Urbanbike

Recherche | mode avancée

Drafts 1.5.3 sur iPad et DropBox

Nouvelles balises pour gérer la date

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Ce qui est génial avec Greg, c’est que ce gars ne cesse jamais d’améliorer ses produits. Et notamment Drafts. Bref, la mise à jour est à récupérer d’urgence sur iTunes…!

Chouette, non…?
Chouette, non…?

Je ne vais pas revenir sur ce billet mais la dernière mouture de Drafts permet cela désormais :

zoom…
zoom…

Ce qui, à mes yeux, est parfait pour démarrer un billet daté avec un petit fragment de texte qui sera ensuite completé dans Byword ou Daedalus touch.

On peut faire mieux en terme de subtilité, voir ce lien

Pour en savoir encore plus, cf. Le billet de Federico Viticci, nettement plus (euh !) fouillé…!!

le 10/02/2013 à 15:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MultiMarkdown Composer et feuille de style

Personnaliser ce traitement de texte à vos besoins

dans écrire | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

Je n’allais pas écrire personnaliser à sa main (sic !) vu que ce sont bien des touches que nous utilisons pour saisir nos textes et les baliser à notre gré…!

Attention billet avec ellipses car juste pour mémoire…

La version 2 de MultiMarkdown Composer ayant été réécrite — voir cette ancienne chronique versus mon dernier billet sur le sujet, la gestion des feuilles de style également comme je l’avais noté… j’ai essayé les différentes alternatives proposées et, bon, pas trouvé ce qu’il me fallait. Pour la version précédente, j’avais déjà modifié le tout.

La version 2 propose de diviser la page en deux pour afficher le texte saisi en regard de son rendu. Du coup, il est possible dans la même feuille de style d’empiler les données minimales de la CSS qui sera employée pour la prévisualisation, tableaux compris.

Du code, quoi…!
Du code, quoi…!

Et celles pour colorier — ou coloriser — dynamiquement les balises lors de l’écriture de votre texte… bref, à gauche, ma prose ; à droite le résultat en mode minimal pour se rendre compte si mon balisage est ad hoc.

Mon exemple de feuille de style est un peu excessif — quoi que ! — mais il est avant tout démonstratif. Je n’ai pas fait preuve de beaucoup d’originalité en partant d’une feuille existante en la nettoyant et en la transformant pour mon propre usage, histoire d’apprendre. Je pense que tout le monde fait comme cela, ôtez-moi d’un doute…?! Bref, pourquoi réinventer la roue.

De fait, quand j’écris, j’ai besoin de visualiser quelques infos, histoire de me repérer dans le texte[1].

  • Les textes invisibles en vert
  • Les attributs de texte (code compris), les indicateurs de balises liste ou bq en rouge (pratique car, par exemple, la balise de Liste s’affiche en rouge uniquement si elle est active, par exemple). Les balises qui enveloppent les mots sont généralement en gris un poil plus léger (Byword ma pas mal inspiré, c’est clair…)
  • Sans oublier le texte sélectionné en jaune
Illustration de ce qui précède…
Illustration de ce qui précède…
  • Les liens vers des illustrations, URLs ou encore de notes de bas de page ou les HUD en bleu, histoire de bien les distinguer
Idem pour les liens
Idem pour les liens
Et les images
Et les images
  • Enfin, j’aime bien employer un fond gris léger en lieu et place d’un sable un peu passé…

Du coup le fait de travailler sur la feuille .style me permet de me passer de Marked pendant la phase d’écriture et, comme avec l’application Mou, de visualiser le résultat immédiatement, de manière sommaire mais amplement suffisante.

  • Les tableaux sont justes parsés pas la CSS dans la fenêtre de previsualisation contiguë…
  • bien entendu, je recommande d’employer quelques équivalents concoctés avec TextExpander. Ainsi, quand je saisis une note en bas de page[2] sous OSX ou je place un HUD, que ce soit sur MultiMarkdown Composer, Byword ou FoldingText, voire TextEdit, c’est la même séquence de touches, CQFD.

Et la feuille de style ?

Il vous suffit d’ouvrir les préférences, d’aller dans le second onglet et dans cette fenêtre, de cliquer sur le bouton Open Styles Folder pour demander d’afficher le contenu du dossier des feuilles de style.

