Urbanbike

Recherche | mode avancée

iPhone 11, Stylus et Drafts

Écrire à la main sur un petit écran et avec un stylet Wacom

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Avertissement1 : ça me reprend, je reste persuadé que je rédige mieux quand j’écris à la main2. Si mon iPad Pro rapporte Nebo, ce successeur de Stylus, j’apprécie énormément le iPhone au quotidien. Billet démarré sur twitter

Écrivant sous Drafts et venant de remodeler mes barres additionnelles, je me suis — à nouveau — posé la question de l’écriture manuscrite sur mon iPhone.

reduc-450

Déjà, retrouver un stylet Bamboo de chez Wacom dans mes affaires, activer Stylus (…qui reste à demeure sur cet écran !) et me voilà reparti dans mes idées fixes, la reprise de la calligraphie sur iPhone !

Alors je ne sais pas qui a le plus évolué, certes pas Stylus qui est au rayon des produits arrêtés mais la surprise — sous iOS 13.3.x — est que cela fonctionne de manière plus qu’honorable.

Bien entendu, au cours des années qui viennent de s’écouler, ma propre pratique s’est pas mal améliorée. J’écris un peu mieux, Nebo arrive à me comprendre …là où parfois j’ai du mal à me relire !!

Pourtant, un point m’interpelle : pourquoi le taux de reconnaissance de Stylus sur cet iPhone est bon, voire excellent alors que je n’utilise pas (et pour cause…!) Nebo ?!

Bien entendu, j’y vois plus une meilleure pratique de ma part et non un quelconque deal entre Apple et MyScript …même si l’idée me semble géniale ! Et me conviendrait car j’ai vécu les trois ans de progression épatante de leur technologie.

Mais ce nouveau test en ce début mars 2020 me donne la pêche pour poursuivre l’expérience, à savoir utiliser de ce vieux stylet à pointe caoutchouc sur l’écran de mon iPhone 11 Pro Max en combinaison avec Drafts et feu Stylus !

Alors je ne sais pas si MyScript nous proposera une version de Nebo pour l’iPhone 12, si Apple lancera un stylet spécifique pour ce même iPhone, toujours est-il que je redécouvre depuis quelques minutes que je peux utiliser calligraphie et markdown via Drafts sur mon iPhone sans que ce soit pénible.

Cela dit, un écran un peu plus grand et une plage plus longue horizontalement pour un Nebo-Stylus m’irait bien. Mais fort de cette redécouverte, je songe déjà à paramétrer une nouvelle barre dans Drafts dédiée à l’usage de Stylus et quelques actions indispensables !

reduc-450

Aussitôt dit, aussitôt fait : ajout de curseurs de déplacement, caractère par caractère, au lieu de recréer une barre spécifique (…je suis paresseux !). Bref, ça fonctionne et cela me permet de poursuivre mon investigation.

reduc-450

Ce n’est pas ma première tentative de trouver un biais pour tester à nouveau Stylus sur iPhone mais c’est la première qui m’excite car nettement plus de bénéfices que de micro-bugs.

reduc-450

Rappel : écrire en mode vertical (portrait) est une hérésie, pas assez de place pour des mots longs. Le mode horizontal (paysage) est le plus efficace !

Silence, j’écris…!

L’énorme plus des styles à pointe caoutchouc reste leur silence comme leur autonomie ! Et pour ceux qui écrivent, ce sont deux arguments que d’aucuns semblent oublier !

Je l’ai ecrit également, j’adore Nebo mais je déteste le fait qu’il m’enferme dans son univers là où Stylus pouvait se glisser sous n’importe quelle application. Alors, hâte de voir ce que iOS 14 nous offrira.

Heureusement, comme Stylus peut encore être employé sous iOS 13, nous sommes nombreux à faire de la résistance, notamment pour la liberté qu’il offre d’écrire gros ! Les jeunes développeurs semblent oublier que l’on vieillit et qu’arrivé à un âge certain, ce qui peut être considéré comme inélégant ou inesthétique est juste indispensable à des yeux usés !

À suivre…


  1. surprise le lendemain, ce billet de Nicolas…! 

