Urbanbike

Recherche | mode avancée

Things 3 sous macOS

Procrastination, le maître mot !

dans ailleurs | dans mon bocal | mémoire | pratique | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

C’est une discussion ce dimanche avec mon fils qui nous a incité à basculer vers la version macOS. J’étais bien déterminé à rester exclusivement sous iOS mais nous n’avons pas exactement les mêmes besoins. Par contre, Lui comme moi passons notre temps à procrastiner1. Et, sur ce plan, il me dépasse de cent coudées (!!), c’est même l’une des clés de son job de recherche en biotechnologies.

Certes, on peut se contenter d’utiliser Day One 2 ou iThoughts, voir de simples Rappels, se contenter de placer des échéances dans son Calendrier ou rédiger des listes papier. Ces solutions fonctionnent très bien, je continue à les utiliser régulièrement.

Pour tout ce qui est du domaine des courses, j’emploie sous iOS l’excellent Editorial avec le format TaskPaper. Mais il est vrai que l’option duplication de listes de Things peut être une autre voie avec une liste source.

Usages ?

De fait, il est souvent indispensable à toutes les périodes d’une vie (!!) de poser des envies, idées et bosser ces projets, même les plus farfelus… Et si on filait à l’étranger…?!

Cela va de la liste de courses (citée précédemment) à effectuer au supermarché (certains seraient bien inspirés de les suivre au lieu de remplir leurs caddies de produits sans intérêt en promotion comme je le constate en effectuant les miennes…) à des opérations plus complexes pouvant aller jusqu’à un suivi de chantier (même si, en ce cas, un outil PERT est plus adapté pour imbriquer des interventions qui ne peuvent avoir lieu que quand d’autres ont été effectuées…).

Alors, sous macOS, ça donne ça, le panneau de gauche peut être masqué…

reduc-450

Things propos une option (les lignes en bleu) pour ajouter des en-têtes et donc augmenter d’un niveau les arborescences

reduc-450

Du coup, pas mal d’architecturer ses listes…

reduc-450

Et donc de mémoriser ses choix…

On peut discuter de la valeur des espaces, des marges, certains utilisateurs trouvent que c’est trop éparpillé : Une option serait de nous laisser le contrôle de la CSS (…ou ajouter des styles à la mode de Ulysses).

Un mode Export à muscler…

La construction de listes reste un très bon outil que, pour ma part, j’ai eu trop tendance à négliger pour écrire.

Entre rien du tout et iThoughtsX (mindmap), l’emploi d’un Things 3 est intéressant sauf qu’il n’existe pas encore de possibilité d’exporter la totalité de la structure d’un projet en mode texte2.

Certes, ce n’est pas fait pour ça mais bon.

Tout ceci me démontre aussi qu’il est parfois dommage de ne pas se causer entre utilisateurs et développeurs.

J’y reviendrais…

NB : la synchro entre écrans est parfaite.


  1. PROCRASTINATION n. f. est emprunté à la Renaissance (1520) au latin procrastinatio, -onis « ajournement, délai », de procrastinare « remettre une affaire au lendemain » (emplois transitif et absolu). Ce verbe est composé de pro « devant » (→ pour, pro-), de l’adverbe crastinus « de demain, à demain », lui-même dérivé de cras « demain » dont c’est la seule trace en français (Cf. demain), et d’un suffixe d’infinitif.
    © Dictionnaire historique de la langue française 2017 

  2. …et retrouver cette structure sous la forme de feuillets séparés dans un dossier dans Ulysses, cela aurait de la gueule ! 

le 24/05/2017 à 14:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pourquoi la localisation sur iPhone est une fonction pratique

…dans le cadre de nos tribus familiales

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | pratique | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Respect de la vie privée, ingérence, surveillance, etc. Les arguments sont excellents et ce n’est pas à moi de les récuser !

Et pourtant !!!

Cela fait bien trois bonnes années que la position de mon portable est accessible à mes rejetons et réciproquement. L’absence de celui1 sur celui de leur mère s’explique aisément !

Bref, le gain de temps et de tranquillité est patent. Au lieu du traditionnel “où es-tu ?”, “quand arrives-tu ?”, une tape sur l’écran pour vérifier la position du dernier convive avant de remettre la casserole sur le feu.

Pas besoin non pas de demander “où es-tu garé ?” pour se rendre compte que le rédacteur de ce billet est stationné boulevard truc au lieu de avenue machin.

