Urbanbike

Recherche | mode avancée

Textilus 1.4 sur iPad

RTF mais également Markdown…

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Chronique rapide du soir (et, coup de chance épatant, mise à jour en 1.4 au moment de mon test)…

Que les choses soient claires : ce traitement de texte est assez moche, pas toujours d’une très grande réactivité sur mon iPad, affiche une interface que l’on pourrait qualifier de bordélique (il y en a partout), le tout avec un look un poil ringard.

@urbanbike

Et pourtant, même si je ne vais pas en faire mon outil quotidien de travail, je lui reconnais plein de qualités après y avoir consacré quelques heures.

Notez que Textilus est gratuit au départ… Vous pouvez ensuite basculer sur une version payante via un achat intégré.

La surprise est qu’il se comporte comme une sorte de traitement de texte à la Scrivener : vous pensez à un truc et, tiens, en cherchant, vous avez de grandes chances de le trouver ! D’ailleurs, ce n’est certes pas un hasard, vous pouvez le lier à Scrivener via DropBox.

@urbanbike

Markdown et RTF

Ici, pas de Markdown en apparence, mais du gras, de l’italique, du souligné et une barre additionnelle caméléon.

Et, effectivement, cela récupère correctement, en terme d’enrichissement du texte, des fichiers WORD .docx ou .doc. Et, bien entendu du .rtf et du .txt.

De fait, c’est la barre additionnelle qu’il est intéressant d’analyser. Si la première barre additionnelle est dédiée au RTF, les deux suivantes — accessibles par une simple pression sur l’icône la plus à gauche — sont dignes d’attention.

@urbanbike
  • En effet, elles permettent d’y placer les caractères dont vous avez besoin pour votre propre pratique et ainsi de configurer ces deux états supplémentaires à votre main (…à vos doigts !).
  • Et donc d’y placer ou non des éléments Markdown dans l’ordre que vous souhaitez.
  • une pression longue sur la touche de cette barre à modifier et l’application affiche une fenêtre dans laquelle entrer le ou les caractères souhaités.

Bref, baliser en Markdown dans Tactilus n’est pas un obstacle d’autant que vous pouvez, depuis la version 1.4 si j’ai tout suivi, visualiser le rendu de votre stylisation Markdown via un affichage dédié. Ou exporter en .txt par courriel ou le presse-papiers.

@urbanbike @urbanbike

Du coup, le meilleur des deux mondes pour des rédacteurs qui oscillent entre RTF et Markdown.

Mais, mieux encore, vous pouvez très bien employer simultanément les surlignages, des styles utilisateurs dans votre texte pour y signaler ce qui doit être réécrit, revu (donc du pur RTF) et conjointement baliser en Markdown.

Intérêt ? Dés que vous passez en Markdown, tous les enrichissements liés au RTF disparaissent dans la preview comme dans le texte exporté au format TXT (cf. Copies d’écran précédentes). Je pense que cette option ne laissera pas indifférent quelques rédacteurs…! J’ai imaginé quelques secondes que cette application permettait également une transcription du RTF vers le Markdown, que nenni.

Ce traitement de texte s’avère à la longue d’autant plus efface qu’il supporte nativement TextExpander. À noter dans sa barre additionnelle un dispositif fort pratique pour déplacer le curseur, créer — voire étendre — une sélection de texte.

@urbanbike @urbanbike

Si vous préférez bosser en mode Word Like, vous allez trouver plein de styles prédéfinis comme dans votre traitement de texte bureautique mais aussi des styles personnalisables, l’accès à des collections de caractères spéciaux, des options de justification de ligne.

@urbanbike

Textilus exporte en .rtf, .html, .txt et .pdf. Mais expédie également votre saisie vers Mail, vers Evernote, copie en HTML ou en TXT pour un usage immédiat dans une autre application résidente dans votre iPad.

@urbanbike

Il se lie à DropBox comme à iCloud, propose même un code de sécurité au lancement… À noter qu’une option de duplication sur le bureau de Textilus permet de créer un clone de n’importe quel fichier.

