Urbanbike

Recherche | mode avancée

Le retour de l’app WhatTheFont

Version iPhone bien pratique

dans pratique | typo
par Jean-Christophe Courte

Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir un mail de MyFonts pour m’avertir de la sortie de WhatTheFont…!

Professionnellement, je fus très tôt client de ce chouette supermarché des polices de caractères et regarde avec gourmandise certaines créations qui me parviennent par courriel même si, assez vite, j’avais pris l’habitude de me servir directement chez les fondeurs eux-mêmes… Mais sur mon compte, toujours actifs, j’ai la possibilité de télécharger à nouveau mes achats anciens en sachant que certaines fontes ont été mises à jour.

Et WhatTheFont ?

Fréquemment je tombe sur de belles compositions typo et je ne reconnais pas immédiatement du premier coup d’œil celle utilisée… Et pour cause !

Les designers, créateurs sont légion et parfois une lettre, une esperluette fait la différence. Sans parler des ligatures…

Alors pour identifier une typo, WhatTheFont est d’une aide fort pratique !

Le mode d’emploi est aisé, la typo doit être lue par le dispositif à l’horizontale, bien définie et entourée par la cadre d’analyse et hop…

reduc-450

Ici la couverture d’un livre sur la Sicile1 paru chez Gallimard

reduc-450

l’image est transmise au serveur qui renvoie les options possibles.

reduc-450

À vous ensuite de reconnaître/choisir dans la liste la typo la plus proche en analysant ici, le dessin du e, etc.

Bien entendu WhatTheFont vous dirige vers son magasin en ligne, ce qui est de bonne guerre vu que cette app est, elle, gratuite.

Mais vous pouvez également expédier le résultat de votre recherche à votre client …qui découvrira que les typos ne sont pas gratuites comme certains ont, trop souvent, tendance à le croire !! Là, le prix est clairement indiqué pour le coup…!


  1. identification via son ISBN : 9782742448005. Sinon, voir le site www.geo-guide.fr 

le 14/11/2017 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Écrire un scénario avec Slugline sous iOS

Balisage Fountain, barre additionnelle dédiée, deux pouces sur la première version de Slugline pour écrire des dialogues sur iPhone ou iPad…!

dans bosser n’importe où | écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

Après la machine à écrire, les carnets de note puis l’ordinateur, portable ou non, les scénaristes disposent depuis quelques années de deux nouveaux écrans pour coucher scènes… épiques et répliques assassines : l’iPad (…oui, on peut employer un iPad pour travailler1 même si cela continue à en étonner certains2)…

Mais aussi l’iPhone.

Pour ma part, depuis l’arrivée d’une taille d’écran plus vaste gentiment moquée ci et là, l’iPhone est devenu ma machine à écrire : je m’en suis expliqué dans ce billet, urbanbike | Usages | En passant, pourquoi mon iPhone est devenu ma machine à écrire…!.

L’écriture de scénarios répond à des codes très précis car il n’y a pas que les dialogues des divers protagonistes à travailler mais également préciser leurs attitudes, psychologie, expressions. Sans oublier les mouvements de caméra à indiquer. Et conserver via des ruptures ou un rythme, un style constant, maintenir l’attention du spectateur, construire les rebondissements indispensables pour lui faire passer l’envie d’aller voir ailleurs…!

Des outils disponibles sur Mac mais pas que…!

Sous macOS, vous pouvez employer Highland, Final Draft, Celtx Script, Loglineou… Slugline

Depuis une semaine, en plus de Scripts Pro ou Editorial (si, si…!), vous pouvez tester Slugline, les habitués de la version macOS vont retrouver leurs habitudes…

Format Fountain

Comme Highland et quelques autres, Slugline emploie l’équivalent du balisage Markdown dédié aux scénaristes, Fountain. Ce balisage s’apprend vite, peut s’employer dès lors dans n’importe quel traitement de texte qui enregistre au format texte mais il s’avère plus rationnel d’employer un outil dédié (ou orienté) pour l’affichage du contenu selon les codes en vigueur dans la profession.

