Urbanbike

Recherche | mode avancée

Tous en selle…!

Brooks and Brompton

dans bosser n’importe où | brompton | groummphh | potager
par Jean-Christophe Courte

J'ai fait réviser aux Vélos Parisiens (note pratique, attention, fermeture du 7 août au 7 septembre !) ma fidèle monture, celle qui m'accompagne chez les clients comme en prise de vue sur le terrain…

20100728_IMG_5050_ub.jpg

Le cabas transporte mon boitier et ses accessoires.

Comme j'ai découvert que j'étais un looser multirécidiviste, genre le gars qui a dépassé 50 ans sans s'offrir une rolex. Et, désormais encore plus grave encore, un gars qui utilise un iPhone 4, le téléphone décrié par tous les experts auto-proclamés, j'ai décidé de corriger la tendance en suivant les conseils d'un véritable spécialiste, Vincent…!

Prends une brooks, tu ne regretteras pas…! qu'il disait. Bref, profitant de cette indispensable révision (entre la circulation urbaine et les virées dans le parc à la recherche des mes sujets végétaux, un peu encrassé mon vélo…!), j'ai opté pour une Brooks…

20100728_IMG_5059_ub.jpg

C'est quoi une brooks ?
Bonne question, je ne savais même pas que cela existait, pensant comme tout un chacun qu'une selle, c'est une selle. Que nenni ! Qui veut aller loin ménage sa monture et ses appuis fessiers…! (nb : merci à futoshita pour la relecture de fond…!)

Bref, j'ai opté avec Nicolas (le mécano de ma générale !) pour un modèle adapté à mon âge, un truc confortable avec des ressorts qui ne grincent pas…!

20100728_IMG_5062_ub.jpg

20100728_IMG_5067_ub.jpg

Et mes premiers tours de roue juché sur ce royal trône m'ont fait découvrir que l'on pouvait donc circuler confortablement…! J'aurais du y penser plus tôt, c'est un peu comme de passer de la chaise dactylo à l'aéron…!

Bon, le seul truc qui m'inquiète est qu'il semble réellement nécessaire d'entretenir ce siège, le masser, le tendre, le cirer ou des trucs approchants. Ayant définitivement oublié l'usage du cirage depuis mon années sous les drapeaux, il va me falloir suivre une formation…!
Note(s) de lecteur(s)…

Évidemment, Vincent lit urbanbike… Et répond !
Hop, une rapide formation "chez soi" :

Bon, en fait il faut surtout y faire attention, mais l'entretien lui-même est assez réduit :
- Ne **jamais** l'abandonner sous la pluie (petite housse de protection vendue par Brooks ou sac plastique, et puis c'est pas un pliant pour rien),
- si abandonnée sous la pluie : laisser sécher tranquillement à l'air libre et regraisser quand complètement sèche,
- entretien : d'aucun utilise de l'huile de pied de bœuf mais je préfère l'enduit spécial de Brooks. Masser, lustrer, frotter, comme une bonne paire de brodequins… Deux à trois fois par an pour un usage quotidien, c'est bien assez (donc pour toi, c'est 1X, au grand nettoyage de printemps par exemple). Perso j'utilise la même boîte d'enduit depuis… 6 ans.
Le lustrage se fait de toute façon au jour le jour, avec le futal du courageux travailleur !
- Réglage et tension : une micrométrique rotation de l'écrou situé sous le bec de selle, de temps en temps, quand tu auras l'impression que le cuir s'affaisse. Mais n'y songe pas avant un an… D'ailleurs, il va te falloir quelques mois pour "la faire", pour qu'elle se ramollisse… Courage ! :)

Attention, si usage intensif et prolongé (genre lors d'une grande balade d'une journée) : peut éventuellement tâcher un pantalon clair (sueur…)…

La mienne a 17.500 km… Toujours en bon état, toujours confortable, juste un peu patinée…

le 28/07/2010 à 15:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPhone 4 et brompton

Gare de l'Est

dans brompton | dans mon bocal | photographie | potager
par Jean-Christophe Courte

Arrivé Gare de l'Est pour récupérer ma petite famille hier, je sors de voiture… Et hop, à deux pas, un brompton !!

