Urbanbike

Recherche | mode avancée

Usages | Nebo en mode nuit

Accessibilité et inversion des couleurs

dans dans mon bocal | écrire | groummphh | usages | vieillir | voir
par Jean-Christophe Courte

Je me filerais des baffes car j’avais déjà évoqué cette solution en octobre 2013, cf. Fatigue visuelle et réglages d’accessibilité.

Je peste depuis la sortie de Nebo sur l’absence de mode Nuit comme le proposent iA Writer, Drafts 4, Editorial, etc. Même si c’est rustique, ça fonctionne assez bien…

reduc-450

Il suffit de se rendre dans Réglages - Accessibilité - Raccourci Accessibilité et choisir Inverser les couleurs

Puis appuyez trois fois consécutives sur le bouton de l’iPad… Et hop…

reduc-450

Et trois fois pour revenir au mode standard…

Du coup, le crayon Noir devient blanc mais flingue un peu les yeux, testez le gris qui suit …comme dans la partie inférieur de la copie d’écran…

Groumphhhhh… C’est tout.

le 13/11/2016 à 17:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | Nebo, entre calligraphie et dactylographie

Alterner les deux pour éviter les surprises lors de l'export

dans dans mon bocal | écrire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Mon iPad Pro est désormais mon carnet de notes écrites à la main avec un stylet – le Pencil d’Apple – qui remplace, ni plus, ni moins, un crayon ou un stylo.

Peu à peu, je redécouvre le plaisir d’écrire, de calligraphier. Cela n’a pas été facile mais j’ai fait de louables efforts pour discipliner mon écriture et me conformer à la taille des lignes proposées par Nebo ⚑. Je suis bien conscient que tout le monde n’aura pas cette énergie. Où n’arrivera pas à écrire si petit dans Nebo.

Je rejoins Claude sur ce point, elle qui préfère le couple Stylus ⚑ + Drafts 4 ⚑ pour écrire sur son iPad.

Avec des yeux fatigués, Nebo n’est pas toujours la meilleure solution.

Dans mon cas, j’ai la chance — pour le moment…! — de conserver une bonne acuité visuelle même si mes bésicles réclament une sérieuse révision. Et donc de pouvoir utiliser Nebo sans trop de soucis.

En passant, j’attends de Nebo un mode nuit car, au risque de me répéter, j’écris souvent le soir et être aveuglé par l’écran de ma tablette me pèse. Et c’est ici que Stylus allié à Drafts et son mode “nuit” restent incomparables.

Si Nebo pouvait ajouter une option avec un lignage plus large, cela serait un plus pour les utilisateurs les plus âgés même si j’inclus également dans cette catégorie ceux qui ont une écriture très large. Ce qui est mon cas.

Une autre option serait de proposer une lecture vocale de la phrase en cours. En effet, Nebo reconnait notre écriture et nous propose une transcription au dessus de notre saisie. Imaginons que nous puissions non seulement la lire (pas toujours facile avec des yeux fatigués) mais l’entendre via nos écouteurs !

Conversion en caractères d’imprimerie en cours de route

On l’oublie mais il est toujours possible de convertir chaque paragraphe en un bloc texte et, bien entendu, d’intervenir dans ce texte dactylographié avec de nouvelles corrections manuscrites.

reduc-450

De plus, deux tailles de texte sont disponibles, ce que l’on a également tendance à oublier…!

reduc-450

Et on recommence…

reduc-450

Pour convertir le tout sous la forme de caractères d’imprimerie. Les mouvements verticaux au Pencil vers le bas ou le haut permettent de mettre des bouts de phrase à la ligne où, au contraire, de joindre des mots.

Entre temps, amendez votre texte à votre guise… à la main…!

reduc-450

Et, à chaque étape, une double tape dans le paragraphe manuscrit (ou mixte, texte + corrections manuscrites) le convertit à nouveau en texte.

reduc-450

Bref, une saisie dans Nebo peut être une succession de textes calligraphiés et de textes reconnus en caractères d’imprimerie.

reduc-450

Cette solution nous évite la surprise de la conversion à la volée en fin de saisie. Et de rechercher, du coup, les mauvaises interprétations effectuées par Nebo de notre écriture…!

