Urbanbike

Recherche | mode avancée

Écrire à la main sur un écran, oui mais…

Pourquoi ne pas reconnaitre une écriture manuscrite sur papier !

dans dans mon bocal | écrire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Plus j’écris à la main, plus j’attends – en parallèle au stylet et à l’écran tactile – un dispositif pour lire et interpréter mon écriture manuscrite écrite, cette fois-ci, au crayon sur un carnet ou une feuille de papier.

La faute en incombe à MyScript Nebo – Prise de note pour Apple Pencil, à MyScript Stylus - Handwriting Keyboard et à la fantastique liberté d’écrire à la surface de l’iPad Pro avec un stylet.

Le souci (…ce n’en est pas un !), c’est que j’ai repris goût à l’écriture manuscrite, j’ai modifié ma calligraphie pour être mieux reconnu par ces épatants outils mais…

Le test des stylets a été l’occasion de constater que l’on peut choisir un style mou, dur, un qui couine, un qui fait du bruit mais qui est reste précis comme le Pencil d’Apple.

Mais, dans tous les cas, on écrit sur une vitre.

Mes essais sur le iPhone sont sympas mais le format est un poil trop faible et, surtout, la longueur de ligne reste réduite même au format paysage. Ça fonctionne mais cela reste fatiguant, pas la même souplesse que sur le iPad Pro.

Qu’est ce qui ne manque ?

Je vais me pencher sur ce projet de feuille (…plus exactement de couvre-écran d’iPad), celui qui donne l’impression d’écrire sur du papier.

Mais en vérité, j’aime bien le crayon, plus exactement le porte-mines de 1,4 mm et écrire sur du …papier.

Aussi, je le dis à nouveau car je l’ai écrit ici il y a une bonne année, je rêve d’une application qui soit non un OCR à caractères d’imprimerie mais un OCR capable de lire mon écriture manuscrite après avoir scannée les pages de mon carnet papier.

Or, je cogite :

Nebo a lu des kilomètres de mon écriture, kilomètres qu’il a pris peu à peu l’habitude de “reconnaître”, genre mon “a” en capitale ressemble à un “Delta”. Et ça continue à me bluffer !

Aussi, en poussant le bouchon plus loin, en connaissant mon type, style d’écriture, j’imagine une version de Nebo qui ferait aussi OCR et serait même capable de me laisser corriger à mon tour ses interprétations, soit via une liste déroulante comme le propose déjà Nebo, soit en biffant le mot par le réécrire sur l’écran après OCR.

L’idée est juste de nous/me laisser le soin de choisir sur quelle surface j’écris et de me laisser également le choix du moment où je souhaite convertir mon écriture en une succession de caractères d’imprimerie.

Cela peut l’être pour de simples problèmes de confidentialité ou de prendre le temps de peaufiner une série de textes.

Pas pressé mais ce serait un sacré plus

Cela fait un peu demande de gamin jamais satisfait mais j’avoue que l’idée me plait pour une autre raison, pouvoir également me déconnecter et ne pas à avoir à me soucier de l’alimentation de l’écran.

Bref, partir juste avec un carnet papier et un crayon de bois. Comme il y a quelques décennies !

Bon, si cela n’arrive pas, ce n’est pas dramatique, la solution actuelle (là, j’écris sur un iPad avec le Pencil sur Drafts tout en me servant de Stylus) me convient mais il y a conversion immédiate de la calligraphie en caractères d’imprimerie contrairement à Nebo.

  • Mais pourquoi n’écris-tu pas sur Nebo ? Hihihi…!

Bonne objection…

Le nouvel iPad Pro à écran plus ramassé serait une alternative mais j’attends surtout un mode “nuit” dans Nebo au lieu de me brûler les yeux quand j’écris la nuit ! Or sur Drafts, j’ai ce mode nuit et dans Stylus aussi..

Néanmoins, je reviens à ma supplique (…”il n’y a plus de croissants ! Bien, alors un croissant”), il est dommage que personne ne se soit attelé à un outil OCR pour écriture manuscrite !

