Urbanbike

Recherche | mode avancée

Scribble… alias Griffonner sous iOS iPad

Attention : redoutable outil d’écriture !

dans dans mon bocal | écrire | grospod | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Au fil des versions, Griffonner, la version en français de l’outil d’écriture Scribble, s’avère de plus en plus musclée et prend enfin en compte nos conventions typographiques… dont l’espace insécable avant un point d’interrogation ou d’exclamation.

Je l’utilise avec Drafts1 et je ne peux que m’en réjouir !
Même si tout n’est pas simple aux premiers usages, le taux de reconnaissance est épatant et, surtout, je peux employer sans aucune réserve mes nombreux remplacements de texte qui sont balisés en markdown pour rédiger et organiser simplement ma prise de notes.

Bien entendu, un Pencil Apple reste obligatoire alors que cela n’est plus le cas pour Nebo qui a récemment levé cette restriction.

reduc-450

Comme je l’avais montré sur Twitter, nombre de langues sont disponibles, il suffit d’installer les claviers correspondants pour qu’elles soient actives.

reduc-450

Le passage d’une langue à une autre se déroule via une petite palette flottante qui peut se réduire automatiquement si vous le souhaitez.

reduc-450

Tout n’est pas encore parfaitement d’équerre mais hormis quelques dysfonctionnements et lenteurs, je reste convaincu que cette solution intégrée au système risque de redonner goût à l’écriture manuscrite chez nombre d’utilisateurs d’iPad.

Je pensais au départ ne prendre que quelques notes entre deux saisies au clavier.

reduc-450

Or, c’est l’inverse qui se produit ! Et c’est assurément la meilleure surprise même si tout reste encore un peu délicat à employer !

À suivre !


  1. avec l’option Typewriter Scrolling dans Drafts, histoire de me ménager une zone sans texte entre ma saisie et la barre additionnelle de Drafts qui se place en bas d’écran. 

le 21/02/2021 à 17:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Griffonner versus Nebo sous iPad

Quelques notes ou de longs paragraphes ?

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par JChris d'Urbanbike

Je poursuis mes petites humeurs à chaud à propos de la sortie de Griffonner (…que j’ai nommé Griffonnage ce matin)…
Sans prendre position pour l’un des dispositifs : à la réflexion/usage, je conserve les deux…!

  • Griffonner pour… griffonner un message, une remarque, compléter l’info d’un rendez-vous…
  • Nebo pour les textes au long cours qui nécessitent d’être fréquemment amendés, malaxés, travaillés.

Sur ce dernier point (longs textes), la solution proposée par Apple est limitée. Leur reconnaissance d’écriture n’est pas en cause, c’est plus l’usage sporadique de Griffonner qui est à considérer.

Ce dernier permet bien (si, si !) de griffonner une phrase, un long paragraphe, quelques remarques.

Bien entendu, en s’appliquant, on peut parfaitement écrire un long billet (…comme le précédent à propos de Griffonner) mais sans disposer de la souplesse de Nebo qui offre (…pour l’instant) une réactivité supérieure et une plus grande aisance dans l’écriture…

Cela s’explique aisément vu que Nebo conserve à l’écran notre graphie sans la convertir immédiatement, sans temps d’attente comme le fait… Griffonner.

reduc-450

C’est cette absence notable de conversion et le fait de disposer — comme sur un cahier papier ou un carnet… papier — de lignes (…dont l’espacement est ajustable, j’ose le rappeler…!) qui permettent de conserver une vue d’ensemble et, surtout, de ne pas hacher votre saisie manuscrite.

Associez à cela une gestuelle encore plus simple (…à mes yeux) pour biffer, découper, insérer, modifier le texte.

Hormis le fait que Nebo reste une application à part entière (pour la centième fois, je regrette de ne pas retrouver quelques bribes de cette technologie sous n’importe quelle application comme feu Stylus), on écrit dans la continuité (j’allais ajouter dans l’urgence pour faire genre…!) comme on le fait sur du papier.

La conversion peut attendre bien qu’elle apparaisse au-dessus du texte calligraphié pour les derniers mots rédigées.

