Urbanbike

Recherche | mode avancée

Mind-Mapping : iThoughts et iThoughtsX 4 supportent le balisage Markdown

Avec un nouveau format d'enregistrement des fichiers

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Depuis quelques années, j’ai fait le choix de l’application de Craig Scott, iThoughtsX sur MacOS et iThoughts sur iPhone et iPad… Ces applications sont capables de partager des cartes heuristiques (Mind-Mapping).

Même s’il était possible de retrouver son gras et italique converti en Markdown, c’est désormais de fait sous iOS avec la version 4 de iThoughts (qui devrait être rejoint très vite par la version macOS… Fait en finissant ce billet…!).

reduc-450

D’autant plus nécessaire que l’avertissement est clair…. Pas de souci pour ouvrir les anciens fichiers…

reduc-450

Et les baliser en Markdown.

reduc-450

Sur iPad, c’est plus simple (même si une barre additionnelle spécifique ou l’inclusion des icônes de part et d’autre des cases prédictives aurait été plus confortable).

En même temps, je me doute que Craig Scott a du peser le pour et le contre. Et qu’il n’hésitera pas à modifier encore si besoin est…

Bref, une très chouette mise à jour pour tous les inconditionnels du balisage Markdown, des cartes heuristiques pour structurer et, du coup un partage d’écran via SplitView avec Drafts 4 dans mon cas…!

Aussi, chers lecteurs, cette mise à jour me redonne la pêche nécéssaire pour m’atteler à quelques projets par trop négligés ces derniers mois…

…si silence radio pendant une paire de jours, pas d’inquiétudes, c’est que j’écris, entre autres…!

le 26/10/2016 à 13:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le sept plus voit double… | 3

Quatre semaines après…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Comme j’ai du l’écrire il y a peu, pas de choc en terme d’usage entre le 6s+ et ce 7+. Je me suis fort bien adapté à cette taille d’écran depuis une bonne année ; ma fille est passée du 4s au 6s sans problème non plus. Bref je/nous nous sentons pas concerné par les remarques “trop grand, trop ceci, trop cela”.

Au quotidien, ce smartphone oscille entre ma poche de jean et celle de ma veste, avec chargement sur ma table de travail ou dans la prise allume-cigare de notre antique véhicule. La poussière et les traces de mes doigts envahit peu à peu sa surface immaculée…! Là, j’ai fait un effort avent de prendre des images du iPhone 7 plus avec… le iPhone 6s+…!

reduc-450

Histoire d’éviter les chutes, je l’ai pourvu, comme le précédent, d’une protection signée Apple en cuir gris. Excellente résistance, tenue en main agréable et ça se patine avec le temps !

reduc-450

Vu mon côté maladroit, c’est indispensable…

Bien entendu, les “plus” sont le format RAW, la double optique et de la célérité de l’ensemble. Une meilleure réception également des divers réseaux en voyage1. J’apprécie ces versions + pour leur bonne autonomie qui nous permettent de ne plus être à la recherche perpétuelle (!!) d’une prise d’alimentation au cours d’une journée. Néanmoins, loin d’atteindre celle du vieux Nokia de ma moitié.

  • Et quid de la prise Jack ? Enfin, plus exactement, de son absence ?

J’écoute peu/pas de musique quand je me balade, préférant écouter les oiseaux, le vent, le ressac. Par contre, la possibilité de tester des écouteurs sans ces fils qui s’entrecroisent m’intéresse !

reduc-450

Globalement, cela répond bien à mes usages2 qui vont de la prise de vue à Twitter en passant par l’écriture (Drafts, Ulysses, DayOne et Editorial) et Tomtom Go dès que je vadrouille.

Cet iPhone nous sert de référence/juge de paix dès que nous discutons au sein de la tribu avec l’arrivée dernière du Robert Historique et des autres dictionnaires embarqués. Non mais…!

J’apprécie les quelques Widgets pratiques. Et même le rappel discret de mon activité3 physique…

reduc-450

J’apprécie les appuis sur les icônes pour accéder aux options des applications…

reduc-450

À leurs sous-ensembles… Voire à l’indispensable lampe torche modulable (à croire que je vis comme une taupe depuis deux ans…)

reduc-450

Un truc qui m’agace après ces éloges ? Oui, l’impossibilité d’utiliser le Pencil même si je peux toujours employer mon fidèle Bamboo Wacom.