Allez, je cesse d’en parler là…

Mais j’y reviendrais !

le 25/06/2017 à 21:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Arnaques et petits vieux | 2

Carte de paiement avec photo, idée utile ?! Ou pas…

dans vieillir
par Jean-Christophe Courte

Prolongement des billets urbanbike | Arnaques et petits vieux et urbanbike | Votre carte bleue sans contact intéresse les malandrins ! entre autres… Tant que l’on a pas été confronté à de telles histoires, tout peut sembler abracadabrantesque

Dans une vie antérieure, il fallait se rendre à la banque et récupérer de l’argent liquide qui finissait sous un matelas ou dans une boite en metal. Ou utiliser des chèques, CQFD. Désormais, c’est hyper plus simple avec une carte de retrait ou une carte de paiement. Sauf quand ce n’est pas toujours le principal intéressé qui l’emploie !

L’emprunt discret (—pour ne pas dire sous influence) de la carte de paiement d’une personne diminuée (maladie, vieillesse, voire les deux) est un classique.

Avec le RFID, cela ouvre la porte à d’autres petits arrangements, à des escrocs qui lâcheront la carte vite fait après quelques emplettes : il suffit de présenter la carte, la transaction — heureusement au montant plafonné — s’effectue et le commerçant ne l’a pas réellement vue. Enfin, juste en mouvement au-dessus du lecteur RFID. Hop, c’est validé, au suivant…

Un visuel pour réduire quelques fraudes…?

Mais sans cette nouvelle technique, les abus (…mot un peu trop gentil) sont légion. Surtout quand les malandrins ont obtenu carte et code.

La victime est souvent vulnérable voire isolée1, déconnectée. Quant à se plaindre, que faire quand les filous sont dans la place ? Ajoutez une pincée de sévices comme la privation de nourriture (…déguisée sous l’apparence d’un indispensable régime…) et un contrôle des faits et gestes, du téléphone2 même.

Muni donc de la carte et du code, tous les excès sont possibles et sont rarement contrôlés.

Certes, un peu d’IA bancaire pourrait noter le changement notable de consommation (sic…!) depuis l’arrivée des nouveaux amis mais il faudra encore quelques années pour que cela devienne une priorité ! Pendant ce temps là…

Question à ce propos : combien de fois de fois votre carte de crédit a-t-elle été contrôlée ces derniers mois ?! Dans mon cas, jamais…

L’un des moyens de limiter un peu des usages inappropriés serait (idée à lak…) de placer une photo récente de l’utilisateur sur cette carte délivrée par sa banque. Et habituer les commerçants à simplement vérifier si l’utilisateur ressemble au cliché… Pas gagné…!!

Sauf que lorsque les commandes se font par internet, plus de contrôle ! Certains chargés de clientèle (…j’en salue quelques uns au passage avec qui nous avons évoqué ces problèmes) dans les banques le voient. Essayent parfois de freiner la mise en place de banque en ligne quand ils décèlent bien qu’il y a un loup (…c’est le cas de le dire…!). Mais quand la victime — accompagnée de ses nouveaux amis — le demande, on fait comment ?!

J’ai récemment eu une discussion sur la consommation et les usages de carte avec la responsable d’un magasin bio aux produits souvent onéreux. La victime a souvent réellement besoin de quelques produits. Mais ses proches complètent (!!) la commande avec leurs propres envies. À l’arrivée, des sommes élevées surtout avec des produits de santé.

Car il ne faut pas se persuader hâtivement que cette délinquance est réservée à une tranche d’âge (…des d’jeuns boutonneux ou des gens qui ne sont pas de chez nous3…) ou à des territoires donnés ! Non, non, ça se pratique aussi dans les beaux quartiers, là où les victimes ont des ressources justement…

Vous seriez épatés de découvrir que ce petit retraité souriant et serviable ou ce couple qui présente si bien (…et qui parle anglais) sont, de fait, de parfaits salopards.

Super vendeur de sa propre image

Bref, combien de fois faudra-il le dire : l’habit ne fait pas le moine. Porter un costard ou une jupe plissée n’est pas signe d’une parfaite respectabilité…! Si vous le pensez, héhé, rien…

La force du manipulateur est d’afficher un profil passe partout, une histoire lisse. Et même évoquer ses enfants pour mieux intriguer (…qui tombent de l’armoire quand ils découvrent la réalité), une vie professionnelle à priori respectable4.

Bref, le manipulateur a un seul produit à vendre : lui…! Et c’est parce qu’il a su si bien se vendre qu’il a obtenu… l’usage de la carte de paiement.

