Urbanbike

Recherche | mode avancée
Abonnement au fil RSS ou ATOM

Éloge du binz elonesque

Prolongement d’un autre pouet…

dans dans mon bocal | écrire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Au lieu de considérer cette période d’un oeil consterné, j’apprécie ne plus avoir à tergiverser.

Twitter n’est pas mort.
Pourtant, sans ligne claire, je préfère m’en abstraire.
Pourquoi alimenter un espace géré de manière absurde ?
Comme dans la vraie vie, je perds des contacts.
Et alors…?
On peut le regretter. Ou pas…
Lever l’ancre est source de rencontres.
Hier à Salamanca, aujourd’hui à Aix, demain à Perugia…
Merci Elon

reduc-450

  • Je ne suis pas parti sans laisser d’adresse…!

Au-to-nome !

Cela revient à clore une nouvelle expérience1
Une de plus.
Je ferme la porte de Twitter2 et je rédige ce billet qui illustre une autre évidence : restons… autonomes, maîtres chez nous, indépendants.

Oui, cela coûte (façon de parler) mais disposer de son propre espace évite d’être suspendu aux décisions contradictoires d’un histrion…

Un nom de domaine3 à renouveler chaque année, un hébergement4 (de qualité), des sauvegardes régulières avec les outils5 mis à disposition et l’assurance de ne dépendre que de soi (et du support de l’hébergeur)…

Sans oublier un outil de blog.
Le mien supporte le balisage MultiMarkdown et reçoit mes textes rédigés dans Drafts6.

Attention, l’écriture d’un blog est une discipline solitaire7.
Sur urbanbike, j’ai fait le choix de ne pas accepter de commentaires8, (ni de RT ni de petits coeurs) même si cela semble possible avec des dispositifs tiers pour gérer les commentaires9 dans WordPress par exemple…

reduc-450

Bref, relire urbanbike | Éloge de la lenteur
Oui, j’écris par fragments (pensée lente)…


  1. urbanbike | Cher blog… 

  2. Je ne ferme pas les comptes Twitter car je ne souhaite pas retrouver mes IDs squattés comme cela se passe pour un nom de domaine non renouvelé…! Un exemple ? behindtheleaves…! 

  3. Gandi.net et donc une adresse courriel 

  4. Monarobase pour ne pas le nommer…! 

  5. cPanel et Spam Experts chez Monarobase… 

  6. Drafts | Where Text Starts mais fonctionne avec bien d’autres apps dont iA Writer ou Ulysses… 

  7. Je suis souvent mon seul lecteur et cela ne me dérange pas plus que ça… 

  8. Bref, le plus simple pour réagir à un billet est d’écrire un courriel à son auteur… 

  9. Je pense immédiatement à François, CQFD… Trucs et astuces à propos des nouveaux commentaires — Le Blog du Cuk. D’ailleurs, il va être nécessaire de revenir sur ce billet : urbanbike | Commentaires ou Twitter…? écrit en 2010… 

le 20/11/2022 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Éloge de la lenteur

Prolongement d’un pouet…

dans dans mon bocal | écrire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai posté ce qui suit sur Mastodon vendredi1. En théorie, si le serveur d’Eugen reprend son souffle, cette note doit disparaître dans une semaine.

Ce retour à l’époque où l’on se faxait des pages, où tout prenait du temps (dont celui de réfléchir à ce que l’on échangeait pour éviter les envois inutiles) me convient2.

Tapoter son clavier (sept fois ?!) avant d’expédier un pouet3, se relire (…ce qui n’empêchera jamais les bourdes, je me désespère …même s’il est possible de modifier un texte dans Mastodon), s’attarder, laisser le texte en suspens pour cause de passage d’aspirateur ou de linge à étendre, ça me va…

reduc-450

Après avoir posté ceci, c’est un virus (?) qui m’a occis en fin de journée !
Une nuit à transpirer avant d’émerger ce matin, pas trop frais, mais sans fièvre ni toux. Mais avec un appétit d’ogre.

À mes yeux, et quelques soient les efforts du propriétaire de #MuskLand pour donner le change, son mépris, les règles imbéciles4 pour trier son personnel m’amènent à agir.

Je vais virer (dès que je serais en forme) les derniers liens qui pointent vers cette plateforme5 mais surtout, comme je le fais depuis quelques temps, reprendre le chemin de ce blog.