Ensuite de dupliquer celle la plus proche de ce que vous souhaitez obtenir à terme et éditer ce fichier avec un traitement de texte. En l’occurrence, j’ai fait appel à mon fidèle BBEdit et à TextMate (sur les copies d’écran, c’est TextMate).

TextMate à gauche puis MMD Composer…
TextMate à gauche puis MMD Composer…

Une fois renommé votre fichier cible, le désigner de suite comme celui a employer de préférence par MultiMarkdown Composer !

Mais au lieu de repasser par les préférences, notez que vous pouvez changer de feuille de style en passant par le menu View/Style Sheet. C’est une opération que vous allez faire un grand nombre de fois lors de l’élaboration de vos styles car il vous faudra impérativement repasser par une autre feuille de style avant d’appliquer à nouveau vos changements (suis-je clair ?).

Bref, c’est tout sauf dynamique lors de l’élaboration de votre feuille.

Une fois dans le contenu texte de votre feuille de style, allez-y doucement et souvenez-vous que les codes couleurs ne doivent pas être précédés d’un # mais que vous pouvez employer les codes hexa habituels.

J’ai ajouté dans la partie CSS quelques bouts de code dont :
a:link {color: #ff0000; text-decoration: none;} ou encore code {color: #ff0000;} pour obtenir ce que je souhaitais dans ma preview à la mode urbanbike.

Bon, ensuite à vous de jongler entre les foregroundColor et les markupForegroundColor avec, conseil de prudence, un test régulier de votre avancement et la bonne pratique habituelle qui consiste à conserver des versions intermédiaires…!

Marked en premier plan
Marked en premier plan

Encore une fois, le rendu sera moins élaboré qu’avec l’excellent Marked mais cela vous évitera d’ouvrir “n” applications pour juste vérifier si vous écrivez correctement vos balises Markdown.

C’est le but, non…?

Note de fin : mon exemple est à la hache : rappel, je ne suis pas un codeur, juste un utilisateur… de traitement de texte !


  1. Bien entendu, chacun colorise selon ses envies…  ↩

  2. Lire ce billet à propos de… TextExpander et notes de bas de page  ↩

le 09/02/2013 à 08:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MultiMarkdown Composer 2 Sur Mac

Sommaire dynamique…!

dans dans mon bocal | écrire | outils
par Jean-Christophe Courte

Que les choses soient claires, je n’étais pas du tout emballé par l’idée d’acquérir à nouveau (sic !) une licence de MultiMarkdown Composer (…lire mes échanges avec le développeur sur Twitter ces derniers jours). Et, ce, même à un prix de lancement réduit (pensez-y d’ailleurs).

J’ai donc relu les infos de la version actuelle, revisité de mémoire les épatantes bêtas que j’avais téléchargé ces derniers mois… Et n’ai pas oublié que cette application comptait à mes yeux parmi les meilleures il y a encore quelques mois…!

De plus, je me suis laissé convaincre par la gestion de l’organisation de contenu via le sommaire… C’est l’option qui décoiffe et qui rend cette application incontournable même si FoldingText permet a minima de simplifier également le travail de l’écrivain dans un long flux de texte en n’affichant qu’un niveau.

Bref, j’ai craqué car je fais confiance (…certes, les promesses n’engagent que ceux qui les croient) à la capacité du développeur à étoffer son application qu’il semble avoir totalement réécrite. Enfin, n’oublions pas (une paille !) que son auteur est Monsieur MultiMarkdown
Hein, l’air de rien…!

Ici, Marked + MultiMarkdown Composer
Ici, Marked + MultiMarkdown Composer

Sur cette copie d’écran, je n’emploie pas la prévisualisation désormais disponible dans MultiMarkdown Composer mais toujours Marked

Votre Sommaire est un outliner…!

Au risque de me répéter et de vous saouler, c’est le point clé de cette nouvelle version… C’est la fonctionnalité qui mérite toute votre attention si vous passez quotidiennement du temps à réorganiser vos écrits en passant par une arborescence de niveaux.

