Urbanbike

Recherche | mode avancée
Abonnement au fil RSS ou ATOM

Downsizing sans peur et ni reproches

Du iPad Air 2021 au iPad Pro 2016…

dans dans mon bocal | pratique | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ma fille a acceptée d’utiliser le iPad qui lui était destiné l’an passé, j’ai récupéré celui qu’elle employait jusqu’alors.
Un simple échange entre nous qui m’a permis de tester un iPad rapide avec un Pencil de seconde génération pendant une année.

En basculant d’un iPad 256 Go véloce vers cet iPad 64, je prends à nouveau conscience de notre tendance à remplir nos volumes de stockage de manière identique.

Bien sûr, dupliquer les contenus sur tous les écrans est aisé mais est-ce nécessaire…? Merci au iCloud de nous le proposer mais y renoncer — en partie — présente d’autres avantages.

En ne copiant pas mes clichés sur cet iPad, en supprimant des apps utilisées de manière anecdotique, pas de souci pour basculer de 256 à 64 Go avec pléthore de place libre…

La puissance négligée des vieux écrans

La nécessité de réduire la voilure s’avère positive, tant pour nos finances que mes propres usages ! Cet Pad modeste de 64 Go remplit son rôle, celui d’un écran pour écrire ou lire, point barre.

Une machine de 2016 même fatiguée reste un très bon outil. Celle-ci supporte iOS 15.9 et devrait même basculer vers iOS 16.

Nous avons tous tendance à oublier que les machines vieillissantes ont été un temps ce qui se faisait de mieux !
Que nous étions alors satisfaits de leurs performances.

Certes moins réactif que les iPad dotés de processeurs M1 mais, pour prendre des notes au Pencil, écrire en multimarkdown, lire des fichiers ePubs ou naviguer sur le net, m’est-il absolument indispensable de disposer d’une machine de course1 ?! Non…!

Quelques horions vite circonscrits

Ce vieil iPad affiche certes une petite fuite de lumière sur l’écran mais rien de pénalisant. Par contre, j’ai constaté une perte de charge rapide les premiers jours avant de prendre rendez-vous chez Apple pour un diagnostic.

Entre temps, j’ai changé de chargeur et il m’a semblé que la charge tenait mieux.
Bingo : après discussion avec le technicien, c’était bien une insuffisance de recharge, la batterie est au-dessus de 85 % de capacité mais dépassait les 850 cycles de charge2.

Explication : en discutant avant ma fille, j’ai constaté qu’elle le chargeait précédemment avec une alimentation ancienne et manifestement trop faible… C’est de ma faute, je n’ai pas été suffisamment vigilant à ce propos…

Depuis, nous avons tout remis à jour : son iPad Air bénéficie d’un chargeur 20 watts et le iPad Pro également. J’ai à nouveau accès à trois écrans :

  • l’iPhone qui m’accompagne partout et tout le temps…
  • cet iPad pour écrire ou lire (même si je peux le faire également sur l’iPhone)
  • Et, de temps à autre, un accès à un MacBook3 collectif pour des usages ponctuels…

reduc-450

Bref, reconsidérez vos vieux écrans… Ainsi notre iPhone 7+ a reçu un batterie neuve et est reparti pour quelques années même s’il ne supportera pas iOS 16, etc.

C’est tout…


  1. En revanche, pour un usage particulier comme celui de la retouche photo, post-traitement des fichiers RAW, le passage à un processeur nettement plus rapide est quasi indispensable. 

  2. Ce qui a confirmé mon intuition, celle d’un chargeur ancien utilisé par habitude, bon à savoir… 

  3. passé jeudi sous macOS 13 beta… Oubliez Little Snitch pour l’instant… Par contre nextDNS.io, impeccable… 

le 01/10/2022 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Une sangle en lieu et place d’un col roulé…?

Méthode non ministérielle pour se réchauffer…

dans dans mon bocal | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Prolongement du billet urbanbike | Se préparer pour l’hiver et sa pénurie de chauffage ?!, une solution testée depuis des années par nombre de copains… dont l’ami Dominique !