Slugline propose également les fameuses notes qui restent à la seule discrétion du rédacteur (…ne seront pas exportées dans le document final) et, tout aussi indispensable, les morceaux de dialogues ou des suggestions d’action qui seront caviardés à l’export mais conservés tels dans le fichier de travail…

reduc-450

Slugline permet de saisir tranquillement (à gauche) et de produire le document formaté standard (à droite)…

reduc-450

Pour cela, une barre additionnelle avec des balises Fountain mais également du Markdown

reduc-450

Des préférences assez subtiles à piocher…

Dont une que je signale après avoir fait mes copies d’écran, la possibilité de décocher le caractère Cont’d qui vient parfois mettre le souk dans la sortie formatée s’il y a des notes balisées ainsi [[note]] dans le flot… (cf. La première copie d’écran, vue de droite)…

reduc-450

La prévisualisation affiche ce qui peut être exporté en PDF ou simplement imprimé… Du coup, je suis parti en vrille pour tester ce produit, ce que reflète cette dernière copie d’écran…!

Oui, à l’usage, quelques dysfonctionnements mais, vu la qualité de la version macOS, cela sera corrigé vite et cela n’empêche nullement de mettre les pouces ou les doigts pour se lancer dans l’écriture sous iOS…!

Rappel utile : vos textes peuvent rester sur l’iPhone (ou l’iPad) ou être synchronisées entre iOS et macOS via iCloud ou DropBox.

Au final, j’apprécie cette première version sobre, élégante, efficace… Et vais expédier au développeur quelques remarques pour une version prochaine dont lui demander l’accès à une liste des personnages liée à chaque fichier de travail…

À suivre…!


  1. J’avais commis un livre sur ce sujet en 2011… 

  2. Relire quelques sujets écrits en 2014 — rappel, je n’ai plus aucun lien avec l’une ou l’autre de ces rédactions depuis… 

le 13/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Alzheimer | Voyager pour se retrouver ?

Placer les anciens qui perdent la mémoire dans les conditions du voyage

dans groummphh | mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

On le sait tous, les neurones filent à fond de train, toutes les familles peuvent en parler et notre ami Aloïs s’invite trop souvent sans s’annoncer, parfois chez des sujets jeunes, bien trop jeunes.

En discutant avec notre amie Sylvie, médecin qui bosse dans des établissements pour personnes âgées depuis plus de dix ans, c’est toujours l’occasion d’échanges passionnants mais également l’occasion d’apprendre que de nouvelles techniques sont mises en place, expérimentées, pour raviver les souvenirs de personnes qui ne parlent plus, ne mangent plus.

Et c’est ainsi qu’elle a évoqué une méthode1 épatante développée au départ en Italie par Alessandro Biamonti du Politecnico di Milano, le thérapeute Ivo Cilesi et Lapo Lani, architecte, le voyage virtuel. Cela nous a remis en tête une très belle bande dessinée2, celle de Paco Roca.

D’emblée, et c’est notre amie qui le rappelle, il faut se replonger dans l’univers de ceux qui sont actuellement dans des unités Alzheimer. Comment les stimuler ? Et c’est ici que ce dispositif de voyage reconstitué par ce décor d’un comportement de train, un écran sur lequel défile ensuite un film qui reprend toutes les caractéristiques d’un voyage en train fonctionne. Sans oublier un guichet pour prendre le billet vers la destination souhaitée.

