Urbanbike

Recherche | mode avancée

Export vers iThoughts d’un plan élaboré dans Drafts

Du brouillon balisé en markdown à une carte heuristique

dans dans mon bocal | écrire | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Première découverte de l’année (…de l’avantage de se réveiller frais et tôt !), un petit script fort simple qui remet en memoire x-callback-url, ici entre Drafts et iThoughts.

reduc-450

Il s’agit de to iThoughts | Drafts Action Directory.

N’ayant pas de Macintosh récent sous les doigts (mon MacBook de 2009 ne supporte pas Drafts car définitivement sous El Capitan), je pense néanmoins que ceci fonctionne sous la dernière version de macOS.

Alors, démonstration sous iOS avec des résolutions fictives…!

Les cartes mentales sont des outils pratiques mais parfois un poil fastidieuses à démarrer.

Pour mémoire : une carte mentale (ou carte heuristique, mind-mapping) est une chouette représentation en 2D de nos idées. Elle permet de visualiser les liens entre ces dernières. Avec un outil numérique, facile ensuite d’intervenir pour rassembler des infos a priori éloignées, les structurer.

reduc-450

lci, le principe est de partir tout simplement de son outil de prise de notes (Drafts), structurer en markdown un premier plan

reduc-450

…et l’envoyer, notes comprises1, vers iThoughts.

reduc-450

Bien entendu, une fois dans iThoughts, reste à réduire la représentation…

reduc-450

Un appui sur un lien avec du texte permet de constater que tout y est, balises Markdown comprises, CQFD.

reduc-450

On peut se contenter de cette représentation, mais aussi changer l’orientation de la carte…

reduc-450

Et c’est bien le même contenu affiché comme souhaité…

reduc-450

J’apprécie iThoughts (mindmap) que je n’utilise pas assez, j’aime son côté brut de fonderie, sa rusticité et ses nombreuses mises à jour. Une recherche dans urbanbike pour retrouver des billets écrits naguère à son propos…

Cette application me fait penser à Drafts : un seul developpeur et un produit ultra puissant au final.

Bien entendu, vous pouvez exporter depuis iThoughts vers Drafts avec le balisage Markdown

À suivre…

Bonne année sinon aux quelques lecteurs de passage…


  1. et elles-mêmes balisées en markdown

le 01/01/2020 à 16:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Ajouter des infos dans une page précise de Drafts

Une action astucieuse, ici sous iOS…

dans dans mon bocal | écrire | groummphh | outils | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Je pars du principe que les scripts, les interactions avec les barres additionnelles de Drafts ne vous sont pas étrangères… Donc droit au but.

reduc-450

Je suis tombé hier sur une action toute simple Append to Draft | Drafts Action Directory et je l’ai instantanément adoptée pour mon propre usage. Enfin, pour deux usages !

reduc-450

Pour alimenter ma liste de Courses sans avoir à retrouver cette liste que je souhaite compléter.
Et pour alimenter ma page de tâches à faire.

Un seul exemple, celui des courses.

Généralement quand j’ouvre Drafts je démarre sur une page vierge …sauf si je l’ai utilisé quelques minutes avant.

reduc-450

Au lieu de rechercher cette fameuse liste de courses, j’ajoute simplement, dans la nouvelle page affichée les éléments indispensables à acheter que j’ai oublié ou qui me viennent à l’esprit…

reduc-450

Et je n’ai plus qu’a associer ces infos avec les précédentes.

C’est simple et efficace.

reduc-450

Bon, j’ajoute ici une autre option, celle de la suppression des articles cochés (et donc achetés), clean done items in simple list | Drafts Action Directory.

reduc-450

Un peu de personnalisation

reduc-450

Les seules différences avec le script originel sont l’icône qui coiffe chaque action (j’en utilise deux différentes pour Courses et À faire), la page de référence (celle qui est ciblée pour récupérer les nouvelles informations).

reduc-450

Et, également, j’ai changé cette dernière option pour que la page temporaire comportant ces nouvelles infos aille directement à la poubelle.

