Urbanbike

Recherche | mode avancée

Photo : retour à Camera+ 2 sous iOS

Version iPhone et iPad

dans ailleurs | dans mon bocal | grospod | nazbrokology | photographie | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai abondamment utilisé pendant 72 heures Pixelmator Photo, application qui ne tourne que sous sous iPad, est-il besoin de le préciser.

Puis je l’ai froidement poubellisée1.

Je ne remets pas en cause cette application, elle ne correspond pas à mes besoins de photographe amateur2 (…ceci explique certainement cela) aux usages limités. C’est aussi simple que cela.

En fait, je deviens de plus en plus paresseux en vieillissant (et je pense même que cela n’est pas un défaut, de plus…!).
Je veux simplement employer des apps qui vont à l’essentiel :

  • pour écrire, Drafts: Capture ‣‣ Act3 me permet de noter ;
  • pour capturer une scène, Camera+ 2 me propose d’opter pour le mode de prise de vue qui me convient.
    Point barre.

reduc-450

  • La nouvelle interface sortie il y a quelques jours propose les mêmes infos qu’avant mais de manière plus directe, brutale. J’en suis satisfait…

Le premier utilise du markdown, le second du RAW. Oui, je sais, le parallèle est osé mais j’y trouve bien un rapport.

Drafts me permet ensuite d’exporter vers qui je le souhaite, web ou traitement de textes ; Camera+ 2 m’offre deux manières de modifier mon cliché : soit en mode “j’ai un fichier RAW” et je le post-traite comme un pro (!!) ; soit en mode “clarté pro” qui, avec l’option redresser, suffit généralement à 99 % de mes clichés d’ambiance (je ne suis pas exigeant). Puis, de les poster accessoirement dans Instagram, sur le web pour partager avec les amis ou dans une galerie en ligne.

reduc-450

  • Petit plus sur l’iPad, les infos sont directement lisibles dont la localisation et les traitements déjà utilisés… D’où l’absence de l’option infos.

reduc-450

  • Mais on retrouve, bien entendu, les mêmes outils de correction… Dont clarté pro.

reduc-450

Ce qui est intéressant dans cette app photo, c’est que ces deux modes sont accessibles aisément, seul le mode RAW nécessite impérativement de (re)passer par la Lightbox, la visionneuse dédiée, qui donne accès à toutes les options. Mais, si vous en avez rien à faire, autant rester sur les outils de base (pour ma part, je suis fan des options du Labo).

reduc-450

  • À noter, un widget revu comme le reste de l’interface…

Au début, totalement imprégné du livre de Volker4, je passais du temps dans les réglages RAW avant de découvrir les deux curseurs de clareté pro.

Depuis, je trouve que cela convient pas mal aux images capturées pour mon usage.

Néanmoins, comme j’utilise mon iPhone comme un simple support de stockage comme le je fais avec les cartes mémoire de nos reflex, je vide son contenu vers la vieille version 5 de Lightroom. Et je récupère alors un JPG et un DNG pour chaque cliché.

reduc-450

Je reviens à mon parallèle tiré par mes derniers cheveux : comme pour mon texte formaté en markdown qui me permet de conserver la possibilité d’exporter au format HTML ou DOCX, mes clichés peuvent être utilisés directement en JPG ou, accessoirement, corrigés plus subtilement via le format DNG.

Bref, je ne vais pas poursuivre (…il fait beau — -1° cette nuit, 15° maintenant — et plus envie de me balader avec ma fille), juste ce bref rappel que cette application est aussi l’une des rares à me permettre de faire de la photo rapprochée, à traiter proprement et rapidement directement mes fichiers sur l’iPhone, synchronise si on le souhaite via Photos nos images entre iPad et iPhone. Et Mac…!

Et génère une image RAW+JPG que je retraiterais si je veux…!

reduc-450

  • Traitement dans l’iPhone ou l’iPad… à la condition de repasser temporairement par la LightBox et ainsi retrouver une série d’outils plus complexes comme les courbes, disposer d’une correction d’objectif et d’options d’export…

Néanmoins, la véritable question est de savoir si l’on a besoin régulièrement de ces outils de post-traitement (…et, en ce cas, autant opter pour tout enregistrer de suite dans la dite LightBox par défaut).

Ou rarement.
Dans ma pratique de dilettante, c’est non…!

C’est tout.