Bref, des usages quotidiens qui évitent bien des quiproquos ! Et de perdre du temps à harceler les uns et les autres.

reduc-450

Parfois attendre avent que la précision soit correcte…

Attention : la fiabilité de la localisation est loin d’être parfaite, tout dépend des antennes mais aussi du fait d’être ou non dans un bâtiment.

Se retrouver au même endroit

Autre intérêt évident, se retrouver sur un point de rendez en pleine ville. Une sortie au Louvre ou dans l’un des nombreux musées de la capitale mais avec un bémol, un seul transporte les billets (ou le repas du pique-nique) de toute l’équipe ! Pas question de le rater…!

reduc-450

  • À gauche | je retrouve ma fille…
  • À droite | je recherche mon fils…!

C’est alors qu’une option comme Mes Amis permet de suivre en direct les trajectoires de tous et d’expédier accessoirement un message pour corriger une erreur (ou une difficulté…!) sur le point de rencontré.

reduc-450

  • À gauche | une option permet d’avoir la distance (approximative)
  • À droite | Et là, nous nous retrouvons de part et d’autres de la passerelle…

Telle entrée est fermée, tel passage obstrué et donc la possibilité d’improviser un scénario alternatif sans stress.

S’éviter du stress inutile !

En résumé : ça sert à quoi ? À éteindre l’angoisse de certains parents mais surtout d’anticiper des retards dus aux transports en commun (…voire une panne d’oreiller), lancer une cuisson au bon moment et non en se basant sur l’horaire prévu.

Ce sont des détails qui ont réellement de l’importance dans la vie de tous les jours. Bref s’éviter des montées de tension inutiles.

Notre pique-nique ce dimanche fut excellent…!

le 22/05/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Tête Manfrotto, Statif et iPhone

Prise de vue, scan et déclenchement à distance

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Ces prochains jours, j’ai besoin de réaliser pas mal de photos de lettres anciennes, de documents divers pour un projet collectif avec mes vieux copains qui naviguent entre Chine et Ethiopie. Certains clichés seront d’ailleurs numérisés en vue d’un OCR ultérieur.

Comme j’ai prêté mon pied Manfrotto et sa tête 410 à un autre copain, mais conservé le Gitzo GT3320BS, j’ai cherché une tête pour tenir le iPhone sur ce dernier mais essentiellement sur un statif (crémaillère + manivelle).

Impossible de trouver rapidement une pince avec un filetage hormis dans un ensemble d’accessoires, perche à selfie comprise !

reduc-450

Après avoir acquis un iKlip Grip (tout en matière synthétique), je suis (enfin…!) tombé sur une véritable tête Manfrotto en métal (qui pivote aux extrémités pour ne faire plus qu’un seul élément sans retours) que j’ai également achetée illico.

reduc-450

Cette dernière a trouvée place sur mon antique statif (…plus de trente ans de vie commune…!).

reduc-450

L’intérêt ici est de pouvoir aisément (via quelques tours de manivelle…!) me positionner correctement à bonne distance vis-à-vis du document à photographier… Et même mettre une boîte à lumière sous certaines diapos (…héhé, autre billet un de ces quatre)

reduc-450

L’iKlip Grip, hormis la perche télescopique laissée dans l’emballage, une fois replié tient peu de place1 dans un sac à dos. C’est une alternative qui peut être pratique.

Ma fille utilise un JOBY avec une simple poignée et a pu ainsi se filmer, puis monter des séquences vidéo sous iMovie pour un TP…

reduc-450

J’ai retrouvé également avec ce dispositif tenu à la main certaines habitudes ultérieures !

reduc-450

Néanmoins, au bout de 24 heures, j’ai préféré rendre l’ensemble du iKlip Grip à l’Apple Store pour le troquer pour un déclencheur bluetooth simple de chez Hisy.

reduc-450

Celui-ci est prévu pour un déclenchement à près de 27 mètres de distance, pas inutile pour capturer des animaux qui se déplacent dans un jardin…

Mais uniquement ceux qui veullent bien poser, CQFD…!

reduc-450

Clairement, je suis devenu accro à ce type de déclencheur car rien de plus simple que de prendre un cliché en appuyant sur un bouton au lieu de tapoter sur l’écran…

reduc-450

Le jumelage s’effectue pour tous ses boitiers de manière très simple, il suffit d’allumer le déclencheur puis de valider son appairage.