Il est clair que je m’attendais à plus d’options dans Griffonner et, même si j’ai été agréablement surpris ce matin notamment avec la prise en compte des équivalents du remplacement de texte, le compte n’y est pas trop quand on a l’habitude d’écrire à la main de très (trop…?!) longs feuillets.

À ce titre, Nebo offre un confort incomparable pour amender, ajouter ou biffer des segments de texte.

Je me répète : on agit sur le texte calligraphié et non converti en caractères d’imprimerie… même si l’on peut parfaitement opter pour une approche différente et convertir régulièrement ce qui a été écrit.

À vous de voir mais il me semble qu’il n’y a pas à choisir l’un ou l’autre : on les utilisera dans des contextes différents.

En résumé…

J’apprécie le concept de page infinie et calligraphiée de Nebo, j’apprécie de… ne pas attendre que mon écriture soit reconnue puis transformée en une succession de caractères.
J’apprécie également de tout convertir en une seule opération (…ou pas…!) avant d’être exporté vers une autre application comme, ici, dans Drafts.

reduc-450

Bref, nous avons la chance épatante de disposer de deux solutions d’écriture manuscrite sur iPad.
À vous de vous en emparer.

Bien entendu, cette première saisie est ensuite triturée et balisée en Markdown dans un traitement de texte mais l’essentiel du premier jet quasi ininterrompu est bien là…

le 05/02/2021 à 15:15 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à JChris d'Urbanbike | Partager…?

Chronologie numérique, mémoire et… Day One

iOS, macOS ou Android…

dans ailleurs | écrire | grospod | mémoire | pratique | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Au mois d‘octobre 2011, par le plus grand des hasards, je suis tombé sur une application1 qui a « littéralement » révolutionnée ma façon de garder une trace des événements de ma vie quotidienne.
Dix ans plus tard, je l’emploie quasiment chaque jour2

Avec Drafts, Day One s’en rendu indispensable sur mes écrans.
Ces deux apps communiquent via x-callback-url, un protocole qui me permet d’exporter en une action un billet balisé en Markdown dans Drafts vers Day One

Ce sont des apps qui ne cessent d’évoluer3, tous les deux sur une idée d’un unique developpeur au départ… Paul Magne pour Day One s’est entouré d’une équipe, lire cette épatante feuille de route pour 2021Greg Pierce pour Drafts s’est entouré d’une communauté d’utilisateurs. Deux approches intéressantes…

Une question que vous pouvez vous poser est : « pourquoi t’encombrer de deux applications, l’une ou l’autre devrait te suffire…? »

Non…!

Drafts est le premier outil que je lance pour écrire avant les dispatcher, répartir… dans d’autres applications, de Ulysses à… ce blog ou encore Twitter.
Day One rassemble chronologiquement mes/nos déambulations, photos contextuelles, informations météo liées, nombre de pas, emplacements… Et d’autres notes expédiées depuis… Day One…!

reduc-450

  • Notez que j’ai ouvert plusieurs carnets mais j’aurais pu me contenter d’un seul, ce qui était la formule de départ de Day One.
  • Balades et Journal seraient à regrouper, opération tout à fait possible tant il est facile de déplacer un billet d’un carnet vers un autre…

Chronologie tous usages…

Je ne vous fais pas un pseudo mode d’emploi de cette app, juste un rapide zoom de mes usages de Day One

reduc-450

  • si je tape Ávila, soit je cherche toutes les entrées texte qui ont le mode clé Ávila dans leur contenu ; soit je cherche les entrées qui contiennent des clichés localisés ou rédigés dans Ávila… C’est la seconde méthode que je préfère…

Day One m’offre un épatant suivi mémoriel, un espace numérique qui me/nous sert à arbitrer les discussions, du genre…

  • « quand sommes-nous passés à… Ávila ? »

Les informations retrouvées instantanément dans Day One nous évitent toute polémique stérile !

reduc-450

Bon, je me doute que vous vous en moquez du résultat… même si je recommande les deux derniers liens…

  • En l’occurence, premier passage le 17 Février 2019 une première fois (…quelques clichés dont la note de restaurant de 40 €…). C’était la journée de découverte de la ville en venant, en voisins, de Salamanca…
  • le 24 mars au retour d’un chouette séjour à San Ildefonso dans la Casa del Plantel tenue par Maria.
  • Et enfin une nouvelle halte au SigloDoce le 17 mai au soir en rentrant de Tolède dans un froid polaire4 avant de regagner Salamanca…!
  • Et je ne parle que des arrêts à Ávila, nous étions amenés régulièrement à longer cette ville qui occupe une position stratégique pour rejoindre Madrid depuis Salamanque.

