Urbanbike

Recherche | mode avancée

Macros et Nebulous Notes

Basé sur un set Markdown de Federico Viticci

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Billet rapide… je sais, j’ai tendance à revenir sur les mêmes sujets.

Comme je l’ai écrit il y a quelques jours, je redécouvre Nebulous Notes for DropBox qui tourne désormais sur iPad et iPhone. Pour mémoire, il existe une version lite gratuite mais sans connexion vers DropBox.

C’est d’autant plus agaçant (sic !) qu’il existe désormais une très belle collection de traitements de texte sur iPad[1]. Heureusement, avec Markdown, choisir n’est jamais renoncer. Quoi que !

  • Si vous relisez les anciens billets d’urbanbike, vous y verrez que j’ai été (…et reste depuis mars 2011) admiratif devant les options de personnalisation de la barre additionnelle qui dépassent de loin celles fort performantes de Daedalus Touch que j’apprécie toujours. Notez que Nebulous Notes est fort documenté sur le site même de l’application, ce que les utilisateurs oublient trop souvent, moi le premier.

  • Tout aussi intéressant, cette version 6 propose également des options de personnalisation de l’ergonomie générale de l’application — lire ici — qui me permettent de retrouver le confort de saisie d’un Byword. Et des marges, un interligne confortable. Sans oublier une CSS de rendu qui reste totalement personnalisable ou encore un espace de copie intermédiaire. Et, toujours, le support indispensable de TextExpander.

Et prévisualisation Markdown… mais pas MultiMarkdown…
Et prévisualisation Markdown… mais pas MultiMarkdown…

Touches personnalisables

La grande nouveauté du coté du moteur de Nebulous Notes est la capacité d’emboitement des Macros dans les touches de la barre additionnelle.

En effet, il est désormais possible de lier un $sel à un *$cursor, et donc de créer un habillage de sélection pour basculer une sélection en gras (Markdown) suivi du pointeur en attente.

Pour commencer, je cite immédiatement l’excellent billet de Federico Viticci, un tutoriel que je cherchais sans y croire ! Un superbe article en anglais avec, bonheur, une liste de très bonnes macros pour Markdown réalisées par un maître en la matière. Et des vidéos si certaines actions vous échappent.

Mieux, le set de macros est telechargeable[2] (attention à bien sauvegarder le vôtre, de set, au préalable, CQFD.)

Et donc échangeable entre devices…
Et donc échangeable entre devices…

Ensuite, à vous de l’enrichir et le modifier selon vos besoins[3].

Inutile de dire que l’étude attentive de ce set permet de se forger des outils adaptés même si tous les utilisateurs ne seront pas sensibles à ce qui est proposé…

Hyper facile de vous mettre aux notes de bas de page…
Hyper facile de vous mettre aux notes de bas de page…

Attention, un tout petit souci sur les notes en bas de page[4], le parseur de Nebulous Notes ne les supporte pas encore…

Bon, juste pour mémoire… sauf je si me suis trompé…!!
Bon, juste pour mémoire… sauf je si me suis trompé…!!

Par contre, testez également ces deux macros dédiées proposées par Viticci. Et une fois votre set de macros à vos doigts réalisé, pensez à sauvegarder et à partager avec votre second device[5].

À insérer dans la liste à lendroit de la rupture souhaitée, CQFD.
À insérer dans la liste à l’endroit de la rupture souhaitée, CQFD.

Mais il est possible d’aller encore plus loin sur Nebulous Notes en employant la macro $separator qui, comme son nom l’indique, permet d’ajouter une seconde barre additionnelle accessible par simple glissement du doigt vers le haut ou vers le bas.

Au lieu de faire glisser sur une seule ligne…
Au lieu de faire glisser sur une seule ligne…
Personne ne vous interdit de dupliquer des touches dans cette seconde barre… astuce…!
Personne ne vous interdit de dupliquer des touches dans cette seconde barre… astuce…!

