Urbanbike

Recherche | mode avancée

Drafts et recherches sur le Web

URL actions pour aller encore plus vite

dans outils | pratique | voir
par Jean-Christophe Courte

Chaque jour qui passe, chaque explication donnée ci et (eh oui, je ne sors pas grand chose de mon chapeau…!) me conforte dans l’usage de Drafts comme application pivot sur mon iPad…

  • Que ce soit pour pondre des fragments de texte qui deviendront des billets,
  • écrire des nouvelles personnelles,
  • expédier des tweets en me servant de plus de TextExpander, vu que cette application n’est pas intégrée dans Tweetbot.
  • Ou même rédiger des courriels avec balises Markdown parsées (interpretees) lors de l’envoi.

Mais depuis hier soir, je découvre la puissance des requêtes des URL actions. Et le temps gagné pour aller chercher des infos dans mon propre site…!

Tiens, où sont les billets écrits par mes soins sur HurryCover…?!
Tiens, où sont les billets écrits par mes soins sur HurryCover…?!
Employons mes URL actions…
Employons mes URL actions…

Du coup, facile débusquer la liste de mes chroniques sur HurryCover par exemple !

Résultats proposés par Qwant dans urbanbike…
Résultats proposés par Qwant dans urbanbike…

Il suffit que ma première ligne sous Drafts contienne le mot clé et hop, je retrouve sous Safari la liste des billets incriminés.

Résultats proposés par Qwant pour tous les sites qui en parlent…
Résultats proposés par Qwant pour tous les sites qui en parlent…
Idem pour duckduckgo…
Idem pour duckduckgo

La syntaxe est hyper simple et cela se termine de plus par la simple création d’une action à conserver dans le panneau de droite de l’application. Et basta.

Ou, pur finir, via Google dans urbanbike
Ou, pur finir, via Google dans urbanbike

Bon, mais cela fonctionne comment…?

Il suffit d’enregistrer une action dans Drafts

Ma liste dURL actions pour le moment…
Ma liste d’URL actions pour le moment…

Pas compliqué… Par exemple, pour chercher via google dans urbanbike, il suffit d’écrire ceci… https://www.google.com/search?q=site:urbanbike.com+[[draft]]

Mais j’ai modifié la terminaison par [[title]] juste pour ne prendre en compte que la première ligne de mon document (et donc cela me laisse la possibilité d’ajouter du contenu en dessous qui ne sera pas pris en compte, astuce…!).

Un exemple de recherche tous azimuts dans Qwant
Un exemple de recherche tous azimuts dans Qwant

Sous Qwant (le nouveau moteur de recherche), c’est ceci que j’emploie : http://www.qwant.com/multi?q=site:urbanbike.com+[[title]]

le terme multi est juste pour sélectionner l’un des affichages disponibles dans Qwant.com…

D’ailleurs, je vous engage à regarder un peu plus cet outil de recherche tout comme duckduckgo.

Bref, je suis d’autant plus séduit que ce n’était assurément pas le cas lors de la sortie de Drafts sur iPad si vous relisez ma première chronique.

Je me demandais même à quoi cela pouvait me servir. Depuis, j’ai totalement changé d’avis comme vous pouvez le noter…! Indispensable sur iPad comme sur iPhone…

le 17/02/2013 à 12:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Drafts 1.5.3 sur iPad et DropBox

Nouvelles balises pour gérer la date

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Ce qui est génial avec Greg, c’est que ce gars ne cesse jamais d’améliorer ses produits. Et notamment Drafts. Bref, la mise à jour est à récupérer d’urgence sur iTunes…!

Chouette, non…?
Chouette, non…?

Je ne vais pas revenir sur ce billet mais la dernière mouture de Drafts permet cela désormais :

zoom…
zoom…

Ce qui, à mes yeux, est parfait pour démarrer un billet daté avec un petit fragment de texte qui sera ensuite completé dans Byword ou Daedalus touch.

On peut faire mieux en terme de subtilité, voir ce lien

Pour en savoir encore plus, cf. Le billet de Federico Viticci, nettement plus (euh !) fouillé…!!

le 10/02/2013 à 15:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MultiMarkdown Composer et feuille de style

Personnaliser ce traitement de texte à vos besoins

dans écrire | outils | pratique
par Jean-Christophe Courte

Je n’allais pas écrire personnaliser à sa main (sic !) vu que ce sont bien des touches que nous utilisons pour saisir nos textes et les baliser à notre gré…!

