Urbanbike

Recherche | mode avancée

Villes cyclables et déambulations quotidiennes

L'exemple d'Arcachon et du Cap Ferret…

dans ailleurs | brompton | dans mon bocal
par Jean-Christophe Courte

Non, je ne vais pas vous parler photo ni parcs ostréicoles…!

@urbanbike

Si circuler en train et en vélo est une mission parfois difficile (voir cette chronique sur urbanbike), c'est également le cas dans certaines agglomérations…

J'ai la chance d'habiter dans une ville qui se dote de plus en plus de pistes cyclables et aménage sa voirie en conséquence…

Rue de la Paroisses - Versailles

En nous rendant à l'improviste quelques jours sur le bassin d'Arcachon (oui, ça nous a pris d'un coup, on a prévenu personne…), bonne surprise une fois arrivé…

@urbanbike

Excellent réseau de voies adaptées…

@urbanbike

Les propriétaires de notre chambre d'hôte (…j'y reviendrais…!) nous ont prêté deux vélos et nous en avons loué un dernier auprès de locabeach

@urbanbike

Du coup, facile de circuler même si ces voies aménagées restent essentiellement sur la commune d'Arcachon pour le peu que nous en avons vu…

@urbanbike

Des aménagements le long des plages et souvent sans se mêler aux circulations piétonnes…

@urbanbike

C'est très correctement signalé…

@urbanbike

Des passages sous des ouvrages d'art …avec parfois des chicanes discutables pour éviter les descentes à don'f…!

@urbanbike

Mais aussi des rues un poil étroites même avec les sens uniques pour les automobiles.

Et donc des piétons qui débordent naturellement sur ces voies (…d'ou d'usage d'une trompe d'avertissement très efficace…!).

@urbanbike

Pas mal de râteliers et d'arceaux pour poser nos destriers (la super trompe est visible sur la photo qui précède…!)…

Mais l'idée était d'aller voir de l'autre côté du bassin…

Sachez d'emblée que vous pouvez louer des vélos directement de l'autre côté en arrivant au débarcadère Cap Ferret… C'est une solution qui semble la plus pratique… a priori.

Sauf que nous étions un peu excentrés et pour joindre la jetée Thiers (point de départ des bateaux pour la traversée), bien utile de s'y rendre… en vélo…!

@urbanbike

Du coup, nous sommes passés à chaque fois avec ces derniers…

@urbanbike

@urbanbike

Selon les embarcations, les vélos se retrouvent… là ou il y a de la place…!!

@urbanbike

Et peuvent prendre quelques embruns…

@urbanbike

Mais l'idée était de s'engager sur les pistes de la presqu'ile sous les pins… Imaginez des kilomètres de voies cyclables déconnectées du réseau routier (…et bordés d'arbousiers…). Bon parfois pas très clair pour s'y rendre. Mais une fois dessus, bonheur.

Bref, des solutions fort agréables pour une circulation douce qui méritent d'être étendues, déployées ou, pour certaines villes, mises en oeuvre…

Note de fin : Alors, si on se déplace sans souci avec un vélo même sur un bateau, au rail de faire quelques aménagements à son tour, non…?!

le 04/11/2013 à 05:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Circuler en train et en vélo, mission parfois difficile…

Et si l'on prenait enfin en compte le quotidien des usagers…

dans ailleurs | brompton | dans mon bocal | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Pour mémoire : j'ai, des années durant, voyagé sans souci avec mon Brompton, emprunté la Ligne L pour me rendre à Paris. Puis, en déménageant, la ligne du RER C même si, en cas d'incident, je bifurquais par la ligne N ainsi accompagné… Jamais une réflexion, toujours des contrôleurs sympas, voire amusés… Je n'évoque pas les démos de dépliage/pliage devant les yeux incrédules de voyageurs. Bref, j'ai toujours été convaincu qu'il n'y avait pas de difficulté à se balader avec mon fidèle compagnon à deux roues. Certes, le Brompton se réduit à la taille d'une simple valise, peut — si besoin — être revêtu d'une housse.

