Urbanbike

Recherche | mode avancée

l’iPad en mode Scribe

Pourquoi j'ai changé ma manière d’écrire…

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | iOS | outils | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Comment exprimer un point de vue sans devenir chiant, voire passer pour un mono maniaque ? Trop tard…!

Rappeler le contexte ? Pourquoi pas !

Alors, cher lecteur, il fait un temps d’enfer (hier vers 17:00) et votre serviteur s’est octroyé une rapide douche glacée, histoire de baisser sa température interne. Jusqu’ici, ça va ?

Enchaînons !

le iPad sur les genoux, au lieu de coller mes doigts sur le clavier, c’est le Apple Pencil qui me permet d’écrire à toute vitesse ces quelques lignes.

Oui, oui… d’écrire… à la main.

Le jour, c’est le stylet d’Apple que j’emploie. La nuit, celui à tête caoutchouc de Wacom, nettement plus… silencieux !

Non ! Il recommence !

Ce que je veux exprimer dans ce billet que j’écris pour la troisième fois est d’une banalité révolutionnaire (sic !).

Depuis ma découverte de l’App Stylus associé également à ce iPad Pro et à un Pencil, ma manière d’utiliser le iPad a totalement changée.

J’insiste à dessein sur le totalement.

Quelques jours de balade en France m’ont conforté, d’autant que la couverture wifi était réduite. Donc plus de temps le soir pour infirmer ou conforter mes nouveaux usages, peu distrait par l’actualité hormis une horreur quasi quotidienne.

le premier signe de ma radicalisation scribisitique repose sur l’ennui que l’usage d’un clavier avec des touches provoque sur moi quand j’utilise l’iPad. Ennui est bien le terme qui sied le mieux même si j’ai d’autres expressions en réserve…!

Le second signe est l’impression d’être plus fluide1, plus concentré dès que j’écris à la main sur l’écran.

Au lieu de passer du temps à corriger mes fautes de saisie dues à mes gros “maladoigts”, revenir en arrière et perdre le fil de ce que je suis d’écrire, je trace mes lettres, mes phrases…

Le troisième est que j’écris dans toutes les applications de la même manière sans me préoccuper de chercher où se trouve telle ou telle touche. J’ai besoin du signe % ? J’écris % comme je pourrais écrire également un chiffre… 1, 2, 3, 4 !

Bon, je ne vais pas vous saouler (…c’est déjà fait) mais si vous savez “écrire”, vous savez employer ce clavier Stylus… Qui n’est évidemment pas un clavier mais juste une surface2 dans laquelle… écrire !

En résumé (je suis déjà trop long, là…!), en un mois, je suis passé du mode tapoteur de touches au mode Scribe ! Si, si !

Or des solutions de frappe rapide, des claviers alternatifs3, j’en ai mangé…! Du mode Dictée également… avec parfois une certaine réussite mais en découvrant, à l’occasion, que je n’étais pas assez calme, trop d’idées dans ma caboche au moment de formuler, énoncer ma phrase… Du coup, télescopages mais également un dispositif fatiguant à force d’articuler sans être toujours bien compris pour le coup ! Et je passe sur les corrections des pluriels, etc.

Mode Scribe

Dans le cas de la reconnaissance de mon écriture pour la transformer à la volée en simples caractères, mes efforts d’écriture sont couronnés de succès4. Même ma perfide gamine s’en est rendue compte, ce qui m’a fait plaisir !!

Depuis, je suis convaincu de ne jamais avoir écrit5 autant ! Entre ce qui est publié sur ce blog, mes notes de voyage, mes simples notes qui servent de matière pour d’éventuels billets6, les bouts de texte par mon futur “Goncourt(e)”, sans oublier les messages et mails… Je ne cesse d’écrire à la main7, c’est fou, non ?!

Sérieusement, je ne pensais pas que je basculais aussi vite. Je sais qu’une version 2 de Stylus sortira l’an prochain sous iOS8 et je pensais que je pourrais adopter cette dernière à ce moment là. D’ailleurs, j’ai pas mal hésité sur le type de saisie : passer par Smart Note ou poursuivre avec Stylus et ses quelques limitations.

