Urbanbike

Recherche | mode avancée

Usages | Par petites notes avec ia Writer 5 sous iOS

Écrire par fragments sur iPhone, illustration…

dans dans mon bocal | écrire | grospod | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Si d’autres applications Markdown ont poussé le concept assez loin, il n’est pas inutile de rappeler que des apps iOS comme ia Writer permettent aussi bien et sans un abonnement excessif de prendre des notes pour les organiser après coup sans difficulté.

iA Writer vient de sortir en version 5, j’avais rapidement rédigé quelques billets sur la beta1 auxquels vous pouvez également vous référer.

Ici, une série de copies d’écrans réalisées dans ma voiture en stationnement (ma vie est passionnante) puis (si, si…!) puis liées par un texte finalisé (encore) dans ma voiture en attendant ma passagère !
Je file faire un ping-pong entre deux averses…

Bien nommer chaque fragment

Une bonne pratique est d’utiliser astucieusement la première ligne de chaque note pour nommer le fragment que vous allez rédiger individuellement…

…bien entendu, chaque titre de note peut être modifié mais placer les bons mots clés ou la bonne formulation d’emblée est un gain de temps certain…

reduc-450

Une fois la note disposant de sa première ligne devenue le nom du fichier, rien ne vous empêche de supprimer cette première ligne…!

En effet le nom de fichier demeure, CQFD.

reduc-450

Une recherche subtile

Cette nouvelle version de ia Writer possède une fonction de recherche à deux niveaux :

reduc-450

  • une recherche pour accéder à un autre fichier en recherchant un mot clé, tous les fichiers créés par ia Writer sont alors filtrés à la recherche de la chaîne de caractères.
  • une recherche remplacement dans la note ou fichier ouvert… en ce cas, un appui long permettra d’accéder à cette action.

reduc-450

Je ne vous fais pas un dessin, c’est efficace.

Assembler les notes

Que faire ensuite de cette myriade de petites notes, fragments !? J’en avais parlé récemment dans quelques billets publiés ici2 mais je préfère revenir à grands traits dessus.

Les assembler en un seul contenu via une page qui contiendra tous les liens vers ces différentes notes.

reduc-450

Cela peut sembler compliqué mais s’avère assez simple à l’usage d’autant qu’il est facile de créer des liens via une icône dans la barre additionnelle (…qui occupe désormais l’espace du clavier masqué).

reduc-450

Le lien apparaît en clair avec le nom du fichier. D’où l’importance du nomage en amont !

Une prévisualisation avec des modèles différents

Une fois tous les liens ajoutés, les notes liées, il suffit de rester dans ce document maître pour prévisualiser le tout…!

reduc-450

Différents modèles sont disponibles.

reduc-450

Mais il peut manquer une table des matières.

Un sommaire automatique

Comme ia Writer se base sur les dernières avancées de MultiMarkdown, la fameuse balise TOC peut être employée pour créer un sommaire dès lors que les niveaux sont bien hiérarchisés (attention : pas de trous dans la hiérarchie, pas de passage d’un niveau 2 à un niveau 4 par exemple).

reduc-450

Des fonctions à revisiter…

ia Writer offre des accès plus simples à nombre de fonctions pratiques

reduc-450

Pour s’aider à écrire, changer la taille de la typo

reduc-450

Mais le must est de disposer d’une fonction de Versioning qui permet de revenir (certes, note par note) à une version précédente de chaque note)

Un clavier à ses doigts

Avec cette disposition qui occupe la place du clavier, à vous de disposer vos touches de fonction comme vous le souhaitez. Celles de mes copies d’écran correspondent à ma disposition et non celle par défaut…

reduc-450

Changement d’affectation aisé d’une touche, ici pour atteindre la fin du document affiché (comme c’est un assemblage de notes, on agit fragment par fragment)

reduc-450

Et, bien sûr, tout changement est immédiatement opérationnel

reduc-450

Exports tous azimuts…

Même si ia Writer ne propose pas d’export au format ePub, les options sont larges…

reduc-450

PDF, bien entendu avec la maquette de votre choix…

reduc-450

Ou export de tout l’assemblage de fragments au format Markdown en une seule fois vers Drafts par exemple…

reduc-450

Bref, souple, subtil et mise à jour de 4 vers 5 sans supplément de prix…

Bravo les développeurs…!


