Urbanbike

Recherche | mode avancée

Windy Maps 2 sous iOS, premier test brut de fonderie…

Le retour de Moves…?

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | mémoire | usages
par Jean-Christophe Courte

Pour circuler en voiture, même si Apple Plans ou ViaMichelin : GPS, Trafic, Iti sont des solutions intéressantes, je reste obstinément calé sur TomTom GO Navigation.

Coté circulation en ville, en mode découverte, je suis un inconditionnel de MAPS.ME – Cartes et itinéraire : pas besoin de GPS dès lors que la carte de la région a été préalablement chargée, le wifi local suffit pour se positionner.

J’ai évoqué abondamment cette application, et plus encore depuis la disparition de Moves qui, lui, permettait de conserver une mémoire du trajet emprunté.

Bref, MAPS.ME me satisfaisait parfaitement jusqu’à hier soir…!

En effet, tout pourrait changer avec cette nouvelle version 2.0 proposée par les développeurs de l’épatante application météo Windy.com - Météo & Radar, Windy Maps, application qui tourne sous iPhone et iPad.

Premiers essais

Préalable : Ayant déjà un compte gratuit chez Windy.com, je l’ai également activé pour Windy Maps. En effet, cette dernière application permet de conserver lieux et itinéraires…

Première étape avant même de l’utiliser, télécharger au moins une première carte…

reduc-450

Une fois cela effectué, vous pouvez déjà faire le tour du pâté de maison ou de votre quartier en utilisant le mode Traqueur. Ni plus, ni moins qu’un suivi de votre parcours. Exactement ce que je souhaite quand je découvre une ville et que je me perds volontairement dedans…!

Avec ma fille, nous sommes allés nous balader dans le centre de Aix…

reduc-450

Le tracé dépend de la position des bornes et, en agrandissant le contenu de l’écran (notez la présence discrète d’un petit slider sur la droite de l’écran qu’il suffit de déplacer verticalement…!), ce dernier n’est pas linéaire mais amplement suffisant pour se restituer…

reduc-450

Pas mal d’informations sont engrangées sur le trajet effectué…

reduc-450

Au retour, vous pouvez enregistrer votre parcours si besoin est…

reduc-450

Pour les initiés, Béchard est l’un des meilleurs fabricants de calissons (Merci à Perrine pour le conseil…!)

Si vous avez un compte, vous pouvez ranger cet itinéraire dans un dossier…

reduc-450

Mais Windy Maps vous permet aussi de trouver un itinéraire.

Tiens… Et si demain nous allions à pied à la fondation Vasarely…?

reduc-450

L’application nous propose des options pour s’y transporter…

reduc-450

Dont le vélo (avec une option, vélo tous-terrains ou non, ce qui a une incidence sur le trajet). Le bouton Naviguer permet d’être guidé.

Notez que vous pouvez obtenir la météo de l’itinéraire… pour un trajet immédiat ou différé.

reduc-450

Rappel, ce sont les développeurs de Windy.com - Météo & Radar et donc…

reduc-450

Vous savez s’il faudra ou non se couvrir…!

Enfin, histoire de ne pas se déplacer pour trouver porte close, l’app vous offre d’autres informations utiles…

reduc-450

Voilà pour ce premier contact avec cette application…

À suivre…

Note de fin : on prendra le bus électrique de la ligne A, plus rapide en confortable.

le 02/11/2019 à 17:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

En voyage : Day One

Mais également au quotidien…

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | mémoire | outils | photographie | usages
par Jean-Christophe Courte

Noter au fil des jours ses parcours, rencontres, lieux traversés peut toujours se faire avec un crayon, un carnet, voire quelques ektas argentiques, cela va sans dire.
C’est la règle chez les écrivains réfractaires aux technologies numériques et j’ai quelques arguments1 pour les conforter dans leurs choix.