Bien sûr, j’aurais pu me contenter d’Instagram5 et de mes principaux tags :
#EthnologuesChezNous
#sketchesofspainphotager
#sketchesofsalamanca
#EthnologueChezSoi
mais pas avec l’efficacité de cette chronologie active et… privée !

Bref, je ne vous pas un dessin : vous avez saisi l’intérêt d’une telle application mémorielle !

reduc-450

  • Bien entendu, on peut rédiger des billets texte…

reduc-450

  • et ajouter à ce texte des clichés (…ou ne placer que des clichés).

Chacun l’utilise à sa guise

Ma fille et moi tenons chacun des carnets dans dans nos Day One respectifs et cela nous convient, aucun de nous ne se force à y revenir, c’est devenu une saine habitude.

l’un comme l’autre, nous parcourons de temps à autre les entrées des années précédentes. À ce propos, l’application permet chaque jour de rappeler ce que nous faisions alors à la même date.

Hormis cette prise de notes, j’apprécie avant tout de visualiser en images les périodes écoulées (aucune photo spectaculaire, plutôt des clichés emblématiques qui, souvent, résument l’instant).

reduc-450

  • Carte large de l’Europe dans laquelle je vais zoomer…

Car je peux — autre méthode — accéder à mes entrées en passant par la carte des clichés, chaque point marquant un (…ou plusieurs) cliché étant relié à un billet.

reduc-450

  • Je recentre sur l’Espagne

reduc-450

  • …et plus particulièrement sur… Ávila !

reduc-450

  • Puis accéder à toutes les photos sur la zone de la carte affichée…

reduc-450

  • Un appui sur l’une des photos me ramène dans le billet concerné…

reduc-450

  • Et retrouver la localisation précise du lieu, ici le Museo Caprotti

Comme j’emploie la version avec abonnement, je peux truffer chaque journée de plusieurs entrées, chacune avec une série de photos si je le souhaite.

Grâce à Day One, je dispose d’une mémoire numérique précise…

reduc-450

Actuellement, des balades effectuées cette année de confinement (…qui ne semble pas se clore) et je peux même calculer le nombre de fois où je me suis rendu dans tel coin de l’île…!

Mais également, à quel moment nous sommes passés par Moissac pour rentrer à Aix-en-Provence, quand nous avons visité Nice ou tourné autour des dentelles de Montmirail en 2020, des événements qui semblent désormais lointains.

Mon unique regret (façon de parler) est de ne pas avoir disposé d’un tel outil vingt ou trente ans plus tôt !

Car en prenant de l’âge, mes souvenirs finissent par s’estomper !

Aussi j’ajoute parfois des informations anciennes, un cliché, opération aisée dans la mesure où il suffit de créer une nouvelle entrée et de lui affecter une date qui s’insèrera dans la chronologie existante.

J’apprécie de disposer de plusieurs carnets et donc ventiler mes notes même si celle du journal de bord est la plus volumineuse.

À défaut de prendre des notes avec ce produit, pensez à écrire régulièrement d’une manière ou d’une autre. Mais ne sous-estimez pas l’image fixe… que Day One supporte également.

Je ne rentre pas dans les mille et une fonctions de Day One vu que je vais en oublier, n’ayant pas l’envie de toutes les utiliser. Mais si vous cherchez un truc particulier, fouillez dans les préférences, vous risquez d’être surpris !

C’est tout !

annexe : DayOne et Nebo sur iPad

Si j’apprécie le clavier du iPhone pour ajouter des notes dans Day One, je suis moins à l’aise avec celui du iPad !

Régulièrement, j’écris au Pencil dans Nebo avant d’exporter le texte calligraphié à la main. Cet exercice est proche des notes prises dans un carnet papier avec un stylo plume ou un crayon de bois.