Attention billet avec ellipses car juste pour mémoire…

La version 2 de MultiMarkdown Composer ayant été réécrite — voir cette ancienne chronique versus mon dernier billet sur le sujet, la gestion des feuilles de style également comme je l’avais noté… j’ai essayé les différentes alternatives proposées et, bon, pas trouvé ce qu’il me fallait. Pour la version précédente, j’avais déjà modifié le tout.

La version 2 propose de diviser la page en deux pour afficher le texte saisi en regard de son rendu. Du coup, il est possible dans la même feuille de style d’empiler les données minimales de la CSS qui sera employée pour la prévisualisation, tableaux compris.

Du code, quoi…!
Du code, quoi…!

Et celles pour colorier — ou coloriser — dynamiquement les balises lors de l’écriture de votre texte… bref, à gauche, ma prose ; à droite le résultat en mode minimal pour se rendre compte si mon balisage est ad hoc.

Mon exemple de feuille de style est un peu excessif — quoi que ! — mais il est avant tout démonstratif. Je n’ai pas fait preuve de beaucoup d’originalité en partant d’une feuille existante en la nettoyant et en la transformant pour mon propre usage, histoire d’apprendre. Je pense que tout le monde fait comme cela, ôtez-moi d’un doute…?! Bref, pourquoi réinventer la roue.

De fait, quand j’écris, j’ai besoin de visualiser quelques infos, histoire de me repérer dans le texte[1].

  • Les textes invisibles en vert
  • Les attributs de texte (code compris), les indicateurs de balises liste ou bq en rouge (pratique car, par exemple, la balise de Liste s’affiche en rouge uniquement si elle est active, par exemple). Les balises qui enveloppent les mots sont généralement en gris un poil plus léger (Byword ma pas mal inspiré, c’est clair…)
  • Sans oublier le texte sélectionné en jaune
Illustration de ce qui précède…
Illustration de ce qui précède…
  • Les liens vers des illustrations, URLs ou encore de notes de bas de page ou les HUD en bleu, histoire de bien les distinguer
Idem pour les liens
Idem pour les liens
Et les images
Et les images
  • Enfin, j’aime bien employer un fond gris léger en lieu et place d’un sable un peu passé…

Du coup le fait de travailler sur la feuille .style me permet de me passer de Marked pendant la phase d’écriture et, comme avec l’application Mou, de visualiser le résultat immédiatement, de manière sommaire mais amplement suffisante.

  • Les tableaux sont justes parsés pas la CSS dans la fenêtre de previsualisation contiguë…
  • bien entendu, je recommande d’employer quelques équivalents concoctés avec TextExpander. Ainsi, quand je saisis une note en bas de page[2] sous OSX ou je place un HUD, que ce soit sur MultiMarkdown Composer, Byword ou FoldingText, voire TextEdit, c’est la même séquence de touches, CQFD.

Et la feuille de style ?

Il vous suffit d’ouvrir les préférences, d’aller dans le second onglet et dans cette fenêtre, de cliquer sur le bouton Open Styles Folder pour demander d’afficher le contenu du dossier des feuilles de style.

Ensuite de dupliquer celle la plus proche de ce que vous souhaitez obtenir à terme et éditer ce fichier avec un traitement de texte. En l’occurrence, j’ai fait appel à mon fidèle BBEdit et à TextMate (sur les copies d’écran, c’est TextMate).

TextMate à gauche puis MMD Composer…
TextMate à gauche puis MMD Composer…

Une fois renommé votre fichier cible, le désigner de suite comme celui a employer de préférence par MultiMarkdown Composer !

Mais au lieu de repasser par les préférences, notez que vous pouvez changer de feuille de style en passant par le menu View/Style Sheet. C’est une opération que vous allez faire un grand nombre de fois lors de l’élaboration de vos styles car il vous faudra impérativement repasser par une autre feuille de style avant d’appliquer à nouveau vos changements (suis-je clair ?).

