Urbanbike

Recherche | mode avancée

Bear iOS et exports vers d’autres apps

Même sans abonnement, cela reste un outil Markdown fort pratique

dans bosser n’importe où | écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

Billet arrivé entre deux sauvegardes, l’écriture d’un autre sur Gubbio mais surtout provoqué par une nouvelle mise à jour de l’application, Bear.

Je suis un utilisateur inconditionnel de Drafts, une application qui ne fonctionne que sous iOS. Je reconnais que son aspect rustique puisse parfois agacer les utilisateurs sensibles à l’esthétique. J’en fais partie mais Drafts est à part. Au quotidien, la barre additionnelle de Drafts totalement ajustable à mes besoins me convient, cette rusticité étant un gage de concentration quand j’écris. De plus, les nombreuses actions x-callback-url disponibles le rendent, comme Editorial, précieux en amont de nombreux projets. Bref, c’est une jeep et ça fait tout.

Néanmoins, je reconnais volontiers que Bear puisse faire tourner les têtes, la preuve, j’y reviens. L’application est tout simplement splendide, élégante et se pare de nouvelles fonctions à chaque version.

De plus, elle tourne sous macOS, dispose d’un excellent système de synchronisation (payant), de pas mal de modèles pour la coloration syntaxique, etc.

Petit souci de taille à mes yeux, si l’application est gratuite, elle nécessite un abonnement si l’on souhaite synchroniser ses fichiers (textes comme photos) entre tous nos écrans même si l’objectif de l’application va nettement plus loin que l’aspect traitement de texte pur.

À ce propos, une concurrence avec une application comme Day One est envisageable — avec de sacrées limites — pour ceux qui le souhaitent, il n’est pas inutile de s’en souvenir.

Pourquoi utiliser Bears sans abonnement

Déjà, pour l’essayer sur une durée supérieure au test gratuit d’une semaine avec synchro sans peur de se retrouver sans les textes saisis (certes, textes stockés en local en ce cas mais que vous pouvez individuellement exporter vers Dropbox, sachez-le…).

Une autre raison est beaucoup plus prosaïque. Depuis la sortie des iPads, nous avons eu un nombre épatant d’applications de traitements de texte, Markdown ou non, qui se sont lancées sous iOS avec des existences parfois brèves. Je les conserve sur mon iPad dans le cas où une nouvelle version adviendrait.

J’ai présenté ici même pas mal de produits avant de déchanter face à l’absence criante de mises-à-jour. Des projets intéressants, beaux, astucieux, à l’ergonomie novatrice mais souvent laissés en plan par leurs propres promoteurs. Ou par une cruelle absence de succès.

Ceci explique pourquoi je reste calé principalement sur trois applications régulièrement mises à jour qui ont, chacune, un rôle dans mes flux d’écriture. Mais cela ne m’empêche pas de scruter ce qui sort. Voire de faire l’impasse sur des produits trop marquetés ou de sinistre mémoire sur macOS par exemple. Avec Bear, j’ai eu un peu cette impression du “trop embrasse, mal étreint” mais ces craintes ne sont peu à peu dissipées face aux nombreuses mises à jour et à la qualité du développement.

Sauf que je reste (encore) circonspect face à un abonnement (près de 15 € annuels). Et à l’absence de nombreuses fonctions dont j’abuse dans Drafts. Je reconnais que cela se discute. Certes, on peut rire de ma réserve et discuter de mon abonnement Premium sur Day One. Sauf que ce dernier est déjà riche de 4500 notes et 3500 photos.

Exporter ses textes sans souci, mode d’emploi…

Néanmoins, quitte à essayer la version de base, je vous suggère de ne pas vous baser ou reposer sur mon sentiment personnel et de tester par vous-même la version en local, voire de tester une semaine gratuite de synchronisation de vos fichiers.

Vos notes ne seront pas perdues, vous pouvez exporter vers n’importe quel traitement de texte à défaut aller plus loin. Ce texte va finir tranquillement dans Drafts même si je l’ai saisi dans Bear (et même atterrir dans DropBox).

Je rappelle tout ceci (oui, je radote) car il est important de ne pas se sentir piégé en rédigeant, de comprendre que nos notes pourront être exportées individuellement vers une autre application Markdown ou non. Cette angoisse dissipée, prenez le temps d’explorer Bear car je m’en voudrais de nous faire passer à côté un produit aussi majeur que Ulysses (et ceux précédemment cités).