Du coup, j'ai utilisé mon iPhone 4 pour immortaliser cette rencontre. Et, surtout, montrer l'usage et la qualité de l'appareil photo intégré en postant la photo d'origine (2,2 Mo en JPG), histoire que vous puissiez vous faire votre opinion…

20100717_IMG_1047.png

cliquez sur l'image pour attendre l'image source. Brut de fonderie, CQFD.
Note(s) de lecteur(s)…

Et comment le note Ysengrain…
C'est fou la quantité de gares ferroviaires qu'on trouve à proximité des vélos !!!


Rien à voir mais comme on cause vélo… le vélo peut servir à déménager (si, si !). Ce lien via twitter de Vincent.
Cela se passe au Canada chez myette.ca

Et le Vincent d'urbanbike envoie ce lien : des remorques à vélo…! Et ajoute…
Je penche pour un modèle 2002/2003 à 3 vitesses avec garde-boue arrière changé (l'ancien a dû casser à force de supporter le poids du vélo, lors du parquage).
Remarque qu'apparemment quelqu'un lui a tordu son levier de frein gauche : raison pour laquelle je ne laisse jamais mon pliant accroché à l'extérieur …

le 18/07/2010 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Brompton et déploiement

Rappel du concept… Et des usages possibles

dans bosser n’importe où | brompton | potager
par Jean-Christophe Courte

Chronique écrite le 16 octobre 2009 et mise à jour ce 24 juin en pensant à tous les usagers coincés par les grèves et embouteillages…

Comme ma fille m'a récemment volé mon vieux Brompton (je veux le vélo de Papa ou rien…!!!) — vélo qui a sensiblement son âge, j'ai du me résoudre à passer aux vélos parisiens pour en acquérir un nouveau, d'autant que cela me sert pour me rendre chez mes clients, filer à la Poste ou à la Banque.

Eh oui, quand vous êtes indépendant, vous devez vous balader de temps à autre chez vos clients, partenaires ou fournisseurs. Or le réseau ferré ne suffit pas toujours à vous amener à l'endroit idoine (…surtout quand cela coince comme hier matin). La voiture, j'oublie au maximum dès lors que je me déplace seul : embouteillages, problèmes de stationnement, je ne vous fais pas un dessin.
Certes, il y a le Vélib, très bien pour les parisiens mais je vis en banlieue.

Le gros avantage du Brompton est que l'on peut le réduire à cela…

20091014-IMG_8532_ub.jpg

Et donc le trimballer d'une main.
La version acier est de l'ordre de 11 kilos et des poussières, la version titane plus légère d'un bon kilo (mais soulage également votre portefeuille…). Bon, la souplesse est alors indéniable et en mode six vitesses, à nous les montées sans s'arrêter (en théorie…!).

Bien évidemment, ce vélo ne s'emploie pas comme sur la vue précédente. Il se déploie…

20091014-IMG_8534_ub.jpg

20091014-IMG_8535_ub.jpg

20091014-IMG_8538_ub.jpg

20091014-IMG_8540_ub.jpg

20091014-IMG_8542_ub.jpg

Et enfin, hop…! Bon, là calé sur un pot de fleurs car il n'a pas besoin de béquille au repos (voir l'image précédente…)