À l’insu de mon plein gré, j’ai poursuivi avec Stylus et… Drafts 4, ayant ajusté ma barre additionnelle pour résoudre les quelques manques patents de Stylus, notamment à propos du caractère . Et baliser aussi sec en Markdown.

Étonnamment, il y a un perdant dans cette histoire (pour l’instant… !), c’est TextExpander. Mais le paradoxe est qu’il ne me marque pas trop. Comme je l’ai écrit il y a deux semaines, je corrige à la fin mes textes écrits à la main dans des traitements de texte en mode texte, je retrouve alors mes raccourcis tout comme mes actions ou workflows avant de publier.

Bref, tout va bien, plus que jamais l’iPad Pro9 est bien ma machine à écrire10.

Je peux écrire ici que je suis sincèrement heureux d’avoir retrouvé un réel plaisir à employer ma main tout en alliant ce mode Scribe à… Markdown !

Banal mais sacrément révolutionnaire !

reduc-450

Une image pour finir : ce Pencil blanc… qui écrit en blanc sur le fond noir de mon iPad, comme si c’était un tableau noir infini, c’est prodigieux !

Note de fin : tout n’est pas parfait mais je m’en accommode, le gain est largement supérieur aux quelques dysfonctionnements que j’ai appris à contourner ou à anticiper. Ensuite, se relire une dernière fois à fond et se corriger11 au clavier !

Rapide liste des applications citées dans ce billet…


  1. D’aucuns vont me trouver totalement allumé, je ne cherche à convaincre personne sur le point qui suit : cette manière de procéder libère ma pensée comme ma main, tout devient magnifiquement… banal ! Simple quoi ! Cette sensation, vous la connaissez déjà si vous écrivez au stylo sur une feuille de papier. 

  2. Désolé de ne pas être blasé, je reste épaté par la souplesse retrouvée par ma main qui papillonne sur le bas de l’écran, amusé de décrypter quelques secondes mon écriture abomifreuse avant de la retrouver transformée en caractères d’imprimerie. Oui, j’en suis encore à ce stade ! 

  3. Sur le iPhone, c’est différent : SwiftKey ou le clavier Apple restent les seuls utilisés, d’autant que je saisis avec deux pouces en mode “portrait”. Sans oublier que, techniquement, le Pencil est inutilisable sur le iPhone 6s+. Attendons début septembre pour découvrir si la version 7 du iPhone supportera ce crayon numérique. 

  4. Cela n’a pas été sans efforts mais le résultat est là ! Mes nombreuses lignes de calligraphie finissent par payer ! 

  5. À toute heure, vu que la pointe caoutchouc de mon bamboo Wacom reste étonnamment silencieux. La journée, c’est le Percil qui glisse sur l’écran à toute vitesse : pas besoin de pointe en or, de stylo plume coûteux, d’encre ou encore de choisir le grammage du papier (Opale de Rives ou Conqueror glacier !?). 

  6. où qui finissent à la poubelle… 

  7. le plus étrange est ma moindre propension à faire des fautes. Je ne dis pas que je n’en fais plus, j’en fais moins, comme si ma main en écrivant savait mieux les éviter ! 

  8. bien après la version Androïd, snif ! 

  9. Avec un stylet, CQFD. J’ajoute que je suis revenu au mode paysage pour utiliser toute la largeur de l’écran quand j’écris : j’écris vite et Stylus suit bien le rythme ! 

  10. Pas de soucis pour amender mon texte, biffer, corriger, éditer. Bref, je retrouve les sensations de mes petites notes sur papier, je peux écrire amplement, parfois à la limite de la reconnaissance de ma graphie et, miracle, mon texte est lisible dans la partie haute de l’écran, prêt à devenir l’ébauche d’un billet, un fragment de texte dans Ulysses… 

  11. Et en mode SplitView avec Editorial et Drafts ouverts côte à côte… puis une dernière fois dans Byword sur le Mac. 

le 26/07/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bientôt ! Mode machine à écrire sur Ulysses

Une option confortable en voyage

dans ailleurs | bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | groummphh | iOS | pratique
par Jean-Christophe Courte

Dans la prochaine version de Ulysses, une fonction machine à écrire revisitée. Cette option existe dans d’autres traitements de texte Markdown comme iA Writer pour n’en citer qu’un seul.