Constat à la portée de tous : quand vous rentrez de vos courses ou du boulot, vous avez une sensation de chaleur en pénétrant dans dans votre logement.
Sensation qui se volatilise très vite.
Ce n’est pas la température de votre logement qui chute, c’est votre propre inactivité qui en est la cause.

Il suffit d’un poil d’exercice pour se réchauffer…!
Ainsi débarrasser (ou remplir) le lave-vaisselle ou la machine à laver, faire la cuisine, faire les courses (à pied) à 200 mètres de là, marcher dans son salon (si, si…!), passer l’aspirateur, refaire les lits1, étendre le linge…

Pour ma part, j’aime moudre le café2 avec un moulin non électrique (et l’odeur de café fraîchement moulu est hyper dynamisante !).

Mais, plus rapide encore, utilisez une… sangle élastique (plusieurs niveau de résistance sont disponibles…).
Bref, un peu de gainage (une à deux minutes) et vous avez instantanément chaud.

reduc-450

Ne forcez-pas ! Par contre, maintenez la sangle en tension quelques secondes.

Cet exercice est addictif d’autant plus que ce court effort3 finit par se ressentir au niveau des pectoraux4 !
Non seulement ça réchauffe mais ça renforce vos muscles et vous devriez finir l’hiver en super forme !

En résumé, face à un écran, nous devrions tous bouger régulièrement (toutes les 20 minutes…?), fractionner nos activités…

À suivre…!


  1. Ou, plus redoutable, remettre la couette dans sa housse, excellent conseil échangé avec l’équipe du Bio c’ bon du Cours Gambetta !! 

  2. urbanbike | Pourquoi moudre son café ? 

  3. Certes des exercices au sol ont le même effet. Pensez étirements, voire… mouvements des bras vers vos genoux quand vous êtes assis aux toilettes…! 

  4. Je pense bientôt me présenter au concours Monsieur Univers, catégorie papy…! Je déconne… 

le 30/09/2022 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

La localisation côté pratique…

Ou comment s’éviter des messages inutiles…

dans dans mon bocal | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Préalable : ma petite tribu de quatre personnes a unanimement activé la localisation1 il y a quelques années. Aucune objection à ce que d’aucuns pourraient instantanément qualifier — sans en saisir les tenants et aboutissants — de flicage !

Avant hier, ma moitié est partie pour l’île d’Oléron. Au lieu de lui expédier des SMS, le dispositif de localisation me permet de la situer à chaque étape de ce long périple qui enchaine quelques longues correspondances entre transports en bus (3) et trains (3).
Bref une journée épuisante… avant un retour dans les mêmes conditions vendredi.

reduc-450

  • La localisation permet de suivre chacun de nos objets connectés et, mieux, de connaître le niveau de charge de l’écran suivi (et de constater que l’iPhone 7+ de six ans avec sa nouvelle batterie tient toute la journée). Là, correspondance à pied entre deux gares (Lyon et Montparnasse)…

reduc-450

  • Parfois, selon les antennes, la précision n’est pas au rendez-vous mais on s’en moque : l’essentiel est de se rassurer sur le bon déroulement du programme…!

D’aucuns peuvent trouver ce dispositif sans intérêt.
Pour ma petite tribu, cela nous évite l’envoi de messages intempestifs et croisés : celui qui se déplace (…ou est en cours, au boulot, en train de faire des courses, etc), sachant qu’il est localisé, n’a pas besoin de commenter son périple…!

Corollaire : nos messages sont devenus informatifs, genre : Comme tu es à deux pas du marché, achète deux citrons et une part de morbier chez Laurent ou Je rentre une heure plus tard, on rattrape le cours d’histoire de l’art…!

Même mon iPad m’envoie un message quand il se trouve loin de moi ! Touchante attention qu’il est heureusement possible de désactiver quand l’écran en question reste à la maison !

Aspect pratique au quotidien, cela permet de mettre la table ou de lancer la cuisson du repas dès celui qui rentre se met en mouvement.

Rien à voir avec l’époque, pas si lointaine, des fameux… “t’es où ?” !