Cette analogie fonctionne bien d’autant que j’ai plaisir à écrire au Stylet (et voir sous mes yeux le fantastique boulot de reconnaissance de ma graphie effectué par Nebo, pratiquement 100 %).


  1. Day One sur iPad 

  2. À ce jour (publication de ce billet) et en plus de toutes mes entrées, une série de 325 jours consécutifs… depuis le vendredi 13 mars 2021 semble-t-il, effet pandémie…? 

  3. Drafts n’est pas en reste : son développeur ne cesse d’améliorer son application de prise de notes de version en version…! 

  4. avec un contraste climatique ahurissant entre Tolède (34°) et le fraicheur d’Ávila ! 

  5. c’est l’une des raisons qui me conduit à conserver Instagram même si je freine mes publications… 

le 31/01/2021 à 12:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Manuscrite mon écriture ! #HandwritingDay

…même sur iPad !

dans écrire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Il semble que c’est la journée des écritures manuscrites1#HandwritingDay — (une cause, une journée…!). J’en profite pour rappeler que l’on peut continuer à écrire à la main avec un stylet sur un iPad puis lire cette calligraphie sur l’écran ou la convertir en caractères d’imprimerie.

Depuis que j’ai adopté Stylus2 puis Nebo3, je n’ai jamais autant écrit à la main et, grave, j’aime ça !

Comme je l’ai déjà écrit naguère, ce ne fut pas de la tarte de concilier mon écriture atypique pour qu’elle soit reconnue et correctement comprise par Nebo. Mais, désormais, ça fonctionne parfaitement. Et, à la fin, ça atterrit dans Drafts.

J’emploie un iPad grand écran de première génération et j’imagine sans peine que le dispositif doit fonctionner à toute vitesse sur des versions plus récentes.

J’attends depuis des semaines qu’Apple nous livre une version de #Scribble qui reconnaisse autre chose que le chinois et l’anglais pour pouvoir, accessoirement, me passer de #Stylus dans toutes les applications où j’apprécie de prendre des notes manuscrites transformées en caractères.

Ou que l’éditeur de Nebo se réveille soudainement et nous propose une version 2 de Stylus avec le moteur de reconnaissance de Nebo (on peut rêver, non ?!).

Bref, ne perdez pas cette capacité fantastique de dessiner des lettres et des mots, même si cela se déroule sur un écran !

Désormais, quand je prends des notes au crayon de bois sur un calepin en vrai papier (!) ou remplis un chèque, complète la page d’un formulaire administratif, je peine moins, ayant entraîné à nouveau mon poignet et, mieux, retrouvé du plaisir à écrire !

À vous !


  1. Lire ce tweet du CNRS 

  2. malheureusement abandonné et jamais remplacé, lire cette chronique de mai 2016 MyScript Stack et Stylus pour écrire à la main sous iOS 

  3. puis, en aout 2016, Nebo …la prise de notes pour iPad pro et Pencil | 1 

le 23/01/2021 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

SuperDuper! sous macOS 11.x…

Dupliquez vos sauvegardes, bon sang !

dans dans mon bocal | groummphh | mémoire | usages
par Jean-Christophe Courte

Confinement et couvre-feu ? Profitez du temps disponible1 pour vous atteler à une tâche que vous remettez régulièrement : celle de la sauvegarde de vos données !

Nous vivons une période complexe, anxiogène : ça va des conditions de travail (quand on en a encore un), du suivi d’études avec cours en distanciel… à la trouille réelle de se retrouver virussé pour deux minutes d’inattention2.

C’est souvent vivre confiné dans un espace mal foutu et limité, voire se retrouver avec peu d’occasions de décompresser…!

Ayant moins de contraintes, j’essaye de positiver.

Prolégomènes et rappels

Vous pouvez sauter ce qui suit jusqu’au prochain item…!

Si je n’ai pas trouvé l’énergie pour écrire alors que de larges plages de temps libre me sont octroyées, j’ai pris la décision de ranger — enfin ! — notre vie photographique numérique ainsi que les documents essentiels au format PDF. Bref, laisser à notre tribu des archives quasi rangées…!