En effet, rien n’est plus pénible de croiser par inadvertance le regard oblique d’un compagnon de voyage sur le texte que vous êtes en train de saisir alors que vous êtes en déplacement !

reduc-450

Avec ce dispositif, seule la ligne en cours de saisie, la phrase ou le paragraphe est affiché lisiblement. Le reste se fondant dans la couleur du fond.

Pour ma part, j’ai opté pour la ligne seule et sans une option supplémentaire astucieuse qui signale la ligne dans laquelle se situe le curseur.

reduc-450

Pourquoi je suis client de cette fonction

En effet, si vous utilisez un mode sombre dans un style précis, c’est une bonne solution pour se garder de la curiosité envahissante, voire maladive, de certains voisins…! Encore fait l’expérience de cette insasiable curiosité en revenant hier d’Avignon…

Conversion en RTF

Cette prochaine version embarque également un mode de conversion des balises Markdown en RTF. Pas inutile pour expédier un courriel !

reduc-450

Bien entendu il est possible de saisir votre texte mais aussi de le dicter. Ou de l’écrire tout simplement ! Comment ça, je radote ?!

le 22/07/2016 à 16:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Facebook songe au Markdown

Tiens donc !

dans dans mon bocal | écrire | groummphh | mémoire
par Jean-Christophe Courte

Je me souviens de ma découverte enthousiaste du balisage Markdown en juin 2011 et du tas de billets publié dans urbanbike. Je me souviens des commentaires acerbes laissés sur d’autres blogs à mon endroit, de ces ricanements à propos de ce balisage cosmétique truffé d’astérisques inutiles.

Aussi, lire ceci m’a juste amusé (merci à Twitter pour l’info), avec le recul des années.

Ne jamais avoir raison trop tôt…

le 19/07/2016 à 20:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Sous iOS, Drafts 4, la tour de contrôle de mes notes

iPad et iPhone

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | grospod | iOS | outils
par Jean-Christophe Courte

Les billets vont se réduire sur urbanbike pendant la période estivale. Certes, je n’en suis absolument pas certain mais autant anticiper1 La baisse de régime est patente sur tous les sites Web avec, bien entendu, son lot d’exceptions.
Ainsi un très bon billet, par exemple, sur l’usage des iPads dans les postes des conducteurs de train à la SNCF2.

Bref, avant de baisser (ou non !) les jalousies3, je souhaite mettre de nouveau l’accent sur une application qui m’accompagne quotidiennement, celle qui a un rôle substantiel dans le cours de mon écriture4, que ce soit pour rédiger les billets de ce blog, mes divers ébauches au long cours comme de simples notes personnelles qui atterrissent dans Day One.

De plus, avec Stylus et l’écriture manuscrite, son rôle s’est renforcé.

Il s’agit bien entendu de Drafts 4 ⚑, une app de prise de notes qui occupe la toute première place sur mes iPhone et iPad, qui synchronise les brouillons entre ces écrans et conserve leurs diverses variantes via iCloud.

J’apprécie de pouvoir personnaliser les actions comme sa barre additionnelle, d’ajouter de petits scripts qui me permettent, une fois mon texte écrit à la main (…non, je ne vais pas en remettre une couche !), une fois balisé en Markdown, les liens (URL) en place, les notes de bas de page insérées… de “dispatcher” ce fragment soit vers Mail (en créant un courriel enrichi et structuré), soit vers un “vrai” traitement de texte pour ciseler, dans un autre environnement, ce premier jet.

Dans la série des outils de suite, vous retrouvez tant Editorial que iA Writer, Ulysses ou Day One 2.