  1. Localisation limitée à notre seule tribu dispersée, CQFD. 

le 29/09/2022 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Widget, iOS 16 et Drafts

Pour rédacteur compulsif…

dans écrire | grospod | pratique
par Jean-Christophe Courte

Développement d’un tweet matinal (…qui disparaitra dans 15 jours). Et comme mes trois lecteurs ne sont pas sur twitter, je reprends ici…

J’ai découvert iOS 16 et ses Widgets sur l’écran à la sortie officielle de cet OS.

Et, oui, les widgets font désormais partie de mon quotidien sous iPhone.

Dont ceux des applications de prise de vue, ceux de Halide et de Camera+, de la météo locale.
Et, plus intéressant, celui de Drafts !

Illustration en quatre copies d’écran.

reduc-450

Sous iOS 16, ma manière de prendre des notes s’est modifiée : j’ai ajouté celui de Drafts

reduc-450

Et l’ai programmé pour lancer une action pratique à mes yeux, la possibilité de créer une note disposant des #tags indispensables dans un workflow spécifique.

reduc-450

J’insiste sur le fait que l’on peut choisir l’action souhaitée (et, plus si vous disposez de la version Pro pour toutes celles qui ne sont pas standard comme celle qui suit…)

reduc-450

De mémoire, je suis parti de celle-ci… : New Draft++ | Drafts Directory

C’est tout…

Bien entendu, Drafts ne se lance que si vous êtes reconnu par votre iPhone…

le 24/09/2022 à 14:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Archiver ses textes dans Obsidian | 2

Tags, hashtag, HTML et markdown

dans dans mon bocal | écrire | mémoire | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

L’intérêt d’un blog personnel est de consigner ses propres réflexions, astuces sans se soucier de se poser la question de savoir si l’auditoire (lequel ?!) est intéressé.
Moi oui : aussi je poursuis mes soliloques textuels à mon seul usage…!

Copier un texte HTMl au sein de Obsidian…

J’avais omis d’en parler.
Si vous êtes sur Safari. sélectionnez la portion de la page web qui vous intéresse et copiez…

Puis, une fois dans Obsidian, collez !

Vous allez retrouver ce texte converti en markdown dans la page Obsidian, je le rappelle pour mémoire.

reduc-450

  • Attention, cela se gère dans les préférences générales avancées de l’éditeur de l’application…

Obsidian : tags et volets

Pendant que l’on est dans cette application, autre rappel…

reduc-450

  • N’oubliez pas d’ajouter le plug-in Volet des tags
  • Puis l’instruction pour l’atteindre plus rapidement (et le masquer à la demande)

reduc-450

  • Obsidian liste des tags selon leur poids (nombre d’occurrences)

reduc-450

  • La recherche est assez simple…

Avec la possibilité de lire les fichiers PDF en son sein, c’est une autre très bonne raison d’envisager Obsidian comme app d’archivage globale de fichiers Markdown.

Drafts : je vous mets un dièse ou hashtag dans votre tag ?

Il faudrait dire hashtag mais j’aime bien le mot dièse également…

D’ailleurs, dans mon précédent billet, je n’avais pas été suffisamment attentif aux #tags.

Depuis, j’ai converti tous mes tags avec Change Tag | Drafts Directory.

Certes un peu tard pour mes fichiers Drafts déjà expédiés dans Obsidian (quoi que…).

reduc-450

  • Dans le second volet de gauche dans Drafts, il suffit de piocher/cocher pour en sélectionner plusieurs et affiner sa recherche…

reduc-450

  • Et hop…

Si j’ai terminé cette conversion, pas encore le temps de nettoyer le contenu de tous mes fichiers…!

À se propos : ne pas oublier de modifier les occurrences des tags (ajouter un hashtag !) dans les actions et dans les workspaces !
Ou encore dans le dispositif d’import de fichiers dans Drafts.

Cela m’a pris quelques heures (tant dans Drafts que Ulysses d’ailleurs…) mais je me suis converti à l’usage des mots clés (enfin !) ces derniers mois, preuve que je suis parfois capable d’évoluer ;-)

Ulysses : une seule fenêtre pour gérer les mots-clés…

Par capillarité (sic !), j’ai procédé de même sur Ulysses et dans le cadre d’échanges de fichiers, cela devient éminemment pratique.

reduc-450

J’ai constaté (…une nouvelle fois) que la date du document dont on modifiait les tags était aussitôt mise à jour dans Drafts.

