Urbanbike

Recherche | mode avancée

Bosser chez soi, une chouette option en période de pandémie

Entreprises : pensez à faire confiance à vos équipiers…

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | groummphh | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Rapide rappel : lukino1 et moi avons eu beaucoup de plaisir à écrire et illustrer notre « Comment travailler chez soi » en 2005. Le projet avait vu le jour avec un (alors…!) jeune éditeur2 qui avait lu mes chroniques parues dans feu MacDigit3.
C’est lui qui m’a convaincu de transformer cela en un bouquin. Et comme je craignais que cela soit indigeste, j’ai contacté Jacques qui, devenu co-auteur, a réalisé tous les strips.
Pour mémoire, nous avions même eu le soutien inattendu de Serge Eyrolles, notamment pour l’impression de ce livre en deux couleurs. Bon, inutile de gloser, ce fut un flop4 malgré quelques passages de Lukino à la radio, une télé à Lille de quelques minutes où je fus tétanisé par le trac et, il faut également le dire, pas mal de billets sympas dans le monde informatique (merci à tous les copains dont un certain Capitaine).

Au début de la pandémie, lors de la première vague, notre contribution fut de proposer en téléchargement5 notre bouquin (il existait au format HTML mais, cette fois-ci, au format PDF) : urbanbike | Travailler chez soi, 15 ans après ! [edit 2].

Si quelques copains sur Twitter ont relayé cette initiative, cela nous a amusé de constater que cela ne débordait pas hors de ce cercle amical. Personne (!!!) ne nous a contacté pour une radio (ou une télévision…!) pour disserter en tant qu’experts sur le télétravail en temps de pandémie…!
Preuve que nous sommes des losers…!
Pfffff…!

Et puis la première vague s’est éteinte (…en apparence) et nous nous sommes dit que nous avions eu raison de ne rien faire (c’est tout un art…!) même si nous nous attendions6 à une possible reprise à la rentrée…
Seconde vague qui est arrivée sans se presser…

J’écris ces quelques lignes après avoir allumé (sic !) la radio7 ce midi et entendu — à nouveau — les difficultés de mise en œuvre du télétravail.

Groumphhhhhh…!

Entre les freins au changement dans les entreprises (…mais quelle surprise !) et, trop souvent, la difficulté bien réelle pour les salariés de se ménager un espace de travail pour les accueillir chez eux sans heurts alors que le reste de leur famille risque également de chercher à se connecter, suivre des cours, etc.

Pour nous, bosser chez nous était une évidence tant pour s’éviter des allers et retours avec force transports inutiles8 ; cesser de finir des missions à point d’heure loin de chez nous pour redémarrer aux aurores9.

Mais nos activités de graphistes indépendants, nos choix technologiques à base de pomme, l’arrivée du RNIS et notre volonté de profiter un peu de nos gamins nous ont permis de basculer naturellement.

Sans oublier que nous étions décisionnaires et nous autofinancions, ce qui simplifie la mise en œuvre rapide.

Quelques trucs qui ont changé en 15 ans

Ce qui suit est une liste au débotté !

Premier point, en 2005, l’offre de connexion numérique n’était pas aussi fournie. Entre les Box 4G, la fibre et de l’ADSL de course, même dans un coin perdu, ça devient nettement plus facile de bosser10.

L’autre grande innovation est l’absence de câbles à tirer, un routeur Wifi et du matériel léger, des imprimantes connectées au réseau, ce sont des options agréables pour s’installer en souplesse chez soi.

Le matériel est devenu moins volumineux, doté désormais de disques SSD d’une incroyable fiabilité et disposant de tailles de stockage renversantes !

Côté téléphonie, plus besoin de téléphone fixe, on est joignable partout (même hors des frontières) avec nos portables à des coûts de communication qui ne sont plus stratosphériques !

Il est possible de changer de lieu temporairement (genre, filer à la campagne) et bosser avec de la 4G en partage11.

N’oublions par les solutions clouds et les sauvegardes partageables.

Bref, il est clair que bosser aujourd’hui en télétravail est nettement plus facile.

À condition d’être motivé12 pour ce faire et, surtout, d’avoir la place pour s’installer confortablement (au minimum une pièce dédiée en partie, un vrai bureau, un fauteuil idoine13 et ce truc qui se nomme silence).

Ah, j’oubliais : autre élément de confort du télétravailleur, le micro-ondes ! Mais ça nécessitera un billet spécifique un de ces quatre. Ou pas…!

Bosser chez soi avec des pauses

Une fois chez soi à bosser, il faut quand même s’occuper de faire des courses (…en dehors des heures d’affluence), se sustenter (en l’absence de restaurant ou de bar ouvert), continuer à faire du sport (gainage musculaire, monter les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur), conserver un sens minimum de l’hygiène (…un bureau ça s’aspire aussi), ventiler son local et ne pas trop le chauffer, s’habiller (si, si… pour les séquences FaceTime…!), mettre un polaire si on a froid (…ou faire du gainage).

Mais aussi savoir faire des pauses et se protéger d’une pression un poil envahissante.

