Urbanbike

Recherche | mode avancée

Réseaux sociaux et distraction…

Petit signe de vie au passage…

dans dans mon bocal | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

En ce moment, pour des tas d’excellentes raisons, je ne publie plus grand chose (en fait, rien…!).
Je passe mon temps à écouter des podcasts que j’avais mis de côté, redécouvre fréquemment car entendus d’une oreille distraite, lire mais essentiellement à regarder ce qui m’entoure.
Nous sommes sur la terre ferme quelques semaines1.

Hop, je déroule maladroitement mon sujet…
Le fait de prendre de la distance vis à vis de l’actualité, laisser de la place à une réflexion erratique et aux idées farfelues, réécouter une émission sans aucun enjeu d’urgence me procure une réelle forme de sérénité. Un calme idéal pour ne pas engorger la connexion entre mes derniers neurones…

reduc-450

Depuis une année (merci la pandémie), l’apprentissage de la flore qui nous entoure ci et là m’occupe.

Dans le Sud, pas besoin de filer sur la Sainte-Victoire, se balader dans les friches urbaines d’Aix-en-Provence au pied de notre pied-à-terre estudiantin offre une épatante biodiversité… manifestement ignorée vu le nombre de masques chirurgicaux que l’on peut également y recenser.

Je retrouve ici nombre d’espèces photographiées sur Belle-Île en mer.
Bref, je me suis trouvée une activité qui m’incite à marcher, fureter et m’arrêter, identifier. Et si le nom de l’espèce m’échappe à nouveau, prendre quelques clichés à des fins d’analyse.
L’application de PlantNet et son site sont rudement mis à contribution !

Premier point épatant, je ne perçois plus la nature comme un « joli » décor : je commence à (re) connaître ses habitants, avoir du plaisir à nettement moins les confondre !

Comme écrit un plus tôt, j’emploie une flore numérique accessible depuis mon iPhone, photographie avec ce dernier.

Bref, mes écrans font partie de ma vie au même titre que l’eau courante et l’électricité.

reduc-450

D’ailleurs, ce billet est écrit à la main sur Nebo avec un Pencil avant d’atterrir dans Drafts pour relecture et balisage !

J’en reviens (enfin !) au début de mon propos : cette attention sur des sujets qui m’intéressent est associée à un retrait progressif des réseaux sociaux, de leur sollicitation permanente.
Cela me permet de reprendre le cours de mes pensées (…à défaut d’idées !).

Sollicitations ? Quelles sollicitations…!

Ayant coupé progressivement les ponts avec FaceBook, puis Instagram.
Je ne garde un œil que sur Twitter.
Pas de notifications ou de mails d’avertissement, je m’y reconnecte sporadiquement, à mon rythme et selon mes envies.

Pas question de quitter l’oiseau bleu : avec mes fils RSS et nos rares abonnements (comme Courrier International), ce dispositif constitue mon fil d’informations…

Disposant de plusieurs comptes sur Twitter, je démarre parfois de brèves enfilades sur des sujets qui m’intéressent, le tout avec quelques copies d’écran si nécessaire. Et basta.

Hormis quelques interactions avec les copains, comme je n’ai rien à vendre, cette manière d’écrire me convient. J’ai viré IFTTT, basculé sur Signal et Threema en lieu et place de… WhatsApp qui ne cesse de changer de stratégie.

Corollaire : du temps disponible

Je me retrouve avec plus de temps disponible pour ma tribu. Bref, je pense avoir limité cette distraction continuelle engendrée par des informations basées sur l’émotion et l’indignation.
Une manière habile, adroite de nous occuper, d’aimanter notre attention et, de facto, de nous distraire de nos propres objectifs.

reduc-450

Comme vous êtes en train de lire ces lignes, prenez le temps d’écouter un podcast qui résumé fort bien mon point de vue… Ce que les pouvoirs gagnent à tout savoir de nos vies.
Si le propos vous a intéressé, abonnez-vous à cette série épatante produite par Xavier de La Porte.
Je pourrais élargir à d’autres émissions2 mais là n’est pas… le propos. Quoique !

Consommation minimale

Avec la possibilité de commencer à nouveau à circuler, nous n’avons pas eu l’envie d’aller boire un verre en terrasse. Plus l’envie de voyager et visiter des musées dont, en premier, le Soulages.