Bref, depuis que j’utilise cette taille d’iPhone, j’ai bien moins besoin de me trimballer avec un iPad pour écrire. Mieux, je muscle mes pouces !


  1. …après l’idée de l’usage, testé en voyage dont à Bourges… 

  2. J’essaye de me limiter à deux écrans et je vire pratiquement toutes les applications ce que je n’utilise pas pendant un mois… L’avantage des 128 Go est de pouvoir embarquer plus (trop…!) de choses… Oui, les applications précédées d’un point orange sont des beta… 

  3. J’ai conservé Moves qui me permet de mémoriser mes trajets… Je suis à la recherche d’une application pour exporter ses données ailleurs que vers Evernote. C’est une fonction qui manque à DayOne, la récupération de mes cartes quotidiennes… Paul, Dallas, si vous me lisez… 

le 26/10/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Drafts 4 et gestion des fichiers

Inbox et filtres pour classer vos notes

dans dans mon bocal | écrire | pratique | usages
par Jean-Christophe Courte

Préambule …que vous pouvez passer !

ce jeudi matin vers 06:00, je descends préparer le petit déjeuner malgré une hanche douloureuse. Je suis d’une humeur de dogue car la douleur repart de plus belle (billet à venir !)…
Ma fille m’apprend qu’elle est levée depuis une heure et qu’elle a refait quelques traductions qu’elle avait bêtement mis à la poubelle par erreur depuis Drafts 4
Impossible lui dis-je, Drafts 4 conserve tout ce que tu as jeté !
Le temps de retrouver l’onglet Trash dans le panneau de gauche… qui était effectivement masqué par un onglet Untitled, etc. Du coup, ce billet pour les quelques lecteurs intéressés ! Et ma fille totalement soulagée malgré quelques documents refaits dans l’urgence… Merci à elle pour m’avoir inspiré ce dernier…!

Avertissement : J’avais naguère évoqué la notion de versioning dans urbanbike | Pratique : gestion des versions dans Drafts 4

Mais cet incident survenu à ma fille qui utilise Drafts 4 à l’université – urbanbike | Université, écrans et prise de notes – me permet de revenir sur des notions très pratiques…

Explications !

reduc-450

  • À gauche | quand vous ouvrez une note, deux panneaux sont disponibles de part et d’autres, celui qui nous intéresse est à gauche
  • À droite | Vous voici face à tous les fichiers enregistrés dans Inbox (le dossier courant de tous les fichiers vivants !) mais c’est en haut d’écran que les choses sont intéressantes… dont ce petit crayon !

Pas de précipitation…

Inbox, Archive et Flagged : qu’est-ce que c’est…?

Quelques notions à conserver en mémoire : de fait, Drafts 4 ne gère que deux dossiers, Inbox et Archive.

Flagged n’est pas un dossier mais un simple marqueur, un drapeau, une info que vous pouvez ajouter à n’importe quel fichier avec une notion tacite que* vous* lui attribuez, genre “prioritaire”, “important”, “en cours d’écriture”. Bref, cet indicateur reste à votre discrétion !

  • Inbox est le dossier qui contient tous les fichiers actifs
  • Archive est le dossier qui contient tous les fichiers archivés, inactifs
  • Flagged est un indicateur à votre usage …que vous pouvez utiliser ou non !

Des filtres en place de dossiers

Drafts 4 ne possédant que deux dossiers (fichiers actifs et fichiers inactifs), comment ranger, classer ou retrouver vos fichiers ?