  1. Relire urbanbike | Version 5 en vue | coup d’oeil sur la beta de iA Writer iOS et urbanbike | Version 5 en vue | coup d’oeil sur la beta de iA Writer iOS | 2 

  2. Revisiter comment ça se passe dans iA Writer, le principe est le même globalement même si plus agréable sous cette version 5… urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer, urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer | 2, [urbanbike | Enchaîner vos fichiers avec iA Writer | 3](https://urbanbike.com/index.php/site/enchainer-vos-fichiers-avec-ia- 

le 10/11/2017 à 15:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | LongScreen pour gérer les copies d’écran iOS

Le X est pris en compte

dans grospod | outils | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Billet cuisine du blog : pour illustrer urbanbike avec des copies d’écran tirées de l’iPhone ou du iPad, j’utilise depuis pas mal de temps (facile à vérifier…!) LongScreen

En quelques …copies d’écran, un rappel illustré de son intérêt (indispensable dans mon cas pour ajouter ces masques d’iPhone ou d’iPad et ainsi contextualiser et avoir de la marge pour placer — en partie sur la lisière — des éléments pour situer le point à regarder et donc à utiliser…

Ici, avec ce que j’utilise au quotidien1, un iPhone 7 plus

reduc-450

  • les deux panneaux de préférences (cercle jaune) permettent de choisir entre jpg et png (désormais, du JPG ici) mais aussi de choisir le masque (iPad, iPhone, etc.) qui sera appliqué autour de chaque copie d’écran
    Attention: impossible de placer un masque d’iPad sur une copie d’écran de iPhone, etc.
    La disposition (cercle vert) …dans mon cas, horizontal… Puis choisir dans la galerie d’images présentée en arrière-plan la ou les copies d’écran souhaitées (…je préfère jouer sur des paires).
    Puis validez passe en actif (cercle rouge) si au moins une illustration est sélectionnée…

reduc-450

  • quelques options sont présentes en bas d’écran, notamment pour écarter (ou supprimer) les copies d’écran, etc.
    Et, à gauche, l’icône d’export… Je ne vous présente pas la poubelle à droite.

reduc-450

  • au moment d’enregistrer, LongScreen (…en fonction des préférences vues au départ) propose de supprimer les images sources, fort pratique…
    Et, à la fin, tadaaaaaa…

reduc-450

C’est tout !

Et les doigts et les flèches ? Des éléments tirés d’un fichier illustrator mais nécessitant un montage sous macOS.
En attendant de trouver mieux et de tout faire dans iOS.


  1. Si un lecteur, une lectrice souhaite upgrader mon iPhone, qu’il ou elle n’hésite pas… 

le 06/11/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Day One sous iOS 11 est partageur…

…rappels utiles

dans grospod | mémoire | outils | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Ma propre utilisation quotidienne de Day One se modifie avec le temps et plus encore depuis que j’ai opté, contrairement à d’autres applications, pour un abonnement.

Entre la version classique de 2010 et celle que j’utilise aujourd’hui, que de chemin parcouru… et j’ai la forte impression que cela ne va pas s’arrêter en si bon chemin…

Du coup, n’étant pas limité à un unique journal et à un seul cliché par entrée, solution qui convient aux usages de ma propre fille qui est une utilisatrice aguerrie depuis 2014, j’ai commencé à multiplier les journaux. Voire à les renommer, en fondre ou à en créer.

  • Le journal standard (…qui conserve la couleur bleu propre à Day One) qui reste celui de mon quotidien, rappel des évènements, du passage des amis ou famille, moments de vie.
  • Celui des balades et donc totalement orienté voyages ou baladeS…
  • Celui qui reprend les billets publiés avec les illustrations maintenues sur le serveur d’urbanbike
  • Un spécifique à mes (mauvaises) humeurs qui deviendront nouvelle ou billet
  • Celui qui regroupe mes petites nouvelles, ébauches littéraires sans lendemain
  • Un autre nommé Projets et dont je ne vous révélerais pas le contenu
  • et un septième dédié à un sujet précis et personnel également

reduc-450

La force de Day One est de proposer de lister tous ces journaux dans une seule colonne en les mixant ou, au contraire, de n’afficher que les contenus d’un journal.

Bien entendu, je peux saisir chaque entrée dans Day One qui dispose d’une barre additionnelle orientée Markdown. C’est ce que je fais dès que je glisse une ou plusieurs photos dans l’une (sachant que je peux aller jusqu’à trente clichés, ce qui dix fois au-dessus de mes besoins actuels !).

