Urbanbike

Recherche | mode avancée

Les cinq points à suivre pour se préparer à travailler à la maison

C'est mieux le matin sur FR3 Lille

dans bosser n’importe où | écouter
par Jean-Christophe Courte

Et c'est… ce matin…! Christelle Sabarots et son équipe m'ont invité pour leur émission C'est mieux le matin qui passe sur FR3 Nord Pas-de-Calais Picardie. À l'heure où ce billet sera publié, je serais dans le TGV pour arriver à l'heure de l'émission (10:25)… Je vous rassure, mon intervention télévisuelle ne devrait durer que 5 à 6 minutes…! Moi, mort de trac, jamais… Gloupps…! Je serais assisté par des illustrations de Lukino pendant l'émission.

Christelle et son assistante de choc, Jacqueline Lecomte, ont axé l'intervention sur tout ce qu'il faut faire pour ne pas se planter si l'on souhaite travailler à la maison, comment s'organiser… Je reprends en partie un billet que j'avais écrit en mai 2007…

Si vous avez le soutien de votre entreprise, vous serez généralement assisté. Mais pour celui qui est son propre employeur, qui souhaite s'installer chez lui, les choses sont différentes. Si vous avez une activité qui le permet, un conjoint qui accepte votre présence à la maison (pas gagné…!) et un minimum de place pour vous installer confortablement, voici les 5 points à suivre pour ne pas échouer.

Préparez votre atterrissage à la maison…
Le premier point est de trouver un lieu isolé, pas de plan "OPA sur le salon"…!
Certes, le canapé est confortable mais absolument pas adapté pour bosser devant votre ordinateur installé, lui, sur la table basse… La cuisine vous tente…? Oubliez…! Il faudra quitter la place à chaque repas. Une ou deux fois, ça dépanne mais pas plus…!

Le mieux est de jeter son dévolu sur une pièce peu employée et la réquisitionner…! Évitez la pièce avec vue pleine sud (même dans le Nord…!) et optez pour un lieu avec fenêtre. Si elle ouvre, c'est parfait, histoire de ventiler…! Il est indispensable que cette pièce possède une porte, que cette porte puisse se fermer pour vous isoler des bruits de la maisonnée…!

Dégagez cet espace des meubles inutiles (…profitez-en pour vous débarrasser des meubles qui encombrent inutilement votre logement, c'est une occasion "unique" de le faire…!) et investissez au minimum dans une paire de tréteaux et un plan de travail clair, facile à entretenir…

Investissez surtout dans un très bon fauteuil de bureau, un fauteuil ventilé (évitez le siège PDG en cuir en promotion dans lequel vous allez vite ruisseler…!). Pourquoi…? C'est le meuble que vous allez le plus occuper, physiquement parlant…!

Évitez les solutions bâtardes, genre armoire tout en un qui permet de dissimuler votre joyeux bazar, assumez que vous travailler chez vous quitte à ce que cela provoque quelques frictions avec votre entourage… Affirmez-vous…! Ce n'est pas un jeu, vous êtes bien là pour bosser.

Certains conjoints ressentent cette arrivée de leur moitié(e) au sein du logement comme une occupation et cherchent à minimiser l'espace… Là, il faut être ferme, quitte à bosser chez soi, dans tous les cas de figure, refuser l'option sous-pente ou cave qui vous aidera réellement à échouer…!

Vérifiez toutes vos connexions…
D'abord, assurez-vous que votre installation électrique soit aux normes, délivre assez de puissance et soit raccordée à la terre. Refaites faire les réseaux et évitez les prises multiples qui s'enfichent elles-mêmes dans d'autres fiches multiples… Ne jouez pas avec votre sécurité et celle de votre famille.
Tout le monde n'a pas impérativement besoin d'un ordinateur mais, en attendant une nouvelle révolution informatique, un portable proprement connecté au net est le meilleur moyen d'éviter de passer sa journée au téléphone. Vous pouvez opter pour une solution Wifi. Néanmoins, le câble ethernet conserve pas mal d'avantages dont celui d’éviter que vos grands se connectent aussi au net au lieu de faire leurs devoirs…!!

Tiens, à propos de téléphone, évitez d'utiliser votre téléphone portable toute la journée sous peine de mauvaises surprises en terme de facture. Ou d'être connecté toute la journée sur votre téléphone privé et donc injoignable… Optez carrément pour une solution ADSL séparée avec téléphone voix sur IP. Et prenez un bon opérateur qui vous promet un rétablissement en moins de 24 heures en cas d'incident. Se retrouver sans connexion, c'est votre business qui est en péril. Si c'était pour économiser 10 euros par mois, ce n'était franchement pas la peine.