20091014-IMG_8545_ub.jpg

Pourquoi un vélo pliant…?
Les raisons sont multiples. Déjà vous déplacer un peu plus vite qu'à pied…! Et avec une charge accessoirement…! Souvenez-vous toujours que ce vélo se plie et se déplie en moins de 30 secondes (avec entraînement).
• Vous allez voir vos contacts en vélo et, très franchement, c'est assez sympa d'engager la conversation via ce truchement. À condition de ne pas arriver chez eux en nage…!
• Pas de souci pour le parquer, vous le pliez et vous faites le rendez-vous en sa compagnie…! On peut l'accrocher avec un anti-vol mais le plus simple est de le garder avec soi. Cela permet du coup de tester, indirectement, votre interlocuteur.
• Pas de problème de garage chez vous si vous vivez dans un petit appartement (vous le glissez sous votre bureau, CQFD).
• Vous partez en WE, hop, dans le coffre, pas besoin de galerie pour le trimbaler…
• Vous pouvez le rentrer dans le RER ou dans le train sans occuper trop de place. Idem dans le TGV comme une simple valise (au pire en le glissant dans son sac souple qui le banalise).
• Idem dans le métro ou le bus même si cela n'a pas trop d'intérêt.
• Pas de souci au passage des contrôles et autres portillons automatiques. Si vous avez un dispositif handicapés comme — sans jeu de mots ! — à Invalides, c'est parfait mais on peut aussi le passer en le soulevant…
• Pas de souci dans les couloirs, dans les escalators, sa petite taille est parfaite et le système qui permet de la maintenir rigide à la demande est bien pratique.
• De plus, c'est un vecteur de rencontres. Il est rare que vous fassiez le trajet sans qu'une personne, intriguée, ne vous pose une question à son sujet. Et engage une discussion sympa.
• Comme il est traité contre la corrosion, ceci explique aussi pourquoi il est plébiscité par les plaisanciers…
• Enfin, on peut lui adjoindre un sac ou un cabas devant son guidon, certains modèles ont même un porte bagage.
• Pour conclure, avec les accessoires qui vont bien, franchir comme Vincent les Alpes…!

J'ai certainement oublié d'autres usages, à suivre donc…!
Note(s) de lecteur(s)…

Vincent (celui des Alpes en Brompton) ajoute…
… Te reste plus qu'à le customiser comme la plupart des fondus :
- nouvelles pédales MKS clipsables (pour changer suivant les envies)
- selle Brooks (avec rails en titane comme il se doit)
- sacoche de selle en cuir qui va bien (le prix de la selle, au bas mot)
- leviers de freins shimano (pour remplacer ceux en plastoc de Brompton)
- dynamo SON et phare eDelux pour l'hiver (une tuerie ce phare)
- pneus marathon +, blindés
- etc.

Et je vous épargne son excellente analyse des plateaux arrière. Quoi que.

Suite.
J'avais posé cette question à Vincent…
J'hésite à changer le pignon arrière : 44 ou 52 That is the question… Avis du gourou…?

Réponse de notre spécialiste…
Tu veux dire… le plateau :)

Facile :
- si tu aimes bien mouliner, faire travailler ton cœur et souhaites éventuellement pouvoir grimper des côtes avec un petit chargement sur le vélo : plateau de 44.
- si à l'inverse tu voudrais pouvoir rouler vite (minimum 35 km/h) sans trop mouliner et que tu n'as pas peur de pousser sur les pédales : plateau de 54.

Je t'ai trouvé les développements (distance parcourue en un tour de roue :)) sur le Forum Brompton, ça te donnera une idée.
Ta config se situe sur la ligne "plateau d'origine - 50". Au-dessus, option 54 dents, en-dessous : option 44.

Tableau modifié par mes soins pour que cela rentre dans la colonne d'urbanbike…
20091013_brompton_rapport.png

En quelques mots : si on regarde la première colonne de chiffres, on voit qu'entre le 44 dents et le 54 dents, il y a un décalage de 1 développement… (le 2,32m s'ajoute sur le 44 dents alors que le 54 dents commence à 2,84 m). Donc avec le 44 dents, tu gagnes une vitesse en montée. C'est une bonne "petite" vitesse, pas négligeable du tout, qui devrait déjà te permettre de gravir de jolies côtes, si je compare avec ce que j'ai sur ma bécane.