Alors que la même action dans Ulysses ne changeait en rien ces derniers.
Avantage Ulysses

En revanche, il faut être patient pour afficher les nouveaux tags modifiés sous iOS dans Ulysses sous macOS. Ça se fait calmement…

iA Writer : sobriété maximale

Pour finir, un petit tour dans iA Writer qui supporte également les tags… avec hashtag…

reduc-450

  • Une liste alphabétique dans Bibliothèque…

reduc-450

  • Un appui sur le #Tag souhaité et iA Writer affiche les résumés des fichiers pourvus de ce dernier…

En résumé, un hashtag mais sans nuage de lait…

Tant que je n’utilisais que Drafts pour rédiger, les tags sans hashtag fonctionnaient parfaitement.

C’est bien l’export de mes fichiers vers d’autres traitements de texte qui m’a conduit — sous vos yeux, mesdames et messieurs — à modifier cette architecture.

Serais-je dans le trip d’une préparation de rentrée (…assez inutile dans mon cas), qui sait…!
L’explication est beaucoup plus prosaïque : je suis tenu de moins m’agiter ces derniers jours, j’y reviendrais…

le 28/08/2022 à 17:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Archiver ses textes dans Obsidian

Stockage global dans iCloud ou par app…?

dans dans mon bocal | écrire | mémoire | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : ce long billet cause Traitements de texte & co sous iOS et macOS, vous pouvez vous abstenir d’aller plus loin :-)

Je vais évoquer un problème qui m’est propre et narrer comment je l’ai (…en partie) résolu (…aujourd’hui : demain est un autre jour !)…

Les rares lecteurs de ce blog se souviennent que je rédige généralement dans Drafts mais également dans Ulysses, iA Writer (sous iPad, dans Nebo avant que ça reparte dans Drafts).
Ou encore Day One.

Si jongler avec plusieurs traitements de texte m’est utile1, cela a un inconvénient quand je recherche un texte en particulier… En gros : où sont mes fichiers texte…!
Certes, ils se retrouvent tous sauvegardés sur iCloud dans leurs environnements respectifs mais cela ne me convient pas toujours d’autant que j’oublie de virer les doublons et, plus sérieusement, les premiers jets !
D’autant que je conserve également des copies d’articles trouvés sur le web qui me servent de sources pour mes propres billets ou, plus simplement, des références que je prends le temps de lire…

Ces derniers jours, j’ai remis le nez dans… Obsidian.

Deux exceptions pour commencer

  • Ulysses dispose de son propre univers de sauvegarde2 et me sert à écrire de très longs documents qui finiront (peut-être un jour) en fichiers ePub.
  • Day One est carrément à part, il reste avant tout ma mémoire chronologique3 agrémentée de cartes, de photos et d’informations météo !

De facto, je retire ces deux produits de mes préoccupations…!

Ben alors, JC, pourquoi ce billet si, d’emblée, tu retranches deux grosses applications…?

Bien sûr, je pourrais oublier cette démarche.

Quid des notes externes et sources…?

Mais il y a toujours cette question des sources externes, des notes prises à l’improviste. Voire des PDF que je découvre dans… OpenEdition
C’est le souci d’être curieux.

Et c’est ici qu’intervient Obsidian

  1. Obsidian gère les formats Markdown et MultiMarkdown (entre autres4…!) et permet de lire directement des fichiers PDF.

  2. Or, quand j’ai fini de rédiger un document (…que, de surcroît, j’ai publié sur ce blog), est-ce utile de le conserver dans son système de sauvegarde (…même relié au cloud) ou non ? N’est-il pas plus interessant de l’archiver quelque part en Markdown ? Et, notamment, dans Obsidian ?

Clairement, je ne suis pas totalement séduit par Obsidian pour rédiger, je préfère mille fois employer Drafts avec mes thèmes, coloration syntaxique, barres additionnelles et actions.