Note de fin : utilisez des couleurs différentes pour afficher vos changements. Lors de l’export, ces différences de teinte seront gommées.

En résumé

Cette possibilité de choisir le moment de convertir les éléments manuscrits en caractères d’imprimerie ne m’empêche pas de corriger à la main des portions de texte.

Mais cette méthode possède un autre avantage, celle de figer la reconnaissance des mots, expressions composant le paragraphe sans noter de modifications après coup.

Second avantage, comme la conversion se fait au rythme du scribe, il est nettement plus facile de corriger des accents mal orientés comme de réécrire.

J’ai mis du temps à comprendre ! Du coup, il y a une victime collatérale avec l’adoption de cette procédure : le clavier Stylus dans mon propre process.

Par le jeu des gestes pour mettre à la ligne ou réduire les espaces, l’action de double tape sur l’écran pour convertir un bloc manuscrit, toute cette partie d’écriture se déroule désormais sans surprise contrairement à ce que je faisais jusqu’à présent. Ce que j’exporte au final vers Drafts est une saisie quasi parfaite.

Okay, pas de markdown, pas de balisage, pas de récupération des infos de mise en gras lors de l’export vers Drafts. Dommage !

le 12/11/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | À quoi carburent mes écrans | 9

Traitements de texte et compagnie

dans dans mon bocal | écrire | usages
par Jean-Christophe Courte

Ce qui suit est une bête info. Aussi peu intéressante que ma marque préférée de café (…du Moka Ethiopie de toute manière), de chocolat (Vivani Cappuccino) ou de confiture (Vicensini Figues-Noix ou U Saveurs Coing)… Notez, en y réfléchissant, que je devrais peut-être1… Heu, non.

Mes écrans sont au nombre de trois… Deux sous iOS récent et un seul sous une version précédente de macOS. Cela a une certaine importance car quelques options sur les nouvelles versions ne sont plus accessibles, le développement étant orienté Sierra…

Écrire sur Mac…

Bref, je suis encore (et pour longtemps, sauf changement soudain de fortune…!) sous Yosemite…

Au quotidien, pour reprendre billets et notes issus de mes outils sous iOS, les amender, mes textes s’ouvrent dans… Byword ! J’emploie bien FoldingText, MultiMarkdown Composer, iA Writer ou encore Ulysses, mais c’est très souvent Byword qui me convient au quotidien même si j’essaye régulièrement de bosser sous un autre de ces excellents outils…

Aujourd’hui c’était iA Writer.

reduc-450

J’emploie en complément PopClip ⚑, TextExpander et ProLexis (ce dernier quand j’y pense car imparable pour mes répétitions…). Et Marked2 pour la transformation de mes textes balises en Markdown ou MultiMarkdown en RTF, DOCX, PDF, etc.

Écrire sur iPhone et iPad…

Deux cas de figure !!

Au départ, il y a toujours la rédaction d’une note, de quelques phrases…

  • Si je suis en mobilité (à pieds, en RER ou un court moment sur une place de stationnement…), je dégaine instantanément Drafts 4 pour la rédiger (jeudi, c’était en cours de chemin pour évoquer ProCamera avec lequel je venais de reprendre contact). Et sous iPhone 7 plus, CQFD.

  • Si je suis devant une table chez moi (ou confortablement installé) et le iPad pro : soit le couple Drafts 4 + Stylus ; soit Nebo. Dans les deux cas, je ne saisis plus au clavier, j’écris avec un Pencil d’Apple et mon écriture est reconnue par Stylus ou Nebo.

Comme me le faisait remarquer Claude, seul Stylus nous permet de calligraphier large (gros, quoi…!) et c’est l’un des rares reproches que je fais à Nebo, ne pas laisser à nos écritures le soin de déborder un peu…!

Une fois cette note finalisée (…qui peut faire quelques allers et retours entre iPhone 7 plus et iPad pro via la sychro de Drafts 4), elle est expédiée vers DropBox avec un script de nettoyage, lui même emprunté à d’autres contributeurs mais agencé selon mes besoins (et amélioré depuis)…

Ensuite je fais appel à Editorial pour ajouter des liens aisément même si j’en puise fréquemment dans ceux enregistrés dans Copied ⚑.