Par-contre, pour le 54 dents, le dernier développement est énorme !… 8,59 m, c'est un développement de vélo de course !…
Pour info, j'ai 6,90m en dév. maxi, et j'atteins sans problème les 45 km/h (en peloton). C'est en dépassant le 50 que ça commence à mouliner sévèrement.
Donc avec un développement de 8,59m, tu peux descendre des cols à 70 km/h et continuer à pédaler tranquilou… :)

Bref, à vue de nez, je te conseillerais celui de 44 : d'abord tu ne me donnes pas l'air d'être le genre de cycliste à toujours foncer bille en tête (enfin, pas à vélo quoi) donc exit les performances, et par ailleurs j'ai cru comprendre qu'un peu de travail cardiaque te conviendrait bien ; donc hop, faut mouliner… !

Merci Vincent…!

le 24/06/2010 à 10:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Brompton en mode cyclotourisme – caméra embarquée | 2

En action…

dans brompton | photographie | signé vincent
par Vincent Burgeon

Dans un billet récent, il était question de monter, en voyage ou en balade, un APN sur un Brompton, grâce à un petit support bricolé, facile à glisser dans le fourre-tout ou la sacoche de guidon. J'avais proposé un assemblage de clamp, spigot et rotule Manfrotto

Suite à divers conseils, j'ai apporté de petites améliorations à l'ensemble, et puis fait quelques essais concrets.
Comme le suggérait J-C, j'ai d'abord ajouté un plateau rapide (ref.323) pour pouvoir monter/démonter facilement l'APN, (très pratique, les petits matins de janvier, avec les gros gants, par -5 °C), et, suivant l'avis de Laurent j'ai opté pour un spigot plus long, histoire d'avoir une meilleure latitude dans l'orientation du reflex.

Pour éviter le desserrement des pas de vis du spigot, j'ai ajouté du frein-filet et ai sorti ma pince multiprise pour serrer le tout ; quelques gouttes de prudence dans un océan d'inconscience, d'après certains… bon.

Ca donne ceci :

20100226_montage2.jpg

Est-ce bien sérieux ?
Après deux semaines à trimballer mon reflex partout sur mon vélo, je résumerais ma pensée à un mot : occasionnel. En effet, pour un usage régulier (mais bon, qui en ferait un usage régulier ?) ou professionnel, il existe des solutions bien plus robustes (et donc moins risquées pour le matos) comme par exemple le Magic Arm de Manfrotto.

Par-contre, dans un contexte de prises de vue ponctuelles, de voyage cyclo ou de projet vidéo à petit budget, cela s'avère tout-à-fait utilisable, à condition d'observer quelques règles de prudence…
  • Primo : protéger au mieux l'APN. Bien entendu, il existe dans le commerce une multitude de possibilités… J'opterais pour la bonne grosse lucarne en plastique dur qui couvre l'écran arrière (pour se prémunir des projections de graviers) et le filtre UV ou Polarisant (selon l'effet voulu) pour préserver la lentille frontale. Ensuite, une éventuelle housse anti-pluie ou housse anti-bruit ; celle-ci plus épaisse pouvant également faire office d'antichoc (dépend du type de chocs, bien sûr). Il existe aussi des solutions genre Camera Armor… Et puis il est toujours loisible d'effectuer son propre bricolage à base de matelas mousse et de scotch.

  • Secundo : assurer le boîtier en fixant la sangle, bien tendue, à un point fixe sur le vélo. De la sorte, si l'un des éléments du montage venait à se desserrer, le boîtier ne bougera pas (trop). Pour ce faire, un petit mousqueton ou une deuxième sangle à fermeture par clip viendront bien à point.

  • Tertio : serrer impérativement toutes les vis à fond…!!

