Urbanbike

Recherche | mode avancée

En voyage : Day One

Mais également au quotidien…

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | mémoire | outils | photographie | usages
par Jean-Christophe Courte

Noter au fil des jours ses parcours, rencontres, lieux traversés peut toujours se faire avec un crayon, un carnet, voire quelques ektas argentiques, cela va sans dire.
C’est la règle chez les écrivains réfractaires aux technologies numériques et j’ai quelques arguments1 pour les conforter dans leurs choix.

Mais pour un quidam qui ne sort pas (trop) des sentiers battus, ne prétend pas partir à l’aventure, n’a pas viscéralement une sainte horreur du numérique (…comme il est bon de le rappeler à longueurs d’interviews…!) et, accessoirement, pas sa seule personne à gérer (…comprendre qu’il doit se soucier de ses compagnons de voyage, de sa petite tribu, faire le plein, conduire, effectuer quelques courses, trouver le prochain hébergement perdu dans la jungle …urbaine…), l’usage d’un carnet sur iPhone couplé aux informations de localisation, à l’appareil photo n’est pas si détestable…!!

J’ai bien un carnet avec des feuilles en papier (si, si…!) confectionnées avec des fibres de vrai bois et de vieux chiffons. Et un crayon. Pourtant, je m’évertue à employer Day One journal + mémoire depuis des années.

J’apprécie la sauvegarde de mes données textuelles, de mes photos, j’ai même un abonnement annuel désormais2, et j’apprécie la direction3 que suit obstinément cette application même si je n’utilise pas toutes les fonctionnalités proposées.

Avec la possibilité de gérer plusieurs journaux, celle très récente d’importer automatiquement les entrées d’un compte Instagram (…ce qui change drastiquement ma relation à cette plateforme), d’importer les photos réalisées avec son iPhone, Day One journal + mémoire est devenu incontournable dans mes usages quotidiens, la mémoire de nos balades et évènements.

Mon propre Day One dépasse allègrement les …10 000 notes textuelles.

Il est vrai que l’arrivée soudaine de Instagram lui a ajouté d’un coup près de 3000 notes photographiques (…que j’ai pris soin de placer dans un journal dédié) mais m’a permis également de reconstituer à mon insu quelques bribes que j’avais négligé dans Day One.

Day One dispose d’un outil de texte qui balise en markdown mais je lui préfère Drafts: Capture ‣‣ Act qui me permet de contribuer dans Day One via une action x-callback-url. Et donc d’exporter un texte finalisé dans cet outil, balisé en markdown avec urls et compagnie, d’un seul appui dans ma barre additionnelle.

Nombre d’applications ont essayé et essayent encore de concurrencer Day One (dont l’excellent Ulysses) mais l’orientation initiale prise au départ par ses développeurs de était exclusivement orienté carnet de notes alors que ceux de Ulysses était de créer un superbe traitement de texte. Bien entendu, leurs propres options se recouvrent mais souvenez-vous bien de l’orientation première de chaque application…!

J’utilise Day One essentiellement sur mon iPhone même si je peux accéder à mes notes depuis mon antique MacBook de 2009 ou depuis mon iPad Pro.

reduc-450

  • Touch ID pour accéder à toutes mes entrées…

reduc-450

  • Multiples journaux et rappel du précédent billet… Écrit dans Drafts* et exporté dans Day One

Le fait de s’astreindre à écrire tous les jours, à conserver quelques vues emblématiques au cours de nos balades me permet de garder le souvenir de toutes nos galères comme de nos émerveillements.

reduc-450

  • Un véritable éditeur Markdown sans voir les balises…

reduc-450

  • Un rappel de chaque évènement avec un grand nombre de photos…

reduc-450

  • Et d’autres infos dont l’heure, l’altitude, la température, la localisation précise, le nombre de pas effectués au moment de l’entrée de la note…

Le fait de pouvoir ventiler ses notes dans plusieurs journaux est fort pratique : ainsi l’un de mes journaux me sert à noter toutes les tâches administratives, pas inutile pour savoir si l’on a remplit toutes ses obligations légales !

À une époque où nombre de mes relations réduisent le nombre de leurs applications sur leurs écrans, Day One (comme Drafts d’ailleurs) occupe une place de choix dans cette stratégie de ne conserver que l’essentiel.