Par une série d’onglets qui vont enregistrer des recherches sur des mots clés et avec des critères que vous choisissez !

reduc-450

  • À gauche | Par défaut, trois onglets. Pour créer un nouvel onglet (un filtre), un appui sur le signe +…
  • À droite | Chaque nouveau filtre doit être renseigné…
  1. Le nom de l’onglet
  2. Dans quels dossiers agir ? Les actifs de Inbox et ceux archivés ? Sans oublier une option supplémentaire (par exemple, ne prendre en compte que ceux marqués ?)
  3. Les mots clés à chercher (minimum sinon, vous retrouvez la même liste que dans Inbox)
  4. L’ordre dans lequel afficher la liste ces fichiers (critères de tri)

reduc-450

  • À gauche | Du coup, si mon dossier de documents actifs est plein comme un œuf… Il m’est facile de retrouver ceux possédant les mots “travailler chez soi”…
  • À droite | …un simple appui sur le nouvel onglet m’extrait les fichiers qui correspondent à ces critères (cf. Copie d’écran précédente)

Et la poubelle ? Magique !!!

Attention : Si vous ajoutez des onglets, vous risquez de ne plus visualiser celui de la poubelle ni le crayon…! Ils sont présents mais masqués…

reduc-450

  • À gauche | Je ne rigole pas, c’est ce qui m’est arrivé (…lire l’intro de ce billet). Or il suffit d’effectuer un simple déplacement horizontal du doigt vers la gauche pour retrouver le crayon, l’onglet Trash et sur son contenu spécifique ! Car rien n’a été supprimé, c’est une suppression à double détente que propose Drafts 4…!
  • À droite | En effet, mettre à la poubelle n’est pas supprimer ! Merci à Greg d’avoir anticipé nos erreurs de suppression !
  • Chaque fichier possède une option Delete individuelle en rouge bien visible…
  • …vous pouvez ramener (1) un fichier malencontreusement poubellisé dans le dossier Inbox (…ouf !)
  • Ou décider de tout supprimer (pas obligé, personne ne vous y oblige et vu le poids des fichiers texte en Markdown, c’est comme un dossier supplémentaire !!) en utilisant les options de (2) Operations en bas d’écran.

reduc-450

  • je ne vous fais pas un dessin : un appui sur Empty Trash déclenche une grosse vidange sans espoir de retour.

Comment modifier la destination d’un fichier au fur et à mesure…?

Au quotidien, un simple glissé du doigt vous permet de ranger vos fichiers…

reduc-450

  • Je n’explique rien de plus…

C’est simple, rustique, efficace et c’est l’une des raisons pour laquelle je conserve Drafts 4 en toutes circonstances comme mon premier outil de notes… notes que je rédige à la main sur mon iPad avec Stylus…

Pour mémoire, tous ces fichiers — comme les infos de la barre additionnelle ou les actions — sont synchronisées via iCloud. Je les partage entre le iPhone 6s+ et le iPad pro ; ma fille entre son iPhone 4s, son iPad Air 2 …et son vieil iPad 2 de prise de notes à l’université…

Bref, oui, je reste un inconditionnel de Drafts 4. Tous mes textes écrits avec Stylus le sont sur cette application de prise de notes. Et je me souviens encore de mon sentiment mitigé en juin 2012…

À suivre…

le 29/09/2016 à 12:55 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Append sur Drafts ou lister dans Copied ?

URL en stock !

dans usages
par Jean-Christophe Courte

Nombre de billets qui atterrissent sur urbanbike trouvent leur source dans la discussion qui suit, généralement, une partie effrénée de ping-pong avec ma fille. Ce qui suit en est un nouvel exemple.

Certes, comme souvent, des éléments de ce qui va suivre ont déjà été traités ci et là. Mais l’idée est de présenter ceci un autre angle, orienté vers un usage précis.

C’est parti !

Nous avons très souvent besoin de conserver des liens vers des pages Web. Et les étudiants également quand ils font des recherches…

La manière la plus évidente est de les enregistrer dans un bookmark qui reste dans Safari. Il est facile de créer des dossiers et de placer ces collections de liens sous une unique rubrique, le dossier que l’on a renommé à cet effet tout simplement.

Pour autant ce dispositif ne permet pas de formater ces liens pour un usage ultérieur. Or l’intérêt est souvent de pouvoir exploiter ces liens dans un billet, exposé, TD, message ou simple courriel. Et avec le balisage souhaite, HTML ou Markdown, CQFD.

Pour ma part, j’emploie deux méthodes.