En savoir plus :

reduc-450

Juste un détail, ne pas oublier qu’il faudra réadapter le cadre du voyage en fonction des prochaines générations. Elles auront peut-être besoin alors de se retrouver dans un wagon de TGV ou dans la reproduction d’une carlingue d’avion, voir dans l’habitacle d’une voiture ou d’un bus.

le 12/11/2017 à 14:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Par petites notes avec ia Writer 5 sous iOS

Écrire par fragments sur iPhone, illustration…

dans dans mon bocal | écrire | grospod | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Si d’autres applications Markdown ont poussé le concept assez loin, il n’est pas inutile de rappeler que des apps iOS comme ia Writer permettent aussi bien et sans un abonnement excessif de prendre des notes pour les organiser après coup sans difficulté.

iA Writer vient de sortir en version 5, j’avais rapidement rédigé quelques billets sur la beta1 auxquels vous pouvez également vous référer.

Ici, une série de copies d’écrans réalisées dans ma voiture en stationnement (ma vie est passionnante) puis (si, si…!) puis liées par un texte finalisé (encore) dans ma voiture en attendant ma passagère !
Je file faire un ping-pong entre deux averses…

Bien nommer chaque fragment

Une bonne pratique est d’utiliser astucieusement la première ligne de chaque note pour nommer le fragment que vous allez rédiger individuellement…

…bien entendu, chaque titre de note peut être modifié mais placer les bons mots clés ou la bonne formulation d’emblée est un gain de temps certain…

reduc-450

Une fois la note disposant de sa première ligne devenue le nom du fichier, rien ne vous empêche de supprimer cette première ligne…!

En effet le nom de fichier demeure, CQFD.

reduc-450

Une recherche subtile

Cette nouvelle version de ia Writer possède une fonction de recherche à deux niveaux :

reduc-450

  • une recherche pour accéder à un autre fichier en recherchant un mot clé, tous les fichiers créés par ia Writer sont alors filtrés à la recherche de la chaîne de caractères.
  • une recherche remplacement dans la note ou fichier ouvert… en ce cas, un appui long permettra d’accéder à cette action.

reduc-450

Je ne vous fais pas un dessin, c’est efficace.

Assembler les notes

Que faire ensuite de cette myriade de petites notes, fragments !? J’en avais parlé récemment dans quelques billets publiés ici2 mais je préfère revenir à grands traits dessus.

Les assembler en un seul contenu via une page qui contiendra tous les liens vers ces différentes notes.

reduc-450

Cela peut sembler compliqué mais s’avère assez simple à l’usage d’autant qu’il est facile de créer des liens via une icône dans la barre additionnelle (…qui occupe désormais l’espace du clavier masqué).

reduc-450

Le lien apparaît en clair avec le nom du fichier. D’où l’importance du nomage en amont !

Une prévisualisation avec des modèles différents

Une fois tous les liens ajoutés, les notes liées, il suffit de rester dans ce document maître pour prévisualiser le tout…!

reduc-450

Différents modèles sont disponibles.

reduc-450

Mais il peut manquer une table des matières.

Un sommaire automatique

Comme ia Writer se base sur les dernières avancées de MultiMarkdown, la fameuse balise TOC peut être employée pour créer un sommaire dès lors que les niveaux sont bien hiérarchisés (attention : pas de trous dans la hiérarchie, pas de passage d’un niveau 2 à un niveau 4 par exemple).

reduc-450

Des fonctions à revisiter…

ia Writer offre des accès plus simples à nombre de fonctions pratiques

reduc-450

Pour s’aider à écrire, changer la taille de la typo

reduc-450

Mais le must est de disposer d’une fonction de Versioning qui permet de revenir (certes, note par note) à une version précédente de chaque note)

Un clavier à ses doigts

Avec cette disposition qui occupe la place du clavier, à vous de disposer vos touches de fonction comme vous le souhaitez. Celles de mes copies d’écran correspondent à ma disposition et non celle par défaut…

reduc-450

Changement d’affectation aisé d’une touche, ici pour atteindre la fin du document affiché (comme c’est un assemblage de notes, on agit fragment par fragment)

reduc-450

Et, bien sûr, tout changement est immédiatement opérationnel

reduc-450

Exports tous azimuts…

Même si ia Writer ne propose pas d’export au format ePub, les options sont larges…

reduc-450

PDF, bien entendu avec la maquette de votre choix…

reduc-450

Ou export de tout l’assemblage de fragments au format Markdown en une seule fois vers Drafts par exemple…

reduc-450

Bref, souple, subtil et mise à jour de 4 vers 5 sans supplément de prix…

Bravo les développeurs…!