En copies d’écran, les quelques opérations d’export

Effectuées sur un iPhone mais ça fonctionne de la même manière sur iPad.

Avec quelques préalables dans les préférences, cerclées dans la copie d’écran pour ne pas les oublier. Surtout si vous êtes balises Markdown

reduc-450

Appelez les préférences…

reduc-450

Pensez compatibilité et, si vous enregistrez vos fichiers avec un .txt, à notifier que vous souhaitez conserver les balises (ceci dans le cadre d’un export vers DropBox par exemple). Le nom de fichier en prenant l’info de première ligne est aussi à valider…

reduc-450

La barre additionnelle est une longue suite d’icônes à déplacer… Et la première chose pour moi est de nommer cette première ligne avec date et heure (merci TextExpander…)

reduc-450

Je passe sur l’usage de l’application, juste vous montrer comment on exporte… On affiche le panneau de droite et appui sur le format disponible (ici, version non Pro limitée). Tiens, un .txt…

reduc-450

Mais les balises Markdown sont visibles (héhé, on l’a notifié dans les préférences) et il suffit, en bas, de choisir vers qui on exporte. Drafts dans mon cas mais notez sur DropBox est disponible et pas mal d’autres applications…

reduc-450

Pour Drafts, c’est facile avec son panneau à choix multiples et je retrouve l’atmosphère rustique de mon application de pris e de notes…

Bref, rien n’est perdu…

À vous de tester et de trancher. Ou non…!

le 19/07/2017 à 15:55 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Exporter ses fichiers Daedalus Touch vers Ulysses sous iOS

Rappel utile vu que Daedalus termine sa carrière…

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | grospod | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce midi, un tweet annonçait que l’excellent Daedalus Touch (moult fois chroniqué dans urbanbike1) arrivait totalement déverrouillé mais dans sa dernière version.

Cette décision est assez logique, désormais – sous iOS comme sous macOS – c’est Ulysses qui le remplace et propose encore plus d’options pour les rédacteurs au long-cours.

Comment exporter vers Ulysses ?

Très simplement

reduc-450

  • À gauche | appuyez en bas sur les trois points après avoir choisi le dossier (pile de fichiers) à exporter…
  • À droite | vous affichez en bas une icône générique d’export…

reduc-450

  • À gauche | la pile qui était en premier plan est toujours sélectionnée; trois options sont affichées en bas de l’écran…
  • À droite | Après avoir appuyé sur Exporter, vous avez un choix dont Envoyer à Ulysses… Appuyez et c’est parti (si vous avez Ulysses sur votre iPad ou iPhone…!

reduc-450

  • Tadaaaaaaaaa…! Tous les fichiers sont disponibles dans Ulysses dont la page de titre… Les petits nuages en regard démontrent que la synchro est en train de s’effectuer…
  • Il vous reste désormais à vous souvenir que la barre additionnelle est nettement plus riche que celle de Daedalus touch…! Et que vous bénéficiez de la coloration syntaxique. Mais ceci est une autre histoire…!

Bons transferts…

Néanmoins, ce n’est pas de gaité de coeur car Daedalus touch a été un très fidèle et agréable traitement de texte (et je conserve dans urbanbike tous les billets, nostalgie…!!).
Snif !

le 12/07/2017 à 15:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bamboo Solo Wacom en main

Une quatrième génération agréable

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Comme j’écris de plus en plus à la main sur mes écrans tactiles (plus de 90 %), je souhaitais tester le Bamboo Solo que j’ai commandé en ligne chez Wacom. J’en ai profité pour acquérir quelques pointes dures pour mes précédents Wacom bamboo dits de première génération, pas persuadé que cette gamme soit éternellement conservée au catalogue !

reduc-450

  • Cerclé de vert le Solo et deux pointes de rechange montées sur un axe métallique
  • Cerclé de rouge, les trois (si, si…!) pointes dures du Bamboo original

Sans surprise, ce bamboo Solo est excellent (ce billet est – bien entendu – rédigé avec sa seule aide dans son premier jet), agréable à utiliser.