Dernier point, souvenez-vous que vous pouvez protéger par un code à quatre chiffres l’accès à Nebulous Notes et donc, de facto, au contenu de votre DropBox (ben oui, ce serait ballot qu’un fâcheux rentre dans vos précieux fichiers, non)…


  1. Dont Drafts évoqué récemment.  ↩

  2. Et, conseil d’utilisateur, à placer au premier niveau de votre dossier DropBox.  ↩

  3. Prenez le temps de le tester, d’y revenir.  ↩

  4. n’être pas supportées sur Nebulous Notes ne doit pas vous empêcher de les employer puis de les visualiser sur une autre application, CQFD !  ↩

  5. Car elles fonctionnent sur iPad et iPhone.  ↩

le 26/01/2013 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Nebulous Notes 6.x sur iPad

Version DropBox, sinon rien !

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

J’avais chargé la dernière version de Nebulous Notes (lien iTunes) mais je ne l’avais pas lancée, un peu débordé par les soucis. Or ce traitement de texte a superbement évolué depuis ces derniers mois…! En optimisant les actions sous Drafts ce matin et en allant regarder sans DropBox comment les choses se passaient, j’y suis allé via Nebulous Notes

Chouette gestion des marges…
Chouette gestion des marges…

J’avais demandé naguère au développeur s’il pouvait nous permettre de gérer les marges, histoire d’avoir un rendu comme le propose Daedalus touch… C’est fait

Mais également de lespacement…
Mais également de l’espacement…

Gestion de l’interligne (indispensable quand on a les yeux un peu fatigués…)

@urbanbike
@urbanbike

Rendu avec la CSS de son choix. Mais regardez bien la copie d’écran : qui fait le boulot…? Mais Brett et son épatant Marked. Et la CSS par défaut…? Celle de Jorge et Rùben, les développeurs de Byword. Hommage classe… Vous pouvez éditer votre propre CSS, CQFD.

Paramétrage des menus
Paramétrage des menus

Je ne vais pas revenir sur la barre additionnelle qui est paramétrable comme toujours (avec vos macros…!!) mais sur More Options qui permet désormais de désactiver les options dans les menus. Je n’emploie plus EverNote. Hop, désactivation. Etc. Notez la présence d’un Scratch Pad, histoire de coller temporairement du texte…

Bon, pour d’autres informations sur ce traitement de texte voir ce billet de juin 2011 et celui de mars 2011 plus complet alors…

le 25/01/2013 à 07:25 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Drafts sur iPad en version 1.5

Et automatisation de vos notes… (Mise à jour)

dans écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Même si la barre additionnelle est toujours aussi rustique pour saisir du Markdown (pas d’options pour envelopper une sélection de texte, histoire de la baliser), Drafts continue à étonner.

Dans les News du jour, des éléments qu’il me faudra discuter avec des gens plus rompus à la programmation – note personnelle : je ne vais pas citer à nouveau @david_bosman sinon d’aucuns vont bouillir mais c’est bien sûr à lui que je pense immédiatement – mais, à ma portée, un accès à mes dossiers dans DropBox et des actions pour ajouter du texte dans un fichier Markdown en amont ou en aval de ce texte. Ok, je me doute que l’on peut faire cela avec textmate mais là, je peux désormais le faire depuis mon iPad (ou d’un iPhone si vous employez la version dédiée de Drafts 2.5).

Un exemple de plusieurs notes ajoutées sur DropBox…
Un exemple de plusieurs notes ajoutées sur DropBox…

Inutile de dire que je me suis empressé d’expérimenter cela car, du coup, Drafts devient encore plus démentiel en me permettant de nourrir un même fichier avec des notes prisés en cours de journée sans ouvrir ce fichier. Gloupppss !

Settings
Settings

Tout se passe via les settings dédiés à DropBox, on s’en doute un peu.

L’idée est d’arriver à ceci : créer un fichier .txt puis le nourrir au fur et à mesure avec des notes, fragments de texte.

Paramétrage
Paramétrage

Drafts nous propose de distinguer première ligne et la suite de votre billet. Et, également, d’ajouter la date et l’heure de l’opération. Mais ce qui m’a amusé est que l’on peut également ajouter du Markdown autour de ces infos pour se construire une mini hiérarchie de ces notes insérées.

Notez enfin que le texte ajouté peut être en fin ou au début de la note existante. Ou carrément l’écraser.

Bref, à configurer selon vos besoins.

Rappel : si vous regardez le résultat depuis DropBox sur votre iPad, pensez à rafraichir votre fichier avant de vous dire que cela ne fonctionne pas…!

