Urbanbike

Recherche | mode avancée

Ajouter une typo dans Drafts (ou Pages, etc.) sous iOS

Avec AnyFont et la gestion de Profils

dans dans mon bocal | écrire | lire | typo | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Billet non urgent rédigé par strates successives…!

La plupart des traitements de texte sous iOS possèdent leur propre collection de polices de caractères et charge à l’utilisateur de puiser dans cette dernière pour choisir sa typo de labeur… Mais difficile de s’écarter de leur choix restreint.

Certaines applications réduisent cette collection à une ou deux typos, décision murement réfléchie pour iA Writer et choix qui s’avère excellent.

Enfin, d’autres traitements de texte permettent depuis longtemps de personnaliser en ajoutant une nouvelle typo. C’est le cas de …Pages mais aussi de Drafts

Je pense que nombre de personnes qui écrivent sur des sites autour de l’univers d’Apple finissent par avoir les mêmes idées (!!) et j’ai été amusé de lire, à la suite des dernières options offertes par iA Writer, un chouette billet de Federico1 qui rappelle l’existence de IBM Type - Design et sa typo Plex que j’avais évoquée sur Twitter il y a une quinzaine de jours…

AnyFont propose une approche intéressante en permettant d’intégrer un jeu de polices à celles du système. Et, du coup, de permettre aux applications qui font appel aux fortes système d’étendre leurs options. Attention, ce n’est pas gagné à chaque fois. Si Ulysses le permet comme feu Daedalus touch — relire urbanbike | Typo et Daedalus touch | 3 et les deux billets précédents… — , ce n’est pas le cas de Byword ou de Editorial par exemple.

Rappel : je suis un utilisateur quotidien de Drafts mais j’étais un peu lassé de la typo Menlo …que j’apprécie, certes. Or, avec l’âge, j’ai besoin de modifier ma typo de labeur sur ma version de Drafts: Quick Capture sur mes écrans sous iOS. Bref, d’avoir une typo moins light (ou plus contrastée) pour écrire.

Mais comment l’installer ? C’est ici que rentre en scène AnyFont.

Installation pour Drafts

En utilisant le système des signatures (des profils), AnyFont offre une approche originale pour installer des typos supplémentaires tant sur un iPad que sur un iPhone.

Installer un profil

reduc-450

  • À gauche | Dans la liste repérer la typo à installer. Pour mémoire, un set dans Drafts supporte trois graisses… Normal, italique et gras… Mais ce gras peut être plus ou moins gras, de medium à black, le normal un light, voir un thin, etc. Mais il vous faudra choisir en fonction du type de contraste visuel que vous recherchez…
  • À droite | Si vous avez tapoté sur une fonte vous arrivez sur ce panneau… Poursuivez en tapotant à nouveau…

reduc-450

  • À gauche | Comme on réalise quand même une opération délicate, l’app se pare de tas d’avertissements…
  • À droite | Puis affiche ce qu’elle va réaliser, c’est)à-dire installer un Profil

reduc-450

  • À gauche | Là, c’est vous qui intervenez et les 6 chiffres de votre code sont nécessaires…
  • À droite | je vous l’ai dit, c’est truffé d’avertissements…

reduc-450

  • À gauche | Un dernier avertissement car le profil n’est pas signé (Ceux de la béta d’Apple le sont)
  • À droite | La dernière étape franchie, le Profil est installé et vous pouvez revenir immédiatement dans AnyFont pour installer une nouvelle graisse…

Mais d’où viennent les typos…?

Soit vous achetez un set chez AnyFont, soit vous vous expédiez un .zip de vos propres typos .ttf ou .otf (en évitant qu’il y ait un second point (.) dans le nom de fichier .zip…).

reduc-450

  • À gauche | Il suffit d’ouvrir le fichier lié à un Mail dans l’app…
  • À droite | et hop…

Supprimer un Profil (et donc une typo)

Facile…

reduc-450

  • À gauche | Rendez-vous dans Général…
  • À droite | Puis dans Profils…

reduc-450

  • À gauche | Choisissez la typo à supprimer (notez que l’on cause de fichiers .ttf ou .otf)
  • À droite | Puis validez…

Et dans Drafts, comment ça se passe…?

C’est même l’objet de ce billet, hein…!

reduc-450

  • À gauche | J’étais très Menlo
  • À droite | J’ai testé à IBM Plex Sans

reduc-450

  • À gauche | Avant de passer à IBM Plex Mono
  • À droite | Illustration de ce qui a été dit plus haut avec la Forza… Si vous installez un gras… Black, le contraste sera plus élevé, CQFD.

Bref, réfléchissez et souvenez vous qu’il s’agit du confort de vos yeux pour écrire, pas de suivre telle ou telle recommandation… Faites-vous plaisir et n’hésitez pas à changer…

Gaffe et sans aucune garantie de ma part comme d’habitude…!

le 26/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

La fille pas sympa | parcours d’une jeune autiste

Un premier livre de Julia March… lu par ma fille

dans autisme | dans mon bocal | lire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai entendu Julia dans l’excellente émission la tête au carré. Elle était interviewée par Mathieu Vidard et ce fut un échange tellement sympa qu’a la fin du PodCast1 (j’écoute la radio en différé la nuit pour reposer mes yeux), j’ai filé sur iBooks pour acquérir le livre2

Le lendemain matin, je l’ai déposé sur l’iPad de ma fille en pensant que cela allait l’intéresser. Première réaction… “mais j’ai rien à voir avec elle…” une habitude pour ceux qui le sont d’éviter de s’identifier…

Et puis ma fille l’a entièrement lu en quelques jours (elle fait d’abord passer ses études3 avant tout) mais m’en livrait des passages qui l’avait marquée chaque matin. Et pour cause, quelques ressentis communs.