L’ouverture des commerces n’a pas été suivie d’une quelconque fièvre acheteuse, pas question de se laisser happer sous le fallacieux prétexte que la vie (laquelle…?) reprend avec l’arrivée efficace des vaccins.

Surpris de voir les queues (pour cause de jauge réduite) devant des boutiques de mode ou d’accessoires comme j’ai pu le constater avec ma fille à Aix-en-Provence. Notre type de consommation n’a pas varié, bien au contraire. Une année de confinement nous a appris à nous contenter du strict nécessaire.

Nous ne vivons pas pour autant comme des moines…! Hier, nous avons acquis une grammaire italienne papier en prévision de l’année universitaire à venir. Mais également d’une boite de graisse végétale Dubbin Everest Saphir pour nos chaussures de randonnée3, un sac à dos de 70 litres pour remplacer celui embarqué par notre fils aux USA…! Nos premiers achats sérieux depuis des mois

Nous sommes également entrés dans le magasin d’une grande chaine de vente de produits électro-ménagers… avant d’en ressortir quelques minutes plus tard, les mains vides ! À la réflexion, les deux produits dont nous envisagions l’acquisition nous ont semblé parfaitement inutiles.

Cela fait quelques années que l’on réduit le nombre d’objets, que l’on s’habitue ans difficulté à vivre avec peu de choses4, à user nos vêtements jusqu’à la trame.

Dans le même esprit et faute de trouver quelques pièces vestimentaires dans les boutiques à un coût raisonnable, j’ai fini par commander en ligne ce que je souhaitais sur le site du fabricant, des produits soldés5 car remplacés par de nouveaux modèles.

reduc-450

En terminant ce billet erratique, je me rends parfaitement compte que je suis/que nous sommes à côté de la plaque.
Aussi j’arrête là…!


  1. Mise en pratique : Après le confinement, vivre ailleurs…? 

  2. …comme Les pieds sur terre ou encore la Conversation scientifique… 

  3. Quitte à acheter une bonne paire de pompes de marche, autant l’entretenir, non…? 

  4. Un très bon produit, cher si besoin, plutôt qu’une collection de trucs séduisants mais, finalement, inutiles… 

  5. Et disponibles en grand nombre à ma taille (S), de l’intérêt de continuer à mon âge vénérable gainage et activité sportive ! 

le 29/05/2021 à 20:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Quand le numérique s’évapore quelques jours…

Interruption complète wifi et mobile

dans dans mon bocal | grospod | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Sur notre île, Belle-Île en mer, il est rare que le réseau cellulaire s’évapore en même temps que les accès ADSL mais ce n’est pas impossible, nous venons de vivre plus de 80 heures d’interruption continus !
Un gros coup de vent, une partie fragilisée des installations cet hiver, une attaque…?
Non, un arrachage de câbles essentiels lors de travaux et le réseau — tous opérateurs confondus — s’est effondré : le transport de données habituellement assuré par l’opérateur historique n’atteint plus trois des quatre villages !
De plus, à la veille d’un pont1, ce n’est pas une situation agréable pour les touristes de passage !

Hormis le pourquoi du comment inexpliqué pour l’heure même si les infos remontent doucement, c’est bien l’absence soudaine de connexion qu’il faut encaisser, énorme trou d’air dans notre quotidien !

Nous nous sommes habitués peu à peu à une disponibilité permanente et aisée à internet et aux divers services.

Bien entendu, nous étions un poil frustrés vu le coût mensuel des services numériques additionnés… mais protester est inutile ! À nous de nous adapter.

Pas question d’envisager un changement d’opérateur : le problème est identique pour tous2.

En longeant la côte, on arrive parfois à obtenir un peu de réseau depuis les antennes des îles voisines ou encore de celle de Le Palais qui reste opérationnelle.

Gag : comment alerter l’opérateur du dysfonctionnement en cours ?!
Impossible de prévenir3 notre fils aux USA avec qui l’on s’entretient chaque soir, décalage de neuf heures oblige…

Rappel : l’impact était général, tout le monde touché et ça bruissait dans toute l’île avec la rumeur d’une reprise le lendemain à 12:00 puis à 18:00… Que nenni ! Samedi après-midi, mon MacBook s’est soudainement raccordé, preuve immédiate que les choses rentraient dans l’ordre…

L’iPhone dans ma poche !

Dans ce type de situation, mon iPhone ne se transforme pas pour autant en brique ! Je peux toujours prendre des clichés ou lire des ePubs ! Et me faire réveiller, le laisser compter mes pas. Ou écrire dans Drafts tranquillement l’amorce de ce billet.