En conclusion

Sans être sexy, Textilus est franchement attachant. Je lui reproche une certaine lenteur (sic !) mais j’avoue que le bouton annulation + annulation de l’annulation en haut à droite dans le menu, la possibilité de reconfigurer les touches existantes dans la barre additionnelle, tout ceci s’avère bien pratique à l’utilisation. C’est pourquoi le comparer à un fonctionnement à la Scrivener ne me semble pas si exagéré finalement.

Au hasard de vos pérégrinations, vous allez découvrir qu’il vous permet d’ouvrir Google ou Wikipédia, qu’un mode recherche-remplacement est bien présent, que vous pouvez afficher des informations statistiques comme le nombre de signes, de phrases, etc.

Aussi, pourquoi ne pas imaginer une version 2.0 de Textilus avec un look retravaillé (j’allais ajouter une interface ordonnée…!), nettement plus rapide et vidé de quelques bugs cosmétiques. Ajoutez à cela une gestion des balises sur sélection et cela en ferait un candidat très potable, non…?

Cette application m’a été indiquée par Bernard Le Du de VVM qui l’utilise sur son iPad tous les jours.

le 24/11/2012 à 19:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

DayOne 1.9 sur iPhone et iPad

Intègre les tags, la recherche et MultiMarkdown !

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Bon, ne pas remettre à demain ce que tu peux faire de suite… Donc ce bref billet sur Day One…

Attention : ce qui suit est du total subjectif comme tout ce qui traine sur urbanbike. Bref, je vous livre mon avis mais c’est vous lecteur qui choisissez, CQFD. Pour en savoir plus, vous pouvez lire ce billet sur Day One à l’usage et sur la version 1.8 sur iOS.

L’air de rien, trois bonnes nouvelles dans cette nouvelle version de Day One ce matin…

  • la recherche enfin pour me permettre de retrouver des infos dans mes plus de 700 billets écrits ou copiés dans Day One
  • le support de MultiMarkdown ce qui ne changera pas grand chose pour l’utilisateur qui ne fait pas de notes de bas de page
  • les tags pour étiqueter proprement ces mêmes billets et donc restreindre l’affichage reliés à une étiquette…

Que l’on ajoute tranquillement…

@urbanbike

Par contre, sur l’iPad, un petit loupé avec l’impossibilité d’employer la version dédiée de Caméra+, Day One réclamant toujours la version iPhone, ce qui est un peu ballot et devrait être corrigé rapidement. Je ne vais pas m’agacer pour si peu dans la mesure où je continue à démarrer mes billets illustrés par une photographie depuis la version iPhone avec la version de caméra+ qui fonctionne. Je peaufine ensuite sur l’iPad ou sur la version Mac.

Alors ?

Légende : À gauche, recherche sur le mot urbanbike ; à droite, l’article précédent d’urbanbike.com écrite en MultiMarkdown visualisé avec les notes en pied de page…

@urbanbike

MultiMarkdown : cela veut dire que mes notes en bas de page sont enfin lues et affichées comme telles, que les HUD d’appel sont enfin compris dans la preview, ce qui me permet de lire proprement mes saisies réalisées dans Byword avec ce balisage MultiMarkdown. Mais cela signifie également que Day One se positionne désormais comme un traitement de texte nettement plus puissant.

Recherche : je ne vais pas vous faire de dessin, c’est devenu indispensable dans un gros flot de billets qui traite de tout et n’importe quoi dans mon cas…!

Tags et hashtags : je me répète, c’est parfait pour isoler d’un clic tous les billets à usage personnel de ceux d’urbanbike, etc. Ici, mon unique conseil est de vous inciter à bien réfléchir avant d’insérer les hashtags de votre texte comme tags. Mais, essentiellement, à éviter — sauf si vous avez un nombre réduit — ceux existants déjà dans vos billets en tags.

Convertir tous les hashtags : à éviter de prime abord…!

@urbanbike

Pour ma part, quelques petits soucis (300 tags d’un coup provenant essentiellement de mes sauvegardes de tweets) qu’il m’a fallu supprimer un par un avec plantage à la fin sur iPad.

Ça se retire, mais c’est long…!

@urbanbike

Cela fonctionnait mais trop lent à mon goût. Du coup, ayant une sauvegarde récente sur mon Mac et faisant toujours en sorte que DropBox ne soit PAS lancé automatiquement au lancement de ce dernier (vieilles habitudes), j’ai fait encore plus simple : viré puis réinstallé Day One sur mon iPad et mon iPhone après avoir viré le dossier le plus récent sur DropBox et l’avoir remplacé par ma version propre (et récente).