Mais pour un quidam qui ne sort pas (trop) des sentiers battus, ne prétend pas partir à l’aventure, n’a pas viscéralement une sainte horreur du numérique (…comme il est bon de le rappeler à longueurs d’interviews…!) et, accessoirement, pas sa seule personne à gérer (…comprendre qu’il doit se soucier de ses compagnons de voyage, de sa petite tribu, faire le plein, conduire, effectuer quelques courses, trouver le prochain hébergement perdu dans la jungle …urbaine…), l’usage d’un carnet sur iPhone couplé aux informations de localisation, à l’appareil photo n’est pas si détestable…!!

J’ai bien un carnet avec des feuilles en papier (si, si…!) confectionnées avec des fibres de vrai bois et de vieux chiffons. Et un crayon. Pourtant, je m’évertue à employer Day One journal + mémoire depuis des années.

J’apprécie la sauvegarde de mes données textuelles, de mes photos, j’ai même un abonnement annuel désormais2, et j’apprécie la direction3 que suit obstinément cette application même si je n’utilise pas toutes les fonctionnalités proposées.

Avec la possibilité de gérer plusieurs journaux, celle très récente d’importer automatiquement les entrées d’un compte Instagram (…ce qui change drastiquement ma relation à cette plateforme), d’importer les photos réalisées avec son iPhone, Day One journal + mémoire est devenu incontournable dans mes usages quotidiens, la mémoire de nos balades et évènements.

Mon propre Day One dépasse allègrement les …10 000 notes textuelles.

Il est vrai que l’arrivée soudaine de Instagram lui a ajouté d’un coup près de 3000 notes photographiques (…que j’ai pris soin de placer dans un journal dédié) mais m’a permis également de reconstituer à mon insu quelques bribes que j’avais négligé dans Day One.

Day One dispose d’un outil de texte qui balise en markdown mais je lui préfère Drafts: Capture ‣‣ Act qui me permet de contribuer dans Day One via une action x-callback-url. Et donc d’exporter un texte finalisé dans cet outil, balisé en markdown avec urls et compagnie, d’un seul appui dans ma barre additionnelle.

Nombre d’applications ont essayé et essayent encore de concurrencer Day One (dont l’excellent Ulysses) mais l’orientation initiale prise au départ par ses développeurs de était exclusivement orienté carnet de notes alors que ceux de Ulysses était de créer un superbe traitement de texte. Bien entendu, leurs propres options se recouvrent mais souvenez-vous bien de l’orientation première de chaque application…!

J’utilise Day One essentiellement sur mon iPhone même si je peux accéder à mes notes depuis mon antique MacBook de 2009 ou depuis mon iPad Pro.

reduc-450

  • Touch ID pour accéder à toutes mes entrées…

reduc-450

  • Multiples journaux et rappel du précédent billet… Écrit dans Drafts* et exporté dans Day One

Le fait de s’astreindre à écrire tous les jours, à conserver quelques vues emblématiques au cours de nos balades me permet de garder le souvenir de toutes nos galères comme de nos émerveillements.

reduc-450

  • Un véritable éditeur Markdown sans voir les balises…

reduc-450

  • Un rappel de chaque évènement avec un grand nombre de photos…

reduc-450

  • Et d’autres infos dont l’heure, l’altitude, la température, la localisation précise, le nombre de pas effectués au moment de l’entrée de la note…

Le fait de pouvoir ventiler ses notes dans plusieurs journaux est fort pratique : ainsi l’un de mes journaux me sert à noter toutes les tâches administratives, pas inutile pour savoir si l’on a remplit toutes ses obligations légales !

À une époque où nombre de mes relations réduisent le nombre de leurs applications sur leurs écrans, Day One (comme Drafts d’ailleurs) occupe une place de choix dans cette stratégie de ne conserver que l’essentiel.