Aussi, je lui ai demandé de m’écrire un résumé, ce qu’elle a fait après que je l’ai entendue exploser de rire en finissant ce livre.

Je copie colle…


Je suis aux anges

Je viens de lire le livre de Julia March, membre de la grande communauté des autislandais4, qui s’appelle La jeune fille pas sympa.

Née dans une famille dont les parents se sont convertis aux Témoins de Jehovah, elle a endurée toute son enfance les critiques et la violence de parents instables.

Elle a subi plusieurs déménagements en Espagne, entre 8 et 21 ans, le comble pour quelqu’un qui ne trouve la paix que dans la routine et tout cela pour que ses parents se retrouvent dans une nouvelle communauté de témoins de Jéhovah.

Julia March avait pensé pendant plusieurs années que ses différences se devaient à son appartenance à ladite communauté, jusqu’à ce que, une fois déménagée à Paris, elle se rende compte que ses différences continuaient.

Après avoir commencé une LLCER (Littérature Langue et Culture Étrangère ou Régionale) espagnol à La Sorbonne, épuisée, elle déménage à Nantes dans la plus grande précarité.

À ce moment-là, sur les conseils de sa nouvelle amie Julie Dachez5, elle se tourne vers un psychiatre qui lui diagnostique un autisme asperger.

Enfin… la révélation !

Une RQTH (Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé) et une AAH (Allocation Aide Handicap) plus tard, la voici prof d’espagnol dans un collège nantais.

Comme quoi, on peut être autiste et s’en sortir.

En conclusion, chers neurotypiques, comme disait cette ambassadrice du pays des autistes : « il faudrait vous faire à l’idée que nos intérêts spécifiques nous passionnent plus que votre petite personne ».


Un chouette témoignage de l’intérieur

Voilà, c’est du brut de fonderie de ma fille mais vous vous doutez que j’ai lu en partie ce même ouvrage (vive le format ePub) sur mon propre iPhone. Sauf que je n’ai pas été assez rapide…!

J’en suis au chapitre 6 mais je peux extraire deux longues citations qui leur sont communes…

Celle-ci…

Bien qu’en apparence autonome, j’étais curieuse et j’aimais apprendre de nouvelles choses. Si on m’avait proposé d’aller régulièrement à la bibliothèque, si on m’avait proposé d’apprendre à faire de la poterie ou de la peinture, en somme des activités solitaires mais qui exigeaient d’apprendre de nouvelles techniques et faire preuve de discipline avant d’être ensuite félicitée pour les progrès réalisés, j’en aurais été ravie.

Un gamin autiste est curieux de tout et dépasse (très, trop…!) souvent celui qui lui enseigne quelque chose…! J’ai ainsi laissé dans les mains de la mienne de coûteux cailloux — urbanbike | De la douceur dans les pixels — qu’elle emploie différemment de moi, voire avec nettement plus de talent…

Et puis cette autre car ma fille est…

Ils avaient (note : elle parle ici de sa famille paternelle) d’ailleurs eu de drôles de principes concernant les petites filles.
Ne pas se salir en jouant – comment aurais-je été censée faire alors que je passais mon temps à tomber par terre ?
Ne pas grimper aux arbres – pardon ? Il m’avait semblé que les arbres étaient faits pour cela, pour que les enfants y grimpent et y construisent des cabanes !
Porter de belles robes à frous-frous. Cette manie de m’engoncer dans une robe inconfortable et m’empêchant de jouer à mon aise m’avait tout particulièrement exaspérée, mais mon entêtement avait eu raison de leurs principes.
À cette époque de mon existence, on ne pouvait m’habiller autrement qu’avec des caleçons, aussi appelés leggins, et cette pièce reste aujourd’hui la préférée de ma garde-robe.

Héhé !

Bref, un régal tant pour mieux comprendre les autistes que suivre une trajectoire étonnante — là, c’est moi qui me suis retrouvé dans les délires sectaires de ma propre enfance — contée avec humour…

Je vous laisse, j’ai encore 34 chapitres à lire…! Sans oublier un autre livre que ma fille a déjà lu… Chaque mot est un oiseau à qui l’on apprend à chanter de Daniel Tammet

Bon week-end…

reduc-450


  1. Le club des têtes au carré - La tête au carré via Castro 2 

  2. Oui, j’achète au format ePub de préférence : La fille pas sympa 

  3. urbanbike | Rester blindé en toutes circonstances 

  4. Cf. Autislande dont il faudrait bien que l’on reprenne quelques pages… 

  5. lire urbanbike | La différence invisible 

le 25/11/2017 à 12:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le retour de NoFinder… Streetgraphy sous iOS

Images volées ou images à la volée !? Et couleur ou noir et blanc, CQFD…

dans dans mon bocal | grospod | photographie | usages | voir | zen
par Jean-Christophe Courte

Rappel des épisodes précédents : Apple avait fini par interdire la mise à jour de NoFinder car un responsable de la validation trouvait1 (sic…!) que cela devenait un appareil photo espion… Non, mais sans blagues ?

