Urbanbike

Recherche | mode avancée

iPhone 13, attendre ou pas ?!

« Aucun » regret d’avoir basculé…

dans dans mon bocal | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

En relisant ce billet, une certitude : j’assume mon acquisition mais je voulais simplement raconter à mes quatre lecteurs comment ça c’est imposé !

Je n’étais pas décidé à modifier ma configuration actuelle.
Le iPhone 11 Max pro me donnait toute satisfaction, remplissait tranquillement sa tâche.
Mais…

Vivre loin d’un Apple Store…!

Sur #BelleÎleLand, la question ne se pose pas : pas de revendeur local, il faut se rendre sur le continent en prenant le ferry puis filer à Nantes pour trouver l’Apple Store le plus proche ou se rendre chez un revendeur à Auray, Lorient ou Vannes…

l’Apple Store d’Aix-en-Provence est relativement proche du logement de ma fille et il m’a été facile — dès la mi-septembre — de m’occuper de la mise à jour de son iPad Pro (lire Apple et rentrée universitaire 2021).

En parallèle, il y a eu les annonces du iPhone 13… que j’ai écouté d’une oreille distraite jusqu’au moment où les caractéristiques optiques ont été dévoilées…
Dont le télé de 77 mm (X 3) et le mode Macro.

Avec mon Canon 5D en rade, le 1D avec une seule batterie qui se recharge de moins en moins, plus trop question de faire des photos1 au 100 macro…

Rapidement, j’ai envisagé plusieurs scénarios dont les options de reprise du iPhone qui rendent le saut plus doux (de quelques sesterces) …sans me soucier de perdre un peu de temps à trouver un repreneur.

Ce qui a également changé la donne, c’est le refus de ma fille de troquer son iPhone 7 Plus pour le 11 Max pro. Question d’usages : elle fait peu de photos en dehors de nos balades photographiques dans #BelleÎleLand.

Le jour de la disponibilité des premiers iPhones (un vendredi) à l’Apple Store, nous étions en randonnée sous le Massif de la Sainte-Victoire.

Je suis passé par curiosité l’après-midi, il ne restait qu’un modèle de 1 To… or…!

reduc-450

Effet… Anniversaire ?

Face aux pénuries qui démarraient à la fin de la première semaine, fin septembre, je me suis décidé à passer commander pour une livraison début novembre.

Mercredi 6 octobre, je me suis levé de bonne heure2 pour un problème technique dans une boutique de Aix (résolu par le gérant en trois minutes…) puis, en rentrant, suis passé vers 10:00 à l’Apple Store pour me renseigner sur leurs éventuelles livraisons dans le mois.

Surprise, les dieux m’étaient favorables…

J’ai annulé ma commande en ligne pour enchaîner en vingt minutes la reprise de mon 11 argenté pour un 13 sombre. Le temps d’effectuer sur place une ultime sauvegarde iCloud via le réseau du store et repartir avec le iPhone pourvu de ma carte SIM obligeamment réinstallé par Maxime.