  1. Relire urbanbike | Version 5 en vue | coup d’oeil sur la beta de iA Writer iOS et urbanbike | Version 5 en vue | coup d’oeil sur la beta de iA Writer iOS | 2 

  2. Revisiter comment ça se passe dans iA Writer, le principe est le même globalement même si plus agréable sous cette version 5… urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer, urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer | 2, [urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer | 3](https://urbanbike.com/index.php/site/enchainer-vos-fichiers-avec-ia- 

le 10/11/2017 à 15:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Mémoriser ses parcours avec IMoves sur iPhone

Toujours agréable, clair et minimaliste

dans ailleurs | grospod | mémoire | usages
par Jean-Christophe Courte

En rédigeant urbanbike | Usages | Sac à dos et iPhone | mes apps en voyage, j’étais passé à côté de la mise à jour inattendue de iMoves GPS tracker.
Enfin !

Un vrai plaisir de retrouver cet app corrigée, une app qui ne transmet aucun fichier aux ogres du big data et permet de balancer la carte de son parcours dans Day One journal + mémoire par exemple.

Je signale un petit bug d’export vers l’album mais le passage par Notes rend l’opération possible.

Et, en quelques copies d’écran, mon usage pendant que le net était à la ramasse hier (…quand certains arrêteront de hurler quand il y a un incident ?? Ben oui, ça arrive… même qu’aucun d’entre-nous n’échappera à la dernière panne de notre existence, même cryogénisé…! Hihihi…!)

reduc-450

  • Un appui et hop, on part… Facile de changer de vignette pour l’enregistrement du parcours… Rappel, au départ, le développeur avait pensé cette app pour ses trajets en bateau… Notez que tout y est, vitesse de votre serviteur en marche vers la boulangerie…!

reduc-450

  • Le trajet s’enregistre tout seul avec le nom de la ville de départ. À la fin (je l’ai arrêté pour la copie d’écran), les stats du parcours et même une carte qu’il est possible d’exporter en lieu et place de ses informations GPX…

reduc-450

  • Les prefs permettent de choisir ce que l’on souhaite et une option payante (indispensable) pour enregistrer tous nos parcours…

reduc-450

  • Les plus…? Une carte dynamique en cours de balade ainsi que les infos de la météo prévue…

Bref, un très (très) chouette produit qui a réintégré mon iPhone 7 plus

Bon, prochaine version dans moins de trois ans…?!

le 10/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Clavier espagnol AZERTY avec touches ¿ et ¡ sur iPad

Astuce basique

dans autisme | pratique
par Jean-Christophe Courte

Mercredi matin par message… “Dis papa, je n’arrive pas à obtenir aisément les touches ¿ et ¡ sur mon clavier espagnol sur iPad alors que c’est facile sur l’iPhone via un appui long…”

Lecteur qui soupire par avance : oui, si l’on utilise le clavier espagnol QWERTY de base, on a aucun souci…

Mais comme ma fille a appris sur le bout des doigts (!) le clavier AZERTY1, elle l’utilise également en Anglais, Italien2, Portugais et Français, seuls les claviers Grec et Russe sont spécifiques sur son iPad…

Bon, une solution serait de tout basculer en QWERTY, elle y réflechit…

Mais, en attendant, comment procéder…? Facile…

reduc-450

  • Rappel, sur iPad sous iOS 11, touches à effleurement… deux effleurements successifs sur le clavier tactile et…
  • Mais comment cette proposition (rond vert…!) s’affiche…?

reduc-450

  • Simplement en ajoutant deux raccourcis ad hoc dans le remplacement de texte…

C’est tout…


  1. Elle n’a pas hérité de ma dyslexie, c’est rassurant… 

  2. Oui, elle a ajouté l’italien cette année, langue qu’elle apprend via des cours de conversation à l’Université. Sa chance…? Vu qu’elle n’a pas de vie sociale via les réseaux du même nom de par sa différence, elle se concentre sur ce qu’elle aime, l’apprentissage des langues… 

le 09/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Editorial, iOS et moi !