À vous d’y réfléchir même si la version premium a un coût. Cela comprend la synchronisation sur plusieurs occurrences de Day One sur vos écrans (…quatre écrans dans mon cas car deux MacBook), la sauvegarde des textes et des journaux mais également des visuels (près de …12000 clichés dans mon cas)…

reduc-450

  • Recherche par entrées (tous journaux confondus ou su un seul), visualisation des photos prises dans un secteur géographique (avec rappel via la couleur du journal source…

reduc-450

  • Visualisation des lieux où les photos ont été prises… Rappel des jours où j’ai pris une note (là, tous les jours)

reduc-450

  • Recherche par photo, recherche chronologique…

reduc-450

  • L’ajout d’une photo exploite immédiatement ses informations EXIF (pratique…!) et à vous de saisir du texte immédiatement…

reduc-450

  • Chaque note peut être exportée…

reduc-450

  • …ici vers Drafts (mais notez que les balises Markdown sautent — pas les url —, point à corriger prochainement…)

reduc-450

  • En texte pur ou en PDF…

C’est tout…! Bref, un grand Bravo à Paul Mayne et à sa bande de développeurs…


  1. Dont celui de l’énergie pour le crayon et le carnet papier : pas besoin d’une prise de courant, élimination des risques en cas de chute. En revanche, hormis un coup de chance de retrouver des carnets égarés quelques décennies plus tôt comme c’est arrivé à Patrick Leigh Fermor, urbanbike | Le temps des offrandes | Entre fleuve et forêt, aucune sauvegarde en cas de disparition. 

  2. Je comprends que ce ne soit pas facile d’opter pour cette formule mais, à tout considérer, elle offre plus d’avantages que de désagréments, notamment en stockant vos clichés. 

  3. …même si je serais client de deux ou trois options d’export (en markdown et au format Word pour faire plaisir à mon ami Iago) ainsi que de la possibilité d’afficher, comme antérieurement, mes textes en cours d’écriture en pur texte habillée des balises markdown …même si je comprends fort bien le pourquoi de ce dernier changement. 

le 12/06/2019 à 10:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Déplacer des notes sous Day One 3 macOS

…D’un journal à l’autre

dans dans mon bocal | mémoire | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Je ne vais pas revenir sur Day One que j’emploie quotidiennement, juste signaler cette option que j’ai découvert depuis que j’ai emprunté le MacBook Air de ma fille en prévision de la fin (ou pas !) de ma propre machine qui est dans sa dixième année et limitée à El Capitan.

reduc-450

  • Une sélection et un déplacement vers le journal de votre choix.

C’est tout. Reste ensuite à reprendre les textes, etc.

NB : photos prises à l’arrache dans le Musée du Prado (c’est interdit et c’est bien dommage) alors qu’en face, dans le Musée Thyssen, c’est autorisé (sans flash). Intérêt de ce type de collection de clichés à peine cadrés ? Cela permet de faire travailler sa mémoire et comparer des écoles de peinture…(

Cela me permet de ranger dans des dossiers spécifiques mes entrées du jour. Il existe certes des tags mais là, c’est encore plus simple…

le 01/04/2019 à 16:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Gestion de notes : Drafts débarque sous MacOS…!

Mots-clés et organisation de vos textes au petit poil…

dans écrire | mémoire | usages
par Jean-Christophe Courte

Si vous utilisez une application comme Apple Notes pour gérer une dizaine de notes sur votre Mac, Drafts ne sera pas une alternative intéressante.
Par contre, si vous vous coltinez avec une centaine de notes, voire nettement plus, et pataugez pour vous y retrouver, cette première version sous macOS (…mais déjà avec une longue carrière sous iOS…!) peut vous rendre d’inestimables services…
Bonne nouvelle, Drafts est gratuit également sous Mac. Seul l’abonnement Pro pour synchroniser vos données entre iOS et macOS est payant au mois ou à l’année comme le propose déjà Bear.
Par contre, si vous utilisez déjà la version iOSDrafts: Capture ‣‣ Act — avec l’abonnement Pro, cette version Mac risque de vous intéresser furieusement !
Explications…

Bien sûr, il existe déjà des alternatives honorables et personne n’attendait véritablement Drafts …hormis de rares fondus comme votre serviteur (…et encore, iOS user avant tout, je n’étais pas convaincu au départ, juste curieux).