Drafts comme outil de saisie

Mais, la plus part du temps, j’écris dans Drafts: Quick Capture, que ce soit sous iPhone (avec deux pouces…!). Ou sous iPad (avec MyScript Stylus - Handwriting Keyboard).

Les raisons sont simples à mes yeux, la barre additionnelle de cette app de prise de notes totalement adaptée à mes usages, des actions souvent personnalisées au minimum qui me permettent de distribuer mes textes là où je le souhaite.

reduc-450

  • À gauche | une vue d’ensemble avec la barre additionnelle
  • À droite | la fenêtre d’ajout d’action dans la barre additionnelle… Au lieu de mettre un texte, hop, une icône…

Dont l’action – Action: Day One 2 | Drafts Action Directory – qui balance directement le contenu de la fenêtre de Drafts dans Day One, sans autre forme de procès…!

Charge à moi ensuite de changer de journal, etc. Mais c’est rustiquement efficace…!

Drag and drop de clichés piochés dans Safari

Ce qui suit n’est pas (encore) ma tasse de thé mais cela peut le devenir si je cesse un jour de partager mes découvertes et coups de cœur via Ancr.es.

Mais la manœuvre requiert iOS 11 et un iPad supportant Split View.

Du coup, il est aisé, comme pour une sélection de texte, de faire glisser une photo de Safari vers Day One et donc créer une nouvelle entrée embarquant ces photos empruntées.

reduc-450

  • Un appui long et hop, on fait glisser… Belle alternative à Evernote.

Et pourquoi pas… Copied… la source…!

Jeu de mots nul, explications…

reduc-450

  • Pensez à utiliser Copied, histoire de conserver la source de vos emprunts…

reduc-450

  • Ici également, un appui long dans le clavier de Copied pour lister les choix et ajouter dans l’entrée de Day One la source déjà balisée en Markdown

À suivre.

le 10/10/2017 à 11:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pourquoi je ne m’abonne pas à Ulysses, le témoignage exclusif du frère de Pénélope

Ithaque et Ibiza, pas les mêmes valeurs !

dans dans mon bocal | écrire | groummphh | outils
par Jean-Christophe Courte

À quoi tient une rupture, hein ?! À pas grand chose mais souvent à un manque de tact…!
C’est souvent une broutille qui sépare les amants, une incompréhension, un geste oublié !

Ainsi le collage spécial introduit dans la dernière version de Ulysses sur iOS existe depuis des lustres sur macOS.

On l’attendait depuis des semestres sur iPad et iPhone mais au lieu d’arriver avant le passage à l’abonnement, il est arrivé après, en même temps que la localisation en coréen (…à battre1 dans mon cas), russe et portugais du Brésil.

C’est ballot.

Du coup, un peu l’impression que l’abonnement actuel ne se justifie que par cette fonction pas si nouvelle2.

Sauf que j’ai également jeté un œil sur le coût de l’abonnement et comparé avec celui de deux autres traitements de texte (les prétendants me dit Pénélope qui est une sacrée… connaisseuse) que j’ai déjà testé longuement.

Bref, pour peser le tout et à la louche. À vérifier par vous même car les infos apparaissent parfois en € ou en $ sous iOS 11 beta…

Ulysses

4,99 € par mois
39,99 € par an

Day One

2,99 € par mois
24,99 € par an

Bear

1,49 € par mois
14,99 € par an

Entre cette ingratitude qui consiste à priver brutalement de dessert (!) ses usagers et le reste, je me suis interrogé sur ma relation amicale — et de fort longue date — avec Ulysses (relire mes nombreux billets dans urbanbike).

Depuis la disparition soudaine de Daedalus touch (!), j’ai bien compris qu’il était devenu sourcilleux côté sesterces…!

Alors, sur mon île bretonne, là où se distille de délicates bières3 blanches ou ambrées, j’ai pris le temps de peser le pour et le contre de notre relation.

Au quotidien, pour mon propre usage, aucun besoin régulier en fait. À l’inverse de mes fidèles Day One4 et de Drafts, maintes fois mentionnés l’un comme l’autre.

Du coup, je suis en train d’exporter (mollement, rien ne presse…) mes docs Ulysses vers ces apps Markdown. Car, si j’ai réellement besoin de Ulysses, je mettrais des euros dans un abonnement pour quelques mois uniquement.

Voilà, c’est mûrement pesé.

Avec un abonnement à la hauteur de Bear, ça passait crème mais la cupidité aveugle parfois les esprits les plus affûtés !


  1. c’est nul mais difficile à placer généralement ! 