Nb : si le fichier a été renommé et donc n’existe plus sous le nom prédéfini dans votre espace de stockage, Drafts va le recréer. J’imagine que vous comprenez l’intérêt d’un tel dispositif.

Pour finir… Oui, mais mes scripts réalisés sur iPad, faut les refaire sur iPhone…? Noooooon !

Juste se les expédier par… Mail
Juste se les expédier par… Mail

Et bingo…!

À la demande Horkken qui me l’a demandé par Mail

En détail, laction…
En détail, l’action…

De haut en bas…

  • Le path est créé automatiquement dans DropBox mais vous pouvez le modifier pour verser ces textes dans un autre dossier de DropBox.
  • Vous pouvez lui donner un nom prédéfini…
  • L’extension reste .txt (…la plus pratique pour être lu ensuite par Byword sur mon… Mac, CQFD…!)
  • Ensuite je lui demande d’ajouter toute nouvelle note que j’écris en dessous de la précédente Append.

Mais, car il y a un mais…! On peux rendre cela encore plus lisible…

  • En ajoutant une balise de niveau Markdown ## [[time]] (suivie de la date, donc), d’un | et de la première ligne de ma note sur Drafts qui est ici [[title]], puis, avec un retour ligne, placer le reste [[body]].

Du coup, Horkken; dès que tu écris une note et que tu emploies cette action…

  • La première fois, elle créé le fichier Texte au bon emplacement et ajoute la note avec les infos Markdown idoines…
  • La seconde fois, elle ajoute juste la nouvelle note au fichier déjà créé. Sous celle existante…

Si l’on opte pour l’option Create, on écrase tout le contenu existant. Prepand permet d’ajouter le texte au-dessus. Enfin, c’est ce que je croie, car je ne l’ai pas testé… mais cela me semble logique

le 24/01/2013 à 07:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Communication d’entreprise et Markdown | 2

Images et tableaux

dans bosser n’importe où | écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Parfois (souvent même…!), vu le rendu de certains documents bureautiques, je leur préfère de loin la simplicité obligée du Markdown…! La sobriété a du bon et ce ne sont pas les boîtes de conseil en stratégie pour lesquelles je bossais naguère comme business graphics [1] qui me contrediront…! Il y a longtemps qu’elles assument ces présentations a priori austères mais efficaces…

Quelques réactions sur Twitter hier sur le billet Communication d’entreprise et Markdown m’ont incité à le poursuivre en mode découverte sur deux points (il y aurait beaucoup à dire mais…).

Voici quelques exemples montés à la hache sur Byword sur Mac pour compléter mon propos.

Et comment faites-vous pour les images…?

Avertissement : Si vous souhaitez habiller vos images, nous sommes d’accord, il vous faudra régler cela par une CSS adaptée. C’est d’ailleurs en s’appuyant sur cette CSS que Marked, ou ici @urbanbike, va afficher les divers attributs du Markdown selon vos souhaits…

En règle générale, quel est votre besoin en terme d’illustration…? Avoir une image centrée et légendée…?

Pour insérer l’image qui suit dans mon texte saisi dans Byword (…attention, cette manoeuvre ne fonctionne pas avec tous les traitements de texte, il vous faudra parfois procéder à une insertion de l’image via une commande dans le menu), un simple drag@drop de cette dernière depuis son dossier juste en dessous du paragraphe que je souhaite commenter…

![title](file://localhost/Users/chemin/photo.png)
Vous pouvez ajouter un indicateur supplémentaire avant la fin de parenthèse pour le survol de la photo avec le pointeur…
![title](file://localhost/Users/chemin/photo.png "©moi")

La première partie ![title] permet de légender l’illustration, comme par exemple :
![Ceci est un artichaut breton…]. Ce qui suit est le chemin de l’image sur votre disque dur.

Ceci est un artichaut breton…
Ceci est un artichaut breton…

Cela fonctionne de la même manière pour une image empruntée à un serveur externe, un site web et s’écrit alors :
![title](http://site.com/chemin/photo.png)

Bref, horriblement compliqué, Non…?

L’intérêt…?
Votre fichier reste en texte pur sans s’encombrer des doublures des images (et restera ultra svelte!!)… Mais affichera bien entendu en mode prévisualisation (et export…) les illustrations dont le chemin est connu…

Et pour les tableaux…?