J’ai donc eu l’occasion de bêta-tester mollement ce produit sur macOS (il m’a fallu d’abord procéder à une réorganisation du MacBook Air 11 de 2010 de ma fille, le seul en capacité d’arriver tout juste à l’OS minimal, c’est-à-dire High Sierra 10.13.x).

Puis ces dernières semaines, j’ai commencé à entrevoir ce qu’une version sur Mac pouvait m’apporter.

Versions Mac et iOS non identiques

Attention : ne vous attendez pas à retrouver les actions, scripts et barre additionnelle de compétition d’iOS sur la versionMac.

Pour le moment, peu de raccourcis clavier car les formats variés (Plain Text, JavaScript, TaskPaper, Markdown, GitHub Markdown, MultiMarkdown, etc) supportés ne permettent pas encore d’unifier. Un peu de patience.

Mais !

Car il y a un mais ! Ce qui est commun repose bien sur la gestion de l’apparence du texte (l’ambiance claire ou sombre, etc). Et surtout, la gestion des mots-clés — Tags — et les espaces de travail, les Workspaces.

Organisation des notes, Tags et Workspaces

J’avais déjà esquissé cela dans un billet précédent — Usages | Tags, Workspaces et Drafts 5 sur iOS l’an passé et je ne vais pas vous saouler à nouveau…

Bien entendu, ce dispositif se retrouve dans la version Mac, certaines actions en moins… Mais l’essentiel réside bien dans la gestion et l’association des Tags et des Workspaces.

Quelques copies d’écran pour illustrer mes usages…

Rappel : des billets plus complets existent dont celui de Rosemary Orchard…! Donc je ne rentre pas dans les détails et subtilités qu’elle traite en détail…!

Aussi, en résumé :

Si vous affichez le panneau de gauche, vous pouvez lire la liste de vos fichiers gérés par Drafts.

reduc-450

  • Ici, toute les notes sont en vrac par date de modification et quelque soit les tags (ou non) utilisés…

reduc-450

  • Pour ma part, je choisi à quel Workspace (espace de travail ) je veux accéder… Au hasard… urbanbike…!

reduc-450

  • Notez que dans la liste des fichiers, le tag urbanbike s’affiche, soit seul soit en compagnie d’autres tags…

reduc-450

  • C’est naturel car j’ai demandé que ce soit l’un des deux tags — condition any (ici, urbanbike et/ou billets) qui soit lié à cet environnement…

reduc-450

  • Pour rappel, il est assez simple d’ajouter un tag à une note existante. Ou de l’éditer, le supprimer…

reduc-450

  • Vous pouvez utiliser une stratégie différente…

reduc-450

  • Et vouloir n’afficher que les notes possédant exactement une série de tags souhaités — all (…là, plus simple, qu’un unique tag…).
  • Mais vous devinez du coup la puissance du binz : par exemple, choisir de n’afficher que les notes comprenant que tel et tel tag.
  • Si la note comprend un tag en plus ou en moins, elle est exclue…

À vous de tester, l’app est gratuite, en jouant avec une série de notes factices pour comprendre (notez que chaque note reste bien un fichier indépendant, CQFD).

Voilà, c’était pour illustrer mon propos sur Drafts, cet outil de gestion de notes (mais pas que…!) réellement atypique arrivant aujourd’hui sur Mac…

N’oubliez-pas que vous en tirerez la quintessence qu’avec l’abonnement Pro (un mois ou un an) qui ouvre la synchronisation entre écrans iOS et Mac via iCloud.

Pour finir, je ne serais pas surpris que le développeur de cette application nous épate à nouveau lors de prochaines mises à jour.