Bref, une idée, une note, tout s’amorce, en ce qui me concerne, dans cette application rustique et efficace qui supporte de plus SplitView.

Je ne vais pas lister les articles que j’ai consacré aux divers aspects pratiques de ce produit …dont je suis loin d’avoir fait le tour (…quelques recherches ici-même5 vous conduiront vers Mac Plus → Slice42, supports d’actualité auxquels j’ai contribué naguère…).

Profitez de ce moment de calme, des heures chaudes de la journée (!) pour vous mettre à Drafts 4, apprenez markdown et testez même… Stylus ! Zut, ça m’a échappé !

Ajoutez quelques actions pour personnaliser, compléter cette application et le tout devrait vous offrir, à la rentrée, un produit affûté6 à votre main !

Quant à moi, je me laisse toute latitude, tout dépend des connexions ci et là. En vérifiant si ce que j’ai écrit en mai7 est toujours d’actualité !


  1. cf Le Petit Robert :
    ÉTYM. xvie ◊ latin anticipare prendre par avance, prendre les devants, de ante avant et capere prendre 

  2. La SNCF a équipé tous ses conducteurs d’un iPad | iGeneration 

  3. Dans le sens de… fermer les volets, cf Le Petit Robert : (1549 ◊ italien gelosia) VIEUX Treillis de bois ou de métal au travers duquel on peut voir sans être vu. D’où Baisser, lever une jalousie

  4. …de petites notes, 

  5. un exemple ici, urbanbike | En pratique | Drafts 4 et visualisation de votre texte. Ou encore, urbanbike | Slice42 sur grosPod, une occasion de découvrir ce site et le contenu de feu MacPlus… Sinon, au passage, urbanbike | Sous iOS, Drafts 4 intègre le mode nuit …entre autres…!, urbanbike | Sous iOS, Drafts 4 intègre box.net …entre autres…!, urbanbike | Pratique | Gérer ses brouillons et drafts avec Ulysses, urbanbike | Pourquoi il est astucieux d’ajuster Drafts 4 à nos doigts…!, >urbanbike | Pratique : empiler des notes avec Drafts 4 sous iOS avec Append | 2, urbanbike | Pratique : gestion des versions dans Drafts 4, urbanbike | En pratique | Drafts 4 et visualisation de votre texte… 

  6. Fin août (voire avant), je pense pouvoir évoquer une application qui fonctionne avec SplitView, un produit épatant pour un rédacteur… 

  7. urbanbike | iOS et sac à dos… 

le 16/07/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le clavier Stylus de retour sur mon iPad

J’avais bien écrit “temporairement”…!

dans écrire | groummphh | iOS | outils | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Une épatante révolution est en cours mais qui s’en soucie…? Après le “grosPod” puis markdown, quitte à vous saouler, autant que ce soit pour une “bonne cause”, celle de l’écriture avec un grand ou un petit “e”…! En tous cas, vous inciter à essayer d’employer votre main en lieu et place de vos petits doigts de vos deux mains pour saisir du texte via un clavier…!

Dans mon précédent billet1, j’avais temporairement retiré Stylus de la liste des claviers disponibles. L’objectif était de me concentrer sur Smart Note.

24 heures à peine s’écoulèrent avant de réinstaller, fissa, Stylus !

C’est ballot de le dire mais on s’habitue très (très…!) vite à reprendre l’habitude d’écrire naturellement. Pas besoin d’apprentissage : vous savez écrire ? Alors écrivez !

Plus besoin de changer l’affichage du clavier pour entrer des chiffres ou tel caractère accentué, calligraphiez naturellement !

En me relisant, je n’hésite pas à ajouter l’expression “à nouveau”. Voire ironiser en vous rappelant que c’est le seul clavier qui ne vous demandera quasiment jamais de potasser son manuel ni de chercher pendant trois plombes une touche donnée…

Le retour du crayon, c’est magique !