Heureusement, Toshihiko Tambo, le developpeur de l’excellent Provoke Camera a fini par faire accepter une nouvelle version de son application, une version avec un micro viseur et, du coup, cette app remplace NoFinder mais avec un nouveau nom, Streetgraphy Camera, puisqu’il y a …un viseur…

reduc-450

  • Un simple appui sur le i en bas d’écran… et Hop. Eu autre sur les engrenages pour accéder aux préférences et…

Car si l’app a gagnée en performances, elle peut débrayer le viseur

reduc-450

  • À gauche | Choix des rendus et des optiques (rendu d’optique, pas encore d’usage du télé…)
  • À droite | Les options à modifier pour msquer le viseur, accéder à la localisation, changer la couleur du bouton, afficher ou non le résultat de la prise de vu, son masquage au bout d’un instant…

reduc-450

  • Et ses trois options/sets (bon, je ne fait que du noir et blanc contrasté…). Et sans viseur…

reduc-450

  • Ce matin en poussant mon caddie…

Bref, très, très chouette retour sur mon iPhone…
Ok, pas de double optique, et des images enregistrées en JPG.
Mais, elle est pas belle la vie…?

Note de fin : jettez un oeil dans les Réglages pour ajouter le nom du photographe et un copyright ainsi que modifier l’usage du déclencheur… en appuyant ou en relâchant…

Merci à Christophe pour m’avoir signalé la mise à jour…

le 21/11/2017 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Par petites notes avec ia Writer 5 sous iOS

Écrire par fragments sur iPhone, illustration…

dans dans mon bocal | écrire | grospod | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Si d’autres applications Markdown ont poussé le concept assez loin, il n’est pas inutile de rappeler que des apps iOS comme ia Writer permettent aussi bien et sans un abonnement excessif de prendre des notes pour les organiser après coup sans difficulté.

iA Writer vient de sortir en version 5, j’avais rapidement rédigé quelques billets sur la beta1 auxquels vous pouvez également vous référer.

Ici, une série de copies d’écrans réalisées dans ma voiture en stationnement (ma vie est passionnante) puis (si, si…!) puis liées par un texte finalisé (encore) dans ma voiture en attendant ma passagère !
Je file faire un ping-pong entre deux averses…

Bien nommer chaque fragment

Une bonne pratique est d’utiliser astucieusement la première ligne de chaque note pour nommer le fragment que vous allez rédiger individuellement…

…bien entendu, chaque titre de note peut être modifié mais placer les bons mots clés ou la bonne formulation d’emblée est un gain de temps certain…

reduc-450

Une fois la note disposant de sa première ligne devenue le nom du fichier, rien ne vous empêche de supprimer cette première ligne…!

En effet le nom de fichier demeure, CQFD.

reduc-450

Une recherche subtile

Cette nouvelle version de ia Writer possède une fonction de recherche à deux niveaux :

reduc-450

  • une recherche pour accéder à un autre fichier en recherchant un mot clé, tous les fichiers créés par ia Writer sont alors filtrés à la recherche de la chaîne de caractères.
  • une recherche remplacement dans la note ou fichier ouvert… en ce cas, un appui long permettra d’accéder à cette action.

reduc-450

Je ne vous fais pas un dessin, c’est efficace.

Assembler les notes

Que faire ensuite de cette myriade de petites notes, fragments !? J’en avais parlé récemment dans quelques billets publiés ici2 mais je préfère revenir à grands traits dessus.

Les assembler en un seul contenu via une page qui contiendra tous les liens vers ces différentes notes.

reduc-450

Cela peut sembler compliqué mais s’avère assez simple à l’usage d’autant qu’il est facile de créer des liens via une icône dans la barre additionnelle (…qui occupe désormais l’espace du clavier masqué).

reduc-450

Le lien apparaît en clair avec le nom du fichier. D’où l’importance du nomage en amont !

Une prévisualisation avec des modèles différents

Une fois tous les liens ajoutés, les notes liées, il suffit de rester dans ce document maître pour prévisualiser le tout…!

reduc-450

Différents modèles sont disponibles.

reduc-450

Mais il peut manquer une table des matières.

Un sommaire automatique

Comme ia Writer se base sur les dernières avancées de MultiMarkdown, la fameuse balise TOC peut être employée pour créer un sommaire dès lors que les niveaux sont bien hiérarchisés (attention : pas de trous dans la hiérarchie, pas de passage d’un niveau 2 à un niveau 4 par exemple).

reduc-450

Des fonctions à revisiter…

ia Writer offre des accès plus simples à nombre de fonctions pratiques

reduc-450

Pour s’aider à écrire, changer la taille de la typo

reduc-450

Mais le must est de disposer d’une fonction de Versioning qui permet de revenir (certes, note par note) à une version précédente de chaque note)

Un clavier à ses doigts

Avec cette disposition qui occupe la place du clavier, à vous de disposer vos touches de fonction comme vous le souhaitez. Celles de mes copies d’écran correspondent à ma disposition et non celle par défaut…

reduc-450

Changement d’affectation aisé d’une touche, ici pour atteindre la fin du document affiché (comme c’est un assemblage de notes, on agit fragment par fragment)

reduc-450

Et, bien sûr, tout changement est immédiatement opérationnel

reduc-450

Exports tous azimuts…

Même si ia Writer ne propose pas d’export au format ePub, les options sont larges…

reduc-450

PDF, bien entendu avec la maquette de votre choix…

reduc-450

Ou export de tout l’assemblage de fragments au format Markdown en une seule fois vers Drafts par exemple…

reduc-450

Bref, souple, subtil et mise à jour de 4 vers 5 sans supplément de prix…

Bravo les développeurs…!