C’est tout…!

le 29/12/2019 à 16:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

À l’usage | Day One, un épatant carnet de voyage sous iOS

Photos, textes, audios, vidéos et météo locale, entre autres…

dans ailleurs | dans mon bocal | mémoire | usages
par Jean-Christophe Courte

Attention : possibles traces d’ironie en introduction…

N’était pas un écrivain voyageur habitué à coucher en pattes de mouche mes réflexions sur un carnet papier fatigué (…à l’aide, cela va sans dire, d’un crayon de bois rogné avec les dents), mais un simple quidam inféodé aux écrans (!), je persiste à me servir de Day One journal + mémoire… Sur mon iPhone1… Mais pas que.

reduc-450

Je ne vais pas développer à nouveau toutes les raisons qui m’ont conduit à faire le choix de Day One (…accessoirement retrouvez mes arguments via une recherche sur ce blog…) mais revenir aux usages, à mes usages pour être précis…

Comme je l’ai moult fois rappelé, le seul écran qui m’accompagne jour et nuit (…la nuit pour écouter des podcasts, lire des fichiers ePub ou me servir de réveil au petit matin…) est un iPhone, un iPhone 11 Pro Max actuellement.

Si mes déambulations restent modestes, urbaines la plupart du temps, j’apprécie de conserver notes et date de ces balades. Je pourrais me contenter de Ulysses, voire de Drafts, deux applications que j’apprécie particulièrement… Mais d’un naturel paresseux, je prends la plupart du temps un ou quelques clichés…

Et c’est ici que Day One reste incomparable…

À partir d’une image capturée par l’iPhone, — et donc géolocalisée et horodatée — créer une entrée dans ce carnet de voyage numérique est d’une simplicité incomparable.

Je l’importe et ce sont les données de l’image qui vont ajouter chronologiquement une nouvelle note, mémoriser l’emplacement de la prise de vue, rappeler la météo locale, afficher une carte.

Et, si je le souhaite, sur l’instant ou plus tard, compléter ce cliché de quelques notes saisies au clavier…

Instagram pour les amis, Day One pour moi…

Je ne me prive pas de cette simplicité extrême même si j’emploie en parallèle2 Instagram.

reduc-450

Or, plus fort encore, Day One va chercher toute nouvelle entrée dans ce compte Instagram, la rapatrier sous la forme d’une nouvelle note dans mon carnet de voyage.

Je l’ai dit, je suis paresseux.

Bref, Instagram — et l’envoi de chaque entrée vers Twitter — comme signe de vie à l’intention des amis mais sans géolocalisation précise, sans la date et l’heure de mes clichés.

Ces informations, seul Day One les possède car elles sont personnelles tout comme les notes que j’ajoute.

Des entrées automatiques ou volontaires

Du coup, mon carnet de notes numériques se remplit régulièrement de clichés, associés (ou non) de quelques notes saisies en marge.

Mon équipement de nomade urbain se réduit à cet unique écran, à la fois bloc-notes, appareil photo, boussole, billets de train, dictionnaire, grenouille météo, cartes topographiques…

Plus tard (…comprendre, le soir ou quelques jours après), au calme3, je reprends ce carnet numérique que j’édite, complète, réécrit les entrées, la photo ou les photos associées me restituant le contexte de chaque événement.

reduc-450

Quand mon iPad est disponible, c’est dans Nebo que je reprends mes notes puis les copie colle dans Day One.

Mais cela peut aussi s’effectuer sur mon antique MacBook Pro de 2009 (…même si la version embarquée de Day One est obsolète et ne me permet que de créer de nouvelles entrées).

Connexion. Ou pas…

Car Day One est bien un carnet que l’on peut synchroniser au moment souhaité : pas nécessaire d’être relié à l’internet en permanence.

