Urbanbike

Recherche | mode avancée

DropBox vous permet d’éditer vos textes sous iOS

Une petite fonction ultra pratique

dans écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

C’est le genre d’option bête comme chou, accéder à un fichier texte directement via l’app Dropbox et l’amender.

Ça casse pas trois pattes à un canard mais, pour ma part, cela fait partie des petites options pratiques pour un rédacteur.

reduc-450

Au lieu de relancer un traitement de texte, hop une intervention et c’est fait.

reduc-450

  • Oui, il y avait d’autres erreurs de saisie (!!)

C’est dit…

le 29/06/2017 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Sac à dos et iPhone | Trainline, l’agence de voyage en ligne

Billets dématérialisés, alertes et calendrier

dans ailleurs | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai horreur de l’avion et cette phobie conditionne nos voyages, un choix accepté par mon épouse et notre fille pour des raisons écologiques. Par contre, notre fils procède différent et cela s’explique par le peu de temps dont il dispose.

Je ne sais plus qui m’a parlé la première fois de Captain train (…l’ancien nom1 de trainline que j’adorais…) mais je subodore que c’est soit Benoît, soit Guillaume.

Bref, à la vue de l’interface minimaliste et sobre, j’ai plongé.

Puis c’est devenu Trainline mais, surtout, cela reste une épatante application sous iOS que j’emploie sur mon iPhone 7 plus, sur le iPad pro et… sur le iPhone 6s+ de ma fille (…qui partage notre compte et retrouve tous les billets dématérialisés sur son écran, chouette sécurité en cas de casse de l’un de nos écrans …ou vol).

Ma moitié a été plus réticente, habituée à aller aux guichets des gares de notre ville. Et puis conquise – pour l’un de nos voyages en Italie – par la possibilité de lire en direct les différences de prix sur un même trajet selon les heures.

reduc-450

  • Imaginons (héhé…!) que je souhaite partir lundi 17 juillet à Turin… Pas mal d’options flexibles (remboursé ou pas, etc.) mais surtout, tiens, tiens, que 10€ de différence sur un trajet plus court de 40 minutes de différence…

reduc-450

  • Sauf que, si le trajet est plus rapide et un poil plus cher, surprise, la première est au même prix… Vous suivez…?

Car, composer ses itinéraires à la carte avec une tarification au quart de poil, c’est sur le long terme des économies2, du temps de préparation mais aussi, grâce à la dématérialisation, du temps à ne pas courir.

Trainline permet de conserver un historique, d’imprimer ses billets en PDF si besoin3, retrouver les informations en clair dans le calendrier, un sms quelques minutes avant pour le quai, etc.

reduc-450

  • L’historique est loin d’être inutile car il permet de se souvenir qu’en voyageant après 12:00, le prix du transport avait sacrément chuté. Et, quand on voyage à trois, ce n’est pas négligeable…

Du coup, depuis avril 2016, je ne passe plus que par leur app sauf pour des trajets proches.

Chaque nouvelle version de l’app conserve l’ergonomie initiale mais mérite d’être fouillée à la recherche des petites perles pour les voyageurs réguliers et capables de se lever tôt ou de différer leur voyage…

L’occasion ici de remercier Benoît, Guillaume et toute l’équipe de Trainline. Car ils ont un excellent support par courriel comme j’ai eu l’occasion de le découvrir (coucou François).

Dernier point : c’est une agence de voyages ferroviaires en ligne qui vous permet d’accéder à plein de transporteurs dont la SNCF : si vous avez un souci, souvenez-vous que ce ne sont pas eux qui vous transportent ! Mais, qu’à l’inverse, le site (ou l’app) sobre et pratique, oui, c’est bien Trainline !

Mais l’avion c’est plus rapide, gnagnagna…

Juste aux bruleurs de kérosène, l’avion va plus vite de point à point sauf que les aéroports sont en dehors des villes (et le cout du transport + le temps consommé réduit l’avantage), qu’il faut se présenter un bout de temps à l’avance. Alors, certes, si vous allez d’un point à un autre et retour, ça se discute. Mais quand vous flânez entre Milan et Venise et… Retour. Se souvenir qu’entre Turin et Rome, superbe TGV à la mode italienne, design et prises partout, etc.