Safari et ses options de partage

reduc-450

Dans les deux cas qui suivent, il est indispensable d’ajouter dans l’option Partage de Safari le module ad hoc qui permettra d’enregistrer vers l’application souhaitée. Ici Drafts 4 ou vers Copied

Drafts 4 et Web Capture

à savoir d’emblée, le modele Web Capture n’est pas synchronisé, ce qui permet d’avoir si besoin un modèle différent par écran (…je vous laisse réfléchir à ses possibles intérêts !)

Configurer Web Capture dans Drafts

reduc-450

  • À gauche | En bas de la page accès à l’engrenage…
  • À droite | Puis recherche de Web Capture Template

reduc-450

  • À gauche | Par défaut, le modèle ressemble à ceci avec des champs comme [[title]] et autres… l’usage des [[ et ]] ne doit PAS vous freiner…!
  • À droite | Et à vous d’utiliser les options de balisage Markdown habituelles dont celle d’url qui est [titre](url] avec ces [[ et ]]…!

Là, c’est un exemple mais vous pouvez ajouter des #, etc.

reduc-450

  • Une page au hasard… Un appui sur l’option de partage, une tape sur l’icône de Drafts 4 et…

reduc-450

  • À gauche | Drafts 4 affiche une page pour vous montrer ce qui va être expédié… Vous pouvez parfaitement ajouter un bout de texte avec des balises Markdown là aussi mais ce n’est pas le but de cet atelier… Appuyez sur Capture (Mais notez que vous avez les options Prepend et Append disponibles et… je n’en dis pas plus)
  • À droite | Le résultat dès que vous ouvrez Drafts 4 : un nouveau fichier avec votre capture…

Mais si vous prenez des notes, et que nombre de notes doivent être rangés dans un même fichier, il est temps de se souvenir de l’option Append

Pour évitez de multiplier les copies d’écran, je vous demande de revenir à celle qui précède à gauche… et d’appuyer — virtuellement…! — sur l’option Append en bas de la fenêtre…

reduc-450

  • À gauche | Drafts 4 affiche alors la liste de vos fichiers de travail au sein de cet outil de prise de notes… Sélectionnez celui dans lequel vous souhaitez ajouter la dernière note capturée…
  • À droite | Dans Drafts 4, le dernier lien est donc celui capturé dans Safari…

Je n’utilise pas l’option Prepend car cela fait exactement l’inverse et cela place le dernier lien au dessus de la pile d’infos dans le fichier… (ce qui masque aussi, de facto, le titre…). Mais c’est bon à savoir si vous bossez avec peu de fichiers…

Copied et templates

Copied 2 permet également de capturer des URL et des les placer dans des listes…

reduc-450

  • À gauche | Tapotez sur Copied Clipper
  • À droite | Copied capture également le titre mais, ici, à vous de ranger de suite (ou pas) le lien capturé dans la bonne liste… Tapotez sur ce qui est entouré en haut de cet écran…

reduc-450

  • À gauche | Copied affiche toutes vos thématiques (pour mémoire on est encore dans le module de capture de Safari et non dans Copied)… Appuyez sur la thématique souhaitée (ici, je tapote sur #Check qui me sert d’espace intermédiaire).

Hop, l’écran revient à celui de Safari et vous pouvez continuer…

Au lieu de multiplier les copies d’écran, ici je repasse à l’application Copied

  • À droite | Une fois dans Copied, la dernière info copiée se trouve en tête de liste générale mais indique déjà qu’elle est rangée dans la liste #Check (en jaune sous le lien, la couleur est personnalisable, le mode nuit de Copied peut être désactivé, etc.)

reduc-450

  • À gauche | Maintenant, imaginons que la rubrique #Check ne vous convienne pas et que vous vouliez ranger cette URL dans #iPhone
  • À droite | Tapotez dans la liste #Check pour afficher son contenu puis tapotez sur le dernier lien arrivé (signalé par une petite coche colorée)…

reduc-450

  • À gauche | Cela revient à ouvrir le lien dans une fenêtre individuelle… et vous retrouvez les mêmes éléments qu’au moment de la capture sur Safari…
  • À droite | Vous avez pigé : il suffit de choisir du coup la bonne rubrique et…

reduc-450

  • À gauche | Tant dans la liste générale
  • À droite | …que dans la rubrique dédiée, votre entrée a changée de thématique…