Bref, deux heures plus tard, l’iPhone était quasi prêt. Enfin, pas totalement…

reduc-450

En résumé

  • Sauvegarde totale du contenu du iPhone (dans mon cas, tous les jours sur le compte iCloud familial)
  • Penser à supprimer le profil de nextDNS avant de procéder aux opérations de suppression de la localisation et réinitialisation
  • Le démarrage requiert les identifiants habituels dont l’accès à internet : saisir le mot de passe d’une trentaine de caractères alphanumériques et diacritiques de notre box ! Ne pas s’énerver après deux erreurs de frappe…!
  • Réinitialisation de Face ID (et découvrir après coup que le 13 m’identifie nettement plus vite que le 11)
  • Programmer à nouveau le code d’accès au iPhone (le mien est alphanumérique d’une dizaine de caractères…!)
  • Réactivation de la carte de crédit avec le service propre à Apple
  • Siri se rappelle à mon bon souvenir (mais je ne l’active pas, allergie à ce dispositif)
  • De l’importance de 1Password pour réinstaller nombre de services
  • App de ma banque en ligne avec réactivation de la sécurité
  • Twitter me redemande contrairement à Twitterrific tous les comptes et mots de passe
  • Réinstallation de toutes les cartes embarquées de TomTom (sans l’Espagne pour le moment)
  • Réinstallation de toutes les cartes embarquées de Windy.maps (avec l’Espagne…) et de mon compte (tout comme pour Windy météo)
  • Réimportation de mes dossiers Day One
  • Réactivation de diverses services dont Threema et Signal
  • Réimporter des certificats (le dernier) de vaccination dans AntiCovid
  • Réinstallation du profil nextDNS (et en désactivant le réseau privé fourni par Apple) mais aussi en contrôlant tous les filtres de nextDNS (désactiver le filtre pornographie… sous peine de ne pouvoir accéder à EyeEm considéré comme contenu sensible. !)
  • Réactiver les dispositifs de paiement des bornes de parking sans se munir de monnaie (Flowbird et PayByPhone)
  • Réactiver quelques cartes pour les courses, EDF et moi, Babelio, Arte, Radio France…
  • Découvrir au passage que Transit nécessite un abonnement…
  • Retrouver mes bouquins dans Livres et Marvin, mes textes dans Drafts, Ulysses et ia Writer.
  • Virer définitivement Editorial qui ne donne plus signe de vie depuis deux ans…

C’est là où j’apprécie d’avoir la fibre. Et 1Password.

Ensuite, me pencher sur les réglages de l’appareil photo , lire urbanbike | Photo iPhone | Style ou filtre ? Ou les deux…

reduc-450

Et le 13 — un Max Pro 256 — est enfin opérationnel…

Trois photos non retouchées, brutes de fonderie avec le style Vif


  1. Cyril m’a expédié son antique 7D inutilisé que je vais récupérer dès que je reviens sur mon caillou… 

  2. Alias… mode « Chauffe Marcel » 

le 09/10/2021 à 15:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Écrire au Pencil 2 sur l’écran d’un iPad Air

Un dispositif fort pratique à l'usage

dans écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Ce n’est pas la première fois que j’aborde l’écriture au Pencil (…et certainement pas la dernière…!). Je profite de l’iPad Air 4 de ma fille pour le tester sous toutes les coutures.

Ayant accès à un écran nettement moins encombrant que mon vieil iPad Pro de première génération qui était très (trop…?) « grand format », je retrouve un chouette confort d’utilisation même avec la surface un poil glissante de l’écran.

Oui.
J’apprécie d’écrire au Pencil et donc sans clavier même si ce dernier reste à portée de doigts.

Et pour écrire confortablement, malgré les progrès de Griffonnage, l’option intégré dans iOS, je reviens régulièrement à Nebo.

reduc-450

L’explication est simple : je lis sur l’écran, non la transcription de ma calligraphie, mais bien le dessin de cette dernière, ce qui me permet également de ne pas me retrouver surpris par une étrange et incompréhensible substitution d’un terme, farce que me réserve trop souvent l’application de la pomme1.

Je peux visualiser ce que Nebo comprend de mon écriture dans une ligne située au-dessus du paragraphe en cours d’écriture. Cela est amplement suffisant pour contrôler et, accessoirement, corriger l’interprétation d’un mot par un appui.

reduc-450

L’autre point essentiel, en plus de la vitesse, reste la facilité à corriger, retrancher du texte et, surtout, d’en ajouter sans difficulté n’importe où.

Sachant que ces modifications se font au sein de ma calligraphie toujours affichée à l’écran, j’insiste, et non dans une mouture interprétée et transformée en caractères d’imprimerie.

Comme j’ai accès à une palette de codeurs, je peux corriger mon texte, différencier ces modifications, amender telle ou telle partie dans une autre teinte.

reduc-450

Nebo me propose de convertir ma graphie en texte à tout instant mais je préfère me relire ainsi.

Enfin, à la fin, je convertis cette note pour l’exporter vers un traitement de texte, Drafts dans quasi 100 % des cas.

reduc-450

Avant de reprendre au clavier ce premier jet dans Drafts, le baliser en markdown et le corriger à nouveau.