Quand au bilan écologique, pas photo…


  1. Relire cet ancien billet… Captain Train : votre agence ferroviaire dans votre poche… 

  2. Bien sûr, elles se méritent car il faudra parfois attendre un peu, se soustraire au flux… 

  3. Sur les grandes lignes, les contrôleurs ont désormais l’habitude de flasher les écrans, tout le monde gagne du temps, eux les premiers… 

le 29/06/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bref passage à… | Ferrare

La belle provinciale à deux pas de Bologne

dans ailleurs | voir
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit (et suivra si j’en ai toujours le courage…) n’est pas un guide de voyage, juste une série de billets en partage…!

Après avoir quitté Parme le matin, nous sommes arrivés assez tôt dans notre hébergement entre Bologne et Ferrare.

Bon, l’autoroute entre Parme et Bologne un samedi requiert une attention toute particulière tant la conduite devient… sportive. Pour mémoire, ne pas attendre d’information des clignotants, ce sont des éléments décoratifs.

En arrivant à Bologne avant de filer vers Ferrare, nous sommes tombés sur de splendides bouchons dus aux départs du week-end en direction de la mer adriatique !

Le propriétaire du gite suivant1 avait accepté, la veille par courriel, que nous arrivions dans la matinée avec le seul objectif de laisser nos bagages.

Sur place, nous avons découvert un sicilien adorable parlant un excellent français, drôle, disponible, nous conseillant les parkings pour les deux villes qui nous intéressaient.

Nanti des clés numériques (portail extérieur, accès bâtiment et chambre) pour notre hébergement, nous avons suivi ses conseils et commencé par nous rendre à Ferrare.

reduc-450

Je n’insiste pas suffisamment sur l’importance de TomTom GO Mobile mais dans le dédale des petites routes de campagne, ce n’est pas un luxe de se laisser guider jusqu’à l’entrée de la vieille ville.

Aucune inquiétude particulière dans l’espace de stationnement en plein soleil hormis la certitude qu’un panneau sur le toit serait bien pratique.

La seule précaution est juste de ne pas oublier son ticket dans la voiture.

Comme il était quasi midi, nous avons cherché (et trouvé) un petit restaurant2 au bout de 10 minutes et… fameux. Une des caractéristiques est qu’il possède deux entrées sur deux voies distinctes.

Arriver tôt n’est pas une mauvaise idée, les tables se sont très vite remplies et la qualité de la nourriture expliquait cette effervescence ! Une serveuse adorable parlant un peu français nous a éclairé sur les plats du jour. Les fleurs de courge farcies au fromage étaient divines.

À noter qu’il est rare de trouver en Italie des gens qui font la gueule lors du service ! Du coup, tout se déroule généralement bien. C’est également à nous de poser dos questions et d’être souriants et curieux. Sinon, autant rester chez soi !

Lestés, nous sommes partis à la découverte de la ville par une température torride ! Comme les rues sont souvent doublées par des ruelles (ce qui explique la double entrée du restaurant), l’astuce est de les emprunter pour circuler à l’ombre !

Quelques photos disponibles sur Photager comme d’habitude

Cette ville est à parcourir ainsi, à pied. Si vous êtes vélo, sachez que c’est parfaitement adapté…!

reduc-450

15 200 pas et quelques heures plus tard, nous sommes rentrés épuisés mais en ayant pris deux fois le temps de nous hydrater, les terrasses à l’ombre (et leurs tentations…) sont nombreuses. C’est également le moment, en silence, de prendre le pouls de la ville mais aussi des habitants…

Bien entendu, pas mal de lieux fermés ou en travaux à cette saison mais ville à revoir par une température plus clémente que les 28° affichés lors de notre passage !

