Urbanbike

Recherche | mode avancée

Usages | Drafts et barre additionnelle sur iPhone

Écrire sans contrainte c’est – avant tout – organiser sa barre additionnelle…!

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Attention, billet bavard et en mode auto-dérision : Les années passent, mes écrans changent de taille mais je teste de moins en moins d’applications vu que de très chouettes solutions sont à l’oeuvre sous mes doigts.
Du coup, j’ai tendance à ne plus trop évoquer ce que j’emploie au quotidien, pensant l’avoir amplement fait précédemment.
Erreur !

Le lecteur de passage lira peut-être un billet sur l’excellent Nebo (très belle mise à jour en 1.4) mais que sait-il de ma prise de notes dans ce train qui me conduit vers Dreux ?!

C’est sous Drafts que cela se déroule comme dans 95 % des cas et non dans Day One 2, iA Writer ou Ulysses.

Pourquoi ? Pour plein de raisons dont une barre additionnelle totalement personnalisable contrairement aux autres produits1 cités.

Un peu de recul est nécessaire

Ce traitement de texte minimum orienté Markdown est idéal, sa barre additionnelle présente une série de touches personnalisées pour des actions2 indispensables à mes yeux.

Mais, comme pour le choix du clavier sur l’iPhone, ce périple me donne le temps de réfléchir à cette barre bourrée d’options et de n’y conserver que ce qui réellement indispensables.

C’est un défaut bien naturel que d’essayer d’exploiter d’emblée toutes les options disponibles. Mais il est aussi temps de virer ce qui est rarement utilisé, ce qui encombre cette barre et m’oblige à de longs déplacements pour retrouver la bonne icône !

reduc-450

De l’intérêt du voyage !

Aujourd’hui comme il y a quinze jours, Les vitres de mon wagon3 sont délavées, grisâtres, opalescentes, laissent passer l’image d’une campagne morose. Et puis il y a la tempête qui gronde.

reduc-450

Les 59 minutes qui me séparent du terminus sont un moment propice pour réfléchir. Je lance Drafts

Le temps de basculer en mode nuit, et hop : mes pouces martèlent maladroitement l’écran tactile, virevoltent sur la barre additionnelle pour baliser un mot.

Entre le bruit des essieux sur les rails, les alertes inaudibles qui s’échappent des haut-parleurs fatigués, les bribes de discussion ou la musique étouffée débordant des casques, me voilà transporté ailleurs via cet écran noir aux lettres blanches.
Une notification tombe, une alerte météo pour vents violents et orages à Orbe. Une autre affiche un message de ma douce qui veut savoir si l’attente pour régulation du trafic est levée. Je suis à la fois dans mon texte et relié au monde.

Bref, imaginez Hemingway, Cendrars, Kessel (…de véritables écrivains !) avec ce type de machine à écrire !

reduc-450

Bon, revenons au sujet…

Et Drafts dans tout ça ?!

Le problème de Drafts, façon de parler (!!), c’est sa richesse4. Il y a les options de base, installées dans l’application et celles que tout utilisateur peut ajouter via un épatant site dédié. Sur ce point, j’ai été un poil trop généreux !

De plus la barre additionnelle de Drafts est glissante… horizontalement et j’ai viré — dans l’exemple qui suit — près de vingt pour cent de mes précédentes actions pas si utiles/indispensables que ça…

Attention, toutes mes actions restent dans Drafts mais n’apparaissent plus dans cette barre de travail, on ne perd rien en théorie… Si je change d’avis, c’est facile de réorganiser le binz…

Des icônes multiples et personnalisables dans la barre additionnelle

La force de la barre additionnelle de Drafts est de supporter plein d’options, de la simple insertion de caractères au lancement de scripts…

En cliquant sur le crayon à droite de la barre additionnelle, vous arrivez sur l’éditeur de cette barre…

reduc-450

À vous de choisir quel action vous allez ajouter… Imaginons que je veuille ajouter un envoi de texte vers… Twitter…! Certes, l’action existe déjà dans mon univers mais n’est pas encore active sur cette barre additionnelle…

reduc-450

Le temps de retrouver l’action dans la liste de ce que j’ai en magasin, la commenter et entrer un nom en clair.