Deux applications à la suite…

Passer par ces deux étapes me convient :

  • Calligraphie rapide avec une première série de repentirs, ajouts de lignes, suppressions, etc.
  • Seconde phase sur le texte converti qui m’offre une épatante redécouverte de mon premier jet ; texte à travailler, baliser, organiser…

Avant de l’exporter une dernière fois en fonction de sa destination.

J’ai longtemps pesté (!!) à propos de ces deux étapes  : naguère, j’utilisais Stylus (…l’app qui a précédée Nebo et qui se substituait au clavier à l’écran) qui me permettait de ne pas changer d’application.

J’ai découvert récemment que ces étapes dans deux applications différentes avaient des avantages :

  • à Nebo l’écriture rapide et spontanée ;
  • à Drafts la phase de mise au point, voire de quasi domptage de mon flot textuel !

Sur iPad Air 4 avec ce stylet magnétique qui s’accroche au flan de l’écran tout en se rechargeant.

Bref, manière personnelle de prendre des notes qui seront malaxées ultérieurement.

À vous de tester et d’adopter si convaincu !


  1. Nebo également me joue quelques tours mais je préfère visualiser ma graphie dessinée… que je suis le seul à comprendre ! 

le 05/10/2021 à 20:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Apple et rentrée universitaire 2021

iPad Air 4, Pencil 2 et même des AirPods

dans bosser n’importe où | écrire | grospod | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Apple propose — pour quelques jours encore — aux titulaires d’une carte d’étudiant d’acquérir un iPad Air 4 et une paire d’AirPods pour un coût réduit, ces écouteurs étant offerts.
Je vous engage à ajouter (…histoire de bénéficier des 10% de réduction) un Pencil 2 qui viendra s’accrocher magnétiquement au iPad et se rechargera par la même occasion.

reduc-450

Après, il vous restera à écrire à la main via Griffonnage, la nouvelle option proposée dans les dernières versions d’iOS ou passer par Nebo.

Ma fille et moi avons rendu mon vieux iPad Pro grand écran de première génération (qui possédait encore une valeur substantielle de reprise) pour réduire sensiblement la facture finale.

Cet iPad perdait depuis quelques mois de l’énergie à l’utilisation même branché.

À l’arrivée, un iPad Air 4 doté de 256 Go, cet indispensable Pencil 2 et la fameuse paire d’AirPods… idéale pour ne pas se sentir attaché à l’écran. Une opération qui n’a, certes, rien de neutre mais confortable pour nos usages.

La recharge via un connecteur USB C et l’absence de Jack audio vous incite à accepter ces AirPods (…pour 100 € de plus, il est même possible de basculer vers la dernière version avec atténuation des sons extérieurs). Sans oublier une légèreté épatante, un écran un poil plus grand car bordures fines et des coloris assez gais au lieu du sempiternel gris argenté…

Sans oublier un processeur nettement plus rapide : traiter des clichés dans Pixelmator, voire les faire doubler de taille via la fonction adéquate dans cette application est quasi instantané.

reduc-450

Enfin, ajoutons une très, très bonne autonomie… même si l’objectif n’est pas d’épuiser la batterie quotidiennement.

C’est dit…

le 26/09/2021 à 14:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Etudiants et prise de notes

Privilégiez des applications éprouvées et mises à jour !

dans écrire | groummphh | usages
par Jean-Christophe Courte

Je lis ci et là quelques conseils donnés aux étudiants par des sites professionnels qui causent Apple.
C’est intéressant sauf que je lis des incitations à utiliser des apps récentes.
Pourquoi pas ? Cela me semble néanmoins hasardeux, même pour de simples outils de prises de notes…
Je m’explique…

Cela fait deux ans que la situation est compliquée pour les étudiants et je ne suis pas enclin à les inciter à jouer les bétas-testeurs.

Car fonder toute une année de prises de notes universitaires sur une application à peine sortie des limbes (…de l’oeuf, dixit tonton Georges) et appuyée par un marketing un poil racoleur, agressif ne me semble pas être le conseil le plus judicieux de l’année.

Pour des usages sans enjeux, why not. Mais ici, on est pas dans un conseil aux aficionados des traitements de texte qui peuvent se retourner vers un autre produit.

J’ai hésité à écrire puis publier ce billet qui fait manifestement vieux con donneur de leçon
J’assume à une époque où il ne faut pas écrire des choses définitives qui pourraient blesser, etc.