Puis 40 kilomètres retour pour revenir à notre piaule dont on a apprécié les moustiquaires aux fenêtres ! Comme les chambres de cet hébergement disposent de minis cuisines, C’est aussi un point pratique à prendre en compte pour faire quelques courses de première nécessité sur le chemin.

reduc-450

À suivre…


  1. Alle Scuole, abordable et sans options comme table d’hôte ou petit déjeuner, village à deux kilomètres et, de facto, café et station service 

  2. il mandolino 

le 27/06/2017 à 10:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Obsolescence | Ne pas oublier l’utilisateur

…et ses usages !

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : Je ne suis pas objectif et ce qui suit ne s’appuie sur aucune enquête, c’est simplement une réaction épidermique à la lecture d’un article

Je ne suis pas surpris de trouver régulièrement de type de papier (marronnier ?) dans les journaux que je parcours, et donc les abominables écrans que nous employons en première ligne.

Des deux iPads 2 (la seconde génération produite chez Apple) ? l’un coule des soirées heureuses du côté de Malo-les-bains. L’autre sert de machine de prise de notes à l’université. Je devrais ajouter que le iPad 3 est utilisé quotidiennement (prés de huit heures par jour et nuit) par ma moitié qui ne le ménage pas…!

Le vieux iPhone 5S ? Dans les mains de mon fils, le 6S dans celles de ma fille. Et mon vieux Macbook Pro 17 de 2009 continue à me servir pour accéder à mes disques et aux photos stockées. Et poster ce billet après l’avoir relu.

Etc.

Je ne vais pas évoquer les écrans plus récents en usage mais juste souligner/rappeler que ce type de matériel peut tenir dans le temps si on en prend un peu …soin. Et même dans le cadre d’un usage continuel…!

Bref, chaque année on nous parle Obsolescence plus ou moins programmée, produits qui ne s’ouvrent pas1, nouvelle génération de connecteurs. Et affreux constructeurs…

Mais jamais… utilisateurs qui s’en servent, mises à jour qui s’installent sans problème, apps qui s’améliorent.

Et si vous pensiez à nous interroger ?!

Et La qualité des box internet, on en parle ?!

Histoire de rappeler que parler de la pomme est un choix comme un autre, une anecdote récente à propos d’orange…

  • JC, tu fais diversion !

Oui, on peut le voir comme ça.

Hier, j’ai eu au fil ma maman bis, celle qui m’a récupéré en vrac à 9 ans et qui vit seule en bord de Loire.

Sa nouvelle (!) box est tombée en rade, impossible de se connecter au net de temps à autre et impossible pour les services qui surveillent si elle est tombée d’avoir, du coup, de ses nouvelles (et donc appel aux voisins pour vérifier si elle est down alors que c’est juste la connexion qui merdoye).

Le gars qui lui a installé cette box est compétent et charmant mais il n’est pas dans les composants de la box et elle le sait…!

D’ailleurs, j’imagine le binz — une nouvelle catastrophe sanitaire — si une série de box nouvelle génération part en live et ajoute un paquet de dysfonctionnements à la vie déjà compliquée de nos aînés, de ceux qui préfèrent vivre chez eux, arroser leur jardin au lieu de finir dans un mour… EHPAD.

Car depuis ce changement récent de box, c’est radical : dès que la température intérieure monte (près de 29°) et malgré le ventilateur, la box part en vrille. Hop.

Je voudrais éviter ce type d’échanges :

  • Pffff, c’est la canicule qui l’a tuée ?
  • Non, une défaillance de sa live box, les secours n’ont été prévenus que lorsque la box a redémarrée…
  • Ah, coup de chaud de l’électronique !

Comme elle a un putain d’humour, c’est la situation que nous avons imaginé hier…!

Elle va donc à nouveau demander une intervention mais comme elle est âgée, que le service client va encore lui faire faire des tas de manipulations2 pour vérifier si… tout est bien connecté, c’est fort épuisant !

Rappel à ce propos aux centres téléphoniques : cessez de considérer systématiquement le petit vieux comme une buse !

De plus, elle se sert d’un iPad (je n’y suis pour rien, ce fut son choix !), cela lui a permis de suivre notre périple en Italie tous les jours en récupérant les photos que je postais.

