Urbanbike

Recherche | mode avancée

Drafts + Stylus en place de Nebo sous iOS

Ça tourne sous iPhone, iPad et ça n’a pas besoin d’un Apple Pencil

dans dans mon bocal | écrire | signé regis | typo | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Préalable : je suis fasciné par la qualité de la reconnaissance de mon écriture effectuée par MyScript Nebo – Prise de note pour Apple Pencil. Je l’ai écrit quelques fois sur urbanbike. Mais plus au point de me fatiguer les yeux (…euphémisme) sur un fond trop lumineux (absence d’un mode Nuit).
Ensuite, même si je dispose d’un Apple Pencil, j’apprécie de pourvoir écrire avec un simple stylet qui n’a pas besoin d’être rechargé, qui peut tomber par terre sans que cela me donne des palpitations et, mieux, qui ne roule pas sur quelques mètres (bon, j’exagère !).

Certes, nous attendons tous une version 2 de MyScript Stylus - Handwriting Keyboard depuis (…je vais éviter de compter, préférant me souvenir que cette remarquable application est gratuite et qu’une nouvelle version payante serait même justifiée…).

Mais, à un moment, il faut cesser de passer d’un dispositif à un autre, écrire sans parsemer ses bouts de texte ci et là.

Mes vieux lecteurs savent déjà où je vais en venir, évoquer Drafts - Quickly Capture Notes, Share Anywhere!. Et ils ont raison, cette application me permettant de distribuer mes textes vers DropBox, Ulysses, Day One après avoir rédigé mes notes dans cet éditeur Markdown.

Bref, tant pis, je préfère une application plus rustique qui répond mieux à mes besoins que d’utiliser un Nebo de compétition ultra puissant mais auquel manque nombre d’elements de confort pour le vieux scribouilleur que je suis devenu !

Alors, en attendant une version plus confortable, voire une version 2 de Stylus, j’utilise cet attelage bricolé qui a le mérite d’être opérationnel et de ménager mes yeux fatigués par 35 années d’utilisation d’écrans divers et variés.

La seule solution serait de cesser temporairement d’en utiliser et d’aller marcher en regardant au loin !

En attendant que les développeurs ajoutent les options qui nous sont chères, c’est mon rustique Drafts qui fait le boulot avec son fond noir et le support complice de Stylus !

Ce billet est un ajout à celui d’hier, urbanbike | Vacances : reprendre le stylet, faire des lignes d’écriture…!

Rien à ajouter !

reduc-450

Note de fin : Comme mes yeux sont fatigués, je m’interroge. Est-ce que cela me fatigue moins d’écrire à la main sur du papier que sur l’écran ? Le crayon délivre des “gris” et et ceci est reposant. Or, comme il n’existe pas d’application pour reconnaître mon écriture manuscrite à partir du papier, que les dispositifs OCR pour reconnaitre des caractères d’imprimerie sont assez légers, la seule alternative qui fonctionne en ce qui me concerne est alors de revenir au crayon / bloc de papier puis… dicter ! Dans Drafts…!

le 25/07/2017 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Vacances : reprendre le stylet, faire des lignes d’écriture…!

Indispensable, bon pour la souplesse de votre main et de votre poignet

dans dans mon bocal | écrire | typo | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Alors, oui, j’écris souvent pour améliorer ma calligraphie au stylet1 sur l’écran du iPad !

Je me suis rendu compte que je prenais trop souvent des raccourcis2 graphiques (sic !), que nombre de mes gestes dès lors que j’écris à la main sont insuffisamment précis ! Or, à écrire débraillé, MyScript Stylus - Handwriting Keyboard perd parfois pied à me comprendre !

Seul remède à ce relâchement, se reprendre et écrire lisiblement ! Mais pas uniquement !

il m’est devenu essentiel de prendre le temps de valider la bonne interprétation dans l’une des trois cases prédictives au-dessus de la zone de dessin, opération que je néglige depuis une bonne année.

Alors peut-être que je me plante mais cette validation de ma calligraphie améliore, me semble-il, le taux de reconnaissance de ma prose dessinée à la pointe de mon stylet et c’est bien du confort.