Nous avons vidé plusieurs lieux après des décès les années passées et je suis intimement persuadé avoir été touché par le départ de Marguerite, départ qui m’avait inspiré ce billet en 2007… Quid des informations personnelles le jour d’après…

Coup de chance, notre activité d’indépendants a démarrée avec le numérique et je me suis retrouvé, par la force des choses, à devoir organiser l’archivage de nos données professionnelles. Autant le dire de suite, tout n’a pas été idéal et j’ai perdu des datas dont les fichiers originaux de mes premiers bouquins…!

Bref, depuis 1984, j’ai égaré nombre d’octets !

Des solutions technologiques se sont succédées et, après testé des solutions qui se sont avérées nettement moins efficaces qu’annoncées par les voix mielleuses du marketing (…je pense notamment aux solutions avec des bandes magnétiques DAT), j’ai fini par opter pour le CDROM puis le DVD…

Ce, après une gestion de disques amovibles SyQuest (…au taux de suicide impressionnant…) et Bernoulli (…qui n’ont malheureusement pas rencontré le succès en dépit de leur épatante fiabilité et de leur coût élevé).

Puis, les capacités des disques durs augmentant alors que leur cout chutait, j’ai commencé à accumuler ces derniers. À ce jour, j’en ai une vingtaine, de 250 Go à 6 To…

Clichés numériques

Fin septembre 2020, j’ai acquis sur le refurb d’Apple un MacBook Pro 16 pouces (de fin 2019) doté d’un SSD de 1 To qui a replacé mon MacBook Pro 16 pouces de 2009.

Avec ce second confinement (fermeture des universités), j’ai enfin réalisé mon premier objectif qui consistait à déposer sur un unique3 disque dur toutes nos photos numériques. Et ce, dans un ordre chronologique à peu près correct.

Bien entendu, j’ai renoncé à regarder, cliché par cliché, ce que j’archivais. Pas mal de photos en double assurément.

Mais je me suis tenu à une règle simple : un dossier pour chaque jour, le tout dans un grand dossier chronologique.

Et dans ces dossiers, les sources avant tout. Des plus anciennes (JPG, DNG) jusqu’aux plus récentes (CR2, HEIC et JPG issus du post-traitement) avec renomage des fichiers de type horodateur4 en prenant appui sur les métadonnées5.

J’ai même rectifié en batch des noms de dossiers qui possédaient des _ pour les remplacer par des -, histoire que tout soit cohérent !

Côté données personnelles, je suis arrivé au bout de mon second objectif : nettoyé et trié les copies PDF de tout ce qui concerne ma tribu : actes authentiques, factures, contrats…
C’est long mais pratique, notre progéniture n’aura pas à patauger dans ces archives comme nous l’avons fait avec celles de nos propres parents (quand elles existaient…!)…

SuperDuper!

Cette (trop) longue digression pour évoquer le point clé : avoir un disque avec données fiables, c’est bien.
Mais quelques copies du disque de référence (…pour ne pas employer les termes maître et esclave), c’est mieux…!

Au risque de me répéter, il y a plusieurs types de données dans mon univers : via iCloud, une partie de celles sur le disque du portable qui sont identiques à celles de mes écrans iOS (ce texte saisi sur Drafts sera accessible depuis macOS et réciproquement).

Et, sur des disques durs individuels de lourds fichiers photos qui nécessitent un post-traitement via CaptureOne.

Sans oublier ceux pris au iPhone et qui se retrouvent dans l’app Photos via iCloud toujours et que je préfère également post-traiter sur le 16 pouces.

Les données texte et PDF sont sur le Cloud puis distribués dans des disques spécifiques régulièrement ; les photos issues des opérations de post-traitement ainsi que les sources sur un disque plus volumineux.

C’est dans ce dernier contexte que SuperDuper! intervient !
Quel suspens…!