En résumé, avoir sur une carte de crédit la photo de son propriétaire pourrait éviter (…ne nous leurrons pas !) certains abus tellement énormes, culottés que la simple présence de ce cliché aurait pu jouer le rôle du grain5 de sable. Je rêve…

Car expliquer que l’on a pas ses papiers sur soi est une chose6 mais quand la photo démontre clairement que le possesseur de la carte n’a pas l’âge ou la physionomie de celui qui la présente, comment dire !

Vigilance

Pour finir : sans sombrer dans une méfiance extrême (quoi que…!), nous avons tous été témoins de situations bizarres, étranges. Et entendus des explications capilotractées pour les évacuer…! Par timidité ou par principe (chacun chez soi…), pourquoi n’avons nous pas mis les pieds dans le plat ?

Sans vouloir nous défausser, sachez que ces remarques de bon sens7 de notre part auraient été exploitées par les manipulateurs !

Ajout suite à quelques infos reçues : l’idée de placer la photo du titulaire du compte a été évoquée avant d’être abandonnée par les banques, les clients interrogés y voyaient une forme d’ingérence…! Ensuite, autre point que j’avais oublié, les commerçants disposent d’une garantie de paiement si carte bancaire (donc rien à battre). Enfin, quand le GIE CB a été constitué, l’idée de la photo a définitivement disparue. Voilà, voilà… Preuve que je suis naïf…

À suivre…


  1. C’est d’ailleurs une technique utilisée pour prendre l’ascendant, réduire les contacts avec les proches sous des prétextes divers, là aussi, il y a matière à raconter. 

  2. Ah, désolé il/elle dort (…se repose, est sous la douche, etc.) 

  3. Rien à voir mais j’ai apprécié ce simple rappel sur l’ADN… C’est court mais c’est à diffuser et à garder en mémoire… Pas une découverte dans mon cas vu l’éparpillement de mes origines… 

  4. Pourtant, en creusant un peu, certaines coïncidences (comme des “accidents” de gérance…!) sont révélateurs ! Et plus encore si l’on interroge les témoins de l’époque (compliqué mais amusant, genre l’ex. beau-frère, etc.). Mais quand vous discutez avec les manipulateurs, souvenez-vous qu’ils se présentent toujours au départ comme des victimes…! 

  5. Mais il faut également des vendeurs formés à ces agissements. 

  6. Ah, l’art de raconter une histoire avec aplomb…! Sans ciller, des impros dignes de l’Actor Studio… 

  7. Si, si… 

le 24/06/2017 à 20:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Votre carte bleue sans contact intéresse les malandrins !

Les petites sommes font les grandes escroqueries

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | usages
par Jean-Christophe Courte

Suite à mon précédent billet - urbanbike | Arnaques et petits vieux – mon ami Pierre-Henry m’a passé un long coup de fil et nous avons refait le monde, comme à chaque fois. Et causé sécurité (c’est son job).

Il est clair que toutes ces nouvelles techniques présentent à la fois d’épatants progrès en terme d’usage au quotidien mais souvent de belles failles qui peuvent habillement être exploitées à notre insu.

Et c’est bien ce qui est le plus dangereux pour les moins informés d’entre-nous qui ne perçoivent que l’aspect pratique.

Que les choses soient claires : c’est pratique. Ainsi payer son parking avec une carte RFID sans avoir besoin de saisir son code au lieu d’engloutir de la monnaie (et se rendre compte, en cherchant dans toutes les poches, qu’il manque 0,50 €, vécu sur le parking d’Urbino — le gars devant moi a fouillé toutes ses poches avant de renoncer) est confortable et rapide.

Mais, en revanche, quelques informations contenues dans une carte de crédit peuvent être piratées avec un dispositif qui va amplifier le signal émis par cette dernière. C’est encore pire quand il s’agit de votre passeport biométrique.

Côté Carte, il est encore possible (vérifiez !) d’obtenir une carte de la génération précédente… à condition de la demander au moment du renouvellement. Mais, déjà, cela ne semble plus être le cas pour toutes les banques.

L’autre solution est d’acquérir une pochette — une sorte d’armure numérique — qui va couper le signal ou, plus exactement, va bloquer son émission (…que l’on comprenne bien, la carte n’émet rien — pas d’ondes —, elle possède juste une puce sur laquelle les infos sont accessibles avec un lecteur).