Or, avec le réchauffement climatique, les canicules qui vont se succéder, les petits vieux qui pullulent, manque plus qu’un site complotiste pour imaginer que c’est une sournoise opération téléguidée par le ministère de la santé ou Matignon avec la complicité des opérateurs téléphoniques…!
Tiens une idée de papier, une !

Pour finir, dans ma serre (…c’est le nom que je donne temporairement à notre piaule bureau plein sud), la température monte fréquent à 34° l’été et ma box OVH fonctionne sans souci. Les écrans pommés aussi…


  1. pas envie d’aller jeter un œil dans mon iPad, pas plus que dans ma machine à laver. 

  2. Oui, elle est en vrac malgré un cerveau qui tourne comme une horloge. Une main out, des jambes fatiguées, la seule solution est bien de faire venir un technicien et de tester avec une nouvelle box si le problème persiste. 

le 27/06/2017 à 09:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Abeilles | Allez vous balader dans les jardins et potagers

Allez entendre le silence au lieu de ne lire que des rapports d’experts, un peu de bon sens ne nuit point…

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | mémoire | potager | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

Je plains sincèrement les personnes qui bossent comme lobbyistes.
La semaine, pondre des textes pour expliquer que tel secteur ne remet absolument pas en cause la nature, ne la détruit pas, que rien n’est (encore totalement) prouvé, etc.
Le week-end, chercher des produits bio pour leur petite tribu et s’inquiéter des allergies des mômes.
Car rien n’est lié, hein ?!

Je constate depuis des années la diminution du nombre de bêtes à “z’ailes” tant dans notre microscopique jardin que dans les alentours. Ma commune évite les produits phytosanitaires et, quand je me balade dans le fabuleux Potager du Roi, je ne suis plus assourdi par un concert incessant de petites butineuses !

Avant, j’avais peine à les dénombrer : maintenant, quand j’en vois une, je sursaute… de surprise.

Ma douce se souvient de l’effervescence des abeilles autour de notre cerisier il y a – aie ! – dix-sept ans. Et constate comme moi leur raréfaction, voire leur quasi disparition. Or nous sommes en région parisienne, loin des grandes surfaces agricoles où l’on entend pratiquement plus que le bruit des tracteurs.

Aparté

J’ai peu connu mon grand-père Achille pour des raisons que, gamin, je ne comprenais pas. Quand il a fini par consumer sa dernière gitane maïs, je me trouvais au Mexique. Bref, peu côtoyé.

Hormis l’image du héros qui ne parlait jamais de sa guerre, qui avait envoyé paître ses potes qui souhaitaient lui faire attribuer une rosette (“je la ferais porter par mon chien…”), hormis son activité de vendeur de semences dans la Beauce, ses pigeons voyageurs (…dans les émissions de parachutage sur Radio Londres, il était “pigeon blanc”, un peu transparent comme pseudo…!), chanter minuit chrétien à la messe de Noël, parler couramment allemand et flamand, il avait des ruches dans son jardin à Pithiviers.

Et ça je m’en souviens : je conserve une image de lui avec cette protection en toile comme une grosse moustiquaire.

Gamin, déposé les vacances du côté de Vitry aux Loges chez Leone et Maurice1, les butineuses étaient mes seules compagnes.

Certes, je ne m’en approchais pas, je restais un petit citadin et ce n’était pas ces deux taiseux qui l’hébergeaient qui pensaient à m’initier à leur univers. Ils me récupéraient à la demande de ma mère, point final.

Bref, j’observais de loin le ballet de ces bestioles, émerveillé de les voir passer de fleur en fleur.

Je me souviens assez vaguement des ruches. Et puis, quand mon grand-père est allé s’installer à Batilly-en Gâtinais, tout a cessé.

Bref, ceci pour dire que nous, les désormais vieux, nous avions une proximité nette avec les abeilles2.

Nous savons parfaitement ce que nous devons quotidiennement à ces butineuses, simplement parce que nous sommes restés des enfants de la campagne et non des technocrates qui ne voient la nature que comme un décor.

La butineuse ne fait pas que du miel, elle pollinise3 !

Sans elle, Monsieur le ministre4, tout irait de travers : pas de fruits, entre autres. Je copié collé un peu de littérature trouvée sur Wikipedia.