  2. je radote dans tous les cas, inutile de le souligner ! 

le 10/03/2020 à 09:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Un script pour réorganiser niveaux et contenus dans Drafts

Le retour du mode plan

dans écrire | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Rappel : J’écris mes premiers drafts dans Drafts, j’organise mes niveaux à l’aide des balises adéquates markdown que sont les # mais il m’arrive — parfois — de devoir déplacer un paragraphe qui s’articule mal avec ce qui précède pour le glisser plus loin dans ma rédaction.

Pour cela, en pied d’écran de Drafts se trouve un outil épatant pour déplacer — selon les options souhaitées — une ligne ou un paragraphe.

Si la notion de niveau existe bien avec le balisage markdown, je n’avais pas encore trouvé un script qui permette de retrouver (en partie) cette souplesse.

Naguère, quand j’employais …Word sur Macintosh, j’étais un fanatique absolu du mode Plan…!
Mais il y a prescription, c’était au milieu des années quatre-vingt…

Un script épatant…

RoyRogers, l’auteur du script évoqué précédemment dans urbanbike | Un pont entre Drafts et Ulysses est également l’auteur de « deux » autres actions récentes pour Drafts …dont Arrange MD Blocks | Drafts Action Directory.

Ces deux scripts justifient (…mais pas qu’eux) le passage au mode Pro de Drafts.

Comme ce script a été remis à jour il y a 72 heures (…je l’avais évoqué sur mon compte Twitter), je ne résiste pas à illustrer ici-même son usage par une série de copies d’écran…

Mode Plan à la sauce Drafts

Depuis la dernière version de Drafts, la gestion du déplacement de texte a été totalement revu, renforcé et dispose désormais d’options plus que sioux !
Et c’est en utilisant ces nouvelles options que le script de RoyRogers s’avère “redoutable”…!

reduc-450

Appel du script sur un texte en plusieurs parties…

reduc-450

Bon, il est nécessaire de choisir sur quels niveaux vous souhaitez intervenir….
Si je sélectionne niveau 2, cela sous-entend que je vais déplacer « tous les niveaux inférieurs » mais également « leurs » paragraphes liés…

reduc-450

Ce qui se passe en bas de l’écran est clé… Block est bien sélectionné mais c’est ce qui est à sa gauche qui est l’une des nouveautés de Drafts

reduc-450

En cliquant sur la représentation idoine, on simplifie la vue du contenu et on ne lit, ici, que les niveaux… 2.
Il ne reste plus qu’à les déplacer car je les ai volontairement mis en désordre pour illustrer l’intérêt de ce script…!!

reduc-450

Simple non…?!

reduc-450

J’insiste sur le fait que cette petite icône “Edit” associée au mode “block” qui rendent ensemble ce dispositif possible…

Commandes optionnelles

Pour finir, sachez que si vous effectuez un glissement du doigt horizontalement
à gauche, trois options :

-Dupliquer (le duplicata du niveau se place immédiatement en dessous de la source) ; - vers le haut (le niveau et “tout son contenu” remonte « tout » en haut du document) ; - vers le bas (le niveau et “tout son contenu” descend « tout » en bas du document).

reduc-450

à droite :

  • supprimer (le niveau et “tout son contenu” disparaissent).

reduc-450

Bref, je suis heureux d’avoir accès à ces scripts qui me permettent de réorganiser mes textes en cours de route dans Drafts.

C’est tout et, à nouveau, un grand merci à RoyRogers…!!

À suivre…

le 03/03/2020 à 20:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Un pont entre Drafts et Ulysses

Votre note structurée dans Drafts découpée en autant de feuillets dans Ulysses

dans dans mon bocal | écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

Écrire sous iOS me conduit à déplacer mon texte en cours de rédaction d’un outil vers un autre. Je l’ai déja mentionné dans mes billets dans Urbanbike.

MyScript Nebo si j’emploie mon iPad, le pivot restant Drafts dans tous les cas de figure.

Mais pas mal de projets me conduisent à utiliser ces prochains mois Ulysses. Or, ce matin, je tombe sur un — nouveau — script qui répond à mes futurs besoins.