Une fois d’équerre, les fichiers sont ouverts pour ultime relecture sur Mac et dans Byword. Ou dans iA Writer qui gère, comme MultiMarkdown Composer, l’affichage du texte balisé en Markdown et un rendu en parralèle dans le style souhaité…

Mais ce que j’évoquais jusqu’à présent, ce sont les billets de blog, billets d’humeur.

Pour mes écrits au long cours, sans discussion, Ulysses. Mais de plus en plus souvent précédé par iThoughts pour penser une carte heuristique (un sommaire détaillé) correcte… que je ne suis pas toujours.

Enfin, très important à mes yeux et pour mon absence chronique de mémoire, mes pérégrinations de voyage sont consignées dans Day One 2. Quasiment 4000 entrées avec géolocalisation, date, heure et même situation météo. Sans oublier près de 2500 photos associées… Comme ça marche très bien, j’en parle peu !

Mes outils sous iOS

Trié alphabétiquement…

  • Bear ⚑ qui s’avère assez impressionnant avec un système d’abonnement pour partager ses écrits entre iOS et macOS et qui supporte des images…
  • Byword ⚑
  • Day One 2 ⚑ pour mes notes de voyage et ce que l’on peut nommer un journal de bord…
  • Drafts 4 ⚑ pour toutes les notes de départ qui peuvent finir dans toutes les apps mentionnées…! Dont Day One…!
  • Editorial ⚑ que j’emploie autant pour finaliser sous Day One que pour suivre et mettre ma liste de courses à jour…
  • iA Writer ⚑ qui s’améliore de version en version et qui me sert pour relire dans un nouveau cadre…
  • iThoughts ⚑ pour poursuivre mes cartes heuristiques
  • Nebo ⚑ pour la prise de notes manuscrites avant de les expédier ensuite vers Drafts 4
  • Ulysses ⚑ pour mes futurs prix…!

Et sous OSX

En résumé, trois flux d’écriture

  • mes notes quotidiennes avec Day One
  • mes futurs Goncourt(e)s (sic…!) avec Ulysses et, en amont, iThoughts
  • ces billets saisis à chaud sous Drafts 4, travaillės à nouveau sous Editorial et (mal !) relus sous Byword ou iA Writer.

Au fond de ma trousse…

Il y a d’autres outils que j’aimais bien mais qui, peu à peu, prennent la poussière…

Bon, il y a des produits qui ne sont plus maintenus. Ou que j’ai cessé d’employer (ou si peu). Dommage car certains étaient épatants mais plus mis à jour. Mais c’est également ma pomme qui cesse d’investir dans des produits que je teste simplement.

À part, Slugline ⚑, Highland ⚑ et même Storyist ⚑ (…dans cet ordre) sous macOS pour l’écriture de scénarios (je n’ai pas dit mon dernier mot…!!).

Voilà ! J’ai du en oublier mais bon, leur usage s’effritait (doublement, bien entendu…!) sans port (…ni but)…!

Nul, j’assume !


  1. On fait selon son absence de budget… 

le 11/11/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | MaxCurve 2.3 sur mon iPhone

Du DNG au JPG en 5 secondes

dans grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Comme expliqué naguère, j’emploie ProCamera + HDR ⚑ pour pondre mes fichiers DNG. Après coup, il me faut les post-traiter… Généralement pour un billet…

Pour aller vite (et en sachant que la colorimétrie de mon vieux MacBook laisse à désirer sans écran additionnel…), je mets la luminosité du iPhone 7 plus à fond puis je traite en batch mes images sous MaxCurve ⚑

reduc-450

  • À gauche | Je pioche dans la liste des images affichées celle que je souhaite traiter…
  • À droite | je file sur la dernière option de la barre additionnelle de MaxCurve, celle qui affiche les sets de traitement que j’ai conservé…

reduc-450

  • À gauche | Je teste l’un de ceux qui me semble adapté… Puis je valide en haut à droite…
  • À droite | Il me reste à enregistrer l’image dans l’album, puis à appuyer sur la flèche en haut à gauche pour revenir à l’écran précédent…

…et appuyer sur l’icône petite maison (Home) pour revenir… à la liste des clichés…!