Pas de craintes sauf erreur de votre part, c’est juste que je teste les applications de manière parfois un peu plus abrupte…!

Du coup, j’ai détruit les billets fautifs — des copier/coller de sauvegarde de mes tweets, l’ego se niche partout en définitive — et que je ne relirais jamais, suivant du coup la postérité qui n’en a pas plus à battre…!

À noter que sur ces versions mobiles, il est enfin possible de virer l’option de rappel quotidien pour vous inciter à écrire ! Pas franchement utile dès lors que l’on en a l’habitude.

le 16/11/2012 à 18:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le feu restant à l’orange, j’ai migré… | 4

Modem reçu, lignes VoIP activées

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | pratique
par Jean-Christophe Courte

Après avoir changé d’opérateur pour mes mobiles ([1]), lancé la procédure de dégroupage de ma ligne téléphonique ([2]), récupéré mon modem ([3]), j’attends désormais le portage de la ligne et la VoIP OVH. Depuis c'est fait.

Modem tout configuré

Jeudi, après mon retour de mes rendez-vous sur Paris, la ligne FT était tombée… Juste eu besoin de retirer la LiveBox, désormais inutile, et brancher en lieu et place la Technicolor (le Modem de chez OVH)… Comme j’avais entré précédemment sur tous mes appareils les identifiants pour la Wifi, c’est reparti immédiatement…

Le seul truc agaçant est un bug de leur console Manager actuelle avec Safari, passez par Firefox pour éviter de criser ;-) Mais la version 6 visible en test est impeccable.

Certes, il y a eu des réglages ensuite mais je suis passé de 11 sauts à 6 pour atteindre urbanbike.com, mon download est passé à près de 6, mon upload taquine 1 Mpbs, un exploit vu la distance qui me sépare du DSLAM et, surtout, l’écharpe de cuivre dans mon impasse…!

Ensuite lancé la création des lignes VoIP (… la première en échec jeudi soir mais relancée ce matin, la seconde en milieu d’après midi et opérationnelle ce soir). Merci à Richard (irremplaçable) pour m’avoir assisté lors de leur configuration.

Deux lignes VoIP, un seul numéro

Bref, avec le mode EasyPABX, mes deux lignes en 09 sont vues et identifiées l’une comme l’autre avec mon numéro habituel récupéré chez FT et désormais dégroupé. Si bien que tout appel entrant arrive simultanément sur mes 3 téléphones (mon vieux Siemens Gigaset C340 à portée de mon écran et un duo de Siemens Gigaset 4015 aussi fatigués).

@urbanbike

Reste à configurer le répondeur et quelques broutilles. Mais déjà, je peux bosser.

À suivre…

Nb : oui, pas eu le temps de vous parler de Day One et d’autres apps… Mais je suis également réparé — merci à mon osthéo (un excellent et sur Mac de plus…!).


  1. Voir ma chronique sur FreeMobile  ↩

  2. Voir ma chronique sur OVH  ↩

  3. Voir ma chronique sur Livraison du Modem  ↩

le 16/11/2012 à 18:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le feu restant à l’orange, j’ai migré… | 3

Modem reçu

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | pratique
par Jean-Christophe Courte

Après avoir changé d’opérateur pour mes mobiles ([1]), lancé la procédure de dégroupage de ma ligne téléphonique ([2]), j’attends la fin de l’opération.

Merci Orange

Pour le moment ma LiveBox Orange fonctionne et je sais gré à mon futur ex. opérateur de ne pas avoir coupé à la hache ma connexion payée, certes, pour le mois. De fait, j’ai découvert que ma nouvelle ligne n’était pas entièrement construite, cela me permet de continuer à téléphoner tant en analogique qu’en IP.