À suivre…


  1. Et léger, ce qui ne nuit pas. 

le 04/05/2017 à 16:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Météo sous iOS : WindyTv devient Windy

…et tourne sous iPad

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

Mises à jour successives de Windy et pas mal de petites améliorations vite montrées ici même via quelques copies d’écran…

reduc-450

Au lancement, l’app se charge de vous annoncer les nouveautés…

reduc-450

Toujours la superposition des divers modèles météo…

reduc-450

Mais la nouveauté se niche sur les bords, nouveaux paramétrages possibles…

reduc-450

Et toujours les prévisions sur une semaine…

reduc-450

Désormais une version iPad (et iPad pro mais avec un mini souci sur l’animation qui sera réglé…)

reduc-450

Et c’est ultra confortable bien entendu à l’usage…

C’est tout.

le 02/05/2017 à 20:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

EverClipper, petite app bien pratique

Réducteur | compresseur d’image sous iOS

dans ailleurs | grospod | photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Très souvent, expédier une image réalisée avec un iPhone 7 plus sur les réseaux sociaux, c’est balancer un visuel de plus de 4000 par 3000 pixels, d’un poids de Mo élevé…! Même avec de la 4G, c’est une image nettement surdimensionnée qui arrive sur Twitter ou Mastodon.

Sans oublier que l’on expédie un cliché entier alors que l’on a souvent besoin que d’une partie de cette image. Et, autre point non négligeable, truffé de métadonnées comme la géolocalisation.

Mon fidèle Reduce - Batch Resize Images and Photos for iPhone & iPad m’a affiché un message d’alerte via iOS dernièrement. En gros, il n’est pas codé comme le demande Apple pour ses prochaines machines. J’ai cherché à nouveau des infos sur cette app via son site et le twitter du developpeur et, rien.

Du coup, j’ai testé pas mal de produits en ce dimanche d’élection, des aux « jolies interfaces, jolies icônes ».

Avant de choisir le plus rustique, EverClipper - Simple photo resizer.

Il existe une version sans publicité, EverClipper Plus - Photo resize, crop, straighten qui est celle que je vais évoquer. Vous pouvez y passer via la version de base au moment souhaité, excellent moyen de vous faire une idée de ce qui suit par vous-même… Côté localisation, c’est japonais ou anglais. Mais facile à comprendre via les visuels mis en place par le développeur.

Ergonomiquement, c’est surprenant mais, je dois le préciser de suite, sacrément efficace !

Prenons comme exemple cette photo — prise à La Ferté-Loupière m’indique les métadonnées… L’original pèse 13,3 Mo pour 3024 par 4042 pixels… Tu m’étonnes que Mastodon tousse…

reduc-450

Si je ne vise que 1024 pixels de large, je passe le cliché à 623 Ko (valeur sur mon Mac). Et c’est bien là où cette app est astucieuse car vous pouvez choisir taille en pixels et le % de compression du JPEG…

Mais reprenons dans le bons sens…

reduc-450

  • À gauche | Choix de l’image (album, ou photo)… Notez que l’accès aux préférences est en bas à gauche, le mode d’emploi à droite (le discret point d’interrogation jaune)…
  • À droite | L’image est affichée avec, en bas, six icônes : Retour à l’écran précédent, réaffichage de l’image originale (…au cas ou les corrections apportées ne conviennent plus), changement de taille, découpage, rotation. Et export…

reduc-450

  • À gauche | en haut, la liste des choix de redimensionnement… Là, je n’ai conservé que celui qui m’intéresse (un seul à 1024) mais en passant par Custom, facile d’activer/désactiver d’autres options (écran de droite)

reduc-450

  • Les deux autres fonctions permettent de tailler dans l’image (le cadenas en bas du premier écran pour libérer le déplacement ou non de la zone). Ou faire tourner l’image (flips)

reduc-450

  • À gauche | Après avoir bien vérifié que vous activé le changement de taille (ou autres), reste à exporter.

Attention : bien vérifier que l’image a été réduite (la première info, celle de la taille d’origine, doit avoir disparu en haut quand on tapote à nouveau sur l’icône de redimensionnement)

  • À droite | Très pratique, l’option de conservation des métadonnées peut être désactivée et donc facile de masquer les infos de géolocalisation dans l’image exportée (pratique !!)