Ensuite, cette validation a un autre objectif : éviter que l’application repasse derrière mon dos et corrige – à mon insu – ce que j’ai écrit puis visualisé du coin de l’œil comme correctement décrypté.

Or, quelques secondes après, c’est comme si un méchant troll repassait et modifiait sournoisement ce qui était encore à l’écran !

L’explication tient au fait que je n’ai pas fait de choix pour l’une des propositions, même si la bonne était affichée. Mon absence de validation conduit l’application à s’interroger – avec retard – sur ce que j’ai dessiné. Gag !

Du coup, le seul moyen, la seule méthode est – me semble-il – de valider régulièrement ce qui dessiné, comme pour entraîner l’application à la reconnaissance de ma graphie – que j’ai parfois du mal à comprendre moi-même, c’est dire – et m’éviter, en retour, des crises d’agacement en relisant le texte corrigé par la suite !

Une validation mot à mot, parfois lettre à lettre, est nécessaire mais cela ne semble bien plus rapide que la frappe au clavier dans mon cas. Je suis dyslexique et cela ne s’arrange pas sur le tard.

Je peux écrire nettement plus longtemps sans me retrouver aprés coup avec des passages illisibles …voire totalement incompréhensibles.

Attention, si dans les trois cases prédictives vous ne retrouvez pas ce que vous avez écrit, c’est la preuve qu’il est temps de faire un effort pour vous remettre à écrire “correctement”.

J’insiste : ce n’est pas exclusivement à l’application de faire le travail de reconnaitre votre écriture, c’est également à vous de faire l’effort d’améliorer votre calligraphie !

Enfin, l’accentuation est capitale pour aider l’application à faire du bon boulot même si nombre des mots dessinés seront proposés avec la bonne accentuation.

Certes, cet effort peut sembler lourd mais offre de sacrés “plus” sur le long terme et va également vous conduire à faire de plus beaux dessins, former de plus belles lettres …surtout si vous liez votre écriture.

Souvenez-vous qu’il suffit de biffer ce que vous avez écrit, voire réécrire par-dessus.

Au bout de quelques temps, le gain de temps est impressionnant. Mais il faut s’accrocher, faire un réel effort.

Corollaire : si vous devez écrire quelques lignes au crayon, stylo, bic sur une feuille de papier, vous allez vous rendre compte que vous pouvez passer cette épreuve haut la main !

Or c’est la question : avez-vous envie de faire cet effort ?

reduc-450

Je lis en ce moment un livre de Claude Duneton, l’auteur du Bouquet des expressions imagées. Il avait écrit en 1999 un court ouvrage, La mort du français et j’en extrais ces quelques lignes.

Il faudrait parler ici de la calligraphie, de la disponibilité du corps qu’elle suppose, de la concentration d’esprit qu’elle exige, du temps – du temps surtout – qu’elle nécessite pour le contrôle de chaque geste en détail, et de la respiration que cela implique. La calligraphie fait appel à des vertus humaines qui sont très exactement l’inverse de celles que requiert par exemple la télévision.
[…]
Télévision ou pas, vous ne pouvez pas demander à un enfant actuel, de six à huit ans, de se livrer à la calligraphie : il n’en n’aura ni la patience élémentaire, ni le rythme, ni la concentration, ni l’endurance, ni l’humilité, ni absolument aucune des qualités indispensables à l’exécution de ces travaux de type obsessionnel.


  1. cf. urbanbike | Bamboo Solo Wacom en main 

  2. Euphémisme pour expliquer que j’écris comme un porc. 

le 24/07/2017 à 16:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Dépasser les tweets de 140 signes avec Echofon Pro sur iOS

Des tweets plus longs via une astuce spécifique à cet éditeur

dans dans mon bocal | écrire | grospod | groummphh
par Jean-Christophe Courte

C’est en tombant sur un tweet1 de @christophevogt que j’ai vu un lien vers tmi.me et découvre la suite du long tweet de ce contributeur sur le web…

Bref, de fil en aiguille, j’ai rechargé ma vieille version de Echofon Pro for Twitter sur mon iPhone. Notez que la licence est reconnue après six ans de non utilisation… Chapeau.

reduc-450

Ahhhhhh…!