À vous d’y réfléchir même si la version premium a un coût. Cela comprend la synchronisation sur plusieurs occurrences de Day One sur vos écrans (…quatre écrans dans mon cas car deux MacBook), la sauvegarde des textes et des journaux mais également des visuels (près de …12000 clichés dans mon cas)…

reduc-450

  • Recherche par entrées (tous journaux confondus ou su un seul), visualisation des photos prises dans un secteur géographique (avec rappel via la couleur du journal source…

reduc-450

  • Visualisation des lieux où les photos ont été prises… Rappel des jours où j’ai pris une note (là, tous les jours)

reduc-450

  • Recherche par photo, recherche chronologique…

reduc-450

  • L’ajout d’une photo exploite immédiatement ses informations EXIF (pratique…!) et à vous de saisir du texte immédiatement…

reduc-450

  • Chaque note peut être exportée…

reduc-450

  • …ici vers Drafts (mais notez que les balises Markdown sautent — pas les url —, point à corriger prochainement…)

reduc-450

  • En texte pur ou en PDF…

C’est tout…! Bref, un grand Bravo à Paul Mayne et à sa bande de développeurs…


  1. Dont celui de l’énergie pour le crayon et le carnet papier : pas besoin d’une prise de courant, élimination des risques en cas de chute. En revanche, hormis un coup de chance de retrouver des carnets égarés quelques décennies plus tôt comme c’est arrivé à Patrick Leigh Fermor, urbanbike | Le temps des offrandes | Entre fleuve et forêt, aucune sauvegarde en cas de disparition. 

  2. Je comprends que ce ne soit pas facile d’opter pour cette formule mais, à tout considérer, elle offre plus d’avantages que de désagréments, notamment en stockant vos clichés. 

  3. …même si je serais client de deux ou trois options d’export (en markdown et au format Word pour faire plaisir à mon ami Iago) ainsi que de la possibilité d’afficher, comme antérieurement, mes textes en cours d’écriture en pur texte habillée des balises markdown …même si je comprends fort bien le pourquoi de ce dernier changement. 

le 12/06/2019 à 10:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Ce que j’attends d’iOS 13 sur iPad

Tout le monde s’en fout mais je ne me tairais pas !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | outils | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Blague à part, j’ai suivi d’assez loin les annonces d’Apple et, pour une boite qui régulièrement alimente les spéculations des experts en catastrophes industrielles, elles sont magnifiques. Et je pèse mes mots !

Après cette excellente phase de consolidation qu’est/fût iOS 12, j’apprécie de découvrir les perspectives d’iOS 13 et, notamment, de la version dédiée au iPad.

Si j’emploie plus mon iPhone ces derniers temps pour de simples raisons de balades ci et là, je me sers toujours de mon iPad Pro de première génération et du Pencil.

reduc-450

Et je réitère ici ce qui d’ailleurs a fait l’objet de deux bouquins que j’ai signé naguère : oui, l’iPad est bien un outil de travail contrairement à l’image que d’aucuns en avaient en le réduisant, dès sa présentation par Steve Jobs, à un simple écran de consultation !

Aussi, apprendre qu’Apple allait étendre les options d’iOS pour muscler l’iPad me rassure.

Et ce que je lis dans la presse spécialisée qui a déjà accès aux bêtas sur des écrans récents va dans le sens de l’utilisateur que je suis.

Déjà, un accès à des supports externes comme un simple ordinateur portable. Mais aussi ce fameux mode sombre attendu par tous ceux qui travaillent souvent tard la nuit et sont fatigués de supporter la luminosité de leur écran.

Je ne reviens pas sur ce que tout le monde a pu lire sur les aspects cosmétiques (…même si le mode nuit en fait partie !) de la prochaine version d’iOS. C’est très chouette et j’ai hâte que cela soit opérationnel, histoire de savoir si je change mon vieux MacBook Pro pour un alter ego plus récent, un Mac Mini. Ou un iPad Pro de dernière génération.

Mon unique souci reste le traitement de mes clichés. Or je vois émerger des applications qui seraient susceptibles de concurrencer ma vieille version 5 de Lightroom.

