

reduc-450

  • L’usage de deux colonnes vous semblera assez logique en fin de billet…! Mais, je divulgâche quand même : afficher côte à côte l’image noir et blanc et l’image couleurs correspondant à la même scène…

reduc-450

…à la possibilité de choisir selon ses goûts et usages d’utiliser ou non les boutons volume (pas mon truc) ou, au contraire, d’opter pour des appuis légers sur la surface de l’écran.

reduc-450

Et là, je suis preneur. J’ai donc opté pour une seule tape = prise de vue, deux = choix du Focus, trois = bascule entre les deux optiques du iPhone 7+.

reduc-450

Enfin, et c’est assurément ce qui m’a séduit, la possibilité de prendre des photos avec le filtre noir et blanc de mon choix tout en prenant/conservant simultanément la même scène en couleurs.

reduc-450

Ce qui se traduit dans l’album par deux images distinctes…

reduc-450

Mon fils m’avait reproché à juste titre de faire naguère de prendre trop de photos en noir et blanc et de ne rien conserver en couleurs. Obscura 2 répond à cette objection. Je réalise une prise en vue en noir et blanc (cadrage compris) mais conserve un double en couleurs que je peux retraiter ensuite dans …Camera+ 2. En effet, pourquoi se limiter à une app ?

Bref, encore à m’y faire et ne pas me planter dans mes gestes mais c’est séduisant.

reduc-450

  • jouer avec les nombreuses options et leurs déclinaisons… Vous avez noté l’affichage de l’histogramme sous les trois boutons du bas…?

reduc-450

  • affiner l’exposition (ici, l’idée est bien de travailler en noir et blanc mais ça fonctionne, CQFD, en couleurs) avec un histogramme à gauche ou à droite…

reduc-450

  • Repasser aisément du mode manuel à automatique

reduc-450

  • Opter, en sus, pour l’un des ensembles de filtres prêt à l’emploi… J’ai donc dépensé deux euros de plus pour celui des huit déclinaisons e noir et blanc (…pas la même qualité que l’épatant BLACK mais correct et nettement plus immédiat)

Voilà, j’en suis là…

À suivre.

reduc-450

  • Des cigognes que l’on voit depuis nos fenêtres…!

Un bémol néanmoins : l’app pompe énormément de batterie.


  1. Je réduis la voilure au profit de mon propre petit site qui fonctionne en mode partage de vues pour les amis… 

le 12/02/2019 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pourquoi avoir son iPhone en cours à portée de main est fort pratique…

N’en déplaise aux experts…

dans ailleurs | autisme | dans mon bocal | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

J’ai du mal à comprendre comment on peut devenir esclave, addict à un écran portable. Comme je l’ai écrit ici — urbanbike | Mais tu passes trop de temps sur ton iPhone, décroche ! — le mien m’accompagne partout et en toutes circonstances. Comme le trousseau de clés, ma carte d’identité. Ou un carré de non tissé pour essuyer mes lunettes…

Certes, la tendance actuelle est de flinguer les smartphones : désolé, ce sera sans moi !

Au mieux, mon écran va me permettre de capturer quelques clichés lors d’une balade effectuée sans but précis (…nous aimons nous perdre dans les dédales urbains) dans un village, comme à Toro récemment. L’app Maps.me me permet de me localiser puis de revenir à mon point de départ …si besoin.

reduc-450

Le reste du temps, au risque de me répéter, il stationne au chaud dans une poche, prêt à m’assister si j’éprouve le besoin de lui faire appel. Et basta.

Dictaphone

En discutant avec ma fille, j’ai découvert un usage qui n’avait échappé, celui du magnétophone.

De fait, arrivant en Espagne pour son semestre Erasmus, elle craignait1 de ne pas arriver à noter ses cours assez vite, être dépassée par le débit même des professeurs espagnols.

Du coup, elle a anticipé et employé l’app Dictaphone sur son iPhone pour enregistrer ses premiers cours.

Au bout d’une semaine, bien que rassurée par sa capacité à noter ses cours, elle a maintenu ce dispositif par sécurité, à la fois pour réviser chaque cours mais aussi se mettre dans l’oreille les inflexions, sonorités…

Techniquement, elle se rend en cours avec son antique iPad2, saisi ses cours sur la version 4 de Drafts tout en enregistrant avec son iPhone chaque cours.

Bref, qui contrôle nos outils…? Jusqu’à preuve du contraire, c’est encore nous, non…?!!

le 11/02/2019 à 09:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Mais tu passes trop de temps sur ton iPhone, décroche !

Une injonction qui m’agace prodigieusement !

dans dans mon bocal | grospod
par Jean-Christophe Courte

Surtout quand elle est énoncée par des personnes qui passent leur vie sur …facebook1 !