J’emploie cette application de Dave Nanian depuis… juin 20066… Et c’est la seule que j’ai conservée…

Pour info, vous pouvez la tester gratuitement avant de l’acquérir pour un coût modeste…

Avertissement : La première fois, le duplication de votre disque maître vers un clone va prendre… un certain temps7… en fonction du type de liaison (FireWire, USB, USBC) mais également de la vitesse de rotation de vos disques (5400 versus 7200 tours).

reduc-450

Ensuite, quand vous aurez modifié le contenu du disque maître et vous vous assurerez que les duplicatas soient identiques, SuperDuper! ne va regarder que ce qui a changé… Et là, c’est d’une vitesse époustouflante…

reduc-450

Bref, en quelques minutes, les deux disques (…même de valeur de stockage différents, ce qui importe est que le disque qui reçoit la copie ait assez de place pour récupérer les informations fournies par l’original) disposent d’un contenu identique…

reduc-450

Sachant que j’effectue cette opération sur trois clones, ça me demande un quart d’heure et je peux ensuite stocker l’une des copies ailleurs que chez nous…

Bref, je recommande peu de produits mais là, que 15 ans d’usage (et merci à @Doopix qui me l’avait indiqué alors…!).

Voilà…!

Rien à voir : j’ai répondu à une interview amicale pour ecrire-et-presenter.com (…par mail), des questions posées par Agaric avec qui je partage un goût immodéré pour le Markdown et ça donne ceci : Interview de Jean-Christophe alias Urbanbike


  1. le couvre-feu entre autres… 

  2. portez un masque : en plus, ça tient chaud lors des tempêtes avec vent glacial…! 

  3. référence unique mais clonée en trois exemplaires + une copie sur de vieux disques dépareillés de faible capacité 

  4. année - mois - jour - heure - minutes et, si passage dans CaptureOne, rappel du lieu 

  5. avec un outil comme Name Mangler ou Better Rename, voire… les options proposées par PathFinder désormais en version 10 (j’y reviendrais …ou pas) 

  6. urbanbike | SuperDuper! du 26/06/2006 

  7. Fernand Raynaud 

le 18/01/2021 à 19:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Humeur : WhatsApp, Messages, Signal… ou Threema ?

Mais qui est « le » produit ?

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Si Apple Messages s’impose naturellement sous iOS ou macOS, communiquer avec les amis sur d’autres plateformes nécessite des applications tierces.

Ce qui suit est un papier écrit à la suite d’une discussion cette après-midi…

Rappel : les futures nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp appartenant à FaceBook (…repoussées de quelques mois, mais trop tard pour freiner l’exode) ont incité nombre de mes amis à changer de crémerie.
Et très souvent basculer sous Signal.

Signal (…que j’emploie depuis décembre 2015) est une bonne alternative qui progresse régulièrement si l’on se fie au nombre de ses mises à jour.

Mais l’infrastructure1 était sous-dimensionné pour recevoir autant de nouveaux utilisateurs, quelques pannes se sont succédées, incidents pouvant refroidir ces derniers.

Threema, Swiss Made…

Et puis, cet après-midi (je me répète), un appel sous Threema de mon copain François.

Threema est une application que j’emploie depuis… octobre 2018. Elle est passée sous les radars médiatiques ces derniers jours.

Une des raisons est peut-être qu’elle est payante (un coût modeste pourtant) et un poil délicate à mettre en œuvre.

Mais elle a nombre de qualités dont celui de ne pas renseigner votre numéro de téléphone en employant un ID pour s’identifier.

Il y a deux versions sous iOS :
la version grand public que j’emploie…
Et une version entreprise qui ne me concerne pas.

Pas de version gratuite d’essai : il faut acheter l’app alors que les gens réclament d’abord du gratuit…!

Cela explique en partie cette différence de traitement alors que cette modeste somme permet à l’entreprise de régler l’infrastructure ! D’ailleurs, comment font les autres…?

J’avais, un temps, indiqué sur ma bio dans Twitter et ici-même mon ID. Mais hormis trois copains, tout le monde étant sous WhatsApp, je n’ai jamais été contacté une seule fois par ce canal…!

Néanmoins, quelques mois après être revenu d’Espagne, j’avais, sans remords, dégagé Facebook puis WhatsApp2.

Bref, j’ai toujours Threema actif au même titre que Signal ou Messages. Mais, seul Apple et Threema me semblent (jusqu’à preuve de contraire…!) particulièrement sûrs, du fait que leurs services ne sont pas gratuits.