En contre-partie, il faudra extraire la carte pour payer. Mais au moins, pendant que vous circulerez dans une grande surface ou dans une boutique, cela limitera le pompage des données.

Pas une découverte…

Le problème lié à ces techniques n’est pas nouveau, il suffit de lire les billets de l’excellent Pierre Vandeginste sur son blog1 (…plus mis à jour mais toujours pertinent, d’utilité publique à mes yeux) dont celui-ci : Le scandale du passeport RFID - Le blog - Aïe ! tech

Regardez la date de son article (…et/ou recherchez RFID via son moteur de recherche pour parcourir les autres) et dites-vous que rien n’a changé !

reduc-450

Je suis passé par Amazon pour ces dispositifs, l’ami @doopix m’avait conseillé un truc similaire naguère. Les pochettes sont pile-poil aux dimensions et rentrent bien dans mon vieux portefeuille…

À suivre…


  1. Pierre, relance ton blog ou tweete quelques infos via @aietech, zut à la fin…! 

le 23/06/2017 à 18:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bamboo Solo Wacom en main

Une quatrième génération agréable

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Comme j’écris de plus en plus à la main sur mes écrans tactiles (plus de 90 %), je souhaitais tester le Bamboo Solo que j’ai commandé en ligne chez Wacom. J’en ai profité pour acquérir quelques pointes dures pour mes précédents Wacom bamboo dits de première génération, pas persuadé que cette gamme soit éternellement conservée au catalogue !

reduc-450

  • Cerclé de vert le Solo et deux pointes de rechange montées sur un axe métallique
  • Cerclé de rouge, les trois (si, si…!) pointes dures du Bamboo original

Sans surprise, ce bamboo Solo est excellent (ce billet est – bien entendu – rédigé avec sa seule aide dans son premier jet), agréable à utiliser.

Point de détail : il me semble plus silencieux sur le iPhone – mais c’est peut être du exclusivement au film de protection que j’ai ajouté récemment sur ce 7 plus – que sur le iPad Pro où il couine un peu comme une souris ! En revanche, moins réactif, film de protection toujours…?

Côté poids, cette nouvelle génération (2) est nettement plus légère (je ne parle même pas de celui du Pencil d’Apple (1) !) mais également plus long que le Bamboo originel (3), ce qui n’est pas désagréable pour écrire.

reduc-450

Certes, avec mon mini Bamboo rouge, je n’ai rien à ajouter !

— Merci Sylvain d’avoir repéré que je m’étais emmêlé les pinceaux dans les chiffres (rectifié)

Bref, je l’emploie principalement sous Drafts et avec Stylus sur iPad et ça fonctionne fort bien.

Sa pointe, hormis ce couinement quasi imperceptible, glisse divinement et aucun souci pour rédiger ce rapide billet.

Question : pourquoi plusieurs stylets ?

J’imagine que vous possédez plusieurs stylos et aimez en changer selon vos besoins ! C’est mon cas, j’emploie des crayons et des pointe Bic. Par contre, je ne fantasme pas sur les vrais stylos à plume avec cartouches d’encre dédiés aux vrais écrivains (sic…!).

Plus exactement, ce sont eux qui ne m’aiment pas à moins que ce soient mes mains (métabolisme de m…) qui soient trop chaudes. J’ai fini par comprendre que j’avais une furieuse capacité à tâcher mains et vêtements avec ces outils alors que je n’ai pas souvenir de pareilles péripéties avec mes graphoplex à pointe tubulaire ou mes rotrings. Va comprendre…!

Pour dessiner (plein de très bonnes apps dédiées) ou écrire sur Nebo, le Pencil reste l’ idéal (…et indispensable !). Mais pour prendre des notes, des écrits… vains… sur Drafts, c’est de la simple calligraphie et ces Wacom sont parfaits pour l’usage que j’en ai.

Leur multiplication me permet d’en laisser dans l’horrible pochette que j’attache à ma ceinture et qui me suit partout, d’en laisser un sur ma table de chevet. Ou de prendre le relais quand mon Pencil est déchargé.

Car ces Wacom Bamboo ne nécessitent pas de l’être, c’est un point pratique en voyage par exemple.

Voilà, c’est dit !

