Urbanbike

Recherche | mode avancée

ProCamera se bonifie sous iOS 11

Vous avez dit… réactif ? C’est le cas de son HDR…

dans dans mon bocal | grospod | photographie
par Jean-Christophe Courte

Autant le dire de suite, ravi de retrouver ProCamera en dernière version et son excellent HDR (ou au format RAW si besoin). Plus besoin de me battre pour virer Live, etc. Juste choisi par défaut le Mode éclatant pour m’éviter une image un poil terne et donc filer dans les outils de post traitement de ProCamera ou du très bon MaxCurve.

Quelques copies d’écran — plus intéressantes que mon babillage — pour illustrer ce retour sur mon iPhone …même si je conserve Adobe Photoshop Lightroom for iPhone

reduc-450

Par défaut donc, du RAW pour toutes les photos hormis celles réalisées en HDR ou les modules LowLight.

Rappel car je vais — de suite…! — passer au HDR…!

reduc-450

ProCamera a accès à mon album et donc a tous les types de photos qui y sont mais les siennes sont bien affichées avec la mention HDR. En HDR, j’ai choisi l’option éclatant

reduc-450

Bon, ce mode HDR me permet d’obtenir une image correcte que je peux néanmoins traiter dans …ProCamera… En appliquant l’un des styles (et le nuancer). Ou…

reduc-450

…passer par MaxCurve pour redresser et appliquer l’un de mes presets…

reduc-450

Bien sûr il faut valider cet enregistrement depuis MaxCurve (à gauche) et l’on retrouve bien dans ProCamera l’image encore reconnue comme HDR (à droite).

Rappel : si vous corrigez une image RAW via MaxCurve ou ProCamera, ces derniers enregistrent une nouvelle image sans altérer l’original

reduc-450

En plus des infos techniques, ProCamera délivre d’autres éléments…

C’est tout…!

le 21/09/2017 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Snapseed tourne sous iOS 11

Quelques nouveautés…

dans grospod | photographie
par Jean-Christophe Courte

Bon, je ne reviens pas sur le produit déjà présenté ici plusieurs fois…

reduc-450

Ouvrez un cliché…

reduc-450

D’emblée une série de styles prêts à l’emploi (ainsi que l’accès aux infos de votre cliché)

reduc-450

Quelques nouveaux outils dont cet outil perspective

reduc-450

Avec ajustement des bords…

Bien entendu vous pouvez multiplier les calques (un par outil de correction) pour obtenir l’image souhaitée, visualiser l’image d’origine ou juste avec l’un des outils employés…

reduc-450

Puis exporter l’image, etc. Bref, cela s’est étoffé…

À (re)tester…! Et c’est (toujours) gratuit…

le 20/09/2017 à 15:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Prise de vue et Lightroom iOS | 5

À l’usage, pas mal : rappel de ce qui fâche et de ce qui me plaît…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | photographie | usages
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : rythme de rentrée…

Au lieu de tester en quatrième vitesse, j’ai préféré essayer Lightroom Mobile sur une longue période — lire ce premier épisode — , dans des conditions que je peux qualifier sans barguigner de réelles, c’est à dire ailleurs que dans mon bureau, en balade avec l’envie de réaliser quelques clichés dans des conditions pas toujours confortables : comprendre, dans une nature hostile (!!) adossé à un réseau saturé (…je sens que j’en fais un peu trop…) et une connexion au net quasi inexistante ! Ceux qui se suivent sur mon compte instagram l’ont constaté quotidiennement, j’étais sur une île !
Ce qui suit sont des bribes de réflexion et non un banc d’essai, une succession de notes étalées sur près de cinq semaines…

En effet, pas besoin d’aller loin, juste de sauter dans le ferry qui file à Belle-île en pleine saison estivale, retrouver cette période annuelle de totale saturation du réseau en 3G. Je n’évoque pas même le partage de la box entre les différents locataires du hameau sous peine de rire nerveusement !

C’est dans ces conditions où les 128 Go du iPhone 7 plus n’étaient pas de trop pour encaisser un bon millier de clichés. Par précaution, j’en avais ripé près de 450 comme je l’avais expliqué dans un billet précédent.

Car, à mes yeux, le seul gros point qui cloche avec cette version mobile de Lightroom reste la synchronisation du iPhone avec le nuage d’Adobe. Dans de telles conditions, il est quasi indispensable de synchroniser a minima chaque nuit sous peine de mettre en danger ses photos… À condition que la connexion s’établisse ! J’ai essayé moules fois avant de renoncer…

Synchro → gros point noir

Le maillon faible du dispositif me semble être l’impossibilité de synchroniser localement, le passagères clichés via le cloud étant la norme. Je pense que mon prochain iPhone (hahaha, laissez-moi rêver…!) possédera 512 Go de stockage et ce ne sera pas pour fanfaronner mais juste pour ne plus tenter des synchros d’une vingtaine d’images chaque nuit via un réseau anémique.

