Urbanbike

Recherche | mode avancée

Communication d’entreprise et Markdown

Et si vous sortiez du mode "bourrin"…? (Mis-à-jour)

dans bosser n’importe où | écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Recommandation(s) à un vieux copain dont l’entreprise est en pleine croissance (…si, si et c’est en France). Et qui, très gentiment, me sollicite pour relooker ses modèles de courrier sur TrucMachinOffice.

Ce qui suit est une version expurgée

Avertissement : Aie ! Tu me sollicites pour améliorer une mise en pages sur un soft que je ne possède plus après l’avoir désinstallé deux ou trois fois (…de rage). Certes, c’est un outil bureautique gratuit (…seul argument auquel tout le monde s’attache en oubliant les pesanteurs de son usage au quotidien), dont tu n’utilises que 5 % des options malgré le fait qu’elles grignotent 50 % de la surface utile de ton écran (!) et qui te génère des fichiers de travail au poids apocalyptique…! Je ne parle pas même de sa lenteur chronique…!

Que les choses soient claires : je n’ai pas envie de le réinstaller à nouveau sur mon Mac tant je l’ai trouvé déplaisant en dépit de sa compatibilité avec Word

De plus, je ne pense pas que ce soit la bonne réponse à tes soucis que de placer un nouveau pansement sur une jambe de bois…!

Que puis-je t’apporter en réalité…?

Si ce que tu as te convient parfaitement, “continue avec ton usine à gaz” devrais-je te répondre…!

En fait, je formule ta question en d’autres termes :

JC, on en a tous marre de pondre des études et devis de 100 pages à nos prospects, des documents qui s’affichent à la vitesse de l’escargot malade sur nos écrans avec un format pseudo-ouvert qui génère dans tous les cas des fichiers complexes au poids démesuré…!

As-tu une solution qui me permette :

  • de gérer un mode plan et donc de hiérarchiser mes informations (accessoirement de réaliser un sommaire)
  • de styler à minima (gras, italique)
  • de pondre aisément des listes
  • de mettre des liens vers des URL
  • de placer des images par une simple cliqué glissé dans le doc que tu prépares (et donc une entête minimale avec les coordonnées de ton entreprise si besoin est)
  • de générer aisément des notes de bas de page
  • d’exporter en HTML (stylé avec CSS si besoin), PDF , DOC, RTF, LaTeX, ePub
  • d’archiver ces fichiers sans surcharger mon disque dur
  • d’ouvrir et afficher les fichiers sans perte de temps
  • d’exporter accessoirement dans InDesign avec reconnaissance des formats styles et paragraphes
  • de sauvegarder dans le cloud
  • d’être compatible SANS souci avec n’importe quel traitement de texte en mobilité sur iPhone et iPad ? Voire entre Windows et Mac…
  • de pondre les rares tableaux dont on peut avoir besoin…?

Mes trois éléments de réponse…

Premier point pratique :
Quels sont les réels formats texte universels entre Mac, Windows, Androîd, linux, iPhone et iPad…?

  • Si tu as répondu .txt avec encodage UTF8, tu peux continuer…!

Second point :
Si tu passes trop de temps en mise en page (stylisation) de tes docs, déjà tu es souvent les choux car cette opération consomme du temps (…sans oublier qu’elle prend du temps à s’afficher)…

Simplifie-toi la vie. Regarde comment nos amis anglo-saxons procèdent (…une seule typo, une seule taille au fer à gauche mais une hiérarchisation nette et sans bavure du texte).

Troisième point :
Je sais que tu n’auras pas le temps de mettre en œuvre ce qui suit car pris dans la course effrénée des réponses commerciales à fournir aux prospects, de l’absence de temps à convaincre puis à former tes équipes…

Malheureusement, aujourd’hui comme dans 99% des entreprises, on préfère rester en mode bourrin comme me le dit si bien notre ami @doopix… Par manque criant de temps, de recul sur nos flux de production.

En résumé, on est à fond le nez dans le guidon sans penser à troquer son antique draisienne pour un véritable vélo…! Genre : avec pédales et freins…!

Pourtant il me semble indispensable de perdre/prendre quelques heures pour repenser tes méthodes de production de contenu commercial.