Oui, cela m’a prodigieusement gonflé hier de découvrir que c’etait (sic !) la journée sans portable, que ceux qui refusent (!!) de se plier à cette injonction sont nécessairement des personnes qui ont peur de se retrouver sans leur écran2.

Alors oui, je le confesse, mon iPhone me suit partout.

Mes clés, ma carte d’identité et mon iPhone

Me suivre ne veut pas dire qu’il est toujours dans ma main !

…il passe 80 % du temps (le jour) dans la poche de mon Jean (ou de ma veste, c’est selon !). Et 100 % de la nuit sur ma table de chevet, vu qu’il se mue en diffuseur de podcasts sur Castro !

Ce qui est affligeant (…mais il est vrai que je n’évoque que mon usage), c’est de ne pas imaginer que l’on peut vivre avec son smartphone sans avoir le nez collé dessus.

Bien entendu, je croise des tas de personnes qui se baladent avec leur téléphone à la main, qui nous font partager leurs palpitantes conversations dans la rue3 tout en marchant ! Je n’en fais pas pour autant une généralité !

Des usages, pas un usage !

Mon iPhone a de multiples usages qui vont de la fonction appareil photo (…ce sont mes fidèles Canon qui font la gueule…!) à celui de carte routière en passant par juge de paix pour s’accorder sur l’origine d’un mot (dictionnaire).

Déjà, évoquer une dépendance à un écran qui endosse de multiples rôles, c’est oublier que celui-ci sert à lire (des livres epub), à écouter des tas de podcasts (jamais autant entendu d’émissions passionnantes !)… Voire écrire4. Et même recevoir un 7 février une information clé5

Pour ces diverses raisons, cette journée sans portable me paraît incongrue ! De plus, j’ai pris connaissance de cette journée via twitter sur mon portable, gag !

Je voyage et le iPhone me permet de me déplacer léger et confortable. Je m’en suis expliqué dans un Long billet, urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone.

Actuellement, je vis en Espagne et je m’encombre de peu de choses au quotidien, ce qui me permet d’avoir du temps pour lever la tête et apprécier l’architecture des villes que je visite, contempler les paysages ou …déguster les spécialités régionales.

J’utilise peu mon Macbook comme mon iPad Pro même si ce dernier me sert pour écrire au stylet ce billet. Seul le téléphone portable (…cet écran fort mal nommé…!) me laisse un sentiment de légèreté6 indispensable…

Bien entendu que je pourrais, comme il y a plus de 50 ans7, me déplacer sans cet écran, juste avec une carte papier (ou pas) et un “vrai” appareil photo (ou non…!), un crayon et un carnet papier.

Alors, désolé de contrevenir au mot d’ordre, à la bienpensence, mais je vais sortir me balader avec ma fille dans la vieille ville cet après-midi… Avec ce maudit portable !

reduc-450


  1. Cet espace censé remplacer internet ! 

  2. Et, bien entendu, d’aucuns ont inventé un mot pour caractériser cet état, mot que je ne retiens pas, l’idée me semblant plus sotte que grenue ! 

  3. C’est assez habituel ici, à Salamanca en Espagne, mais est-ce liée à des pratiques importées par les étudiants qui viennent, nombreux, suivre des études : la question mérite d’être posée sans en tirer d’hatives conclusions. 

  4. Publier moins ne veut pas dire ne plus écrire. Loin de là… 

  5. Vautours 0, ma tribu 2 (comprend qui peut) 

  6. D’aucuns vont évoquer le concept de servitude volontaire. J’assume. 

  7. St Cloud - Orléans, il y a 50 ans, en mobylette (et sans rien, sans un rond car cela n’était même pas venu à l’esprit de mes parents…). 

le 07/02/2019 à 18:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Humeur : révision de documents et CriticMarkup à l’usage

Drafts, Editorial… Sous iOS, chacun fait comme il lui plaît…!

dans dans mon bocal | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Entre les options à ma portée et leur réelle mise en œuvre, j’ai souvent un temps d’adaptation ! Néanmoins, comme je suis curieux, je n’hésite pas à tester.
Ainsi, passer au Markdown fut quasi instantané en 2012 ; idem pour l’écriture manuscrite avec son interprétation en caractères d’imprimerie, j’ai adhéré à cette avancée en 2016 en découvrant Stylus ; quant à la révision d’un document en cours de rédaction avec CriticMarkup, j’essaye depuis 2013 avec des succès divers…

Heureusement, nous avons de plus en plus d’outils pour nous simplifier la mise en œuvre… Comme je l’ai écrit précédemment1, utiliser des actions pour revisiter/réviser un texte avec CriticMarkup est désormais possible.