Bien sûr, chaque entrée ne peut appartenir qu’à une seule thématique…

En rapide conclusion…

Ces deux applications font bien d’autres choses mais l’idée était de vous rappeler ces deux méthodes même si vous pouvez également ranger ces URL dans Notes ou Things…

Mais l’idée est quand même de les baliser pour un usage ultérieur en Markdown, ce que Copied fait également fort bien, relire Usages | Copied 2 et son nouveau clavier sous iOS

Bon, à une prochaine idée d’après ping-pong…

  • Drafts 4 ⚑ (iPad et iPhone)
  • Copied ⚑ sous iOS
  • Copied ⚑ sous OSX La force de Copied est bien entendu la sychro des liens via iCloud entre iOS et macOS

le 26/09/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Copied 2 et son nouveau clavier sous iOS…

Encore plus pratique pour insérer des urls dans un texte

dans usages
par Jean-Christophe Courte

Pour mémoire, la version 2 de Copied ⚑ est sortie sous iOS et vous avez du lire quelques billets de fond sur cette application sur des sites spécialisés (si, si, vérifiez à nouveau)…

Pour ma part, je l’emploie de cette manière…

reduc-450

J’ai créé des entrées thématiques et une (#Check) pour les URLs à intégrer dans mes billets

reduc-450

Quand j’ai besoin d’une URL, je vais sur Safari, je cherche l’URL quei me convient et j’emploi le bouton Clipper… Du coup, dans Copied, je retrouve mon URL et, merci au développeur, le titre du lien… Il me reste juste à sélectionner dans quelle liste entre cette nouvelle URL (ici, dans #Check pour le reste de mon explication)

reduc-450

Bref, je suis dans Drafts 4 en train de rédiger… j’ai besoin de mon URL et j’appelle le clavier de… Copied

Attention, si je tapote directement dans ce que je recherche, c’est l’URL qui est copiée au point d’insertion dans mon texte.

Or je veux le titre + l’URL (non mais…!!). Aussi je tapote en bas à gauche, et il me reste ensuite à choisir quelle case (contenu)…

reduc-450

Astuce : La fenêtre du clavier se modifie pour me demander sous quelle forme je veux mon lien… Je valide et, tchaaaaaac…! J’obtiens mon lien Markdown

Voilà (entre autres) pourquoi Copied m’est indispensable… Je ne développe pas, d’autres le feront avec plus de talent (lisez vos sites habituels avec pub)…

le 22/09/2016 à 15:35 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Nebo …en voiture

Ma vie à griffonner !

dans usages
par Jean-Christophe Courte

Ma vie est passionnante : ainsi, l’expérience qui consiste à écrire sur Nebo à l’arrière de ma poubelle à roulettes est à renouveler !

Au lieu de faire un aller et retour à l’université pour déposer ma fille pour deux heures de cours, je me gare en face du bâtiment et m’installe tranquillement sur l’une des places arrières.

reduc-450

  • le bruit de la circulation a un effet anesthésiant assez agréable
  • ma concentration est maximale et je n’ai personne avec qui discuter hormis répondre à quelques SMS …ou échanger au téléphone une dizaine de minutes avec l’ami Richard de @Monarobase !
  • la ventilation est aisée dans l’habitacle vu qu’il me suffit d’entrouvrir les fenêtres et ou portes
  • à l’arrière, j’ai largement de la place pour mes jambes et pourrais même occuper les trois places en ajoutant un ou deux coussins !
  • sans aller jusque là, il me reste à incliner légèrement les sièges et même utiliser l’une des tablettes pour poser mon iPhone
  • je pourrai me créer un réseau local avec la 4G mais c’est inutile, l’idée est bien d’écrire sans être (trop) dérangé
  • je n’emporte que le iPad Pro et le Pencil en plus du iPhone. Rien d’autre
  • …et je n’écris, du coup, que sur Nebo
  • avec SplitView, il m’est facile d’accéder à un dictionnaire en cours de route, histoire de vérifier l’orthographe d’une expression…

Nebo passe de loin pour un bloc note - certes un peu étrange - mais comme j’écris, les gens qui passent sur le trottoir et jettent un oeil sur mon étrange équipage ne font pas la relation entre ce qui semble être un cahier et cet outil sophistiqué.

