Urbanbike

Recherche | mode avancée

Votre activité d’heure en heure sous iOS 11 avec Santé…

Et un poil de recul sur les années passées…

dans dans mon bocal | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Rappel, je suis en mode découverte…

Or donc l’application Santé a été révisée sous iOS 11, c’est ce que j’écrivais ce matin

Sauf que je n’avais pas mentionné un point intéressant… le suivi heure par heure des activités…

reduc-450

  • Eh oui, appuyez totalement à gauche (ici, je reprends les données de juin), puis de cette première semaine (entre mai et juin) et je déroule… Une moyenne 2017 de 9176 pas à l’heure de ces lignes

reduc-450

Ça fonctionne pour d’autres informations comme les étages

reduc-450

  • Bon,tu t’étonnes plus d’être mort de fatigue le soir…

reduc-450

  • Alors que c’est juste un étage de plus en moyenne (11 au lieu de 10) sur l’année…!

reduc-450

  • Toutes ces données sont communiquées par mon seul iPhone… Et rien ne vous empêche de rechercher une journée précise…

reduc-450

  • Mais aussi de remonter sur les trois années passées… (et de voir que ma moyenne monte doucettement…!)

Et accéder que applications acquises mais non présentes dans l’iPhone, comment y-accède on…?

reduc-450

  • Juste appuyer sur votre photo pour accéder aux autres options…! Oui, j’ai cherché quelques minutes…!

À suivre…

le 27/07/2017 à 16:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Passé sous iOS 11, un système en développement…

…fort prometteur

dans dans mon bocal | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Comme strictement plus rien ne me relie à une quelconque activité hormis ce blog, je peux prendre des « risques » (façon un peu outrée de rappeler que la perte de mes données n’aura pas un impact considérable sur le cours de ma vie à ce moment précis…!).
Et donc installé mercredi coup sur coup la beta de iOS 11 sur l’iPad puis, quelques heures après sur l’iPhone.

Bon, je ne peux plus expédier de tweets directement depuis Drafts1 (mon dieu, quel recul !) mais la barre des applications ne se réduit plus à quelques icônes (tiens, mais on dirait macOS…) et je ne galère plus pour placer deux Apps en facing (côte à côte en mode SplitView). La liste des Apps courantes est devenue un truc sympa à activer

reduc-450

  • En trois phases, une App est affichée, il suffit de glisser (1) une autre App sur l’écran, de la fixer (2) puis de lui donner sa place (3). Et bosser…

24 heures après

Moins de 24 heures avec iOS 11 installé sur mes deux écrans, je suis sidéré par la qualité de l’ensemble pour le moment. En résumé, ça fonctionne pour mes usages (modestes vu que c’est avant tout de l’écriture et de la lecture). Je surveille la batterie de mon iPhone mais c’est correct. Côté Apps, c’est variable : Moves part en vrille, Echofon me permet de poster des tweets directement depuis Reeder… Mais le confort est au rendez-vous pour le vieux débris que je suis !

reduc-450

  • J’apprécie cette option qui permet d’éviter de se faire pourrir par des SMS en cours de route (et réponse automatique à moduler)

reduc-450

  • J’apprécie cette disposition que l’on peut nourrir d’autres options (…dont le contrôle des SMS en bagnole évoqué ci-dessus)

Et l’application Santé a été révisée…

reduc-450

  • on peut faire glisser le graphique sur la période souhaitée… Ici, distance…

reduc-450

  • Idem pour les étages montés (un étage égale 3 mètres) ou lire son record (sic…) de nombre de pas (tiens, c’était à Lyon…)

Gaffe si vous avez de véritables activités, la beta est disponible mais pas sans bugs…

À suivre…


  1. j’étais prévenu par le developpeur de cette limite, ce ne fut pas une surprise. 

le 27/07/2017 à 10:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Maudit gazon | La chouette épopée des terrains synthétiques

…des pelouses "pavées" (sic…!) de bonnes attentions !

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ajouter ou rénover un équipement sportif est toujours un plus pour une commune, ça part d’une bonne intention, c’est propice au développement des pratiques sportives, à motiver les gamins en leur offrant des lieux adaptés.

En bord de forêt, à côté d’équipements pour les tout petits, faire en sorte que tous les terrains de foot soient accessibles à ces graines de champions, c’est carrément idyllique !

Le souci de ces nouveaux terrains toujours d’un vert étincelant, c’est qu’il faut souvent s’en approcher avec une pince à linge sur le nez… Un comble parfois dans une ville qui se veut écolo, sans pesticides ou fleurie.