D'ou la petite annecdote qui suit et qui me démontre que sur les rails, selon les régions, ce n'est pas toujours la même chanson…!

@urbanbike

En descendant dans le sud-ouest, nous avons quitté le TGV pour nous glisser dans le TER qui relie la gare de Bordeaux Saint-Jean à Arcachon…

@urbanbike

Glisser est bien le mot : TER bondé. Des rotations réduites dues à des incidents ou des travaux qui impliquent moins de trains en circulation, des conditions météo exécrables (…oh les belles averses…!) et un entassement maximal dans les wagons en nombre insuffisant.

Pourquoi prendre son vélo dans le train…?

Le choix du vélo n'est pas qu'un simple choix écologique. C'est souvent un choix pratique ou par défaut.

Explications :

  • C'est souvent rejoindre en vélo la gare de départ depuis son domicile faute de places de parking en nombre suffisant sur place ou d'un service de cars inadapté… Sans oublier qu'un véhicule coûte un bras ou est impossible dans un budget mensuel serré…
  • Une fois sur place, ce n'est pas gagné si les râteliers et arceaux prévus pour les vélos sont peu nombreux, non surveillés, voire non abrités…! Retrouver son vélo vandalisé — ou ne pas le retrouver — est franchement une aventure que je ne ne souhaite à personne. Même les vieux vélos rouillés n'échappent pas à ces statistiques…!
  • Ensuite laisser son vélo à la gare de départ n'est possible que si votre destination finale est bien à proximité de la gare d'arrivée…! Or ce n'est pas toujours le cas. Si vous devez ensuite faire quelques kilomètres pour rejoindre également une zone d'activité mal desservie, ce vélo vous sera, de facto, à nouveau indispensable. Les même causes provoquant les mêmes effets…

Bref, le couple train + vélo devient vite — dès qu'on y a gouté, un optimum…

De plus, c'est toujours

  • moins de voitures en circulation sur les routes bondées avec un unique conducteur,
  • moins de particules nocives balancées dans l'atmosphère,
  • moins de places de stationnement occupées.

Aussi, une bonne optimisation des transports collectifs devrait faire face à un nombre d'utilisateurs en augmentation…

Logique…

@urbanbike

En théorie.

Or, sur certains TER (…dont celui que nous avons emprunté), le nombre de wagons se raréfie alors que le nombre d'usagers augmente. Du coup, la solution train + vélo qui devrait, elle aussi, croitre agace (sic !).

Effectivement, en réduisant le nombre de rotations et de wagons, on transporte les voyageurs dans de moins bonnes conditions (noooon, cette blague…!) et, résultat totalement ballot au final, on en arrive même à dissuader quelques utilisateurs de vélo de continuer à emprunter ces infrastructures faute de place pour transporter leurs deux roues…

Bingo !

Cet engorgement des wagons remet sur les routes déjà saturées des voyageurs potentiels du rail qui viennent à nouveau gonfler les bouchons…!

Pourtant certains cyclistes résistent (et comment…!) mais leur présence dans les TER n'est pas acceptée de la même manière par tous les acteurs du rail.

Pire, certains contrôleurs interprètent le règlement et essayent littéralement d'empêcher les malheureux cyclistes de monter dans les wagons, oubliant à la fois la mission de service public de la SNCF, le coût des abonnements déjà payés. Et, accessoirement, que ce sont des employés qui peuvent perdre leur job…

J'ai rencontré sur ce TER une personne qui a été littéralement empêchée de monter un matin avec son vélo alors qu'elle le fait depuis des semaines et qui a du batailler avec force pour rentrer dans un wagon certes encombré mais pas plein au point de la refouler. Du coup, cela a dégénéré.

Sans être ironique, il est clair que la réduction de matériel roulant n'est pas la meilleure voie (…humour !) pour résoudre la densification croissante des rames avec ou sans vélos…!