Rapide illustration via des copies d’écrans

D’abord j’ai créé des dossiers ad hoc — des vault qui sont plutôt des coffres — dans Obsidian. Pour l’heure, j’en ai beaucoup trop (quoi que !). J’ajoute qu’il est plus facile de regrouper5 leurs contenu que de les découper par la suite.

Ensuite, vu que j’écris principalement dans Drafts, j’ai ajouté une nouvelle barre additionnelle et placé une première action pour transporter un fichier de Drafts vers l’un de ces dossiers Obsidian. Puis j’en ajouté d’autres d’autres…

Je vous passe les étapes, c’est un aperçu de l’état de mes réflexions. Je profite de ma tendinite (talon d’Achille en vrac) pour rester au calme et poser ça…

reduc-450

  • Une barre supplémentaire et quelques actions dédiées pour exporter vers les dossiers dans Obsidian

reduc-450

  • Un coup d’oeil sur l’une des actions…

reduc-450

  • Template Drafts (et non moustache)

reduc-450

  • Comme je suis parano, également une sauvegarde vers box dans la même action…

reduc-450

  • Pour une autre action vers Obsidian, j’emploie une template différente (…j’ajoute dans celle-ci la date de début, de fin et les tags… sachant que Drafts et Obsidian n’ont pas la même manière de les écrire…)

reduc-450

  • Parenthèse : remarquez que l’app box récupère tout ceci proprement et qu’il est facile de virer mes essais foireux…!

reduc-450

  • L’app Box permet de lire du texte nu et c’est juste dont j’ai besoin… Fin de cette parenthèse.

reduc-450

  • Dans Obsidian, j’ai plein de vault (découpage par projets généraux dont un flux_ctcs, reprise de Comment travailler chez soi 16 ans plus tard et que… rien…!)

reduc-450

  • Accédons à textes en cours

reduc-450

  • L’occasion de constater, c’est trié chronologiquement, que ce que je montre est récent…

reduc-450

  • Mon fichier issu de Drafts est bien arrivé…
  • J’utilise le thème Things (disponible dans les thèmes communautaires) dont la coloration syntaxique et l’interface me convienne…

reduc-450

  • Sinon, quand un texte est publié, terminé, j’emploie dans Drafts une autre action qui sauvegarde ce texte dans Obsidian (nommé depuis Drafts) et Box.
  • Puis balance le fichier source dans la poubelle (de Drafts…), etc.

reduc-450

  • Je peux (accessoirement) rééditer ce texte en MultiMarkdown dans Obsidian. Ou le réimporter si besoin est.

L’idée est de ne conserver dans Drafts que les textes en attente et me servir de Obsidian pour… Mais ceci est une autre histoire…!

À suivre (ou pas)


  1. Chacun sa drogue, on ne juge pas…! 

  2. Ulysses récupère de temps à autre des bribes saisies dans Drafts ou iA Writer

  3. Promis, je rédige un de ces quatre (je ne précise par l’année) un nouveau billet sur ce prodigieux produit… 

  4. Voire, via un module complémentaire, du ePub

  5. Souvenirs de l’époque lointaine où je préparais des bases de données pour des extractions vers FrameMaker… 

le 26/08/2022 à 18:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Préparer rentrée et mobilité… | 1

Réorganiser son internet

dans ancres | bosser n’importe où | dans mon bocal | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Ce billet est la suite de : urbanbike | Retour au mode… modulateur-démodulateur ! en plus détendu…

Les heures chaudes de l’été ne sont pas propices à se dorer. Au lieu d’épuiser son capital solaire et soigner son mélanome, pas inutile de se mettre à l’ombre et en profiter pour se réorganiser…

Pas besoin d’y passer des journées : juste réfléchir aux usages quotidiens, tailler dans les services qui font doublon…

C’est peut-être le moment de s’affranchir de certains services gratuits, voire de ceux surdimensionnés… Et même d’investir ou d’utiliser un nom de domaine pour créer ses propres adresses courriels, mettre en place une stratégie d’alias et de redirections mail…

Je reviens au sujet…

Box fixe ou mobilité avec un iPhone…?

Multiplier les box(s) est hyper confortable mais cela a indubitablement un coût…!