Bref, c’est tout sauf dynamique lors de l’élaboration de votre feuille.

Une fois dans le contenu texte de votre feuille de style, allez-y doucement et souvenez-vous que les codes couleurs ne doivent pas être précédés d’un # mais que vous pouvez employer les codes hexa habituels.

J’ai ajouté dans la partie CSS quelques bouts de code dont :
a:link {color: #ff0000; text-decoration: none;} ou encore code {color: #ff0000;} pour obtenir ce que je souhaitais dans ma preview à la mode urbanbike.

Bon, ensuite à vous de jongler entre les foregroundColor et les markupForegroundColor avec, conseil de prudence, un test régulier de votre avancement et la bonne pratique habituelle qui consiste à conserver des versions intermédiaires…!

Marked en premier plan
Marked en premier plan

Encore une fois, le rendu sera moins élaboré qu’avec l’excellent Marked mais cela vous évitera d’ouvrir “n” applications pour juste vérifier si vous écrivez correctement vos balises Markdown.

C’est le but, non…?

Note de fin : mon exemple est à la hache : rappel, je ne suis pas un codeur, juste un utilisateur… de traitement de texte !


  1. Bien entendu, chacun colorise selon ses envies…  ↩

  2. Lire ce billet à propos de… TextExpander et notes de bas de page  ↩

le 09/02/2013 à 08:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

MPro 1.1.3 sur iPhone

Et deux boutons astucieux, deux…

dans photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Spéciale dédicace à mes deux Benoîts…!

Non mais…! Efficace en prise en vue pour changer de filtre à la volée…

selon linclinaison du iPhone, ils changent de position…
selon l’inclinaison du iPhone, ils changent de position…

Oui, mon clavier est un peu… sale. Mais je veux juste ici présenter le concept… Forcer ou non le contraste et/ou changer de filtre…

Ces deux petits boutons ajoutés par Toshihiko Tambo m’évitent désormais sur MPro (lien iTunes) d’afficher tous les menus…!

Relire cette ancienne chronique de juillet 2012 pour plus d’infos.

Short Cut Button
Short Cut Button

Si cela vous dérange, passez pas les réglages pour les supprimer mais vous commettez, à mon avis, une erreur !

Notez également une autre option pratique, celle qui consiste à basculer l’image réalisée en niveaux de gris en RVB pour éviter les gags avec EverPix

le 08/02/2013 à 10:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Macros et Nebulous Notes

Basé sur un set Markdown de Federico Viticci

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Billet rapide… je sais, j’ai tendance à revenir sur les mêmes sujets.

Comme je l’ai écrit il y a quelques jours, je redécouvre Nebulous Notes for DropBox qui tourne désormais sur iPad et iPhone. Pour mémoire, il existe une version lite gratuite mais sans connexion vers DropBox.

C’est d’autant plus agaçant (sic !) qu’il existe désormais une très belle collection de traitements de texte sur iPad[1]. Heureusement, avec Markdown, choisir n’est jamais renoncer. Quoi que !

  • Si vous relisez les anciens billets d’urbanbike, vous y verrez que j’ai été (…et reste depuis mars 2011) admiratif devant les options de personnalisation de la barre additionnelle qui dépassent de loin celles fort performantes de Daedalus Touch que j’apprécie toujours. Notez que Nebulous Notes est fort documenté sur le site même de l’application, ce que les utilisateurs oublient trop souvent, moi le premier.

  • Tout aussi intéressant, cette version 6 propose également des options de personnalisation de l’ergonomie générale de l’application — lire ici — qui me permettent de retrouver le confort de saisie d’un Byword. Et des marges, un interligne confortable. Sans oublier une CSS de rendu qui reste totalement personnalisable ou encore un espace de copie intermédiaire. Et, toujours, le support indispensable de TextExpander.

Et prévisualisation Markdown… mais pas MultiMarkdown…
Et prévisualisation Markdown… mais pas MultiMarkdown…

Touches personnalisables

La grande nouveauté du coté du moteur de Nebulous Notes est la capacité d’emboitement des Macros dans les touches de la barre additionnelle.

En effet, il est désormais possible de lier un $sel à un *$cursor, et donc de créer un habillage de sélection pour basculer une sélection en gras (Markdown) suivi du pointeur en attente.