  1. Relire urbanbike | Version 5 en vue | coup d’oeil sur la beta de iA Writer iOS et urbanbike | Version 5 en vue | coup d’oeil sur la beta de iA Writer iOS | 2 

  2. Revisiter comment ça se passe dans iA Writer, le principe est le même globalement même si plus agréable sous cette version 5… urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer, urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer | 2, [urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer | 3](https://urbanbike.com/index.php/site/enchainer-vos-fichiers-avec-ia- 

le 10/11/2017 à 15:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Editorial, iOS et moi !

Toujours intéressant de redécouvrir une app après un bref éloignement de quelques mois

dans dans mon bocal | écrire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce dernier semestre, je l’ai passé avec Drafts 4 et Day One, totalement en rogne vis à vis de Ulysses et de son abonnement estival, testant la dernière mouture de ia Writer mais oubliant, pour le coup, de revenir de temps à autre sur Editorial.

Non pas que l’application ait été oubliée, je m’en sers régulièrement au format TaskPaper mais nettement moins en mode traitement de texte.

En rédigeant la dernière mouture de urbanbike | Usages | Sac à dos et iPhone | mes apps en voyage, j’ai remis mes doigts dessus et me suis souvenu pourquoi j’avais longtemps plébiscité cette application. Je l’avais abandonnée quand le developpeur avait laissé une limite au nombre de fichiers accessibles sous DropBox. Même s’il avait réagi très vite et corrigé, j’étais passé à autre chose puis revenu à nouveau à Drafts.

On ne rit pas mais j’ai également redécouvert nombre de workflows que j’avais modifié, la série d’icônes en haut de la version iPad soigneusement organisée pour doubler la barre additionnelle spécialisée de Editorial, les snippets, etc. Et, en mode saisie, l’élégance de la feuille de style qui évite quasiment de passer par la prévisualisation.

reduc-450

  • Prévisualisation accessible par un simple glissé vers la gauche puis retour par un simple glissé vers la droite…
    Notez l’ergonomie de la page de saisie avec sa rangée d’actions en haut et, dans la preview, le fait de disposer d’autres onglets dont l’accès à des pages internet…

Il faut dire aussi que Editorial et Drafts sont deux applications à la philosophie proche. Certes, aux workflows (actions) non identiques en terme de logique mais ce sont deux outils redoutables pour qui les approche. Complémentaires est bien le mot qui s’impose.

Mais ce qui est intéressant est qu’ils peuvent aisément s’envoyer comme dans une partie de ping-pong un texte balisé en Markdown et laisser au rédacteur préférer saisir ses notes en base de pages sur l’un et ses ancres sur l’autre, etc.

Bon, les rédacteurs moins téméraires peuvent se rabattre sur ia Writer qui arrive en version 5 ou encore sur Ulysses qui reste un excellent outil avec sa gestion de feuillets.

Mais il n’est pas incongru de réfléchir à Drafts ou à Editorial. De plus, si vous êtes auteur de scénarios, Editorial supporte certes Markdown et TaskPaper, CSS, JavaScript, HTML, texte pure mais surtout le format Fountain, parfait1 pour gérer dialogues et nombreux personnages de l’intrigue sur un iPad ou un iPhone…!

Bref, il est clair que Editorial est déconcertant (possède so, propre navigateur) mais si vous êtes curieux, voire un peu aventureux, il mérite toute votre attention.

Editorial ne supporte pas iCloud mais uniquement DropBox, ce qui le rend intéressant en complément de… Drafts qui, lui, synchronise dans iCloud mais exporte vers DropBox. Je vous laisse imaginer les options.

reduc-450

  • Complémentaires vous dis-je… Notez que la liste des actions est de mon fait, que chacun peut y mettre ce qu’il veut, que Editorial supporte TextExpander, etc.

Editorial : uniquement sous iOS (iPhone et iPad)

le 08/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Sac à dos et iPhone | mes apps en voyage

TL!DR | Se balader encore plus léger…!

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Comme écrit dimanche sur Twitter après avoir lu celui-ci, troisième mise à jour1 avec un titre (un peu) plus clair…

Avertissement : ce qui suit s’appuie sur des billets dispersés (!!) dans urbanbike et, pour l’essentiel, sur nos dernières balades2.
Bref, ce qui suit se base – à grands traits – sur la liste des apps qui stationnent sur les trois premiers écrans de mon propre iPhone 7 plus (…pas changé de précieux malgré les sorties du 8 plus et du X), à portée immédiate de mes gros maladoigts…!
Cela ne sous-entend pas que les autres applications reléguées sur les écrans suivants3 ne servent pas, elles sont seulement moins sollicitées. Ou utilisées par d’autres apps.

Essentiel : virer ce qui ne sert plus !

À force de tester des tas d’applications, il arrive un moment où il devient indispensable de trier sous peine de les laisser phagocyter une part significative du volume de stockage de l’écran utilisé…!
Certes, avec ses 128 Go de stockage, le iPhone 7 plus change la donne. Mais comme je fais beaucoup (trop…?) de clichés, je vire nombre d’apps …que je réimporte souvent quelques mois après…

La notion d’usage est clé : depuis combien de temps telle app n’a pas été employée ?! Bon, certaines restent en place même si j’en ai pas l’usage tous les jours (…ainsi l’excellent marée.info ou des alternatives à mes traitements de texte habituels).