  1. Surtout après l’avoir utilisée en mode intensif sur un iPad Pro grand format de première génération, même connecté avec un chargeur 12W, je perdais 1% de charge toutes les deux minutes… Ensuite la jungle dans les fichiers, le poids excessif des versions de traitement conservées par l’app et qu’il faut virer manuellement m’ont convaincu de revenir à un mode opératoire plus simple, sobre. Compatible avec mes deux neurones… 

  2. Ma réponse dans Twitter n’est pas de la fausse modestie, juste de la lucidité, ce qui ne m’empêche nullement de continuer à collecter des clichés pour mon plaisir. 

  3. Même problématique : de l’efficacité sinon rien ! 

  4. Ahhhhhhh ! Dix ans déjà ! urbanbike | Développer ses fichiers RAW | 3° édition 2009. Et pas de nouvelles de Volker depuis au moins 5 ans… 

le 12/04/2019 à 17:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pixelmator iPad versus …autre chose…

La simplicité sans IA, c’est pas mal non plus…

dans grospod | photographie | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai testé mardi matin Pixelmator Photo, une App qui ne tourne que sous iPad, un bref essai sans déplaisir, l’application fonctionne bien avec des outils de correction aisés à employer.

Mais, au bout d’une demi-journée, une certaine lassitude m’a fait abandonner cette app, abandon qui n’est pas le fait de cette dernière mais bien de ma …pomme.

Je comprends mes amis Arnaud et Nicolas qui en ont parlé dans leurs supports respectifs. Sauf que je me rends compte de plus en plus du gap entre leurs usages et le mien…! Avec des écrans qui ont largement vécu, une pratique d’amateur, mes besoins sont à 10000 lieues des leurs.

Ces derniers mois, mes seuls objectifs sont ceux du iPhone 7+, même le Canon M reste dans un coin de notre location, totalement délaissé. En cause, son encombrement, certes minimum…

Mais ce n’est pas que cela en fait, plus un état d’esprit… le terme lassitude utilisé plus haut traduit bien mon sentiment avec ce soupçon de à quoi bon ! qui vrille toute tentative. Serais-je dans une phase de dépression…?

Ensuite, cet outil de traitement d’images me fait perdre du temps (…transférer les photos vers l’iPad via Fichiers, post-traiter dans cette app qui peut vite virer à l’usine à gaz1, créer des tas de copies des cliché, etc.) pour un gain chromatique — certes plus exact techniquement — mais aux rendus superbes assez stéréotypés.

Avertissement : vous ne ferez pas un mauvais choix, c’est bien moi qui suit devenu vieux. Pour des copies d’écran, voir les vrais sites qui cause Apple

Car quitte à faire du post-traitement, ce n’est pas le rendu parfait du réel qui m’intéresse mais bien distiller dans mes clichés une sorte de ressenti visuel, une alchimie chromatique qui rende compte de mon état d’esprit du jour. Les résultats peuvent être calamiteux, peu importe, ils sont le reflet de mon état.

Alors ?

Alors je suis revenu à du post-traitement direct sur iPhone et basta. Je réalise mes clichés avec Halide - RAW Manual Camera et traite le tout (sauf si je fais un peu de photo rapprochée directement dans l’app qui suit…) dans Camera+ 2. Cela a le mérite de réaliser des clichés convenables pour mes proches et ceux qui me suivent à distance.

Bref, ai-je besoin d’un outil de compétition pour traiter mes clichés ?! Non.

Archivage

Du coup, je conserve une vieille version 5 de Lightroom, cette application à license perpétuelle désormais …obsolète. Et, toutes les semaines, je vide le contenu de mon iPhone via mon antique MacBook Pro 17” vers des disques firewire 800. La même pratique avec mes boîtiers reflex (qui sont quelque part (??) dans un carton en train de discuter avec mes optiques).

J’attends de les retrouver. Ou pas. Si eux aussi disparaissent, cela ne me troublera pas plus que ça.

Du coup, quelques clichés…

Et 100 % (mais réduits en taille pour cette publication) pour iPhone… Et retraités (hihi…!) mardi pour voir…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Plus quelques clichés dans Salamanca l’après-midi pour voir…

reduc-450

reduc-450

reduc-450

reduc-450

Voilà.


  1. C’est injuste car l’ergonomie pour le traitement est bien fichue, c’est essentiellement la gestion des fichiers qui me décourage ! 

le 10/04/2019 à 11:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pour une barre additionnelle minimum dans Drafts iOS

Deux séries étendues et une petite dédiée à l’écriture…

dans dans mon bocal | écrire | grospod | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Aie ! J’avais préparé un texte plus long sur Drafts (différences iOS et macOS) et ce qui suit devait venir après… Sauf que j’ai changé d’avis ce matin…

La force des actions et scripts dans Drafts, c’est leur nombre, leur qualité et leur diversité (il y a même des barres additionnelles prêtes à l’emploi) que l’on trouve dans le Drafts Action Directory.