Je reste un adepte de la sieste14 mais également de fixer tout de suite des limites tant aux clients qu’aux collègues.

C’est dans notre vieux bouquin, lisez-le…

À ce propos, ces boites qui cherchent à exercer un contrôle permanent de leurs employés font fausse route : soit les équipiers ont des missions précises à réaliser (…et merci de leur foutre la paix) ; soit les équipiers sont en jachère (et merci de continuer à leur foutre la paix !).

Il faut retrouver cette notion toute bête que l’on nomme confiance. À partir du moment à l’entreprise fixe des tâches, laissez à celui qui doit les réaliser le soin de s’organiser. Et s’il a envie de les faire à partir de 04:00 du matin, c’est son problème. Le tout est qu’elles soient réalisées dans les délais, non…?!

Bon, comme la tempête se calme, je termine ce court billet d’humeur.

Bosser chez soi, c’est aussi cela, laisser à chacun la maîtrise de son temps du moment que le boulot est effectué.

À suivre…


  1. Jacques s’est chargé des illustrations et moi des textes mais nous n’avons jamais cessé d’en discuter et d’échanger quasi quotidiennement (au téléphone la plus part du temps entre Versailles et Montpellier), ce bouquin était une parenthèse déjantée dans notre quotidien de graphistes indépendants. Ceci explique aussi le retard et la perte de cheveux de notre éditeur car il nous fallait d’abord assurer la subsistance de nos familles respectives… en télétravaillant pour nos clients ! 

  2. le jeune éditeur, Joël, vit désormais aux USA dans un coin perdu du Minnesota avec sa micro tribu…! 

  3. Dominique et moi avons préféré fermer alors ce blog, certainement pas au meilleur moment de la promotion mais nous étions sans calcul et sans illusions ! 

  4. ce que d’aucuns nomment succès d’estime ! 

  5. aucun souci technique, nous avions récupéré les droits de ce livre vers 2015, j’ai une belle lettre de la directrice éditoriale en charge de ce département chez notre éditeur d’alors. 

  6. sans être des experts, ceci explique cela…! Et puis Jacques a une série de planches à terminer pour une BD quand, de mon côté, je pensais d’abord à me poser sur mon caillou. J’écris d’ailleurs ce bref billet au coin d’un poêle à bois — pour chasser l’humidité — alors que ça souffle et pleut en Bretagne…! 

  7. lancé l’app radio-france sur mon iPhone… 

  8. nous avons fait des choix différents mais l’idée était d’offrir un cadre de vie correct à nos gamins. Tout en n’était pas trop loin de nos clients, pour ma part à une heure poste â porte. 

  9. j’ai fait ça assez longtemps en période de charrette, rentrer de Paris à 01:00 du matin pour repartir à 06:00. On avait un bureau en plein centre de Paris et assez vite, nous avons proposé à nos équipiers de bosser de chez eux… 

  10. même sur mon île, connexions dégroupées et ADSL stable, voire routeur 4G. 

  11. quelques souvenirs de mes installations en vacances (oui, je bossais pendant ces dites vacances !) avec une bande passante saturée dès 10:00 du matin. L’envoi des gros PDF pour l’impression difficilement assurée sauf la nuit vers 02:00 sur des FTP dédiés… 

  12. tout le monde n’en a pas envie et je peux parfaitement le comprendre. 

  13. un Aeron sinon rien ! urbanbike | Un siège aérien. Ces sièges nous ont suivis dans nos déménagements, juste changé les roulettes et une garniture, lire urbanbike | Usages | Plus de 12 années sur un Aeron… 

  14. si vous voulez rester à bon régime tout l’après-midi, trente minutes réparatrices (pour ma part, je dors…) sont loin d’être inutiles. 

le 27/10/2020 à 17:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Travailler chez soi, 15 ans après ! [edit 2]

le sommaire de « Comment travailler chez soi » (2005 - 2020) avec les liens vers les pages en ligne [edit] et même le PDF…

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | groummphh | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Edit : Ça va sans dire, mais c’est mieux en le disant, ce contenu est gratuit, sans publicité, rien à vendre ! Juste du pur partage…

Bonne idée, en cette période de coronavirus, d’inciter les gens à travailler chez eux.
Pour ma part, cela fait plus de 25 ans (edit : après vérification, 30 !1) que j’ai mis en place diverses solutions pour que nous puissions, Béatrice et moi, nous occuper de nos enfants2…! Tout en continuant à travailler comme graphistes.

Genèse…

Si le livre papier publié en 2005 n’existe plus3, il est amusant de rappeler comment il est né.
Sur le site feu MacDigit (.com) fondé par notre vieux copain Dominique, je participais irrégulièrement en rédigeant quelques chroniques d’humeur sur mon quotidien de graphiste et mes expérimentations de travail à distance.
C’était les débuts de l’ADSL après une longue période RTC (modems) puis Numéris et les premiers softs pour échanger des fichiers4…!