Je n'évoque même pas les engagements à propos de l'environnement ou la création de lien social, la lutte contre l'exclusion, les principes éthiques prônés par notre Société Nationale des Chemins de Fer sur son site Web…

Voyager en train avec son vélo est une mesure de bon sens avec des volets écologiques dont tout le monde pourrait bénéficier indirectement (…réduction de la pollution, du bruit, de la saturation des axes secondaires, etc.) à condition d'anticiper les nouveaux besoins et modes de transport des utilisateurs…

…et d'avoir des wagons en plus grand nombre avec des crochets pour des vélos.

Ailleurs…?

L'exemple des autres pays d'Europe devrait être examiné, même si la situation n'est pas toujours rose, certains pays comme le Danemark sont en pointe…

À ce propos, une saine lecture des pages du site ekidoko.com n'est pas inutile…!

Bref, ce n'est pas (encore) gagné.

Coucou amicale à la jeune brestoise rencontrée dans TER et qui se reconnaîtra…

Note de fin… Néanmoins, mon sentiment depuis 15 ans reste que c'est également aux usagers de faire un effort. Et dans cette optique, un vélo pliant de type Brompton reste le plus adapté tant pour voyager… que pour négocier avec les contrôleurs…!

le 03/11/2013 à 05:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Sans les mains

Mike conduit son vélo avec ses pieds. Et pour cause…

dans ailleurs | brompton | dans mon bocal | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Mike est né sans bras, sans mains.

Je ne vais pas vous en faire du mélo, Michael Trimble trouverait cela révoltant même. Il vit avec son chat et semble épanoui. Il est né en Ukraine après Tchernobyl, après 1986. A été adopté(*) par un couple d'américains après une enfance dans un orphelinat.

Avec l'aide de Michael Brown — Monsieur Maestro Frameworks — qui fabrique des bicyclettes, le voici désormais capable de faire du vélo.

Seul sur sa monture…!

@urbanbike

Photo de Bill Wade | Pittsburgh Post-Gazette

Bon, le jour où j'arriverais à ouvrir mon réfrigérateur et prendre un pichet avec mon pied, je serais aussi épatant que Mike.

C'est pourquoi je vous engage à simplement regarder la vidéo de Andrew Rush (montée le 20 septembre, c'est tout frais) qui explique comment ces deux là ont procédé.

Bravo… J'allais ajouter, les bras m'en tombent…

Sans la réunion des deux Michael, pas de vélo…!

Note de fin : J'ai relayé deux fois — ici et — cette incroyable manière de faire du vélo sur inexten.so mais le mieux est de vous inciter à faire l'effort de cliquer si vous ne l'avez pas encore vu intégralement…

Merci à Mila Sanina du Pittsburgh Post-Gazette qui m'a fait découvrir cette incroyable histoire…

(*) …merci Sylvain pour ta vue de Lynx et honte au correcteur auto qui a remplacé ce terme par adapté…!

le 30/09/2013 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Je construis mon véhicule électrique | Vélos, karts et motos

Arnaud Sivert et Thierry Lequeu

dans brompton | lire
par Jean-Christophe Courte

Bien entendu, quand j'ai lu vélo, je me suis dit tiens pourquoi pas…!

Saviez-vous que le rendement d'un moteur électrique est supérieur à 75% alors que celui d'un moteur thermique (à essence) est inférieur à 30% ?

Bon, je ne vais pas électrifier mon Brompton mais ce livre est à l'usage de tous ceux qui s'interrogent sur leur future monture…!!

Merci Jean-Luc mais tu sais que je suis nul en bricolage domestique. Alors là, cela demande un peu plus de neurones et de compétences…! Bref, je déclare forfait…!

Je continue de copier/coller la quatrième :

L'objectif de cet ouvrage est de vous aider à concevoir puis à construire votre propre véhicule électrique. Dans un premier temps il vous permettra de réfléchir à vos objectifs et de faire les choix les mieux adaptés à vos besoins et à vos moyens. Dans un second temps il vous donnera toutes les informations techniques utiles pour la construction de votre véhicule que ce soit pour l'utiliser tous les jours ou pour participer à des challenges ou à des compétitions.
Ce livre s'adresse à tous ceux qui veulent réaliser eux-mêmes leur véhicule électrique qu'ils soient collégiens ou lycéens (Bac pro mécanique, électrique, Bac STI2D, Bac S option sciences de l'ingénieur), étudiants en BTS ou en IUT (GEII, génie électrique, mécanique) ou élèves-ingénieurs.
Ce livre est aussi destiné à tous les autodidactes et amateurs qui ont le projet de réaliser leur propre véhicule électrique sans être spécialiste de ce domaine.