Toujours disposer de livres numériques4 en attente, de podcasts téléchargés par précaution. Ici, nous avons l’habitude des provisions, les rotations maritimes étant souvent suspendues lors des tempêtes et cela peut durer quelques jours…

Mais il est clair que l’on est accro à cette connexion permanente pour nous informer ou échanger…! Voire aux fils Twitter dans mon cas !

Généralement, même en mode dégradé, nous avons accès au réseau cellulaire. Paradoxalement, c’est lui bien plus que la box qui nous a fait défaut.

reduc-450

  • Pratique accessoirement pour appeler les secours quand il y a autant de randonneurs sur notre île qui est passée en mode… #BelleÎleLand…

Télécharger préventivement !

Je me répète : comme nous subissons des altérations de connexion l’hiver (…avec les lignes cuivres de l’ADSL en milieu salin, je ne vous fais pas un dessin), nous avons tous notre stock d’ePubs à lire, de podcasts thématiques5 en attente.

reduc-450

Dont le livre de Lucie Azema, Les femmes aussi sont du voyage (épatant bouquin, plébiscité par ma fille…) qui aborde plein de points pertinents, à faire lire à vos ados également…

reduc-450

J’ai eu le temps d’écouter 4 épisodes sur 5 d’une chouette émission où Marjane Satrapi est interviewée. J’ai apprécié sa franchise et son absence de langue de bois, elle est cash dans cette série “à voix nue”. Puis, en fin de soirée, un peu de jazz avec Sarah Vaughan, une émission sur Hannah Arendt

Du temps dans les dictionnaires

Le côté amusant est de revenir aux fondamentaux dont le plaisir de feuilleter les dictionnaires. Ainsi la dernière édition du Petit Robert arrivée il y a peu.

reduc-450

Qui dit feuilleter, dit tourner les pages : saviez-vous que c’est possible sur cette application ? En effectuant un simple glissement d’un bord vers un autre ! Idem dans le Robert Historique

Bon, et après : la promesse de nouvelles emmerdes…?

Vu que l’on bascule à toute vitesse dans un environnement 100 % numérique, que les utilisateurs n’ont pas toujours les connaissances de base, ce type de situation risque également de faire le délice des malandrins ! Mais aussi fragiliser le tourisme ! Comment réserver sans confirmations, etc.

Si des hôpitaux sont victimes de tentatives de rançon, pourquoi pas — demain — un opérateur ? Ou ses clients ? Bref, espérons juste un peu de transparence sur cet incident après la fin de cette panne ! Et pas une simple réparation de fortune en attendant le prochain incident…

Clin d’oeil : le retour du papier et de la radio…

Histoire de s’informer pendant cette panne, on a rebranché une radio mais sans recueillir d’infos au sujet de notre panne…

Notez que cet incident renforçait le thème de la précédente chronique, L’instant « présent » ? Oui, à fond…!…!!

Même si parfois on peut s’agacer que certaines procédures nécessitent l’envoi de courrier (paradoxalement, pas si inutile si la lettre arrive plus vite qu’un courriel parfois…!), il serait bon de former les équipes de support !

Le papy qui vit le dysfonctionnement peut (si, si…!) s’agacer de recevoir un… « Afin de comparer la qualité de réception, pouvez-vous svp tester votre carte sim dans un autre smartphone compatible 4G ? Merci » !

L’utilisateur un poil aguerri s’est déjà enquis auprès de ses voisins, a constaté que les trois portables de sa tribu sont hors service, eu son vieux copain dans les Pyrénées (!) qui, tout de go, a vérifié les DSLAM locaux et identifié le fauteur de troubles …qui n’est en aucun cas l’opérateur (tous ici étaient en rade).

Ce qu’il attend, c’est l’envoi de SMS d’informations de la part de son opérateur, SMS qu’il pourra relever à l’occasion… au lieu d’aller à la pêche à ces dernières !

Bref, vive la start’up nation aux pieds… d’argile !

Note de fin : j’espérais regarder une ou deux vidéos d’ARTE que j’avais téléchargées récemment… En fait, il semble qu’il faille impérativement être connecté pour les regarder même téléchargées, c’est rigolo, non ?!Mais peut-être que la date limite de diffusion était-elle passée…

reduc-450

À la prochaine panne…!