Plus amusant, cet exercice de calligraphie, un poil barbant, voire limite chiant au départ car m’obligeant à “retravailler” ma graphie, s’avère constructif : remplir un chèque, laisser une note manuscrite ou consigner quelques remarques dans un carnet sont des opérations bien moins “gonflantes” qu’au début de mois dernier ! j’arrive à me relire sans peine, c’est dire !

Bref, je reprends du “plaisir” à écrire, à former des lettres sur la surface dévolue à calligraphier sur ce “clavier” Stylus. Et même à m’assurer d’être bien compris par ce dernier !

Autre point pratique en cette période de canicule, pas besoin d’être collé à son iPad, j’écris en mode paresseux, la main détachée …et Stylus a le bon ton de corriger au passage mes fautes même si je peux opter pour une autre orthographe. Mieux : plus cette calligraphie est ample, plus le pourcentage de reconnaissance est élevé !

Autre sujet, mon agacement vis-à-vis du Apple Pencil a totalement disparu2. Sa glisse me convient au quotidien, je le tiens plus fermement, je commets moins d’erreurs, de celles qui amenaient Stylus à réagir. Cela ne m’empêche nullement de revenir au Wacom Bamboo pour apprécier son silence !

À ce propos, une remarque. Perfide, bien entendu !

Je suis surpris, en lisant la presse informatique, ici ou ailleurs, du peu de résonance, de billets, compte-rendus, articles dans ces excellents supports d’information sur cette possibilité — désormais accessible à tous — de rentrer du contenu sur nos tablettes via ces dispositifs de reconnaissance de notre écriture manuscrite.

En même temps, je comprends : la réalité augmentée est un truc réellement nouveau contrairement à la possibilité — littéralement — d’écrire sur la surface de son écran et de retrouver, transformé en caractères d’imprimerie, notre graphie.

Oui, je galèje…! Pour des raisons que les fidèles lecteurs d’urbarbike connaissent, il y a peu de chances que je parle de ces casques3.

Pourquoi j’insiste (et sûrement bêtement) ?

J’ai un iPad Pro à disposition depuis peu de temps (merci Bob…!), c’est une tablette qui dispose de capacités de calcul assez puissantes et je ne pense pas être le seul utilisateur de Stylus ou d’applications de ce type.

Pourquoi de vrais journalistes n’évoquent pas ces outils ? Cela ne laisse perplexe (mèreplexe …ajoute ma fille…).

Tout se passe comme s’il était nécessaire, à chaque fois, de laisser s’écouler une longue période de temps pour accepter, assimiler ces nouveaux usages.

De plus, contrairement au mode Dictée, remarquable également mais nettement moins facile à mettre en œuvre, je n’ai aucune difficulté à continuer. À toute heure du jour et de la nuit, en toutes occasions !

Retour au couple Drafts et Stylus

Je vais revenir 5 secondes sur mes propres usages, à ma première intuition4, celle d’utiliser Drafts 4 avec un mode nuit, Stylus avec un mode sombre. J’ai ajouté dans la barre additionnelle de Drafts 4 une touche pour entrer le caractère d’un simple appui du stylet.

Je n’hésite pas à basculer sur un autre clavier quand Stylus se met à refuser ce que j’écris. Puis revenir. Bref, je fais avec.

À ce propos, j’ai contacté les développeurs et, malheureusement, pas de version 2 de Stylus avant un bout de temps. Par contre, une sortie sous Androïd prochainement est envisagée. L’occasion de tester la version de iA Writer qui fonctionne sur cet OS ?!

En conclusion…

Oui.

Encore un billet pour vous inciter à essayer. Stylus est gratuit (ce qui me semble assez délirant, vu la qualité du produit), prenez le temps d’essayer même au doigt, Il est clair que c’est nettement plus évident avec un stylet tout simple, un Bamboo Wacom, pour démarrer.

reduc-450

Attention : gros risque d’accoutumance vu que vous n’avez que votre main à utiliser, à écrire comme avec une craie sur un tableau.

Comme je le disais lors d’une de nos dernières balades à ma fille, je n’ai jamais autant écrit ces derniers temps…! Et dans de nouvelles conditions de confort !