Ah, là, là… très compliqué également…! C’est un balisage enfantin auquel Markdown nous convie…

En résumé, se souvenir que c’est la seconde ligne du tableau Markdown qui va gérer les alignements des cellules…
Exemple du code :

Année | CA | TVA | TTC
| :---: | ---: | :---: | ---: |
2010 | 3 200 | 19,6 % | 3 827,20
2011 | 6 500 | 19,6 % | 7 774,00
2012 | 14 500 | 20,6 % | 17 487,00

En n’oubliant pas les pipes | pour marquer et séparer les cellules ainsi que les infos d’alignement très sioux (notez la position du signe :)…
Centré :---:
Fer à droite ---:
Fer à gauche :---

Cela donne [2] :

Année CA TVA TTC
2010 3 200 19,6 % 3 827,20
2011 6 500 19,6 % 7 774,00
2012 14 500 20,6 % 17 487,00

Et, bien sûr, avoir une stratégie adéquate pour les alignements et, bien entendu la stylisation des cellules.

Images Tableaux Rappel
Word like Oui Oui habillage possible
Markdown Oui Oui rendu selon la CSS active

À suivre… Ou pas…!

Note de fin : un grand merci à @david_bosman pour ses infos sur Markdown et Windows (cf. billet précédent). Je vous recommande d’employer l’outil de recherche sur son site pour dénicher de réelles pépites[3]

Note de fin (bis !) : Les plus assidus liront avec plaisir : Utiliser Markdown pour blogger depuis TextMate puis Utiliser Markdown pour blogger depuis TextMate, partie 2… Sans oublier Quelques astuces pour TextMate 2


  1. Voir ce billet  ↩

  2. Ne pas oublier que c’est bien la CSS employée qui va se charger de placer les filets et la couleur de fond des cellules…  ↩

  3. Pourquoi ce mot me fait sourire ? Serions-nous, lui comme moi, les seuls chercheurs d’or à ne jamais en tirer les bénéfices…?!  ↩

le 23/01/2013 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Communication d’entreprise et Markdown

Et si vous sortiez du mode "bourrin"…? (Mis-à-jour)

dans bosser n’importe où | écrire | pratique
par Jean-Christophe Courte

Recommandation(s) à un vieux copain dont l’entreprise est en pleine croissance (…si, si et c’est en France). Et qui, très gentiment, me sollicite pour relooker ses modèles de courrier sur TrucMachinOffice.

Ce qui suit est une version expurgée

Avertissement : Aie ! Tu me sollicites pour améliorer une mise en pages sur un soft que je ne possède plus après l’avoir désinstallé deux ou trois fois (…de rage). Certes, c’est un outil bureautique gratuit (…seul argument auquel tout le monde s’attache en oubliant les pesanteurs de son usage au quotidien), dont tu n’utilises que 5 % des options malgré le fait qu’elles grignotent 50 % de la surface utile de ton écran (!) et qui te génère des fichiers de travail au poids apocalyptique…! Je ne parle pas même de sa lenteur chronique…!

Que les choses soient claires : je n’ai pas envie de le réinstaller à nouveau sur mon Mac tant je l’ai trouvé déplaisant en dépit de sa compatibilité avec Word

De plus, je ne pense pas que ce soit la bonne réponse à tes soucis que de placer un nouveau pansement sur une jambe de bois…!

Que puis-je t’apporter en réalité…?

Si ce que tu as te convient parfaitement, “continue avec ton usine à gaz” devrais-je te répondre…!

En fait, je formule ta question en d’autres termes :

JC, on en a tous marre de pondre des études et devis de 100 pages à nos prospects, des documents qui s’affichent à la vitesse de l’escargot malade sur nos écrans avec un format pseudo-ouvert qui génère dans tous les cas des fichiers complexes au poids démesuré…!

As-tu une solution qui me permette :

  • de gérer un mode plan et donc de hiérarchiser mes informations (accessoirement de réaliser un sommaire)
  • de styler à minima (gras, italique)
  • de pondre aisément des listes
  • de mettre des liens vers des URL
  • de placer des images par une simple cliqué glissé dans le doc que tu prépares (et donc une entête minimale avec les coordonnées de ton entreprise si besoin est)
  • de générer aisément des notes de bas de page
  • d’exporter en HTML (stylé avec CSS si besoin), PDF , DOC, RTF, LaTeX, ePub
  • d’archiver ces fichiers sans surcharger mon disque dur
  • d’ouvrir et afficher les fichiers sans perte de temps
  • d’exporter accessoirement dans InDesign avec reconnaissance des formats styles et paragraphes
  • de sauvegarder dans le cloud
  • d’être compatible SANS souci avec n’importe quel traitement de texte en mobilité sur iPhone et iPad ? Voire entre Windows et Mac…
  • de pondre les rares tableaux dont on peut avoir besoin…?