Aussi, comme mes besoins restent modestes, pourquoi ne pas envisager une solution 100 % iOS si je peux également connecter les disques durs contenant mes photos et disposer d’une machine iPad plus puissante pour les traiter avec des applications ad hoc.

Il m’est permis de rêver. Ou d’attendre encore quelques années…!!

Écriture manuscrite ?

Par contre, pas un mot sur un aspect qui me tient à cœur depuis près de trois ans, celle d’une révolution malheureusement arrivée trop tard, à savoir la reconnaissance de l’écriture manuscrite et sa transformation en caractères d’imprimerie.

Or, paradoxe, c’est essentiellement cela aujourd’hui qui me conforte dans la poursuite de l’usage de mon Pad.

Si MyScript a fait disparaître l’excellent Stylus au profit de Nebo, ce sont les prochaines versions de cette application que j’attends avec une certaine impatience.

Dont une option permettant d’utiliser Nebo dans sous n’importe quelle application iOS et donc la substituer à feu Stylus.

Pour l’heure, je me contente de fractionner mon écran pour écrire à la main mes billets avant de les verser dans Drafts puis de les baliser.

Mais je reste confiant, trop assurément, et espère que d’autres utilisateurs vont (re)découvrir le pouvoir de leur main et (re)venir peu à peu à la calligraphie !

Bref, le iPad reste mon carnet de notes manuscrites et la calligraphie au lieu de la saisie au clavier fait partie des fonctions que j’aimerais retrouver dans d’autres applications …dont Day One !

C’est tout…!

reduc-450

  • Nebo et Drafts, ce dernier me permettant d’ajouter du Markdown et des liens, mais aussi de me relire une première fois…

reduc-450

  • Il est facile de convertir tout le texte manuscrit…

reduc-450

  • Puis de copier la totalité ou bloc par bloc dans Drafts

reduc-450

  • Une dernière (grosse) relecture dans iA Writer sous macOS, placement des images, un coup de Marked et hop…

reduc-450

  • Et il restera des scories que j’assume…!

le 08/06/2019 à 11:35 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MyScript Nebo : pour réapprendre à écrire à la main…?

Pas que. Mais ça ne peut pas faire de mal !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Depuis 2016, et grâce à Stylus, je me suis remis à écrire à la main et au stylet avec cette application épatante de reconnaissance de mon écriture manuscrite et sa transformation immédiate en caractères d’imprimerie. Dès 2011, j’employais un Bamboo Wacom à pointe caoutchouc mais uniquement pour dessiner. Avec Stylus, ce fut une révélation, l’aboutissement d’un rêve, celui de me passer d’un clavier mécanique pour simplement former des lettres, des mots tout en étant compris par l’outil informatique. Damned !

Pas une mais deux applications révolutionnaires

Quelques mois après ma découverte de Stylus est arrivé MyScript Nebo.

Un produit nettement plus fermé : là où Stylus était utilisable en lieu et place du clavier sous n’importe quelle application, Nebo effectue cette reconnaissance de l’écriture manuscrite avec plus de virtuosité que dans son seul cadre.

Plus de clavier, une simple feuille blanche avec des lignes de conduite et à l’utilisateur d’écrire à la main sur cette page infinie. Et, je vais l’écrire plusieurs fois, l’obligation de s’offrir un Apple Pencil.

Comme les deux produits étaient disponibles, cela ne m’a pas gêné ni interpelé …même si je passais déjà plus de temps avec Stylus à écrire sous Drafts: Capture ‣‣ Act, Ulysses ou iA Writer, histoire de baliser mes textes en markdown.

Puis, quelques mois plus tard, Stylus a disparu de l’AppleStore.

Je ne m’en suis pas rendu compte, ce sont les personnes qui essayaient de l’obtenir après avoir lu urbanbike qui m’ont alerté. J’ai trouvé (…et je trouve encore avec le recul) que cette décision était maladroite. Stylus était (et reste) un très bon produit d’approche avec un aspect ludique incomparable offert par un accès sur iPad ou iPhone.

De plus, comme déjà rappelé précédé, Stylus ne nécessitait pas l’aquisition du coûteux Apple Pencil et, surtout, s’employait sous n’importe quelle application même si le dispositif de reconnaissance de l’écriture reste (je l’emploie toujours) moins performant que celui de Nebo.