C’est uniquement en présence d’une connexion que le contenu de Day One sera synchronisé vers le serveur de l’application puis, dans un second temps, redistribué vers les autres écrans connectés à mon compte. Mais si j’ai modifié une note sur un autre écran (sur l’iPad notamment), c’est bien la plus récente qui sera prise en compte, CQFD.

Cela veut dire que je peux nourrir à tout instant mon carnet sur mon iPhone et que mes notes seront à nouveau synchronisées4 si le réseau est disponible, 4G ou internet.

Les textes sont synchronisés en premier lieu, les photos demandant plus de bande passante.

Day One supporte également les notes audio et vidéo mais j’ai peu exploré cette option (une douzaine de vidéos à ce jour).

Simplicité d’emploi

Voilà pourquoi j’emploie depuis tant d’années Day One, application qui a su se transformer, évoluer …sans jamais perdre5 une seule de mes notes.

S’il est naturel de rechercher en permanence la meilleure solution, se laisser séduire par les descriptions miraculeuses du dernier produit annoncé, il ne me semble pas inutile de rappeler qu’il existe déjà des applications qui fonctionnent, qui ont de la bouteille, du recul et font bien moins de bruit.

reduc-450

Alors, oui, cette solution a un coût pour l’utiliser à fond mais elle vous permet de nourrir votre carnet depuis iOS comme depuis macOS. Et de synchroniser ce carnet sur tous vos écrans, de ranger vos notes dans des dossiers précis, etc.

Bien entendu, il y a d’autres solutions mais je n’évoque que celle j’apprécie et utilise à titre personnel.

Pour finir, ma propre version de Day One consigne plus de 11 111 notes au moment où je termine ce billet (…comprenant 13 043 visuels) pour un total de 2798 jours…


  1. urbanbike | Voyage, sac à dos et …iPhone 

  2. vu les derniers rebondissements, je sens que cette fin d’année est le moment propice. Sans oublier que limiter les réseaux sociaux est aussi l’assurance de plus de calme intérieur ! 

  3. sous une toile de tente, au coin d’un poêle dans une cabane en rondins imaginaire mais plus vraisemblablement dans un lit à la lumière d’une LED…! 

  4. contrairement à Drafts ou autres, Day One utilise son propre cloud et stocke les clichés en haute définition. 

  5. pour autant que je m’en souvienne…! 

le 27/12/2019 à 11:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Course aux invendus

Avons-nous besoin de les acquérir ?

dans dans mon bocal | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Dès hier soir 18:00, c’était le lancement des promotions. Rarement sur des produits récents, essentiellement sur des objets toujours dans le coup mais dépassés de une à trois générations.

Mais parfaitement fonctionnelles si je cible les promotions des iPhones… Dans 95 % des cas (pourcentage au doigt mouillé), cela conviendra parfaitement, les iPhones X ou 8 restent d’excellents1 écrans.

Mais, trop souvent, c’est une manière astucieuse de vider les stocks de produits franchement inutiles. Bonne affaire pour les boutiques…

Avons-nous besoins de nouveaux objets ?!

Depuis quelques années, notre propre but était de liquider un gros tiers2 (…voire nettement plus3) des objets récupérés des lieux de vie de feu nos parents4 et, par ricochet, ceux de notre propre cambuse.
Et on y allé à fond.

Après des caisses de bouquins données, des tombereaux de trucs divers redistribués ci et là en vidant les placards de nos aînés, les allers et retours à la déchèterie, ceux livrés à la ressourcerie dont des meubles qui occupaient un maximum d’espace, nous avons atteint notre objectif de vivre avec le minimum d’objets5.

reduc-450

Il reste encore quelques éléments à recycler, les résidus de notre vie professionnelle d’antan (disques durs).

Mais la question reste posée : pourquoi continuer à acquérir des objets inutiles que l’on utilisera une ou deux fois ?

Mon but ? Continuer à voyager6 avec simplement un sac à dos !