Ou une icône Emoji (le seul usage que je leur trouve pour le moment). Comme c’est pour nourrir @urbanbike, un petit vélo (comme celui qui dans ma tête ajouteront les plus perfides lecteurs…!).

Tailler dans les options et actions, revisiter sa barre additionnelle

J’ai fini – au retour – par effectuer un sacré ménage, d’autant plus motivé que je venais d’ajouter quelques actions5 dans la configuration de ma fille.

Et donc… j’ai nettoyé ma version de Drafts 4 mais à partir de mon iPhone et non de mon iPad. Explications…

J’écris en mode paysage sur iPad mais en mode portrait sur iPhone. Et donc il me faut construire une barre structurée sur ce dernier :

  • regrouper les balises Markdown de base sur un seul écran (des notes en bas de page en passant par une touche pour modifier la typographie - caps, bas de casse ou majuscule sur le premier caractère)
  • regrouper tout ce qui touche annulations, collage et exports (DropBox, Mail, Messages ou Twitter) sur une autre portion de l’écran…
  • regrouper dans un dernier espace les quelques actions spécialisées qui vont d’un script de nettoyage à des options de preview ou changement d’ambiance
  • et, dans les interstices, quelques actions pratiques mais pas essentielles.

En copies d’écran…

Toutes les icônes dans la barre additionnelle sont positionnables à l’emplacement souhaité…

reduc-450

Et mon idée était (comme dit plus haut) de les regrouper pour que cela soit pratique sur le iPhone 7 plus que j’emploie en toutes circonstances… En premier, les annulations et exports (DropBox, Mail, Messages ou Twitter)

reduc-450

En deux, les balises principales Markdown. Puis en trois, les trucs spécialisés…

reduc-450

Ce qui, sur l’écran (du iPhone 7 plus) se distribue de manière confortable…

Markdown au centre, annulations à gauche…

reduc-450

Options spécialisées à droite + quelques actions dans les interstices…

Mise à jour automatique sur iPad

Ahhhh, mais il va vous falloir faire la même chose sur liPad…

Que nenni…! Toutes les actions, fichiers mais aussi barre additionnelle est synchronisée via iCloud…

reduc-450

Je ne reviens pas sur les options d’affichage sur les flans des trois cases prédictives…

Voilà…

Un dernier argument pour Drafts…? Le versioning

Enfin, rappel, Drafts fait du versioning, ce qui est remarquable. Du coup, pas de souci pour partir dans une direction, changer de voie, revenir sur une version ultérieure.

reduc-450

Bref, pour rédacteurs nomades… Ou pas…!

À suivre…


  1. Oui, iA Writer permet de modifier le jeu des icônes affichées dans sa barre mais pas de lancer des scripts complexes, des actions… 

  2. je ne vais pas revenir sur ces dernières, il suffit de parcourir urbanbike. 

  3. Certes, cela vous épargne des photos de mer, de ciel bleu et de cocotiers sous le soleil… 

  4. Pas de souci pour afficher une vue formatée de son texte avec la CSS de son choix. Puis exporter sa note vers DropBox, box ou iCloud. Ou encore Ulysses, iA Writer, etc. Bien entendu, conserver l’option cellulaire sur son iPhone consomme des ressources mais c’est l’assurance que le texte en cours de maturation est sauvegardé en arrière-plan sur iCloud. 