Point de détail : il me semble plus silencieux sur le iPhone – mais c’est peut être du exclusivement au film de protection que j’ai ajouté récemment sur ce 7 plus – que sur le iPad Pro où il couine un peu comme une souris ! En revanche, moins réactif, film de protection toujours…?

Côté poids, cette nouvelle génération (2) est nettement plus légère (je ne parle même pas de celui du Pencil d’Apple (1) !) mais également plus long que le Bamboo originel (3), ce qui n’est pas désagréable pour écrire.

reduc-450

Certes, avec mon mini Bamboo rouge, je n’ai rien à ajouter !

— Merci Sylvain d’avoir repéré que je m’étais emmêlé les pinceaux dans les chiffres (rectifié)

Bref, je l’emploie principalement sous Drafts et avec Stylus sur iPad et ça fonctionne fort bien.

Sa pointe, hormis ce couinement quasi imperceptible, glisse divinement et aucun souci pour rédiger ce rapide billet.

Question : pourquoi plusieurs stylets ?

J’imagine que vous possédez plusieurs stylos et aimez en changer selon vos besoins ! C’est mon cas, j’emploie des crayons et des pointe Bic. Par contre, je ne fantasme pas sur les vrais stylos à plume avec cartouches d’encre dédiés aux vrais écrivains (sic…!).

Plus exactement, ce sont eux qui ne m’aiment pas à moins que ce soient mes mains (métabolisme de m…) qui soient trop chaudes. J’ai fini par comprendre que j’avais une furieuse capacité à tâcher mains et vêtements avec ces outils alors que je n’ai pas souvenir de pareilles péripéties avec mes graphoplex à pointe tubulaire ou mes rotrings. Va comprendre…!

Pour dessiner (plein de très bonnes apps dédiées) ou écrire sur Nebo, le Pencil reste l’ idéal (…et indispensable !). Mais pour prendre des notes, des écrits… vains… sur Drafts, c’est de la simple calligraphie et ces Wacom sont parfaits pour l’usage que j’en ai.

Leur multiplication me permet d’en laisser dans l’horrible pochette que j’attache à ma ceinture et qui me suit partout, d’en laisser un sur ma table de chevet. Ou de prendre le relais quand mon Pencil est déchargé.

Car ces Wacom Bamboo ne nécessitent pas de l’être, c’est un point pratique en voyage par exemple.

Voilà, c’est dit !

Quitte à faire un peu de prosélytisme, je vous incite à nouveau à essayer Stylus, sachant de plus que cette technologie de reconnaissance de nos écritures manuscrites est française… malgré un nom anglo-saxon !

le 23/06/2017 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Things 3 sur iPad…

Pas mal non plus !

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | mémoire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Comme je l’ai écris à la fin du billet précédent, et même si l’iPhone est mon écran principal, j’ai également acquis la version iPad (…après avoir testé la version iPhone sur iPad, pour voir).

Pourquoi ?

Mais c’est souvent sous ma couette que les pensées reviennent avec des bulles comme « …ne pas oublier de téléphoner à… »

Et comme je ne dors pas (encore !) avec mon iPhone, j’écris avec un stylet Wacom via MyScript Stylus - Handwriting Keyboard sur l’iPad Pro.

Du coup, vendredi soir, alors qu’il n’en est pas question (…je fais comme les politiques…!), j’ai accepté… d’acquérir la version iPad (pour celle sous macOS, c’est définitivement non).

reduc-450

Pour mémoire, les données des deux versions sont incompatibles

Après avoir fini mon premier billet, j’ai envisagé une une mini suite. Et puis, hop, une balade à l’arboretum d’abord !

Retour des boites

Pour compléter le premier billet : être en mode inactif n’empêche pas d’avoir des intentions, projets, idées.

Dans mon cas, nombre de dossiers en attente depuis 2013 dont quelques uns qui concernent directement mes gamins. C’est aussi l’intérêt de Things.

reduc-450

Les domaines permettent de ranger ces projets, de les classer comme dans de grosses boîtes. Du coup, facile d’en créer un premier puis, après coup, d’y déplacer certains projets, virtuels ou réels.

reduc-450

Et se focaliser sur une thématique donnée.