Drafts 4 mais aussi Editorial, Ulysses, ia Writer, Byword mais aussi Messages, Mail, Apple Notes… enfin tout ce qui nécessite généralement un clavier.

Note de fin : et Apple dans tout ça ça ? Depuis le Newton, comme un vide !

Bonnes vacances…!


  1. urbanbike | Smart Note à l’usage 

  2. urbanbike | À l’usage : Pencil et Stylus 

  3. l’auteur de ces lignes ne dispose pas d’une vue stéréo, cela m’a posé pas mal de problèmes dans certains jeux collectifs. le plus troublant est de jouer au ping-pong, comme quoi, même avec une vue 2D, le cerveau est capable de compenser. 

  4. urbanbike | Prise de notes manuscrites : Drafts 4 ou Smart Note ? 

le 10/07/2016 à 10:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Smart Note à l’usage

Une application plutôt que le clavier ?

dans dans mon bocal | écrire | iOS | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai fini par supprimer temporairement Stylus de la liste de mes claviers et ne conserve à portée de doigts que Smart Note.

Pourquoi ? Par les raisons exprimées dans un billet précédent, à savoir je préfère la conversion de ma calligraphie après avoir pris le temps d’écrire… à la main.

Du coup, je consigne sans m’arrêter mes notes puis vérifie en une seule fois si tout est correctement reconnu. Ou non !

Le gain de temps est impressionnant car il n’y a plus aucune attente, j’écris tout simplement, corrige éventuellement sur le champ si je décèle que ma calligraphie est incompréhensible car les lettres sont mal formées.

Du coup, j’écris de plus en plus au Pencil. L’usage de Drafts 4 est reporté à la seconde étape, tant par corriger mes fautes de saisie (ça s’améliore !) que pour redécouvrir ce que j’ai noté et le remettre en musique. Et, bien entendu, le baliser en Markdown.

Alors oui ! Je gagne du temps, je me remets à écrire de plus en plus à la main mais pas que sur l’iPad vu que mon écriture elle-même bénéficie de cet exercice ! Qui a rigolé ?

Et comme j’écris de mieux en mieux (si ! si !), je fais moins de bourdes calligraphiques. Encore une fois, je ne veux convaincre personne, la seule à essayer de changer de méthode était l’auteur de ces lignes (…et le terme n’est pas usurpé).

reduc-450

Mais c’est intéressant de tester cette manière de fonctionner, d’écrire, loin du sempiternel clavier à touches. Il me reste encore des progrès à réaliser et je m’y emploie à chaque nouveau billet.

Certes, Smart Note est également perfectible mais ça va dans la bonne direction. Côté vitesse d’écriture, comme je suis dégagé du clavier, de la recherche des caractères spéciaux, ma pensée est plus fluide, moins hachée par les accidents de saisie qui ont toujours ponctué l’écriture de mes billets, point qui est certainement inconnu pour tous les maîtres du clavier aux yeux rivés sur leur écran, individus que j’envie depuis des décennies !

reduc-450

Aucune incitation ? C’est ce que j’écrivais en préambule. Néanmoins je recommande de profiter des vacances pour essayer quelques heures car l’exercice est tout simplement épatant.

Sur un article comme celui-ci, il y a bien évidemment de mauvaises reconnaissances souvent dues â la forme des lettres mais aussi au manque d’espacement des mots ! Et puis c’est lors de la relecture sous Drafts 4 que je remets en forme la première mouture de mes notes… Et une ultime fois sur mon Mac et dans Byword ou iA Writer avant de publier ces notes et en insérant mes copies d’écran…

À suivre !

Note de fin saisie au clavier : il faut s’armer de patience si votre écriture manuscrite est aussi abomifreuse que la mienne ! Mais ne perdez pas espoir. D’ailleurs, il me faut plus de temps pour saisir cette conclusion au clavier avec mes maladoigts que de l’écrire avec Smart Note… Mais je ne parle que pour mon usage

Bon, note aux développeurs : une version améliorée avec mode nuit et SplitView, s’il vous plaît…!