Vu de l’extérieur, je suis un gars qui écrit avec un crayon blanc, ce qui est, à peu de choses, la stricte vérité !

La consommation électrique est faible, de l’ordre de 18% par heure pour l’iPad Pro et près de 10 % par heure pour le Pencil. Soit plus de 5 heures tranquilles …si j’écrivais tout le temps.

J’ai toujours la ressource de brancher l’iPad Pro sur une prise dans la voiture mais cela me semble surtout utile pendant les trajets, histoire de recharger l’écran. Ne pas oublier une bouteille d’eau la prochaine fois !

reduc-450

Revenu à la maison, c’est le moment de relire, amender et corriger en changeant de couleur pour repérer mes corrections. Puis d’exporter vers Drafts 4 et relire et amender à nouveau.

Bref, cette expérience sympathique va naturellement être reconduite tout au long de l’année par la force des choses !

J’espère simplement vous fourguer quelques bons prétextes1 pour vous pousser essayer à votre tour !

À suivre !


Applications utilisées…


  1. Et, ce, depuis août avec ce billet Prise de notes intelligentes et écriture manuscrite où j’annonçais, une semaine avant, la sortie de cette épatante application…! 

le 21/09/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Prise de notes avec Drafts et Stylus

Quelques mois après…

dans usages
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : Usages est une nouvelle rubrique qui évoque mes propres usages. Non ceux dictés par l’actualité (nouvelle version, sortie d’un produit aux fonctionnalités amazing) mais exclusivement ce que j’utilise au quotidien…!

Ne vous attendez pas à des trucs décoiffants, spectaculaires…! Ce qui sera traité ici télescope de facto des applications déjà évoquées dans des billets précédents.

Bref, le temps a passé, et une fois l’emballement de la découverte dissipé, ce sont bien mes usages qui m’amènent à ramener ma fraise (!). Considérez cette rubrique1 comme une expérience de partage qui — j’en suis conscient — peut faire bailler2 une large majorité de lecteurs…

C’est parti !


Il y a des technologies dont on ne saisit pas immédiatement l’impact. J’ai eu du mal à réaliser ce qui était en train de se passer – à l’insu de mon plein gré…! – en un seul trimestre. Bref, le truc rigolo et un poil gadget (…l’écriture manuscrite reconnue à la volée dont je rêvais3) est passé du stade d’amusante technologie avant-gardiste à un dispositif indispensable dans mon quotidien.

Tiens, tiens, tout comme un certain balisage Markdown rentré par effraction (!!) dans mes usages en 20114 et qui s’est imposé sur tous mes outils de traitements de texte.

Bref, je ne me suis pas forcé à…, c’est naturel d’utiliser un stylet pour écrire… C’est assurément cet aspect “normal” qui m’a masqué l’énormité de cette révolution…! D’autant qu’elle s’est faite sans heurts, avec un minimum d’apprentissage ! Plus intéressant, hormis sur mon iPhone et Mac, je ne me vois pas revenir en arrière sur le iPad…

reduc-450

Retrouver l’usage de ma seule main droite pour calligraphier dans l’espace dévolu, en théorie, au clavier avec touches, est la plus chouette révolution que je vis depuis quelques mois. Je radote…!

Ayant trouvé les bons outils (enfin, ceux qui me conviennent…!) pour noircir du papier (…couvrir l’écran de l’iPad de lignes de texte)…! en tenant un crayon (un Pencil), ce partage d’expérience.

Équilibre et contournements divers

La solution que j’ai fini par adopter après avoir fait nombre d’essais – en ne privilégiant que “mes” usages – fonctionne mais n’est pas sans défaut. Pour le moment, cette martingale pour écrire est composée d’une série de produits, qui, mis bout à bout, forme un truc baroque, un attelage improbable.

Ceci peut changer si, demain, une nouvelle version de Nebo intègre quelques fonctions comme un mode nuit et un meilleur support de markdown… Ou, si une nouvelle application – voire une nouvelle version d’une ancienne application – ajoute les 2 ou 3 éléments dont j’ai besoin.

Les ingrédients

Matériellement, un iPad Pro ainsi qu’un Pencil5 pour tracer via Stylus des lettres transformées à la volée en caractères d’imprimerie.