  • Pour mémoire : le lien pour accéder à Drafts sur Mac

le 26/03/2019 à 19:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Twitter et likes, un bricolage avec Copied et Drafts | 2

Encore plus simple…

dans écrire | grospod | mémoire | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Repris vite fait le billet d’hier urbanbike | Twitter et likes, un bricolage avec Copied et Drafts pour simplifier un peu plus le binz…

reduc-450

  • À gauche | Formatez une nouvelle maquette dans Copied (avec un peu de Markdown)
  • À droite | Et appelez-la à chaque fois que vous importez une entrée de Copied dans un unique fichier dans Drafts

reduc-450

  • À gauche | Ainsi, chaque import sera déjà formaté… et empilé l’un en dessous de l’autre (…Pensez accessoirement à ajouter la date du jour en haut du fichier…)
  • À droite | Le tout peut rester dans Drafts (avec un tag si besoin). Ou exporté ailleurs, ici dans Day One

Voilà, voilà…

le 20/12/2018 à 16:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Twitter et likes, un bricolage avec Copied et Drafts

Il y a certainement plus simple… Mais, en attendant…

dans écrire | grospod | mémoire | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Discussion sur Twitter suite à premier tweet“Je devrais cesser d’ajouter des petits likes - « marque pages » sur Twitter…” petit tweet d’humeur que je rédige ce matin…

En gros, depuis des mois (…des années), laisser un petit coeur (pfffff !) en regard d’un tweet me semble vain car, généralement, ce qui m’intéresse, c’est uniquement de conserver la source, le lien, que je partage (ou non) les idées du compte qui publie l’information que je souhaite retenir…

Tadaaaa ! L’ami Cary répond à ce tweet et, paf, on échange quelques idées…

Comme j’allais chez mon toubib pour des renouvellements de médocs, que l’attente sans rendez-vous risquait d’être longue (…elle le fut !), j’en ai profité pour chercher une solution toute bête…

Je vous passe les variantes et je résume ici, en gros, le dispositif que j’ai mis en place en attendant ma consultation en une suite de copies d’écran illustratives…

Oui, il y a certainement plus simple, un process automatisable (je n’ai aucune compétence sur ce plan) mais je partage ici une première piste à ma portée, une manière (bricolée pour ne pas dire branquignol) de répondre à cette interrogation…!

Nb : si vous lisez aussi les tweets retenus, souvenez-vous que c’est une collecte pour tester le bazar…

En premier lieu, l’excellent Copied…

Je ne reviens pas sur les apps, évoquées naguère dans urbanbike…

reduc-450

  • À gauche | Oh, un tweet qui m’intéresse…
  • À droite | Sous TweetBot, il suffit de choisir l’icône de partage…

reduc-450

  • À gauche | puis de choisir vers quoi partager… Ici… Copied
  • À droite | Attention à bien attendre que la première ligne se remplisse avec l’information texte du Tweet…!

reduc-450

  • À gauche | Avant de Valider… Voilà, le Tweet est enregistré. Changeons d’application…
  • À droite | Et basculons sous Drafts

Alternative sous l’app Twitter

reduc-450

  • À gauche | Comme toutes les apps ne sont pas égales entre elles, l’app Twitter permet d’afficher une option supplémentaire de Copied, le Save to Copied direct…
  • À droite | Et, effectivement, c’est nettement plus rapide…

Le genre de petit plus qui peut conduire à revisiter ses outils…

En second lieu, Drafts…

Revenons deux secondes sur la copie d’écran précédente… Copied possède une option géniale qui est de disposer de son propre clavier…

Lire urbanbike | Usages | Copied 2 et son nouveau clavier sous iOS…

Un appui long sur une entrée lisible dans ce clavier permet d’accéder à des options que vous pouvez configurer (des modèles avec des information en plus ou non…)

reduc-450

  • À gauche | j’appuie sur l’option souhaitée (et modélisée à ma guise)
  • À droite | le texte du tweet et son lien sont bien devenues une entrée dans Drafts

Tiens et si l’on taguait ces fichiers…?