Plus de 70 % des cultures (dont presque tous les fruitiers, légumes, oléagineux et protéagineux, épices, café et cacao, soit 35 % du tonnage de ce que nous mangeons) dépendent fortement ou totalement d’une pollinisation animale.

Et, mieux encore :

Selon une étude publiée5 en 2015, les grands champs agricoles sont à 80 % pollinisés par seulement 2 % des espèces d’abeilles sauvages.

C’est pratique Wikipedia, il y a même une belle app Wikipedia sous iOS pour consulter. Je vous engage à la charger et à la consulter…


  1. J’ai compris, longtemps après, que Maurice le suisse avait fait partie du réseau de mon grand-père. 

  2. Bon, je fais une allergie au Miel sauf qui il est incorporé et cuit dans une sauce (avec des endives braisées par exemple) 

  3. Pollinisation — Wikipédia 

  4. Retour des pesticides tueurs d’abeilles : « Une décision absurde, qui ridiculise la France » 

  5. Delivery of crop pollination services is an insufficient argument for wild pollinator conservation | Nature Communications 

le 26/06/2017 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Écrire à la main sur un écran, oui mais…

Pourquoi ne pas reconnaitre une écriture manuscrite sur papier !

dans dans mon bocal | écrire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Plus j’écris à la main, plus j’attends – en parallèle au stylet et à l’écran tactile – un dispositif pour lire et interpréter mon écriture manuscrite écrite, cette fois-ci, au crayon sur un carnet ou une feuille de papier.

La faute en incombe à MyScript Nebo – Prise de note pour Apple Pencil, à MyScript Stylus - Handwriting Keyboard et à la fantastique liberté d’écrire à la surface de l’iPad Pro avec un stylet.

Le souci (…ce n’en est pas un !), c’est que j’ai repris goût à l’écriture manuscrite, j’ai modifié ma calligraphie pour être mieux reconnu par ces épatants outils mais…

Le test des stylets a été l’occasion de constater que l’on peut choisir un style mou, dur, un qui couine, un qui fait du bruit mais qui est reste précis comme le Pencil d’Apple.

Mais, dans tous les cas, on écrit sur une vitre.

Mes essais sur le iPhone sont sympas mais le format est un poil trop faible et, surtout, la longueur de ligne reste réduite même au format paysage. Ça fonctionne mais cela reste fatiguant, pas la même souplesse que sur le iPad Pro.

Qu’est ce qui ne manque ?

Je vais me pencher sur ce projet de feuille (…plus exactement de couvre-écran d’iPad), celui qui donne l’impression d’écrire sur du papier.

Mais en vérité, j’aime bien le crayon, plus exactement le porte-mines de 1,4 mm et écrire sur du …papier.

Aussi, je le dis à nouveau car je l’ai écrit ici il y a une bonne année, je rêve d’une application qui soit non un OCR à caractères d’imprimerie mais un OCR capable de lire mon écriture manuscrite après avoir scannée les pages de mon carnet papier.

Or, je cogite :

Nebo a lu des kilomètres de mon écriture, kilomètres qu’il a pris peu à peu l’habitude de “reconnaître”, genre mon “a” en capitale ressemble à un “Delta”. Et ça continue à me bluffer !

Aussi, en poussant le bouchon plus loin, en connaissant mon type, style d’écriture, j’imagine une version de Nebo qui ferait aussi OCR et serait même capable de me laisser corriger à mon tour ses interprétations, soit via une liste déroulante comme le propose déjà Nebo, soit en biffant le mot par le réécrire sur l’écran après OCR.

L’idée est juste de nous/me laisser le soin de choisir sur quelle surface j’écris et de me laisser également le choix du moment où je souhaite convertir mon écriture en une succession de caractères d’imprimerie.

Cela peut l’être pour de simples problèmes de confidentialité ou de prendre le temps de peaufiner une série de textes.

Pas pressé mais ce serait un sacré plus

Cela fait un peu demande de gamin jamais satisfait mais j’avoue que l’idée me plait pour une autre raison, pouvoir également me déconnecter et ne pas à avoir à me soucier de l’alimentation de l’écran.