Hop, ping-pong…

le 08/07/2016 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Prise de notes manuscrites : Drafts 4 ou Smart Note ?

Mon avis — strictement personnel ? les deux !

dans dans mon bocal | écrire | iOS | pratique
par Jean-Christophe Courte

Je suis opiniâtre, capable de revenir sans cesse sur une problématique …pourtant réglée depuis des lustres par l’invention du clavier penseront certains…!
Je sais que cela peut épuiser le plus fidèle des lecteurs bien qu’habitué1 à mes rabâchages cacochymes…!

Sauf que ce week-end, la confiscation de notre quiétude sonore par les haut-parleurs du stade voisin associé à d’imprévisibles passages de pluie m’ont laissé tout loisir de poursuivre2

Comme expliqué ici-même quelques fois, je fais partie de cette génération3 qui aime écrire avec un crayon de bois ou l’un de ces bâtonnets qui laisse de l’encre.

Le iPad m’offre la possibilité d’écrire avec un stylet, de consigner ma calligraphie à grande vitesse avec une application de dessin comme Noteshelf (iPad uniquement). …Voire de traduire cette calligraphie en caractères d’imprimerie avec le clavier Stylus (…sur iPad comme sur iPhone). Ou, mieux, de conjuguer ces deux opérations simultanément dans une application comme Smart Note (iPad uniquement).

Reconnaissance immédiate ou différée…

J’utilise Stylus dans Messages, dans Drafts 4 (mais également dans Day One 2, Ulysses, Editorial, iA Writer, …).

Ici, il s’agit pour moi de réfléchir sur l’usage de ces outils quand il s’agit d’écrire un article. Et non de le baliser ou d’ajouter des notes, de le truffer d’urls. Bref juste coucher sur l’écran des notes, égrener des idées. C’est l’angle de ce billet, revenir à la phase du draft, de la note, de l’ébauche, de la consignation d’idées, réflexions4. Bref, juste écrire en me concentrant sur ces bribes que l’on nomme aussi divagations…!

Je résume à larges traits :

Stylus

Est-ce que la meilleure méthode est de sauter tout de suite sur l’excellent Drafts 4 avec le clavier Stylus qui interagit en arrière plan.

C’est la solution qui me convenait jusqu’à présent : synchronisation via iCloud, balisage Markdown, barre additionnelle personnalisée, actions aux petits oignons, mode nuit, largeur de justification, usage de TextExpander, que demander de mieux ?

Mais avec mon écriture étrange, Stylus m’oblige trop souvent à m’interrompre5 pour reprendre un mot ou une expression qu’il n’arrive pas à identifier…

Smart Note

Smart Note opère en arrière plan, n’interprète pas ma graphie (merci, merci, merci…!), me laisse écrire ce que je veux sans me sanctionner. À l’écran, je ne lis (…comme dans Noteshelf) que mes lignes d’écriture manuscrite.

reduc-450

Smart Note est capable à tout moment de me proposer une lecture, une interprétation (…assez balaise, dois-je avouer) de ma calligraphie et/ou de l’exporter vers un traitement de texte.

Tiens vers Drafts 4 par exemple !

Ce qui suit complète ce billet sur urbanbike… Retrouver sa main, écrire au Pencil sur l’iPad | 2. Ma perception évoluant à l’usage, ne soyez pas surpris de mes changements…

Quelques faiblesses

À nouveau un essai longue durée de Smart Note, dont le très gros intérêt est de laisser l’auteur de ces lignes écrire comme il le peut/veut…!! À moi de faire attention à ma manière de former mes “a” en attendant une option spécifique pour que l’application apprenne “mon” écriture.

C’est sur cette base que je suis parti à l’assaut de Smart Note, en vérifiant de temps à autre si nous nous comprenions bien. Il suffit de choisir d’exporter le texte — mais sans le faire en intégralité — et afficher le rendu en mode texte.