S’il est facile dans Drafts de créer des pages séparées, de les regrouper en une seule page, transférer cette page unique vers une autre application est également aisé.

Mais c’est se priver de la gestion multi-pages de Ulysses. Hormis transférer une à une mes notes depuis Drafts, c’est un poil répétitif.

Ce matin donc, nouvelle surprise concoctée par RoyRogers (que je ne connais pas) : un script qui prend en compte les niveaux markdown # pour découper en autant de pages — à l’arrivée — le texte initial dans Ulysses.

Autant faire simple : illustration.

Tout d’abord, dans Ulysses, état des lieux…

reduc-450

Ensuite, dans Drafts

reduc-450

Le texte structuré en Markdown… Il ne reste plus qu’à lancer le script …qui ouvre une fenêtre…

reduc-450

Le découpage…?
Vous le réalisez à partir de quel niveau…?

Une fois validé (OK), vous allez assister à des aller et retours entre Drafts et Ulysses
Avec, à la fin, ceci…!

reduc-450

Un “nouveau” dossier a été crée dans Ulysses et son nom correspond au premier niveau du texte initial dans Drafts… (On suit…?)

reduc-450

Idem pour les feuillets crées dans Ulysses

reduc-450

Bien entendu, tout le balisage Markdown du document est conservé…

Et le script « épatant » pour réaliser cela les doigts dans le nez ?!
Split to Ulysses | Drafts Action Directory

C’est tout. Merci RoyRogers…!!

le 03/03/2020 à 11:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Sur iPad Pro, Nebo, Lasso et Dico !

Une version Pro bien pratique au quotidien

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Peu à peu, MyScript Nebo — version 2.5 — a fini par s’imposer dans mon quotidien …dès que j’emploie mon vieux iPad Pro1.

Le taux de reconnaissance de ma propre écriture manuscrite tutoie les 100 %…!

reduc-450

L’absence du mode nuit est comblée par une astuce2 décrite il y a longtemps (fin 2018) en employant l’inversion intelligente.

reduc-450

Et puis, ces derniers temps, Nebo propose un Lasso bien pratique pour déplacer des pans entiers d’une saisie manuscrite d’un emplacement à un autre, voire vers un autre fichier.

Les exports se sont musclés avec une option PDF (…seul regret, pas la possibilité de générer également un PDF de la saisie manuscrite de départ : seule la version texte est disponible, ce qui est à la fois fort logique …mais j’avoue qu’exporter une copie de ma propre calligraphie m’aurait également convenu !).

reduc-450

Je ne reviens pas sur les diagrammes ou l’écriture de formules mathématiques mais sur une nouveauté bien pratique disponible depuis peu, à savoir la liste de nos mots usuels.

reduc-450

Attention, pas question d’enregistrer des ensembles de plusieurs mots mais juste des mots.

J’ai néanmoins essayé des mots composés comme Aix-en-Provence ou Belle-île-en-mer, voire des hastags comme #EthnologueChezSoi et cela semble fonctionner même si l’idée n’est pas de remplacer (sic !) ici l’option… “Remplacement” disponible dans les préférences Clavier mais bien de sécuriser l’orthographe de termes peu usuels que l’on emploie habituellement, genre… Markdown ou MultiMarkdown dans mon cas.

reduc-450

Cela sous-entend néanmoins de les calligraphier correctement dans Nebo, pas de raccourci d’écriture en ce cas…!

Si le dispositif peut sembler rudimentaire, il s’avère fort efficace pour des termes spécialisés ou hors dictionnaires.

Bref, tout ceci concourt à une saisie plus rapide et, surtout, plus juste qui, ne l’oublions pas, est effectué au stylet Apple directement sur l’écran des seuls iPads Pro.

Si j’ai bien tout suivi, Nebo est désormais gratuit pour un usage d’écriture de base.

Mais je pense que, raisonnablement, tout utilisateur enthousiaste n’hésitera pas à s’offrir la version dite Pro pour bénéficier du confort de ces options.

Pour ma part, l’utilisation de MyScript Nebo précède généralement celle de Drafts quand cela est possible, mes premiers jets, mes amorces de billets, mes notes à destination de Day One journal + mémoire démarrent ici, le balisage markdown étant ajouté ensuite …même s’il est possible de notifier les niveaux avec force dièses dessinés à la main.