Bref, Stylus reste l’application qui m’a permis de reprendre goût à l’écriture manuscrite en transformant à la volée mes glyphes en caractères d’imprimerie.

Et ce aisèment sous n’importe quelle app et avec la possibilité de revenir immédiatement au clavier en cas de difficulté ou d’incapacité à écrire un mot.

D’où ma défense acharnée de ce produit pour lequel je suis encore prêt à régler un abonnement annuel pour le retrouver sous n’importe laquelle de mes applications.

Aujourd’hui, Stylus est toujours présent dans mon iPad …et mon iPhone, ce qui explique pourquoi je conserve précieusement mes Wacom à pointes caoutchouc. Mais pour combien de temps…?

Mais revenons à Nebo qui oblige, certes, l’utilisateur à s’offrir un iPad Pro et — surtout — ce fameux Pencil qui doit se recharger et reste, à l’usage, un peu plus bruyant1, sa pointe en plastique dur frappant l’écran. C’est loin d’être un détail.

Ensuite, si Stylus disposait d’un mode Nuit, Nebo reste éblouissant2 avec un écran ultra lumineux et blanc alors que nombre de traitements de texte disposent d’un mode sombre3 confortable.

Une fois tout ceci posé, je reste un utilisateur assidu de Stylus sur Drafts. Mais également de Nebo. Le corps de ce billet a été écrit dans Nebo puis transféré dans Drafts.

Aussi, si vous venez de vous offrir un iPad Pro et que ce dernier supporte Nebo, ajoutez une centaine d’euros pour lui offrir un Apple Pencil. Sinon cela ne fonctionnera pas. Ça fait cher pour s’essayer à l’écriture manuscrite là où l’on pouvait s’essayer au doigt (si, si !) avec Stylus mais bon.

Pourquoi ?

En dehors des réserves émises précédemment et du coût global pour obtenir un ensemble totalement actif, c’est essentiellement le retour à l’écriture manuscrite qui me semble clé.

Or le meilleur professeur pour vous indiquer les points sur lesquels votre écriture est approximative, que ce soit la formation même des lettres ou encore la correction en direct de vos fautes d’orthographe reste …Nebo.

En trois années, j’ai repris le contrôle de ma main, j’arrive à écrire des pages d’écriture lisibles par autrui.

Et j’ai gommé peu à peu certaines erreurs orthographiques, corrigé de mauvaises habitudes, épaulé en cela par le correcteur intégré de Nebo même si je lui reproche parfois d’être un peu trop strict.

Et si…

J’entends déjà les remarques amusées, acides : écrire à la main ne sert plus à rien. Voire un “Tous les écrans utilisent des claviers et, mieux, demain il suffira de dicter au lieu d’enfoncer ou effleurer des touches”.

Sauf que… Dans tous les cas évoqués, nous partons du postulat qu’il y a toujours une machine intelligente pour transcrire votre frappe ou vos paroles. Qu’il n’y a jamais d’impondérables en résumé…!

Sans tomber dans la description anxiogène d’une société de surveillance tous azimuths, que se passe-t-il bêtement en cas de grosse panne ?

Ou d’appareils rendus indisponibles, hors service faute d’énergie…?!

Comment laisser alors une information à vos proches si le réseau téléphonique est en rade, l’ordinateur en rade. Pire, si vous ne savez plus écrire ?!

Ou si mal que votre note manuscrite va …leur demander des plombes pour être décryptée ?!!

Ensuite, imaginez aussi que vous n’aillez plus envie de confier à un Cloud vos pensées les plus intimes…? là, le carnet composé de feuilles de papier reste un incontournable…!

Mais effectivement, comme un couteau pour une poule, si vous avez définitivement perdu l’habitude de dessiner, d’écrire, c’est inutile d’en discuter, hein…?!

Mieux vaut continuer à nourrir le big data (je grossis à dessin le trait…!) de vos aspirations les plus secrètes tapées au clavier ou dictées à la borne qui vous sert également de haut-parleur, cet espion que vous avez volontairement introduit chez-vous pour lui demander d’éteindre la lumière ou ouvrir les stores !

Je galèje ! Quoi que !