  1. mais si vous aimez la photographie, je reste convaincu que le passage au iPhone 11 Pro se discute fermement… 

  2. urbanbike | Déchetterie | 1 

  3. urbanbike | Déchetterie | 3 

  4. urbanbike | Déchetterie | 4 

  5. urbanbike | Donner, virer, recycler… 

  6. urbanbike | Voyage, sac à dos et …iPhone 

le 29/11/2019 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iOS | Réorganiser les menus additionnels de Drafts

Préférer l’indispensable au superflu…

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Quand on utilise depuis longtemps un même traitement de texte, on a tendance à se reposer sur ce qui nous est proposé par le développeur.
Heureusement, même si la disposition des icônes de la barra additionnelle n’est pas due au hasard, quelques applications iOS nous permettent de chambouler l’ordre de départ, de masquer ou d’afficher des options dans leur barre additionnelle.
Ainsi l’épatant iA Writer sous iOS …avec juste un bémol : il faut simplement répéter l’opération pour chaque écran (iPad, iPhone).
Contrairement à Drafts !

Bien entendu, ce n’est pas l’unique raison (!!) pour laquelle j’emploie, de préférence, Drafts sous iOS mais il est clair que …ça joue comme on dit en Suisse !

Ensuite, Drafts me permet de créer autant de barres additionnelles que je le souhaite et donc de tester des dispositions multiples selon mes besoins.

reduc-450

Comme je l’avais déjà écrit dans un précédent billet, peuvent se ranger dans ces barres additionnelles — et dans l’ordre que je souhaite — des actions basiques puisées dans le Drafts Directory | Drafts Action Directory comme des actions nettement plus …complexes, scriptées.

Ces actions sont disponibles ici : Popular Actions | Drafts Action Directory pour les plus “populaires”.

À ce propos, Drafts propose également des sets prêts à l’emploi de barres additionnelles, sets que vous trouvez ici : Popular Action Groups | Drafts Action Directory

reduc-450

Après, à vous de faire le ménage dans ces propositions, de les compléter avec d’autres actions empruntées à quelques sets ou d’en soustraire dans un set qui semble contenir l’ensemble de vos besoins.

reduc-450

Et, bien entendu, les transformer, les adapter, les enrichir et en proposer à la communauté des utilisateurs de Drafts.

Ces pièces constituent un fabuleux mécano à assembler à votre guise. Et, encore une fois, vous n’êtes pas limité à une unique barre additionnelle (oui, je me répète), ce qui vous permet de les organiser par thèmes : une dédiée balisage markdown ; une autre pour les exports, etc.

Et c’est ici où je veux en venir.
Sous Drafts, pas de problème pour dupliquer une action et déplacer ce duplicata vers une autre barre additionnelle de votre choix.

Enfin tout ce que vous aurez pris le temps de constituer méthodiquement sur votre iPad se retrouvera sur votre iPhone (et réciproquement), ce qui est d’un confort absolu.

Si la barre additionnelle constituée sur iPad s’avère très longue sur iPhone, pas de panique ! En posant le doigt légèrement sur cette dernière vous allez découvrir qu’elle coulisse horizontalement ! Et que toutes les actions sont bien en place.

reduc-450

Ce billet est un simple rappel d’articles rédigés naguère1 sur ce même blog.

C’est tout.

le 27/11/2019 à 18:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

J’ai dix ans…!! MacBook Pro 17

Obsolescence et SSD

dans dans mon bocal | groummphh | outils | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Mon fidèle MacBook Pro 17 a dix ans1 !
Son SSD2 d’origine également.

Certes la technologie était nouvelle, certes le disque d’origine est devenu moins véloce au fil des années mais ce choix est assurément l’une des clés de la longévité de ce Mac portable.