Voilà. Mais je suis old school, je continue à actionner mon vélo avec mes jambes…

Je construis mon véhicule électrique
Vélos, karts et motos
Arnaud Sivert et Thierry Lequeu
Dunod (collection ETSF)
9782100589449 | 18,50 €

@urbanbike

image caddie

Rien à voir : reçu cela…

@urbanbike

Un fax, comme c'est original…!!

le 27/09/2013 à 12:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Fil de fer et Brompton

À la demande générale

dans brompton | dans mon bocal | pratique
par Jean-Christophe Courte

J’avais évoqué sur Twitter ma réparation de fortune (sommaire aurait été un mot plus adapté) sur le garde-boue arrière qui se faisait la malle…

Photo explicite pour les amis…!

@urbanbike

Note : Hannibal Brompton alias Vincent Burgeon ajoute…

En passant vite fait : le truc utile que tout possesseur de Brompton se doit d’avoir toujours en quelques exemplaires au fond du sac, surtout si il part en balade…! Mais difficile à trouver (surtout en noir ; plus discret et élégant que les blancs qu’on vend au BHV)… Pour mémoire, c’est avec des machins similaires (plus gros, certes…) que j’ai rafistolé mon pédalier, pendant ma traversée des Pyrénées…!

@urbanbike

le 15/11/2011 à 07:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

90 vélos d’exception

224 pages de vélos et d'urban bikes…!

dans ailleurs | brompton | lire | voir
par Jean-Christophe Courte

Un bouquin à la gloire de ce truc à pédales astucieux qui me permet de me balader avec ma fille un peu partout et, notamment, de nous rendre ici…

@urbanbike

C’est le genre de bouquin que l’on feuillette bien à plat sur une table…

Format à l’italienne et photographies d’exception (…celles, mauvaises, qui illustrent ce billet ont été prises hier avec une lumière qui jouait à cache-cache avec les nuages et un G11 à réviser dare-dare)…

Et, première chose, j’ai immédiatement cherché si nos Brompton avaient droit de cité dans cet ouvrage…

@urbanbike

Oui…!!!!

Sauf que ce n’est pas le seul vélo pliant… J’ai continué un rapide feuilletage (…trop rapide car dimanche avec nombre de boulots à terminer…) et, au hasard des pages, suis tombé sur ces autres cycles…!

@urbanbike

@urbanbike

@urbanbike

Et même trouvé pour mes vieux jours…

@urbanbike

Bon, vous l’aurez compris, utilisateurs de vélos urbains, ce bouquin est un réel cadeau à vous offrir — mais surtout à vous faire offrir…!

@urbanbike

90 vélos d’exception | CYCLOPEDIA
Michael Embacher
Préface de Paul Smith
Photographies (fabuleuses) de Bernhard Angerer
Eyrolles
9782212132632 | 32 € pour 224 pages au format 210 x 275 mm (et 1345 grammes à ne pas se prendre sur un pied…!)

image caddie

le 19/09/2011 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Soyez vu sur votre vélo

Option, piles ou dynamo…?

dans bosser n’importe où | brompton | dans mon bocal
par Jean-Christophe Courte

Jusqu’à présent, sur mon Brompton, j’étais en mode piles

Petites lampes avant et arrière à piles rechargeables. C’est pas cher mais cela a une grosse tendance à ne pas être toujours génialement fixé . Voire même se détacher lors du pliage et/ou dépliage du brom.

Et, au moment où l’on a besoin, à tomber en rade avec les piles à plat. Alors, même en se baladant avec un jeu de rechange, faut penser à bien recharger ces dernières, ne pas se gourer de jeu… Bref, galère si on n’est pas méthodique.