Soignez votre image, placez vous en situation…
Être à la maison ne signifie pas vivre en pyjama…! Placez vous impérativement dans une véritable ambiance de travail…! Il ne s'agit pas de mettre un costume ou une cravate mais habillez-vous pour travailler. Certes, vous avez dix pas à faire, mais comme un artiste qui sort de sa loge, entrez en scène…!

Pensez que vous êtes là pour bosser et évitez de démarrer des discussions trop familières sur le bien fondé de cette situation avec vos clients ou famille. D'ailleurs, n'hésitez pas à mettre un cadre vis-à-vis de cette dernière, bosser chez vous n'est pas synonyme de causette et disponibilité continuelle…!

Soyez "pro", vous êtres un professionnel qui utilisez un bureau à la maison. Pas de relâchement qui peut se payer très cher…! Cela doit se traduire dans la bonne tenue de vos courriels comme de vos discussions téléphoniques.

Être pro, c'est aussi avoir une adresse internet correcte et, pourquoi pas, son propre nom de domaine, un blog. Évitez les adresses courriel professionnelles fantaisistes genre "cricrid'amour @ vachefolle.net"… Cela ne fera rire que vous.

Respectez vos horaires, ceux de votre activité…
Certes, personne ne peut réellement vous surveiller mais, à contrario, fixez vos horaires. Travaillez chez vous ne veut pas dire travailler plus mais différemment. Refusez les dérapages et, comme les collègues qui bossent dans des bureaux, fermez officiellement votre journée à l'heure dite… Par contre, démarrez tôt pour être productif si cela vous convient mieux…!

Le midi, prenez le temps de vous arrêter et de déjeuner correctement. Comme vous n'avez plus de temps de transport, utilisez de temps économisé pour vous. Certains clients essayeront de vous déborder, soyez souple mais pas "poire"… D'accord pour être plus accommodant mais pas au point de bosser jusqu'à 21 heures…! Quand aux WE, pensez famille mais rien ne vous empêche de vous avancer quelques heures si besoin est, à condition que ce soit exceptionnel.

Restez adaptable et abordable par rapport à la vie de famille
Dans les premiers temps, mettez un cadre aux activités familiales mais soyez également un peu plus souple, voire attentif au pouls de la maisonnée. Vous découvrirez au fil du temps que les lundis sont moins chargés donc que cela offre possibilité d'aller faire vos courses en matinée sans supporter la foule du samedi. Faites un renvoi d'appel sur votre portable ou brancher le répondeur en laissant un message explicite… "Je suis en rendez-vous extérieur jusqu'à onze heures".

Le mercredi peut être un peu plus rock and roll avec les enfants mais vous apprendrez à organiser votre semaine en fonction de toutes ces données. Être à la maison, c'est aussi accompagner les mômes à leur cours d'art plastique, revenir bosser et retourner les chercher. L'adaptabilité consiste à savoir arrêter et reprendre une tache là où vous l'avez laissée.

Enfin, si vous vous retrouvez avec strictement rien à faire, ne culpabilisez pas…! C'est tout simplement qu'en bossant chez vous vous êtes allé vite. Profitez-en pour faire un peu de veille technologique, contacter des clients ou des prospects, vous plonger dans un manuel d'apprentissage d'une application, faire la compta, suivre un tutorum sur un DVD, alimenter votre blog…

image

Enfin, si vous faites macdigit.com, vous arriverez sur urbanbike.com… Merci à Dominique — un graphiste indépendant qui vit à Tarbes — d'avoir redirigé son nom de domaine pour quelques semaines…!

le 10/12/2007 à 08:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

My Foolish Heart

Jazz | Keith Jarrett, Gary Peacock, Jack DeJohnette

dans écouter
par Jean-Christophe Courte

Avant que le rayon Jazz ne disparaisse définitivement de la grande enseigne culturelle où je me rends parfois, j'en ai profité pour partir avec ce CD-Rom enregistré en juillet 2001 à Montreux. Moins emballé que par Tokyo’96, cela s’écoute néanmoins sans peine… Comme j'étais en mode travaux sur ce site, cela donne l'énergie pour bosser… Notamment Green Dolphin Street.