Pour commencer, je cite immédiatement l’excellent billet de Federico Viticci, un tutoriel que je cherchais sans y croire ! Un superbe article en anglais avec, bonheur, une liste de très bonnes macros pour Markdown réalisées par un maître en la matière. Et des vidéos si certaines actions vous échappent.

Mieux, le set de macros est telechargeable[2] (attention à bien sauvegarder le vôtre, de set, au préalable, CQFD.)

Et donc échangeable entre devices…
Et donc échangeable entre devices…

Ensuite, à vous de l’enrichir et le modifier selon vos besoins[3].

Inutile de dire que l’étude attentive de ce set permet de se forger des outils adaptés même si tous les utilisateurs ne seront pas sensibles à ce qui est proposé…

Hyper facile de vous mettre aux notes de bas de page…
Hyper facile de vous mettre aux notes de bas de page…

Attention, un tout petit souci sur les notes en bas de page[4], le parseur de Nebulous Notes ne les supporte pas encore…

Bon, juste pour mémoire… sauf je si me suis trompé…!!
Bon, juste pour mémoire… sauf je si me suis trompé…!!

Par contre, testez également ces deux macros dédiées proposées par Viticci. Et une fois votre set de macros à vos doigts réalisé, pensez à sauvegarder et à partager avec votre second device[5].

À insérer dans la liste à lendroit de la rupture souhaitée, CQFD.
À insérer dans la liste à l’endroit de la rupture souhaitée, CQFD.

Mais il est possible d’aller encore plus loin sur Nebulous Notes en employant la macro $separator qui, comme son nom l’indique, permet d’ajouter une seconde barre additionnelle accessible par simple glissement du doigt vers le haut ou vers le bas.

Au lieu de faire glisser sur une seule ligne…
Au lieu de faire glisser sur une seule ligne…
Personne ne vous interdit de dupliquer des touches dans cette seconde barre… astuce…!
Personne ne vous interdit de dupliquer des touches dans cette seconde barre… astuce…!

Dernier point, souvenez-vous que vous pouvez protéger par un code à quatre chiffres l’accès à Nebulous Notes et donc, de facto, au contenu de votre DropBox (ben oui, ce serait ballot qu’un fâcheux rentre dans vos précieux fichiers, non)…


  1. Dont Drafts évoqué récemment.  ↩

  2. Et, conseil d’utilisateur, à placer au premier niveau de votre dossier DropBox.  ↩

  3. Prenez le temps de le tester, d’y revenir.  ↩

  4. n’être pas supportées sur Nebulous Notes ne doit pas vous empêcher de les employer puis de les visualiser sur une autre application, CQFD !  ↩

  5. Car elles fonctionnent sur iPad et iPhone.  ↩

le 26/01/2013 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Nebulous Notes 6.x sur iPad

Version DropBox, sinon rien !

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

J’avais chargé la dernière version de Nebulous Notes (lien iTunes) mais je ne l’avais pas lancée, un peu débordé par les soucis. Or ce traitement de texte a superbement évolué depuis ces derniers mois…! En optimisant les actions sous Drafts ce matin et en allant regarder sans DropBox comment les choses se passaient, j’y suis allé via Nebulous Notes

Chouette gestion des marges…
Chouette gestion des marges…

J’avais demandé naguère au développeur s’il pouvait nous permettre de gérer les marges, histoire d’avoir un rendu comme le propose Daedalus touch… C’est fait

Mais également de lespacement…
Mais également de l’espacement…

Gestion de l’interligne (indispensable quand on a les yeux un peu fatigués…)

@urbanbike
@urbanbike

Rendu avec la CSS de son choix. Mais regardez bien la copie d’écran : qui fait le boulot…? Mais Brett et son épatant Marked. Et la CSS par défaut…? Celle de Jorge et Rùben, les développeurs de Byword. Hommage classe… Vous pouvez éditer votre propre CSS, CQFD.