Évidement, j'ai tenté de pousser le montage vers ses limites en augmentant progressivement le poids de l'ensemble. Le clamp Manfrotto a finalement commencé à montrer des signes de fatigue au niveau du revêtement intérieur des mâchoires : il a tendance à se décoller. Un peu décevant, car il y a fort à parier qu'un caoutchouc plus épais et plus rigide aurait tenu le coup…

Attention, car sans cette protection, c'est la peinture du vélo qui en prend un coup.

20100226_clamp-hs.jpg

Caméra embarquée
Pratiquement, ça fonctionne plutôt bien. l'APN ballotte évidemment parfois un peu, et certaines images sont alors totalement illisibles (et carrément risibles), mais le montage tient. À noter qu'iMovie dernière mouture propose une fonction de correction des saccades et tremblements qui donne d'assez bons résultats.

Au niveau des angles de vues, on peut cadrer à peu près n'importe quoi de ce qui se passe sur et autour du vélo, où les points d'attache ne manquent pas — plus particulièrement sur le Brompton qui a une tige de selle très longue.
Par ailleurs, comme on peut toujours faire — après coup — une rotation logicielle (photo ou vidéo) de 180°, l'appareil peut être placé cul par dessus tête, ce qui multiplie les angles possibles autour d'un seul point de fixation.

Ci-après quelques exemples (montage et cadrage) de ce qu'on peut faire avec ce bricolage et deux optiques grand-angles (un Canon 17-40 mm et un Peleng 8 mm). Attention, il s'agit bien de photogrammes tirés de vidéos faites avec le 7D, la question ici n'est donc pas d'illustrer les qualités photographiques du 7D (pour ça, j'aurais bien entendu photographié des murs de briques)… Je pense d'ailleurs, au vu du résultat, que j'ai encore beaucoup à apprendre sur la meilleure façon de shooter en vidéo avec un APN, mais bon, c'est une autre histoire… !

Sur le cintre :

20100226_chateaudeau2-apn.jpg

Toujours sur le cintre, vers l'avant :

20100226_longchamp-apn.jpg

Sur la fourche, vers l'arrière, le boîtier ayant la tête en bas :

20100226_republique4-apn.jpg

Même fixation, mais l'appareil a pivoté de 180° et regarde vers l'avant :

20100226_republique2-apn.jpg

La sangle du boîtier était fixée au sac de guidon, retiré pour la clarté de la photo.

Au-dessus de la fourche :

20100226_stmartin-apn.jpg

Même endroit, mais avec le fisheye – voyez, malgré le contre-jour, les détails bien visibles de la chaussure (la gestion de l'exposition par le 7D est très bonne) :

20100226_republique3-apn.jpg

Bon, ce ne sont là que quelques exemples.
J'ai essayé pas mal d'autres points de vue qu'il serait longuet de détailler ici, mais pour vous faire une idée globale du rendu, je vous invite à visionner le clip ci-dessous, montée pour les besoins de la cause en coupant-collant allègrement dans tous mes rushes. Disons que, l'occasion se présentant, je me suis senti assez larron pour retrousser mes petites manches et ouvrir enfin iMovie et tenter d'en faire quelque chose…

Bande-son et bruitages de rigueur – sortez le casque !



Voilà ; j'espère que ça aura donné de bonnes idées à certains…!
…Pour ma part, je pense que je n'ai pas fini d'expérimenter de ce côté-là.…

le 26/02/2010 à 09:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Vincent Burgeon | Partager…?

Brompton en mode cyclotourisme – caméra embarquée

Manfrotto, Canon 7D et Brompton

dans brompton | photographie | signé vincent
par Vincent Burgeon

Lors de mon dernier voyage cyclotouriste, une de mes grosses frustrations fut de n'avoir pas à portée de main mon APN. En effet, bien que chaque photo soit l'occasion de s'arrêter pour admirer le paysage (et souffler un coup), c'était parfois un tantinet laborieux d'ouvrir mon bagage, sortir l'APN, et tout remballer une fois la marmotte ou le nuage immortalisé. Et puis, certains clichés sont moins faciles à faire (scènes prises sur le vif), voire carrément impossible sans un minimum de préparation. Au final, je me retrouvais avec beaucoup d'images similaires et pas énormément de variations dans le point de vue. Par ailleurs, l'idée de faire quelques clichés et vidéos du genre "embarqué" me titillait…

J'ai donc cherché le moyen de monter solidement un boîtier – et, tant qu'à faire, un gros boîtier – sur mon Brompton.