Il me tarde qu’Apple nous propose un iPhone 12 avec un écran un poil plus grand et supportant à son tour un stylet. Et que les développeurs de Nebo accompagne cela avec une version spécifique.

En conclusion…!

Si vous employez un iPad Pro et avez investi dans un stylet (l’Apple Pencil), vous n’avez plus aucune excuse pour essayer Nebo désormais ! Seule la version Pro est payante.

Pour ma part, je le redis à nouveau, j’ai de plus en plus de plaisir (…ce mot n’est pas exagéré) à prendre mes notes à la main, en l’absence de tout clavier même s’il est possible, à tout instant, de le convoquer dans Nebo.

Mes quelques lecteurs doivent être fatigués de me lire et tresser les louanges de l’écriture manuscrite sur iPad !

Reste — un jour — à substituer à feu Stylus (app abandonnée du même éditeur) et donc à proposer, via Nebo, un clavier universel (une zone d’écriture à vrai dire) pour écrire à la main sous n’importe quelle application…

Quitte à demander à l’utilisateur de régler cette option attendue via un achat séparé.

À suivre !


  1. sans iPad, c’est directement Drafts sur mon iPhone 11 Pro Max, CQFD. 

  2. urbanbike | Utiliser Nebo en mode nuit sur un iPad 

le 01/03/2020 à 18:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Nebo sur un vieil iPad + batterie fatiguée !

En version carnet …d’une unique note…!

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Au quotidien, j’ai cessé d’employer MyScript Nebo autrement que comme simple outil de prise de notes.
Pas de diagramme, de formules mathématiques1, juste l’écriture manuscrite de textes qui serviront de trame à des humeurs ou des billets.

Depuis quelques mois, mon mode opératoire est des plus …rudimentaires :

  • Une seule page dans l’application que je calligraphie tranquillement avant de l’exporter vers Drafts. Puis, une fois à destination, page de travail que je supprime quand j’en démarre une nouvelle…
  • Sans oublier le mode inversion intelligente actif à défaut de mode nuit.

Du coup, Nebo fonctionne toujours comme un carnet, mais un carnet constitué d’une unique page, une page infinie !

J’ai pris peu à peu cette habitude car le niveau de reconnaissance de ma propre écriture tutoie les 100 % alors que ma fidèle app Stylus me fait régulièrement des farces.

Bien entendu, j’aimerais une version clavier de Nebo pour remplacer Stylus mais j’ai fini de rêver.

Ensuite, écrire une page infinie — comprendre “écrire un seul billet” à la fois — n’est pas mal du tout.

Certes, pas toujours de sauvegarde vers le Cloud …mais dans la mesure où cette prise de notes s’effectue généralement en une paire d’heures et que cette saisie manuscrite est transférée illico vers Drafts2, ça m’amène à ne pas tarder. Bref, un véritable premier jet pour le coup…

Pour ajouter à l’urgence, prenez en compte que l’icône de charge de mon iPad décroît rapidement dès qu’il n’est plus alimenté.
Comme moi, il se fait vieux…!

Pas question pour autant de changer d’iPad ou de batterie : dans les deux cas, l’opération semble ruineuse !

Mais, étonnamment, j’apprécie cette prise de notes express où le temps semble compté.

reduc-450

Écriture continue !

Et comme je ne dois pas attendre, contrairement à Stylus, de relire la ligne calligraphiée interprétée en caractères d’imprimerie avant de reprendre la suite, que Nebo supporte mes longues tirades manuscrites sans sourciller, je retrouve curieusement le sentiment d’écrire sur un carnet papier …sauf qu’il s’agit bien d’un écran et d’un Apple Pencil de première génération.

Bien entendu, j’aimerais disposer d’un écran plus performant en terme d’autonomie ! Mais celui-ci, bien qu’utilisé depuis des années (mai 2016), tient encore la route3 hormis ce problème de décharge qui s’accentue, trimestre après trimestre.

Alors je m’adapte même si j’ai envisagé un basculement vers un iPad Pro standard ou, carrément, un iPad mini.