Quitte à faire un peu de prosélytisme, je vous incite à nouveau à essayer Stylus, sachant de plus que cette technologie de reconnaissance de nos écritures manuscrites est française… malgré un nom anglo-saxon !

le 23/06/2017 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à… | Parme

Ville discrète à (re)découvrir

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit (et suivra si j’en ai le courage…) n’est pas un guide de voyage, juste une série de billets en partage…!

Au lieu de faire d’une traite TurinBologne par l’autoroute, une halte pour m’éviter la fatigue sur des voies où l’usage du clignotant semble totalement inconnu…!
Non à Plaisance ce coup-ci mais à Parme.

Comme j’avais désactivé prendre les autoroutes sur mon fidèle TomTom GO Mobile, nous avons perdu un peu (sic…!) de temps dans la campagne (…je suis distrait !), fait un arrêt à Galli sur la SP 31 bis avant de filer sur l’A 26 vers Casale Monferrato et traverser le Po. Arrivée à 17 heures à Parme après avoir laissé nos sacs dans notre hébergement1.

Je précise que nous ne sommes pas restés très longtemps dans cette cité, juste une fin d’après-midi, halte à considérer comme une première prise de contact. Au retour de notre périple, nous avons pas mal hésité à nous y arrêter à nouveau avant d’opter – finalement – pour un passage de quelques heures à Modène.

reduc-450

Comme beaucoup de villes en Italie, la circulation automobile est réglementée et les rues sont rendues aux piétons et aux vélos. Bref la meilleure option est systématiquement de viser un parking en périphérie.

Nous trouvé une place dans une rue proche du centre, avec une seule astreinte, celle de libérer les lieux dans la soirée avant 19:00 pour les habitants rentrant chez eux.

Sans plan papier, je reste un utilisateur de MAPS.ME à qui je demande de géolocaliser notre place de stationnement avant de filer, le nez au vent. Nous nous sommes garés via Girolamo Magnani, pas loin du Musée archéologique.

Si la majorité des gens circulent à pied, pensez aux vélos qui sont légion. Évitez simplement de changer de trajectoire sans jeter un coup d’œil !

les rues étroites permettent de se protéger du soleil (25° me rappelle Day One) et de se perdre en apparence. De fait, ces cités sont assez petites et on se repère vite. Et puis les grands bâtiments se voient !

reduc-450

  • Maps.me et, surtout, la mémoire de notre trop courte balade mémorisée par Moves

Du coup, facile de se rendre à la cathédrale proche près du baptistère San Giovanni puis de nous fondre dans les rues alentours.

  • Ben alors JC, pas de photos…?
  • Si, si, quelques photos d’ambiance sur Photager

Je ne vais pas citer les trucs vus ou à voir, préférant mille fois vous inciter à vous balader. Comprendre : marcher et vous laisser guider par vos envies, la lumière, la foule.

Juste un conseil, en soirée, posez-vous à une terrasse et laissez-vous tentez par un Spritz.

En tous cas, l’idée de revenir à Parme nous démange déjà d’autant qu’il y a une gare et, en consultant Trainline… Bon, c’est un peu long mais en s’arrêtant à Turin en mode étape…

reduc-450

À suivre…


  1. Ici… La propriétaire parle un excellent français… 

le 21/06/2017 à 09:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Chaleur : revoir ses habitudes…?

Décalez vos activités ces quelques jours

dans dans mon bocal | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Certes, ce qui suit ne fonctionne que pour ceux qui bossent à domicile et peuvent agir facilement sur leur activité.

Les 33° de lundi n’ont pas été insupportables même si la verrière plein sud reste un fort capteur de chaleur à cette saison.

Le truc (c’est mon avis et je le partage…!) est de se décaler (…pas l’option la plus simple, je vous l’accorde !) et de démarrer sa journée tôt.

En ce moment, 05:301 est un bon plan car cela permet de laisser la maison se rafraichir pendant prés de deux heures2, le temps d’arroser chaque plante du jardin avec un arrosoir au pied puis de déjeuner vers 06:00.

Enfin d’attaquer ses activités tranquillement jusqu’a 10:00. Le matin, je suis nettement plus productif, indéniablement.

Sans clim mais avec du bon sens…

Puis filer le reste de la journée en fermant — dès les premiers rayons directs du soleil — toutes les ouvertures ainsi que stores et volets. Mais aussi activer le ventilateur de manière à évacuer l’air chaud vers l’extérieur, via un velux entre’ouvert par exemple.