  5. Elle emploie également Drafts pour prendre ses notes (en espagnol, anglais, portugais ou français), empile les claviers tactiles sur ses écrans. Son iPhone la suit partout. Mais à l’université, un vieil iPad pour la prise de notes et, à la maison, un iPad Air 2, trois écrans avec une synchronisation iCloud des saisies sous Drafts. 

le 25/02/2017 à 18:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Quels outils pour étudier ? | 2

Apprendre, baliser en Markdown puis exporter en DOCX

dans dans mon bocal | écrire | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Suite du premier épisode, si vous souhaitez continuer à poser les mains sur l’iPad (ou l’iPhone), mais également sur un Mac pour prendre vos notes de cours, quelques pistes…

Au risque de me répéter (!!), je préconise fortement aux étudiants de passer une petite heure à découvrir le balisage Markdown et de s’offrir une application dédiée sur leur outil de travail.
Dernière précision de taille, il n’est nullement question de contester l’emploi de Microsoft Word dont le format, au fil des décennies, est devenu un standard (…que l’on peut apprécier ou pas, peu importe).

Simplement se souvenir que l’on a parfaitement le droit d’utiliser des process différents en amont pour prendre des notes, le but étant ensuite de les transmettre dans un format standard. Et fréquemment au format DOCX vu que c’est une demande émanant généralement des enseignants eux-mêmes.

Prise de notes…

Cela va du carnet papier associé à un crayon (mais il faudra saisir à nouveau…) au iPad associé à un stylet (avantage immédiat → ne pas avoir à ressaisir le texte vu qu’il a été reconnu et converti en caractères d’imprimerie via MyScript Stylus - Handwriting Keyboard.

Ou encore saisir au clavier sur un Macintosh dans une application de texte dépouillée et orientée Markdown.

À ne pas négliger, la saisie1 sur un simple iPhone via Drafts 4, cela étant ma propre pratique quand je me balade, prend le RER, etc. 80% de mes billets démarrent sur iPhone avant d’être poursuivis sur iPad puis Mac…!

Bref, l’idée est de trouver l’outil le plus pratique, évident, pour prendre des notes en cours, lors d’une écoute d’émission de radio, le visionnage d’un documentaire à la télévision, la lecture d’une page sur le net, etc.

Markdown : un format léger et caméléon…!

Même si les applications sont optimisées, les ordinateurs de plus en plus rapides, Il n’est pas inutile de bosser avec des fichiers légers, faciles à stocker, à parcourir comme à transmettre (et quoi de plus léger qu’un simple fichier TXT).

Et, mieux encore, faciles à transformer dans le format nécessaire pour tel usage ou tel usage.

D’ou mon usage quotidien de Markdown que j’ai transmis à ma propre fille…

Lire Zut, j’ai appris Markdown à ma fille… et son complément, Zut, j’ai appris Markdown à ma fille… | 2

En deux mots, penser… fichier source…!

De fait, cette prise de notes minimale avec quelques balises clés à base de * et de # permet de fabriquer des fichiers source qu’il sera aisé par la suite, en une ou deux étapes, de transformer dans un format utile pour telle ou telle situation…

Pour mémoire, urbanbike est truffé (!!) de billets explicatifs aussi je ne ferais ici qu’un simple résumé via une série de copies d’écran illustratives.

À ce propos, je suis parti d’un fichier manuscrit écrit dans Nebo et balisé avec les options propres de cette application (un trait ou deux pour les titres, un soulignement pour marquer un mot en gras, etc.)

Nebo : de la note manuscrite au fichier Word

Assurément, Nebo représente le système de notes le plus simple : vous écrivez, vous soulignez et vous exportez au format DOCX.

Je ne reviens pas sur l’application mais sur son principe.

reduc-450

reduc-450

  • Cet export (enregistré ici dans DropBox) s’ouvre ensuite directement dans Microsoft Word sur Mac…

reduc-450

  • Mais cela peut également s’effectuer directement sous iOS dans la version ad hoc de Microsoft Word

reduc-450

  • Notez dans ces exemples, que les couleurs d’écriture utilisées dans Nebo se retrouvent transcrites dans le fichier final…!