Plusieurs options sont désormais à votre portée dont la possibilité de marquer une série d’entrées par un même tag…

reduc-450

  • Rapide rappel : Select puis cocher les fichiers à traiter…

reduc-450

  • On sélectionne l’opération à effectuer, on rentre le tag souhaitée et hop…

reduc-450

  • Et hop, les tags sont en place sur les fichiers sélectionnés. Pour revenir à la normale, Cancel (non, cela n’annule rien)

reduc-450

  • En aparté, je vous rappelle que Drafts 5 propose des Workspaces, que vous pouvez appeler via ces Workspaces tous les fichiers comportant un tag donné… Et que cela fait gagner un temps épatant…

Lire : urbanbike | Usages | Tags, Workspaces et Drafts 5 sur iOS

Tiens et si on regroupait tous ces fichiers épars en un seul document…

Autre solution (non incompatible avec la première), choisir les tweets du jour et les regrouper…

reduc-450

  • À gauche | Sélectionnez les documents à fusionner (attention, l’ordre de sélection va déterminer l’ordre d’importation)
  • À droite | Puis appuyez sur Merge

reduc-450

  • À gauche | J’attire votre attention sur deux points supplémentaires en dehors de l’ordre de sélection des fichiers à fusionner…! 1… Vous avez la possibilité de mettre à la poubelle ou de conserver en archives ces documents pour un réemploi possible…
  • À droite | 2… Vous pouvez placer le séparateur de votre choix entre ces documents fusionnés… Et c’est loin d’être inutile (mais là n’est pas l’objet).

reduc-450

  • Et hop, vous n’avez plus qu’un seul fichier contenant toute la sélection de tweets… À vous ensuite d’en faire ce que vous souhaitez, dont les exporter dans Day One, par exemple…!!

C’est tout…

Pfffff… Quand je pense que je voulais faire court…!

le 19/12/2018 à 16:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Carnet et mémoire : Day One

Usage quotidien sur mon iPhone depuis 2011

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | mémoire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Après Nebo, quitte à revenir sur quelques applications réellement indispensables à mes yeux, autant évoquer Day One qui est devenu (…comprendre, en quelques années…) ma mémoire numérique, mon carnet de notes quotidien, mais aussi celui de nos voyages. Voire même de mes réflexions, remarques textuelles… quand seule une photo ne suffit pas.

Depuis son arrivée sous iOS, nombre de concurrents ont essayé, sans succès, de prendre sa place. L’erreur est de penser que le rôle de gestionnaire chronologique peut être singé par un simple traitement de texte. Or l’ossature même de Day One ne se base pas exclusivement sur du texte !

Day One fait partie de ces applications qui vieillissent fort bien car construites, dès le départ, sur une architecture robuste et structurée.

Ensuite, son équipe de développeurs a réussi au fil des versions à étoffer les options de départ en prenant le temps de les modifier, de les optimiser en se donnant le temps de le faire, sans pression. Et c’est un luxe.

Enfin, et c’est un point notable, l’ergonomie d’origine n’a pas subi d’énormes bouleversements mais bien une succession d’améliorations pertinentes, justifiées auprès des testeurs et des utilisateurs au long cours. L’application s’est transformée sans renier ses fondamentaux ni son incroyable simplicité.

Mes usages ne sont pas vos usages !

Comme je l’ai écrit en sous-titre, j’emploie Day One depuis août 2011 et je ne pensais pas que cela deviendrait — aussi rapidement — l’une de mes applications fétiches sur iPhone.

Si je songe à changer mon iPhone 7 plus pour une version plus récente, c’est que les capacités de stockage se sont accrues. Or avec près de 6230 entrées et plus de 6500 visuels, il est clair que mes notes occupent de la place. Beaucoup de place !