Dix ans3 entre bureau et domicile (…dans un sac à dos pour survire au RER et un éventuel accident avec mon vélo Brompton), puis à me suivre ici ou là.
Et encore cette année en Espagne et dans bien d’autres lieux, pour finir de se poser à Aix-en-Provence avant de repartir pour d’autres destinations…!

reduc-450

Depuis deux ou trois ans, la carte graphique fatigue un peu et affiche imparfaitement la chromie de mes clichés.
Mais comme je prends mes photos avec un iPhone 11 Pro Max, c’est sur ce dernier que je gère les recadrages. Et accessoirement leur ambiance chromatique.

Pour le reste, mise en page du CV de ma fille ou dernières corrections de mes billets, montage d’éléments Illustrator sur des copies d’écran, je suis tellement habitué que les variations de couleur dues à l’affichage ne me dérangent pas.

Ensuite, depuis quelques années, c’est essentiellement à la main que j’écris mes billets, sur un iPad Pro grand format avec le Pencil d’Apple, sur Stylus ou MyScript Nebo avant d’exporter mon texte manuscrit converti en texte nu vers Drafts. Et le retrouver ensuite sur le MacBook Pro dans iA Writer

Je suis allé à l’Apple store de Aix-en-Provence voir de mes yeux le MacBook Pro 16, splendide, séduisant et assez coûteux pour le retraité que je suis désormais.

Bien entendu, j’aimerais retrouver une option sur ce dernier pour écrire à la main avec un Pencil en plus du clavier. Ou un bloc d’écriture à placer à coté. Mais mon iPad remplit très bien ce rôle et je m’en accommode quotidiennement.

Du coup, entre faibles finances et usages différents, voire nouveaux car forgés sur ces dernières années, je vais attendre. Et comme l’obsolescence programmée a épargné mon fidèle MacBook, on va continuer à faire quelques années ensemble…!

J’attendrais une opportunité, un reconditionnement, une éventuelle baisse de prix, une rentrée inopinée d’argent4 pour éventuellement me décider. Ou pas …car écrire à la main est désormais la fonctionnalité essentielle : je préfère cela à un bon clavier.

En attendant, j’ai opté pour un stockage de deux To sur le Cloud d’Apple, stockage partagé avec ma tribu.

Certes, ce sont trois périphériques pour mon seul usage mais ce MacBook reste généralement à poste, seul le iPhone5 m’accompagne pour de brèves balades d’une semaine.

Le rêve serait que le prochain 12 Max supporte le Pencil et que les développeurs de MyScript nous sortent une version iPhone de Nebo.

Pour conclure

Ce billet n’a qu’une- unique but : rappeler aux esprits chagrins qu’une machine utilisée de 2009 à 2013 quotidiennement puis un peu moins intensément jusqu’à fin 2019 (…pour nourrir urbanbike), un achat certes couteux alors, s’est avéré être un bon investissement.
Et sans Apple Care, à nous d’être respectueux de nos6 outils.
Bref, ravi de partager avec vous (…enfin les 3 derniers lecteurs plus ceux de passage…!) cette expérience professionnelle et non sponsorisée !

Certes, cela n’augure pas des qualités de la nouvelle gamme des MacBook Pro mais si je devrais impérativement investir professionnellement dans une nouvelle machine, il est clair que je n’hésiterais pas.

Mon unique souci reste comment transférer mes plus de 200000 photos actuellement sur des disques Firewire 400 et 800 vers un nouvel équipement…! J’ai quelques idées mais je reste fidèle aussi à ma version 5 de Lightroom. Donc il y aura aussi à bien réfléchir à cet aspect précis…

À suivre…


  1. urbanbike | SSD comme… silence 

  2. urbanbike | SSD | “10 mois” après ce que tu en penses 

  3. J’ai Dix Ans par Alain Souchon - Paroles.net (lyrics) 

  4. au titre de l’article 700, mes adversaires qui ont déjà perdu par deux fois en justice me doivent de quoi acquérir la version la plus complète mais je ne me fais pas trop d’illusions… 

  5. urbanbike | Voyage, sac à dos et …iPhone 

  6. en tant qu’indépendant, comme c’est ma pomme qui finance mes acquisitions, j’ai toujours été soigneux de mes outils de travail. Mais pas que des miens. 

le 24/11/2019 à 11:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pourquoi je conduis — quand même — un méchant SUV ?