Mes trois éléments de réponse…

Premier point pratique :
Quels sont les réels formats texte universels entre Mac, Windows, Androîd, linux, iPhone et iPad…?

  • Si tu as répondu .txt avec encodage UTF8, tu peux continuer…!

Second point :
Si tu passes trop de temps en mise en page (stylisation) de tes docs, déjà tu es souvent les choux car cette opération consomme du temps (…sans oublier qu’elle prend du temps à s’afficher)…

Simplifie-toi la vie. Regarde comment nos amis anglo-saxons procèdent (…une seule typo, une seule taille au fer à gauche mais une hiérarchisation nette et sans bavure du texte).

Troisième point :
Je sais que tu n’auras pas le temps de mettre en œuvre ce qui suit car pris dans la course effrénée des réponses commerciales à fournir aux prospects, de l’absence de temps à convaincre puis à former tes équipes…

Malheureusement, aujourd’hui comme dans 99% des entreprises, on préfère rester en mode bourrin comme me le dit si bien notre ami @doopix… Par manque criant de temps, de recul sur nos flux de production.

En résumé, on est à fond le nez dans le guidon sans penser à troquer son antique draisienne pour un véritable vélo…! Genre : avec pédales et freins…!

Pourtant il me semble indispensable de perdre/prendre quelques heures pour repenser tes méthodes de production de contenu commercial.

  • Apprendre Markdown. Les bases se comprennent entre 5 à 15 minutes… Le reste c’est en pratiquant quotidiennement. Ensuite Markdown n’est pas un codage compliqué à apprendre.
  • Pour chaque type d’écran et/ou d’OS, choisir un traitement de texte minimaliste qui permette de baliser en Markdown[1], bref un outil ad hoc et qui enregistre bien au format… texte ! Du coup, plus de problèmes de compatibilité entre supports : tout est en .txt. Plus de problèmes d’envoi ou de stockage (oui, ces 4 Ko de fichier contiennent bien la proposition complète, cela change des 380 Ko habituels).
  • C’est un effort minimal qui est rapidement payant… et qui, argument ultime, permet de gagner du temps en se concentrant sur l’essentiel, le texte…

Des outils à me recommander…?

Sur Mac, regarde en premier lieu du coté de Byword, soft qui tourne aussi sur iPad et iPhone.

Marked et Byword…
Marked et Byword…

Jette un oeil sur Marked pour des exports plus chiadés… Dont celui par un simple copier/coller en RTF (avec la CSS idoine, CQFD).

Exemples de sorties avec Marked…
Exemples de sorties avec Marked…

Ce dernier permet, par exemple, d’exporter tout contenu stylé en Markdown en RTF avec la CSS que tu souhaites (et ainsi unifier la sortie de tes fichiers avec une CSS de transformation que tu peux peaufiner pour des sorties à ton goût).

Quelques outil sur Mac :

  • MultiMarkdown Composer
  • FoldingText
  • iA Writer
  • Mou

Sur Windows (là, faut que je pense à consulter @david_bosman):

  • MarkdownPad
  • ResophNotes
  • ReText
  • WriteMonkey selon David…

Compléments de 14:10 : Merci @david_bosman pour les deux liens qui suivent : Markdown, sous Windows (juin 202) et Utiliser Markdown sous Windows, sans se prendre la tête en mai 2010… Super…

Sur iPad et iPhone :

  • Daedalus touch
  • Nebulous Notes
  • Phraseology
  • iA Writer

Comme tu es aussi un développeur, vérifie si ton outil de codage (…c’est un éditeur de texte pour mémoire) ne supporte pas Markdown ? Ah, il le supporte…? En tous cas, c’est le cas pour textmate ou BBEdit sur Mac ou Textastic sur iPad…


  1. En fait, n’importe quel traitement de texte suffit pour écrire en Markdown, il suffit juste de penser à enregistrer en .txt…!  ↩

le 22/01/2013 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Neige et photo : Gaffe aux yeux…!