Il fallait donc que ça soit léger, versatile, facilement démontable et si possible réutilisable pour d'autres usages. Exit immédiatement les systèmes en plastique à la solidité douteuse et les supports façon Paridaqar montés à demeure sur le véhicule… le vélo.

c'est finalement chez Cirque-Photo (petit interlude pour vanter les bienfaits du commerce de proximité) que j'ai trouvé l'accessoire qu'il me fallait. Il s'agit tout bêtement d'un clamp (une pince ?) de poche de marque Manfrotto (ref. 386B nano-clamp). Qualité principale : il est donné par le constructeur comme pouvant supporter 5 kilos en traction verticale ; ce qui laissait une bonne marge de manœuvre pour ce que je projetait de lui faire subir.

Trois choses notables : d'une part, il est pourvu de deux pas de vis (Kodak et Congrès), ce qui permet d'y fixer à peu près n'importe quoi, pourvu que ça soit inférieur à 5 kilos, ensuite la poignée qui actionne la pince est orientable grâce à un petit ressort (c'est-à-dire que, s'il n'y a pas moyen de faire un tour complet pour serrer la vis, on peut lui faire faire des petits allers et retours – ça s'est avéré utile pendant mes tests, quand la poignée de frein ou le compteur kilométrique se trouve être dans le passage) et finalement l'ensemble est construit en métal et fort bien ajusté, ce qui lui confère une bonne rigidité et donne à l'utilisateur une certain confiance (toute symbolique, je vous le concède…)

Je me suis également procuré une petite pièce de jonction (le truc doré dont j'ai oublié le petit nom) pour pouvoir y fixer ma mini-rotule toujours Manfrotto (dont la référence est, je pense, bien visible sur la photo).

20100202_1-elements.jpg

Notez que ladite rotule est également bien conçue (enfin, au regard du cas qui m'intéresse) : en effet, la poignée de serrage joue sur la position du petit plateau ET la rotation de la rotule autour de son axe vertical. En pratique, cela signifie qu'il n'y a qu'une seule manipulation à faire pour desserrer la rotule, positionner l'APN monté dessus et resserrer le tout. Très efficace, quand on n'a que deux mains et deux paires de gants par-dessus…

Le montage donne donc quelque chose comme ça :

20100202_2-fixed-tube-selle.jpg

Et le voilà fixé avec du gros matos sur le cintre du Brompton.
Je vous garanti qu'une fois bien serré (j'ai dis "bien"), ça ne bouge pas…

20100202_3-cintre.jpg

La même, vue de profil. L'intérêt, c'est de pouvoir manipuler l'APN tout en roulant, évidemment, pour prendre des clichés ou faire des vidéos comme (au hasard) lors d'une descente de col de haute montagne…
Ajoutons à celà un plateau rapide (que je n'avais pas ici) et l'APN devient immédiatement utilisable pour d'autre usages (ou escamotable en cas de pluie).
Pour sécuriser l'appareil (et se rassurer, soyons franc), il n'est pas idiot de fixer la sangle autour d'un point fixe…

20100202_4-cintre.jpg

La pince permet de fixer le montage à peu près partout sur le vélo. Ici sur le tube de selle ; testé longuement ce dimanche, notamment dans des rues pavées. Rien n'a bougé. Par-contre, mon bidon d'eau s'est fait la malle…

20100202_5-tube-selle.jpg

Possible également sur le tube du guidon, à l'avant du vélo…

20100202_6-colonne.jpg

Et pourquoi pas sur la fourche ? Avec un fisheye, une bonne solution pour se prendre en photo, pendant une randonnée en groupe ou en famille… Bon, avec l'appareil placé si près du sol, il faudra bien évidemment penser à le protéger (bonjour les gravillons dans l'écran arrière!) et à installer une télécommande sans fil, pour pouvoir déclencher sans lever les doigts du guidon… !