Ces chroniques ont été repérées par Joël Seguin, alors éditeur aux éditions Eyrolles, qui m’a proposé d’en faire un livre.
Tenter l’aventure seul ne m’intéressait pas et j’ai aussitôt demandé à mon ami Lukino de réaliser des strips, lui-même bossant chez lui.
L’idée était d’avoir à gauche un texte court(e) et, à droite, une planche dessinée par Jacques en contrepoint…!

Bref, ce fut une période de franche rigolade où, entre nos charrettes respectives, nous préparions (…entre Montpellier et Versailles) ce bouquin.

Un pur projet de copains avec, au fouet, Joël5 pour nous booster car on ne tenait pas les délais, nos clients passant en priorité. Projet auquel s’est associé, pour la postface santé, l’excellent Martin Winckler himself6…!

Comme Jacques et moi étions assez occupés cette dernière décennies7, nous n’avons jamais repris le clavier pour pondre une version 2 de notre « très bref-seller » paru en 2005…!
Ce qui suit reprend donc l’unique version parue en 2005 et orientée plus installation professionnelle que mode d’emploi pour un usage temporaire.
Néanmoins, pas mal de points sont identiques même si la technologie a sérieusement évoluée.

À propos des pages actuelles

Les pages disponibles dans urbanbike ont voyagé…! De fait, la motorisation de ce site (…ouvert en septembre 2003, par d’hier…) a changé par deux fois et l’écriture des pages est passée progressivement du html au balisage markdown.

Notre hébergeur8 a fait un boulot de conversion épatant lors des changements de motorisation pour m’éviter de tout reprendre9.
Vous savez tout…!

reduc-450

Il vous faudra revenir à ce sommaire à chaque fois, c’est mieux que rien

Introduction

Préparer son espace

1 | On ne s’installe pas n’importe où !
2 | Penser concentration, silence  et lumière
3 | Assurance et fermetures correctes
4 | Soigner l’ambiance de travail
5 | Éviter le mobilier de récupération
6 | Établir des règles avec les proches
7 | Avertir voisinage et bureau de poste…

Installer matériel et connexions

1 | Ordinateur portable selon votre activité
2 | Organiser câbles et connexions
3 | le choix d’un bon opérateur professionnel pro
4 | Informatique, être polymorphe et autonome
5 | Des formats de fichier standard
6 | Fixe ou portable, un téléphone « pro »
7 | Soigner courriels et signature
8 | Périphériques : optimiser les acquisitions
9 | Modérer la messagerie instantanée
10 | Webcam et conférence vidéo
11 | Confidentialité en toutes circonstances

Démarrer son activité

1 | Rappel : ceci est un lieu de travail
2 | Planifier la journée
3 | Mettre un cadre à son activité
4 | Des rapports « pros » avec vos clients
5 | Urgences : parer les retards
6 | Respecter la pause de midi
7 | Téléphone : être le seul à répondre
8 | Vacances, connexion minimum

Optimiser sa vie au quotidien…

1 | Absences, prévenir et anticiper
2 | Gagner en efficacité en sous-traitant
3 | Saisir toutes les occasions pour décompresser
4 | S’étirer, se détendre
5 | Ventiler, boire, éliminer…
6 | Standardiser les procédures
7 | Système, charger les mises à jour
8 | Sauvegardes, le dernier acte de la journée

Des raisons d’échouer

1 | Se laisser distraire
2 | Oublier des missions à réaliser
3 | Ne plus donner signe de vie
4 | Tout remettre au lendemain
5 | Sombrer dans des rapports familiers
6 | Télécharger n’importe quoi
7 | Céder à l’appel du frigo
8 | Ne plus sortir de sa bulle
9 | Vivre en pyjama

De très bons motifs pour continuer

1 | Inventer votre mode de vie
2 | Domicilier votre petite entreprise
3 | Construire votre réseau, tisser des liens
4 | Productivité en hausse
5 | Plus relaxe dans vos vêtements
6 | La planète vous dit merci
7 | Déjeuner chez soi, bien-être immédiat
8 | Faire la sieste pour combattre la fatigue
9 | Du temps pour vous
10 | Sortir le chien…!!

Ma vie devant un écran

les conseils santé de Martin Winckler

C’est tout !
Si un peu de courage, une suite actualisée depuis mon île.

Les deux PDF des pages intérieures du livre…

J’ai retrouvé dans mes disques ce matin (23 mars 2020) le dossier 53417_lukkurt (mission 1446…!) sur l’un de mes nombreux DVD (le 12 sur… 160).
Le temps d’extraire le dossier sur le SSD de mon MacBook Pro 17 (de 2009), lancer InDesign (CS6), retrouver les typos et produire deux PDF (de 17 Mo pour fixer les idées).

Bien entendu, la première page et la dernière page sont seules à l’écran dans les deux versions, pas d’erreur…!


  1. En échangeant par messages avec Pascale Cerf et Jean-Christophe Istin, on a calculé que c’était vers 1989 (création de Euronis et livraison des premiers modems 64k blancs de chez Matra), bref, ça fait 30 ans (!!), je vais interroger Bruno Rives qui m’avait alors dirigé vers cette solution Euronis + EasyTransfert. 