Coloration syntaxique, choix du modèle, timing…

Rappel : les balises CriticMarkup sont à employer pour traquer répétitions, formules de guingois, dissonances, etc. Sans oublier de retrancher les expressions à la mode, les termes inutiles2.

L’affichage de ces balises dans Drafts reste un point clé. À ce propos, la balise Highlight devrait disposer d’un fond (ou être écrite) en violet… Ou les deux…!

reduc-450

  • À gauche | Drafts (5.5.x) dans sa version béta actuelle…
  • À droite | Editorial qui n’a pas perdu de son efficacité, il est bon de s’en souvenir même si le développeur ne donne pas souvent signe de vie…!

Une bonne question à se poser est : doit-on inclure les fautes d’accord, de frappe, la correction des pluriels…? C’est à chacun de répondre. Si cela est bien sûr possible, c’est dépenser beaucoup d’énergie à ajouter des balises non essentielles au lieu de corriger directement nos scories…!

Je préfère réserver l’usage de CriticMarkup à ce qui me semble être son rôle premier, c’est-à-dire travailler à la clarté du texte.
Inversement, encombrer visuellement l’écran peut devenir contreproductif, voire nous amener à passer à côté des bonnes remarques : est-ce que ma phrase est correctement construite, ne suis-je pas trop abscons3 ?!

Pour ma part, c’est loin d’être gagné ! Virer des bouts de phrase superfétatoires, lourdingues, ronflants, creux ; supprimer les tournures hasardeuses, malavisées ; dégraisser ce qui respire l’emphase, tout ceci n’est pas une mince affaire…!

CriticMarkup : pour un travail collectif ?

À l’usage, je reste mitigé !

J’apprécie la possibilité de me (!!) laisser des commentaires qui ne seront pas exportés (Ulysses le fait très bien et mieux encore…), j’estime particulièrement la coloration syntaxique pour marquer la suppression ou l’ajout de segments de texte4. Enfin l’emploi de la balise de substitution prend tout son sens pour traquer mes tics de langage.

Mais ce dispositif me semble taillé pour un travail collectif, avec d’autres rédacteurs sur l’ouvrage. Ce que je veux exprimer par là, c’est qu’hormis des commentaires et annotations de travail à titre individuel dans le texte en cours de révision, marquer un ajout clé, voire une suppression d’une portion de texte inutile, ces balises restent un dispositif lourd à mes yeux.

Certes, il est encore trop tôt pour me prononcer (…rendez-vous l’an prochain !).

En résumé, CriticMarkup n’a pas encore boulversé ma vie. Ensuite, je subodore que l’écriture de ces balises est également un frein : autant celles de markdown, multimarkdown ou markdownXL sont hyper simples, autant l’ajout des moustaches (!) agit comme des poils disgracieux dans la soupe (…je sais, l’image est capilotractée !!).

Bref, s’il est facile d’ajouter deux ++ ou deux -- en début et fin de sélection, devoir ajouter une accolade entrante puis fermante n’est pas terrible…

D’autant plus que, dans Ulysses, je n’ai pas de réticence à baliser en MarkdownXL avec les paires de ::, ++, || ou %%.

Du coup, l’emploi de petits scripts ou actions dans une barre additionnelle devrait changer la donne… Ou pas.

À quand l’apparition de MarkdownXL dans Drafts ?!

Ce qui est génial dans Drafts (et dans Editorial, ne l’oublions pas…), est leur épatante capacité à ajouter des langages et codes de toute nature. Dont TaskPaper par exemple…

Aussi, j’incite Greg, le développeur de Drafts, à ajouter, entre deux fonctions clés indispansables, mes quelques balises issues de Ulysses et la coloration syntaxique associée.

Une proposition sans illusion néanmoins…

En même temps, j’ai souvent l’impression de rester un cas isolé ! L’écriture manuscrite ou le balisage ultra simple de MarkdownXL sont autant de cas où je me sens seul (…rassurez-vous, ça ne l’empêche pas de dormir…!).

Mais autant manifester cette envie et la signaler…

C’est tout…!


  1. Lire mon précédent billet à propos de son utilisation dans la toute dernière version de Drafts : urbanbike | Utilisez astucieusement CriticMarkup dans Drafts sous iOS

  2. Je vous recommande 99 clichés à foutre à la poubelle de Jean-Loup Chiflet. Quelques exemples : Dans le bon sens du terme ; dans le plus simple appareil ; de plates excuses ; un démenti cinglant, etc. 