Rappel, il est aussi possible d’exporter l’image réduite depuis l’app en question vers une app comme Camera+ (…et saturer cette dernière un peu plus avec Clarté pro par exemple) mais le véritable souci (!!) est souvent la dernière étape : l’image exportée subit généralement une nouvelle compression sur le réseau social sur laquelle elle déboule.

Par contre, fort pratique pour gérer les visuels d’un blog depuis son iPhone (et/ou iPad) avant d’exporter vers un FTP. Manque juste une option de nommage de l’image du coup.

Bref, à tester de votre côté…

le 24/04/2017 à 11:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bonnes pratiques : adresse, latitude ET longitude…!

Chambres d’hôtes, ajoutez vos coordonnées dans vos fiches…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | outils | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Ma tribu et moi apprécions de nous balader, passer une tête dans des chambres d’hôtes pour une ou deux nuits. Si les sites de ces gites d’étape sont de plus en plus complets, parfois le renseignement de l’adresse même du lieu laisse à désirer…!

Si celle-ci ne fait aucun doute pour celui qui tient le gite (…généralement son adresse postale, CQFD), ce n’est pas toujours aussi évident pour l’hôte du soir qui ne trouve pas sur son smartphone le numéro dans la rue, le lieu dit, voir …peut se tromper de village !

reduc-450

  • Exemple excessif assurément, ces deux Fontenailles (…coucou aux amis qui portent ce patronyme…) distant de quelques kilomètres dans la Puisaye

Ajoutez une météo incertaine (pluie, brouillard…!!) et, en automne, la tombée de la nuit, voire les deux. Et vous obtenez les conditions parfaites d’un bon suspens !

Certes, un coup de fil permet souvent de régler la question mais au prix d’un poil (!) d’énervement. En effet, la connaissance du territoire, banale pour votre hôte, ne l’est pas pour celui qui cherche à rallier sa chambre d’un soir ! Passer à côté de tel monument, tel bistro, prendre la route secondaire, informations évidentes pour lui ne le sont pas forcement à la lueur blafarde des phares…!!

Vive le smartphone…!!

Les outils numériques sollicitent moins nos capacités cognitives, l’hippocampe1, etc. Mais de là à tout rejeter en bloc…!

Néanmoins nous disposons pratiquement tous aujourd’hui de smartphones de marques variées, des écrans capables de nous localiser mais également de nous aider à nous rendre sans (trop de…) difficulté(s) à un endroit précis. Surtout si celui-ci est signalé par ses coordonnées géographiques, c’est-à-dire par une longitude et une latitude.

Pour ma part, j’emploie MAPS.ME – Cartes hors-ligne et itinéraire routier et TomTom GO Mobile qui sont complémentaires dans mes usages.

Plans sous iOS est intéressant pour sa vue satellitaire mais ne propose pas une copie aisée des coordonnées d’un lieu donné (…à ce jour), ce que Maps.me fait sans aucun problème et les infos contenues dans le presse-papiers peuvent, du coup, être exploitées immédiatement dans TomTom.

De plus, Plans nécessite d’être connecté à l’internet pour afficher ses cartes alors que Maps.me et TomTom embarquent, l’un comme l’autre, leurs propres cartes2.

Certes, à chaque mise à jour, ce sont quelques Go à télécharger et donc l’occupation d’une vaste partie de la mémoire du smartphone. Mais quelle tranquillité d’esprit quand vous êtes en pleine campagne à la recherche de votre hébergement avec comme seule ressource une connexion téléphonique !

Explications en quelques copies d’écran.

Comment récupérer des coordonnées ?

Tant côté chambre d’hôte que côté utilisateur, un process que j’utilise et qui peut vous être utile.

Depuis Maps.me

Pour mémoire, tant sur Androïd que sur iOS, MAPS.ME – Cartes hors-ligne et itinéraire routier est gratuit. Cela va sans dire mais c’est mieux en le disant ! Juste penser à charger les cartes nécessaires avant de partir…

reduc-450

Recherchez votre localisation sur la carte, appuyez avec le doigt sur son emplacement et faites ensuite glisser le panneau du bas vers le haut pour afficher les informations : reste à copier la ligne de chiffres (…un second appui et copier) et c’est dans le presse-papiers.

Depuis Plans

Cela fonctionne de la même manière en principe mais l’emploi de la vue satellitaire est préférable à la carte simplifiée, cette dernière plus pauvrement pourvue que celle de Maps fréquemment.

reduc-450

Ensuite la recopie des coordonnées est nettement moins évidente (euphémisme !) et une copie d’écran évite de s’arracher les cheveux au lieu de recopier sur le champ…!