  2. Jacques s’occupait de ses trois garçons pendant que Sophie était de garde ; Béatrice et moi nous occupions de nos deux mouflets tout en bossant dans la même structure (notre propre studio indépendant) et, vu les relations fortes que nous avons tous avec nos gamins, cela n’a pas été désastreux…! Et ça fait des couples solides et fidèles… 

  3. a fini pilonné comme beaucoup d’ouvrages imprimés même si le stock était assez faible… j’ai néanmoins récupéré les droits de cet ouvrage auprès des éditions Eyrolles (merci à Claudine Dartyge), ce qui explique pourquoi je me permets de le laisser en ligne. 

  4. et des rencontres comme celle de l’un des développeurs de EasyTransfert, l’ami Jean-Christophe Istin…! 

  5. qui vit aux USA et élève sa fille, nous sommes restés tous en contact (merci internet)… 

  6. que je n’ai jamais rencontré en chair et en os…!! Mais on est pays…!! 

  7. plus exactement, comme être auteur ne nous permettait pas de gagner notre vie, nous avons poursuivi nos activités traditionnelles pour survivre…! 

  8. Richard, alias Monarobase 

  9. certains liens pointent par défaut vers le dernier article publié au lieu de pointer …dans le vide, CQFD. Mille mercis, ô Richard…! 

le 13/03/2020 à 18:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Confiné avec vos mômes ? Que faire ?!

Les découvrir, les écouter et apprendre les uns des autres

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écouter | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Billet écrit à la volée ce matin suite à la lecture d’un tweet !

La toxicité des news est telle que se planter devant son réseau social risque de vous déprimer sérieusement. Comme on ne sait pas de quoi demain sera fait, autant faire de l’instant présent un moment de découverte.

Bref, disposer de ce temps long1 pour partager et échanger avec vos gamins est un sacré plus.

Vous n’aviez pas le temps généralement à cause du boulot, de vos activités sportives2, etc. Voilà un court moment (quinze jours, un mois…?) pour tisser des liens avec votre tribu.

Je pense à un angle plutôt sympa de passer cette quarantaine : en apprenant de votre tribu des choses qu’ils n’avaient pas le temps de vous dire jusqu’à aujourd’hui !

Bonus : pour tous ceux qui ont vécu des enfances de merde, c’est le moment de découvrir qu’il y a (si, si…) un autre programme d’enseignement que… « claques dans la gueule, file dans ta chambre, fais-toi oublier… »
Et, inversement, si vous avez eu une enfance remarquable, distillez tout le bonheur que vous en aviez retiré naguère.

Car tout le monde a à « apprendre des autres », vous comme vos proches …qui l’étaient un peu moins ces derniers temps !

En vrac…

Vos gamins vont pouvoir parler de leurs difficultés relationnelles, scolaires.

Ce sera le moment idéal de les entendre en parler et essayer de les debriefer, leur apporter ce soutien qu’ils attendent peut-être depuis des lustres…

Comme pas mal de choses vont de passer via l’ordinateur, c’est aussi le moment de les sensibiliser aux spams, à identifier les #piègeàkon, de peaufiner les sauvegardes, échanger sur les pratiques des traitements de texte, voire faire les devoirs avec eux… et se marrer !

Vous ne connaissez pas la réponse à la question du devoir ? Cherchez avec eux, peaufinez une réponse commune, acceptez qu’ils en sachent plus sur tel ou tel domaine.

Apprenez de leur part : votre capacité d’écoute, le fait de reconnaître que sur tel plan vous êtes en friche n’est pas une faiblesse, bien au contraire.

Essayez d’établir une hiérarchie horizontale et non verticale : apprenez de ceux qui savent dans chaque domaine.

Si votre fille (ou votre fils) est plus costaud dans un domaine précis (informatique, maths, langue étrangère…), écoutez la (…et soyez fier !) ; si votre fils (ou votre fille) vous apprend une astuce sur tel façon de monter calmement un meuble3, écoutez le et suivez ses recommandations !

C’est aussi le moment de se poser et faire passer les consignes d’hygiène contre le coronavirus, mais aussi, tiens, de se remettre à cuisiner ensemble…!

Oui, couper les oignons, guider ses doigts pour éviter de s’en trancher un (!!), déguster ensuite le repas fait ensemble…

Sinon, attaquer ou finir un livre, c’est pas mal non plus (la librairie est à portée de clic, fichiers ePub4). Ou de faire un peu de sport5 à la maison…!

Mais on peut faire plus pratique…

Réparer la chasse d’eau, poser les étagères qui attendent depuis deux mois, remplacer l’ampoule dans le couloir, réorganiser la bibliothèque ou la chambre de l’aîné, changer la disposition du salon pour y vivre tous sans se marcher dessus, etc.

Dans tous les cas, trouver également des moments où on peut s’isoler …car vivre les uns sur les autres tout le temps peut virer à la catastrophe !

Bref, dédramatisez, prenez du recul !

On s’en sort mieux tous ensemble en se parlant (sans élever la voix…) et en associant nos énergies.