Au lieu de placer le sommaire dans un second panneau le long du texte comme dans la version précédente, ce dernier est désormais dans une fenêtre transparente et autonome comme celles des HUDs. En revanche la fenêtre du texte peut être divisée en deux pour accueillir le texte balisé et son rendu stylé en Html.

Le niveau 2 qui traite des Huds…
Le niveau 2 qui traite des Huds…

Mais le plus de cette version est bien entendu la capacité de réorganiser la structure des niveaux de votre texte dynamiquement… Il suffit dans cette fenêtre de faire juste glisser un niveau vers un nouvel emplacement pour que ça suivre dans le flot de texte dans MultiMarkdown Composer… Royal.

En effet, le souci en Markdown est de se retrouver souvent assez éloigné d’un traitement de texte puissant comme Word qui propose depuis longtemps un mode Plan

Ne cherchez plus, cette version de MultiMarkdown Composer en dispose (avec quelques limitations sur lesquelles je reviendrais)…

Du coup, plus de souci pour réorganiser l’ordre des niveaux de votre prose (je ne parle pas de leur hiérarchie en premier lieu mais bien de leur disposition dans la structure globale du flux de texte).

Ensuite, vous pouvez également changer un niveau deux en un niveau trois par exemple par un simple cliqué-glissé dans le sommaire. Impressionnant.

…glissé dans un branche supérieure…
…glissé dans un branche supérieure…
…et passé de niveau 2 à niveau 3
…et passé de niveau 2 à niveau 3

Deux points à surveiller :

  • les HUD en fin de texte : si vous déplacez le dernier niveau qui contient ces HUD vers le haut, leur liste suivra. À surveiller
  • MultiMarkdown Composer n’aime pas les structures non cohérentes ou non contiguës : si vous démarrez sans un niveau 1, il ne suit pas… Idem si vous insérez des niveaux sans que la hiérarchie reste progressive (genre, passer directement du niveau 1 au niveau 4). Grrrrr…!

Réorganiser le flux à tout instant…

Certes on aurait pu imaginer un dispositif à la Day One ou à la Ulysses mais ici, en mode mono-fichier, l’option est de simplement pourvoir déplacer des pans entiers de la structure non via un copier/coller mais en utilisant la fenêtre externe du Sommaire (TOC) pour entrainer vers une autre destination un niveau…

Naviguer…

Le sommaire est aussi le moyen le plus rapide de circuler dans votre texte : un double clic dans un niveau dans la TOC et hop, vous êtes instantanément au bon endroit pour écrire ou vous relire…

La Prévisualisation, pourquoi pas…?

Je ne suis pas emballé par la preview de cette version comme le fait Mou par exemple car on ne peut choisir aisément sa CSS de transformation.

De fait, c’est possible mais c’est à bidouiller soit-même dans le fichier de style, qui est découpé en plusieurs parties dont une dédiée à la CSS de la preview… Là, je vous laisse découvrir comment ça fonctionne.

Marked en soutien

De fait, la prévisualisation peut être réaliser de deux manières…

  • dans la fenêtre partagée de l’application comme dans Mou
  • ou, via les préférences, en demandant à MultiMarkdown Composer de lancer automatiquement Marked. Ou pas.

Pour ma part, je préfère conserver Marked ouvert (voir la première copie d’écran de ce billet)

Des préférences plus puissantes

Faites impérativement le tour de ces dernières pour régler votre traitement de texte aux petits oignons…

General
General

Auto-sauvegarde, gestion propre des tableaux (alignement) si vous les écrivez en Markdown mais aussi un mode Focus (…que j’ai désactivé) et que l’on peut paramétrer en intensité…

Appearence
Appearence

Choix de la typo de travail, de la taille de la fenêtre, de la valeur de l’interlignage mais, surtout choix des thèmes pour écrire

MultiMarkdown Composer est livré avec des fichiers styles dont Solarized.style. Bien entendu ces styles peuvent employés directement.
Ou être personnalisés par l’utilisateur…

En ce cas, il vous faudra employer un éditeur de texte et modifier les valeurs, ajouter un peu de code dans la feuille de style pour coloriser la syntaxe, etc.

Editing
Editing

Gestion des paires pour accélérer le balisage (accolades, etc.)