Réapprendre à écrire, rééduquer sa main…

Alors, comme nous ne sommes plus à un paradoxe près, le meilleur moyen de réviser votre écriture manuscrite bien émoussée depuis la dernière année de scolarité est — peut-être — de se remettre à …écrire avec ce professeur implacable qu’est Nebo.

D’aucuns tempêteront en soulignant que leur écriture n’est pas reconnue par cette application (…je lis les commentaires dans l’AppleStore et, parfois, pffffff…). S’ils sont honnêtes, ils reconnaîtront qu’ils ont, eux-même, quelques difficultés à se relire…! Et je ne parle pas de l’orthographe ou de la grammaire (même si, pour se faire comprendre par autrui, pas inutile de faire quelques efforts, redécouvrir le Bescherelle Conjugaison ou le Bescherelle Synonymes, antonymes, paronymes que j’aimerais, pour ma part, plus intégrés à mes outils de traitement de texte). Bon, n’étant pas un champion dans ce domaine, ce billet est certainement truffé de fautes malgré mes efforts.

Mais retrouver cette capacité d’écrire à la main, une nettement plus grande mobilité fine est très agréable.

Réapprendre à former des lettres, retrouver le plaisir d’écrire sur l’écran puis, si, si, sur une feuille de papier !

Que ce soit pour laisser un mot lisible à vos proches ou à des amis un jour de grosse déconnexion générale pour cause d’intempéries ou de perturbations du réseau. Ou juste rédiger une lettre de motivation pour un emploi.

Voire, pour redécouvrir la furtivité4 de la mine de crayon sur une feuille de papier.

C’est tout !

Note de fin : idée qui me revient en relisant ce billet : et si Nebo restait à la fois cet outil de prise de notes et, accessoirement, …un clavier prêt à assister toute application ouverte[][5] sous iOS ? Plus besoin de Stylus dès lors.

[5]: rêve : une version de Nebo qui tournerait également sous iPhone grand format dans cette perspective !


  1. les neurotypiques ne sont pas autant sensibles au bruit que les personnes autistes. Or l’un des défauts majeurs du Pencil de première génération, hors une grande capacité à se décharger à l’usage, est le bruit du contact de la pointe sur l’écran. Détail insignifiant pour vous mais pas pour moi. 

  2. urbanbike | Utiliser Nebo en mode nuit sur un iPad 

  3. c’est aussi l’explication du succès de Ulysses dans les usages de ma propre fille autiste. Elle utilise les divers modes sombres disponibles via les styles de cette application dont mon blue-note, lire urbanbike | Ulysses, thèmes et coloration syntaxique 

  4. c’est un peu le thème du dernier bouquin de Alain Damasio 

le 10/05/2019 à 15:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Groumphhhh, c’est affreux, Apple vend moins de iPhones…

Mon dieu, est-ce signe que… [ajoutez ce que vous voulez]

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je lis dans les gazettes les propos de nombreux experts et je ne résiste pas à ajouter mon petit caillou de simple utilisateur dans la mare !

Je vais raisonner avec les quelques éléments dont je dispose, les nôtres !

Dans le désordre :

  • Nous avons un espace de stockage familial de 200 Go dans le cloud Apple partagé par nous quatre (…à moitié occupé)
  • Je n’ai pas les finances1 pour m’offrir le dernier grand format iPhonesque avec 256 Go de Stockage et des optiques plus lumineuses
  • Mon propre iPhone 7+ de 128 Go fonctionne parfaitement et est utilisé quotidiennement plus de 80 % de mon temps quand j’ai le nez sur un écran
  • J’emploie la bêta du prochain iOS dessus et elle fonctionne sans souci
  • J’ai toujours 40 à 50 Go de libres sur ce iPhone 7+ dès que je fais le ménage des photos (… nos visuels sont alors stockés sur des disques durs à plateaux de 3 To)
  • Ma fille aimerait bien (!!) récupérer cet iPhone 7+ à deux optiques par la suite, ce après avoir récupéré naguère mon ancien iPhone 6s+
  • Son vieil iPhone 6s+ fonctionne parfaitement (increvable)
  • Ma moitié est ravie de son iPhone 5s tout aussi antique et n’évoque plus son Nokia depuis que la 4G est dispo en Espagne (le recharge tous les trois jours)
  • Mon fils s’est fait voler son iPhone 6s+ et a acquis d’occasion un 6s de base sur un site de produits d’occasion.

reduc-450

Quelles conclusions tirez-vous de cette liste d’informations ?