Pour finir, les conseils du petit dernier ne sont pas dénués de sens : souvenez-vous de votre propre enfance et de vos parents qui ne vous écoutaient pas…

Bref, à vous de rendre cette période idyllique ou de la transformer en enfer par votre entêtement à vouloir rester le chef.

Seule une dynamique commune et une chouette complicité peut transformer cette période en un moment unique dont vous vous souviendrez.

Jouez collectif, acceptez d’apprendre de ceux qui vous entourent.
Et réciproquement !!

Allez, je vous laisse. Après avoir débarrassé le lave-vaisselle ce matin, mis la table et préparé le petit déjeuner, écrit cette chronique, il est temps d’aller faire quelques courses au marché avec ma tribu… ou juste marcher sur la colline en face…


  1. l’avantage d’avoir bossé des années chez moi, les pages du bouquin sont accessibles en bas du billet urbanbike | Télétravail — certains liens ont sauté, changement de moteur de blog depuis 2005… je vais un jeter un œil… 

  2. bref, parfois des prétextes pour échapper à votre famille, vos gamins et retrouver vos potes… 

  3. ça sent le vécu !! 

  4. je lis ceci après avoir écouté les auteurs dans cette émission… Notre cerveau est-il un allié fiable ? 

  5. urbanbike | Objectif renforcement 

le 13/03/2020 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

En voyage : myNoise

Pour se soustraire d’un environnement sonore désagréable, voire dormir…

dans ailleurs | bosser n’importe où | dans mon bocal | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Ce billet inaugure une très courte (!) série d’articulets (…à publication aléatoire, faut pas charrier…!) sur des apps peu médiatisées et citées naguère furtivement dans urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone. Je n’évoque que des celles que j’utilise…!

D’abord, je souhaite à tous les lecteurs d’avoir la possibilité de voyager et de s’inscrire pour une période assez longue dans un même territoire, histoire de rayonner, revenir plusieurs fois dans les mêmes lieux avec un regard différent, sous une autre lumière. Nos écrans nous permettent de nous balader en allégeant nos sacs, voire de voyager léger avec un seul écran à tout faire !

Depuis le début de l’année, c’est essentiellement un simple iPhone 7+ qui m’accompagne au quotidien, mon iPad Pro restant dans notre hébergement sauf pour les déplacements de quelques jours.

Je ne vais pas revenir sur les qualités photographiques du iPhone 7+ (…dépassées par les “n” générations suivantes) ni sur l’aspect carnet de notes de cet écran. Je veux revenir sur son usage comme possible substitut aux boules Quies même si ces dernières restent des compagnes permanentes indispensables dans les poches de ma fille !

reduc-450

Néanmoins, j’ai l’occasion de lui faire découvrir myNoise lors de notre dernière escapade. Application qu’elle a installée sur son propre iPad.

Explications…

…des situations que vous avez certainement rencontré…

  • le café non décaféiné (…mais servi comme tel par le gars au comptoir qui n’avait pas envie de s’emmerder) avalé le midi et qui continue à faire effet à trois heures du matin. Comment arriver à s’endormir néanmoins sans réveiller ceux qui partagent votre hébergement ?
  • la chambre d’hôtel séparée des autres par une cloison bien trop mince pour contenir les ronflements de vos voisins, cycle sonore qui devient très rapidement une nuisance !
  • l’hébergement qui ouvre directement sur la rue, la fenêtre de la chambre qui donne sur une rue animée (…comme ici, en Espagne, dans une ville étudiante et festive comme Salamanca…!). Bref, comment échapper à cette joyeuse animation alors que vous avez besoin vital de dormir !
  • le voyage en train avec des familles …expansives, voire sans gène, les gamins en bas âge dont les parents n’arrivent pas à contenir les pleurs et les cris, etc. Comment ne pas finir dans la rubrique faits divers !
  • ou simplement envie d’écouter au calme un podcast passionnant sans demander à votre tribu de cesser de discuter !

Je voyage avec un Bose Quietcontrol 301 sans fil, casque qui vieillit bien …même si certaines parties se décollent légèrement.

Si d’aventure mon iPad Pro est à portée de main, ce même casque fonctionne en parallèle1. En gros, mes deux écrans sont reliés à ce Bose …qui n’en est pas une !

Une fois connecté à ce périphérique, soit je lance Castro2 pour me passer un fichier préalablement stocké (j’anticipe toujours le pire, à savoir l’absence de réseau, habitudes liées aux conditions rencontrées sur les îles bretonnes) ; soit je démarre myNoise3.

Ce dispositif me permet de me soustraire efficacement de l’environnement sonore dans lequel je me situe et donc d’écrire, écouter une émission ou lire.

Mais, quand on est épuisé et empêché de dormir (voir plus haut !), je laisse l’app myNoise fonctionner en continu (elle dispose d’un timmer néanmoins) s’autant plus si mon iPhone est resté en charge, l’autonomie du Bose Quietcontrol 30 sans fil étant, elle, importante.

Note : la consommation est ridicule si le casque et l’écran sont peu éloignés.

Bien entendu, il faut faire un minimum gaffe même avec un casque sans fil. Mais cette absence de câblerie rend l’opération confortable, à condition de ne pas être, soi-même, agité !