NB : j’attends quelques mots de notre opérateur et discuter des manières de nous informer lors d’une nouvelle séquence…


  1. en cas de chute de randonneur (il semble qu’il y ait une épreuve sportive ce week-end), ça va être compliqué d’appeler les secours, guider un hélicoptère… 

  2. peu à peu, les informations remontent : seuls les usagers du réseau Orange (qui est celui qui a historiquement mis le premier le pied sur Belle-Île en mer !) sont prévus par SMS et il semble (au conditionnel) que lors de travaux à Palais, des câbles ont été touchés jeudi, ceux alimentant une majeure partie de l’île. La dernière rumeur parle d’un redémarrage des services lundi soir. Sauf si les équipes dépêchées sur l’île bouclent les réparations plus tôt ! 

  3. j’y suis néanmoins arrivé en m’y reprenant une vingtaine de fois avec des connexions 4G de quelques secondes ! 

  4. et, bien entendu, ceux en papier…! 

  5. on profite des balades et de l’accès à un peu de 4G pour recharger nos portables en podcasts ! 

le 08/05/2021 à 17:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Boites à pixels | Canon R3 ou iPhone 13 ?

Ou rien… pour ne pas changer !

dans dans mon bocal | outils | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit fait partie du maelström de réflexions qui m’agite pour un futur — très — lointain… et plein de si…!
…Si la situation épidémique et ses divers variants finissent par être contenus ; …si le confinement s’éclaircit pour nous permettre de déambuler au-delà de 10 kilomètres ; …s’il nous est à nouveau possible de franchir les frontières proches…
Alors pourquoi ne pas tricoter quelques projets dont celui, absolument non essentiel, de renouveler nos boites à pixels…?!

Depuis quelques années, le remplaçant des reflex numériques est l’iPhone. Après le 5s, un 7 Pro1 à deux optiques nous a accompagné en Espagne et au Portugal, Un 11 max à trois optiques autour d’Aix-en-Provence et dans le Sud avant de nous suivre sur notre île.

J’apprécie sa présence légère dans ma poche (son encombrement ne m’a jamais gêné…), sa disponibilité permanente pour des tas d’usages dont écrire ce billet, le paquet d’optiques embarquées ainsi que la qualité des clichés capturés au format HEIC.

Le retour des optiques macro

Depuis une année, confinement oblige, je revisite les quatre optiques Canon en notre possession, certaines suspendues en terme de fabrication2. Elles attendaient bien protégées dans les cartons de notre déménagement.

reduc-450

  • Dont les optiques macro en premier lieu…

De ces mêmes cartons scellés en janvier 2019, j’ai exhumé les boîtiers hors d’âge que sont le Canon 5D mark… 0, le chouette 1Ds de l’ami Renaud. Sans oublier mon Canon M… 0 de première génération, boîtier qui nécessite d’anticiper franchement l’appui sur le déclencheur pour obtenir une photo au moment opportun…!

En retrouvant une batterie opérationnelle pour chacun de ces boîtiers, en testant les combinaisons des optiques (…Canon n’abandonne pas ses clients et propose des bagues d’adaptation, ce qui nous permet de visser le 100 macro sur le M) et avec cette période de calme soudainement vacante, nous n’avons pas eu le temps de déprimer.

Limités au quart d’un cercle d’un rayon de 10 kilomètres (!!), ma fille et moi, sentier faisant, embarquons quotidiennement une seule optique vissée sur un boîtier. Le vieux 5D fait généralement l’affaire avec sa splendide soupe de 12 millions de pixels.

L’ensemble glissé dans un sac à dos, hop, nous marchons les yeux grands ouverts vers le sol à la recherche… de la flore velue ! #AuPoilLaFlore !

reduc-450

Si elle prépare son mémoire de M2, ma fille me pousse à sortir une fois par jour, quelque soit le temps, sur les chemins vicinaux.

Bref, voilà une année (…exceptée la coupure vite refermée de la rentrée 2020) pour la seule raison que nous avons graduellement repris goût à utiliser nos anciennes optiques Macro…!

Poursuivre !?

Héhé, c’est la question : est-ce que cela augure d’un retour à la photo numérique avec boîtier et optique, dispositif un peu lourd à trimballer ? Allons-nous succomber à la prochaine génération des boîtes à pixels3 Canon ?!

reduc-450

Nos fils RSS remontent des billets techniques sur la génération R3, un 100 mm macro piloté à l’œil4, les boîtiers professionnels de cette gamme. Et, bien entendu, une nouvelle bague d’adaptation qui nous permettrait de relier nos vielles optiques à ces deniers.