Toujours intéressant de redécouvrir une app après un bref éloignement de quelques mois

dans dans mon bocal | écrire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce dernier semestre, je l’ai passé avec Drafts 4 et Day One, totalement en rogne vis à vis de Ulysses et de son abonnement estival, testant la dernière mouture de ia Writer mais oubliant, pour le coup, de revenir de temps à autre sur Editorial.

Non pas que l’application ait été oubliée, je m’en sers régulièrement au format TaskPaper mais nettement moins en mode traitement de texte.

En rédigeant la dernière mouture de urbanbike | Usages | Sac à dos et iPhone | mes apps en voyage, j’ai remis mes doigts dessus et me suis souvenu pourquoi j’avais longtemps plébiscité cette application. Je l’avais abandonnée quand le developpeur avait laissé une limite au nombre de fichiers accessibles sous DropBox. Même s’il avait réagi très vite et corrigé, j’étais passé à autre chose puis revenu à nouveau à Drafts.

On ne rit pas mais j’ai également redécouvert nombre de workflows que j’avais modifié, la série d’icônes en haut de la version iPad soigneusement organisée pour doubler la barre additionnelle spécialisée de Editorial, les snippets, etc. Et, en mode saisie, l’élégance de la feuille de style qui évite quasiment de passer par la prévisualisation.

reduc-450

  • Prévisualisation accessible par un simple glissé vers la gauche puis retour par un simple glissé vers la droite…
    Notez l’ergonomie de la page de saisie avec sa rangée d’actions en haut et, dans la preview, le fait de disposer d’autres onglets dont l’accès à des pages internet…

Il faut dire aussi que Editorial et Drafts sont deux applications à la philosophie proche. Certes, aux workflows (actions) non identiques en terme de logique mais ce sont deux outils redoutables pour qui les approche. Complémentaires est bien le mot qui s’impose.

Mais ce qui est intéressant est qu’ils peuvent aisément s’envoyer comme dans une partie de ping-pong un texte balisé en Markdown et laisser au rédacteur préférer saisir ses notes en base de pages sur l’un et ses ancres sur l’autre, etc.

Bon, les rédacteurs moins téméraires peuvent se rabattre sur ia Writer qui arrive en version 5 ou encore sur Ulysses qui reste un excellent outil avec sa gestion de feuillets.

Mais il n’est pas incongru de réfléchir à Drafts ou à Editorial. De plus, si vous êtes auteur de scénarios, Editorial supporte certes Markdown et TaskPaper, CSS, JavaScript, HTML, texte pure mais surtout le format Fountain, parfait1 pour gérer dialogues et nombreux personnages de l’intrigue sur un iPad ou un iPhone…!

Bref, il est clair que Editorial est déconcertant (possède so, propre navigateur) mais si vous êtes curieux, voire un peu aventureux, il mérite toute votre attention.

Editorial ne supporte pas iCloud mais uniquement DropBox, ce qui le rend intéressant en complément de… Drafts qui, lui, synchronise dans iCloud mais exporte vers DropBox. Je vous laisse imaginer les options.

reduc-450

  • Complémentaires vous dis-je… Notez que la liste des actions est de mon fait, que chacun peut y mettre ce qu’il veut, que Editorial supporte TextExpander, etc.

Editorial : uniquement sous iOS (iPhone et iPad)

le 08/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?