Lire le début d’un tweet puis la suite sur un serveur dédié pour des développements textuels de grande ampleur, bien au-delà des sempiternels 140 signes est une option fort intéressante pour ceux qui ont besoin de place pour s’exprimer.

reduc-450

Cela se passe dans la version Pro (iOS, j’insiste) et c’est une option à cocher… Je dépasse de 201 signes et pas de problèmes…

Superbe… à la condition de ne pas en abuser, selon moi. Car rester dans le format de Twitter n’est pas désagréable le reste du temps !

Pour ma part, j’ai quasiment laissé de coté “Mastodon” et attends patiemment que Twitter augmente le nombre de caractères disponible, ajoute en sus le balisage Markdown. Mieux, nous permette “dans les 5 minutes” de corriger les erreurs de frappe dans un tweet.

Pour mémoire, c’est un point en faveur de Instagram (si, si !) que j’apprécie quotidiennement (correction différée en plus de du nombre de signes pour rédiger).

Attention : il me semble que la version Mac, non mise à jour depuis 2015, ne le permette pas …alors que la version iOS révisée en juillet 2017 le fait, CQFD, sur iPhone et iPad sinon j’en causerais pas !


  1. rendre à César, etc. 

le 22/07/2017 à 20:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bear iOS et exports vers d’autres apps

Même sans abonnement, cela reste un outil Markdown fort pratique

dans bosser n’importe où | écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

Billet arrivé entre deux sauvegardes, l’écriture d’un autre sur Gubbio mais surtout provoqué par une nouvelle mise à jour de l’application, Bear.

Je suis un utilisateur inconditionnel de Drafts, une application qui ne fonctionne que sous iOS. Je reconnais que son aspect rustique puisse parfois agacer les utilisateurs sensibles à l’esthétique. J’en fais partie mais Drafts est à part. Au quotidien, la barre additionnelle de Drafts totalement ajustable à mes besoins me convient, cette rusticité étant un gage de concentration quand j’écris. De plus, les nombreuses actions x-callback-url disponibles le rendent, comme Editorial, précieux en amont de nombreux projets. Bref, c’est une jeep et ça fait tout.

Néanmoins, je reconnais volontiers que Bear puisse faire tourner les têtes, la preuve, j’y reviens. L’application est tout simplement splendide, élégante et se pare de nouvelles fonctions à chaque version.

De plus, elle tourne sous macOS, dispose d’un excellent système de synchronisation (payant), de pas mal de modèles pour la coloration syntaxique, etc.

Petit souci de taille à mes yeux, si l’application est gratuite, elle nécessite un abonnement si l’on souhaite synchroniser ses fichiers (textes comme photos) entre tous nos écrans même si l’objectif de l’application va nettement plus loin que l’aspect traitement de texte pur.

À ce propos, une concurrence avec une application comme Day One est envisageable — avec de sacrées limites — pour ceux qui le souhaitent, il n’est pas inutile de s’en souvenir.

Pourquoi utiliser Bears sans abonnement

Déjà, pour l’essayer sur une durée supérieure au test gratuit d’une semaine avec synchro sans peur de se retrouver sans les textes saisis (certes, textes stockés en local en ce cas mais que vous pouvez individuellement exporter vers Dropbox, sachez-le…).

Une autre raison est beaucoup plus prosaïque. Depuis la sortie des iPads, nous avons eu un nombre épatant d’applications de traitements de texte, Markdown ou non, qui se sont lancées sous iOS avec des existences parfois brèves. Je les conserve sur mon iPad dans le cas où une nouvelle version adviendrait.

J’ai présenté ici même pas mal de produits avant de déchanter face à l’absence criante de mises-à-jour. Des projets intéressants, beaux, astucieux, à l’ergonomie novatrice mais souvent laissés en plan par leurs propres promoteurs. Ou par une cruelle absence de succès.

Ceci explique pourquoi je reste calé principalement sur trois applications régulièrement mises à jour qui ont, chacune, un rôle dans mes flux d’écriture. Mais cela ne m’empêche pas de scruter ce qui sort. Voire de faire l’impasse sur des produits trop marquetés ou de sinistre mémoire sur macOS par exemple. Avec Bear, j’ai eu un peu cette impression du “trop embrasse, mal étreint” mais ces craintes ne sont peu à peu dissipées face aux nombreuses mises à jour et à la qualité du développement.