Ou vais-je opter pour un iPhone 13 max avec des optiques plus lumineuses et quelques millions de MP en plus, le 11 max atterrissant dans la poche de ma fille ?

Quelque chose m’indique déjà5 que la situation actuelle va perdurer !

En parallèle, CaptureOne…

Si la prise de vue est commune, le post-traitement m’incombe, relire CaptureOne 21 | Usages de base….

À ce propos, je poursuis ma découverte des possibilités de CaptureOne Pro (version 21), traite mes jeunes et vieux CR2.

Et, quand j’y songe, également mes HEIC Apple via ce même outil. C’est d’ailleurs ma seule décision ces derniers mois, celle de regrouper dans des dossiers quotidiens les prises de vues tant CR2 que HEIC et, dans un second temps, les exports au format JPEG moulinés ensuite avec JPEGmini Pro 3 pour ne pas crouler sous le nombre de disques durs (…bon, il faut sérieusement que je songe à commander un nouveau 6 To)…

reduc-450

  • La bonne surprise, c’est le passage de la Caille de Lait ; la mauvaise, c’est que je n’ai pas eu le temps de réajuster la vitesse…

Aucune urgence à vrai dire…

Idem, la keynote d’Apple6 hier m’a rappelé que je ne n’ai plus que deux vieux reins à vendre…! Et qu’il n’est jamais bon d’annoncer ce que le temps finira bien par présenter…

Aussi, mon but est que toute ma mini tribu, même séparée par 8900 kilomètres, sorte en bon état de cette pandémie.

Le reste est du domaine des rêves éveillés, cette année quasi immobile me démontrant que l’on peut toujours prendre de chouettes clichés avec du très vieux matériel. L’important immédiat (à défaut de quitter notre territoire) est de continuer à nous balader, à déambuler sur les chemins, capturer l’instant présent en le goutant pleinement.

Et non de trimballer une optique de compétition, le dernier boîtier au goût du jour, commander sur la champ la nouvelle configuration pommée.

Bref, fidèle à nos préceptes …fondés sur une cruelle absence de… sesterces…!), on avisera au moment opportun… Ou pas !

reduc-450

  • Chez nous, le gendarme veille (joke)…

En attendant…

J’ai mis en ligne sur le site de Drafts quatre thèmes dont celui-ci : c’est à prendre tel, l’idée est de partager ma propre vision de la gestion des contrastes en mode sombre ou clair…

reduc-450

À suivre…


  1. Désormais entre les mains de ma fille 

  2. C’est le cas du 180 macro ou encore du fabuleux 135 mm, lire Canon EOS R3 development announced: high-end full-frame mirrorless 

  3. lire Canon Announces Development of the EOS R3: ‘A New Class of Camera’ 

  4. lire Canon Unveils RF100mm f/2.8 L Macro with Unique Bokeh Control Ring 

  5. Finances certes ! Simplement choisir le meilleur usage. 

  6. Épatante keynote qui boucle mon propos entamé en 2011 (p’tin, dix ans déjà…!) sur les usages de l’iPad que j’avais consigné dans un livre en mars… 2011, Travailler avec un iPad | livre puis sa seconde édition qui fut un flop… Travailler avec un iPad, seconde édition. Bref, avoir raison trop tôt ne sert à rien (déjà sur le GrosPod puis sur le iPad Pro comme… machine de travail…!). 

le 21/04/2021 à 12:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Plantnet | Pour découvrir la flore de son territoire

Nul besoin de dépasser 10 kilomètres pour s’évader

dans ancres | dans mon bocal | nazbrokology | voir
par Jean-Christophe Courte

Mais en vous/les rendant un peu plus observateur(s) tout en conciliant écran (celui-qui-ne-vous-quitte-jamais1) et balades nature ou urbaine…!
Sur les photos de famille, cette nature est bien plus (sic…!!) qu’un décor pour faire joli derrière.
Et si vous partiez explorer cette nature…?!

Lancez-vous sur les chemins vicinaux et sentiers autour de votre lieu de résidence ou de confinement, rues, squares2, routes communales avec un regard3 plus accentué (!!) qu’à votre habitude.

Les outils recommandés ? Un smartphone et/ou un appareil photo4, de bonnes chaussures montantes et de… patience !