Cela n’a rien de révolutionnaire, c’est juste pratique.

reduc-450

Poser tout ce que l’on souhaite développer…

reduc-450

Puis lister les trucs à faire, étapes par étapes, chacune avec sa ribambelle de points à vérifier, régler, etc.

Que vous utilisiez un iPhone ou un iPad, pensez à installer le Widget sous iOS pour accéder à la liste des trucs à réaliser sans passer par l’ouverture de Things.

Des gestes naturels…

Things a été repensé pour le tactile…

reduc-450

Déplacer le rond bleu, celui est situé en bas d’écran en bas, entre deux items et hop, une fenêtre s’affiche…

reduc-450

Mais vous pouvez également masquer la partie gauche de l’écran (pas utile sur un iPadPro qui est très vaste) par un glissement et vous retrouver dans un environnement proche de celui de l’iPhone, plus sobre…

reduc-450

En déplaçant horizontalement un item, lancer la gestion des cases à cocher…

reduc-450

Ou en attendant un peu, élargir la palette des possibles…

reduc-450

De gauche à droite, c’est l’accès aux échéances…

reduc-450

Bref, à essayer mais, très vite, on intègre ces gestes et cela accélère l’ensemble…

Bref…

Sans revenir sur Things et cette version 3, l’option survol du calendrier/des calendriers a été déterminant tout comme le relooking graphique et ces gestes au bout des doigts… De plus, les développeurs n’ont pas retenu l’option de l’abonnement et c’est tant mieux car il est clair que je n’aurais pas été plus loin.

Pour finir, il est parfaitement possible de n’utiliser qu’une version de Things sur un unique écran mais il n’en reste pas moins plus confortable de disposer des mêmes informations sur deux écrans différents via leur synchronisation.

Allez, j’ai plein de trucs à envisager et à organiser du coup…!!

À suivre…

Rappel : se souvenir que le prix actuellement affiché est de moins 20% jusqu’au 25 Mai, un prix de lancement pour les anciens utilisateurs mais aussi pour ceux qui seraient tentés dans l’intervalle.

le 20/05/2017 à 18:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Things 3 sur iPhone…

…souplesse et ergonomie au rendez-vous

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Comme je l’ai écrit dans un précédent billet, je n’ai mis à jour Things 3 que sur mon iPhone. Ce dernier est un iPhone 7 plus qui ne le quitte plus et sur lequel j’écris mes premières notes sur Drafts – c’est le cas pour ce billet –, je lis, téléphone, prend des photos, etc.

reduc-450

Si Fantastical 2 reste mon interface de calendrier, ce n’est pas un outil sur lequel je peux divaguer, projeter.

Certes, je peux noter des tâches à réaliser et y revenir pour les modifier mais bon, c’est pas trop son boulot. De plus mon calendrier est partagé et ma fille y inscrit ses plages d’enseignement, ce qui me permet de savoir à quelle heure je file la chercher, etc.

La version 3 de Things prend en compte notre calendrier commun sans interférer avec, l’affiche comme un calque chronologique et c’est exactement ce que je souhaite : une ligne directrice dont les plages libres sont occupées désormais par des tâches ou projets qui se baladent souplement via Things.

Côté tribu, pas de d’ajouts bizarroïdes dans notre calendrier commun.

Par contre, vu de mon iPhone, un rappel pratique de nos activités mais aussi des plages potentiellement libres. Comme un calque sur lequel je peux placer des trucs à venir comme voir Richard dans son fief (héhé…), inviter mon pote Régis (si, si…!).

Ou me mettre un peu de pression pour écrire mes Goncourt(e)s…!

L’interface a été débarrassée de tas de trucs moches (…à mes yeux s’entend…!) et s’adapte toute en légèreté au grand écran du iPhone. Sans oublier plein de gestes pratiques et, disons-le, naturels.

Usages de base sacrément améliorés

Car c’est aussi pour cela que cette version 3 est épatante, elle est devenue évidente à employer ! Au lieu de se perdre dans une interface pour initiés, et – paradoxe – en ne changeant pas de ligne fonctionnelle, l’application s’offre enfin à nos/mes usages.