Que de progrès (re sic !)

Je me souviens des terrains de sport de mon enfance, des surfaces que nous partagions avec les taupes, ce qui ne nous empêchaient pas de galoper et même de plonger pour arrêter une action vers les poteaux. Certes, mes genoux ont conservé quelques séquelles mais, en ce temps là, nous étions au grand air, les seules odeurs étaient celles de la nature environnante et de nos corps en sueur.

Les surfaces étaient composées de gazon rustique et de nombreux trous, de légères mottes de terre et de …cailloux.

On jouait sans maillots griffés, sans chaussures de prix et par tous temps.

Le mythe du praticable tous temps

Depuis quelques décennies, d’aucuns ont rêvé de créer des terrains qui resteraient toujours plats, couverts hivers comme étés secs d’une belle herbe verte. Et inaccessible aux taupes. Des terrains faciles d’entretien avec des marquages permanents.

Ce fut le début des terrains stabilisés, drainés.

Et puis, un jour, un gars plus malin a fait le lien entre les besoins des clubs, celui d’avoir des terrains facilement praticables, et ces montagnes de vieux pneus à faire disparaître. De belles surfaces plates et la possibilité de recycler du caoutchouc, astucieuse idée reconnaissons le.

Cela porte un nom sympathique : valorisation.

Mais l’est-elle véritablement ?

En octobre 2016, j’avais écrit ceci : urbanbike | Jouer sur un terrain sans bosses ni trous, génial ?, billet qui se terminait pas un Bref, attendons…

Ces derniers mois, même au plus fort de la saison froide, comme une odeur (!!!) qui plane en permanence au dessus des terrains. Certains, généralement des fumeurs, y sont insensibles.

Et puis, il y a eu cette période de canicule. Avec des ressentis à près de 38°, un peu l’impression de circuler dans un dépôt pétrolier.

Résumons, une odeur (encore plus) épouvantable, des sols brûlants (…ce n’est pas de l’herbe même si ça y ressemble) qui chauffent les semelles des joueurs comme celles des arbitres, une poudre noire1 qui s’infiltre partout. Et des surfaces souvent glissantes râpant la couenne des joueurs qui ont la malchance de chuter.

Dans mon coin, Le terrain de rugby est resté en herbe mais c’est bien le seul, les autres surfaces sont orientées foot même si d’aucuns s’entraînent à l’ovalie …avec précaution.

Synthétique rime avec sain…?

Côté hygiène, c’est pas trop ça : autant l’herbe naturelle et le sol en terre va assimiler les fientes d’oiseaux et les crachats des joueurs, leur sueur, autant une surface synthétique conserve tout…

Côté coût, la recette financière miraculeuse (…absence d’entretien, moins de personnel, durée exceptionnelle dans le temps, absence d’arrosage et de tonte…) semble se dégonfler à l’analyse…! Bref, le bilan ne semblerait pas aussi miraculeux qu’annoncé.

Côté écologique, c’est encore moins terrible : une fois en fin de vie, le revêtement est retiré et mis en décharge, donc continue à polluer, à se dégrader, sentir mauvais…

Mais il y a une donnée sur laquelle personne ne communique, c’est l’aspect sanitaire.

Quid des mômes qui jouent sur ces émanations ?

Bien entendu, il est trop tôt disent les fabricants. Faudra juste nous expliquer pourquoi les pays qui ont été parmi les premiers à en installer cessent de le faire.

Sans alimenter la rumeur (quoi que), ces dégagements de substances pas très naturelles respirées2 par des gamins qui se donnent à fond dans leurs engagements ne sera peut-être pas sans conséquences. Mais elle sert pour le moment nombre d’intérêts qui n’ont pas trop envie que l’on vienne y mettre notre nez (!!).

Pour le moment, il est clair que les simples spectateurs des entraînements de leurs progénitures peuvent le noter, être sur le bord du terrain n’a rien de très agréable…

L’élu venu inaugurer le terrain au printemps devrait peut-être y revenir quelques mois après pour constater que l’odeur n’était pas que celle du neuf à la réception de l’ouvrage, que ça pue, ça empeste, ça cogne, ça fouette, ça schlingue

Qu’en pleine canicule, les spectateurs comme les joueurs n’étaient pas loin du malaise. Mais que personne n’en parle parce que tout le monde est content d’avoir un joli terrain tout neuf, que les symptômes ressentis sont assurément dus à …autre chose, CQFD.