Sauf que je reste (encore) circonspect face à un abonnement (près de 15 € annuels). Et à l’absence de nombreuses fonctions dont j’abuse dans Drafts. Je reconnais que cela se discute. Certes, on peut rire de ma réserve et discuter de mon abonnement Premium sur Day One. Sauf que ce dernier est déjà riche de 4500 notes et 3500 photos.

Exporter ses textes sans souci, mode d’emploi…

Néanmoins, quitte à essayer la version de base, je vous suggère de ne pas vous baser ou reposer sur mon sentiment personnel et de tester par vous-même la version en local, voire de tester une semaine gratuite de synchronisation de vos fichiers.

Vos notes ne seront pas perdues, vous pouvez exporter vers n’importe quel traitement de texte à défaut aller plus loin. Ce texte va finir tranquillement dans Drafts même si je l’ai saisi dans Bear (et même atterrir dans DropBox).

Je rappelle tout ceci (oui, je radote) car il est important de ne pas se sentir piégé en rédigeant, de comprendre que nos notes pourront être exportées individuellement vers une autre application Markdown ou non. Cette angoisse dissipée, prenez le temps d’explorer Bear car je m’en voudrais de nous faire passer à côté un produit aussi majeur que Ulysses (et ceux précédemment cités).

En copies d’écran, les quelques opérations d’export

Effectuées sur un iPhone mais ça fonctionne de la même manière sur iPad.

Avec quelques préalables dans les préférences, cerclées dans la copie d’écran pour ne pas les oublier. Surtout si vous êtes balises Markdown

reduc-450

Appelez les préférences…

reduc-450

Pensez compatibilité et, si vous enregistrez vos fichiers avec un .txt, à notifier que vous souhaitez conserver les balises (ceci dans le cadre d’un export vers DropBox par exemple). Le nom de fichier en prenant l’info de première ligne est aussi à valider…

reduc-450

La barre additionnelle est une longue suite d’icônes à déplacer… Et la première chose pour moi est de nommer cette première ligne avec date et heure (merci TextExpander…)

reduc-450

Je passe sur l’usage de l’application, juste vous montrer comment on exporte… On affiche le panneau de droite et appui sur le format disponible (ici, version non Pro limitée). Tiens, un .txt…

reduc-450

Mais les balises Markdown sont visibles (héhé, on l’a notifié dans les préférences) et il suffit, en bas, de choisir vers qui on exporte. Drafts dans mon cas mais notez sur DropBox est disponible et pas mal d’autres applications…

reduc-450

Pour Drafts, c’est facile avec son panneau à choix multiples et je retrouve l’atmosphère rustique de mon application de pris e de notes…

Bref, rien n’est perdu…

À vous de tester et de trancher. Ou non…!

le 19/07/2017 à 15:55 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Exporter ses fichiers Daedalus Touch vers Ulysses sous iOS

Rappel utile vu que Daedalus termine sa carrière…

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | grospod | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce midi, un tweet annonçait que l’excellent Daedalus Touch (moult fois chroniqué dans urbanbike1) arrivait totalement déverrouillé mais dans sa dernière version.

Cette décision est assez logique, désormais – sous iOS comme sous macOS – c’est Ulysses qui le remplace et propose encore plus d’options pour les rédacteurs au long-cours.

Comment exporter vers Ulysses ?

Très simplement

reduc-450

  • À gauche | appuyez en bas sur les trois points après avoir choisi le dossier (pile de fichiers) à exporter…
  • À droite | vous affichez en bas une icône générique d’export…

reduc-450

  • À gauche | la pile qui était en premier plan est toujours sélectionnée; trois options sont affichées en bas de l’écran…
  • À droite | Après avoir appuyé sur Exporter, vous avez un choix dont Envoyer à Ulysses… Appuyez et c’est parti (si vous avez Ulysses sur votre iPad ou iPhone…!

reduc-450

  • Tadaaaaaaaaa…! Tous les fichiers sont disponibles dans Ulysses dont la page de titre… Les petits nuages en regard démontrent que la synchro est en train de s’effectuer…
  • Il vous reste désormais à vous souvenir que la barre additionnelle est nettement plus riche que celle de Daedalus touch…! Et que vous bénéficiez de la coloration syntaxique. Mais ceci est une autre histoire…!