Bon, mais il existe d’autres méthodes…

iA Writer exporte et importe du DOCX

Cet outil de traitement de texte Markdown permet d’ouvrir un fichier DOCX en Markdown et inversement.

Explications

reduc-450

  • Notre fichier DOCX crée depuis Nebo est importé en DOCX dans iA Writer…!

reduc-450

  • Et converti en… Markdown ! Mais qui peut le plus peut le moins…

reduc-450

  • …Cette même application peut, inversement convertir, un texte balisé en Markdown en DOCX… La boucle est bouclée…

Cette application présente donc un sacré plus car vous pouvez ainsi récupérer un fichier Word, le convertir en Markdown puis, après l’avoir traité, le réexporter en DOCX.

Divers modèles (styles) sont disponibles pour ces conversions en DOCX avec, en leur sein, quelques options pratiques de mise en forme. Sur Mac ou sous iOS.

Ulysses exporte en DOCX avec votre CSS si nécessaire

Si vous préférez prendre vos notes en Markdown, travailler avec de multiples fichiers, Ulysses dispose également d’un outil d’export ultra puissant…

reduc-450

  • Ce même fichier peut être affiché en Markdown dans Ulysses puis exporté…

reduc-450

  • Les formats d’export son différents… Notez la présence du format ePub… Mais aussi du format Word…

reduc-450

  • Cela fonctionne sous iOS comme sous macOS

Ce qui est intéressant ici, c’est la possibilité de détourner un fichier style d’Ulysses pour le modifier légèrement et ainsi avoir un style d’export au format DOCX personnalisé.

reduc-450

  • À gauche | le rendu du style choisi dans la liste à droite… Et cela est bien un fichier Word DOCX.

Le Balisage Markdown permet d’utiliser n’importe quel traitement de texte…!

Pour finir, un fichier balisé en Markdown s’échange sans souci entre tous les traitements de texte Markdown : pas de format propriétaire, un simple copié/collé du texte et vous passez de iA Writer à Ulysses, Byword, Editorial, Drafts 4, Day One 2, etc. Et inversement… Je simplifie car avec certains outils disposant d’actions et de workflows, c’est encore plus direct…

À vous, bien entendu, utiliser toutes les ressources de ces traitements de texte et du balisage Markdown pour simplifier votre vie d’étudiant, organiser vos notes.

Cela demande un peu de pratique mais l’idée à retenir est que vos fichiers sous des fichiers source que vous convertissez en fonction de la demande qui vous est faite (PDF, site internet, fichiers Word, ePub, RTF, etc.).

Dernier point, excusez vos enseignants, professeurs qui ne sont pas toujours au courant de ce balisage et insisteront sur les seules vertus des outils bureautiques… Mais, bon, ça progresse…

Liste des applications visitées…

Quelques alternatives supplémentaires…

Bien entendu, il existe d’autres voies, comme Bear ou Marked2 pour en citer deux autres…

Le premier, Bear, fait du Markdown et exporte en DOCX également… Tourne sous iOS et macOS. Mais nécessite en revanche un abonnement (au mois ou à l’année) pour synchroniser et exporter dans des formats exotiques…

Par contre, si vous utilisez un traitement de texte Markdown comme Byword (…ou autre…), un de ceux qui n’exportent pas en DOCX sur votre Macintosh, il existe un fabuleux outil dédié aux conversions, l’excellent Marked2 qui exporte dans nombre de formats dont ce fameux format Word.

Bonne découverte…


  1. Mais également… Day One 2 ou Editorial…! 

le 22/02/2017 à 13:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Voyager | maps.me sur iOS | 2

Batterie préservée, localisation correcte en territoire inconnu !