Heureusement, j’avais anticipé en cherchant une option non documentée — lire ce quatrième épisode — pour sauvegarder, tant bien que mal, mes clichés mais ce n’est pas concluant. Car c’est également perdre toutes les options effectués lors du post-traitement…! Si les développeurs d’Adobe pouvaient prendre ce point en compte et envoyer sur les roses les gars du marketing qui ont peur pour leurs marges, ce serait splendide. Mais il se peut que je n’ai pas tout compris et omis une manipulation. Si c’est le cas, merci, ô lecteur, de me l’expliquer en détail par courriel, je suis client.

reduc-450

Ne pas oublier de virer de suite les photos inutiles de son iPhone

Pour un éloge de la lenteur…

Hormis ce point douloureux, le dispositif me convient — lire ce troisième épisode — …même s’il faut accepter de relentir, de prendre son temps, voire d’anticiper les prises de vue. Cadrer calmement1.

En revanche, épatantes prises de vue avec les deux optiques disponibles sur le 7 plus et, indubitablement, un résultat souvent étonnant — lire ce second épisode — grâce au HDR. Et au format RAWqui ne sert à rien comme l’expliquent certains experts de grands quotidiens francophones.

Et, ce que je suis incapable d’expliquer, au dématriçage (orthographe ?) réalisé par Lightroom. L’image prise est stockée dans un espace tampon avant d’être pré-traitée avant d’arriver dans la galerie. Cela veut dire que les images capturées n’arrivent pas de suite dans cette dernière, s’égrènent même assez lentement mais pour un résultat optimal.

À l’auteur du cliché d’intervenir ensuite et corriger chaque individuellement lors d’une opération de post-traitement. Quitte d’ailleurs à enregistrer un ensemble de réglages à appliquer individuellement sur d’autres clichés.

La Synchro se réalise ensuite (on peut opter pour qu’elle s’opère via les données cellulaires au risque de cramer son forfait mais tout dépend du réseau…) : pas de miracle, la qualité de la connexion est la clef !

Un mois quasi exclusivement sur Lightroom

Du coup, j’ai pratiquement oublié toutes les applications de photo pour ne prendre mes clichés qu’avec Lightroom et le iPhone 7 plus.

Certes, le fichier de base avoisine fréquemment les 14 Mo mais, avis personnel, le jeu en vaut la chandelle. Si les clichés obtenus – hormis dans des conditions de lumière faible – sont épatants à “mes” yeux, il y a d’autres aspects réjouissants.

Déjà le négatif numérique (DNG) et sa facilité de correction est un “must”. Mais, pour l’individu fragile que je suis devenu (vieux, quoi), ne plus me ruiner l’épaule en trimballant 5 Kg de matériel est un réel plaisir. L’iPhone dans une poche, c’est aussi un gage de discrétion…

Lightroom gère très bien les deux optiques, applique les correctifs optiques par défaut si on le souhaite et sait jouer du HDR sans que le résultat soit trop artificiel.

Dans la série des options renversantes, clareté, vibrance, saturation mais aussi une correction du voile atmosphérique ainsi que le contrôle de la netteté, des fonctions qui changent sérieusement la donne. À employer avec parcimonie néanmoins !

Au final, près de 1500 clichés…

Mon test de Lightroom touche à sa fin (même s’il ne se s’arrête pas à l’issue de ce billet). j’ai fini par récupérer début septembre 1060 autres clichés via la synchronisation propre au nuage de Adobe. Mais, même en 4G, c’est bien long.

Dans un premier temps, et par précaution, j’ai employé à nouveau la méthode que j’ai décrite début août. Car, n’étant pas certain de synchroniser rapidement, j’ai préféré doubler le dispositif, à savoir :

  • récupérer mes clichés bruts via un câble USB et iTunes comme début août
  • puis récupérer, via la Synchro à la sauce adobe, les clichés expédiés dans le nuage dédié.