Ensuite, en partant de chez vous (le voyage commence à votre porte comme l’écrit Jean-Didier Urbain dans Ethnologue, mais pas trop), objectif : votre environnement immédiat !

Prendre le temps, revenir sur ses pas pour débusquer la toute petite fleur qui se camoufle dans l’herbe ou dans une fissure de mur, se dissimule dans le caniveau.

Le seul exercice est de travailler la souplesse pour se pencher et voir ce qui est à vos pieds…

Examiner, immortaliser sans arracher, sans saccager. Prendre quelques clichés, c’est la règle du jeu.

Ensuite, reste à identifier chaque plante débusquée. Je vous engage à employer toutes les ressources de Plantnet et même de vous y inscrire.

J’abrège ce billet : avec ce type d’observation, c’est une façon singulière et participative de sensibiliser toutes les générations à l’environnement et à sa diversité.

C’est tout !

Oui, c’est bien gentil mais…

Un exemple… Je sors de chez moi et…

reduc-450

  • …ce chemin est déjà un fabuleux terrain d’expérience…

reduc-450

  • Non…? Si…! Au sol déjà… C’est quoi…? Crassule Mousse répond Plantnet…! Imparable (sauf si je fais le mauvais choix dans les réponses proposées…) !

reduc-450

  • Un peu plus loin, cette délicate fleur minuscule est une… Pâquerette

reduc-450

  • Ce duo ? Du Plantain lancé olé (très olé, olé même…!)

reduc-450

  • Ici, du Prunus Bois-de-Sainte-Lucie à ne pas confondre avec…

reduc-450

  • du Prunellier… Mais je peux me planter…

reduc-450

  • Ici de l’Ajonc… le seul qui ne vous contrôlera pas…

reduc-450 reduc-450

  • De le Grande oseille

reduc-450

  • Du Pulmonaire à feuilles longues (oui, il faut se baisser pour la voir)

reduc-450

  • Fumeterre des murailles (encore plus discret)…

Vous commencez à vous prendre au jeu, moi… aussi sauf que cela ferait un billet interminable car là, ce n’est que sur quelques mètres du sentier photographié en introduction…

C’est pourquoi j’ai converti un compte Twitter @nazbrokology en un carnet de balade qui se gonfle régulièrement de clichés #instatweet #enpartage…!

J’arrête ici, à vous de rebondir sur l’idée…
Ou pas…


  1. Je ne vais pas me moquer de vous : le mien est un iPhone 11 Pro Max… 

  2. Ça fonctionne aussi en ville, c’est fous les sauvages de ma rue qui prolifèrent… Sans oublier The Plant Game… 

  3. Pas celui des “gros mollets” fluo qui galopent sans jamais s’arrêter dans des coins exquis…! 

  4. Une bonne optique Macro serait un plus… Sur notre antique Canon EOS 5D de première génération, nous avons vissé un Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM. Le boîtier passe de mains en mains (avec un S à mains, plus sûr pour le transporter) 

le 04/04/2021 à 15:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Calligraphier en continu ? Nebo : un point, c’est tout…

Mon ressenti après quelques jours entre Griffonnage et Nebo !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | groummphh | usages
par Jean-Christophe Courte

Alors, Nebo ou Griffonnage ? Tout dépend de vos usages mais impossible de se dispenser de MyScript Nebo si vous écrivez souvent et longtemps ! Explications.

Après Griffonnage d’Apple qui est certes séduisant, retour vers Nebo, application certes “non universelle” contrairement à la proposition de la pomme, mais nettement plus efficace en terme de vitesse, de reconnaissance d’écriture et, surtout, de facilités de correction du texte calligraphié !

Bien entendu, le côté “universel” de Griffonnage est pratique, amusant : on peut écrire à la main dans n’importe quelle application ou traitement de texte et je ne m’en prive pas… d’autant que ces derniers (…Ulysses ou ia Writer) ajoutent des appels à leurs propres panneaux de balises dans la barre spécifique de Griffonnage.

Mais, très vite, on se bagarre avec Griffonnage pour arriver à introduire une correction dans une phrase saisie un peu plus tôt. Effacer, insérer quelques mots au sein d’un paragraphe ne sont pas des opérations aussi simples que cela malgré la gestuelle propre à cette fonction d’iOS.
Même sur ce point précis, l’app de MyScript qui précédait Nebo, Stylus, reste nettement plus confortable !