Un constat : - en photo, nous avons tendance à conserver trop de clichés dans nos archives ; - sur un stockage iOS ou macOS, nous conservons bien trop d’applications.

Néanmoins, je rechigne à supprimer certaines applications avec l’argument fallacieux que ça peut servir un jour. Ou que l’app va recevoir prochainement une mise à jour ! Or ça arrive… Ainsi Echofon… Merci aux développeurs…!

Léger, léger…

Ce partage d’expérience balaye la liste de ce qui prend place dans mon sac à dos4 et dans l’iPhone…

Dans la ligne du tout premier (puis second) billet5, ce qui n’a quasiment pas changé :

  • Un sac à dos de 40L ventilé6 pour embarquer une poignée de t-shirts7 et autres changes…
  • Chaussures8 de randonnée, bonnet9 et même filet à provisions10
  • Une veste trois en un (de plus en plus) fatiguée11 (fermetures éclair à ménager !) avec polaire amovible qui sert de pull selon le temps…

Ce qui change (…encore vérifié en 2017)…

  • Le Canon M12 de première génération avec un EF-M 22mm f/2 STM + carte 64 Go + chargeur13 a tendance à rester sur mon bureau, les deux optiques du iPhone 7 plus suffisantes pour de courtes (ou longues) balades…
  • Le iPad Pro lui tient compagnie tant je circule en train car je limite le contenu de mon sac à dos et le iPhone 7 plus est un mini iPad.

Dans l’iPhone…

Rappel : pour mémoire (!!), cet écran fait téléphone, CQFD.
Mais également appareil photo (avec deux optiques depuis le iPhone 7 plus), machine à écrire (ce billet est écrit aux trois-quarts sur l’iPhone sous Drafts et Editorial), station météo, compteur de pas, carte routière, billet de train, etc.

Sans oublier quelques outils pour publier (…et illustrer) mes billets dans urbanbikette, modifier une info EXIF dans un cliché ou réduire une image à une taille précise en pixels.

Applications embarquées…

Rappel, si chaque écran affiche des apps…

reduc-450

…un appui long sur une icône d’app ou encore les widgets…

reduc-450

…est également à prendre en compte dans votre organisation personnelle…

Oui, mon propre bazar s’est relativement organisé avec le temps, les apps les plus sollicitées (…en dehors des 4 fixes dans toutes les situations en bas d’écran) sont soit à gauche, soit à droite de chaque écran… Juste un constat, la fonction téléphone me sert peu contrairement aux SMS/Messages ou à …Twitter

Un forfait Europe et au delà…

Nous employons toujours des forfaits Free14qui nous permettent de nous balader à l’étranger (Nouvelle-Zélande compris…) sans surcoût (pas de Roaming).

Consommant peu de data15 grâce à mes notes Markdown spartiates, je peux me restreindre aux 3 Go proposés dès lors en 3G à l’étranger et même utiliser en cas de pépin Assistance Free - Face to Free si souci. Et bénéficier d’une couverture correcte 4G en France.

Ensuite, dans les hébergements, il est souvent possible de se connecter au wifi du lieu — en utilisant, ici et ailleurs un service VPN16 comme VPN Hide My Ass Pro WiFi Security Private Browsing — ou trouver une couverture 3G minimale en téléphonie via Sensorly. Pratique de comprendre pourquoi le réseau est si… biiiiiiip…!

Ici, une superbe zone blanche

reduc-450

Pour mes recherches sur la toile sans être (trop) tracé, c’est très souvent Firefox Focus: The privacy browser qui fait l’affaire. Sans oublier 1Blocker.

Enfin, en balade, je m’informe généralement via Twitter : mes deux apps préférées restent Echofon Pro for Twitter (info plus resserrée) et Tweetbot 4 for Twitter… Les deux sans publicité…

reduc-450

Un appareil photo

La double optique du 7 me conduit à oublier le M, je l’ai écrit plus haut. De plus, cela me permet d’exploiter des notes photographiques localisées dans Day One journal + mémoire, de remplir un compte Tumblr ou nourrir Instagram.

Néanmoins, faites de la place dans l’album photo après sauvegarde et avant de partir, histoire de laisser un volume conséquent aux nouveaux clichés, CQFD.

J’apprécie le format HEIF mais pas encore de vraie compatibilité avec Lightroom en importation, même avec les fichiers basculés en DNG, un comble ! Les choses devraient se résoudre rapidement car c’est tellement énorme !

Si l’application Appareil Photo signée Apple reste assurément l’une des meilleures, j’utilise abondamment17 Adobe Lightroom CC, Camera+ et conserve Halide en test.

Pour sa gestion exceptionnelle du mode Manuel, je conserve aussi 645 PRO Mk III qui me permet d’enregistrer en DNG.

Je garde à portée de doigt les modes HDR et LowLight+ de ProCamera, notamment pour les scènes de nuit, ainsi que le modeste mais efficace Slow Shutter Cam.

Mais il est bien entendu que mes clichés sont définitivement tous pris en couleurs18.

Pourquoi j’insiste en évoquant Lightroom…? Cette application ne cesse d’évoluer et possède quelques outils épatants que je ne cesse de tester dont un excellent HDR lié au format DNG et des correctifs surpuissants — correction du voile et Clarté — en post-traitement.