La nouvelle formule de Monarobase6 m’octroie un espace de stockage nettement plus large (à un coût justifié) et, sans abuser, en optimisant7, je vais investir mon temps ici. Et poursuivre un chouïa dans Mastodon8.

Et basta.


  1. le jour du centenaire de la mort de Marcel Proust mais aussi du ratage complet du bras de fer de Elon avec ses développeurs. Bien entendu sans les notes de bas de page ni le balisage Markdown

  2. hihi ! On est plus dans l’instantanéité de Twitter et c’est parfait ! 

  3. d’aucuns discutaient du sexe des anges, sur Mastodon discussion a propos de la mention publier qui remplace le pouet d’origine. 

  4. Daring Fireball: Twitter Tumult 

  5. après une publication à 09:00, quelques minutes pour masquer ou supprimer… Et nouvelle publication à la même heure même s’il doit rester quelques scories… 

  6. Monarobase 

  7. ce qui commence mal, le dégradé du ciel dans le cliché pèse son poids…!! 

  8. urbanbike 

le 19/11/2022 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Connecteur USB C, Nebo et Pencil de première génération

Le chainon manquant !

dans écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai fini par commander cet accessoire pour recharger mon vieux Pencil dont j’ai égaré le connecteur original. Certes, la recharge sur l’iPad même est toujours disponible, et heureusement, mais fort peu pratique à l’usage.

D’ou cette agréable surprise quand Apple a proposé récemment cet accessoire ! Il faut dire que celui d’origine avait disparu des boutiques en ligne.

reduc-450

  • C’est cette petite pièce entre le Pencil et le câble sur ma table de chevet…

En évoquant l’indisponibilité du précédent, impossible d’acquérir le nouveau connecteur directement à l’Apple Store. Je suis donc passé par le site internet d’Apple pour me le faire livrer… à l’Apple Store !

Bref, littéralement ravi car je peux l’employer sur l’iPad échangé avec ma fille. Lire urbanbike | Downsizing sans peur et ni reproches.

Plus de frein pour écrire à la main…

J’aime écrire à la main, j’apprécie le Pencil, plus encore avec un chargeur rapide.
Mais il y a une raison supplémentaire : Nebo s’améliore sur d’autres plans que sa fabuleuse reconnaissance de l’écriture manuscrite.

Ainsi, l’ajout de l’option fond de page de couleur en lieu et place du blanc éclatant est un sacré confort pour mes yeux1. Comme je l’ai écrit en commentaire de l’app, il est dommage que l’on ne puisse pas définir une couleur de fond de page par défaut, voire mitonner sa propre teinte.

Cette option finira assurément dans Nebo qui demeure l’app d’écriture manuscrite la plus véloce à mes yeux, nettement devant Apple Griffonnage bien que limitée au seul Nebo.

Pour des textes longs, j’écris un premier jet dans Nebo. Après cinq semaines sans iPad ni stylet, j’ai retrouvé ce plaisir d’écrire sans retenue ni attente.

L’absence de conversion en caractères d’imprimerie me convient : j’ai plaisir à voir (…à défaut — parfois — de la relire !) ma calligraphie… que seul Nebo sait interpréter, c’est dire s’il est devenu un outil précieux !

Je reviens sur ce connecteur proposé par Apple : chouette, plus d’attente avec le stylet dangereusement pointé comme une antenne soudainement ajoutée à l’iPad !

Pour fêter ça, j’ai même changé la pointe de ce pencil et ce n’était pas du luxe !

Autre élément qui m’a convaincu ces deux derniers mois, la recharge magnétique pour iPhone2, idéal pour une personne distraite comme moi. J’en ai offerte une à ma fille ainsi qu’un chargeur USB C à double sortie.


  1. En plus du mode Nuit… 

  2. À quand pour un iPad…? 

le 15/11/2022 à 21:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Deepl, une porte ouverte sur le monde…

Lire une revue polonaise, suivre les coulisses du Palio, répondre à un courriel…

dans dans mon bocal | groummphh | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Hier en échangeant avec Antonello qui va nous héberger en Ombrie, ce dernier me répond à un moment… « E scrivi molto bene in italiano! »

À quoi je lui ai répondu de suite…
Quindi sono un impostore!!!

reduc-450

On a continué notre enfilade de messages mais cela me semble important de me souvenir (et de rappeler à celui qui me lit) que je fais juste illusion

  • J’ai l’habitude de faire des phrases courtes (…héhé, c’est de famille… cf. mon patronyme),
  • j’écris tous les jours (trop…!),
  • la clé reste mon usage immodéré de Deelp que j’emploie sous la forme d’une app sous macOS comme sous iOS.

