Urbanbike

Recherche | mode avancée

Installer matériel et connexions | 3 | le choix d’un bon opérateur professionnel pro

La chronique du Lundi

dans bosser n’importe où | signé lukino
par Jean-Christophe Courte

image

Évitez le « pas cher mais mal dépanné ». Les techniques à notre disposition sont fiables aujourd’hui. Informez-vous et n’hésitez pas à négocier régulièrement les prestations de votre opérateur.
Pas question de faire de petites économies pour l’installation… Évitez tout d’abord – et si vous le pouvez  une connexion RTC (réseau téléphonique commuté, c’est-à-dire téléphone normal + un modem), ou encore Numéris, deux solutions trop onéreuses et techniquement dépassées.

Séparez votre téléphone privé de celui de votre activité, ce qui vous permettra de ne pas répondre sur ce dernier en dehors des heures de bureau…
Les offres Internet + téléphone sur IP via ADSL sont les plus intéressantes. Choisissez un réseau réactif avec un service après-vente où des conseillers techniques compétents sont vraiment à votre écoute : vous êtes un professionnel et vos clients vous pardonneront rarement des incidents à répétition alors qu’ils attendent des documents, mails, confirmations…
Pour faire votre choix, consultez les sites internet des opérateurs, les forums de discussion sur le sujet et votre propre réseau de relations… Vous avez une chance inestimable : les prix du téléphone relié au Net s’effondrent. Bonne nouvelle, comme c’est votre outil de travail, vous allez pouvoir supprimer 1 à 2 zéros sur vos factures.

image

Cet extrait est tiré de Comment travailler chez soi

le 27/11/2006 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Installer matériel et connexions | 2 | Organiser câbles et connexions

La chronique du Lundi

dans bosser n’importe où | signé lukino
par Jean-Christophe Courte

image

Problème qui se pose dès qu’il faut relier un micro à des périphériques ou à internet… Surtout quand vous vous retrouvez avec une vingtaine de câbles à dompter !
Ne cherchez pas à éviter cette étape, passez du temps à organiser la face non visible de votre bureau, c’est-à-dire les kilomètres de câble qui courent au dos de ce dernier ! Et ne forcez pas les connexions !
Ne jouez pas avec votre sécurité : pas de fiches empilées les unes dans les autres mais des multiprises électriques à six ou huit entrées avec un dispositif parafoudre, histoire de se prémunir de surtensions qui peuvent être fatales à vos machines en cas d’orage… Organisez et attachez les excédents de chaque câble ou alimentation…

Bref, rangez proprement ces guirlandes de fils, gain de temps en cas d’extraction d’un périphérique et certainement l’une des meilleures manières d’éviter un élevage clandestin de moutons sous votre bureau…! Vous éviterez également lors du passage de l’aspirateur d’accrocher un câble et de tirer brutalement ce à quoi il est relié !
Aujourd’hui, le Wifi permet de se passer de câbles entre votre connexion internet et votre machine. Sauf qu’il faudra impérativement sécuriser cette liaison sans fil à moins de souhaiter la partager avec vos voisins ! Bref, question tranquillité, un bon câble Ethernet est à ce jour encore ce qu’il y a de plus efficace mais le confort apporté par le Wifi mérite que l’on s’y penche…

image

Cet extrait est tiré de Comment travailler chez soi

le 20/11/2006 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Installer matériel et connexions | 1 | Ordinateur portable selon votre activité

La chronique du Lundi

dans bosser n’importe où | signé lukino
par Jean-Christophe Courte

image

Seconde étape à ne pas traiter à la légère.
Selon la qualité de votre installation, vous travaillerez plus oui moins bien. Préférez du haut de gamme ! Plus facile à dompter…! Inutile de vous dire que les auteurs de ce livre travaillent sur Mac, les yeux fermés.
Commençons par ce premier conseil…
Ordinateur portable selon votre activité
Adaptez votre configuration à vos besoins : 100 pour 100 chez vous ou visites possibles chez le client, sur le terrain ? Avec ou sans ordinateur…