image

Rien à voir : Pointblog ferme ses portes. Gilles repart seul sur un nouveau site et déjà riche des archives du précédent. J'ai été heureux de discuter avec Cyril vendredi. De nouveaux horizons pour tous.

le 25/11/2007 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Orient - Occident | Hespèrion XXI

Khaled Arman, Osman Arman, Yair Dalal, Driss El Maloumi, Pedro Estevan, Siar Hashimi, Dimitris Psonis, Jordi Savall

dans écouter
par Jean-Christophe Courte

21 morceaux interprétés sous la direction de Jordi Saval et enregistré l'été 2006 en Catalogne… Ce sont des musiques des années 1200 à 1700.
Que dire sans paraître affecté à part vous encourager l'écouter…?! C'est une musique que j'adore et que j'écoute depuis des années comme celle du moyen-age. Pour avoir une idée complète des morceaux

Je copie/colle l'introduction d'Amin Maalouf que vous trouverez sur le site d'AliaVox et qui résume mieux que je ne pourrais le faire ce CD en le titrant un dialogue des âmes.
Écouter ces musiques d’Orient et d’Occident, subtilement rassemblées par Jordi Savall, n’est pas une expérience ordinaire. Parce qu’à l’émotion esthétique vient s’ajouter un sentiment plus intense encore, celui de communier, par enchantement, avec une humanité réconciliée.
Celle-ci n’a-t-elle pas perdu quelque chose de son âme dans la seconde moitié du XVe siècle, lors de la mort simultanée de Séfarade et d’al-Andalus, quarante ans après l’écroulement de Byzance ? Entre l’Orient et l’Occident, des passerelles mentales et spirituelles ont été détruites, qui n’ont jamais été réparées depuis. La Méditerranée a cessé d’être cette mer nourricière située au centre de notre univers culturel, pour ne plus être qu’un champ de bataille, et une barrière.
Aujourd’hui, notre mer commune est le lieu où s’élève la Muraille invisible qui partage la planète entre Nord apeuré et Sud désespéré ; et entre des communautés planétaires qui ont pris l’habitude de se méfier de « l’Autre », et de s’en démarquer. Le monde arabe et le monde juif semblent avoir oublié leur féconde parenté d’autrefois ; l’Orient musulman et l’Occident de tradition chrétienne semblent enfermés dans une confrontation sans issue.
Pour redonner à notre humanité déboussolée quelques signes d’espoir, il faut aller bien au-delà d’un dialogue des cultures et des croyances, vers un dialogue des âmes. Telle est, en ce début du XXIe siècle, la mission irremplaçable de l’art. Et c’est très précisément ce que nous éprouvons à l’écoute de ces superbes musiques venues d’époques et de terres diverses. Soudain nous découvrons, ou redécouvrons, que les civilisations qui nous paraissaient éloignées les unes des autres, et même ennemies, sont étonnamment proches, étonnamment complices.
Au cours de ce voyage dans le temps et l’espace, nous nous demandons à chaque instant si les conflits auxquels nous sommes accoutumés ne sont pas trompeurs, finalement, et si la vérité des hommes et des cultures ne réside pas plutôt dans ce dialogue des instruments, des accords, des cadences, des gestes et des souffles. Monte alors en nous un sentiment de joie profonde, né d’un acte de foi : la diversité n’est pas forcément un prélude à l’adversité ; nos cultures ne sont pas entourées de cloisons étanches ; notre monde n’est pas condamné à des déchirements sans fin ; il peut encore être sauvé...
N’est-ce pas là, d’ailleurs, depuis le commencement de l’aventure humaine, la raison première de l’art ?

image

le 29/09/2007 à 20:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

La complainte du carrousel de diapos | Émission

Jean-Bernard Pouy dans Des papous dans la tête

dans écouter
par Jean-Christophe Courte

Le numérique a tué les diapos…! Je vous engage à télécharger cette émission sur iTunes (enfin, le podcast)… Hier dimanche 3 juin, deux excellentes interventions (entre autres…!), celle de Jean-Bernard Pouy (la complainte du camembert… de diapos) puis celle de Eva Almassy (la réponse de l'écran… de projection)…
Pour tous ceux qui conservent en mémoire le charme des soirées diapos en famille, avec ses incidents, ses innévitables bâillements, ses problèmes techniques, voici deux (trop) brefs récits à écouter ainsi que les interventions de toute la bande…
Mieux, si vous ne connaissez pas Des papous dans la tête, c'est une émission sur France Culture à découvrir absolument…
Et si cette séance vous a amusé, il est possible de revenir sur toutes celles de 2007