À portée de main aussi…

Si votre iPhone commence à être rempli comme un oeuf, c’est le moment soit d’augmenter votre stockage sur iCloud, soit de se souvenir d’un usage alternatif de Dropbox

reduc-450

…qui permet de transférer le contenu de votre album.

Horaires et plans des transports locaux

Une fois arrivé quelque part, pas inutile de connaître les réseaux de transport en commun et leurs horaires même si nous sommes adeptes de la marche.

Précision : étant allergique au transport aérien, je ne signale aucune app pratique pour ce mode de transport vu que je les utilise pas.

La part belle à Plans mais, plus généralement, à Transit • Bus, Métro, Train pour RATP, TCL et plus que j’utilise énormément au quotidien en Île-de-France mais pas que.

Rappel : un backup papier n’est pas inutile, pensez — par exemple — à Cartoville pour les grandes métropoles…

reduc-450

Ces cartes très compactes de ville contiennent toutes les infos de base, les plans des transports locaux et n’ont pas besoin de connexion…!

Des cartes mais pas que…

Une application qui ne quitte pas mon iPhone est TomTom GO Mobile qui me permet de circuler mais également de m’extirper d’une ville inconnue…! Pensez à ajouter l’app dédiée de votre loueur de véhicules si besoin.

J’ajoute dans mes bagages un long câble de connexion + un adaptateur allume cigare à double sortie, une pince pour accrocher l’iPhone sur la grille de ventilation d’une voiture de location20.

Entre nous, nous utilisons le service d’Apple, Mes Amis, pratique si nous nous sommes séparés pour nous concerter sur le point de rencontre et nous diriger les uns vers les autres… Cela évite aussi de se téléphoner ou de s’expédier des messages du genre « T’es où…? » !

reduc-450

Mais, en ville et pour éviter de consommer de la bande passante, l’application de référence reste maps.me. Contrairement à Plans qui nécessite un minimum d’internet, maps.me n’a besoin que de la géolocalisation apportée par les antennes GPS et, de ce fait, consomme très peu de ressources avec une précision amplement suffisante pour se repérer sans angoisse dans une agglomération, même truffée de petites ruelles comme en recèle la vieille ville de Montpellier ou encore Urbino en Italie.

reduc-450

Et puis ses petites épingles sont bien pratiques, tant pour se souvenir d’un lieu apprécié que de l’endroit où l’on a garé son véhicule…

Pour finir, tout dépend de votre manière de voyager mais envisagez des apps comme… - Booking.com qui conserve vos réservations et offre une option pour vous y conduire. - TripAdvisor pour le choix d’une gargote un jour férié en vous indiquant si l’endroit est ouvert…

Mémoire des balades

Un gros changement de mon côté est la désactivation de Moves qui reste assurément un excellent produit de suivi de mes trajets mais je préfère me fier à Maps.me en attendant une mise à jour…

Certes, si l’on se souvient dans les heures qui suivent d’une balade, rapidement on oublie le nom des rues et le cheminement suivi… Ma solution personnelle était de laisser Moves enregistrer mes hésitations de parcours et trajets au pif

Du coup, je vais revenir à Routie ~ GPS fitness tracker.

Prévisions météo

J´utilise régulièrement Windytv / Windyty mais de plus en plus Weather Underground et son réseau de capteurs personnels.

Il remplace dans ma pratique RainToday ainsi que WeatherPro.

reduc-450

Bref, météo locale, ergonomie efficace et données s’appuyant sur un maillage proche.

Certes, avoir des précisions à plus d’une semaine offre un certain confort pour programmer à la louche les visites des bâtiments les jours avec pluie et les balades urbaines les jours sans ! Sauf que nous nous rendons compte que ces prévisions sont de plus en plus hasardeuses…

Dernière application indispensable, Plume Air Report qui indique, voire notifie l’utilisateur du niveau de pollution de l’air, en France mais également dans nombre de villes dans le monde.

Un carnet de voyage, pas inutile…

Partir sans pouvoir écrire, impossible ! Je conseille au minimum un véritable outil de traitement de texte Markdown comme Day One journal + mémoire pour associer quelques photos emblématiques et rédiger mes notes de voyage, notes que je complète une fois rentré. Voire en piochant des bribes saisies dans Drafts ou Editorial.

Day One ajoute la localisation, les infos météo du moment, affiche une carte et même le nombre de pas effectués.

reduc-450

Je l’évoque régulièrement mais j’en suis à 4928 entrées et 4087 photos réparties dans sept carnets et sur 1910 jours…

J’embarque bien entendu Editorial (synchro DropBox) et Drafts (synchro iCloud + versioning).

reduc-450

Deux applications avec des workflows (actions additionnelles paramétrables) qui conviennent à ma manière d’écrire…

J’embarque également iA Writer et la version d’Ulysses sans abonnement.

S’organiser, gérer des alarmes

Voyager, c’est également gérer des correspondances ferroviaires, mémoriser les coordonnées de tel gîte à attendre, etc.

J’utilise Fantastical 2 avec des alertes que je programme avant de partir.

Nous renseignons chaque entrée de notre calendrier partagé pour avoir toutes les infos utiles (lieu, heure d’embarquement, mais aussi numéro de siège, réservation,téléphone, adresse, coordonnées GPS, etc.) regroupées sur un seul écran.

Trainline Europe me facilite le travail en m’expédiant un fichier pour mon calendrier et un SMS avant embarquement.