  • Apprendre Markdown. Les bases se comprennent entre 5 à 15 minutes… Le reste c’est en pratiquant quotidiennement. Ensuite Markdown n’est pas un codage compliqué à apprendre.
  • Pour chaque type d’écran et/ou d’OS, choisir un traitement de texte minimaliste qui permette de baliser en Markdown[1], bref un outil ad hoc et qui enregistre bien au format… texte ! Du coup, plus de problèmes de compatibilité entre supports : tout est en .txt. Plus de problèmes d’envoi ou de stockage (oui, ces 4 Ko de fichier contiennent bien la proposition complète, cela change des 380 Ko habituels).
  • C’est un effort minimal qui est rapidement payant… et qui, argument ultime, permet de gagner du temps en se concentrant sur l’essentiel, le texte…

Des outils à me recommander…?

Sur Mac, regarde en premier lieu du coté de Byword, soft qui tourne aussi sur iPad et iPhone.

Marked et Byword…
Marked et Byword…

Jette un oeil sur Marked pour des exports plus chiadés… Dont celui par un simple copier/coller en RTF (avec la CSS idoine, CQFD).

Exemples de sorties avec Marked…
Exemples de sorties avec Marked…

Ce dernier permet, par exemple, d’exporter tout contenu stylé en Markdown en RTF avec la CSS que tu souhaites (et ainsi unifier la sortie de tes fichiers avec une CSS de transformation que tu peux peaufiner pour des sorties à ton goût).

Quelques outil sur Mac :

  • MultiMarkdown Composer
  • FoldingText
  • iA Writer
  • Mou

Sur Windows (là, faut que je pense à consulter @david_bosman):

  • MarkdownPad
  • ResophNotes
  • ReText
  • WriteMonkey selon David…

Compléments de 14:10 : Merci @david_bosman pour les deux liens qui suivent : Markdown, sous Windows (juin 202) et Utiliser Markdown sous Windows, sans se prendre la tête en mai 2010… Super…

Sur iPad et iPhone :

  • Daedalus touch
  • Nebulous Notes
  • Phraseology
  • iA Writer

Comme tu es aussi un développeur, vérifie si ton outil de codage (…c’est un éditeur de texte pour mémoire) ne supporte pas Markdown ? Ah, il le supporte…? En tous cas, c’est le cas pour textmate ou BBEdit sur Mac ou Textastic sur iPad…


  1. En fait, n’importe quel traitement de texte suffit pour écrire en Markdown, il suffit juste de penser à enregistrer en .txt…!  ↩

le 22/01/2013 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Neige et photo : Gaffe aux yeux…!

Rappel utile…!

dans groummphh | photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Ben oui… Nous avons tendance à l’oublier tant l’écran de l’iPhone est confortable mais retourner derrière le viseur d’un Reflex par temps de neige peut être préjudiciable pour nos yeux…!

Votre serviteur est allé faire un tour ce matin et a retrouvé l’usage de son 5D pour faire quelques images avant le passage des promeneurs en forêt… Sauf qu’au retour, comme une légère fatigue et, surtout, un monde un peu “flou, flou, flou”… Ophtalmie des neiges.

Du coup, le seule option c’est le sevrage de lumière quelques heures… Avec ça…

De marque Quies… Mais nessayez pas dans les oreilles…!
De marque Quies… Mais n’essayez pas dans les oreilles…!

Bon, pas totalement idiot de prendre ses photos avec des lunettes de soleil… Ou avec un écran comme le propose la série G chez Canon (entre autres…)

Or comme cette nuit, cela va chuter à nouveau et que demain la couche sera encore plus épaisse, gaffe demain en réalisant de belles images !

le 19/01/2013 à 13:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

About Me | Un service qui évolue chaque mois…

Mais jusqu'où…?

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | pratique
par Jean-Christophe Courte

Je reste réellement séduit par l’aventure discrète et astucieuse des fondateurs du service about.me. Tout en me préparant à tout instant à le quitter…! Pour mémoire, j’avais évoqué ce service en octobre 2012 dans ce billet.