Pour utiliser Messages d’Apple, il vous faut acquérir un périphérique.
Pour Threema, il faut vous acquitter quelques euros.

Quelques copies d’écran

reduc-450

  • Ben oui, mon profil (masqué…!)

reduc-450

  • Ici, une partie (non confidentielle…!) de notre conversation… Notez que l’on a décidé, François comme moi, de rendre justice à Threema en parlant de cette solution sur nos petits blogs respectifs…!

reduc-450

  • on a poursuivi notre échange en vocal…!

reduc-450

  • La liste des options :

reduc-450

  • Dans le désordre, la confidentialité…

reduc-450

  • la gestion des notifications…

reduc-450

  • l’apparence de l’écran

reduc-450

  • La gestion du stockage…

reduc-450

  • Le poids des médias (inutile de charger plein pot)

reduc-450

  • Ou encore l’aspect de la fenêtre de discussion… Je vous passe le reste…!

Pour finir, Threema est open source, bien désigné comme vous venez de la voir et… suisse (!).

Bref, pensez-y !
Notez que Threema ne me paye pas pour ce billet, juste que je suis surpris que l’on accepte de remettre à des solutions gratuites nos conversations…

Mais chacun fait comme il le souhaite… Pour ma part et dans l’ordre, c’est : Messages, Threema puis… Signal.

Voilà…


  1. Signal is back after an outage that lasted more than 24 hours - The Verge 

  2. Instagram va basculer dans une fort longue période de sommeil, une fois de plus ! 

le 17/01/2021 à 17:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

En 2021, peut-on encore faire des clichés avec du matériel déclassé ?!

Vieux reflex et vielles optiques

dans dans mon bocal | groummphh | nazbrokology | usages
par Jean-Christophe Courte

Prolégomènes : Avant d’aller plus loin, bonne année à mes trois lecteurs…!
J’ai du mal à réaliser que ce blog se maintient depuis septembre 2003.
Pas de promesse incongrue en ce début 2021, genre « je vais me remettre à écrire quotidiennement » (paroles, paroles…!), je vais juste essayer de publier quelques billets.
Depuis des mois, il m’est plus facile de rédiger quelques tweets sur des applications que je découvre. Ainsi, sur @urbanbikecom, j’ai évoqué Obsidian, etc.

Alors, question : est-ce sage d’employer du matériel déprécié en photo ?

Ironie, sarcasme de celui qui n’a plus la capacité de mettre à jour son matériel photographique ; questionnement légitime face aux performances croissantes des smartphones (…cela fait 13 ans que le iPhone a été lancé et je peux témoigner des avancées avec ce iPhone 11 Pro Max utilisé depuis une année) ; fatigue (…bien réelle…!) de mes bras et épaules lestés d’un combo boîtier + optique
Ou simple ras le bonnet1 de la course à l’armement matériel ?!

Ce billet n’a pour objectif que de souligner qu’utiliser des produits dépassés, déclassés n’a rien d’infamant !

La petite musique du “Tu devrais essayer le biiiiip de chez…”

…matériel récemment sorti qui est « forcément » une tuerie !!
Combien de fois ai-je ou lu des recommandations de mes copains, excellents photographes, qui me font part de leurs nouveaux boîtiers…?!!

J’entends leurs conseils mais me refuse à les prendre en compte, assommé par le coût de ces boîtiers. Car même si l’on m’explique (…avec raison) que tel boîtier de chez biiiip est scandaleusement bas, c’est omettre que mes optiques actuelles ne sont pas compatibles et qu’il me faudra bien en ajouter une (ou deux) lors d’une possible acquisition !

reduc-450

Il y a pourtant de quoi être ébranlés !
Entre les articles élogieux de revues professionnelles sur les derniers nés de tel ou tel ; la publicité insidieuse avec force publi-reportages (…de rêve); des vidéos impressionnantes autour d’un photographe pro ; les clichés qui claquent sous nos yeux émerveillés (et envieux…!), toute cette stratégie marketing ne doit pas nous déstabiliser !

Résistons…!!