Bref, partir juste avec un carnet papier et un crayon de bois. Comme il y a quelques décennies !

Bon, si cela n’arrive pas, ce n’est pas dramatique, la solution actuelle (là, j’écris sur un iPad avec le Pencil sur Drafts tout en me servant de Stylus) me convient mais il y a conversion immédiate de la calligraphie en caractères d’imprimerie contrairement à Nebo.

  • Mais pourquoi n’écris-tu pas sur Nebo ? Hihihi…!

Bonne objection…

Le nouvel iPad Pro à écran plus ramassé serait une alternative mais j’attends surtout un mode “nuit” dans Nebo au lieu de me brûler les yeux quand j’écris la nuit ! Or sur Drafts, j’ai ce mode nuit et dans Stylus aussi..

Néanmoins, je reviens à ma supplique (…”il n’y a plus de croissants ! Bien, alors un croissant”), il est dommage que personne ne se soit attelé à un outil OCR pour écriture manuscrite !

Allez, je cesse d’en parler là…

Mais j’y reviendrais !

le 25/06/2017 à 21:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Arnaques et petits vieux | 2

Carte de paiement avec photo, idée utile ?! Ou pas…

dans vieillir
par Jean-Christophe Courte

Prolongement des billets urbanbike | Arnaques et petits vieux et urbanbike | Votre carte bleue sans contact intéresse les malandrins ! entre autres… Tant que l’on a pas été confronté à de telles histoires, tout peut sembler abracadabrantesque

Dans une vie antérieure, il fallait se rendre à la banque et récupérer de l’argent liquide qui finissait sous un matelas ou dans une boite en metal. Ou utiliser des chèques, CQFD. Désormais, c’est hyper plus simple avec une carte de retrait ou une carte de paiement. Sauf quand ce n’est pas toujours le principal intéressé qui l’emploie !

L’emprunt discret (—pour ne pas dire sous influence) de la carte de paiement d’une personne diminuée (maladie, vieillesse, voire les deux) est un classique.

Avec le RFID, cela ouvre la porte à d’autres petits arrangements, à des escrocs qui lâcheront la carte vite fait après quelques emplettes : il suffit de présenter la carte, la transaction — heureusement au montant plafonné — s’effectue et le commerçant ne l’a pas réellement vue. Enfin, juste en mouvement au-dessus du lecteur RFID. Hop, c’est validé, au suivant…

Un visuel pour réduire quelques fraudes…?

Mais sans cette nouvelle technique, les abus (…mot un peu trop gentil) sont légion. Surtout quand les malandrins ont obtenu carte et code.

La victime est souvent vulnérable voire isolée1, déconnectée. Quant à se plaindre, que faire quand les filous sont dans la place ? Ajoutez une pincée de sévices comme la privation de nourriture (…déguisée sous l’apparence d’un indispensable régime…) et un contrôle des faits et gestes, du téléphone2 même.

Muni donc de la carte et du code, tous les excès sont possibles et sont rarement contrôlés.

Certes, un peu d’IA bancaire pourrait noter le changement notable de consommation (sic…!) depuis l’arrivée des nouveaux amis mais il faudra encore quelques années pour que cela devienne une priorité ! Pendant ce temps là…

Question à ce propos : combien de fois de fois votre carte de crédit a-t-elle été contrôlée ces derniers mois ?! Dans mon cas, jamais…

L’un des moyens de limiter un peu des usages inappropriés serait (idée à lak…) de placer une photo récente de l’utilisateur sur cette carte délivrée par sa banque. Et habituer les commerçants à simplement vérifier si l’utilisateur ressemble au cliché… Pas gagné…!!

Sauf que lorsque les commandes se font par internet, plus de contrôle ! Certains chargés de clientèle (…j’en salue quelques uns au passage avec qui nous avons évoqué ces problèmes) dans les banques le voient. Essayent parfois de freiner la mise en place de banque en ligne quand ils décèlent bien qu’il y a un loup (…c’est le cas de le dire…!). Mais quand la victime — accompagnée de ses nouveaux amis — le demande, on fait comment ?!