Un service qui s’étoffe progressivement…

Après les statistiques de visite, les tags indiquant les centres d’intérêt pour trouver plus simplement des affinités entre utilisateurs, un RSS des trois derniers billets de votre blog, les mots clés pour préciser votre activité, votre localisation, La possibilité d’ajouter vos diplômes ou encore la page — embed — d’About Me à disposer là où vous le souhaitez, etc. Voilà que ce service nous propose intelligemment un service de messagerie

En résumé, une adresse de courriel lié à About Me avec votre nom suivi de… @about.me ! En voilà une idée qu’elle n’est pas bête…

Et hop, une info de plus…
Et hop, une info de plus…

Sauf que pour activer cette nouvelle adresse gratuite, il vous faut donner une information de plus, votre date de naissance… Certes, cela est doctement expliqué par ces conditions suivantes : We don’t like to pry, but we do need to ensure that you are old enough to meet AOL Mail’s minimum age requirement… Argument que j’ai du mal à avaler…

Néanmoins, c’est bien vu, bien joué…

Vous pouvez bien entendu refuser cette adresse qui pourrait fort bien servir à vous proposer — via des tiers — de nouveaux services bien calibrés…! En sachant tout de vous (…diplômes, âge, localisation et même centres d’intérêt…), tout devient possible. Et puis, pour mémoire, il faudra bien financer un jour cet excellent service…

Un service payant à terme…? Ou payé par d’autres…

De fait, deux options s’offrent à terme aux fondateurs : un service payant ou un service gratuit mais nimbé de publicité, voire aux données vendues à des tiers.

Dans le dernier cas, il est clair que je préfèrerais cesser de l’employer. En revanche, un service payant de quelques dollars par an avec l’assurance que mes données personnelles ne sont pas exploitées me semble très acceptable. Voire idéal.

Pour mieux comprendre la philosophie de ce service, rendez-vous sur leur blog et sur celle des investisseurs

Bref, à suivre en se souvenant que lorsqu’un service est gratuit, c’est que nous sommes le produit

En attendant, je ne communique toujours pas via l’url de AboutMe — relire mon billet de 2012 — mais exclusivement via une url personnelle (…un nom de domaine que je paye) qui est dirigée vers ce service. En cas de divorce (sic !) pour une raison ou une autre avec About Me, l’adresse que j’ai communiquée à tous reste valable dans la mesure où c’est moi qui la gère, elle sera simplement redirigée vers un autre service. Ou, plus certainement, vers une page perso en MultiMarkdown via DropBox (…service que je paye annuellement) et… Mais j’y reviendrais dans un prochain billet…!

le 19/01/2013 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Reduce et largeur exacte de pixels

Sur iPad et iPhone

dans photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Noooon, il ne va va pas nous parler à nouveau de Reduce…?

Si…! Dédicace @david_bosman

Après le test de Reduce sur iPhone puis sur iPad, nouvelle version 1.1.0 ce matin avec ma principale critique désormais caduque car corrigée par Tobias…! Voir sur iTunes

Désormais nous pouvons fixer la valeur en pixels avec des contraintes précises sur l’image…

…ici, toujours 450 pixels de large…
…ici, toujours 450 pixels de large…

Et, bien sûr, l’enregistrer en préférences…

Avec les infos de mention automatique…
Avec les infos de mention automatique…

Deux exemples avec les spécificités de la copie d’écran précédente (donc directement traitées par Reduce sur mon iPad)

Le Palais…
Le Palais…
…Belle-île en mer…
…Belle-île en mer…

Oui, je me suis levé tôt ce matin pour faire ces images (hinhinhin…!)

À suivre…

le 18/01/2013 à 06:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

OSX Mountain Lion efficace

Guillaume Gète

dans lire | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

Bon, je me pose des tas de questions sur OSX Mountain Lion et, si, si, c’est en parcourant le livre de Guillaume que je me suis décidé à considérer d’un oeil nettement plus bienveillant la possibilité prochaine d’installer ce système sur ma propre machine… Comprendre que je ne l’ai pas encore fait mais que c’est programmé — d’autant qu’une version devrait enfin pointer le bout de son museau…!

Là, j’entends au loin quelques rumeurs du style…

  • Mais @ggete est un de tes amis…
  • @lolopb également (je ne sais pas qui est @Pogue par contre…? — Naaan, j’déconne…), ce billet est totalement vendu, pas objectif comme tous les autres…!

Certes, il est vrai que j’ai signé quelques chroniques totalement subjectives (voir ici, ici, ici et )… j’ai même du en oublier…!

Et alors…?