La pandémie nous avait amenés à prendre une seconde box sur notre lieu de vie principal pour pouvoir assurer une continuité des cours à l’université…

Pendant ce temps là, celle dans notre colocation ne pouvait sérieusement être suspendue, ne sachant pas quand la situation se stabiliserait…!

Au bout d’une année, nous nous sommes retrouvés avec deux box aux coûts qui n’ont plus rien de promotionnel…!

La question s’est naturellement posée : garder les deux (non…!), n’en garder que celle proche de l’université. Ou s’organiser autrement…

Nous avons opté pour un internet mobile1

Option mobilité…!

Cette première étape est clef car cela revient à couper le cordon ombilical avec une épatante facilité de connexion : désormais, chacun d’entre nous gère sa propre dotation de données.

Rappel chez Free, le forfait le plus élevé offre une enveloppe de 210 Go… Soit plus de 600 Go mensuels pour nous trois, de quoi voir venir…

Comme nous n’avions plus de téléphone fixe depuis la fin 2018, jamais utilisé les 09 de nos divers opérateurs, les box(s) n’assuraient que de la connexion internet basique et s’en défaire n’était pas une contrainte…

Nous avons commencé par tester la qualité du réseau 4G sur notre ile avec l’arrivée des premiers estivants en juin : pas de perte de charge du réseau par rapport à mai…
Cela nous a conduit à résilier notre box îlienne… Puis la seconde dans la foulée que l’on restituera lors de la rentrée universitaire…

Autonomie et indépendance

Chacun d’entre nous dispose d’un iPhone (du 5s au 13 max en passant par un 7pro) et d’un iPad (tous sous iOS 15.x contrairement aux iPhones)…
Sans oublier un unique MacBook Pro partagé, ce n’est pas un détail pour la suite de ce billet…

En résumé :

Un forfait téléphonique Free max…
210 Go2 de données chacun avec la possibilité de nous dépanner en cas de dépassement de la data si besoin…
Un iPhone qui sert de routeur pour chaque iPad…

À l’issue d’un premier mois, ça tient et je suis assurément celui qui consomme le plus de data du fait des chargements des cartes embarquées par Mapy.cz ou Tomtom ainsi que de mes exports vers Eyeem. Mais sans dépasser pour l’heure la limite des 210 Go.

Un MacBook pour tous

Ce qui a rapidement posé problème sans Box et Wifi, ce sont les grosses mises à jour système et les sauvegardes quotidiennes qui s’effectuaient en arrière-plan naguère.

Souhaitons que iOS 15.6 simplifiera a terme ces opérations en autorisant ces opérations via internet et chaque ensemble iPad/iPhone.

Si le iPhone 13 arrive à réaliser ce pont via la version beta d’iOS et aux petites heures du matin, ce n’était pas le cas des deux autres iPhones tant qu’ils n’étaient pas en 15.6…

J’ai donc lié mon iPhone au MacBook Pro 163 via un câble Lightning — USBC.

reduc-450

Le iPhone fonctionne comme un routeur (sans service wifi) et gère tant les fameuses sauvegardes que les lourdes mises à jour4 de chaque iPad.

reduc-450

Cela m’a permis au passage de rappeler qu’il n’était pas inutile de faire le ménage dans les podcasts…!
Et de regagner du stockage5

reduc-450

À la fin, chaque écran sous iOS a été mis à jour…

reduc-450

Et chacun de reconnaitre que ça pulse…

Pour finir : ce qui précède n’est pas un manuel pratique à suivre au pied de la lettre, un billet expert mais juste le compte-rendu de nos discussions et leur application…! Ce sont des choix qui peuvent s’avérer nuls…!

À suivre…


  1. N’étant pas tous présents au même endroit, l’option forfait unique avec un routeur 4G pas pertinente non plus… 

  2. J’avais écrit 230 Go dans le billet précédent… 

  3. MacBook sous macOS 12.5… 

  4. Ceci explique pourquoi mon forfait de data est le plus entamé ! 

  5. Qui pouvait être la cause de l’interruption de certaines opérations de sauvegarde ou de mise-à-jour… 

le 26/07/2022 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?