Pensez rapidement à désactiver Also apply “TitleCase” capitalization dans Editing pour éviter que tous votre titres de niveaux supportent une capitale à chaque mot, option très anglo-saxonne…!

Syntax
Syntax

Là, cela se passe de commentaires : à vous de faire vos choix selon que vous soyez astérisque (et périls) ou underscore…! Gaulois, le choix est évident (c’est nul, j’assume…!)

Advanced
Advanced

De fait, l’essentiel est dans cet onglet, avec, comme dans la version précédente, l’emploi des HUDs qui reste un sacré plus pour éviter de polluer votre texte par des liens longs…! Et facile d’attribuer à une sélection un lien en piochant dans la fenêtre idoine…

En conclusion

Bon, ma pratique est l’écriture de textes plus ou moins longs, du billet d’humeur au test que vous lisez en passant par de merveilleux bref-sellers qui ne trouvent pas leur public !!

Je ne suis pas certain que MultiMarkdown Composer soit, en l’état, la solution la plus adaptée à mon usage car on a tendance à travailler sur un fichier texte très long au lieu de bosser sur plusieurs fragments de texte (le mode corde à linge que j’emploie sur Daedalus touch sur iPad). Néanmoins, je vais persévérer ces prochains jours à le tester…!

Il n’en reste pas moins que c’est indubitablement une solution efficace pour réorganiser à tout instant son plan (…dès lors que vous n’avez pas de trous sans votre structure…!).

C’est le seul point qui m’agace le plus : pas possible de bricoler une structure lâche (sic !) histoire de jeter ses idées sous peine de ne pas voir le sommaire se construire…

Quand j’écrivais hier que cette année allait être l’année du workflow en Markdown, je n’étais pas trop à l’ouest en définitive…

À suivre…!

le 07/02/2013 à 06:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Grandes manœuvres autour du Markdown

Sous iOS comme sous OSX

dans écrire | groummphh | outils
par Jean-Christophe Courte

Bien entendu, nos outils sont en perpétuelle évolution. Je ne parle pas des gros produits bureautiques ou des suites dites libres mais bien de ces applications de traitement de texte qui font partie de mon quotidien pour écrire. Et certainement du vôtre désormais…

Chaque développeur fait ce qui lui plait mais il est clair que nous sommes revenus comme aux débuts du Mac dans les années… 84, à l’époque où les mastodontes n’étaient pas encore assurés d’avoir l’incroyable part de marché qu’ils ont désormais.

Et, surtout, de s’emparer de l’étonnant statut de standard (sic !).

Récemment, j’ai reçu des fichiers Word de mon notaire et…

Version de Word incompatible, assurément…
Version de Word incompatible, assurément…

Comme un blême avec Pages également.

…Ou TextEdit qui affiche un grand espace blanc
…Ou TextEdit qui affiche un grand espace blanc

Avec l’essor de la tablette et du smartphone, ces deux écrans dits de consultation par les experts (hinhinhin !), les éditeurs traditionnels ont laissé, et c’est tant mieux, le champ libre aux petites équipes de développeurs.

Du coup, quel bonheur d’avoir découvert les bienfaits des fichiers .txt et de Markdown. Et de l’intelligence de certains en terme d’ergonomie.

Sur ce terrain, ça avance vite (je ne peux en dire plus… Quel teasing d’enfer…) mais les bêtas sont là. Tous les produits décrits ces dernières années dans urbanbike évoluent avec des options que nous attendions et…

Mais cela sera dit lors de la sortie officielle des versions idoines !

Mon propos est le suivant : les développeurs vont nous proposer des outils de plus en plus efficaces. Mais qui dit efficaces dit essentiellement la prise en compte d’un véritable workflow.

C’est le seul point que je me permets d’indiquer. Les prochains traitements de texte seront Markdown, voire MultiMarkdown et nous permettront de gérer plusieurs fragments textuels dans l’ordre qui nous sied.

Et nos fichiers resteront compatibles, nous laissant encore le droit de passer d’un produit à l’autre, de ne pas être prisonnier d’un unique outil.

Pour le moment, seul l’épatant Day One permet d’organiser ce workflow mais en se basant sur la date de création du fichier (…ou en la modifiant). La concurrence arrive via de petites équipes qui pétillent d’intelligence et de propositions.