Ces fonctions ne doivent pas faire oublier que Trainline est une très chouette agence en ligne pour tous les achats de billets de train en Europe (…et ça s’étend graduellement). Avec, pour certains pays comme l’Italie, des billets dématérialisés au format PDF. Mais c’est surtout la possibilité de réaliser des économies substantielles en décalant parfois son trajet d’une heure pour prendre un train à un tarif nettement plus léger.

Pour finir, GoodReader qui me permet de stocker, lire, annoter tous les fichiers PDF et leurs codes barres à présenter aux entrées des musées si nous avons réservé à une date et heure précise.

Lecture et dictionnaires…

J’apprécie d’emporter des livres, ne fusse que pour passer le temps dans le train. Si iBooks est livré avec iOS, il ne me permet pas de copier coller des paragraphes.

Aussi j’ai opté pour Marvin 3 qui me permet de prendre facilement des notes de lecture, les copier et les partager ultérieurement. Avec des fichiers sans DRM.

Ne pas oublier quelques dictionnaires pour décrypter les indications dans la langue du pays, repérer les ingrédients dans les menus des gargotes de rencontre. Ainsi ce Français-Italien? OK! et ses homologues. Mais parfois, les utilisateurs iOS oublient qu’ils peuvent également ajouter des dictionnaires, ceux d’Apple.

Enfin, un paquet de dictionnaires de langue française dont le Dictionnaire Historique de la langue française pour clore une discussions enflammée au sein de ma petite tribu.

Sans oublier…

  • Microsoft Translator qui vous permettra de traduire21 dans une foultitude de langues des questions mais, surtout, de les énoncer à voix haute.
  • Things 3 pour lister nombre de choses dont les trucs à visiter ou à ne pas oublier d’emporter…
  • Pour les trajets longs, l’écoute en différé de Podcasts dans Castro téléchargés à l’avance.
  • i41CX+ — RPN me sert de calculatrice au quotidien car je ne sais pas utiliser autre chose que la notation polonaise.
  • Vert pour convertir les monnaies hors de l’Euro. Mais aussi des mesures dans d’autres systèmes.
  • Fleurs en poche et Oiseaux en poche comme apps de référence lors des balades…
  • 1Password pour mémoriser tous nos mots de passe.
  • Horloge, une app système iOS pour nous réveiller avec le chant des oiseaux.
  • Nest si vous avez le thermostat idoine connecté chez vous. C’est fort pratique car cela nous permet de régler à distance notre chauffage (…et de le mettre en mode éco pendant nos balades) puis, quelques heures avant de rentrer, de réactiver le tout pour débarquer dans un logement à température (…même si l’on chauffe peu, relire les billets sur ce blog dont celui-ci)…

reduc-450

Un dernier point : pensez à ajouter, si vous ne voyagez pas seul, une prise multiple dans l’un de vos sacs, histoire d’alimenter tous les chargeurs en même temps.

Voilà, bon voyage…!

Zut, plus long que prévu (et encore, je me suis calmé…)


  1. Cf. urbanbike | Usages | iOS et sac à dos…, urbanbike | Voyager avec un iPhone 7…? Pourquoi pas…?, etc. 

  2. Voyageant en petit groupe, nombre d’initiatives pratiques viennent de mes coéquipières. 

  3. Je devrais parler de profondeur, depuis l’écran de démarrage (le 1) jusqu’à ceux relégués derrière selon la poids et les usages des apps. 

  4. Avant de finir en mode déambulateur (rappel, je suis vieux…), tant que mes jambes le supportent, j’apprécie de me balader léger pour sauter dans un train, visiter une ville… 

  5. Le premier, de juin 2015, urbanbike | TL!DR | Voyager léger avec un iPhone puis urbanbike | Usages | iOS et sac à dos…, urbanbike | Usages | iOS et sac à dos… | 2… 

  6. Je possède toujours mon petit sac vert de 20 litres que ma fille m’a définitivement emprunté. J’ai opté pour un ventilé de 40L (et pas du tout discret) que je ne suis pas obligé de remplir. Dedans, des sacs en plastique (linge propre, linge sale), des sacs bulle pour protéger les éléments les plus fragiles si besoin… 

  7. Blancs, n’accumulant pas la chaleur et ne marquant pas trop les strates de transpiration…! On emmène toujours trop de choses et j’ai finalement trouvé des t-shirts qui sèchent rapidement, certes synthétiques et sombres, mais d’un volume réduit. 

  8. Routinier je suis, cf. urbanbike | Ecco | 1000 kilomètres à pied, ça use, ça use… 

  9. En mode vieux, la perte de cheveux rend la déperdition de température corporelle nettement plus forte par la tête. Ajoutez une paire de gants en polaire en fond de sac. 

  10. Le constat de ces balades est que l’on a tendance à revenir nettement plus chargé. Or un filet à provisions à mailles extensibles ne tient pas de place, s’adapte aux volumes bizarres et reste confortable en ne sciant pas la main qui porte…! 