Après quelques heures, j’apprécie bien mieux ce produit mais il reste des points de discussion…

  • insérer des tirets est parfois mal interprété malgré les espaces laissés avant et après
  • idem pour le caractère qui n’est pas reconnu
  • dommage de ne pas accéder à un affichage immédiat du “rendu” depuis la zone de saisie à fort pourcentage via un simple bouton puis revenir après lecture…
  • il marque un mode nuit

reduc-450

  • dommage de ne pas exporter une sélection de texte (effectuée au Lasso) vers Twitter ?
  • j’aimerais bien disposer de la possibilité d’exporter aisément un fichier avec la date et l’heure suivie du nom du carnet (et de sa page) au format .txt vers DropBox, ce qui me permettrait de récupérer mes notes ensuite dans n’importe quel traitement de texte markdown. Voire de faire du versioning…
  • Déplacer une sélection de texte est possible (mieux que sur un carnet papier…!) mais un presse-papiers multiple à la ThinkBook ou à la TextCenter (deux applications iOS) serait un plus…
  • Dernier point, pas de reconnaissance des particularités d’une graphie, il faut continuer à s’approcher de celle reconnue, scolaire…

Par conte, retrouver un éditeur d’équations mathématiques ou crobarder des schémas qui ne seront pas interprétés comme du texte, c’est pas mal non plus…

reduc-450

  • L’option recherche dans des textes manuscrits…!

Smart Note puis Drafts…

À l’usage, ça fonctionne pas mal…

Du coup, je penche pour une première saisie à la main dans dans Smart Note sans me soucier de quoi que ce soit (orthographe compris), suivi d’un export au format texte dans Drafts 4, une application où je peux intervenir et baliser en markdown. Et éventuellement exporter vers un autre traitement de texte de mon choix comme Ulysses ou autre…

reduc-450

Car, désolé de rappeler ces truismes, une fois que Smart Note a exporté en caractères d’imprimerie (et après rapides corrections de mon texte manuscrit — on raye et on réécrit — si énormes bévues…!) ce premier jet écrit, je redécouvre mes notes totalement éditables… sans avoir eu à les ressaisir (…j’enfonce des portes ouvertes, tant pis…!).

reduc-450

J’ai sous les yeux un flot de texte dans lequel je peux ajouter de nouveaux paragraphes, structurer, copier et coller, réinsérer des portions de texte, action assez improbable dans un document manuscrit sauf petites flèches entre paragraphes ou de notes en fin de document.

Bref, redécouvrir ce premier jet dans Drafts 4 (ou autre…) représente bien une seconde étape pour malaxer, structurer…!

À suivre…

Note de fin : je vous laisse également découvrir ce que Richard alias @Monarobase a ajouté dimanche… Billet à suivre pour ceux qui ne l’ont pas vu…


  1. Masochisme ? 

  2. Du coup, au lieu d’écrire régulièrement de petits billets d’actualité dans urbanbike, j’expérimente en continu… entre deux parties de ping-pong avec ma fille. À ce propos, étant nettement plus agile que moi de ses deux mains de pianiste, elle n’a aucune difficulté à saisir à toute vitesse tant en espagnol qu’en français. Elle suit mes expérimentations du coin de l’oeil tout en ne refusant pas à tester une solution sur son iPad quand je le lui propose. Mais, et c’est intéressant de le rappeler, bien que son écriture soit parfaitement reconnue par Stylus, elle préfère le clavier. 

  3. Je ne suis pas un inconditionnel d’une solution ou d’une autre : je veux simplement profiter du meilleur des options qui me sont proposées. De plus, pourquoi me limiter à un produit, une application ?! Idem, pourquoi me limiter à n’utiliser qu’un clavier ? Voire un seul écran ?! Rien ne m’interdit de passer d’un environnement à un autre. 

  4. sans appuyer sur une touche pour changer de clavier pour atteindre un caractère spécial ou les chiffres… 

  5. Et, de facto, me fait perdre un temps précieux (voire le fil des idées) à essayer d’avoir raison contre lui. Seule solution pour repartir sur le bon pied (sic…!), changer de clavier puis revenir sur Stylus

le 04/07/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?