Mais avec un gros plus, la position des visuels dans cette visionneuse propre à MaxCurve n’a pas bougé : pas besoin de balayer à nouveau tout l’album pour sélectionner une autre photo de la série que je souhaite utiliser…

Pratique… et rapide. Mais avec les défauts de mes réglages, CQFD.

le 09/11/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Usages | ProCam 4 et iPhone 7 plus en balade…

Réglages sur le champ et RAW

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | photographie | usages
par Jean-Christophe Courte

Si j’emploie régulièrement appareil photo, l’app d’Apple, ainsi que nombre d’autres apps de prise de vue (de Provoke à ProCamera…), avec l’arrivée du format RAW et de l’iPhone 7 plus, c’est nettement ProCam 4 ⚑ qui s’est naturellement imposé en voyage.

L’un des points de confort que j’apprécie est le suivant… je ne visualise que les fichiers au format RAW pris avec ProCam en utilisant la visionneuse de ProCam même si je visualise (en haut de la première copie d’écran…) également les JPG (et RAW) pris avec d’autres apps…

reduc-450

Pourtant, il y a bien deux fichiers pour chaque prise de vue comme le montre l’app Transfert d’images vers macOS.

reduc-450

Sauf que le JPG est masqué tant aux yeux (sic…) de ProCam que de MaxCurve ⚑ ou de Snapseed ⚑, ce qui me fait gagner du temps… c’est toujours le RAW qui est visible…

reduc-450

L’interface est assez présente mais elle offre la possibilité de choisir sur quel point je vais agir, généralement la vitesse… Le changement d’objectif se fait en haut aisément…

reduc-450

Et il est assez facile de repérer ensuite dans les infos lequel a été employé…

reduc-450

De localiser sa prise de vue… Ou de passer d’une image enregistrée à une autre…

reduc-450

Sans oublier de post-traiter dans ProCam (ou dans MaxCurve, j’y reviendrais…)

Un grand tour dans les réglages (les fameuses préférences…) est indispensable…

reduc-450

Le panneau est assez long mais il est facile de se se repérer…

reduc-450

Et accessoirement changer de langue même si le français est parfaitement supporté…

reduc-450

Si cette app est universelle (et donc remplace ProCam XL 2…), ne pas oublier sur iPhone de tester ces deux options…!

reduc-450

Attention, ProCam 4 ne supporte pas le format RAW sur l’iPad, pro ou non…!

Bref, même si conserve un faible pour ProCamera et bien d’autres, à l’usage, au quotidien, c’est ProCam qui fait l’affaire… Et ce malgré de petits temps d’attente lors du déclenchement. Pour limiter cet effet de bord, j’ai fini par virer la stabilisation proposée par l’app vu que le iPhone 7 Plus en dispose par nature…

Conseil : vérifiez vos réglages à chaque mise à jour, les miens ont été remis à zéro avec la version 8.7.1 mais cela peut également être du à la beta de iOS installée quasi simultanément…

le 05/11/2016 à 14:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Mind-Mapping : iThoughts et iThoughtsX 4 supportent le balisage Markdown

Avec un nouveau format d'enregistrement des fichiers

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages
par Jean-Christophe Courte

Depuis quelques années, j’ai fait le choix de l’application de Craig Scott, iThoughtsX sur MacOS et iThoughts sur iPhone et iPad… Ces applications sont capables de partager des cartes heuristiques (Mind-Mapping).

Même s’il était possible de retrouver son gras et italique converti en Markdown, c’est désormais de fait sous iOS avec la version 4 de iThoughts (qui devrait être rejoint très vite par la version macOS… Fait en finissant ce billet…!).

reduc-450

D’autant plus nécessaire que l’avertissement est clair…. Pas de souci pour ouvrir les anciens fichiers…

reduc-450

Et les baliser en Markdown.

reduc-450

Sur iPad, c’est plus simple (même si une barre additionnelle spécifique ou l’inclusion des icônes de part et d’autre des cases prédictives aurait été plus confortable).