Accessoirement : comment perdre ses lecteurs…

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | usages
par Jean-Christophe Courte

Ces derniers mois, je lis des billets, humeurs, tweets rageurs à propos des SUV. Tout le monde a un avis définitif …en oubliant qu’il n’y a pas un unique usage de ce type de véhicule mais bien des tas (et que la géographie peut avoir une incidence notable).

Oui, ça ne sert pas qu’a déposer ses rejetons devant l’école…!

Etant piéton 97 % de mon temps, je n’apprécie pas plus que vous, lecteur, la désinvolture de certains conducteurs à notre égard. Et ce, quelque soit l’encombrement de leur véhicule (gros ou petit, sans distinction), j’exècre ceux qui font fi du code de la route et nous menacent physiquement par leurs manœuvres absurdes, masqués derrière les vitres teintées de leurs habitacles.

Car, en ce cas, pourquoi souhaiter n’interdire que les SUV ?!

En ce qui me concerne, les rares fois où j’ai été agressé en tant que piéton sur un passage piéton en ville, voire en tant que conducteur (…toujours en ville), ce n’était pas par des SUV !

…peut-être un problème d’éducation ?

En France, si je m’arrête pour laisser passer une personne âgée ou un gamin, je ne compte plus les coups de klaxon, voire les insultes ou gestes vulgaires au feu suivant !

En Espagne, c’est l’inverse : les véhicules s’arrêtent d’emblée pour vous laisser passer comme piéton (…mais vous engueuleront — à raison — si vous le faites hors des clous). Je peux vous dire que c’est très agréable de voir le code de la route1 respecté.

Mais je m’égare : ces dernières années, je suis avant tout un piéton à 97 % (…estimation au doigt mouillé).
Et un piéton qui prend parfois le bus si trop chargé ou si ses jambes ne tiennent plus.

reduc-450

  • Ce matin, le bus pour rejoindre mon vieux copain Thierry Seray…

Pour un petit pour-cent de mon temps, je me juche sur un vélo pour me rendre d’un point à un autre ou filer au marché.

Et les 2 % du temps qui reste ?

Je roule dans un méchant SUV.

Pourquoi pas un petit véhicule ?

Vous vous doutez que nombre de personnes refusent d’associer urbanbike à ça !
Et pourtant, même pas honte !

Certes, nous aurions pu acquérir un véhicule neuf, une petite citadine pas chère (…mais plus chère que notre véhicule de seconde main) ces dernières années. Sauf que non.

Le paradoxe réside dans nos usages.

La semaine, on ne roule pas. Mais dès que nous avons du temps libre, nous partons généralement à trois ou quatre et, souvent, chargés (…valises, meubles et même piano en Espagne) pour nous rendre ou revenir d’une destination éloignée.

reduc-450

  • Ici, départ de Salamanca (en ayant laissé nos sur-matelas qui étaient roulés à l’aller et, heuuuu, pas du tout encombrants)…

“Mais une petite citadine fait parfaitement l’affaire !”

Toujours pas.
Pour des raisons qui vont de l’envie de rester sur la chaussée lors d’un épisode météo violent2, un réel besoin de confort sur de très longues distances (…pas fan du mode sardines et buée) et les habituelles parenthèses sur routes défoncées ou disparues sous 15 cm d’eau.
Et, accessoirement, ne pas finir en mode puzzle en cas d’accident.

Bref, j’utilise un SUV, un vrai, un tatoué (!), de ceux qui tiennent sur la durée3.
L’actuel est un Jeep de 2005 qui tutoie les 300 000 kilomètres au compteur. Nous l’avons acquis d’occasions début de l’an passé et fait entièrement révisé par étapes.