En copies d’écran :

reduc-450

Au départ, une liste de trucs à faire sans plus, chaque item peut recevoir une explication… Mas par que…!!

reduc-450

Cette liste peut s’agencer, histoire de, basiquement, aider à s’organiser…

Ceci n’est que l’écume du produit…!

reduc-450

Une série discrète d’icônes permet d’ajouter des mots-clés (notez que le produit est bien en français…) mais aussi une date…

reduc-450

Et c’est ici, Mesdames et Messieurs, que les athéniens s’atteignirent…! Mais ne serait-ce pas mon calendrier…?

Bien entendu, une échéance, ça se déplace… au doigt… Mais il est aussi possible d’ajouter des cases à cocher…

reduc-450

Chaque proposition pouvant être déplacée… Au doigt toujours…

reduc-450

Et cette liste peut être convertie (je vais y revenir), dupliquée ou… partagée…

reduc-450

Ici, vers Drafts mais cela pourrait être vers Messages… Notez que c’est très clair…

reduc-450

Les trucs terminés sont archivés, les projets « flous » seront lancés le jour venu…

reduc-450

L’activation de la synchro, de Siri ou de l’accès au(x) calendrier(s) s’effectue par les réglages…

Conversion d’une simple liste en Projet

Les copies d’écrans précédentes ont été effectuées la veille.

Ce matin…

reduc-450

Things me signale ce que j’ai prévu de faire… dont ce billet qui se présente comme une longue suite de cases à cocher (…ne pas oublier d’évoquer tel ou tel point…!). C’est le moment de tester la conversion en Projet.

reduc-450

Si il est devenu facile de caser des trucs à “envisager” de faire dans un calendrier, c’est également cette conversion en Projet qui est astucieuse avec une option visuelle déjà aperçue ailleurs1, celle du cercle qui se remplit au fur et à mesure que des étapes sont validées.

Ce système fonctionne aussi bien pour vos courses que pour un projet plus complet, rédiger ce billet en évitant d’oublier certains points, etc. Parfait pour les distraits à forte tendance Alzheimer…!

En guise de conclusion provisoire

Il est clair que la réflexion qui a conduit à cette refonte m’a séduite L’aspect usine à gaz insipide bien que puissante enfin gommée, je redécouvre l’intérêt d’un tel produit au quotidien. Bien entendu, Things n’est pas le seul produit pour s’organiser, certains concurrents sont en train de finaliser leur nouvelle version.

Mais, trop souvent, sans avoir compris qu’il était temps de revenir à une interface “évidente”. Sur ce point, Things fait un “sans faute”.

les utilisateurs de Wunderlist seront ravis d’apprendre qu’il existe un convertisseur de données pour importer leurs précieuses fiches !
Je dis ça, je dis rien…

Bon, Il me manque un mode nuit, un peu de Markdown, TextExpander mais le bon côté est que les exports via x-callback-url depuis Drafts ne bougent pas (je rêve déjà une action pour expédier aussi une liste de cases à cocher depuis Drafts, mais ceci est une autre histoire !).

Converti… à nouveau.

Et, en plus, c’est beau !

Pour finir, j’ai tout de même souscrit (je suis faible) à la version iPad même si la différence de prix me semble un poil exagérée. Mais, à la réflexion, je n’oublie pas le temps long du produit et un point que nombre d’entre-nous omettons, le dispositif de synchronisation qui fonctionne remarquablement bien.

Se souvenir que le prix actuellement affiché est de moins 20% jusqu’au 25 Mai, un prix de lancement pour les anciens utilisateurs mais aussi pour ceux qui seraient tentés dans l’intervalle.

le 20/05/2017 à 10:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Scripts pratiques, Drafts iOS et assistance à la saisie

Laisser la personnalisation de la barre additionnelle au rédacteur (bis repetita)

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | grospod | outils | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je reste un utilisateur inconditionnel de Ulysses, de Day One 2, d’Editorial et toujours de Byword comme de iA Writer. Et j’écris ça1 comme toujours sous Drafts 4…! Pire, sur un iPhone 7 plus, tranquillement dans mon lit après avoir fait un aller et retour au marché ce matin.

Pourquoi ce nième billet ?