En même temps, je me doute que Craig Scott a du peser le pour et le contre. Et qu’il n’hésitera pas à modifier encore si besoin est…

Bref, une très chouette mise à jour pour tous les inconditionnels du balisage Markdown, des cartes heuristiques pour structurer et, du coup un partage d’écran via SplitView avec Drafts 4 dans mon cas…!

Aussi, chers lecteurs, cette mise à jour me redonne la pêche nécéssaire pour m’atteler à quelques projets par trop négligés ces derniers mois…

…si silence radio pendant une paire de jours, pas d’inquiétudes, c’est que j’écris, entre autres…!

le 26/10/2016 à 13:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le sept plus voit double… | 3

Quatre semaines après…

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Comme j’ai du l’écrire il y a peu, pas de choc en terme d’usage entre le 6s+ et ce 7+. Je me suis fort bien adapté à cette taille d’écran depuis une bonne année ; ma fille est passée du 4s au 6s sans problème non plus. Bref je/nous nous sentons pas concerné par les remarques “trop grand, trop ceci, trop cela”.

Au quotidien, ce smartphone oscille entre ma poche de jean et celle de ma veste, avec chargement sur ma table de travail ou dans la prise allume-cigare de notre antique véhicule. La poussière et les traces de mes doigts envahit peu à peu sa surface immaculée…! Là, j’ai fait un effort avent de prendre des images du iPhone 7 plus avec… le iPhone 6s+…!

reduc-450

Histoire d’éviter les chutes, je l’ai pourvu, comme le précédent, d’une protection signée Apple en cuir gris. Excellente résistance, tenue en main agréable et ça se patine avec le temps !

reduc-450

Vu mon côté maladroit, c’est indispensable…

Bien entendu, les “plus” sont le format RAW, la double optique et de la célérité de l’ensemble. Une meilleure réception également des divers réseaux en voyage1. J’apprécie ces versions + pour leur bonne autonomie qui nous permettent de ne plus être à la recherche perpétuelle (!!) d’une prise d’alimentation au cours d’une journée. Néanmoins, loin d’atteindre celle du vieux Nokia de ma moitié.

  • Et quid de la prise Jack ? Enfin, plus exactement, de son absence ?

J’écoute peu/pas de musique quand je me balade, préférant écouter les oiseaux, le vent, le ressac. Par contre, la possibilité de tester des écouteurs sans ces fils qui s’entrecroisent m’intéresse !

reduc-450

Globalement, cela répond bien à mes usages2 qui vont de la prise de vue à Twitter en passant par l’écriture (Drafts, Ulysses, DayOne et Editorial) et Tomtom Go dès que je vadrouille.

Cet iPhone nous sert de référence/juge de paix dès que nous discutons au sein de la tribu avec l’arrivée dernière du Robert Historique et des autres dictionnaires embarqués. Non mais…!

J’apprécie les quelques Widgets pratiques. Et même le rappel discret de mon activité3 physique…

reduc-450

J’apprécie les appuis sur les icônes pour accéder aux options des applications…

reduc-450

À leurs sous-ensembles… Voire à l’indispensable lampe torche modulable (à croire que je vis comme une taupe depuis deux ans…)

reduc-450

Un truc qui m’agace après ces éloges ? Oui, l’impossibilité d’utiliser le Pencil même si je peux toujours employer mon fidèle Bamboo Wacom.

Bref, depuis que j’utilise cette taille d’iPhone, j’ai bien moins besoin de me trimballer avec un iPad pour écrire. Mieux, je muscle mes pouces !


  1. …après l’idée de l’usage, testé en voyage dont à Bourges… 

  2. J’essaye de me limiter à deux écrans et je vire pratiquement toutes les applications ce que je n’utilise pas pendant un mois… L’avantage des 128 Go est de pouvoir embarquer plus (trop…!) de choses… Oui, les applications précédées d’un point orange sont des beta… 

  3. J’ai conservé Moves qui me permet de mémoriser mes trajets… Je suis à la recherche d’une application pour exporter ses données ailleurs que vers Evernote. C’est une fonction qui manque à DayOne, la récupération de mes cartes quotidiennes… Paul, Dallas, si vous me lisez… 

le 26/10/2016 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?