Merci OVH

Même si certaines subtilités geekesques ont parfois ajouté un iota de confusion dans mes échanges toujours courtois avec l’équipe d’OVH (le mot courrier n’est pas dans ma culture un courriel…!), très agréable d’avoir au téléphone des personnes — gars comme filles — qui savent de quoi il retourne, qui sont toujours en mode pédago pour anticiper les problèmes potentiels. Idem pour les échanges via leur plate-forme avec un support de qualité…

Ayant enfin compris en fin de semaine dernière que ce courrier n’était autre que le courriel reçu (merci à nouveau à Richard), j’ai imprimé ma demande de prélèvement, signé et retourné par la voie postale l’autorisation pour OVH et déposé à ma banque la partie qui lui incombe.

@urbanbike

Le modem est arrivé mardi par l’entremise de Mondial Relay chez un fleuriste dans ma ville, modem que je suis allé récupérer en vélo dès 15:30, son installation m’a permis de constater que la ligne était encore en attente de construction.

Par contre, cela m’a permis de configurer en wifi tous mes périphériques (la clé WiFi est notée au dos du modem), de tester la portée de la couverture de cette box qui dispose de la même puissance que ma précédente livebox.

Ensuite, je l’ai remisée temporairement, attendant que France Télécom intervienne sur les tuyaux. Et donc réinstallé ma LiveBox en attendant la coupure.

À suivre…


  1. Voir ma chronique sur FreeMobile  ↩

  2. Voir ma chronique sur OVH  ↩

le 14/11/2012 à 06:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le feu restant à l’orange, j’ai migré… | 2

Dégroupage, ADSL et téléphonie fixe

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | pratique
par Jean-Christophe Courte

La saison des changements, suite. Étant chez le même opérateur historique (voir cette chronique sur urbanbike), etc. Bref, les mobiles, c’est fait. Et c’est le jour et la nuit en terme de trésorerie en ces temps difficiles.

Théoriquement, ayant des services interconnectés, voir partir un client de manière radicale côté mobiles, je m’attendais — je reste d’une naïveté crasse — à une réaction commerciale sur le reste. Rien. Même pas un coup de fil pour comprendre le pourquoi de ce départ.

En additionnant téléphonie fixe et ADSL + voix sur IP + TV (jamais utilisée), je me suis demandé s’il n’y avait pas une solution plus économique. Continuer à basculer chez Free par exemple.

Mon ami Richard m’a parlé d’OVH. Je les voyais uniquement dans l’hébergement professionnel mais ils se sont lancés depuis quelque temps sur l’adsl + téléphonie et ont changé récemment leurs offres pour les réduire et mieux les proposer.

Alors voilà, c’est parti, hier, j’ai lancé la procédure fatale de dégroupage. Mes besoins sont simples : internet et un peu de téléphonie. Même en sortant du forfait, je ne devrais pas excéder le coût du simple internet made in Orange.

@urbanbike

Bien sûr, je m’attends à un trou noir le temps de reconstruire la ligne, rendre ma box et me reconnecter. Mais je garde mon numéro auquel je devrais pouvoir associer en appel mes deux lignes de voix sur IP.

À suivre…

le 09/11/2012 à 15:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Photoshop CS6 et Lightroom 4 par Martin Evening

Versions françaises disponibles

dans lire | photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Comme à chaque grande mise-à-jour de Adobe Photoshop et Adobe Lightroom, Martin Evening s’attache à amender ses ouvrages pour les adapter aux nouvelles fonctionnalités ajoutées dans ces applications incontournables.

L’orientation de ces deux bouquins ne varie pas d’un iota depuis leur première édition (voir cette chronique sur urbanbike). Il s’agit de fournir aux photographes professionnels ou amateurs le maximum de pistes pour employer correctement ces applications de post-traitement de leurs images numériques.

Avoir un boîtier capable délivrer de bons fichiers RAW ne suffit pas…! C’est oublier, en amont qu’il est indispensable d’utiliser de très bonnes optiques, (le boîtier n’étant qu’un consommable). Et, en aval qu’il faut traiter ces RAW avec soin.

C’est la mission que s’est assignée depuis des années ce photographe de mode londonien en exposant au travers de sa propre pratique les qualités propres à chaque solution.

D’aucuns sont plutôt portés à n’employer que CameraRAW et Photoshop, d’autres Lightroom, deux approches qui reposent sur le même moteur de traitement signé Adobe.

Bref, selon les applications que vous utilisez, vous trouverez ici de quoi nourrir votre pratique quotidienne et, bien entendu, de comprendre via la flopée d’exemples, comment améliorer le traitement de vos propres images.