Assurément, 2013 va être un bon cru.

Nb : oui deux billets aujourd’hui mais ne soyez pas surpris de ne pas me relire plus avant car rien n’est terminé… Je vous parlerais prochainement de ce que je vis. La meilleure (sic !) image, celle qui me vient spontanément à l’esprit est un groupe de Vautours que Béatrice et moi avions croisé sur une route déserte du côté de Ronda en Espagne… Pas question de tomber en panne sous le soleil brulant…

le 06/02/2013 à 09:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Macros et Nebulous Notes

Basé sur un set Markdown de Federico Viticci

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Billet rapide… je sais, j’ai tendance à revenir sur les mêmes sujets.

Comme je l’ai écrit il y a quelques jours, je redécouvre Nebulous Notes for DropBox qui tourne désormais sur iPad et iPhone. Pour mémoire, il existe une version lite gratuite mais sans connexion vers DropBox.

C’est d’autant plus agaçant (sic !) qu’il existe désormais une très belle collection de traitements de texte sur iPad[1]. Heureusement, avec Markdown, choisir n’est jamais renoncer. Quoi que !

  • Si vous relisez les anciens billets d’urbanbike, vous y verrez que j’ai été (…et reste depuis mars 2011) admiratif devant les options de personnalisation de la barre additionnelle qui dépassent de loin celles fort performantes de Daedalus Touch que j’apprécie toujours. Notez que Nebulous Notes est fort documenté sur le site même de l’application, ce que les utilisateurs oublient trop souvent, moi le premier.

  • Tout aussi intéressant, cette version 6 propose également des options de personnalisation de l’ergonomie générale de l’application — lire ici — qui me permettent de retrouver le confort de saisie d’un Byword. Et des marges, un interligne confortable. Sans oublier une CSS de rendu qui reste totalement personnalisable ou encore un espace de copie intermédiaire. Et, toujours, le support indispensable de TextExpander.

Et prévisualisation Markdown… mais pas MultiMarkdown…
Et prévisualisation Markdown… mais pas MultiMarkdown…

Touches personnalisables

La grande nouveauté du coté du moteur de Nebulous Notes est la capacité d’emboitement des Macros dans les touches de la barre additionnelle.

En effet, il est désormais possible de lier un $sel à un *$cursor, et donc de créer un habillage de sélection pour basculer une sélection en gras (Markdown) suivi du pointeur en attente.

Pour commencer, je cite immédiatement l’excellent billet de Federico Viticci, un tutoriel que je cherchais sans y croire ! Un superbe article en anglais avec, bonheur, une liste de très bonnes macros pour Markdown réalisées par un maître en la matière. Et des vidéos si certaines actions vous échappent.

Mieux, le set de macros est telechargeable[2] (attention à bien sauvegarder le vôtre, de set, au préalable, CQFD.)

Et donc échangeable entre devices…
Et donc échangeable entre devices…

Ensuite, à vous de l’enrichir et le modifier selon vos besoins[3].

Inutile de dire que l’étude attentive de ce set permet de se forger des outils adaptés même si tous les utilisateurs ne seront pas sensibles à ce qui est proposé…

Hyper facile de vous mettre aux notes de bas de page…
Hyper facile de vous mettre aux notes de bas de page…

Attention, un tout petit souci sur les notes en bas de page[4], le parseur de Nebulous Notes ne les supporte pas encore…

Bon, juste pour mémoire… sauf je si me suis trompé…!!
Bon, juste pour mémoire… sauf je si me suis trompé…!!

Par contre, testez également ces deux macros dédiées proposées par Viticci. Et une fois votre set de macros à vos doigts réalisé, pensez à sauvegarder et à partager avec votre second device[5].

À insérer dans la liste à lendroit de la rupture souhaitée, CQFD.
À insérer dans la liste à l’endroit de la rupture souhaitée, CQFD.

Mais il est possible d’aller encore plus loin sur Nebulous Notes en employant la macro $separator qui, comme son nom l’indique, permet d’ajouter une seconde barre additionnelle accessible par simple glissement du doigt vers le haut ou vers le bas.