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je n’aime pas trop évoquer des applications auxquelles j’ai consacré peu de temps à les tester. Certes, cela m’est arrivé naguère mais je préfère – sur urbanbike – m’imprégner sur la durée des fonctionnalités et y revenir plusieurs fois… au risque de froisser les lecteurs1 qui veulent de la news de compétition…!
Bien entendu, Je ne parle pas des mises à jour de mes outils quotidiens mais bien de produits qui peuvent être séduisants au premier usage mais décevants sur le long terme selon les usages.

maps.me ne m’était pas, à proprement parler, inconnu mais dans un contexte différent associée à un iPhone bien plus récent, cette nouvelle mouture de l’application change la donne.

Nous sommes partis avec ma tribu dans le sud de l’hexagone, là où les quartiers nouveaux se nomment Antigone ou Polygone…! En cours de journée, seul le iPhone m’accompagne, tant pour réaliser quelques clichés, réserver un billet aller et retour vers une destination voisine (…en fonction de la météo, nous nous adaptons avec Trainline…). Mais également pour nous guider en territoire inconnu !

Attention : nos visites s’effectuent à pied et cette précision est importante car nous nous déplaçons, de facto, plus lentement qu’en voiture ou vélo. Dès lors, la réactivité de cette app nous est amplement suffisante pour cet usage. Ceci explique pourquoi je reste un inconditionnel de TomTom GO Mobile au volant.

La seule précaution à prendre avec maps.me est de préalablement charger la carte du département contenant la cité à visiter (…comme l’Aude pour se balader dans Carcassonne, etc.) et, accessoirement, placer en favoris les rues ou lieux qui serviront de repères lors de la future navigation urbaine. Bref, anticiper les trajets à effectuer entre gare et lieux à visiter.

reduc-450

  • Il suffit, après avoir repéré le lieu via une recherche, de cliquer sur sauvegarder et ajouter une nouvelle épingle rouge sur la carte…

Contrairement à Plans qui nécessite un minimum d’internet, maps.me n’a besoin que de la géolocalisation apportée par les antennes GPS et, de ce fait, consomme très peu de ressources avec une précision amplement suffisante pour se repérer sans angoisse dans une agglomération, même truffée de petites ruelles comme en recèle la vieille ville de Montpellier ou de Nîmes.

Á l’usage, imparable… à pied et en ville

En une semaine, maps.me a été totalement adopté pour ce type de déambulation. Pas toujours besoin d’un calcul d’itinéraire précis surtout en mode découverte, l’important étant alors d’avoir juste la localisation et faire en sorte que le iPhone serve de boussole.

reduc-450

  • Notez que les favoris (lieux sauvegardés) apparaissent sur la carte même en se déplaçant… Et, en marche, la vitesse moyenne de déplacement est indiquée.

Pour les retours plus rapides vers la gare, le mode itinéraire (…en sélectionnant le parcours à pied, CQFD) est certes plus sécurisant, donnant à chaque fois le dénivelé mais aussi la distance et un temps estimé.

reduc-450

  • Encore une fois, pour un usage pédestre, ça fonctionne…

reduc-450

  • Dernier usage non inutile, se repérer lors d’un voyage ferroviaire et localiser l’emplacement du train.

Bref, tout ce qui précède pour insister sur le fait que c’est nettement plus confortable à l’usage que l’application Plans fournie par Apple dans ce contexte, celui du piéton qui flâne et veut se rendre d’un quartier à un autre, d’un point à un autre.


  1. pour mémoire, je rappelle également que ce site est responsive, point oublié par quelques lecteurs. En gros, sur un grand écran, réduisiez de droite à gauche la taille de la fenêtre affichant ce site jusqu’a le réduire à une seule colonne, celle qui vous sera présentée sur un iPhone, par exemple. 

le 20/02/2017 à 12:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Contenus papier, ePub ou application ?

C’est selon !

dans grospod | groummphh | lire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Préambule : que les choses soient claires ! Des livres, notre logement en regorge, occupant un volume non négligeable (!), des linéaires de bibliothèque sur deux rangées. Et ce dans toutes les pièces. À chaque déménagement, ce fut …épique.
Bref, pas question de bannir les ouvrages papier… Mais pas plus de refuser ce qui, très souvent, est fort pratique en voyage…!