20100202_7-fourche.jpg

Bref, de quoi s'amuser pour pas cher…

Notes :
- Y-a-t'il d'autres façons de joindre la rotule au clamp ? Je pensais à une bête tige filetée coupée à dimension voulue, mais il me semble que le filetage du pas Congrès est un peu particulier…
- Une bonne chose à faire serait de mettre un peu de frein-filet sur les pas de vis de la pièce de jonction, histoire de bien la solidariser avec le clamp et la rotule.
- Selon l'endroit où l'on fixe le montage, le type de vélo (suspension, gros pneus, etc.), le parcours (pavés, cailloux,…) et le genre d'APN, les vibrations peuvent être assez importantes (et sans doute pas très bonne pour certains matériels haut de gamme)… Je n'ai pas trouvé de système pour amortir les vibrations, mais ça doit pouvoir se bricoler…
- Attention, plus la focale de l'objectif utilisé augmente, plus les vibrations seront visibles sur une vidéo et plus le risque de flou de bougé sera grand sur une photo.

…Bon, prochainement : des exemples !
Note(s) de lecteur(s)…

Jean-Christophe d'urbanbike ajoute…
Pour ma part, j'aurais utilisé des plateaux rapides de chez Manfrotto. Mais depuis que j'ai lu ce billet, cela me démange de procéder de manière similaire sur mon brompton…! Bon, en même temps, je n'ai pas ce besoin en plaçant mon 180 dans le sac Cabas…!

Laurent d'urbanbike ajoute, suite à ceci "Je me suis également procuré une petite pièce de jonction (le truc doré dont j'ai oublié le petit nom)"…
C'est le Spigot court universel de 16 mm avec double filet mâle de 1/4" et 3/8”.
Référence 118 chez Manfrotto.
Tu devrais essayer avec le 013 qui est plus long et doit par conséquent permettre de mieux orienter l'appareil...

le 02/02/2010 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Vincent Burgeon | Partager…?

Brompton et transport d’ordinateur portable

C Bag, 22 litres et 15 pouces Apple…

dans bosser n’importe où | brompton | potager
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : comme me l'indiquait par courriel Vincent — Monsieur je franchis les Alpes en vélo pliant, urbanbike risque de devenir temporairement un repaire de geeks du Brompton…!!


Je reviens sur un point crucial qui peut intéresser tous ceux qui doivent trimballer leur ordinateur portable ET envisagent d'utiliser un vélo pliant : la problématique du sac.

En juillet, j'avais évoqué l'usage assez pratique du cabas (voir Brompton : trois accessoires utiles) installé devant le guidon. Depuis, je l'utilise au quotidien et cela a nombre d'avantages quand je pars faire des courses ou si je transporte mon 5D avec le 180 macro prêt à l'emploi pour faire des photos aux petites heures du matin. Certes, il est possible de détacher le cabas, de mettre un sac photo dedans, etc.

Mais le véritable problème, c'est la pluie…! Pas terrible pour le matériel photo.

Certains lecteurs se souviennent peut être de mes tests de sac à dos ou de sacs :
• Le Pyjama Pride L de chez Crumpler
• Le Muffin Top Full Photo BP de chez Crumpler
• Le Match Maker M puis le Crumpler Daily 370 (ce dernier a été adopté pour transporter mon 5D et une optique)
…Avant de revenir à mon fidèle Boblbee pour le transport du portable

J'avais donc toujours cette envie de balader un peu de matériel photo a minima et/ou accessoirement mon ordinateur portable pour me rendre à un rendez-vous le nécessitant. En changeant de Brompton, j'ai opté pour un C Bag interchangeable par ailleurs avec le fameux Cabas.