J’ai souscrit à un abonnement dans la mesure où c’est devenu un outil indispensable pour conforter ma compréhension des informations que mes fils RSS récupèrent dans leurs filets…

Pas question pour moi de parler.
Même en Espagne, j’étais bloqué…
Je laisse ce soin à ma fille qui change légèrement de fréquence vocale selon la langue qu’elle emploie (une demi-douzaine), magie de son oreille absolue et du plaisir à employer l’accent tonique au bon endroit…

D’ailleurs, quand on va rencontrer Antonello, autant qu’il ne soit pas horriblement déçu…!

Pas de Globish

Pourquoi utiliser la langue de mon locuteur et non une langue de transition comme l’anglais…?

Peut-être pour éviter des problèmes de sens…
Mais avant tout pour pour m’obliger à ciseler des phrases légères, précises, qui ne donnent pas trop de place à une possible interprétation.

Or voir Deelp ajuster sa traduction de manière dynamique, en jouer pour la beauté des mots, ça m’éclate de visualiser en direct la manière dont l’application va inverser telle partie pour la mettre en avant, etc.

Ensuite parce que cela rend l’échange plus chaleureux.
Enfin, même si je n’imprime plus grand chose, ça me stimule…!

reduc-450

En derniers recours, je peux toujours interroger Aurélia qui va me corriger ou m’expliquer…

le 08/11/2022 à 14:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

EverClipper et Linky sous iOS

Un duo pour poster des images optimisées sur les réseaux

dans photo | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Cela fait quelques années que j’emploie EverClipper de chez tea-leaves.jp — en liaison avec l’app Linky pour Twitter et Mastodon déjà évoquée ici — pour poster sur Mastodon ou Twitter des clichés.

Avertissement : EverClipper est en japonais mais également en anglais…!

Ce qui est intéressant est de pouvoir exporter ainsi une version sans data (sans les EXIF) de nos images mais également *réduite en taille de pixels (…de mémoire, on peut sélectionner les formats à employer et masquer les autres).

Ou retailler (parfois pour zoomer sur un détail de l’image, surtout quand elle fait 48 MP sur iPhone) et/ou réorienter son cliché, etc.

reduc-450

  • Notez que vous pouvez importer une image, prendre une photo, coller une photo et retraiter une nouvelle fois celle qui était en cours…
  • Notez en bas à gauche l’accès aux préférences et à droite l’aide…

reduc-450

  • Pour ma part, je vais chercher dans mes photos…

reduc-450

  • En bas, de gauche à droite, retour à la page d’accueil ; la réduction en pixels ; le crop ; les opérations d’inversion ou rotation ; l’export…

reduc-450

  • la réduction en pixels qui se passe de commentaires…

reduc-450

  • On taille dans l’image…

reduc-450

  • Et hop…

reduc-450

  • L’outil de rotation… (je ne rentre pas le détail)

Une fois l’image retraitée, au lieu de l’enregistrer dans le dossier Photos, le plus simple pour moi est de la partager vers Linky, ajouter dans ce dernier le texte souhaité (souvent via des mots clés enregistrés dans Remplacement de texte — identiques sous iOS set macOS) puis exporter vers le compte de mon choix (ou les deux naguère)…

reduc-450

Bref, l’imbrication de ces deux outils est fort pratique quotidiennement en s’évitant souvent d’enregistrer une version intermédiaire (…cette version qu’il m’arrive d’oublier de… supprimer…!).

reduc-450

Dans les préférences, ne pas oublier de cocher virer les EXIF tant au format JPG que PNG.
Et, accessoirement, choisir un taux de compression du visuel exporté (92 % me semblent pas mal pour gagner encore quelques Ko).

La version de base est gratuite mais je recommande soit d’upgrader (ce que j’ai fait dès 2017) soit de passer directement à la version pro

L’app dispose d’une aide visuelle qui, telle une notice de montage IKEA (!), balaye les opérations de base…

reduc-450

reduc-450

Certes, son usage n’est pas immédiat : j’ai parfois quelques secondes d’hésitation mais ça fait le travail demandé…

Sous macOS, c’est différant : j’emploie essentiellement l’app Photos de base et JPEGMini
Ou directement Capture One.