Près de 2 kilos de papier imprimé à chaque fois…! Bref, deux références de poids…!

Photoshop CS6 pour les photographes
Martin Evening
Traduction de l’anglais par Danielle Lafarge et assistée techniquement par Etienne Laurent
Eyrolles
9782212135886 | 39,90 € pour 656 pages quadris remplies à 100 pour 100…!

image caddie

@urbanbike

Lightroom 4 pour les photographes
Martin Evening
Traduction assurée par Volker Gilbert, l’auteur de Camera Raw par la pratique et de Développer ses fichiers RAW
Eyrolles
9782212135060 | 39,90 € pour 612 pages quadris remplies à bloc itou…!

image caddie

@urbanbike

Pour chaque livre, des extraits au format PDF pour vous faire une idée plus précise de la qualité de ces deux ouvrages avant de les commander en ligne.

le 07/11/2012 à 09:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

iPad mini versus iPad

Dans la main ou pas, la question n'est pas là !

dans dans mon bocal | pratique
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : le plus évident pour se forger sa propre opinion est encore d’aller tester cet iPad mini dans un Apple Store. Ou de l’emprunter quelques minutes à l’une de vos connaissances. Rien ne remplace sa propre expérience utilisateur. Ne jamais prendre à la lettre les avis des uns et des autres exprimés sur le web. Le mien y compris…!

Alors, il est bien ce nouveau iPad mini ?

Tout d’abord, amusant de retrouver dans ce concert de louanges quelques détracteurs de la première heure, ceux qui nous expliquaient doctement que ce concept de tablette était une hérésie et n’avait aucune chance. Dont acte. Notez que j’ai également souri en lisant sous le clavier de biiiiiip son excessif billet. Ne menaçait-il pas de quitter Apple le jour où il a fulminé l’anathème contre ma personne !?

Bref, ce lundi, j’ai enfin trouvé le temps de toucher cette mini tablette ainsi que l’iPad 4.

Alors, tu y passes quand ?

Pour mémoire, ceci est un billet d’humeur construit par épisodes (avant puis après avoir eu en mains le mini. Merci d’ailleurs à Renaud pour sa fort sympathique proposition de me prêter son iPad mini quelques temps, ce sera inutile).

Ayant de petites pognes (…je couvre juste la plus faible largeur de l’iPad classique avec l’amplitude d’une main), j’étais épaté par tous ceux qui nous expliquaient qu’ils pouvaient s’emparer de la nouvelle tablette avec une seule paluche et tapoter dessus avec l’autre. De plus, ayant une patte gauche raide suite à un accident, je voyais mal comment je pouvais le crocher…! Du coup, toutes ces explications enthousiastes ont, sur ce simple plan de la manipulation à une louche (sic !) de la bestiole, attisé ma curiosité.

Et c’est vrai !

Légère, étroite, la mini tient dans ma main. La preuve en image avec le câble et les reflets des pubs de l’Apple Store de Parly2.

@urbanbike

Qu’est-ce qui me retient ?

À moi de trouver des arguments pour m’expliquer pourquoi je garde l’iPad. Mais déjà deux ou trois petites choses :

  • la taille justement, j’y reviendrais dans mes arguments pro-iPad classique !
  • ensuite une impression de trop grande légèreté (…oh lui !), voire même de fragilité que je n’ai jamais rencontré avec mes iPads (1, 2 et 3). Là, c’est un sentiment totalement personnel qui n’est pas sans rappeler l’usage des boîtiers photo trop légers. Juste que je ne retrouve pas cette impression de solidité, confort, finition — rayez les termes que vous souhaitez — de mon iPad habituel dans ce mini pourtant bien séduisant.
  • enfin, l’écran. Au risque d’agacer (…je termine la saisie de mon billet sur l’iPad 3 Retina), si la qualité de l’écran du mini est irréprochable, bien, cela ne présente pas — à mes yeux de vieux ! — le surcroît de confort qui me permet de bosser 4 heures d’affilée sans fatigue.
  • pour finir, le nerf de la guerre me fait défaut. Je n’avais qu’à choisir une autre filière au lieu de persévérer dans la mienne…! Si quelques lecteurs fortunés veulent m’assister dans cette période, qu’ils n’hésitent pas !