Paramétrage des menus
Paramétrage des menus

Je ne vais pas revenir sur la barre additionnelle qui est paramétrable comme toujours (avec vos macros…!!) mais sur More Options qui permet désormais de désactiver les options dans les menus. Je n’emploie plus EverNote. Hop, désactivation. Etc. Notez la présence d’un Scratch Pad, histoire de coller temporairement du texte…

Bon, pour d’autres informations sur ce traitement de texte voir ce billet de juin 2011 et celui de mars 2011 plus complet alors…

le 25/01/2013 à 07:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Drafts sur iPad en version 1.5

Et automatisation de vos notes… (Mise à jour)

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Même si la barre additionnelle est toujours aussi rustique pour saisir du Markdown (pas d’options pour envelopper une sélection de texte, histoire de la baliser), Drafts continue à étonner.

Dans les News du jour, des éléments qu’il me faudra discuter avec des gens plus rompus à la programmation – note personnelle : je ne vais pas citer à nouveau @david_bosman sinon d’aucuns vont bouillir mais c’est bien sûr à lui que je pense immédiatement – mais, à ma portée, un accès à mes dossiers dans DropBox et des actions pour ajouter du texte dans un fichier Markdown en amont ou en aval de ce texte. Ok, je me doute que l’on peut faire cela avec textmate mais là, je peux désormais le faire depuis mon iPad (ou d’un iPhone si vous employez la version dédiée de Drafts 2.5).

Un exemple de plusieurs notes ajoutées sur DropBox…
Un exemple de plusieurs notes ajoutées sur DropBox…

Inutile de dire que je me suis empressé d’expérimenter cela car, du coup, Drafts devient encore plus démentiel en me permettant de nourrir un même fichier avec des notes prisés en cours de journée sans ouvrir ce fichier. Gloupppss !

Settings
Settings

Tout se passe via les settings dédiés à DropBox, on s’en doute un peu.

L’idée est d’arriver à ceci : créer un fichier .txt puis le nourrir au fur et à mesure avec des notes, fragments de texte.

Paramétrage
Paramétrage

Drafts nous propose de distinguer première ligne et la suite de votre billet. Et, également, d’ajouter la date et l’heure de l’opération. Mais ce qui m’a amusé est que l’on peut également ajouter du Markdown autour de ces infos pour se construire une mini hiérarchie de ces notes insérées.

Notez enfin que le texte ajouté peut être en fin ou au début de la note existante. Ou carrément l’écraser.

Bref, à configurer selon vos besoins.

Rappel : si vous regardez le résultat depuis DropBox sur votre iPad, pensez à rafraichir votre fichier avant de vous dire que cela ne fonctionne pas…!

Nb : si le fichier a été renommé et donc n’existe plus sous le nom prédéfini dans votre espace de stockage, Drafts va le recréer. J’imagine que vous comprenez l’intérêt d’un tel dispositif.

Pour finir… Oui, mais mes scripts réalisés sur iPad, faut les refaire sur iPhone…? Noooooon !

Juste se les expédier par… Mail
Juste se les expédier par… Mail

Et bingo…!

À la demande Horkken qui me l’a demandé par Mail

En détail, laction…
En détail, l’action…

De haut en bas…

  • Le path est créé automatiquement dans DropBox mais vous pouvez le modifier pour verser ces textes dans un autre dossier de DropBox.
  • Vous pouvez lui donner un nom prédéfini…
  • L’extension reste .txt (…la plus pratique pour être lu ensuite par Byword sur mon… Mac, CQFD…!)
  • Ensuite je lui demande d’ajouter toute nouvelle note que j’écris en dessous de la précédente Append.

Mais, car il y a un mais…! On peux rendre cela encore plus lisible…

  • En ajoutant une balise de niveau Markdown ## [[time]] (suivie de la date, donc), d’un | et de la première ligne de ma note sur Drafts qui est ici [[title]], puis, avec un retour ligne, placer le reste [[body]].

Du coup, Horkken; dès que tu écris une note et que tu emploies cette action…

  • La première fois, elle créé le fichier Texte au bon emplacement et ajoute la note avec les infos Markdown idoines…
  • La seconde fois, elle ajoute juste la nouvelle note au fichier déjà créé. Sous celle existante…

Si l’on opte pour l’option Create, on écrase tout le contenu existant. Prepand permet d’ajouter le texte au-dessus. Enfin, c’est ce que je croie, car je ne l’ai pas testé… mais cela me semble logique

le 24/01/2013 à 07:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?