Bref, c’est à nous de réfléchir, de cesser d’être dans l’émotion pour remettre du bon sens au centre des discussions et de nous interroger sur cet arbre qui cache, qui sait, une forêt3 d’intérêts.

Heureusement, toutes ces installations se font sous la protection de dossiers d’homologation, de rapports d’experts, de tests en laboratoire… Où avais-je la tête…

Quizz

Un terrain en vraie herbe est caché dans l’une de ces deux photos, es-tu capable de l’identifier (nous avons laissé un minuscule indice pour jouer avec nous…!)

reduc-450

reduc-450

Quelques vues avant la mise en oeuvre du terrain…

Bien entendu, pas de camions de terre meuble mais des semi-remorques qui apportent des tas de trucs rigolos…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Certaines mentions sur les fûts expliquent pourquoi tous ces produits sont protégés par un grillage…

reduc-450

  • Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir…?

reduc-450

  • Je ne vois rien que le terrain qui poudroie, et l’herbe qui verdoie. (variante du conte La Barbe bleue, XXI° siècle juste avant la sixième extinction)

Plus de lecture ?

En vrac…

Je copie/colle cette info… En Europe du Nord, selon les pays, les pertes de granules pendant l’utilisation des terrains de football entraînent des rechargements annuels de l’ordre de 500 à 1900 tonnes.
Une paille…

La police italienne connaît bien ces pratiques consistant à se débarrasser à bas coût des détritus toxiques. La mafia napolitaine, la Camorra, s’est longtemps fait une spécialité de leur évacuation vers des décharges sauvages ou de lointains dépotoirs. Mais les experts que L’Express a interrogés sur place sont formels : l’Italie n’a pas le monopole de ces pratiques. Ainsi, l’ONG locale Legambiente assure que le port européen d’où partent le plus de déchets interdits est non pas italien, mais néerlandais (Rotterdam).
“Les enquêtes judiciaires prouvent que c’est un problème mondial, confirme le général Sergio Costa, spécialiste de ces questions à Naples. Je songe à la Corne de l’Afrique, à la Chine, aux Balkans, aux décharges douteuses de Roumanie ou d’Ukraine. Il faudrait uniformiser le droit international. Regardez au niveau européen : nous n’avons pas tous la même définition du crime organisé ! Or c’est essentiel.”

Bref, tout va bien… N’oubliez pas de respirer à pleins poumons…


  1. Broyés, les pneus donnent cette fameuse « poudrette de caoutchouc » aux propriétés drainantes. Ces granules et les micro-plastiques sont emportés par les usagers via leurs vêtements, chaussures et sacs de sport et ils peuvent entrer dans le système de collecte des eaux usées pendant leur nettoyage. Ah ah ah ! 

  2. je vous remets ce lien pour mémoire : Le nez : porte ouverte sur le cerveau pour pathogènes… et médicaments ! 

  3. je vous renvoie à cette lecture… urbanbike | Document | Gomorra 

le 26/07/2017 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Drafts + Stylus en place de Nebo sous iOS

Ça tourne sous iPhone, iPad et ça n’a pas besoin d’un Apple Pencil

dans dans mon bocal | écrire | signé regis | typo | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Préalable : je suis fasciné par la qualité de la reconnaissance de mon écriture effectuée par MyScript Nebo – Prise de note pour Apple Pencil. Je l’ai écrit quelques fois sur urbanbike. Mais plus au point de me fatiguer les yeux (…euphémisme) sur un fond trop lumineux (absence d’un mode Nuit).
Ensuite, même si je dispose d’un Apple Pencil, j’apprécie de pourvoir écrire avec un simple stylet qui n’a pas besoin d’être rechargé, qui peut tomber par terre sans que cela me donne des palpitations et, mieux, qui ne roule pas sur quelques mètres (bon, j’exagère !).

Certes, nous attendons tous une version 2 de MyScript Stylus - Handwriting Keyboard depuis (…je vais éviter de compter, préférant me souvenir que cette remarquable application est gratuite et qu’une nouvelle version payante serait même justifiée…).

Mais, à un moment, il faut cesser de passer d’un dispositif à un autre, écrire sans parsemer ses bouts de texte ci et là.

Mes vieux lecteurs savent déjà où je vais en venir, évoquer Drafts - Quickly Capture Notes, Share Anywhere!. Et ils ont raison, cette application me permettant de distribuer mes textes vers DropBox, Ulysses, Day One après avoir rédigé mes notes dans cet éditeur Markdown.