Car le gag est que la ligne ADSL en Bretagne était certes anémique mais, chez moi en région parisienne, c’est à peine plus rapide : d’où l’emploi de l’iPhone en modem 4G (merci Free au passage, je sais qu’il est de bon ton de fustiger cet opérateur mais je n’oublie pas ma vie avant…) qui m’a réellement dépanné.

reduc-450

La vraie question est encore de savoir si je dois synchroniser encore et toujours. Ou carrément n’en avoir rien à faire et traiter différemment les images capturées :

  • Si urgence ou envie, sur Lightroom Mobile et publier sur instagram …ou exporter par courriel ;
  • si rien ne presse (90 % des cas), agir sur la version macOS dans Lightroom en important à l’arrache mes clichés. Et reprendre tranquillement le post-traitement des images déjà traitées juste pour le partage.

En effet, vu ce que j’ai testé ces dernières semaines, le câble avec récupération sur mon antique portable me semble la solution la moins consommatrice de ressources.

Alors, en balade, l’iPhone tout seul ?

J’ai apprécié (et j’apprécie toujours !) la souplesse et la légèreté du iPhone. Mais il est clair que je ne peux pas jouer sur la profondeur de champ et donc gérer le flou devant et derrière le sujet. Dans 95% des cas en balade à l’étranger, en mode sac à dos, ça me convient parfaitement même si je ne peux pas isoler un élément dans la composition. C’est une contrainte mais les clichés obtenus via Lightroom sont de bonne qualité.

Néanmoins — étant à demeure — dans de rares circonstances, j’ai dégainé un 100 macro que j’avais vissé sur mon antique 5D mark O ! Et j’ai redécouvert la splendide soupe (…rien de péjoratif, bien au contraire !) mitonnée par les 12 Mp de ce fidèle Canon.

Cela ne m’a pas coupé dans l’envie de poursuivre avec le iPhone mais bien de penser à remettre dans mon sac à dos cet ensemble Canon EOS 5D + Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM + une carte 64 Go + un chargeur + une batterie de secours. Ou, autre solution, d’y glisser mon Canon M zéro avec un Canon EF-M 28mm f/3.5 Macro IS STM.

Bref, il n’est pas stupide de photographier avec l’application Lightroom Mobile (et se coltiner le post-traitement). Puis retrouver ses fichiers dans la version Lightroom sous OS X, mélangés sans complexes avec ceux de boitiers plus professionnels.

reduc-450

Une fois les images passées, on peut vider les caches (et conserver les images si nécessaire quelque temps) mais le gain de place est sidérant…

Mais ceci a un coût (abonnement), consomme du temps et des ressources. Une alternative existe sous la forme d’une App décrite maintes fois ici, en l’occurence MaxCurvelire Sac à dos et iPhone | MaxCurve — qui est disponible en version 3 et que je vois bien continuer à progresser…


  1. j’ai découvert à cette occasion qu’il y avait une option pour signaler quand l’image était horizontale, option que j’ai fini par adopter. C’est vers la fin de mon périple que j’ai découvert cette option niveau avec alerte discrète, fort pratique pour ajuster son cadrage par temps gris, quand le ciel et la mer ont pratiquement la même couleur…! Les jours précédents, je me suis repéré sur la grille et redressais mes paysages lors du post-traitement. 

le 07/09/2017 à 19:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Prise de vue et Lightroom iOS | 4

Récupérer les DNG réalisés avec un iPhone sans connexion au net

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | photographie | zen
par Jean-Christophe Courte

Aventures dans les îles ! Certains lieux en France connaissent des pics de fréquentation à de précises périodes de l’année. Si le reste du temps, la connexion locale suffit pour le peu d’habitants, autour du 15 août, les réseaux sont totalement saturés. Ou c’est l’ADSL de votre location qui défaille…

Manque de chance, c’est l’instant où votre iPhone est blindé de photos au format DNG et, comme chaque image avoisine les 40 Mo, comme un léger souci pour les synchroniser à votre compte CC indisponible par manque chronique de connexion.

Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • piquer une (très grosse) colère contre les opérateurs locaux qui sous-dimensionnent le réseau et n’offrent pas même de 4G… ça soulage mais c’est totalement inefficace
  • envoyer l’iPhone balader au loin (…le mieux est alors de me l’expédier, j’ai quelques idées en terme de recyclage)
  • trouver une connexion ADSL en état de marche chez des amis en campant dans leur salon le temps du transfert, ce qui peut durer quelques jours…!
  • prendre des photos en JPEG avec l’application photo d’origine et en activant le HDR (très bonne option)
  • ou, si vous êtes venus avec votre Mac, des disques durs et des câbles, transférer directement vos précieuses images faites avec Lightroom Mobile dans votre iPhone via… iTunes !

C’est la solution que j’ai adoptée en découvrant que j’avais plus de 400 clichés en attente et ce très léger souci (sic !) de connexion.