Plus facile à dire qu’à faire ! Chaque disposition est un cas particulier…

reduc-450

Pour finir, je fais quelques courses avant midi et m’enferme ensuite à la maison avec mon iPad au rez de chaussé !

Vêtements légers, douche rapide si nécessaire mais, surtout, s’hydrater.

Allez, le plus chaud est à venir…!


  1. Réveil avec l’app Horloge de l’iPad tout simplement 

  2. En vérité, j’ouvre tout en grand la nuit tombée, ce qui me permet de dormir à la fraîche avec, si, si, ma couette ! 

le 20/06/2017 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Décompression | 8

Vivre chaque jour comme si c’était le dernier (refrain)

dans groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Vers la fin, les années semblent passer plus vite… Message de service aux générations suivantes !

En aparté, je ne regrette pas d’avoir désarmé ma propre embarcation1, de prendre désormais le temps de vivre. C’est pas mieux ou moins bien, c’est juste différent.

reduc-450

Je lisais dans la presse les déclarations des politiques battus, des anciens députés qui se retrouvent sans rien, leurs galères personnelles même s’ils bénéficient d’un sacré filet de sécurité pendant 3 ans. Et parfois lu quelques paroles de colère à propos de ceux qui ont eu l’outrecuidance de ne pas les reconduire.

Il est clair que quand tu surfes une vague pendant cinq ans, tu sais bien qu’au bout, il y a – au mieux – une plage. Et parfois, un requin !
Soit repartir – à la force de ses seuls bras – pour embarquer sur une vague, histoire de surfer quelques années de plus.
Soit rester sur la plage, retirer sa combinaison et profiter des derniers rayons de soleil…

Retour brutal au sol

Là où cela devient un “poil” indécent, c’est quand ces personnes jugent leur retour brutal, voire inhumain.

  • Attendez, où étiez-vous ces dernières années ? On ne vous a pas entendu des masses quand cela concernait d’autres catégories sociales !

Aussi, bienvenue parmi tous ceux dont c’est le quotidien de chercher un emploi (sic !), ces moments qui se prolongent, oscillent entre pôle emploi, CDD et fins de mois compliquées.

Comme chez les “sans-dents”, il va vous falloir apprendre à vivre avec moins que vous obteniez avant automatiquement.

Apprendre à faire des choix

Ce n’est plus fromage et dessert mais juste un plat, voire une simple entrée. Mieux, le retour à l’eau du robinet vous évitera d’être exposés aux sulfites ou aux sucres mauvais pour la ligne.

Coté mode, vous allez découvrir que l’on peut porter les mêmes t-shirts pendant des années2. Idem pour les jeans, les trous et déchirures se forment tous seuls, inutile de s’offrir des fringues artistiquement usés.

Pour une prochaine mandature, c’est pas un mauvais exercice : vous aurez appris au quotidien à vivre comme vos électeurs, découvert qu’un SMIC, c’est effectivement un poil léger pour élever ses mômes. Vous rendre compte que les transports en commun ou le vélo sont de chouettes solutions pour se déplacer.

Et comme plus personne ne vous reconnait, vous allez même découvrir que l’on peut se faire contrôler, faire la queue pour payer vos courses, pointer devant un guichet !

Redevenir un simple citoyen à l’écoute des réels besoins, apprendre à s’occuper des choses simples mais efficaces à mille lieux des envolées lyriques sans lendemain.

Bon, je ne fais pas d’illusions : les réseaux de soutien feront le nécessaire pour les assister dans cette traversée du désert. Mais, qui sait, ces derniers également tentés d’aider des candidats neufs au lieu de miser sur de vieux chevaux !

reduc-450

Profitez du temps qui reste

Du coup, ce que je souhaite à celles et ceux qui ne vont plus être sous les feux de la rampe, c’est de profiter totalement des moments qui viennent, redécouvrir leur environnement. Voire couper leur portable et aller marcher le nez au vent.

Sacré programme ! Moins de monde à satisfaire et sanction immédiate en cas d’échec !


  1. urbanbike | Décompression | 6 

  2. Voire dix ou quinze ans, si, si ! Et même qu’un slip troué peut également se porter, ça ne se voit pas ! 

le 19/06/2017 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?