Pour revenir à la sauvegarde sur le Cloud, nous ne sommes pas — dans Nebo — sur du fichier texte qui ne pèse quasiment rien …mais bien sur la sauvegarde d’un fichier qui ressemble de facto à une page manuscrite avec tous les glyphes.
Et ça, ça pèse lourd…! Aussi l’expédier aussi sec vers un traitement de texte Markdown me semble naturel.

Bref, ce court billet pour rappeler que Nebo est un superbe outil même sur un vieil iPad Pro, qu’une version clavier de Nebo …à la Stylus serait géniale — ainsi qu’un mode nuit. Pourtant, ce qui me surprend, c’est l’absence d’informations sur l’app comme sur l’éditeur !

Ben alors…?


  1. ma culture des équations est proche du néant ! 

  2. qui, lui, sauvegarde rapidement le fichier texte (léger) qu’il vient de réceptionner… 

  3. supporte iOS 13.3 

le 18/02/2020 à 17:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Faites lire votre iPad ou iPhone

Quand vos yeux vous trahissent, un dispositif à mettre en place rapidement…

dans dans mon bocal | grospod | lire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Un récent billet touche à tout sur urbanbike — urbanbike | Lecture de livres au format ePub …avec dictionnaire sous iOS — a attiré l’attention d’une amie et j’ai reçu une demande hier soir pour revenir sur le motif mais sans me disperser1…!

Du coup, j’ai commis ce matin quelques copies d’écran en démarrant des Préférences de l’iPhone et en tachant d’indiquer les points indispensables de Accessibilité à prendre en compte …avant de poursuivre dans Livres (Books) pour répondre succinctement à cette option bien pratique de faire lire son iPhone ou iPad.

…pour des raisons pratiques, j’ai opté pour des copies d’écran sur mon iPhone, plus compactes en taille.
Et ajouté quelques éléments par dessus pour indiquer où agir…

reduc-450

Options d’Accessibilité

Voilà un pan entier de votre iPhone qui généralement vous échappe et qui mérite une exploration.

Dans le cas de la personne qui m’a contactée, on a sensiblement les mêmes soucis, celui de la fatigue oculaire2 due à notre âge.

Bref, une fois dans Accessibilité et sa liste d’options, se rendre dans un second panneau nommé Contenu énoncé.

reduc-450

Vérifiez si les options qui sont cochées sur la copie d’écran sont identiques dans votre configuration… puis rendez-vous dans Voix qui est l’autre pan clé de ce billet.

reduc-450

Car, tant qu’à écouter nos livres être lus par nos écrans, autant que cela le soit avec une voix agréable et avec les bonnes intonations.

Pour l’anglais (qui sert d’exemple), chaque territoire sur cette planète a des accents spécifiques et c’est à vous d’opter pour tel ou tel.

reduc-450

Choisissez — de préférence — des voix généreuses et subtiles, des versions premium.

reduc-450

Souvenez-vous vous vous pouvez tester chaque voix sans quitter ce panneau et ralentir ou accélérer le débit de la voix synthétique.

Ensuite ?

Dans Livres, un balayage à deux doigts écartés (ça se travaille !!) pour lancer le dispositif.

reduc-450

Bon, ici, je change de langue vu que je lis/écoute l’excellent Breviario de historia de Espagña des soeurs Lara (Maria y Laura Lara), ouvrage chaudement recommandé par ma fille…

reduc-450

Au bout de quelques secondes, la fenêtre s’estompe…

reduc-450

…mais vous pouvez retrouver un accès en haut à gauche de votre écran, l’afficher a nouveau, etc.

reduc-450

Ensuite ? À vous d’expérimenter, relancer, recommencer !

À la fin de chaque chapitre, le dispositif peut s’interrompre.
Si vous avez installé plusieurs idiomes, la voix synthétique peut changer en fonction de la langue.

Dernier point, ça fonctionne aussi dans Safari, pratique pour se faire lire son journal du jour ou une page web !