Son empreinte écologique4 n’est plus (…à la louche) que le carbone5 qu’il relâche quand nous l’utilisons, c’est à dire pas grand chose vu notre faible kilométrage.

Oui, le train reste la meilleure alternative quand nous ne sommes pas chargés. Quant à l’avion, c’est non.

Et comme expliqué plus haut, hormis de rares courses de proximité6 (une fois par mois7…?), l’objectif est de couvrir de longues distances à plusieurs, non d’aller en voiture au supermarché à 400 mètres pour ne pas être mouillé au retour…!

Usage non urbain

En Espagne, ce Jeep8 nous a servi pour rejoindre des lieux éloignés (Salamanca est situé sur un plateau à 800 m d’altitude et il faut fréquemment franchir des cols9 localement, voire les Pyrénées pour revenir en France !).
Les villages de montagne comme La Alberca sont à une heure de route, les villes comme Valladolid ou Cáceres assez éloignées.

reduc-450

  • C’est un poil montagneux, le différentiel de température étonnant (des journées entre -4° et 22°) et peu de mitage urbain…

Si le réseau routier est en bon état, ça se gâte parfois quand on arrive à destination …au bout du bout de la Sierra.

Disposer d’un véhicule avec une large garde au sol nous a fréquemment tiré d’affaire, que ce soit dans le Queyras, dans les Marches en Italie et, bien entendu, au Portugal comme en Espagne.

Un jour la fin du voyage

Tout ceci prendra fin un de ces quatre.
Le jour où nous cesserons de nous balader, nous larguerons sans regrets la voiture.
Sauf que celle-ci aurait été utilisée, usée et connaîtra (…sauf accident) un nouveau propriétaire.

En attendant, ce Jeep devrait pouvoir effectuer — avec parcimonie — 150 000 kilomètres de plus (…nous, peut-être pas…!) et nous permettre de retourner en Italie, en Espagne mais aussi nous balader dans les Cévennes, etc.

Certes, c’est un choix que l’on peut contester, dénigrer mais c’est le notre.

Maintenant, libre à vous de me caser dans la catégorie des abomifreux pas écolos (…or, ça se discute, vous avez quelques arguments ici et là4), voire carrément cesser de lire Urbanbike… le (très) mal nommé du coup !


  1. Passage pour piétons en France 

  2. Nous ne nous sommes pas trouvés sous un épisode Cévenol cette année mais le souvenir de la A86 impraticable (nous étions les seuls sur la route à circuler sur la pente entre Vélizy et Versailles) pour cause de neige. Ou, vers Uzerche, la mémoire d’un passage de grêle inattendu associée à la pluie verglaçante. Ce sont des moments où l’on apprécie d’avoir conservé un méchant SUV. Et d’être arrivés à bon port. 

  3. urbanbike | Garder sa vieille voiture ? 

  4. urbanbike | Sortir du Diesel, de l’essence, du plastique, oui… 

  5. c’est mon côté facétieux… Une Tesla Model 3 générerait-elle plus de CO2 qu’une Mercedes diesel ? 

  6. De l’avantage de pouvoir faire ses courses avec un sac à dos et à pied. Ou un simple vélo avec un panier. 

  7. Pour mémoire, on peut être conducteur de SUV et ne pas se conduire comme un beauf. Si, si. 

  8. quitte à choisir, un modèle haut de gamme d’occasion vous permet de retrouver des options désormais en standard dans les citadines du jour. Mais à un coût, réparations comprises, nettement inférieur (…okay, sans garantie constructeur, etc.). Sans oublier l’aspect réellement écologique …même si cela peut sembler incompatible à première vue. 

  9. En 2019, des conditions météorologiques pas trop extrêmes contrairement au printemps 2018 ou actuellement mi-novembre. 

le 21/11/2019 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?