Il suffit de connecter son iPhone au Mac puis lancer iTunes. les copies d’écran sont explicites.

reduc-450

  • je vous laisse retrouver Lightroom puis lire le poids des images une fois arrivées sur un disque distant…

Le dossier complet étant copié, à vous ensuite de réimporter (ou déplacer si ils sont sur le même disque dur) vos clichés dans Lightroom.

reduc-450

Conseil de bon sens… Pensez à effectuer de suite une copie des clichés sur un second support… C’est mon côté Parano

Effacer les images dans le iPhone

Ces opérations étant terminées, reste ensuite à supprimer les images du iPhone puis à vider les caches.

Mais avant, pas inutile d’en traiter quelques unes qui seront expédiées sur la pellicule de votre iPhone pour les partager sous Instagram, Mail, Messages ou Twitter…

reduc-450

  • je commence par les traiter, puis les marquer… Ici, je conserve l’oiseau est de profil. Sinon, je supprime et/ou ne marque pas l’image sans l’avoir traitée…

reduc-450

  • il suffit de trier (les bonnes images étant marquées) puis d’exporter à la dimension souhaitée vers l’Album…

reduc-450

  • Au passage, il y a quelques options sympathiques de présentation (et même un affichage heure par heure)

Revenons à nos moutons : les images étant copiées (et dupliquées) sur votre Mac, il est temps de supprimer les fichiers de votre iPhone (…vu que rien n’a été synchronisé vers CC et que la connexion au net est indisponible…)

reduc-450

  • Choisissez Supprimer, sélectionnez une première image puis faites un appui long sur une seconde image… Ah, une liste d’options s’affiche en bas…

reduc-450

  • Puis videz les caches et hop…

Vous pouvez repartir faire de nouvelles photos.

Tiens, ça tombe bien, la connexion est revenue, l’occasion d’écrire ce billet au lieu d’aller me dorer sur la plage…

À suivre !

le 13/08/2017 à 17:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Prise de vue et Lightroom iOS | 3

Pour le fun…

dans ailleurs | grospod | photographie
par Jean-Christophe Courte

Juste ne pas se laisser envahir par les images en double ou simplement de moindre intérêt…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Deux images avec le iPhone 7 plus et une avec le Canon EOS 5D… Toutes traitées dans Lightroom mais les deux sous iOS dans l’iPhone directement, dans la version mobile…

le 09/08/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Prise de vue et Lightroom iOS | 2

DNG ou HDR ? Les deux…

dans dans mon bocal | grospod | photographie | zen
par Jean-Christophe Courte

Il semble que la dernière mise à jour — début août — de lightroom Mobile sur iOS (sous iOS 11 pour ma part) semble accélérer son usage.

reduc-450

Petit détail, le mode PRO est intéressant, produit un fichier DNG (le RAW adobesque). Mais c’est également le cas lors du choix de la prise de vue en HDR…

reduc-450

Rien ne vous empêche de revenir sur le motif même en HDR…

Éloge de la lenteur

Rappel horripilant : Il faut toujours attendre que les clichés réalisés sur le iPhone passent (enfin…!) au compte-gouttes dans la visionneuse de Lightroom qui doit être actif sinon rien.

C’est un état d’esprit à accepter de suite si l’on s’appuie sur cette application pour prendre des photos, on se doit impérativement d’être moins speed !

reduc-450

Si l’attente d’affichage sur le iPhone peut agacer (mais non, mais non…!), il y a une autre étape qui est encore plus longue. C’est celle qui correspond au transfert même des visuels vers le cloud de CC (et donc aussi sur un iPad) qui peut même vous faire exploser de rage si vous êtes pressé !

reduc-450

Intérêt : si vous utilisez également Lightroom sur un iPad, c’est nettement plus confortable de corriger sur ce dernier…

reduc-450

Même si cela veux dire synchronisation lente…

reduc-450

Mais comme vous voilà prévenu, tout va bien.

En revanche les corrections effectuées sur un écran sont visibles sur tous les autres. Assez vite…

Une fois cette contrainte acceptée (façon de parler), on s’habitue. Et on fait de la photo.

Vider le Cloud

Même avec des Go de mémoire, un iPhone comme un iPad, ça sature.