  1. urbanbike est un ensemble de notes en partage… 

  2. rien à voir et c’est pourquoi j’use et abuse des notes en bas d’écran pour m’égarer, j’ai découvert sur les photos de Claire Brétecher qui ont circulé suite à son décès que nous avions ce souci identique de …divorce de nos yeux (façon subtile d’évoquer ce truc qui dérange ceux qui vous découvrent pour la première fois, ce strabisme divergeant !). Cela n’est pas un dysfonctionnement du seul XX°, un certain Rembrandt — urbanbike | Rembrandt, c’est louche…! — avait, dit-on, ce problème. 

le 13/02/2020 à 10:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

L’épatant traitement de texte Editorial mis à jour…

Une version inattendue qui corrige quelques dysfonctionnements

dans écrire | grospod | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Le bavardage qui suit n’intéressera que les utilisateurs d’Editorial

L’arrivée inattendue d’une nouvelle version de Editorial le 07 février m’a rempli de joie. Pendant 24 heures, je me suis à peine forcé à n’employer que cette nouvelle mouture, retrouvant mon compagnon d’écriture des années 20131. Problème : mon enthousiasme s’est rapidement épuisé, et c’est bien cela qui m’a surpris …bien que l’app fonctionne sans soucis (oui, je fais dans la rime riche !).
« Ben alors ?! » …en résumé.

reduc-450

Si Editorial tourne sous iOS 13.x, tant sur mon vieux iPad Pro 12,9 de première génération que sur mon récent iPhone 11 Pro Max ; si j’apprécie ce petit cercle qui entoure désormais le curseur lors d’un appui prolongé sur la barre d’espace pour s’assurer de son placement, globalement Editorial a perdu — à mes yeux — une partie de son épatante avance.

Notez que cette mise à jour comme les précédentes est gratuite pour les utilisateurs, ce qui est remarquable en ces temps.

Editorial ext un fabuleux traitement de texte multi-formats (Fountain, Task Paper, JavaScript, HTML, CSS et markdown, excusez du peu…), sa bibliothèque d’actions (…enfin, celles qui étaient à demeure sur mes deux versions sous iOS) fonctionne pour autant que j’ai pu le constater. Et doté d’origine d’un thème sombre…

reduc-450

Néanmoins, bien qu’heureux de remettre les doigts dans son élégante interface, j’ai rapidement retrouvé quelques limites qui expliquent pourquoi, pour mon usage au quotidien2, j’ai migré vers Drafts malgré d’indéniables qualités.

En vrac, cela se résume en une série de points :

  • l’interface de Editorial diffère entre iPhone et iPad. Si ce choix se défend, la disparition des snippets sur grand écran ne se justifie pas véritablement. Inversement, le non affichage de la ligne de bookmarks sur l’iPhone a du sens.

reduc-450

  • l’unique barre additionnelle (réduite sur iPhone et laissant une place à l’icône snippets sur ce dernier) offre certes plus d’options dès lors que l’on procède à un appui prolongé. Néanmoins, impossible d’organiser cette dernière comme sur ia Writer par exemple. Même Ulysses offre plus d’options avec le seul défaut d’être non paramétrable. La possibilité d’empiler plusieurs barres additionnelles de taille variables dans Drafts me semble une solution nettement plus confortable pour mon usage …mais je suis de parti pris.

reduc-450

  • le choix de l’hébergement des fichiers sur DropBox me pose souvent des problèmes de synchronisation. J’avoue préférer désormais l’utilisation du Cloud d’Apple qui me semble nettement plus réactif à l’usage. Voire quasi instantané. Ceci ne concerne que des utilisateurs qui, comme moi, passent fréquemment d’un écran à un autre.
  • Mais le plus agaçant à l’usage reste la non synchronisation de mon interface de travail. Editorial n’est pas le seul à ne pas synchroniser ce qui se passe sur iPad vers l’iPhone et réciproquement, ia Writer demande à adapter sa barre additionnelle sur chaque écran. J’en reviens à nouveau à Drafts qui gère simplement ce problème en synchronisant instantanément sur tous mes écrans tout changement, que ce soit au sein des barres additionnelles, des actions et scripts, des documents et, bien entendu, des workspaces vu que ces derniers emploient les tags associés à chaque fichier pour les ranger correctement. Du coup, je retrouve strictement le même environnement sur iPhone, iPad et même Macintosh quand j’emprunte le MacBook Air de ma fille qui est sous High Sierra et supporte Drafts.