Bref, tant pis, je préfère une application plus rustique qui répond mieux à mes besoins que d’utiliser un Nebo de compétition ultra puissant mais auquel manque nombre d’elements de confort pour le vieux scribouilleur que je suis devenu !

Alors, en attendant une version plus confortable, voire une version 2 de Stylus, j’utilise cet attelage bricolé qui a le mérite d’être opérationnel et de ménager mes yeux fatigués par 35 années d’utilisation d’écrans divers et variés.

La seule solution serait de cesser temporairement d’en utiliser et d’aller marcher en regardant au loin !

En attendant que les développeurs ajoutent les options qui nous sont chères, c’est mon rustique Drafts qui fait le boulot avec son fond noir et le support complice de Stylus !

Ce billet est un ajout à celui d’hier, urbanbike | Vacances : reprendre le stylet, faire des lignes d’écriture…!

Rien à ajouter !

reduc-450

Note de fin : Comme mes yeux sont fatigués, je m’interroge. Est-ce que cela me fatigue moins d’écrire à la main sur du papier que sur l’écran ? Le crayon délivre des “gris” et et ceci est reposant. Or, comme il n’existe pas d’application pour reconnaître mon écriture manuscrite à partir du papier, que les dispositifs OCR pour reconnaitre des caractères d’imprimerie sont assez légers, la seule alternative qui fonctionne en ce qui me concerne est alors de revenir au crayon / bloc de papier puis… dicter ! Dans Drafts…!

le 25/07/2017 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Vacances : reprendre le stylet, faire des lignes d’écriture…!

Indispensable, bon pour la souplesse de votre main et de votre poignet

dans dans mon bocal | écrire | typo | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Alors, oui, j’écris souvent pour améliorer ma calligraphie au stylet1 sur l’écran du iPad !

Je me suis rendu compte que je prenais trop souvent des raccourcis2 graphiques (sic !), que nombre de mes gestes dès lors que j’écris à la main sont insuffisamment précis ! Or, à écrire débraillé, MyScript Stylus - Handwriting Keyboard perd parfois pied à me comprendre !

Seul remède à ce relâchement, se reprendre et écrire lisiblement ! Mais pas uniquement !

il m’est devenu essentiel de prendre le temps de valider la bonne interprétation dans l’une des trois cases prédictives au-dessus de la zone de dessin, opération que je néglige depuis une bonne année.

Alors peut-être que je me plante mais cette validation de ma calligraphie améliore, me semble-il, le taux de reconnaissance de ma prose dessinée à la pointe de mon stylet et c’est bien du confort.

Ensuite, cette validation a un autre objectif : éviter que l’application repasse derrière mon dos et corrige – à mon insu – ce que j’ai écrit puis visualisé du coin de l’œil comme correctement décrypté.

Or, quelques secondes après, c’est comme si un méchant troll repassait et modifiait sournoisement ce qui était encore à l’écran !

L’explication tient au fait que je n’ai pas fait de choix pour l’une des propositions, même si la bonne était affichée. Mon absence de validation conduit l’application à s’interroger – avec retard – sur ce que j’ai dessiné. Gag !

Du coup, le seul moyen, la seule méthode est – me semble-il – de valider régulièrement ce qui dessiné, comme pour entraîner l’application à la reconnaissance de ma graphie – que j’ai parfois du mal à comprendre moi-même, c’est dire – et m’éviter, en retour, des crises d’agacement en relisant le texte corrigé par la suite !

Une validation mot à mot, parfois lettre à lettre, est nécessaire mais cela ne semble bien plus rapide que la frappe au clavier dans mon cas. Je suis dyslexique et cela ne s’arrange pas sur le tard.

Je peux écrire nettement plus longtemps sans me retrouver aprés coup avec des passages illisibles …voire totalement incompréhensibles.

Attention, si dans les trois cases prédictives vous ne retrouvez pas ce que vous avez écrit, c’est la preuve qu’il est temps de faire un effort pour vous remettre à écrire “correctement”.

J’insiste : ce n’est pas exclusivement à l’application de faire le travail de reconnaitre votre écriture, c’est également à vous de faire l’effort d’améliorer votre calligraphie !

Enfin, l’accentuation est capitale pour aider l’application à faire du bon boulot même si nombre des mots dessinés seront proposés avec la bonne accentuation.