Pour ma part, les images sont enregistrées non en ligne à la fin mais sur des disques durs externes (…un disque maitre et trois clones). Pensez à créer un répertoire de récupération de vos précieux clichés… Là, chacun sa méthode…

Sinon, avant de purger le Cloud…

  • Déjà, vérifiez que tous vos visuels sont bien transférés depuis iOS vers la version de Lightroom sous macOS
  • Vérifiez que le nombre de clichés sur votre iPhone et sur votre Mac (on est un peu en mode contrôle visuel pour le coup) soit identique…!
  • Puis, et seulement…

reduc-450

  • Activez la suppression des images synchronisées (vous pouvez moduler : c’est la sélection active des images qui est prise en compte sur Mac)…

reduc-450

  • Du coup, j’ai d’abord testé sur une image…, vérifié que cette image (de moindre importance) était virée aussi sec de mes écrans iOS …mais bien conservée sur mon Mac… avant de poursuivre pour toutes les autres…!

reduc-450

Bref, une fois cette suppression du nuage CC comme des écrans sous iOS qui ont été purgés, prêt à recommencer…

Des outils uniquement sur Mac

Pour mémoire : La version Mobile ne dispose pas de toutes les options de la version CC… Un exemple…?

reduc-450

Ce redresseur de perspectives (ici, Via dell’Indipendenza à Bologna)

reduc-450

À suivre…

Note de fin : je vais virer l’envoi automatique de mes billets vers Facebook… Avant de me virer de cette plateforme également… Bref, soit RSS soit Twitter…

le 05/08/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Prise de vue et Lightroom iOS | 1

Avec un abonnement, ça donne quoi ? Mode découverte

dans dans mon bocal | grospod | photographie | zen
par Jean-Christophe Courte

Pas très chaud au départ – je persiste à croire que les abonnements ne sont pas ma tasse de thé – mais je suis curieux.
Ayant effectué ma mise-à-jour en iOS 10.3.3, un backup de mon Mac de 2009 (pas compatible avec le dernier macOS, tant pis), le backup de toutes mes photos (4 disques), vu que l’application Lightroom était mis à jour, il n’y a que les… qui ne changent pas d’avis.
Bref, partant pour essayer.
Même pas peur !

J’installe donc Adobe Photoshop Lightroom for iPhone sur mon fidèle iPhone 7 plus et me rend compte que je ne l’ai pas (encore) installé sur l’iPad.

Oui, une version spécifique, Adobe Photoshop Lightroom for iPad, est disponible (…que j’installe en rédigeant ces lignes).

L’évaluation de l’ensemble est gratuite 30 jours, une période convenable pour découvrir si le dispositif répond à vos/mes besoins.

Et, sans vouloir insister outre mesure, depuis mes premiers essais (rechercher dans urbanbike), l’ensemble a sacrement évolué en bien…

Je commence par prendre des photos (c’est même pour dépasser la limite fixée par Adobe, que je me lance)… Et d’emblée, quelques remarques à l’usage…

Des fonctions bien foutues lors de la prise de vue…

Certes pas exclusives, MaxCurve dispose de nombre de ces fonctions comme mes usages précédents me l’ont démontré. Néanmoins, l’ensemble est séduisant surtout si l’on connaît relativement bien Lightroom

Ensuite, ce que je viens de découvrir en installant la version iPad, c’est la synchronisation des clichés entre mes deux appareils sous iOS. Mais ce sera pour une autre fois, je me disperse déjà…

Revenons à la prise de vue… ce que je retiens après mes premiers essais :

  • un point remarquable qui peut sembler dérisoire : l’app conserve tous les réglages de la prise de vue précédente même après avoir fermé l’application : on relance et on retrouve le choix de l’objectif sur iPhone 7 plus, le style (voir plus bas), le format et les choix personnels (grille et compagnie).
  • les quelques sets de prétraitement qui permettent, en mode pro, d’avoir d’emblée une image plus contrasté

reduc-450

À gauche | par défaut, aucun set actif (la miniature est rayée)
À droite | si actif, l’icône — cerclée de vert — est jaune…

  • l’ajustement de l’exposition par simple glissement du doigt
  • l’affichage — facultatif — des hautes lumières par des stries (ecretage)

reduc-450

Ça se passe de commentaires…

  • affichage de la luminosité de l’écran au maximum lors de la prise de vue (et si vous revenez sur une autre app, la luminosité d’origine est restituée)
  • Le choix des grilles, formats, niveau horizontal…

reduc-450

Ce qui est souligné est preuve de leur activation (le triangle est l’ecretage hautes lumières)

  • le verrouillage possible de l’exposition (cadenas en bas)
  • l’enregistrement en DNG qui est le RAW Adobesque
  • bref, en mode pro, un ensemble de fonctions remarquable

J’apprécie également le marquage des images et la possibilité de supprimer d’un coup toutes les images foireuses (les non retenues).

Je poursuis !

Message personnel : Franklin, pas la peine de m’écrire, je teste…

le 21/07/2017 à 13:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?