Première règle, un écran plat pour éviter d'encombrer votre bureau. Évitez le cadeau empoisonné du vieux trinitron 21” à la superbe résolution mais doté d’un encombrement et d’un poids maximal… Dans l’univers des graphistes, on nomme cela un frigo, c’est dire !
Les portables disposent d’écrans plats qui fatiguent moins les yeux. Du coup, vous allez gagner de l’espace sur votre plan de travail. Ces ordinateurs rivalisent avec les stations de travail et se replient pour être rangés facilement. Néanmoins, une station sera plus souple pour les activités liées à tout ce qui a trait à l’image. Les portables sont disponibles avec des écrans de plus en plus larges, 17” et même 19”. Côté stations de travail, un 21” ou un 30” ne seront jamais trop grands, et ce, quelle que soit votre profession. Envisagez une location sur 2 ou 3 ans avec option d’achat à la fin au lieu et place d’une acquisition immédiate avec emprunt bancaire préalable et amortissement sur quelques années. Ne pas oublier l’assurance constructeur étendue sur 2 ou 3 ans pour être à l’abri de tout souci.
Si vous devez vous rendre une fois par semaine dans en entreprise, l’emploi d’une simple clé USB de 256 Mo pour trimbaler vos données est une solution pratique, universelle et peu coûteuse… Pour les nomades, pensez à la station d’accueil : le portable fermé sert d’unité centrale, vous y connectez juste l’écran, le clavier et une souris restent à la maison.

image

Cet extrait est tiré de Comment travailler chez soi

le 13/11/2006 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Lettre ouverte d’un amoureux déçu

Très chère Pomme

dans groummphh | signé lukino
par Lukino

je me permets de t'écrire suite à l'incompréhensible absence de réaction de ton service commercial depuis plus de deux mois (j'espère qu'il n'y a rien de grave !). Rappelle-toi, je t'avais téléphoné pour te faire part du problème de batterie constaté sur notre iPod Mini, acheté au mois de mai 2005. L'appareil n'étant plus sous garantie, mais le problème étant apparu très vite après l'échéance de celle-ci, j'avais sollicité de ta bienveillance une prise en charge gracieuse et élégante du problème. Sauf erreur de ma part, ma demande a été enregistrée sous le délicieux numéro de dossier 63 96 93 93, après une longue et sympathique conversation téléphonique surfacturée.

Ne voyant rien venir, je suis allé voir mon Apple Center, qui me propose généreusement le remplacement de la batterie par tes services pour 75 euros, une paille pour une batterie qui semble devoir être changée annuellement. L'iPod est un joli gadget (j'ai également un iPod Nano à la maison — nous sommes une famille nombreuse), mais pas exactement donné, on est bien d'accord ? S'il nécessite de surcroît un entretien aussi onéreux, tu comprendras les regrets que je commence à nourrir à son endroit…

Hormis ces deux appareils, je suis l'heureux propriétaire d'un G5 — qui me donne entière satisfaction, après avoir eu un G3, un iBook, un Centris 660 AV, un Mac SE et un Mac plus. Comme tu le constates, je suis un très vieux ancien client (un fournisseur, aussi, à l'époque bénie de ton Studio Graphique, où tu conduisais une politique nettement plus dispendieuse), et je me suis toujours loué de la robustesse et de la fiabilité de tes machines (tu seras heureux d'apprendre que le Mac SE que tu m'avais royalement offert contre l'exploitation de mon projet de diplôme de fin d'études fonctionne toujours).

Aussi te saurai-je gré de ne pas me laisser sur cette désagréable impression, en faisant ce qui est en ton Pouvoir. J'aimerais continuer à entretenir avec toi cette relation affective qui a toujours prévalu entre nous, même si je crois comprendre que ton irruption dans la diffusion de masse avec tes juke-box numériques t'a conduit à une gestion moins personnalisée de tes vieux amis…

Bien à toi, ton toujours fidèle

Jacques Lucchino
Illustrateur Graphiste Multimédia

image

le 12/11/2006 à 07:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Lukino | Partager…?

Le mois du Graphisme d’Echirolles

À ne pas rater

dans signé lukino | voir
par Lukino

image

Le mois du Graphisme me donne chaque année (pardon, tous les deux ans maintenant) l'occasion d'un pèlerinage dans ma bonne vieille ville de Grenoble (limitrophe). Bien entendu, lorsque j'y habitais encore en 89 sous un statut de graphiste-illustrateur débutant et ignare, je zappais cette manifestation, pilotée par des graphistes de première bourre. Mais depuis 2002, nous organisons avec Denis Delebecque et Delphine Bonnet un raid éclair pour nous gaver les mirettes de créations exotiques ou patrimoniales, dispersés dans toute l'agglomération; on a découvert entre autres des affiches iraniennes, surprenantes de qualité et de modernité, et on s'est régalé des rétrospectives de Joost Swarte, Seymour Chwast ou Achille Mauzan… Bref, de tout ce qui peut nourrir l'appétit de graphistes et d'illustrateurs un peu regardant sur la qualité du menu.