Certes, tout est stocké sur le cloud privé de Day One comme sur mes appareils et dans iCloud mais, du fait des options offertes par l’application, de sa facilité d’usage, le volume collecté devient vite exponentiel dans le cadre d’un usage quotidien associé à de multiples problématiques, journaux, thèmes.

Autre point pratique, je peux employer Day One sans être connecté, l’ensemble de mes notes et des clichés étant toujours disponibles sur mon iPhone.

Cela veut dire que j’ai accès à toutes mes données et dans toutes les circonstances, sans internet.

Néanmoins, la synchronisation de cette application se met en marche dès que le réseau est disponible et permet à tous mes écrans de disposer de données identiques, tant sur iPad ou Mac.

Attention : j’emploie une version avec abonnement, ce qui me permet de glisser jusqu’à 30 clichés dans une même entrée, par exemple, pour illustrer ou me souvenir d’une exposition comme celle du Palais du Luxembourg consacré à Mucha.

Mais c’est essentiellement en voyage que je trouve Day One remarquable. Au lieu de rédiger une entrée par jour qui reprendrait toutes les activités, j’organise mes entrées en fonction des clichés pris avec l’iPhone.

reduc-450

  • Autre option, utiliser la localisation des photos sur une carte pour retrouver des notes…

Comme chaque photo est géo localisée et horodatée, il est très facile à Day One d’ organiser chronologiquement les entrées que je lui soumets en utilisant les infos de mes clichés.

reduc-450

  • Ou dans une ville (ici, Burgos), repérer ce petit bar à Tapas épatant…

DayOne affiche une carte, les informations météo du lieu, tout ce qui me permet de me souvenir du contexte en plus de mes clichés. Par exemple, s’il pleuvait, quelle était la température, etc. L’application peut ajouter à la demande d’autres informations comme la musique écoutée, le nombre de pas effectué.

Il y a pas mal d’options que je n’emploie pas (la musique justement), pas plus que l’option appareil photo intégré car je préfère prendre mes images avec des applications dédiées.

Mais hormis ces préférences personnelles, je saisis l’essentiel du texte dans Day One, même si souvent, je le fais dans Drafts. Je ne reviens pas sur l’usage du balisage Markdown supporté dans ces deux applications…

Plus grande résolution…

Depuis assez peu de temps, Day One permet d’exporter les photos dans une définition encore plus importante, rendant du coup l’intérêt du stockage propriétaire encore plus intéressant car vous ne sauvegardez pas une simple vignette illustrative.

Là, je pense avoir réveillé l’intérêt de quelques lecteurs.

À ce jour, je consigne près de 2400 jours de ma vie palpitante…! Certains peuvent s’interroger sur l’intérêt d’une telle démarche : rappel, il est possible de créer plusieurs journaux et donc de séparer les entrées thématiquement, celles à propos des démarches administratives, celles liées aux voyages, celles portant sur un projet précis, etc.

À ce propos, l’organisation chronologique est fort utile. Dans le cas des démarches administratives, avoir sous les yeux les dates et heures — en plus des courriers LR — est précieux pour argumenter et suivre le fil des actions entreprises.

Mais c’est surtout un juge de Paix dés que l’on aborde les voyages. Plus d’erreur sur les dates ni sur les lieux visités.

Chacun trouvera dans Day One des usages propres à ses besoins. J’ai ajouté des entrées sur des événements familiaux, à propos de personnes qui m’ont précédé. Voire des infos pourtant sur mes premières fiches de paye, des photos de voyage de bien avant le numérique !

Aussi je mets en garde ceux qui veulent tester cette application : elle est profondément additictive du fait même de sa puissance et de son étonnante simplicité.

Puis vous comprendrez (ou pas !) pourquoi la version Pro peut devenir indispensable vu qu’elle ne fait pas que synchroniser des textes mais, désormais, nos photos en haute définition.

À suivre.

Pour finir : je ne reviens pas sur les subtilités de l’interface déjà illustrées naguère dans de précédents billets.

le 12/11/2018 à 15:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?