Bref, sans ces deux ingrédients, ce qui suit fonctionne (le Wacom Bamboo est remarquable sur un iPad Classic) mais avec moins de célérité. Or la vitesse de la reconnaissance est un élément de confort et je vous laisse en tirer les conclusions !

Côté applications, j’ai testé tout ce que j’avais sous la main, tout ! J’ai même réinstallé d’anciens produits de traitement de texte comme Daedalus touch …qui reste un chouette produit malgré la sortie de Ulysses.

Bien entendu, j’ai employé Nebo à maintes reprises car, au risque d’insister, mon plaisir (…truc, kiff…!) sur l’iPad est désormais d’écrire à la main. Mais je suis toujours revenu à Drafts 4.

D’où ce billet…

Du coup, tant pour répondre aux messages de ma tribu que des copains, rédiger un courriel → Stylus. Et, de temps à autre le clavier Apple ou celui de TextExpander avec touches ! Je suis bien conscient de saouler6 nombre de lecteurs, que rédiger avec un clavier est plus rapide…

Bref, je préfère écrire lentement sans revenir 100 fois sur une frappe imprécise → former ses lettres m’oblige à être également plus précis au moment de “coucher” mes idées.

Pourquoi Drafts ?

Bon, comme dit dans le titre, j’emploie encore et toujours Drafts 4.

Si vous lisez ce blog depuis quelques années, vous savez pourquoi ! Petit rappel, je l’apprécie (entre autres et dans le désordre…) poour :

  • son mode nuit (…parfait là pour écrire en plein soleil mais également …la nuit…)
  • sa barre additionnelle totalement personnalisable…
  • les actions diverses et variées que l’on peut associer à des icônes sur cette barre et dans l’ordre souhaité…
  • la puissance et la combinaison de diverses actions (genre nettoyage, export du fichier vers iCloud ou Dropbox – voire les deux – avec nommage et horodatage) sur une unique entrée placée dans cette barre additionnelle…
  • le choix de la typo et de la taille…
  • la réorganisation des paragraphes par simple glissement…
  • le support complet de markdown et MultiMarkdown, des notes en bas de page, etc.
  • une bibliothèque d’actions disponible sur internet partagée avec tous les utilisateurs !
  • Sans oublier une synchronisation impeccable entre iPad et iPhone de plein de choses, dont cette disposition des icônes de la barre additionnelle, de toutes les actions enregistrées et, bien entendu, des fichiers de travail !

En effet, Drafts 4 synchronise automatiquement mes fichiers entre iPad et iPhone via iCloud en passant par son propre dispositif de versioning (épatant) et exporte vers tous mes autres outils de traitement de texte dont Editorial et Ulysses ou encore iA Writer. Sans omettre Mail et Messages. Et même vers mes comptes Twitter.

Bref, c’est le parfait dyspatcheur (répartiteur, trieur7 ?) de notes…!

Pourquoi Stylus ?

Pour Stylus, c’est un peu différent. J’ai appris à :

  • contourner ses rares limitations ou bugs (!)
  • me suis habitué à sa fâcheuse tendance à doubler des bouts de mots !
  • passé outre sa difficulté à saisir des termes qui ne sont pas dans son dictionnaire et qu’il ne peut encore apprendre dans cette version 1.
  • je me suis astreint, sans déplaisir, à modifier mon écriture pour la rendre plus facile à analyser par le moteur de Stylus autant que par celui de Nebo.
  • et appris à contrôler le glissement de l’Apple Pencil sur la vitre de l’iPad…
  • et, dernier exploit, presque à vivre sans TextExpander, ce qui n’a pas été évident. En fait, il suffit de repasser temporairement sur un clavier à touches pour appeler les raccourcis idoines.

Hop…!

Bref, ça marche ! Que demander de plus ?

Si je reviens à nouveau sur la saisie en mode Scribe, ce n’est pas un effet de mode ou à la demande d’un éditeur ! Depuis plus de trois mois et demi8, je suis passé d’un usage assez occasionnel à permanent.

Entendons-nous bien : sur iPad !

Sur le iPhone 6s+, pas d’écriture manuscrite mais bien l’usage constant du clavier SwiftKey ou de celui d’Apple.