Vous en connaissez beaucoup des livres sur des Operating System qui vous font marrer…? Des avec quelques vannes au troisième degré…? Non…?! Ce que j’apprécie ce bouquin, c’est que je retrouve le Guillaume que je connais, précis dans ses explications, enthousiaste, prêt à balancer une galéjade et toujours un puits de savoir. Bref, c’est l’exégète de l’OS…!

Ensuite, ce que je remarque dans cette littérature technique, c’est que je trouve les réponses aux questions que je me pose… Gatekeeper va t’il me laisser employer Timbuktu…? Quid de mes typos avec FontAgent Pro…? Faut-il installer proprement Mountain Lion ou comme un goret comme à mon habitude…?! Puis-je éviter d’employer Time Machine…? Mon SSD sur ma machine (livré par Apple sur un Mac Book Pro 17" d’il y a désormais 3 ans…!) va-il enfin découvrir le mode TRIM…?

Bon, je vous rassure, je n’ai trouvé aucune réponse dans son livre mais cela m’a tout de même décidé à y aller…!!!

Aussi, ami lecteur qui s’interroge tout comme moi sur l’intérêt de plonger entre les griffes de Mountain Lion, n’hésite pas…! Trouve dans ces 500 pages en bon français la motivation, laisse-toi envouter pour enfin décrocher de ton vieil OS — et, si ta machine l’autorise (page 30), lis les petites notes et les copies d’écran qui essaiment les pages, parcours l’index et jette-toi dans les affres de l’installation — non sans avoir fait auparavant deux copies de sécurité bootables sur deux disques durs au cas improbable où l’esprit du Gète ne t’accompagnerait pas jusqu’au nirvana de l’OSX…!

Bref, un conseil, ô lecteur : budgète son achat, deviens à ton tour un exégète. Ou végète à jamais…!

NB : en cas de souci et contre un paiement anonyme de quelques euros via PayPal, si ton installation est foireuse malgré les conseils de l’auteur, je peux te fournir son numéro du portable pour que tu t’en expliques directement avec lui…!

En conclusion, comme pour toutes les versions précédentes (…et cela se bonifie au cours des années), voici un excellent manuel (oui, je pèse mes mots, excellent), un guide indispensable — qu’Apple ne nous livre plus — pour comprendre, résoudre et se dépatouiller en toutes circonstances sur son Mac…

Sans oublier les astuces en marge mais, surtout, le rappel en toutes circonstances des options qui sont à notre disposition. L’auteur nous indique à chaque étape le choix des solutions selon nos usages. Difficile de prétendre ne pas avoir été prévenu des risques comme des avantages de chacune…!

Cest le nom de lauteur en hauteur et à la verticale qui est le moins lisible…
C’est le nom de l’auteur en hauteur et à la verticale qui est le moins lisible…

OSX Mountain Lion efficace
Guillaume Gète
Eyrolles
9782212135398 | 35 € pour 512 pages au format 21 x 24 en quadri…

image caddie

Note de fin : J’ai commencé à lire ce livre ce WE et puis je l’ai emporté comme livre de chevet. Oui, ça se lit sans déplaisir contrairement à d’autres livres un peu moins épais qui ont été couronnés par des prix (pas de noms…!). Par contre, l’édition numérique serait un plus car ce sont bien près de 1600 grammes qui écrasent ma couette…!

Or la version ePub comme PDF existe…!

image caddie

le 16/01/2013 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Reduce sur iPad

Et poids de fichier fixé

dans photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Vous ai-je signalé hier que Reduce (voir cette chronique sur urbanbike) tourne également sur iPad… ? Et cela fonctionne impeccablement.

Adaptation minimale mais adaptation quand même…
Adaptation minimale mais adaptation quand même…

Ensuite, qu’il est souvent de fixer la valeur Max du fichier souhaité, Reduce se débrouille ensuite.

La fenêtre de prévisualisation permet de se rendre compte des dégâts… ou non.
La fenêtre de prévisualisation permet de se rendre compte des dégâts… ou non.

Et, à l’arrivée, on est bien en dessous de 100 ko…

Avec la petite mention en bas dimage…
Avec la petite mention en bas d’image…

À suivre…

le 15/01/2013 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Reduce sur iPhone

Des images certes mais comment gérer des tailles différentes ?

dans photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Je n’avais pas l’attention d’acquérir cette application, surveillant en ce début 2013 toutes mes dépenses, même les plus modestes. Tadaaaa…! Un fidèle lecteur (qui se reconnaîtra…) m’a expédié un code pour Reduce (lien iTunes) avec, comme simple note, une demande de test. Aussi, je m’exécute dans l’heure !