Et du coup, je dors assez vite malgré les nuisances sonores !

Quelle source sonore employer ?

myNoise dispose d’une confortable bibliothèque d’ambiances sonores !

reduc-450

Vous pouvez les acquérir séparément après les avoir testées individuellement. Ou opter pour un achat à vie de toutes les productions existantes et à venir (ce qui ne vous empêchera pas de soutenir l’éditeur en lui versant un Tip pour le remercier par la suite).

reduc-450

  • Bien entendu, vous avez des icônes pour vous indiquer à quel type d’ambiance vous avez affaire… Et surtout la possibilité de réorganiser votre liste de sons, de favoris. Voire supprimer les ambiances chargées par erreur…

Il y a plusieurs types d’ambiances, des Noise Blocker pour carrément se substituer aux sons extérieurs (je pense à cargo engine room).

Mais également d’autres bien plus naturelles comme unreal ocean qui vont donne l’impression (sonore !) de vous placer au bord d’une plage avec un léger ressac.

Chaque ambiance sonore possède des caractéristiques qui s’adapteront — ou non — à vos besoins. Utilisez la pré écoute pour effectuer une première sélection. Vous comprendrez vite pourquoi j’ai opté pour l’option la plus généreuse ! Difficile de choisir !

reduc-450

  • Notez que les indications sont différentes selon les ambiances… Les créateurs de ces ambiances doivent bien rigoler…

reduc-450

reduc-450

J’aime bien les pistes qui proposent tout simplement le son de la pluie comme tin roof rain ou rain noise. Ou encore calm lake ou northern forest, ambiances que j’emploie quand j’écris.

Mais il y a également des ambiances très rythmées (african trance ou marimbas) qui peuvent vous booster si vous êtes dans un effort (marche, course ou …courses…?!).

reduc-450

Enfin, n’oubliez pas que par défaut, ces ambiances sont réglées par …défaut et que vous pouvez les modifier (…chacune propose un registre de choix différents) pour opter pour le rythme idéal à votre situation (d’autant que vous pouvez enregistrer os modifications pour les retrouver — avec la date de la modification — quand nécessaire !).

…Si vous avez besoin de conserver l’animation visible (…qui prend en compte les infos précédentes), vous pouvez également intervenir et amplifier ou réduire ce rendu graphique.

Toutes ces options de modification de rythme sont intéressantes mais, bien souvent, les choix effectués par les développeurs me semblent les plus adaptés.

Je rappelle que vous pouvez mixer deux sources sonores et même conserver l’ambiance en cours sous une autre source sonore, sous un podcast écouté dans Castro2 par exemple !

reduc-450

Enfin, vous pouvez créer votre propre Noise Blocker si besoin ! Si le cri du bambin à deux sièges dans le TGV est trop intense par exemple…!

C’est tout pour aujourd’hui…!

le 09/06/2019 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Un VPN pour sécuriser vos connexions mobiles sous iOS

En toutes circonstances, cela est devenu… indispensable

dans ailleurs | bosser n’importe où | grospod | groummphh | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Truisme : on se balade tous pratiquement avec un téléphone portable et ce dernier nous permet d’accéder aisément à nos courriels, la météo de la semaine, mais aussi à notre banque en ligne, etc.

Que l’on soit chez soi ou à l’extérieur, qui nous assure que notre trame de données n’est pas analysée à des fins qui nous échappent ?! Bref, nos données sont quelque peu… exposées à l’air libre en utilisant du Wifi gratuit et pas sécurisé…

C’est pourquoi il n’est pas inintéressant (euphémisme…!) de faire le choix, dans la plupart des circonstances (toutes…!), de sécuriser la connexion entre son mobile et le site consulté.

De mettre en place une sorte de tunnel virtuel qui sera moins exposé aux regards obliques…! Cette protection a un coût.

Pour ma part, même si cela peut sembler étrange, j’emploie deux dispositifs. Simultanément.

  • 1.1.1.1: Faster Internet qui fait passer toutes mes requêtes par un DNS précis (pas celui de Google). Là, c’est un service gratuit.
  • VPN Rapide et illimité NordVPN pour choisir sur quelle partie de la planète où mon tunnel sécurisé finit, sachant que ce tunnel démarre de …mon mobile ! Par contre, ce service — qui permet de choisir un VPN — n’est pas gratuit.

Le choix du pays d’arrivée compte énormément car, sinon, pas de connexion à ARTE depuis l’Espagne !

Mon forfait NordVPN a une durée de trois ans et me permet de sécuriser jusqu’à six écrans simultanément avec le même Login et mot de passe.

Ici, en Espagne, nos trois iPhones sont sécurisés ainsi que nos trois iPads. Bien entendu je rêve d’une version étendu chez NordVPN, une sorte de mode tribu qui me permettrait de sécuriser le double d’écrans.

La solution la plus simple est de déconnecter une machine non utilisée temporairement et se reconnecter depuis un autre écran. Ou de reprendre un second forfait avec un nouvel identifiant.