Bons transferts…

Néanmoins, ce n’est pas de gaité de coeur car Daedalus touch a été un très fidèle et agréable traitement de texte (et je conserve dans urbanbike tous les billets, nostalgie…!!).
Snif !

le 12/07/2017 à 15:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPad | jardin, soleil et ombre

Écrire dehors aux beaux jours, pas la meilleure idée…

dans ailleurs | écrire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Écrire, que ce soit des billets, des billevesées ou de simples broutilles, est une activité quotidienne. Mais, en y réfléchissant, je me rends compte que je suis rarement1 dehors !

De temps à autre, j’écris sur mon iPhone en marchant dans la rue ou dans les bois environnants2. Généralement, c’est dans le train, voire dans ma voiture3 en stationnement en attendant ma fille à la sortie de l’Universités que je passe à l’iPad.

En résumé, si j’arrose bien notre petit jardin dès qu’il commence à faire sec, je suis rarement dedans à m’y inscrire à l’ombre avec un écran.

Soleil de plomb

Samedi, étouffant dans ce qui tient lieu de piaule et de bureau, je me suis décidé à migrer à l’extérieur. Bref, à me placer à l’ombre des arbres, d’autant qu’il y avait un poil de vent !

reduc-450

J’ai sauté dans un slip de bain sans avoir peur de défrayer le voisinage en exhibant ma musculature d’airain ! Bref, je suis allé me poser sur une chaise avec iPad Pro et Stylet !

Énorme avantage d’un stylet avec un écran noyé de lumière, la vue des touches n’a rien d’essentiel.

Au risque de me répéter, le conseil pratique, hormis de bien former ses lettres, est toujours d’espacer largement les mots pour que l’application fasse bien la distinction entre les différents éléments de la phrase.

Pour ma part, toujours la même martingale : Drafts, MyScript Stylus et un simple bambou Wacom. J’apprécie la dureté de la pointe du dernier Bamboo dit de quatrième génération.

À l’extérieur, il devient évident que la propreté de l’écran est le facteur de confort. Or c’est souvent à ce moment que l’on découvre que l’iPad est devenu un… craPad… comme le souligne avec humour ma fille4 !

Bref, ne surtout pas oublier de nettoyer l’écran pour éviter de déchiffrer son texte entre des auréoles grasses, douteuses ! Voire ne rien lire !

Ensuite, pendant toute cette session à l’extérieur, Il est clair que l’usage de stylet a un autre avantage, celui d’éviter de maculer à nouveau l’écran fraîchement nettoyé  ! Un appui même léger du doigt le démonte aisément !

Coté Wifi, l’orientation de l’écran en fonction de la borne est à tester : ce qui fonctionne dans un coin du jardin n’est pas forcément une solution universelle ailleurs !! Eh oui, le soleil tourne et votre serviteur également !

Souvent passer l’écran en mode portrait suffit pour retrouver la connexion avec sa box lointaine.

Bon. J’aime mieux être à l’intérieur !


  1. Billet écrit un samedi ensoleillé, depuis → pluie ! 

  2. urbanbike | Usages | En passant, pourquoi mon iPhone est devenu ma machine à écrire…! 

  3. urbanbike | Usages | Nebo …en voiture 

  4. …qui utilise également le vocable craPhone pour nos téléphones ! 

le 10/07/2017 à 17:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

DropBox vous permet d’éditer vos textes sous iOS

Une petite fonction ultra pratique

dans écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

C’est le genre d’option bête comme chou, accéder à un fichier texte directement via l’app Dropbox et l’amender.

Ça casse pas trois pattes à un canard mais, pour ma part, cela fait partie des petites options pratiques pour un rédacteur.

reduc-450

Au lieu de relancer un traitement de texte, hop une intervention et c’est fait.

reduc-450

  • Oui, il y avait d’autres erreurs de saisie (!!)

C’est dit…

le 29/06/2017 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?