  3. J’aime ce mot ! 

  4. J’ai ajouté deux petites actions dans ma barre additionnelle pour en bénéficier avec un seul appui… Ne pas oublier de demander dans les préférences que ce soit le balisage multimarkdown qui soit utilisé ! 

le 17/12/2018 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Utilisez astucieusement CriticMarkup dans Drafts sous iOS

Ou, plus exactement, comment rendre le balisage CriticMarkup bien plus agréable !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Je ne vais pas vous raconter d’histoires : je ne suis pas un fan de CriticMarkup que je trouve assez lourd à employer1, lui préférant mille fois la simplicité de MarkdownXL, fruit de la réflexion des développeurs de Ulysses …mais malheureusement réservé à cette application.

Ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’un standard s’impose sur des bases discutables et ça ne sert à rien de faire de la résistance dès lors qu’il se diffuse2.

Je l’ai rencontré la première fois via MultiMarkdown Composer 4 sous macOS et j’ai trouvé ça assez biiiiiip à mettre en œuvre.

Retrouver CriticMarkup dans la dernière mouture de Drafts 5 m’a donné l’envie de bricoler3 quelques actions à placer dans ma barre additionnelle et, à tout le moins, rendre le balisage de ces options de correction moins fastidieux. C’était l’idée et je me promettais mollement de le faire un de ces quatre.

Sauf qu’il y a eu plus rapide4 que moi et, surtout, nettement plus pro !

Bref, en une unique action, Tim Nahumck (@nahumck) a résolu élégamment le balisage de CriticMarkup dans Drafts 5: Capture ‣‣ Act. Enfin des outils pour se lancer sans peine dans la phase de correction d’un texte !

En résumé, avec ce script, nous voici tous égaux pour user et abuser de ces balises sans craindre de nous planter et, important de le noter, avec la coloration syntaxique idoine.

reduc-450

  • Car le plus chi… pénible dans CriticMarkup sont les balises dédiées (…ceci expliquant mon peu d’enthousiasme alors que celles de MarkdownXL dans Ulysses sont d’une simplicité biblique, certes avec moins de sophistication mais, à l’usage, naturelles comme celles de Markdown…)

Mais il marquait une seconde étape : une fois le texte relu, amendé, comment générer un fichier comprenant toutes les corrections ?

J’ai posé la question à Tim via Twitter qui, après une petite démo — “Something like this?… “ —, il a répondu avec une seconde action, Accept Critic Markup | Drafts Action Directory.

reduc-450

  • Pas la peine de vous faire un dessin, ça marche…!

Paf ! Plus aucun prétexte pour se dispenser d’utiliser CriticMarkup !

Pire, c’est devenu un jeu d’enfant de baliser et de se servir de ce dispositif.

Le texte d’origine, celui qui est amendé est conservé dans Drafts, le script se contentant de prendre en compte les instruction du balisage puis de créer un nouveau fichier débarrassé de ces balises spécifiques en suivant scrupuleusement vos corrections.

Alors, oui, on pourrait aller encore plus loin, avoir un dispositif de prévisualisation qui simulerait le résultat avant de nous permettre de valider (…ou de réfuter en arrière) chaque modification.

Mais, sérieusement, déjà avec ces deux actions complémentaires nous avons les briques élémentaires pour s’essayer à l’usage de CriticMarkup.

À force de sophistiquer (sic…!) les choses (sic !), on en arrive à oublier l’essentiel : ici, le but est de nous permettre de peser nos mots, nos expressions, corriger, amender puis une fois validé, d’avancer. Bon, une preview ne serait pas de trop mais, en attendant (ou pas !), ça fonctionne d’enfer !

Très chouette manière de faire la promotion d’un balisage pas très sexy et de contribuer ainsi à son rayonnement.

À tester si vous êtes un fou de Drafts !!

Un grand merci à Tim et au groupe de développeurs enthousiastes qui sévit autour de Drafts et contribue, via des discussions enflammées et hyper techniques, à faire évoluer cet outil…!

Pour mémoire, il y a un très, très beau script disponible pour l’alter ego de Drafts sous iOS, c’est-à-dire Editorial, Critic Review . Avec possibilité de valider individuellement chaque option. Ce n’est pas le seul.


  1. lire urbanbike | Coloration syntaxique, Markdown XL et CriticMarkup et urbanbike | Coloration syntaxique et écriture 

  2. Il est vrai que sa progression assez lente, de mon point de vue, s’explique par la complexité de son balisage (oui, j’insiste un peu sur ce point qui me chiffonne…!). 

  3. Pas de gros mots ! Bricoler quelques actions en empruntant celles existantes en les adaptant misérablement ! Je n’ai aucun talent pour le scripting ! 

  4. Drafts 5.5 – The Markdown Update – nahumck.me 

le 15/12/2018 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?