Plus fâcheux à l’usage, il n’y a simplement pas de solution intuitive pour restructurer une phrase, ajouter un simple retour paragraphe au stylet1, découper une phrase en deuxou amalgamer deux bouts de texte, etc.

Quant à la reconnaissance de la calligraphie, si Apple se débrouille fort bien2, l’application de MyScript reste irremplaçable… dans mon cas : moins besoin de reprendre une graphie pour être reconnue.

Ces quelques remarques peuvent sembler anecdotiques si vous écrivez assez peu au Pencil. Mais deviennent désagréables dès lors que vous avez pris l’habitude de triturer sans difficulté votre texte manuscrit dans Nebo.

Pas photo !

Certes, Griffonnage est en cours de développement mais, après de longues périodes d’essai, je réserve désormais cette fonction d’Apple à de simples opérations d’écriture dans Messages, ajout de notes dans Underlist, rédaction d’un tweet.

reduc-450

Par contre, quand je souhaite écrire du texte au long cours, je reviens sans hésiter à Nebo.

Et même si cela m’agace de ne pouvoir baliser directement en markdown. Je me suis résigné à ne pas ajouter une note en bas de page3, voire à ne pas employer la fonction replacement de texte automatiquement.

Nebo est parfaitement adapté à ceux qui écrivent souvent et corrigent abondamment !

Et ce d’autant que l’écriture du calligraphe sous Nebo reste lisible à l’écran, évitant cette légère attente de la conversion de l’écriture manuscrite en caractères d’imprimerie propre à Griffonnage

Dans Nebo, seule une petite ligne au dessus du paragraphe en cours de rédaction permet de s’assurer de la qualité de la reconnaissance du dessin des lettres et des mots ! Et l’on peut même, si on le souhaite, masquer cette information…

Bref, il n’y a pas à opposer Nebo et Griffonnage, ce sont deux outils complémentaires pour des usages… différents.

reduc-450

Vu de mon écran d’iPad, je fais appel à Nebo pour écrire la plupart de mes billets (…j’ai testé Griffonnage sous Ulysses, Drafts, ia Writer : c’est sympathique mais loin du compte au-delà d’une phrase). Puis j’exporte, ici vers Drafts.

En résumé, bravo Apple ! Merci pour cette prise de notes au Pencil, pour cette option fort bien traduite en français : griffonnage.

Je reste convaincu que ceux qui ont besoin d’écrire vite, de corriger facilement, de malaxer leur texte en continu opteront pour Nebo.

Et ce malgré quelques points à améliorer maintes fois signalés… dont la plus vive pour moi, l’absence d’une alternative à l’actuelle et unique page blanche trop éblouissante !

Note à MyScript : si une prochaine version pouvait également intégrer la reconnaissance des remplacements, ce serait accepté avec plaisir, la fonction dictionnaire à partir d’une liste de mots (et sans import malheureusement) n’a rien de pratique… demandez à vos utilisateurs !


  1. Ah, si, en déployant la barre additionnelle de Griffonnage et en appuyant sur l’icône dédiée, opération hyper rapide (non !)… 

  2. On sent l’expérience du Newton… 

  3. Bien entendu, si Nebo me propose demain, dans une prochaine version, une zone de saisie calligraphique à la place du clavier comme feu Stylus, ça changerait fortement la donne ! 

le 03/03/2021 à 21:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Scribble… alias Griffonner sous iOS iPad

Attention : redoutable outil d’écriture !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Au fil des versions, Griffonner, la version en français de l’outil d’écriture Scribble, s’avère de plus en plus musclée et prend enfin en compte nos conventions typographiques… dont l’espace insécable avant un point d’interrogation ou d’exclamation.

Je l’utilise avec Drafts1 et je ne peux que m’en réjouir !
Même si tout n’est pas simple aux premiers usages, le taux de reconnaissance est épatant et, surtout, je peux employer sans aucune réserve mes nombreux remplacements de texte qui sont balisés en markdown pour rédiger et organiser simplement ma prise de notes.

Bien entendu, un Pencil Apple reste obligatoire alors que cela n’est plus le cas pour Nebo qui a récemment levé cette restriction.

reduc-450

Comme je l’avais montré sur Twitter, nombre de langues sont disponibles, il suffit d’installer les claviers correspondants pour qu’elles soient actives.

reduc-450

Le passage d’une langue à une autre se déroule via une petite palette flottante qui peut se réduire automatiquement si vous le souhaitez.

reduc-450

Tout n’est pas encore parfaitement d’équerre mais hormis quelques dysfonctionnements et lenteurs, je reste convaincu que cette solution intégrée au système risque de redonner goût à l’écriture manuscrite chez nombre d’utilisateurs d’iPad.