À vrai dire, je me le demande aussi…! Trêve de déconnade, la raison est fort simple2

Comme j’écris sur un iPhone3 sans clavier externe (et donc sans raccourcis clavier genre commande-quelque chose), j’aime avoir au dessus de mon clavier tactile les trois cases prédictives et, encore au-dessus, une ligne infinie d’actions regroupées dans une barre additionnelle4. En mode Lasagne…

Cette ligne est dite infinie (mais j’évite…!) car elle glisse horizontalement et donc contient bien plus d’actions (regroupées par groupes utiles — relire mes précédents billets) que la largeur de l’écran en usage ne l’affiche…

Et donc, tous les mois (…au lieu de m’abonner aux fils RSS ad hoc…), je jette un œil aux scripts disponibles dans la Home | Drafts Action Directory et vais faire mon marché en puisant dans les derniers ajouts.

Car l’un des secrets de Drafts est bien cette base de scripts utilisateurs qui permet d’ajouter des actions que l’on peut lancer soit via les panneaux adéquats… Soit depuis cette barre additionnelle personnalisée aux petits oignons (et immédiatement disponible sur tous mes écrans iOS, iPad et iPhone via la synchronisation…).

…Si je suis fan de Ulysses pour y gérer mes projets et feuillets, sur le plan de l’écriture pure, y a pas photo. Drafts domine de la tête et des épaules… Même si c’est une application de notes…!

L’intérêt de cette bibliothèque de scripts (j’ai déjà du l’écrire 20 fois au moins) est souvent de dénicher une action pratique qui va me faire gagner un poil de temps chaque jour, temps que je vais pouvoir employer à marcher, glander5, rêver, regarder au loin !!!

reduc-450

Aujourd’hui ce sont deux scripts pour déplacer le curseur en début de paragraphe. Ou fin de paragraphe.

C’est rien et c’est aussi énorme pour mon usage.

Certes, ce qui me manque dans Drafts, c’est une coloration syntaxique à la Bear ou à la Ulysses justement. Mais la personnalisation de la barre additionnelle dépasse largement en terme de confort le fait d’avoir des balises colorées…!

C’est tout…

Note de fin : Je répète plus, ne liste plus le nom des applications en fin de billet (avec un lien vers l’Apple Store) car cela est perçu comme la démarche d’un méchant site qui cherche qu’à se faire plein d’oseille… Grosse fatigue…!


  1. Bien entendu, le billet fini est exporté vers DropBox puis réouvert et complété, relu, amendé sur mon vieux Mac et publié avec les copies d’écrans s’il y en a… 

  2. à ce propos, vous avez échappé à un billet long que j’ai poubellisé et qui évoquait, en gros, la même problématique mais sous un angle différent (et chiant). 

  3. urbanbike | Usages | En passant, pourquoi mon iPhone est devenu ma machine à écrire…! 

  4. urbanbike | Usages | Drafts et barre additionnelle sur iPhone 

  5. la notion de productivité ne me concerne plus… mais cela peut être également vu comme tel…! 

le 02/04/2017 à 13:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

LastQuake, une app iOS pour s’informer en continu sur les séismes

Suivre les séismes en direct mais également fournir des informations et des photos…

dans ailleurs | bosser n’importe où | grospod
par Jean-Christophe Courte

En écoutant l’émission de Mathieu Vidard, la tête au carré en replay via Castro: Podcast Player, je suis tombé sur un thème qui m’interpelle : Les séismes et leur prédiction. Suivant l’actualité transalpine, je sais à quel point ces évènements peuvent être dévastateurs et mortels…

Fin 2016, j’avais évoqué une app dédiée, cf. urbanbike | Epicentral+ 1.5 indique les séismes sous iOS 10, Epicentral+.

Or lors de cette émission, il était question de LastQuake, une app également à charger gratuitement sur vos smartphones de l’EMSC (ici, l’adresse de leur site internet)…

En copies d’écran, quelques explications de base…

reduc-450

Hormis indiquer votre localisation et, si vous le souhaitez, votre mail (uniquement si vous souhaitez participer), l’app vous renseigne sur l’actualité immédiate…

reduc-450

Près de chez vous ou …nettement plus loin…

reduc-450

Dans tous les cas, les témoignages de ceux qui ont ressenti les secousses (et participé) et une carte avec leur position ainsi que celle du séisme…

reduc-450

Bref, cela ne va pas vous demander un effort monstrueux pour vous approprier cet outil et vérifier ce qui se déroule pas très loin de chez vous

reduc-450

Nb : oui, ça tremble même en France et un premier avril…

le 02/04/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?