Certes, cet effort peut sembler lourd mais offre de sacrés “plus” sur le long terme et va également vous conduire à faire de plus beaux dessins, former de plus belles lettres …surtout si vous liez votre écriture.

Souvenez-vous qu’il suffit de biffer ce que vous avez écrit, voire réécrire par-dessus.

Au bout de quelques temps, le gain de temps est impressionnant. Mais il faut s’accrocher, faire un réel effort.

Corollaire : si vous devez écrire quelques lignes au crayon, stylo, bic sur une feuille de papier, vous allez vous rendre compte que vous pouvez passer cette épreuve haut la main !

Or c’est la question : avez-vous envie de faire cet effort ?

reduc-450

Je lis en ce moment un livre de Claude Duneton, l’auteur du Bouquet des expressions imagées. Il avait écrit en 1999 un court ouvrage, La mort du français et j’en extrais ces quelques lignes.

Il faudrait parler ici de la calligraphie, de la disponibilité du corps qu’elle suppose, de la concentration d’esprit qu’elle exige, du temps – du temps surtout – qu’elle nécessite pour le contrôle de chaque geste en détail, et de la respiration que cela implique. La calligraphie fait appel à des vertus humaines qui sont très exactement l’inverse de celles que requiert par exemple la télévision.
[…]
Télévision ou pas, vous ne pouvez pas demander à un enfant actuel, de six à huit ans, de se livrer à la calligraphie : il n’en n’aura ni la patience élémentaire, ni le rythme, ni la concentration, ni l’endurance, ni l’humilité, ni absolument aucune des qualités indispensables à l’exécution de ces travaux de type obsessionnel.


  1. cf. urbanbike | Bamboo Solo Wacom en main 

  2. Euphémisme pour expliquer que j’écris comme un porc. 

le 24/07/2017 à 16:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Dépasser les tweets de 140 signes avec Echofon Pro sur iOS

Des tweets plus longs via une astuce spécifique à cet éditeur

dans dans mon bocal | écrire | grospod | groummphh
par Jean-Christophe Courte

C’est en tombant sur un tweet1 de @christophevogt que j’ai vu un lien vers tmi.me et découvre la suite du long tweet de ce contributeur sur le web…

Bref, de fil en aiguille, j’ai rechargé ma vieille version de Echofon Pro for Twitter sur mon iPhone. Notez que la licence est reconnue après six ans de non utilisation… Chapeau.

reduc-450

Ahhhhhh…!

Lire le début d’un tweet puis la suite sur un serveur dédié pour des développements textuels de grande ampleur, bien au-delà des sempiternels 140 signes est une option fort intéressante pour ceux qui ont besoin de place pour s’exprimer.

reduc-450

Cela se passe dans la version Pro (iOS, j’insiste) et c’est une option à cocher… Je dépasse de 201 signes et pas de problèmes…

Superbe… à la condition de ne pas en abuser, selon moi. Car rester dans le format de Twitter n’est pas désagréable le reste du temps !

Pour ma part, j’ai quasiment laissé de coté “Mastodon” et attends patiemment que Twitter augmente le nombre de caractères disponible, ajoute en sus le balisage Markdown. Mieux, nous permette “dans les 5 minutes” de corriger les erreurs de frappe dans un tweet.

Pour mémoire, c’est un point en faveur de Instagram (si, si !) que j’apprécie quotidiennement (correction différée en plus de du nombre de signes pour rédiger).

Attention : il me semble que la version Mac, non mise à jour depuis 2015, ne le permette pas …alors que la version iOS révisée en juillet 2017 le fait, CQFD, sur iPhone et iPad sinon j’en causerais pas !


  1. rendre à César, etc. 

le 22/07/2017 à 20:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Allergies | 6

Chacun ses séries !

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Après les huiles essentielles dans le chocolat, les poires crues, les fromages à pâte cuite, les pollens, le miel non cuit, le poivron cru, les sulfites dans le vin et j’en oublie, découverte de ces dernières semaines (…et tests réguliers pour cerner l’intolérance…) que je pouvais ajouter à cette liste les… tomates crues.

Bon, tant que je peux grignoter du chocolat noir, des fruits frais (hors poires), du fromage de chèvre, des yaourts, manger des pâtes et des œufs, ça va. Et un verre de pinot rouge bio.

Mais trente minutes après le repas, paf, plexus hyper douloureux, entre autres. Notez que cuites, ça passe très bien comme le miel, le fromage ou encore les poivrons ou les poires.

  • Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre…!

le 21/07/2017 à 21:21 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?