Coller les coordonnées obtenues dans TomTom

Rien de très compliqué dans TomTom GO Mobile qui est également une application gratuite mais nécessite un abonnement pour un usage sur plus de quelques kilomètres par mois. Notez que l’app conserve toutes vos adresses enregistrées…

reduc-450

  • À gauche | Appuyez directement sur Carte complète au lieu de renseigner la première ligne
  • À droite | Puis cliquez sur Latitude Longitude dans la liste des options…

reduc-450

  • À gauche | Le curseur en haut à gauche attend vos informations
  • À droite | Si vous les avez dans le presse-papiers, il suffit de coller… et, hop, TomTom localise la destination…

reduc-450

  • À gauche | Reste à enregistrer le lieu ou à vous y rendre directement…
  • À droite | TomTom visualise ensuite la route à emprunter en fonction de vos choix ultérieurs (…accepter les péages autoroutiers ou non, passer sur les voies non revêtues, etc.). Et ce depuis votre position.

Si vous préparez vos points de chute à l’avance, pensez à les nommer de manière claire et, éventuellement, à ajouter un préfixe de pays (ou de département) pour les regrouper.

Guidage vers la destination

si TomTom reste le plus efficace, Plans n’est pas en reste vu que ce dernier emprunte pas mal au précédent.

Mais à l’usage, Maps.me est loin d’être totalement distancié (c’est mon avis et je le partage…!), surtout en pleine campagne (ou dans une cité aux gros murs peu perméables au réseau). Le seul reproche (mineur) est sa gestion fantaisiste du temps de parcours et son choix de l’itinéraire dans certaines situations.

En conclusion…

Le but de ce billet est d’insister sur l’affichage et l’usage de plus en plus fréquent des coordonnées de localisation en complément de l’adresse.

D’ailleurs, cette option serait fort intéressante à ajouter à des applications de réservation comme Booking.com - réservations et offres d’hôtels ou TripAdvisor: Hôtel Vols Restaurants : c’est déjà pratique de pouvoir copier les adresses postales (mais parfois avec une certaine marge…!) et ce serait encore mieux de disposer de l’adresse et de ses coordonnées.

Et, essentiel à l’usage, pouvoir copier l’une ou l’autre de ces informations selon nos besoins.

Voilà : c’est une contribution suite à notre dernière balade et à ses quelques gags sur nos parcours…

le 15/04/2017 à 16:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Alertes aux pollens et suivi sur iPhone

i-Pollen, une app pratique pour vous informer…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | pratique | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Si vous faites partie des bienheureux que les pollens indiffèrent, passez votre chemin. Par contre, si vous êtes sujet à des crises avec usage immodéré de mouchoirs en papier dès les beaux jours, pas inutile de charger l’une des apps gratuites disponibles.

En vieillissant, je suis devenu moins sensible (enfin, un peu moins…) mais, gamin, le printemps à toujours rimé avec toux allergiques. Cela a ruiné bien des mois dans mon existence1, m’empêchant de me déplacer dans des endroits joliment fleuris. J’ai le souvenir de nuits à chercher ma respiration, me demandant même dans ces épisodes douloureux si j’allais survivre.

Mais le mieux est désormais d’être alerté avant de sortir bêtement dans une atmosphère totalement saturée de pollens irritants ! De ceux qui ne vous aiment pas…!

C’est là que l’app i-Pollen — un bon exemple d’app pratique — peut vous rendre service en vous rappelant que rester enfermé chez vous est nettement conseillé pour éviter une crise…!

reduc-450

Vous pouvez vous géolocaliser ou entrer une liste de villes (dont celles où vous pensiez vous rendre…!)

reduc-450

Le niveau de pollution est parfois indiqué pour chaque ville avec la météo… je préfère néanmoins Plume Air Report pour l’aspect pollution…

reduc-450

Et bien entendu, la liste des potentielles sources d’allergie…!!

reduc-450

Il y a pas mal d’apps disponibles… Pensez-y…!

Note de fin : en Suisse, Allemagne et Autriche, regardez du côté de Pollen ou encore de Pollen-News, de Pollenweerbericht pour la Belgique. Ou encore de Signalement Ambroisie en Rhône-Alpes et Auvergne.


  1. et puis, la lévocétirizine est arrivée… Je sais, certains préconisent la désensibilisation… 

le 29/03/2017 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?