Oui, j’étais assez sceptique en lisant sur iTunes les spécifications de ce produit ou en jetant un œil sur le site du développeur. Mais nul besoin de mode d’emploi pour se dépatouiller instantanément dans cette interface frugale, minimale.

@urbanbike
@urbanbike

Ce produit a une unique destinée : nous permettre de poster une version légère de nos précieux clichés sur les réseaux sociaux avec un copyright ou non.

Mais l’astuce est de ne pas dupliquer les applications qui sont naturellement présentes dans votre iPhone. Par défaut, vous avez l’app Album…? Or, astuce suprême, Reduce y fait appel et stocke le résultat de son travail dans un dossier (ou pas…!) pour bien différencier les images réduites des originaux.

Voir dans les Réglages pour atteindre ces options…
Voir dans les Réglages pour atteindre ces options…

Effectivement, pourquoi réinventer un process d’export quand ce dispositif existe déjà dans l’album…!!

Bref, vous l’avez compris, Reduce est à considérer comme une extension de l’Album, pas comme une application 100 pour 100 autonome. Et je reconnais que cela fonctionne très bien comme ça.

Dossier à part pour y retrouver vos images retaillées…
Dossier à part pour y retrouver vos images retaillées…

Ça fait quoi ?

Bon, JC, c’est sympa tes digressions mais ça fait quoi exactement ce truc ?

Vous avez besoin de faire parvenir à un client ou ami une image, envie de poster sur tel ou tel service un visuel. Mais l’image source est trop riche d’informations, trop lourde. Et, accessoirement, les infos EXIF, la geolocalisation n’ont pas à être communiqués.

Hop, c’est ici que Reduce intervient ! Vous pouvez :

Ici, une seule image sélectionnée en fond décran…
Ici, une seule image sélectionnée en fond d’écran…
  • Supprimer les EXIF (binaire mais efficace…!)
  • réduire la taille physique de l’image par paliers prédéfinis au nombre de pixels en sortie (…enfer, la valeur 450 pixels n’existe pas…! Tobias, ça ne va pas du tout…!), puis…
  • soit ajuster la compression du JPG en sortie
  • soit, fixer une limite du poids du fichier produit en Ko (switch en regard)
  • renforcer ou non la netteté (4 options)
  • ajouter un filet autour de votre image de l’épaisseur souhaitée, noir ou blanc
  • ajouter une légende à l’un des quatre coins de l’image
Simple et clair, non…?!
Simple et clair, non…?!
  • la saisir dans la taille souhaitée en italique ou en gras
  • avec un choix, certes restreint, parmi quelques typos système
  • et, bien sûr, défoncer cette typo dans l’image en noir ou en blanc

Et c’est tout… Mieux, vous pouvez prévisualiser le résultat avec l’image sélectionnée.

Attention, image de preview est plus grande que la cadre, faudra la déplacer au doigt pour voir toute linfo et, notamment, la légende…
Attention, image de preview est plus grande que la cadre, faudra la déplacer au doigt pour voir toute l’info et, notamment, la légende…
Un avertissement précise cela…
Un avertissement précise cela…
Et vous pouvez vous rendre compte de suite si votre légende nest pas noyée…
Et vous pouvez vous rendre compte de suite si votre légende n’est pas noyée…

Mais le plus intéressant est à venir : enregistrer ces réglages dans des sets.

Bref, un set = tous les réglages de la situation de départ
Bref, un set = tous les réglages de la situation de départ

Et ces sets comprennent tous les réglages ce qui ont été décrits précédemment (filet, typo, taille, EXIF, etc.).

Ouvrez cette image dans un onglet pour la voir en 650 pixels taillée directement par Reduce…
Ouvrez cette image dans un onglet pour la voir en 650 pixels taillée directement par Reduce…

Bon, là, pas la peine de se décrocher la mâchoire, c’est impeccable…

Export ? Mais via l’Album…!

Comme je le mentionnais, Reduce dépose ce qui est réalisé dans un dossier… À vous ensuite de partir de l’Album pour exporter vers qui bon vous semble vos images retraitées…

Bref, basique mais sacrement efficace…

le 14/01/2013 à 13:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?