Des produits éprouvés de préférence…

Ce qui suit n’a rien de révolutionnaire et urbanbike est truffé d’articles sur les produits énumérés même si d’aucuns datent un peu…

Ma fille (…qui vient de boucler un Master 2 d’Espagnol et démarre une L2 d’Italien) et moi-même recommandons une demi-douzaine de produits éprouvés au fil des années, régulièrement mis à jour, employés par nous deux tant sur iOS que macOS.

Notre expertise (le mot à la mode !) ?!
Nous les utilisons aussi bien sur iPhone, iPad, MacBook. Seul Nebo est limité à l’usage d’un iPad et d’un stylet (sauf surprise lors des prochaines annonces de la pomme). Ma fille est 100 % iPad ; moi MacBook, iPhone et iPad vieillissant (et farceur)…

Alors ?

  • Prise de notes manuscrite1 ? Nebo (ça s’exporte en Word, texte pur, PDF ou au format spécifique à Nebo…)
  • Prix de notes au clavier ? Drafts ou ia Writer
  • Rédaction d’un gros mémoire ? Ulysses

Corollaire pratique : apprenez à baliser en Markdown et rassurez-vous en sachant que vous pourrez exporter vos notes dans tous divers formats possibles depuis… Nebo, Drafts, ia Writer ou Ulysses !

Mieux, que le format texte n’est pas propriétaire et donc réutilisable dans nombre d’apps dont… Notes.

reduc-450

  • En gros, chacun sa cuisine mais autant choisir de bons outils…

Ma fille bosse exclusivement sur Drafts et Ulysses en changeant de clavier selon la langue utilisée (elle en pratique sept…) sur son iPad ; je me concentre sur Drafts mais écrit souvent mon premier jet dans Nebo à la main, texte ensuite basculé en caractères d’imprimerie avec un taux de reconnaissance e mon écriture proche de 100 %…

Alternatives : Day One, Bear ou Byword (iOS et Mac). Sans oublier les incontournables outils bureautiques que l’on peut parfaitement contourner.

Voilà, c’est dit. Je ne vais pas m’étendre plus avant au risque de vous saouler.


  1. Bien entendu, Griffonnage est disponible sur iPad mais s’avère moins rapide et souple que Nebo surtout si vous corrigez vos notes. 

le 13/09/2021 à 15:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

In Vero veritas : quid du contenu ? | 2

Une architecture épatante ne suffit pas

dans groummphh | outils | usages
par Jean-Christophe Courte

Après quelques jours à tester et découvrir, je me retrouve face à chouette produit… vide.
Cela ne me dérange pas, j’ai l’habitude depuis des décennies de fonctionner sans attendre de retours.

Autant sur Twitter, j’interagis avec ensemble de fils intéressants de personnes agréables1 qui ne partagent pas forcement mes propres centres d’intérêt2, voire ne me suivent pas (et réciproquement) ; autant sur cette plateforme, je n’ai… manifestement pas suffisamment cherché !

reduc-450

Déçu…?

Contrairement à Glass que j’ai quitté sans un regret, je n’ai pas encore cette envie pressante de clore le compte qui me sert de test.

Certes, Vero n’incite pas l’utilisateur hésitant à s’abonner, lui laissant — de facto — la temps de réfléchir à l’usage qu’il pourrait en faire.

J’ai posté depuis le iPad et l’iPhone des notes, des tags et couvert de rares catégories mais il me manque, si ce n’est l’accès à un poil de contenu, ma propre grille d’utilisation.

Dispersion

Le risque que je mesure à nouveau est celui d’une nouvelle dispersion, un travers que j’essaye de corriger sans succès depuis des décennies…!

Bref, je peux résumer vero en une simple phrase…

Seconde mouture d’une chouette architecture cherche contenus de qualité…!

Pas gagné…

Rien à voir : une personne demandait cet après-midi sur Twitter de poster une photo d’un lieu où nous aurions aimé être cet été…

reduc-450

À suivre…!


  1. …que j’apprécie pour leurs prises de position, gentillesse et/ou humour. 