Peu à peu, les livres numériques s’invitent dans nos tablettes, nos usages changent. Et cela offre d’autres avantages, surtout à une période où les yeux fatiguent. Facile d’agrandir le texte, changer la luminosité, voire basculer en mode nuit…

reduc-450

Avant de basculer totalement, il est pas inutile de commencer par lire les livres disponibles sur nos étagères (!!) ainsi que ceux empruntés pour quelques jours à la bibliothèque de quartier.

Mais, désormais, le réflexe avant d’acquérir un bouquin est bien de vérifier s’il est disponible au format ePub.

DRM ou pas…

L’Apple Store est d’un commerce agréable… on feuillette un extrait et, si celui-ci nous convient, il est facile de l’acquérir de manière quasi transparente. Sauf que tous les ouvrages sont protégés par des DRM, compliquant essentiellement la récolte de citations. Pour mémoire, cette récolte est possible en deux étapes sous macOS.

Du coup, si l’on ne souhaite pas cette limitation et utiliser Marvin Classic ou Gerty, il faut imparativement rechercher via internet des sites qui proposent des ouvrages payants — ou gratuits comme chez manybooks — sans ces protections.

En effet, sans DRM offre une plus grande souplesse pour effectuer un simple copier coller d’un paragraphe ou d’une citation vers un traitement de texte depuis les deux applications citées en amont.

…pour information (merci @doopix), le Bouquet des expressions imagées est disponible chez numilog sans DRM.

Application versus ePub

C’est un point de discussion qui n’est pas anodin. En effet, certains livres de référence sont disponibles sous la forme d’applications.

Pour mémoire, j’avais acquis la version précédente du Dictionnaire historique de la langue française, non en papier mais dans sa version ePub.

À l’occasion de la nouvelle édition (fin 2016), cet ouvrage est devenu une application, nettement plus pratique à consulter quotidiennement sous cette forme, tant sur iPhone et iPad.

Bref, cet ouvrage existe en version papier, mais aussi sous la forme d’une application iPad et iPhone.

À l’usage, disposant des deux options (…la précédente édition en ePub et la toute dernière sous la forme d’une application), il n’y a pas photo…! Vive l’application sous iOS…!

Car, pour mon usage…

  • l’application est plus simple à atteindre (…pas besoin de masquer le livre en cours de lecture dans iBooks, accès autonome depuis l’écran…)
  • cet outil permet de consulter dans la seconde des termes liés, offrant un fabuleux gain de vitesse via les liens hypertexte.
  • offre, de facto, un outil de recherche puissant
  • mémorise les mots favoris pour un usage ultérieur
  • conserve l’historique des recherches effectuées…
  • et laisse à l’utilisateur la possibilité d’exporter une définition, en PDF, Mail ou en texte simple…

Il manque juste un mode nuit en plus de l’ajustement pratique de la taille des caractères déjà disponible…

Bref, le fait que cet ouvrage soit une app et non un ouvrage au format ePub me convient parfaitement (…oui, vous l’aviez compris)…

Certes, pour les raisons évoquées ci-dessus mais aussi pour les… mises-à-jour…!

reduc-450

Du coup, je regrette que Le Bouquet des expressions imagées ne soit pas une application…!

le 08/02/2017 à 13:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Plus de 12 années sur un Aeron…

Un seul regret, ne pas l’avoir découvert plus tôt !

dans bosser n’importe où | dans mon bocal | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je lisais récemment un chouette billet de Florian, son Test du support ergonomique RollerMouse Red Plus pour soigner ses douleurs | MacGeneration, lecture d’autant plus attentivement que, jadis, une amie kinésithérapeute avait eu ce type de problèmes, cette tendinite de De Quervain avec, comme conséquence, l’arrêt de son activité, l’opération avait foirée (pour le dire tout net-.