  • Qu’Apple se casse la gueule ?
  • Que notre tribu est désargentée ?!
  • Que l’on se fout de la nouveauté car nous avons l’expérience de la tenue dans le temps des iPhones ?
  • Que nos iPhones (dé)passés suffisent à nos besoins ?
  • Que c’est nettement plus l’iOS (et son univers pratique) qui nous intéresse que le dernier écran disponible ? Même si c’est tentant…

Bref, le fait de laisser passer une génération (…ou 2, voire 3 ou 4) n’a rien de catastrophique, tout dépend des usages réels et non ceux supposés, voire entretenus par le marketing.

Et c’est en cela que je ne pense pas qu’Apple se casse la binette, juste que leurs iPhones (contrairement au taux de remplacement des écrans d’autres plateformes que je vois chez des amis) sont solides, fiables2 et que le remplacement est souvent du à une mauvaise chute (et encore) ou, malheureusement, à un emprunt non désiré.

Okay, nous sommes également soigneux, ce qui aide à les conserver en bon état (coques Apple en cuir, surfaces de protection des écran…)

reduc-450

Car il y a un effet de fidélité à l’univers stable proposé par la pomme, un vécu ultra positif. Et une sacré fiabilité.

En tous cas, ces iPhones dépassés nous permettent de prendre quelques clichés, de nous repérer ici en Espagne.

Et même d’écrire dans Drafts des notes à l’université (ou d’humeur en ce qui me concerne), de nourrir Day One quotidiennement…

C’est tout.


  1. ni remplacer mon fidèle MacBook Pro 17” de 2009 (avec SSD d’origine) qui m’accompagne depuis 10 ans et tourne quasiment tous les jours malgré son obsolescence annoncée depuis des années par nos experts 

  2. je peux affirmer la même chose pour les iPads (qui se renouvellent pas plus vite chez nous, écrans domestiques increvables et fiables) 

le 04/05/2019 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Gérer sa liste de trucs à faire dans Drafts iOS

Pensez à ajouter une petite barre additionnelle orientée listes…

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Pour les utilisateurs de Drafts sous iOS, deux nouveaux scripts pour gérer des listes de choses à faire sont apparus récemment dans la Drafts Action Directory :

  • Sort simple list pour déplacer les tâches effectuées en fin de liste
  • Et, en complément (…ou pas…!) :

  • Clean done items in simple list qui propose — carrément — de virer les tâches déjà cochées comme effectuées de la todolist…!

reduc-450

  • De gauche à droite : la liste de travail (avec des trucs cochés et d’autres pas) ; la liste réordonnée avec Sort simple list. Puis avec la dernière action, Clean done items in simple list, la suppression des trucs faits

Ne pas oublier de personnaliser et ajouter d’autres actions !

À l’usage, j’aime bien trier alphabétiquement en amont ce que j’ai à faire…

reduc-450

Ainsi on peut ajouter dans notre petite barre additionnelle l’action Sort et donc trier tranquillement les tâches à effectuer dans Drafts: Capture ‣‣ Act en choisissant dans quel sens via une fenêtre…

Nb : J’ai d’abord publié cela dans Twitter avant de penser (sic…!) en faire un billet…

Merci à tous les contributeurs qui ajoutent ces actions pratiques à Drafts…! Ma propre barre additionnelle s’est encore étoffée depuis…

le 24/04/2019 à 20:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Capture d’une citation et son URL avec Drafts MacOS

Rappel utile

dans dans mon bocal | écrire | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

En regardant ce qui était compatible entre Drafts sous Mac et sous iOS, j’ai souhaité vérifier un point, celui de la capture.
Et, comme d’habitude, j’ai un peu débordé. Alors, avant d’oublier, quelques copies d’écran pour partager :

Drafts est avant tout un gestionnaire de notes. Ces notes peuvent venir d’internet.

Or Drafts propose un dispositif de capture très sympa que l’on peut paramétrer et qui permet de sélectionner une portion de texte d’un article et d’y accoler automatiquement la source sous la forme d’un lien markdown.

reduc-450

  • Comme nous avons affaire à une sorte de mécano, le terme ‌[[title]] peut parfaitement être utilisé deux fois dans le modèle.