  2. je bloque sans état d’âme ceux qui ressemblent aux fâcheux que je garderais à distance dans la vraie vie pour éviter de perdre du temps et de l’énergie… au mieux. 

le 21/08/2021 à 20:28 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

In Vero veritas : notes partagées depuis iOS

Entre Tumblr, Instagram et… un soupçon de Babelio…!

dans grospod | outils | photo | usages
par Jean-Christophe Courte

Titre assez bas de plafond mais qui résume bien mon sentiment (qui, lui, n’est pas partagé…!). J’ai découvert Vero (l’app, hein…) récemment via un article. Je venais de rompre (hihi…!) avec Glass au bout de 48 heures de cohabitation numérique quand cet argumentaire rédigé par Carsten Schlipf m’a interpellé.

Je n’ai pas été séduit mais nombre de détails m’ont surpris dont les catégories, les tags proposés automatiquement quand on se prépare à poster un cliché (pas d’inquiétudes, nul suffit de choisir dans la liste ceux qui semblent pertinents et ajouter les siens…).

reduc-450

  • Attention, on ne peut accéder et éditer que depuis iOS (iPhone puis iPad) ou Android

reduc-450

Bref, ce tour d’horizon — qui devait ne durer que deux jours — se prolonge. Pire, je prends l’habitude d’y poster des notes depuis mon iPhone…

Il y a des bouquins mais également des liens vers des billets d’architecture, des albums de musique…

reduc-450

En résumé : je suis face à une application sans publicité qui oscille entre le Tumblr original (…celui d’avant son rachat et que j’ai quitté il y a… un an), Instagram (compte fermé également).

Et, en très faible partie, Babelio (toutes proportions gardées, cette dernière plateforme francophone1 est franchement à part, j’y suis depuis février 2008 !).

Alors, le temps passe et je continue à nourrir mon compte Vero sans draguer de contacts car…

  1. Je m’en fous (!)
  2. Je reste le principal lecteur de mes notes
  3. C’est à 90 %… de l’amerloque comme le chantait Nougaro2

Mais le panachage des infos et leur disposition est intéressante…

À suivre…!

le 19/08/2021 à 15:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Glass, l’Instagram revisité…

Chouette vitrine pour photographes sans pub ni likes…

dans grospod | outils | photo | usages
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : j’ai testé en moins de 48 heures l’app Glass sur iPhone1 après avoir attendu le précieux code pour y accéder2. D’emblée, les développeurs proposent 14 jours de test assortis d’une proposition d’abonnement mensuelle ou annuelle, proposition qu’il est — bien entendu — possible de refuser lors de cette période de découverte.

Si j’ai été d’emblée séduit et ai pas mal joué… au point de me constituer en quelques heures une liste étonnante d’abonnés3, j’ai néanmoins décidé — en accord avec ma fille4 — de ne pas donner suite.
Explications…

Bilan positif…

Glass est une application bien foutue, pensée avec le minimum d’options réellement indispensables pour publier ses clichés.

Dont une toute simple oubliée par Instagram, la récupération — avec mise en forme claire — des informations EXIF de base issues du cliché posté.

La lecture des informations EXIF associées à la localisation ainsi que l’horodatage rendent même inutile l’ajout d’une simple légende, généralement une image bien construite se suffit à elle-même.

C’est d’ailleurs l’un des points clés de Day One, l’usage astucieux des EXIFs pour bâtir la chronologie des notes.

Bien entendu, pour ceux qui forcent sur photoshop, filtres et outils de retouche, ces informations peuvent parfois marquer.

Ici, le but est de revenir aux programmes des premières galeries d’images5 avec une très chouette remise en cause des réseaux actuels qui dégoulinent d’injonctions à noter et à suivre tel ou tel…

Quelques copies d’écran…

reduc-450

  • Pour ma part, quand j’arrivais sur Glass, c’était les dernières photos déposées pleine largeur. Glass n’impose pas de format (carré ou autre), libre à vous d’inclure les clichés du rapport que vous souhaitez…

reduc-450

  • Chaque utilisateur dispose d’un espace d’identification avec un court texte, une image emblématique de son travail ou un portrait (option qui semble la plus utilisée, un portait inspiré dans lequel on retrouve un appareil photo6…), le tout modifiable sans souci…

reduc-450

  • Passons aux visuels que vous allez télécharger : chaque image affichera ses EXIF, à savoir la boite à pixels utilisée, l’objectif avec la focale employée et la vitesse, un nombre ISO et même la localisation si votre appareil le permet (notre 5D, non…!).