Rappel utile…!

dans groummphh | photographie | pratique
par Jean-Christophe Courte

Ben oui… Nous avons tendance à l’oublier tant l’écran de l’iPhone est confortable mais retourner derrière le viseur d’un Reflex par temps de neige peut être préjudiciable pour nos yeux…!

Votre serviteur est allé faire un tour ce matin et a retrouvé l’usage de son 5D pour faire quelques images avant le passage des promeneurs en forêt… Sauf qu’au retour, comme une légère fatigue et, surtout, un monde un peu “flou, flou, flou”… Ophtalmie des neiges.

Du coup, le seule option c’est le sevrage de lumière quelques heures… Avec ça…

De marque Quies… Mais nessayez pas dans les oreilles…!
De marque Quies… Mais n’essayez pas dans les oreilles…!

Bon, pas totalement idiot de prendre ses photos avec des lunettes de soleil… Ou avec un écran comme le propose la série G chez Canon (entre autres…)

Or comme cette nuit, cela va chuter à nouveau et que demain la couche sera encore plus épaisse, gaffe demain en réalisant de belles images !

le 19/01/2013 à 13:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

About Me | Un service qui évolue chaque mois…

Mais jusqu'où…?

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | pratique
par Jean-Christophe Courte

Je reste réellement séduit par l’aventure discrète et astucieuse des fondateurs du service about.me. Tout en me préparant à tout instant à le quitter…! Pour mémoire, j’avais évoqué ce service en octobre 2012 dans ce billet.

Un service qui s’étoffe progressivement…

Après les statistiques de visite, les tags indiquant les centres d’intérêt pour trouver plus simplement des affinités entre utilisateurs, un RSS des trois derniers billets de votre blog, les mots clés pour préciser votre activité, votre localisation, La possibilité d’ajouter vos diplômes ou encore la page — embed — d’About Me à disposer là où vous le souhaitez, etc. Voilà que ce service nous propose intelligemment un service de messagerie

En résumé, une adresse de courriel lié à About Me avec votre nom suivi de… @about.me ! En voilà une idée qu’elle n’est pas bête…

Et hop, une info de plus…
Et hop, une info de plus…

Sauf que pour activer cette nouvelle adresse gratuite, il vous faut donner une information de plus, votre date de naissance… Certes, cela est doctement expliqué par ces conditions suivantes : We don’t like to pry, but we do need to ensure that you are old enough to meet AOL Mail’s minimum age requirement… Argument que j’ai du mal à avaler…

Néanmoins, c’est bien vu, bien joué…

Vous pouvez bien entendu refuser cette adresse qui pourrait fort bien servir à vous proposer — via des tiers — de nouveaux services bien calibrés…! En sachant tout de vous (…diplômes, âge, localisation et même centres d’intérêt…), tout devient possible. Et puis, pour mémoire, il faudra bien financer un jour cet excellent service…

Un service payant à terme…? Ou payé par d’autres…

De fait, deux options s’offrent à terme aux fondateurs : un service payant ou un service gratuit mais nimbé de publicité, voire aux données vendues à des tiers.

Dans le dernier cas, il est clair que je préfèrerais cesser de l’employer. En revanche, un service payant de quelques dollars par an avec l’assurance que mes données personnelles ne sont pas exploitées me semble très acceptable. Voire idéal.

Pour mieux comprendre la philosophie de ce service, rendez-vous sur leur blog et sur celle des investisseurs

Bref, à suivre en se souvenant que lorsqu’un service est gratuit, c’est que nous sommes le produit

En attendant, je ne communique toujours pas via l’url de AboutMe — relire mon billet de 2012 — mais exclusivement via une url personnelle (…un nom de domaine que je paye) qui est dirigée vers ce service. En cas de divorce (sic !) pour une raison ou une autre avec About Me, l’adresse que j’ai communiquée à tous reste valable dans la mesure où c’est moi qui la gère, elle sera simplement redirigée vers un autre service. Ou, plus certainement, vers une page perso en MultiMarkdown via DropBox (…service que je paye annuellement) et… Mais j’y reviendrais dans un prochain billet…!

le 19/01/2013 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?