À noter que le support via Twitter de @NordVPN se fait en français, ce qui est fort agréable. J’ai expérimenté cela il y a 10 jours et réponses pratiques immédiates en cours de nuit.

Comment ça marche !

reduc-450

Dans la fenêtre des réglages, il y a une option VPN. Un appui permet de voir quels services sont connectés.

reduc-450

Sur le coté gauche, vous pouvez constater que je connecté sur un VPN espagnol. Si je veux me connecter à un VPN en France, il me suffit de cliquer dans la carte, choisir ma nouvelle zone géographique puis appuyer le bouton Quick Connect

reduc-450

Une autre option consiste à remontrer temporairement la zone d’informations en dessous de Quick Connect puis de parcourir son long contenu jusqu’au pays souhaité (ou au type de serveur, etc). À noter que les dernières versions de NordVPN proposent deux options, un Kill Switch qui nous déconnecte d’internet en cas de connexion serveur perdue. Et un Cybersec pour bloquer les bouts de code malveillants.

reduc-450

Bref, il est facile de basculer aisément vers un serveur situé en France pour activer une émission en streaming (ARTE, etc.). Notez que les widgets de ces deux applications vous permettent de suivre l’état de votre connexion. Une sorte de météo de votre connexion sur le net…

Si vous commencez à ressentir des lenteurs, n’hésitez pas à changer de serveur VPN …même s’il est situé dans la même zone géographique…

Une dernière option est d’opter pour un VPN encore plus sécurisé, celui de ProtonVPN - Fast & Secure VPN propose (en gros) un relais intermédiaire. Cette Rolls a un coût et convient à des professions très exposées.

Pour plus d’infos sur l’iPhone en voyage, jetez un œil sur un précédent billet, nommé… urbanbike | En voyage | Sac à dos et iPhone

le 19/02/2019 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Écrire un scénario avec Slugline sous iOS

Balisage Fountain, barre additionnelle dédiée, deux pouces sur la première version de Slugline pour écrire des dialogues sur iPhone ou iPad…!

dans bosser n’importe où | écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

Après la machine à écrire, les carnets de note puis l’ordinateur, portable ou non, les scénaristes disposent depuis quelques années de deux nouveaux écrans pour coucher scènes… épiques et répliques assassines : l’iPad (…oui, on peut employer un iPad pour travailler1 même si cela continue à en étonner certains2)…

Mais aussi l’iPhone.

Pour ma part, depuis l’arrivée d’une taille d’écran plus vaste gentiment moquée ci et là, l’iPhone est devenu ma machine à écrire : je m’en suis expliqué dans ce billet, urbanbike | Usages | En passant, pourquoi mon iPhone est devenu ma machine à écrire…!.

L’écriture de scénarios répond à des codes très précis car il n’y a pas que les dialogues des divers protagonistes à travailler mais également préciser leurs attitudes, psychologie, expressions. Sans oublier les mouvements de caméra à indiquer. Et conserver via des ruptures ou un rythme, un style constant, maintenir l’attention du spectateur, construire les rebondissements indispensables pour lui faire passer l’envie d’aller voir ailleurs…!

Des outils disponibles sur Mac mais pas que…!

Sous macOS, vous pouvez employer Highland, Final Draft, Celtx Script, Loglineou… Slugline

Depuis une semaine, en plus de Scripts Pro ou Editorial (si, si…!), vous pouvez tester Slugline, les habitués de la version macOS vont retrouver leurs habitudes…

Format Fountain

Comme Highland et quelques autres, Slugline emploie l’équivalent du balisage Markdown dédié aux scénaristes, Fountain. Ce balisage s’apprend vite, peut s’employer dès lors dans n’importe quel traitement de texte qui enregistre au format texte mais il s’avère plus rationnel d’employer un outil dédié (ou orienté) pour l’affichage du contenu selon les codes en vigueur dans la profession.

Slugline propose également les fameuses notes qui restent à la seule discrétion du rédacteur (…ne seront pas exportées dans le document final) et, tout aussi indispensable, les morceaux de dialogues ou des suggestions d’action qui seront caviardés à l’export mais conservés tels dans le fichier de travail…

reduc-450

Slugline permet de saisir tranquillement (à gauche) et de produire le document formaté standard (à droite)…

reduc-450

Pour cela, une barre additionnelle avec des balises Fountain mais également du Markdown

reduc-450

Des préférences assez subtiles à piocher…

Dont une que je signale après avoir fait mes copies d’écran, la possibilité de décocher le caractère Cont’d qui vient parfois mettre le souk dans la sortie formatée s’il y a des notes balisées ainsi [[note]] dans le flot… (cf. La première copie d’écran, vue de droite)…

reduc-450

La prévisualisation affiche ce qui peut être exporté en PDF ou simplement imprimé… Du coup, je suis parti en vrille pour tester ce produit, ce que reflète cette dernière copie d’écran…!

Oui, à l’usage, quelques dysfonctionnements mais, vu la qualité de la version macOS, cela sera corrigé vite et cela n’empêche nullement de mettre les pouces ou les doigts pour se lancer dans l’écriture sous iOS…!