En quelques copies d’écran

Par exemple, sur Mac, il faut juste penser à ajouter Drafts comme destination dans les préférences pour retrouver l’app listée à cotée de celles par défaut.

reduc-450

Ensuite la note s’affiche dès qu’elle est capturée (ici, j’ai réduit le propos à une seule coupe d’écran).

Je n’ai pas encore trouvé où modifier le masque d’export sous macOS, aussi je rappelle où cela se passe dans Drafts: Capture ‣‣ Act iOS.

Sous iOS, il est possible de visualiser et d’ajouter un ou plusieurs tags à cette capture…

reduc-450

  • Attention à bien utiliser l’icône de partage… Ça fonctionne également mais alors ce sera la citation sans son URL, ce qui n’est pas le but…!

reduc-450

  • Ici, le masque de capture s’affiche avec les informations…

reduc-450

  • Et rien de nous empêche d’ajouter de suite le ou les tags souhaités, sachant que ceux déjà disponibles dans Drafts seront listés (un appui pour les valider)…

À suivre…

le 05/04/2019 à 17:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pour une barre additionnelle minimum dans Drafts iOS

Deux séries étendues et une petite dédiée à l’écriture…

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Aie ! J’avais préparé un texte plus long sur Drafts (différences iOS et macOS) et ce qui suit devait venir après… Sauf que j’ai changé d’avis ce matin…

La force des actions et scripts dans Drafts, c’est leur nombre, leur qualité et leur diversité (il y a même des barres additionnelles prêtes à l’emploi) que l’on trouve dans le Drafts Action Directory.

Hors, il est utile de s’interroger sur nos réels besoins. Cette phrase est toujours facile à énoncer après quelques mois/semestres/années de pratique…!

Au lieu de transformer mes actuelles deux grosses barres additionnelles (promis, j’y reviendrais), de les scinder, je les ai conservées telles et j’ai préféré en créer une nouvelle mini en ne prenant que l’essentiel de mes besoins de saisie.

reduc-450

Ça se traduit en gros par :

  • Une action combinée de création d’une nouvelle note… mais en choisissant le workspace où ranger ma note (…et donc, de facto, de lui attribuer de suite le ou les tags idoines… voir plus loin !) tout en, simultanément, horodatant cette nouvelle entrée. C’est l’action la plus complexe (sic !) de cette mini barre additionnelle !
  • Une gestion de niveaux
  • La sélection du mot qui suit, sélection qui peut s’étendre au mot(s) suivant(s) à chaque nouvel appui et me permet tant de styler (gras, italique) que de supprimer ce texte !
  • Une action d’annulation de la dernière opération
  • Un appel de note
  • Gras
  • Italique

Et c’est tout…!!

reduc-450

  • Oui, en choisissant un Workspace, on peut attribuer, via une action, le ou les tags du dit Workspace…

Tiens, pas de gestion d’url en markdown ? De fait, j’utilise énormément Copied et prépare souvent ce lien Markdown par son biais, lien que je glisse tant dans mon texte que dans une note de bas d’écran (…exceptionnellement, il n’y en a pas dans ce billet…!).

…pas facile de se restreindre !

La tentation est toujours d’ajouter une fonction en plus au lieux de se contenter de restreindre au minimum : j’ai ainsi envisagé …un long moment… une sélection de mot vers la gauche, un process de partage et une action d’impression avec preview markdown… avant de les dégager !!

Pour l’export, le partage en markdown et nombre d’autres actions, il me suffit de revenir vers les deux barres additionnelles habituelles.

reduc-450

Car la première icône me permet de circuler entre barres additionnelles mais aussi d’accéder à la recherche et à une fonction géniale qui est le déplacement de paragraphe dans la note…

Bref, j’adore Drafts: Capture ‣‣ Act sous iOS mais, ça, vous l’aviez deviné depuis le temps !

reduc-450

Rappel utile : pour le choix du Markdown ou de MultiMarkdown, de la couleur du thème et coloration syntaxique, de la numérotation des paragraphes, c’est à voir en bas de l’écran…!

À suivre…

le 05/04/2019 à 11:53 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?