Tout n’est pas parfait, je dois régulièrement réécrire des mots qui ont été mal interprétés. Mais, comme dit en préambule, un retour en arrière me semble totalement exclu tant ma productivité (…encore un concept de ma vie d’avant !) est boostée9 par la redécouverte de l’écriture manuscrite sur l’écran de mon iPad.

Bref, cette association d’un iPad + Pencil + Drafts 4 + Stylus + markdown, cette association improbable genre Carpe + lapin, s’avère “épatante” et incroyablement naturelle, reposante.

Encore une fois, cela répond à tout ce que ne fait pas encore Nebo. Cette dernière n’est pas orientée markdown, ne gère pas l’italique (et là, c’est ballot…). Aussi, en attendant, je préfère me bricoler une solution rustique mais d’une étonnante praticité10.

reduc-450

Pour finir : cela ne m’empêche pas de prendre des notes dans Nebo et de les exporter11 ensuite dans Drafts 4 ! Puis poursuivre ma saisie comme expliqué ci-dessus…!

Plus de mauvais prétextes pour ne pas se mettre à écrire !

En conclusion : sans aller jusqu’à écrire un prix littéraire (…mais pourquoi pas, en fait…), jamais il n’a été plus facile de faire fi du clavier pour se mettre à coucher à la main sur un iPad nos idées, pensées, réflexions…

Certes, deux ingrédients indispensables dépendent, eux, entièrement de vous : avoir des trucs à dire et, surtout, commencer à écrire !

Comme ce que vous calligraphiez est interprété, il ne faut jamais perdre de vue un dernier point → Se relire !

En effet, pour le moment, le dispositif n’est pas à l’abri d’une bévue avec, notez-le, un léger contre-temps dans le processus de correction, ce qui est souvent fort agaçant.

Bref, on se relit non une seule mais plusieurs fois en changeant même de typo, de police de caractères, histoire que vos yeux ne glissent pas sur un “me” interprété par un “ne” !

Au boulot !

À suivre…


Cités dans ce billet :


  1. Je réfléchis aussi à réduire le nombre de rubriques tout comme le nombre de fils twitter, etc. 

  2. C’est aussi le souhait (…sauf exception…!) de me soustraire à cette compétition implicite avec les sites généralistes. Seul, autant prendre ce dont je dispose à foison, du temps ! 

  3. cf. urbanbike | Décrypter mon écriture en OCR | Appel à projet…! 

  4. cf. urbanbike | Du Markdown sans peine sur votre Mac 

  5. Certains sites évoquent une adaptation d’iOS pour permettre à d’autres iPad d’employer ce Pencil. Je l’espère car mon iPad Air 2, désormais dans les mains de ma fille, mérite également cet épatant stylet. 

  6. …que je fais partie des rares blogs à y revenir (…en gros, que ce n’est pas à la mode… comme markdown naguère si vous vous en souvenez !). Et alors…?! Je m’en fous, c’est un blog personnel que vous lisez, sans publicité ni mendicité (…j’emprunte cette expression à François Bon). 

  7. trieur, trieuse [tʀijœʀ, tʀijøz] nom | ÉTYM. vers 1550 ◊ de trier (…) Objet de bureau comportant des cases, des compartiments pour trier et répartir du matériel, des documents. ➙ classeur. Trieur vertical, horizontal. Trieur à soufflets. Le Petit Robert 2016 

  8. cf. urbanbike | MyScript Stack et Stylus pour écrire à la main sous iOS 

  9. héhé, dans le Robert itou : ÉTYM. 1986, au Québec ◊ de l’anglais américain to boost « augmenter, stimuler » Le Petit Robert 2016 

  10. ÉTYM. 1894 ◊ de pratique. Caractère de ce qui est pratique. La praticité d’un emballage. ➙ commodité. Le Petit Robert 2016 

  11. Juste un blême pour Nebo : souligner deux fois un titre lui confère la qualité de titre 1, une fois de titre 2… Ah bon…?! Ensuite pas d’italique, pas d’export avec un balisage de base Markdown. Et si on laissait les utilisateurs choisir les options même si limitées… 

le 04/09/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?