Ensuite, j’aime mon iPad classique

Au risque de vous surprendre, de passer pour un rustre à contre-courant, j’apprécie la taille de l’iPad classique qui me permet de le manipuler sans craintes avec mes deux pouces appuyés sur le bord. Pas de risque de déclencher — à mon insu — une catastrophe sur l’application affichée.

J’apprécie également la taille physique du clavier affichée en mode paysage, plus proche de celui de mon Mac. Oui, je ne vais pas à nouveau vous surprendre, l’iPad 3 en réitérant que c’est mon outil de travail.

Bref, j’aime bien ces marges larges, ce cadre noir (re sic !) qui rend cette tablette facile à attraper avec mes doigts gourds. Ensuite, je me répète, j’ai déjà donné avec l’iPad 2 mais le passage au Retina a modifié mon confort de travail au quotidien. N’y passant pas 5 minutes pour y relever des mails mais bien quelques heures pour écrire, la finesse de la typographie affichée m’a définitivement conquis.

Même le clavier affiché sur le mini me semble un peu trop petit. Je déteste saisir en mode portait sur le classique. Or sur le mini, même en mode paysage, je trouve — grosso modo — une identique sensation.

@urbanbike

Les seuls points négatifs de ce gros iPad (…à relativiser, CQFD) restent le poids de l’ensemble et le système de la couverture qui fonctionne certes bien mais qui fatigue nettement plus vite que la tablette. Comme exprimé en préambule, pas les sesterces pour basculer vers un iPad 4 (…noir de préférence, wifi toujours et 32 Go, information pour le généreux donateur qui ne manque pas de lire ces lignes… j’déconne).

D’ailleurs c’est l’iPad 4 qui m’a le plus séduit. Aucune différence physique avec le 3 acquis dès la sortie pour finir mon dernier bref-seller. Hormis une vitesse é-pat-ante.

Le lancement d’une application comme Pages sur Mini et sur iPad 4, c’est la nuit et le jour. Bref, le processeur A6 du iPad 4 n’est pas un simple argument marketing !

En résumé, l’iPad, outil de travail

l’iPad classique reste assurément un outil de travail exceptionnel. J’écris (là, j’alterne entre Byword et Daedalus touch), je recherche des informations, je consulte des dictionnaires, je communique avec ma fille via Messages, je crobarde des couvertures.

Une idée, une question ? Mon Mac étant de plus en plus dévolu à la seule exécution de mes travaux de graphiste, c’est sur cet iPad qui démarre instantanément de jour comme de nuit que je ne cesse de m’instruire dans les disciplines qui me passionnent et de prendre des notes.

Mais je reconnais que le mini en tablette de consultation et de prise de notes irrégulières, c’est pas mal du tout…! Et donc pas surpris qu’il fasse un carton.

Bref, il n’y a pas mieux ou moins bien, juste désormais deux splendides tablettes pommées pour s’adapter pile-poil à nos besoins respectifs. Pour choisir, fiez-vous à votre sentiment, certes — et à vos finances — mais surtout à vos usages réels.

Pour finir : à découvrir, cet excellent site pour les synonymes du terme excessif : abusif, affreux, ahurissant, ardent, carabiné, chargé, choquant, débridé, démesuré, déraisonnable, déréglé, désordonné, dévorant, disproportionné, effrayant, effréné, effroyable, élevé, énorme, enragé, exagéré, exaspéré, exceptionnel, exorbitant, extraordinaire, extrême, exubérant, fabuleux, forcé, fort, fou, furieux, gigantesque, grand, grimaçant, gros, horrible, hyperbolique, immodéré, immodeste, incontinent, incroyable, inextinguible, infini, insensé, insupportable, intempérant, intense, intolérable, irrésistible, léonin, long, luxuriant, monstrueux, outrancier, outré, pléthorique, prodigieux, prohibitif, raide, redondant, rigoureux, sans frein, superflu, surabondant, surfait, terrible, titanesque, torride, trop, vif, violent

Nb : oui, je peux être excessif à mon tour quand je reçois un mail du style si tu reviens, j’efface tout…!

le 05/11/2012 à 12:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?