  11. Cf. urbanbike | Ma veste tous temps… même si c’est aujourd’hui une The North Face

  12. Relire urbanbike | Le retour du M équipée du Canon EF-M 22mm f/2 STM. Mais Apple fait très fort et, désormais, le iPhone X avec ses deux optiques stabilisées et plus lumineuses laisse rêveur… 

  13. Cf. urbanbike | Recharger les batteries des boitiers Canon 

  14. Depuis 2012, cf. urbanbike | Le feu restant à l’orange, j’ai migré… 

  15. Généralement, je préfère la rumeur des villes, du vent, le bourdonnement des bêtes à ailes (enfin, ce qu’il en reste…), le crépitement de la pluie… 

  16. Garantir la sécurité de nos échanges avec un abonnement VPN. Cf. ZATAZ 

  17. j’ai mis au second plan l’excellent Provoke Camera que je conserve à portée de main pour composer en noir et blanc. L’explication est ici… 

  18. …mais de moins en moins du noir et blanc sur le champ, surtout dans des endroits que je ne risque pas de visiter de nouveau. Aussi prise en vue en couleurs (en .dng) puis post-traitement si besoin… 

  19. Préféré à Snapseed mais il faut aussi reconnaître que Adobe Lightroom et Camera+ sont épatants… 

  20. Tous les véhicules ne disposent pas d’une prise USB adaptée même si cela se généralise. 

  21. Bon, plus simple de laisser notre fille parler, vu qu’elle se débrouille en Russe, Portugais, Italien en plus de l’Anglais et de l’Espagnol… Béatrice parle Allemand… 

le 07/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Zone blanche en campagne, gîte, exploitation et internet

Service clignotant, au mieux…

dans ailleurs | bosser n’importe où | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Quelques jours au bout du bout de la Champagne, chez un couple de vignerons1 qui propose trois gites2… L’endroit est tranquille, isolé, silencieux. L’espace que nous occupons mérite sans discussion aucune cinq étoiles.
L’accueil est direct, sans effets de manches, authentique.
Par contre, la connexion internet …capricieuse.

reduc-450

Certes l’exploitation est à 5 kilomètres du DSLAM mais tout repose entre les mains de notre opérateur national qui semble un poil dépassé par ce réseau filaire qu’il faudra un jour cesser de bricoler en remplaçant, ci et là, des bouts de câbles…

Alors, oui, c’est malheureusement (!) un hameau au bout d’un chemin avec rien derrière (enfin, si : des vignes…) mais c’est avant tout un exploitant en zone blanche qui commercialise toute sa récolte et des gîtes qu’il faut bien joindre pour réserver.

Comment travailler désormais sans internet ? Impossible…

Il n’y a pas à ergoter : comme on dématérialise tout, de la gestion des employés aux commandes clients, en passant par les informations administratives pour les transporteurs, on fait comment…?… Bref, internet et l’usage de l’ordinateur sont obligatoires pour travailler au quotidien.

Or, comment fait-on quand il est manifestement impossible de se connecter ? Parfois même en téléphonie…! Durant notre séjour, la connexion basculait en edge alors qu’elle affichait encore deux maigres barres en 3G une minute avant… Bon, ça passait ! Cela m’a remis en mémoire nos propres problèmes3 sur notre île.

Attention : sur place, l’installation en bout de ligne est correcte. Dans l’exploitation, des répéteurs de dernière génération… Mais cela ne sert à rien si cela foire entre ce domaine et le DESLAM situé dans le village. Et que l’on ne vienne pas nous/leur seriner que la vue est belle et — du coup — qu’internet n’est pas si indispensable…!

reduc-450

Oui, il faut mailler le territoire jusqu’à la dernière ferme

Bref, cela reste tendu pour les populations hors des villes ! Or le programme du gouvernement est bien de pousser les opérateurs à désenclaver les territoires pour permettre aux habitants de travailler, justement…

Même si cela agace quelques nostalgiques du bon vieux temps, pour rester sur ces territoires, y vivre et y travailler, le virage numérique amène tous les acteurs locaux à se connecter.

En tous cas, pour ma tribu, ce fût déconnexion totale et cela n’était pas non plus un bouleversement, juste la révision de nos habitudes. Voire des consultations à effectuer, des podcasts à charger ailleurs, sur Reims ou Châlons, quand le réseau est couvert en 3 ou 4G.

Au risque de me répéter, comme l’eau ou l’électricité, désormais le lien numérique est essentiel4.

Enfin, en permettant à des actifs de rester en compagne au lieu de migrer vers les villes, c’est également la possibilité de ralentir la désertification et, bien mieux, de faire revenir du monde avec de nouveaux projets.

Voire aux enfants d’exploitants de trouver des partenaires qui resteront sur place. Et ça aussi c’est urgent…

reduc-450

La connexion est restée en rade durant notre séjour, en pleine toussaint, CQFD.


  1. champagne pur meunier brut nature méthodes alternatives Si le site web de Christophe Mignon s’affiche en mode 1.0, ce qui est dans la bouteille est strictement à l’opposé, un épatant haut de gamme (je pèse mes mots). Sans ironie aucune (…quoi que…), à l’inverse de nombreux sites connus qui déploient des trésors de communication et de marketing (pas de noms…!) pour nous vendre du rêve et de la bulle pas trop naturelle. À la question (légitime car interloquée…!) de savoir s’ils vendent avec ça ?, apprenez que plus de 85 % de la production est exportée au Japon et en Scandinavie. Quasiment pas de foires, aucune pub,aucune com. Et moi, pas mal à la tête au bout d’une coupe, comprend qui peut… 

  2. La Boulonne, trois gîtes de tailles différentes. On a apprécié le poêle à pellets à extinction et allumage automatique. 

  3. Cf. urbanbike | Abonnement ou pas, la vraie question reste la connexion à internet 

  4. C’est le seul point sur le quel je suis en désaccord avec l’auteur des Chemins noirs, cf. urbanbike | Sur les chemins noirs | Sylvain Tesson 

le 05/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?