  2. elle m’intéressait à cause de la manière de Ulysses de gérer les notes dans des containers, un copié/collé d’un bout de texte Markdown avec note de bas de page ne résiste pas sous iOS à sa conversion dans Ulysses, ça crée …des fausses notes ! 

  3. …patrie de la brasserie la Morgat 

  4. Je regarde vite fait le nombre d’items dans Day One, 4662 entrées, 3686 photos, 1836 jours notés… Pffff… Une vie quoi…! 

le 29/08/2017 à 17:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Avis aux barbus…! Petite enquête, c’est pour un copain…

Électrique ou mécanique…?

dans ailleurs | dans mon bocal | outils | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ma vie est passionnante : bon, ça me reprend toutes les décennies, ras le bol du joug du rasoir, des joues lisses, je laisse tout (re)pousser en mode broussaille1

Enfin, non, je razouille un poil (quel humour…!) en haut et dessous, je maintiens les territoires de peau fraîche et laisse le reste envahir mon visage…

Pas question d’avoir une barbe de trois jours (autant continuer à se raser…!), juste un truc maintenu comme un arbuste dans le jardin…!

Mon fiston, qui est barbu z…aussi (…comme l’étaient ses deux grand-pères) m’incite à m’offrir prochainement une tondeuse électrique. Mouiiii, pas bête…

Du coup, j’ai passé deux ou trois bonnes heures à regarder l’offre, visionner les vidéos, lire les témoignages des utilisateurs et comparer les prix…

Rien ne me botte…

Et puis, en changeant les mots clés un bon nombre de fois, je suis enfin tombé sur un rasoir de sécurité que j’ai failli acquérir… Le prix est élevé mais c’est le principe des lames qui me chagrine.

Comme je suis vieux et désormais sans aucune retenue — référence à ce fabuleux film avec SylvieLouise Pauline Mainguené — dans le rôle principal, la vieille dame indigne — j’ai écrit au concepteur en lui exposant mes idées. Qui m’a répondu car proche des siennes… Et hop, de fil en aiguille…

Bref : Anthony (…Mister nshaved) bosse sur un nouveau projet (héhé…!) qui est dans la ligne de ce que je souhaite et lance un formulaire pour connaitre nos attentes…!

C’est sur facebook mais aussi sur cette simple URL en ligne.

We need you…

Chers barbus (ou pas), merci de fournir quelques données à Anthony…

Pour ma part, le prix ne doit pas être excessif, la garantie à vie, je m’en fous un peu (…la mienne risque d’être assez… courte…!) mais je suis pour un système non électrique avec un sabot ajustable à mon poil dru rugueux…! Bref, utilisable à sec ou sous la douche avec un peu de savon (à la k…).

Bref, partisan d’un système rustique, ben d’chez’nous (made in dans le coin), avec des lames standard et beau, un peu lourd, bonne tenue en pogne et qui taille — plus qu’il n’arrache…! — ma pilosité.

Pour l’instant, c’est ciseaux longs et peigne mais va falloir agir (ou pas…!).

Allez, ça ne dure que trois minutes, le temps d’un rasage…!

Note de fin : savoir que, dans quelques temps, on aura à dispo autre chose à envisager que les excellentes tondeuses électriques de chez Bzzzz ou brrreuuuuuuu (voir les nombreuses vidéos), c’est-à-dire un truc beau et écologique, que l’on pourra se laisser pousser la barbe (et revenir sur notre décision) est une idée qui me ravit…

Qui a dit négligé…?!! Non, elle clignote du noir au blanc


  1. …référence à Que votre moustache pousse comme la broussaille !, une version ePub devrait arriver prochainement me dit-on… J’attends…! 

le 29/07/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Incroyable, ToonPAINT est devenu compatible avec iOS 10

Redécouverte express…!

dans dans mon bocal | grospod | outils | photographie
par Jean-Christophe Courte

Attention : ce billet comporte des scènes choquantes, éloignez vos enfants et toutes les personnes sensibles…!

La précédente mise à jour était de 28 octobre 2013. Inutile de dire que j’avais oublié, poubellisé ces derniers temps cette app. Et, de facto, j’ai totalement raté la mise à jour de mai 2017. Je suis retombé dessus par hasard.