En parcourant le texte dans MacG, je tombe sur un lien placé par Florian vers un billet que j’avais rédigé il y a douze ans — urbanbike | Un siège aérien — article à propos du siège qui est toujours devant ma table de travail…!

Je ne retire pas un mot de ce billet…

Oui, c’est bien le même Aeron après toutes ces années. Increvable. Vous avez le droit désormais à une version remastered.

Je ne sais si lui est heureux de me supporter quotidiennement mais, inversement, il m’est absolument indispensable et a sauvé quelques nuits critiques (les lecteurs asthmatiques me comprendront même si ces crises ont fini par diminuer au passage de la soixantaine). Idem pour mes problèmes de cruralgie que je traîne depuis des lustres mais qu’à coup de ping-pong et de renforcement musculaire semble m’oublier…!

Du coup, j’ai repris le stylet pour écrire sur mon iPad cette suite ! Et en profiter pour faire deux photos.

Qu’est-ce qui s’use…?

Dans mon cas, les roulettes et la base du hamac, là où mes cuisses/fessier viennent en contact avec le bord du siège…

Les roulettes : deux billets récents ont évoqué ce problème de roulettes qui ont fini par se fissurer… cf. urbanbike | Remplacer les roulettes de son Aeron puis urbanbike | Remplacer les roulettes de son Aeron | 2.

Je ne suis pas certain d’avoir fait le bon choix (…Chemsy m’avait prévenu) mais mes finances d’alors ne me permettaient pas des folies. Le fauteuil est certes un peu plus lourd à déplacer mais stable, le truc est de bien apprendre à le positionner face à la table de travail. On apprend vite !

Le hamac également !

reduc-450

En résumé, mes jeans ont eu raison de cette trame même si elle tient encore le choc. Je songe à faire remplacer cette partie car, c’est aussi le plus de ces produits, il est possible de faire remplacer une partie usagée…!

reduc-450

Regrets ?

Après plus de douze années d’usage quasi continu et quelques changements de lieu, pas l’ombre d’un regret. Enfin, si : juste de ne pas l’avoir découvert et acquis plus tôt. Merci à Bill Stumpf et Don Chadwick

NB : ma fille en utilise un autre, strictement identique, que j’avais acquis en 2006 chez absolute office pour notre vieille cousine… et est ravie de l’avoir récupéré…!

le 04/02/2017 à 16:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Day One, un admirable carnet de notes…

…macOS, certes, mais essentiellement pratique sur iOS

dans ailleurs | dans mon bocal | écrire | grospod | mémoire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Je reste un utilisateur inconditionnel de Day One depuis… depuis des années ! 20111 en fait…
Inutile de vous étourdir à nouveau avec cette application singulière en la décrivant point par point, ergoter sur la synchro via son nuage privé, etc.

Par ma part, c’est mon répertoire de petites notes à propos de mes propres activités, un rappel de mes tranches de vie avec une ou plusieurs images, accompagnées (ou non) d’un texte.

Je l’utilise pour chacun de mes périples, cf. urbanbike | Usages | iOS et sac à dos… | 2 ou encore urbanbike | Mon carnet de voyage sur iPhone…? Day One 2

Si je devais me conserver qu’une seule application sur mon iPhone (…j’insiste sur le “une seule”, situation absolument invraisemblable…!), et malgré mon usage immodéré de nombreuses autres apps de texte (…Drafts, Ulysses, Editorial, iA Writer…), je pense que ce serait Day One qui resterait l’écran de mon iPhone et ce malgré les qualités de tous mes autres outils…

En priorité, pour l’utilisation des photos prisés directement depuis cet iPhone, la mémoire du nombre de pas, des conditions météo, la géolocalisation, etc. Et la chronologie impeccable…

Rappel illustré

Tout d’abord , c’est bien un traitement de texte, avec balisage Markdown.