Au lieu de faire glisser sur une seule ligne…
Au lieu de faire glisser sur une seule ligne…
Personne ne vous interdit de dupliquer des touches dans cette seconde barre… astuce…!
Personne ne vous interdit de dupliquer des touches dans cette seconde barre… astuce…!

Dernier point, souvenez-vous que vous pouvez protéger par un code à quatre chiffres l’accès à Nebulous Notes et donc, de facto, au contenu de votre DropBox (ben oui, ce serait ballot qu’un fâcheux rentre dans vos précieux fichiers, non)…


  1. Dont Drafts évoqué récemment.  ↩

  2. Et, conseil d’utilisateur, à placer au premier niveau de votre dossier DropBox.  ↩

  3. Prenez le temps de le tester, d’y revenir.  ↩

  4. n’être pas supportées sur Nebulous Notes ne doit pas vous empêcher de les employer puis de les visualiser sur une autre application, CQFD !  ↩

  5. Car elles fonctionnent sur iPad et iPhone.  ↩

le 26/01/2013 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Tableaux et Markdown

Juste pour répondre à quelques questions…

dans écrire | groummphh
par Jean-Christophe Courte

Or donc, pas de souci pour cela, voir ce billet sur urbanbike

Année CA TVA TTC
2010 3 200 19,6 % 3 827,20
2011 6 500 19,6 % 7 774,00
2012 14 500 20,6 % 17 487,00

Facile…!

Mais, là…? Question posée par Vincent dans son Cas d’application Markdown

Mais, bon sang, mais c’est bien sûr… Le retour d’une balise HTML ad hoc, notre ami <br /> !

Expressions, questions Domaines, disciplines
Démocratie représentative
Pouvoir
Gouvernements
Décisions
Politique, Sciences politiques
Collectivités locales
[5.4] Comment se structure la démocratie participative dans les organisations territoriales et publique?
Administration, gestion, Droit
Parole ordinaire
Parole profane
Expertise
[4.1] Où est apparue la démocratie participative?
[5.1] Comment est apparues la démocratie participative?
Histoire, Géographie de la participation
Propage, encourage, soutient Études sur les médias, Sciences de l’infocom
*Expressions, questions* | *Domaines, disciplines*
| :--- | :--- |
Démocratie représentative<br />Pouvoir<br />
Gouvernements<br />Décisions |     Politique,
Sciences politiques 

Etc.

Bon, rustique, mais efface n’en déplaise à @david_bosman…!

le 25/01/2013 à 11:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Nebulous Notes 6.x sur iPad

Version DropBox, sinon rien !

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

J’avais chargé la dernière version de Nebulous Notes (lien iTunes) mais je ne l’avais pas lancée, un peu débordé par les soucis. Or ce traitement de texte a superbement évolué depuis ces derniers mois…! En optimisant les actions sous Drafts ce matin et en allant regarder sans DropBox comment les choses se passaient, j’y suis allé via Nebulous Notes

Chouette gestion des marges…
Chouette gestion des marges…

J’avais demandé naguère au développeur s’il pouvait nous permettre de gérer les marges, histoire d’avoir un rendu comme le propose Daedalus touch… C’est fait

Mais également de lespacement…
Mais également de l’espacement…

Gestion de l’interligne (indispensable quand on a les yeux un peu fatigués…)

@urbanbike
@urbanbike

Rendu avec la CSS de son choix. Mais regardez bien la copie d’écran : qui fait le boulot…? Mais Brett et son épatant Marked. Et la CSS par défaut…? Celle de Jorge et Rùben, les développeurs de Byword. Hommage classe… Vous pouvez éditer votre propre CSS, CQFD.

Paramétrage des menus
Paramétrage des menus

Je ne vais pas revenir sur la barre additionnelle qui est paramétrable comme toujours (avec vos macros…!!) mais sur More Options qui permet désormais de désactiver les options dans les menus. Je n’emploie plus EverNote. Hop, désactivation. Etc. Notez la présence d’un Scratch Pad, histoire de coller temporairement du texte…

Bon, pour d’autres informations sur ce traitement de texte voir ce billet de juin 2011 et celui de mars 2011 plus complet alors…

le 25/01/2013 à 07:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?