C’est tout…

le 06/11/2022 à 18:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Réseaux sociaux | Encore ou plus…?

Second pas de côté…

dans écrire | groummphh | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce vendredi 4 novembre Mastodon.social est à nouveau en rade : cela est dû au grand nombre d’utilisateurs qui migrent de Twitter vers Mastodon et souhaitent impérativement se retrouver sur le serveur du fondateur de ce réseau alors qu’il existe des tas de serveurs décentralisés1, tous aussi efficaces.

Cet arrêt momentané de Mastodon (…impossible de me connecter sur @urbanbikecom une paire d’heures) est propice à conduire à son terme une réflexion qui frémit depuis la prise de contrôle de… Twitter :

Mais qu’est-ce que je fais encore là ?

Avec raison, vous pouvez me rappeler nombre de mes propres billets, les plus récents quand je ressentais les premiers effets de la chute (…d’un pan de mur) de la maison Twitter

Mais c’est plus profond…

Qu’est-ce que je fais encore sur un réseau social !

Non pas que je trouve cela inutile, je garde un pied dans Twitter et la porte plus largement ouverte dans Mastodon

Non, la question est : est-ce que ce format me convient ?
Certes, je suis passé d’un dispositif de 280 caractères à 500 sur Mastodon ; certes, je rencontre virtuellement de nouvelles têtes. Et, bien agréable, quelques copains…

Mais dois-je continuer à publier aussi abondamment sur ces plateformes sans avoir l’espace pour développer. Est-ce que le format d’urbanbike ne reste pas le plus adapté à ma manière de fonctionner, quitte à pondre des suites à rallonges à certains billets…?
Je pourrais/devrais ajouter :

Où suis-je le plus à l’aise…?

Poser cette question est déjà y répondre…

Ce n’est pas faute d’essayer…!

Hier j’ai modifié mon profil sur Mastodon.social, ajouté nombre de d’informations pour rassurer (sic !) les personnes qui souhaitent me suivre : j’ai ainsi répondu aux injonctions de quelques comptes sur Mastodon qui demandent aux uns et aux autres de se présenter.

Donc, je l’ai fait très proprement…

Et puis, ce matin, j’ai tout défait (…avant la panne de mon instance). Ne dois-je pas passer en mode silence radio quasi complet.

En l’espace d’une semaine, il s’est déroulé énormément d’événements (l’annonce d’un nouveau réseau (Bluesky Social), la possible faillite d’un autre (Truth Social), voire le gag à propos du rachat d’un réseau historique !), mais il est surtout temps de prendre du recul…

En être ou ne pas en être : telle est la question !

Depuis quelques mois/années, est-ce que je ne fais pas fausse route ?
Je me suis bien amusé sur Twitter2, Mastodon est sympathique, mais j’ai vieilli (oui…!).
Mes préoccupations, mes envies ne sont plus identiques à celles d’il y a seulement deux ans.

Ce qui est amusant, c’est que je ne suis pas le seul à phosphorer…

Anthony écrit ceci sur Mastodon : « Après quelques jours, je me souviens pourquoi je ne fais jamais long feu sur Mastodon. Il ne résout rien aux problèmes soulevés par « le » flux, d’autant moins que ses outils de blocage et filtrage sont rudimentaires. Or cette injonction à l’immédiateté me fatigue au plus haut point. Créez des blogs (le mien : zinzolin.fr) ! Avec des flux RSS3 et des newsletters ! Laissez-nous une chance de pouvoir retenir vos paroles ! Cultivez votre jardin, et pas celui d’un autre, aussi « fédéré » soit-il. »

reduc-450

Pour conclure : depuis l’annonce d’Elon Musk de racheter l’intégralité de Twitter, j’ai fait un premier pas de côté.
Il est temps de faire le second…

Et hop…!4


  1. Pour ma part je suis également sur deux autres instances et ça ne pose aucun problème. L’appel d’air autour de Mastodon.social a un effet boomerang que même Eugen n’avait pas suffisamment anticipé… C’est comme si 10 000 personnes souhaitaient pénétrer dans une salle prévue pour 1 000. À un moment, ça coince… 

  2. Mes comptes Twitter ne sont pas fermés : je les vidés de tous mes tweets. Pour Mastodon, cela va se faire naturellement avec le système de suppression interne des pouets que j’ai activé. Dans une semaine, ce sera fait… 

  3. Bon, coté RSS, j’ai même l’impression d’être un père Feed (vous l’avez…?) avec tous ceux que je parcours quotidiennement via Reeder. 