Rappel utile : vos textes peuvent rester sur l’iPhone (ou l’iPad) ou être synchronisées entre iOS et macOS via iCloud ou DropBox.

Au final, j’apprécie cette première version sobre, élégante, efficace… Et vais expédier au développeur quelques remarques pour une version prochaine dont lui demander l’accès à une liste des personnages liée à chaque fichier de travail…

À suivre…!


  1. J’avais commis un livre sur ce sujet en 2011… 

  2. Relire quelques sujets écrits en 2014 — rappel, je n’ai plus aucun lien avec l’une ou l’autre de ces rédactions depuis… 

le 13/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Zone blanche en campagne, gîte, exploitation et internet

Service clignotant, au mieux…

dans ailleurs | bosser n’importe où | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Quelques jours au bout du bout de la Champagne, chez un couple de vignerons1 qui propose trois gites2… L’endroit est tranquille, isolé, silencieux. L’espace que nous occupons mérite sans discussion aucune cinq étoiles.
L’accueil est direct, sans effets de manches, authentique.
Par contre, la connexion internet …capricieuse.

reduc-450

Certes l’exploitation est à 5 kilomètres du DSLAM mais tout repose entre les mains de notre opérateur national qui semble un poil dépassé par ce réseau filaire qu’il faudra un jour cesser de bricoler en remplaçant, ci et là, des bouts de câbles…

Alors, oui, c’est malheureusement (!) un hameau au bout d’un chemin avec rien derrière (enfin, si : des vignes…) mais c’est avant tout un exploitant en zone blanche qui commercialise toute sa récolte et des gîtes qu’il faut bien joindre pour réserver.

Comment travailler désormais sans internet ? Impossible…

Il n’y a pas à ergoter : comme on dématérialise tout, de la gestion des employés aux commandes clients, en passant par les informations administratives pour les transporteurs, on fait comment…?… Bref, internet et l’usage de l’ordinateur sont obligatoires pour travailler au quotidien.

Or, comment fait-on quand il est manifestement impossible de se connecter ? Parfois même en téléphonie…! Durant notre séjour, la connexion basculait en edge alors qu’elle affichait encore deux maigres barres en 3G une minute avant… Bon, ça passait ! Cela m’a remis en mémoire nos propres problèmes3 sur notre île.

Attention : sur place, l’installation en bout de ligne est correcte. Dans l’exploitation, des répéteurs de dernière génération… Mais cela ne sert à rien si cela foire entre ce domaine et le DESLAM situé dans le village. Et que l’on ne vienne pas nous/leur seriner que la vue est belle et — du coup — qu’internet n’est pas si indispensable…!

reduc-450

Oui, il faut mailler le territoire jusqu’à la dernière ferme

Bref, cela reste tendu pour les populations hors des villes ! Or le programme du gouvernement est bien de pousser les opérateurs à désenclaver les territoires pour permettre aux habitants de travailler, justement…

Même si cela agace quelques nostalgiques du bon vieux temps, pour rester sur ces territoires, y vivre et y travailler, le virage numérique amène tous les acteurs locaux à se connecter.

En tous cas, pour ma tribu, ce fût déconnexion totale et cela n’était pas non plus un bouleversement, juste la révision de nos habitudes. Voire des consultations à effectuer, des podcasts à charger ailleurs, sur Reims ou Châlons, quand le réseau est couvert en 3 ou 4G.

Au risque de me répéter, comme l’eau ou l’électricité, désormais le lien numérique est essentiel4.

Enfin, en permettant à des actifs de rester en compagne au lieu de migrer vers les villes, c’est également la possibilité de ralentir la désertification et, bien mieux, de faire revenir du monde avec de nouveaux projets.

Voire aux enfants d’exploitants de trouver des partenaires qui resteront sur place. Et ça aussi c’est urgent…

reduc-450

La connexion est restée en rade durant notre séjour, en pleine toussaint, CQFD.


  1. champagne pur meunier brut nature méthodes alternatives Si le site web de Christophe Mignon s’affiche en mode 1.0, ce qui est dans la bouteille est strictement à l’opposé, un épatant haut de gamme (je pèse mes mots). Sans ironie aucune (…quoi que…), à l’inverse de nombreux sites connus qui déploient des trésors de communication et de marketing (pas de noms…!) pour nous vendre du rêve et de la bulle pas trop naturelle. À la question (légitime car interloquée…!) de savoir s’ils vendent avec ça ?, apprenez que plus de 85 % de la production est exportée au Japon et en Scandinavie. Quasiment pas de foires, aucune pub,aucune com. Et moi, pas mal à la tête au bout d’une coupe, comprend qui peut… 

  2. La Boulonne, trois gîtes de tailles différentes. On a apprécié le poêle à pellets à extinction et allumage automatique. 

  3. Cf. urbanbike | Abonnement ou pas, la vraie question reste la connexion à internet 

  4. C’est le seul point sur le quel je suis en désaccord avec l’auteur des Chemins noirs, cf. urbanbike | Sur les chemins noirs | Sylvain Tesson 

le 05/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?