ToonPAINT conserve des options que je qualifie, pour mon usage, d’intéressantes (si, si…!) mais dans une interface qui est dans le jus des canons de 2010.

reduc-450

  • Désolé, je n’ai qu’une vieille photo de ma pomme (oui, je sais, c’est pas très vendeur) sous la main…

reduc-450

  • Les réglages standards donnent déjà une première idée mais testez les diverses options de Taille avant de passer au mode Ombre… Mais ce n’est pas tout…

reduc-450

  • En activant l’option de lissage, c’est mieux (enfin, façon de parler vu le sujet…!) et ensuite vous pouvez passer à la colorisation… Ou pas…!

En résumé, l’ergonomie n’a pas bougé, c’est toujours aussi moche mais, comme je l’avais écrit à l’époque (…6 ans), ça fait assez bien ce que l’on lui demande.

Et, bien sûr, certaines options supplémentaires (colorisation) sont payantes en sus. Mais si vous avez juste besoin d’un dessèchement un peu chiadé à partir d’une photo prise au iPhone, c’est épatant.

Rappel : si vous aviez une licence, pas mal de se replonger dans cet outil qui, combiné avec quelques autres vieux développements sous iOS comme HOPE Poster, une autre antiquité, peut simplifier votre vie de créatif.

le 12/07/2017 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bamboo Solo Wacom en main

Une quatrième génération agréable

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | écrire | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Comme j’écris de plus en plus à la main sur mes écrans tactiles (plus de 90 %), je souhaitais tester le Bamboo Solo que j’ai commandé en ligne chez Wacom. J’en ai profité pour acquérir quelques pointes dures pour mes précédents Wacom bamboo dits de première génération, pas persuadé que cette gamme soit éternellement conservée au catalogue !

reduc-450

  • Cerclé de vert le Solo et deux pointes de rechange montées sur un axe métallique
  • Cerclé de rouge, les trois (si, si…!) pointes dures du Bamboo original

Sans surprise, ce bamboo Solo est excellent (ce billet est – bien entendu – rédigé avec sa seule aide dans son premier jet), agréable à utiliser.

Point de détail : il me semble plus silencieux sur le iPhone – mais c’est peut être du exclusivement au film de protection que j’ai ajouté récemment sur ce 7 plus – que sur le iPad Pro où il couine un peu comme une souris ! En revanche, moins réactif, film de protection toujours…?

Côté poids, cette nouvelle génération (2) est nettement plus légère (je ne parle même pas de celui du Pencil d’Apple (1) !) mais également plus long que le Bamboo originel (3), ce qui n’est pas désagréable pour écrire.

reduc-450

Certes, avec mon mini Bamboo rouge, je n’ai rien à ajouter !

— Merci Sylvain d’avoir repéré que je m’étais emmêlé les pinceaux dans les chiffres (rectifié)

Bref, je l’emploie principalement sous Drafts et avec Stylus sur iPad et ça fonctionne fort bien.

Sa pointe, hormis ce couinement quasi imperceptible, glisse divinement et aucun souci pour rédiger ce rapide billet.

Question : pourquoi plusieurs stylets ?

J’imagine que vous possédez plusieurs stylos et aimez en changer selon vos besoins ! C’est mon cas, j’emploie des crayons et des pointe Bic. Par contre, je ne fantasme pas sur les vrais stylos à plume avec cartouches d’encre dédiés aux vrais écrivains (sic…!).

Plus exactement, ce sont eux qui ne m’aiment pas à moins que ce soient mes mains (métabolisme de m…) qui soient trop chaudes. J’ai fini par comprendre que j’avais une furieuse capacité à tâcher mains et vêtements avec ces outils alors que je n’ai pas souvenir de pareilles péripéties avec mes graphoplex à pointe tubulaire ou mes rotrings. Va comprendre…!

Pour dessiner (plein de très bonnes apps dédiées) ou écrire sur Nebo, le Pencil reste l’ idéal (…et indispensable !). Mais pour prendre des notes, des écrits… vains… sur Drafts, c’est de la simple calligraphie et ces Wacom sont parfaits pour l’usage que j’en ai.

Leur multiplication me permet d’en laisser dans l’horrible pochette que j’attache à ma ceinture et qui me suit partout, d’en laisser un sur ma table de chevet. Ou de prendre le relais quand mon Pencil est déchargé.

Car ces Wacom Bamboo ne nécessitent pas de l’être, c’est un point pratique en voyage par exemple.

Voilà, c’est dit !

Quitte à faire un peu de prosélytisme, je vous incite à nouveau à essayer Stylus, sachant de plus que cette technologie de reconnaissance de nos écritures manuscrites est française… malgré un nom anglo-saxon !

le 23/06/2017 à 10:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?