reduc-450

  • Dans la série ultra pratique, il est facile de virer des clichés que l’on ne souhaite pas conserver…

reduc-450

  • Ou de lire la légende si elle existe… Point négatif, impossible d’éditer le texte de la légende (« Tempête et vent de terre » auraient été préférables)

reduc-450

  • Il est également aisé de trouver d’autres photographes, la bande horizontale contient les vignettes de leurs dernières images, bande que l’on peut dérouler…

reduc-450

  • Il est tout aussi facile de savoir qui vous suit (…et aussi simple de bloquer un admirateur trop envahissant (sic !) par ailleurs).
  • Mieux, les notifications affichent l’image qui a été commentée par exemple et nom du compte émetteur…

reduc-450

  • Dernier point, les très grandes images peuvent être vues/défilées en détail

reduc-450

  • Puis réduites à la largeur de l’écran de l’iPhone…

Alors, c’est tout bon…!

Glass m’aurait séduit naguère.
L’absence de publicité, sa chouette application iOS minimaliste justifie en partie un abonnement.

Même avec un prix de lancement légèrement réduit pour son lancement, c’est quasiment le cout annuel d’un hébergement de base7 ou d’un nom de domaine personnel…

Comme dit en préambule, malgré toutes ses qualités (et quelques défauts qui seront assurément comblés dans les versions à venir), nous ne sommes pas dans la cible visée par cette application.

Si vous êtes un photographe occasionnel, Glass est épatant, vous permettant d’afficher sobrement vos clichés.

Si vous êtes un producteur régulier d’images, ça se discute. Un autre point d’achoppement est la dispersion : vouloir être partout, c’est du temps. J’ai fermé mon compte Instagram comme nombre d’autres réseaux sociaux.

Ensuite Aurélia comme moi avons à cultiver notre modeste… Photager4 avec nos vieux appareils obsolètes tout en exportant sporadiquement nos clichés sur un excellent site8 européen.

C’est tout…

Évidemment, cette décision d’arrêter Glass malgré quelques retours positifs et sympas d’autres membres de cette communauté qui se forme peut sembler étrange. L’objectif était de voir en situation comment ça se passait (très bien…!), pas de se la jouer artisssss conceptuel…, restons à notre place…


  1. ouvert un vendredi soir… 13 (!!) et clôt dans le week-end… 

  2. très très bonne technique marketing de créer de la rareté puis de distribuer des invitations au compte-goutte… 

  3. …que je vais frustrer, façon de parler. Ils se remettront sans peine de notre défection, nos clichés n’ont rien d’exceptionnels (quoi que…!)… 

  4. l’autre photographe de photager, celle qui joue de la douceur dans les pixels, c’est elle ! Et son avis a désormais plus de poids que le mien… 

  5. je ne vous fais pas la liste, j’en ai oublié quelques-unes car billets publiés dans MacDigit jadis? Sur urbanbike, ça va de zapd 2 sur iPhone à Flickr… une solution payante pour vos images en passant par… Créer une galerie depuis Camera+ sur iPhone ; urbanbike | Galeries d’images sur folieo.com ; urbanbike | Fotopedia Heritage | 2 ; urbanbike | PixelPost, une solution sans Flash ; urbanbike | PicsEngine, galerie de photos en ligne | 1 ; Partage de photos sur le Web, etc. Dans notre cas, nous conservons Koken, lire : urbanbike | Koken à l’usage | 2 pour notre site…! 

  6. original, non…? 

  7. chez Monarobase par exemple (pub amicale pour notre hébergeur) 

  8. nous restons fidèles à EyeEm qui reste une entreprise européenne, gratuit mais qui partage avec nous les résultats des ventes. Lire ce billet de 2016, EyeEm sous iOS | de la prise de vue à la vente de vos clichés…. Depuis, l’application a énormément évoluée. 

le 14/08/2021 à 22:50 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?