Au programme cette année, un tour du monde avec neuf femmes graphistes et une visite du Studio Dumbar (hollandais) pour l'exotisme, des papiers découpés en noir et blanc de Justin Grégoire pour la découverte du patrimoine, un panorama de l'affiche française contemporaine pour l'émotion (hem… toute personnelle, puisque je remettrai les pieds dans mon Ecole des Beaux-Arts plus de 20 ans après…), et bien d'autres expos que je ne vais pas vous énumérer, vous n'avez qu'à aller jeter un œil sur le programme.

Si vous êtes plus malins que nous, vous vous y pointerez à l'ouverture, du 17 au 19 novembre, pour profiter des diverses conférences organisées lors des inaugurations. Mais d'autres rencontres sont programmées tout au long de ce mois qui s'étire jusqu'au 20 janvier (attention : certaines expos s'achèvent avant Noël).

Dommage, on va rater les apérographiques du moulin de Villancourt (24/11, 15/12 et 19/01)

Si Jean-Christophe insiste un peu, je vous ferai un compte-rendu de la visite début décembre…

le 10/11/2006 à 07:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Lukino | Partager…?

Préparer son espace | 7 | Avertir voisinage et bureau de poste…

La chronique du Lundi

dans bosser n’importe où | signé lukino
par Jean-Christophe Courte

image

Vous n’êtes pas au chômage, vous êtes en plein boulot…
Votre nouvel espace de travail c’est chez vous mais aussi autour de chez vous…
Prenez le temps d’attendre un matin le sympathique préposé au courrier pour lui demander très gentiment de remplacer les 30 secondes d’écriture d’un avis de passage par un coup de sonnette… En parlant de poste, passez-y également et annoncez la couleur, c’est-à-dire les divers noms que peuvent revêtir les missives que vous recevrez. Ne nous remerciez pas, c’est du vécu.

N’hésitez pas à faire comprendre à vos voisins que les bruits suspects dans votre appartement sont produits par votre micro et que la musique est juste d’ambiance… Bref, communiquez un peu avec les gens qui sont dans vos parages. Cela peut même créer des contacts nouveaux avec le voisin qui fait la tête alors qu’il n’est que timide…
Mieux encore, vous risquez de découvrir que vous n’êtes pas le seul à travailler ainsi. Effectuez le tour de votre quartier, prenez les horaires de la poste, dénichez une papeterie, regardez si le libraire n’a pas une photocopieuse, listez tous les petits restaurants du quartier. Vous allez même découvrir un coursier, un vendeur de thé, un espace de remise en forme. Bref, investissez aussi l’extérieur de votre bulle…

image

Cet extrait est tiré de Comment travailler chez soi

le 06/11/2006 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Préparer son espace | 6 | Établir des règles avec les proches

La chronique du Lundi

dans bosser n’importe où | signé lukino
par Jean-Christophe Courte

image

N’hésitez pas à dire et à redire : je travaille, je travaille, je travaille…
Ok, vous bossez chez vous… Ce n’est pas une raison pour venir vous casser les pieds à tout instant sous le fallacieux prétexte du « oui, mais comme tu es là… »… Et alors  ?!
Il va falloir entamer une très sérieuse campagne d’explications dans votre entourage immédiat. Oui, il y aura quelques personnes froissées mais cette phase de communication est indispensable pour la réussite de votre projet…

N’hésitez pas à redire dix fois les choses : c’est fou comme certaines personnes mettent du temps à comprendre ! Mais n’oubliez pas de respecter vos propres règles, sinon vous n’êtes pas crédible.
Et c’est facile à vérifier : la demande de service continue ou la confession téléphonique permanente sont les signes indiscutables que vous avez fait un flop !
On commence par les mômes et on finit par toute la famille comme les amis. D’où l’importance d’une porte entre votre bulle et le reste de l’habitation… Marquez votre espace, fermez la porte, placez une grosse étiquette : « Do not disturb »… Bon, les petits ont un peu de mal à s’habituer mais cela vient et ce n’est pas désagréable d’avoir une bise de ses enfants… Quand au conjoint qui s’étonne de ne pas avoir le repas du soir prêt en rentrant du boulot, proposez-lui de s’y employer au lieu de s’affaler devant la télé !

image

Cet extrait est tiré de Comment travailler chez soi

le 30/10/2006 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?