Or je ne suis pas méthodique pour ce genre de choses.

Cet été, avec les quelques séquences orageuses avec ciels gris et véritables interruptions de lumière solaire, nappes de brouillard en sus, j’ai pris conscience que mon éclairage n’était franchement pas à la hauteur sur les petites routes non éclairées.…!

Bref, que j’étais à la merci d’un conducteur distrait malgré mes catadioptres sur les pédales et mon timbre poste lumineux clignotant en guise de feu arrière.

Certes, se vêtir d’un gilet fluo, placer des bandes réfléchissantes sur le sac à dos sont des solutions de fortune efficaces mais c’est aussi éclairer de ce qui se passe devant, sur la route, qui pose problème à la campagne.

Et en ville…?

Idem, même avec des éléments qui clignotent, c’est pas le top pour être vu dans la circulation surtout à ces moments de bascule dans la journée, ceux dits entre chien et loup.

Bref, se rendre en rendez-vous client avec une chance sur deux de se retrouver écrabouillé, non…!!!

Du coup, disposant en direct des excellent conseils d’Hannibal Brompton (!), alias Vincent Burgeon, j’ai profité d’une révision générale — et indispensable — de mon vélo aux vélos parisiens pour faire faire le nécessaire.

Ces derniers m’ont rendu un vélo comme tout neuf…

@urbanbike

@urbanbike

Première résolution, essayer de maintenir le tout aussi propre toute l’année mais c’est pas gagné…!

Sinon, la pose de l’éclairage à l’avant donne ceci avec un catadioptre intégré dans le phare LED…

@urbanbike

C’est un LED B+M Lumotec IQ Cyo RT senso plus, choix des vélos parisiens approuvé par Vincent…

@urbanbike

Reliée à la fameuse dynamo SON K439 placée dans le moyeu…

@urbanbike

@urbanbike

Bon, déjà, ça éclaire bien, 60 Lux…! Ensuite, pas de risque que la dynamo saute en passant dans un nid de poule ou sur un caillou…

Mon test de nuit hier a été probant, j’ai pu rouler confortablement dans mon quartier et m’aventurer dans un vaste parking à ciel ouvert, non éclairé, surprenant quelques sportifs qui revenaient de leur footing en forêt pensant croiser une moto…!

Mieux, j’ai de la réserve, aucun risque de gag d’extinction des feux en m’arrêtant à un Stop…!

D’ailleurs, en prenant mon RER au retour de Paris hier, il m’a fallu attendre près de 5 bonnes minutes avant que mon feu rouge arrière finisse par s’éteindre…!

Monsieur, vous avez laissé votre feu allumé…

Ce dispositif d’éclairage est aussi une façon plus sérieuse de prendre sa place en ville, d’être bien perçu par les automobilistes dans la circulation. Là, difficile de prétendre ne pas nous avoir vu.

À propos de la couverture lumineuse de ces lampes, Vincent nous propose ce lien, un comparatif de Peter White Cycles qui en dit nettement plus en images…

En partant de la dernière photo de ce billet, vous avez la solution installée par Vincent sur son propre Brompton (un Supernova E3 Triple surpuissant…!) et, en remontant 5 images, ma nouvelle loupiotte…

Bon, ça un coût (faut avoir les moyeux (!!) pour être précis…) mais je comprends désormais l’insistance de Vincent sur ce paramètre clé en terme de sécurité. Relire ses billets dont celui-ci

Oui, ma peau de graphiste indépendant vaut bien ce type d’investissement. Bref, moi aussi j’ai vu la lumière…! (Private joke)

Ça tire…?

Je n’ai pas senti de différence notable avant et après l’usage de cette dynamo. Par contre, je me sens nettement plus d’attaque désormais pour circuler en ville cet hiver comme en soirée…!

Pour finir, cela va sans dire mais c’est mieux en le disant, merci aux vélos parisiens qui ont été hyper réactifs sur cette installation comme sur la révision.

le 15/09/2011 à 06:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?