Je pensais au départ ne prendre que quelques notes entre deux saisies au clavier.

reduc-450

Or, c’est l’inverse qui se produit ! Et c’est assurément la meilleure surprise même si tout reste encore un peu délicat à employer !

À suivre !


  1. avec l’option Typewriter Scrolling dans Drafts, histoire de me ménager une zone sans texte entre ma saisie et la barre additionnelle de Drafts qui se place en bas d’écran. 

le 21/02/2021 à 17:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Griffonner versus Nebo sous iPad

Quelques notes ou de longs paragraphes ?

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par JChris d'Urbanbike

Je poursuis mes petites humeurs à chaud à propos de la sortie de Griffonner (…que j’ai nommé Griffonnage ce matin)…
Sans prendre position pour l’un des dispositifs : à la réflexion/usage, je conserve les deux…!

  • Griffonner pour… griffonner un message, une remarque, compléter l’info d’un rendez-vous…
  • Nebo pour les textes au long cours qui nécessitent d’être fréquemment amendés, malaxés, travaillés.

Sur ce dernier point (longs textes), la solution proposée par Apple est limitée. Leur reconnaissance d’écriture n’est pas en cause, c’est plus l’usage sporadique de Griffonner qui est à considérer.

Ce dernier permet bien (si, si !) de griffonner une phrase, un long paragraphe, quelques remarques.

Bien entendu, en s’appliquant, on peut parfaitement écrire un long billet (…comme le précédent à propos de Griffonner) mais sans disposer de la souplesse de Nebo qui offre (…pour l’instant) une réactivité supérieure et une plus grande aisance dans l’écriture…

Cela s’explique aisément vu que Nebo conserve à l’écran notre graphie sans la convertir immédiatement, sans temps d’attente comme le fait… Griffonner.

reduc-450

C’est cette absence notable de conversion et le fait de disposer — comme sur un cahier papier ou un carnet… papier — de lignes (…dont l’espacement est ajustable, j’ose le rappeler…!) qui permettent de conserver une vue d’ensemble et, surtout, de ne pas hacher votre saisie manuscrite.

Associez à cela une gestuelle encore plus simple (…à mes yeux) pour biffer, découper, insérer, modifier le texte.

Hormis le fait que Nebo reste une application à part entière (pour la centième fois, je regrette de ne pas retrouver quelques bribes de cette technologie sous n’importe quelle application comme feu Stylus), on écrit dans la continuité (j’allais ajouter dans l’urgence pour faire genre…!) comme on le fait sur du papier.

La conversion peut attendre bien qu’elle apparaisse au-dessus du texte calligraphié pour les derniers mots rédigées.

Il est clair que je m’attendais à plus d’options dans Griffonner et, même si j’ai été agréablement surpris ce matin notamment avec la prise en compte des équivalents du remplacement de texte, le compte n’y est pas trop quand on a l’habitude d’écrire à la main de très (trop…?!) longs feuillets.

À ce titre, Nebo offre un confort incomparable pour amender, ajouter ou biffer des segments de texte.

Je me répète : on agit sur le texte calligraphié et non converti en caractères d’imprimerie… même si l’on peut parfaitement opter pour une approche différente et convertir régulièrement ce qui a été écrit.

À vous de voir mais il me semble qu’il n’y a pas à choisir l’un ou l’autre : on les utilisera dans des contextes différents.

En résumé…

J’apprécie le concept de page infinie et calligraphiée de Nebo, j’apprécie de… ne pas attendre que mon écriture soit reconnue puis transformée en une succession de caractères.
J’apprécie également de tout convertir en une seule opération (…ou pas…!) avant d’être exporté vers une autre application comme, ici, dans Drafts.

reduc-450

Bref, nous avons la chance épatante de disposer de deux solutions d’écriture manuscrite sur iPad.
À vous de vous en emparer.

Bien entendu, cette première saisie est ensuite triturée et balisée en Markdown dans un traitement de texte mais l’essentiel du premier jet quasi ininterrompu est bien là…

le 05/02/2021 à 15:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à JChris d'Urbanbike | Partager…?