Nostalgie de l'argentique. Illustration : oncle Robert avec son épouse avant 1914 sur plaque verre stéréo…

image

le 04/06/2007 à 13:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Petrucciani solo

L'enregistrement public à l'Alte Oper de Francfort le 27 février 1997

dans écouter
par Jean-Christophe Courte

10 ans après, pas une ride et un vrai bonheur mêlée de tristesse…
Cela commence par Colors, 7 minutes d’un morceau qui nous met immédiatement dans le bain, quelques morceaux plus tard suit son merveilleux Guadeloupe puis Brazilian Like
Si, vous aussi, vous ressentez un énorme manque après le départ de ce petit bonhomme génial, ces deux CD sans coupure sont un ultime témoignage de son gigantesque talent…
Bref, au lieu d’en parler, place à l’écoute… Comme son Caravan revisité pour piano solo (sur le second CD), vous m’en direz des nouvelles…! Pour finir, Besame Mucho ou Take the a train

Michel Petrucciani
Piano Solo
The complete concert in Germany
Dreyfus Jazz
3460503690622

image

Pas de photo de l’album à plat, mon boîtier est au SAV…!

le 07/03/2007 à 19:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Tokyo’96

Jazz | Keith Jarrett, Gary Peacock, Jack DeJohnette

dans écouter
par Jean-Christophe Courte

Ces trois là, je les appréciais déjà dans leur Live in Tokyo (Avril 2001) — pour le quart d’heure lancinant de Facing East ou même Relay sur le second CD — ou dans l’album The Out-of-Towners (Juillet 2001) — avec I can’t believe that you’re in love with me, 12 minutes envoûtantes et retenues.
Hier, j’ai eu la main heureuse en m’offrant leur enregistrement Tokyo’96 (Mars 1996). Comme quoi un passage, même éclair, au rayon Jazz peut être source de bonheur.
79 minutes de pure complicité entre trois musiciens qui partent chacun dans leur monde et se rejoignent sans cesse comme des trapézistes…
Avec un I’ll rememeber April — 10 minutes rythmées par un DeJohnette déchaîné à la batterie (autant que dans Facing East…!) — à mes oreilles, l’un des morceaux les plus marquants.

Bref, si vous avez un gros coup de pompe, le besoin de faire rapidement le plein d’énergie, de vous dynamiser, que sais-je encore, l’écoute de cet album (…comme des deux autres) est fortement recommandé…!

image

Note : je sais, je me sens comme un dinosaure quand je vais chercher des CD-Roms de musique dans ces rayons d’une très grande enseigne qui se réduisent comme peau de chagrin. À l’heure des play-lists sans visuels, cela semble ringard. Le Jazz occupait trois grands linéaires à mon précédent passage. Aujourd’hui, il n’en dispose plus que d’un seul…
Je reste attaché à ces petites galettes avec une couverture travaillée qui me permet d’identifier chacun d’entre elles dans mes étagères, me remémorant également dans quelles circonstances je les ai acquises. Et puis, désolé, tant la qualité du son que le pression du casque sur mes oreilles ne me conviennent pas. Merci à l’ami de l’époque qui m’avait conseillé des Trente de chez JMR. Écouter un excellent enregistrement avec des enceintes dignes de ce nom, rodées… Eh oui, des haut-parleurs utilisés quelques centaines d’heures offrent un moelleux sonore incomparable. Même à puissance élevée, le son reste superbe.

le 25/02/2007 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Méthodes de langue audio

In the Pocket

dans écouter
par Jean-Christophe Courte

Pub glissée dans le dernier numéro de LivresHebo, une annonce de nouveaux produits de langue chez Pocket. Si j’en parle, c’est parce que c’est une autre manière d’utiliser son iPod. Chaque bouquin de cette nouvelle série — qui devrait être lancée dans les semaines à venir — est livré avec deux CD que l’éditeur invite clairement à copier sur son lecteur MP3… Bien évidemment, autant se cultiver lors de tout déplacement ferroviaire, par exemple. L’audio book commence à entrer dans les mœurs et la prolifération des baladeurs made in Apple est certainement un vecteur clé, bien plus que le traditionnel lecteur de CD. Je serais curieux de connaître le succès de la diffusion des CD du philosophe Michel Onfray mais l’écouter a un pouvoir d’attraction étonnant…
Pour en savoir plus, lire le billet d’Urbanbike ici.

image

le 11/02/2007 à 06:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?