reduc-450

  • Certes, les actions peuvent être regroupées sous des tags communs mais ça reste peu pratique à l’usage (…avis personnel :je suis plus visuel, j’aime les icônes que l’on ne retrouve que sur la version iPad de Editorial en haut d’écran…).

reduc-450

  • A contrario de ia Writer qui a fait le choix d’une palette limitée de typos mais particulièrement efficace, Ulysses et Drafts laissent aux utilisateurs la possibilité d’installer des polices de leur choix en plus de celles disponibles. Certes, la palette proposée par Editorial est agréable mais réduite.
  • Pas si anecdotique dans ma pratique, je reste un utilisateur quotidien de Stylus (l’app qui précédait Nebo chez MyScripts) pour écrire à la main. Là également, c’est peu stable sur Editorial alors que cette vieille app (désormais retirée de l’AppStore) fonctionne sans soucis sous Drafts, Ulysses et ia Writer. Je le signale en passant.
  • Si j’ai définitivement troqué mes raccourcis TextExpander pour ceux d’Apple, je dois reconnaître que Editorial est particulièrement adapté avec deux options pour les afficher (affichage des raccourcis disponibles après saisie de un ou deux caractères). Drafts permet de les intégrer dans les actions si besoin là où ia Writer les bannit.
  • le Folding (affichage ou masquage) des niveaux markdown reste l’une des fonctions pratiques de Editorial avec la possibilité comme sous FoldingText sur macOS de ne lire que le mode plan et son contenu.

reduc-450

  • Autre fonction remarquable de Editorial, l’utilisation d’une zone sensible dans la marge de l’écran pour déplacer par simple touché-déplacé un paragraphe où l’on le souhaite. Drafts propose une option identique mais en activant un mode spécifique …qui masque temporairement le balisage markdown.

reduc-450

  • le dispositif pour construire des actions dans Editorial reste à destination des véritables et purs codeurs, ce qui n’est pas un problème pour ces derniers mais un frein pour des utilisateurs lambdas (j’en suis un…!!).

reduc-450

  • J’apprécie également l’accès immédiat à une prévisualisation de mon texte…

reduc-450

  • Ou encore l’accès au Web en restant dans Editorial

Ces points (il y en d’autres) décrits ci-dessus peuvent être considérés comme du pinaillage par nombre de personnes qui préféreront n’employer que des outils standards bureautique et ne voient pas ce que le balisage markdown peut leur apporter.

Pour ma part, écrivant quasiment tous les jours, je suis sensible à retrouver le même environnement sur mes écrans. Mais également de me laisser libre de déployer les fonctions qui me conviennent dans l’ordre que je souhaite, a fortiori masquer toutes celles que je n’utilise pas.

Et, bien entendu, me permettre ensuite d’exporter (…via un simple appui sur une icône dédiée dans la barre additionnelle de mon choix) mes textes vers tel autre traitement de texte (Ulysses, Day One…), voir vers Twitter ou iThoughts, sauvegarder vers Box ou DropBox, envoyer le contenu vers Messages ou Mail.

Du coup, la question est : est-ce qu’il y aura un de ces quatre une version totalement réécrite de Editorial pour répondre aux limites que je trouve à la version actuelle…?

Il est vrai que si je n’utilisais qu’un unique écran sous iOS, cette question de la synchronisation ne se poserait pas plus que celle de de l’environnement variable du travail et ce billet …inutile…!

Rappel : ces remarques sont à prendre avec de gosses pincettes, l’utilisateur que je suis a vieilli (groumphhhh…!) et n’a plus les besoins d’il y a …sept ans.

Bref, pas déçu, agréablement surpris d’avoir accès à une version iOS 13. Mais vu la qualité du développeur, je reste sur ma faim.

C’est tout…


  1. relire… urbanbike | Editorial, une réelle révolution ? 

  2. j’insiste sur le… mon usage, ce billet est une réflexion personnelle partagée avec les lecteurs de passage. 

le 11/02/2020 à 21:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?