En effet, ils se glissent, l'un comme l'autre, sur une platine conçue par Brompton avec un système de sécurité qui vous évite de voir votre sac se détacher lors d'une embardée trop violente…!

20091014-IMG_8507_ub.jpg

C'est ce dispositif en forme de V inversé au-dessus du catadioptre. Il est prévu pour supporter une dizaine de kilos et l'idée n'est pas non plus de se charger comme une mule mais juste de transporter des éléments à l'abri de la pluie.

Le C Bag ressemble à cela et est doté d'éléments réfléchissants…

20091019-IMG_8574_ub.jpg

Ce sac peut accueillir un MacBook Pro 15 pouces dans sa protection made in Crumpler, il faut juste être un peu soigneux pour le glisser au bon emplacement…

20091019-IMG_8576_ub.jpg

Accessoirement, d'autres éléments peuvent prendre place dont un boîtier numérique à condition de prévoir également un dispositif de protection, le Brompton n'est pas un vélo équipé d'amortisseurs. En sus, vous avez une poche en résille, une autre poche à l'opposé avec des coutures bien étanches et des tas de compartiments dans le sac. Le tout est bien fini et en Cordura.

En fait, ce sac est rigidifié par un cadre mobile — extrait ci-dessous pour le besoin de l'explication — qui contient le dispositif de connexion sur la platine à l'avant du vélo… Ce cadre peut être retiré et laissé sur le vélo si besoin est, le sac devenant alors assez anonyme.

20091019-IMG_8579_ub.jpg

20091019-IMG_8580_ub.jpg

20091019-IMG_8582_ub.jpg

Une fois solidaire, vous avez même une petite poignée de transport, en plus de la bandoulière pour le mode "sans cadre". L' ensemble est alors très rigide.

20091019-IMG_8575_ub.jpg

À noter les deux poches extérieures qui se situent côté cycliste et de part et d'autre de la platine d'accrochage. Ce sac est livré avec une superbe poche étanche jaune fluo terminée par un élastique, poche qui se glisse par dessus l'ensemble pour garantir une barrière totale contre la pluie.



Pour en savoir plus sur ce vélo, rendez-vous sur leur site anglais — brompton.co.uk — et téléchargez leur brochure…!

Enfin, je vous engage à lire l'histoire de Brompton et de son fondateur, Andrew Ritchie, une saga riche en rebondissements. Lisez bien entre les lignes le parcours de cet entrepreneur face à l'indifférence des banques et des investisseurs. Très instructif sur le total manque de vision de ces derniers…!

Bon, je pense que l'on a abordé l'essentiel pour le moment…!
Info(s) pratique(s)…

Non, c'est le hasard…! Andrew Ritchie receives Prince Philip Designers Prize… Et sur la BBC, cela donne ceci
Yessssss…! God save the Brompton…!

le 20/10/2009 à 07:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Brompton et web

brompton bike tours at 100% design london

dans brompton | potager | voir
par Jean-Christophe Courte

Deux petites choses à propos du Brompton, le vélo que Vincent a utilisé pour franchir les alpes et qui a inspiré le nom d'urbanbike…

Le site entièrement refait (si, si…!), brompton.co.uk mais encore à perfectionner (et déboguer)…

20090825_brompton 2.png

Et un événement assez amusant relaté ici même sur designboom.com à qui nous empruntons cette photo emblématique…!

20090825_brompton_1.png

Pour ma part, je l'utilise tous les jours sur les chemins de terre de Belle-île avec, dans le cabas, de quoi photographier. Bon, l'absence de suspension se fait parfois sentir…!

20090824-BIG_4612.jpg

le 25/08/2009 à 21:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?