  4. Comment le dit mon maître, Achille Talon… 

le 04/11/2022 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Du bistrot à la brasserie…

Nouveau propriétaire, nouvelle carte

dans mémoire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Nous avons tous vécu la perte d’un bar de quartier, lieu habituel de rendez-vous où l’on se retrouvait, où l’on était reconnu et, accessoirement, où l’on déjeunerait…

Et puis un jour, l’enseigne change, les patrons également…

J’ai vécu cela plusieurs fois mais particulièrement…
Au bar de la Marine en face de La Bruyère.
Puis au Ver Luisant entre Concorde et Vendôme.
Deux lieux populaires, animés, vivants.

Quand j’étais en terminale (prescription…!), je croisais aux aurores (je suis devenu un lève tôt en pension) les chauffeurs de la SERNAM (…qui démarraient au verre de blanc cassis et tartine camembert beurre…!), quelques postiers, les boueux qui laissaient leur camion-benne à l’angle de la rue de Noailles. Et les premiers lycéens.

Le second à Paris chez Juliette et Pierre.
On y croisait tous ceux qui bossaient rue du Mont-Thabor entre la rue Cambon et la rue de Castiglione : en gros, le personnel des grands hôtels, les techniciens photo de Rainbow Color, les copains opticiens de chez Meyrowitz. Sans oublier une flopée d’employés de bureau, coiffeurs, modistes, imprimeurs, serruriers.
Et nous.

Au Ver Luisant, on se faufilait le matin entre les tables et le bar ; Pierre jouait du percolateur dès 06:30 pour servir des cafés tout en nous passant le journal.
Le midi, il fallait impérativement arriver de bonne heure (ou revenir une heure plus tard) pour consommer le plat du jour mitonné par Juliette dans sa cuisine.

De table en table, les discussions se croisaient comme les paniers de pain et les carafes d’eau. J’ai particulièrement apprécié cette convivialité pendant des années. Même nos clients venaient s’encanailler (!), tombaient la veste. Tout le monde se connaissait, l’ambiance était superbe, Juliette et sa serveuse (…trou de mémoire, je n’arrive par à retrouver son prénom… Paulette, Pauline ?) officiaient avec leur autorité naturelle, les occasions de blaguer nombreuses.

Quid du Petit Bar dans la même rue mais plus à l’Est après le sublime Kinugawa, un bistro tenu par des personnes de l’Allier, une ambiance familiale (dernier passage avec Yvon en juin 2018). Il est encore ouvert, une rareté dans Paris…

Quasi même topo dans un restaurant plus coté à l’angle de la rue de Mondovi et à l’Ouest de la rue du Mont-Thabor, Lescure, malheureusement fermé.
Tenu par un couple attentif (…troisième génération dans ce lieu ouvert en 1919), deux commis officiant en direct dans la cuisine ouverte sous le regard des clients.
Et un service épatant (…André imperturbable et son alter ego au regard triste…) pour nous caser, servir à bout de bras les assiettes de confits de canard du Périgord – à la bonne franquette – dans un espace exigu, parfois autour de la table d’hôte où nous étions au coude à coude avec des inconnus avec qui le contact se faisait naturellement. Ou sur la terrasse l’été.
Terminé…

Changement d’ambiance…

En 2010 (?), Pierre et Juliette ont pris leur retraite et cet espace est devenu un banal estaminet, l’esprit du lieu s’est évaporé.
Notre imprimerie de ville est devenue un café…!

Les français sont sensibles à ces tiers lieux1 qui ne sont pas que des endroits pour se nourrir.

Je raconte tout ceci parce que c’est ce que je ressens avec… Twitter…!
La précédente équipe avait certes des défauts (et une dette colossale) mais le lieu était en partie tenu, même que l’oncle raciste avait fini par être débarqué.

Et puis la nouvelle équipe est arrivée après une acquisition stratosphérique2, commence à changer le mobilier, la carte.
Et souhaite imposer sa marque et de nouveaux tarifs3

Or une clientèle n’est jamais totalement captive : une petite partie cherchera, tôt ou tard, à retrouver ailleurs cette convivialité perdue.

reduc-450

Ici, rue Vasselot à Rennes le 4 octobre…

le 02/11/2022 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?