reduc-450

Avec une barre additionnelle dédiée, certes frustre, mais amplement suffisante…

reduc-450

Une fois publié, nombre d’autres informations sont disponibles… Dont le choix du Journal dans lequel cette info est remisée…

reduc-450

En effet, nous avons la possibilité de créer quelques journaux, les nommer à notre guise, leur attribuer un code couleur…

reduc-450

Ajouter ou non une série de photos…

reduc-450

Retrouver ces entrées par les photos, les notices (je n’ai pas capturé l’ascenseur temporel qui glisse sur la partie droite de l’écran)…

reduc-450

Mémoriser l’activité d’une journée en relation avec le calendrier et les photos prises alors…

Ou encore retrouver des billets via les photos disposées sur une carte… (chaque localisation de la prise de vue avec la couleur du journal comme info complémentaire…)

reduc-450

Isoler dans un flux global les seules entrées correspondant à un journal, etc.

Cette application est très riche en terme de fonctionnalités. Ces dernières se recouvrent fréquemment, ce qui permet à chaque utilisateur de l’employer à sa façon… Retrouver ses notes comme il le souhaite…

Bien entendu le tout s’exporte mais je me refuse à me lancer dans un descriptif même incomplet, autant écrire un bouquin…! Non…!

Bref, vous l’avez compris, ce qui précède n’est qu’un bref aperçu !

À la question : est-ce que ça tient la charge…?, difficile de prendre position…!

Sur l’une des copies d’écran de ce billet, vous pouvez lire ceci : 4102 entrées, 1638 jours, 2592 photos (chiffres dépassés depuis…). Cela vous donne un aperçu de mon usage.

Alors, et c’est un avis personnel, il me semble que …oui…!


  1. Relire urbanbike | Day One sur iPad mais, dyslexique, je ne mettais pas d’espace entre Day et One ! 

le 29/01/2017 à 16:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | MaxCurve 2.4 sur mon iPhone

Sets et iPhone 7…!

dans grospod | photographie | usages
par Jean-Christophe Courte

Je reviens deux secondes sur MaxCurve que j’apprécie de plus en plus à chaque version et qui vient de basculer en 2.4…

reduc-450

  • À gauche | Merci au développeur d’avoir pris en compte mes remarques (c’est aussi pourquoi je suis cité, sympa…!) sur les formats et tailles d’export, éléments que que je vais essayer de mettre en oeuvre ces prochains jours…
  • À droite | Je vous laisse méditer les options de l’écran de droite… Pas mal, hein…?

reduc-450

  • Pour mémoire, vous pouvez également vous tricoter des sets précis que vous plaquerez sur d’autres images de même type… En utilisant toutes les étapes du post-traitement comme ce qui précède…

Bref, si je ne bascule pas sur un abonnement avec Lightroom, c’est en grande partie à ces petits plus que je ne trouve que dans cette application… Et sa gestion des courbes est juste renversante.

À (re)découvrir même si cela fait (déjà…!) une année que j’en parle… depuis janvier 2016 pour être exact…

cf. urbanbike | MaxCurve et post-traitement dynamique de vos images sous iOS et bien d’autres billets dont urbanbike | MaxCurve et post-traitement dynamique de vos images sous iOS | 3 sur les calques en mars… Ou encore urbanbike | MaxCurve traite vos fichiers RAW sous iOS en juin, etc.

Bonnes fêtes de Noël et bises à tous mes lecteurs …si je ne publie rien d’ici janvier 2017 (on sait jamais, les statistiques jouent contre moi désormais…!)

Ouuuups, je viens de me rendre compte que l’on peux choisir son objectif sous iPhone 7 plus car MaxCurve prend aussi des photos que l’on peut utiliser de suite dans l’app… Je révise mes connaissances…!

  • MaxCurve sur iPhone et aussi iPad (Pro compris)

le 22/12/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

 1 2 3 >  | Page 1 sur 3