J’ai récemment eu une discussion sur la consommation et les usages de carte avec la responsable d’un magasin bio aux produits souvent onéreux. La victime a souvent réellement besoin de quelques produits. Mais ses proches complètent (!!) la commande avec leurs propres envies. À l’arrivée, des sommes élevées surtout avec des produits de santé.

Car il ne faut pas se persuader hâtivement que cette délinquance est réservée à une tranche d’âge (…des d’jeuns boutonneux ou des gens qui ne sont pas de chez nous3…) ou à des territoires donnés ! Non, non, ça se pratique aussi dans les beaux quartiers, là où les victimes ont des ressources justement…

Vous seriez épatés de découvrir que ce petit retraité souriant et serviable ou ce couple qui présente si bien (…et qui parle anglais) sont, de fait, de parfaits salopards.

Super vendeur de sa propre image

Bref, combien de fois faudra-il le dire : l’habit ne fait pas le moine. Porter un costard ou une jupe plissée n’est pas signe d’une parfaite respectabilité…! Si vous le pensez, héhé, rien…

La force du manipulateur est d’afficher un profil passe partout, une histoire lisse. Et même évoquer ses enfants pour mieux intriguer (…qui tombent de l’armoire quand ils découvrent la réalité), une vie professionnelle à priori respectable4.

Bref, le manipulateur a un seul produit à vendre : lui…! Et c’est parce qu’il a su si bien se vendre qu’il a obtenu… l’usage de la carte de paiement.

En résumé, avoir sur une carte de crédit la photo de son propriétaire pourrait éviter (…ne nous leurrons pas !) certains abus tellement énormes, culottés que la simple présence de ce cliché aurait pu jouer le rôle du grain5 de sable. Je rêve…

Car expliquer que l’on a pas ses papiers sur soi est une chose6 mais quand la photo démontre clairement que le possesseur de la carte n’a pas l’âge ou la physionomie de celui qui la présente, comment dire !

Vigilance

Pour finir : sans sombrer dans une méfiance extrême (quoi que…!), nous avons tous été témoins de situations bizarres, étranges. Et entendus des explications capilotractées pour les évacuer…! Par timidité ou par principe (chacun chez soi…), pourquoi n’avons nous pas mis les pieds dans le plat ?

Sans vouloir nous défausser, sachez que ces remarques de bon sens7 de notre part auraient été exploitées par les manipulateurs !

Ajout suite à quelques infos reçues : l’idée de placer la photo du titulaire du compte a été évoquée avant d’être abandonnée par les banques, les clients interrogés y voyaient une forme d’ingérence…! Ensuite, autre point que j’avais oublié, les commerçants disposent d’une garantie de paiement si carte bancaire (donc rien à battre). Enfin, quand le GIE CB a été constitué, l’idée de la photo a définitivement disparue. Voilà, voilà… Preuve que je suis naïf…

À suivre…


  1. C’est d’ailleurs une technique utilisée pour prendre l’ascendant, réduire les contacts avec les proches sous des prétextes divers, là aussi, il y a matière à raconter. 

  2. Ah, désolé il/elle dort (…se repose, est sous la douche, etc.) 

  3. Rien à voir mais j’ai apprécié ce simple rappel sur l’ADN… C’est court mais c’est à diffuser et à garder en mémoire… Pas une découverte dans mon cas vu l’éparpillement de mes origines… 

  4. Pourtant, en creusant un peu, certaines coïncidences (comme des “accidents” de gérance…!) sont révélateurs ! Et plus encore si l’on interroge les témoins de l’époque (compliqué mais amusant, genre l’ex. beau-frère, etc.). Mais quand vous discutez avec les manipulateurs, souvenez-vous qu’ils se présentent toujours au départ comme des victimes…! 

  5. Mais il faut également des vendeurs formés à ces agissements. 

  6. Ah, l’art de raconter une histoire avec aplomb…! Sans ciller, des impros dignes de l’Actor Studio… 

  7. Si, si… 

le 24/06/2017 à 20:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?