Bien entendu, j’aimerais disposer d’un plus boîtier récent2 que mon Canon EOS 5D mark… 0. Ou du Canon EOS-1D Mark II que m’a passé l’ami Renaud3, visser des optiques à plus grande ouverture4 mais je me souviens qu’il faudra également envisager l’acquisition d’un ordinateur plus puissant, doubler la capacité des disques durs pour traiter et stocker des clichés de plus en plus lourds, etc.

Verroterie optique pas si dépassée !

Oui, on peut continuer à prendre des images avec du matériel franchement daté.

À ce propos, cet article m’a rasséréné ! KEH Reveals Top-Selling Used Cameras and Lenses from 2020

En résumé, il existe des tas d’allumés qui continuent à employer des boîtiers rincés, des optiques fatiguées…!
Pour ma part, je reste fidèle à Canon qui me permet de monter une optique EF ou EFS sur un simple M… Et demain, sur un R.

Qu’importe le boîtier pourvu que l’on cadre…!

Je me dois d’être honnête vis à vis de moi-même et de mon entourage : je fais de la photo pour mon plaisir, pour chasser les idées noires qui s’amoncèlent quand je ne fais pas trop gaffe…

Photographier peut devenir une activité coûteuse à fonds perdus… même si cela me revient certainement moins cher que de consulter un psy…!

reduc-450

Enfin, depuis mon passage au iPhone 11 Pro Max doté de trois optiques, ma pratique a sérieusement évoluée. Cet écran m’accompagne quotidiennement, ayant laissé mon increvable 7 plus à ma fille…

Poursuivre sans se soucier des regards obliques !

Chacun d’entre nous a des thèmes de prédilection, des obsessions ; tous n’auront pas le même intérêt !

Il est évident qu’immortaliser — en mode #EthnologuesChezNous — une rangée de ficoïdes colorées en contrejour face à l’océan n’est pas vendeur. Sauf pour moi et les émotions que ça me procure.

Mon propos ce matin (…j’écris ce billet dans Drafts sur mon iPhone…) est de rappeler que l’industrie continue (et tant mieux !) à proposer des cailloux splendides, des boîtiers remplis des plus splendides technologies.

reduc-450

Mais qu’une grande part du plaisir reste le moment de la composition de l’image effectuée par notre œil ! Et que ce soit au travers d’un viseur de reflex ou via un écran, ce plaisir est quasiment le même…

Vieux réflex, smartphone, mirorless… plaisir d’abord…!

Je me suis interrogé en 2020 sur l’usage de mes vieux appareils. Étonnamment, c’est la pandémie qui les a sauvés car les conditions requises pour les employer étaient réunies.

Je l’ai écrit plus haut, depuis pas mal d’années, je réalise la majeure partie de mes clichés avec mon iPhone qui est toujours dans ma poche…

Or la pandémie a combiné deux conditions nécessaires : demeurer longtemps au même endroit — confinement oblige — et disposer de temps.

Redécouvrir les qualités de ce qui faisait office de volumineux presse-papiers fût un plaisir !
Mon Brompton me servant souvent d’assistant, je pouvais — dans un rayon d’un kilomètre — déplacer ce matériel encombrant et lourd pour glaner quelques clichés non loin de notre abri côtier.

Comme j’avais du temps (…celui de la prise de vue associé à celui du post-traitement une fois rentré dans mes pénates), voire revenir prendre une image similaire quelques jours après au même endroit, les limites de ce matériel déclassé ne m’ont pas pesé pour le coup !

reduc-450

Et puis j’ai pris le temps de changer d’outil, lire urbanbike | Migration douce vers CaptureOne | 2. Et tourne désormais sur la version 21.

C’est dit.


  1. La casquette n’est pas trop adaptée à un univers marin… 

  2. Mon boîtier le plus récent est un Canon EOS M (lui aussi de première génération) 

  3. 8 ans, 8 millions de pixels et toujours actif… 

  4. Je rêve depuis des années de disposer d’un Canon EF 85mm f/1.2L II USM ou d’un Canon EF 24mm f/1.4L II USM, voire d’un Canon EF 200mm f/2.0 L IS USM…! Ce sera (ou pas) dans une vie prochaine…! 

le 10/01/2021 à 11:10 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?