Hors, il est utile de s’interroger sur nos réels besoins. Cette phrase est toujours facile à énoncer après quelques mois/semestres/années de pratique…!

Au lieu de transformer mes actuelles deux grosses barres additionnelles (promis, j’y reviendrais), de les scinder, je les ai conservées telles et j’ai préféré en créer une nouvelle mini en ne prenant que l’essentiel de mes besoins de saisie.

reduc-450

Ça se traduit en gros par :

  • Une action combinée de création d’une nouvelle note… mais en choisissant le workspace où ranger ma note (…et donc, de facto, de lui attribuer de suite le ou les tags idoines… voir plus loin !) tout en, simultanément, horodatant cette nouvelle entrée. C’est l’action la plus complexe (sic !) de cette mini barre additionnelle !
  • Une gestion de niveaux
  • La sélection du mot qui suit, sélection qui peut s’étendre au mot(s) suivant(s) à chaque nouvel appui et me permet tant de styler (gras, italique) que de supprimer ce texte !
  • Une action d’annulation de la dernière opération
  • Un appel de note
  • Gras
  • Italique

Et c’est tout…!!

reduc-450

  • Oui, en choisissant un Workspace, on peut attribuer, via une action, le ou les tags du dit Workspace…

Tiens, pas de gestion d’url en markdown ? De fait, j’utilise énormément Copied et prépare souvent ce lien Markdown par son biais, lien que je glisse tant dans mon texte que dans une note de bas d’écran (…exceptionnellement, il n’y en a pas dans ce billet…!).

…pas facile de se restreindre !

La tentation est toujours d’ajouter une fonction en plus au lieux de se contenter de restreindre au minimum : j’ai ainsi envisagé …un long moment… une sélection de mot vers la gauche, un process de partage et une action d’impression avec preview markdown… avant de les dégager !!

Pour l’export, le partage en markdown et nombre d’autres actions, il me suffit de revenir vers les deux barres additionnelles habituelles.

reduc-450

Car la première icône me permet de circuler entre barres additionnelles mais aussi d’accéder à la recherche et à une fonction géniale qui est le déplacement de paragraphe dans la note…

Bref, j’adore Drafts: Capture ‣‣ Act sous iOS mais, ça, vous l’aviez deviné depuis le temps !

reduc-450

Rappel utile : pour le choix du Markdown ou de MultiMarkdown, de la couleur du thème et coloration syntaxique, de la numérotation des paragraphes, c’est à voir en bas de l’écran…!

À suivre…

le 05/04/2019 à 11:53 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Pause : ce couple d’heures qui nous manque souvent

Autrement dit, le temps de réfléchir à sa propre organisation

dans dans mon bocal | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’aurais du titrer Réorganiser nos procédures. Je préfère mille fois le mot Pause1…!

Faire une pause est trop souvent considéré comme négatif et contraire au travail, à la productivité.
Or ce moment de pause est souvent celui où l’on réfléchit le mieux sur son activité passée, sur ce qui vient d’être réalisé. Voire, envisager comment mieux s’y prendre la prochaine fois, pour être à la fois plus efficace tout en se ménageant (…le dos, les articulations, etc.).
Paradoxe : l’activité professionnelle est étrangement le principal ennemi de cette pause alors qu’elle en est souvent la principale bénéficiaire !

Ces dernières années ont été chargées et expliquent en grande partie mon inertie, comprendre trouver le temps de me mettre en pause ! C’était surtout pause toujours au lieu de m’arrêter2 !

Depuis que je suis à Salamanca, j’ai à nouveau du temps.
Au départ, je me suis concentré sur notre quotidien, l’intendance3. Mais au bout de quasiment deux mois, il est temps de passer à autre chose. Dont rallumer plus fréquemment mon antique Mac ainsi que celui de Aurélia, MacBook Air (…merci Renaud…!) qu’elle délaisse pour ses écrans sous iOS.

Je ne vais pas m’opposer à sa décision, elle est d’une efficacité incroyable sous iPad avec les vieilles versions de Ulysses et de Drafts 4 - Legacy Version. Difficile de la faire changer d’avis…

Du coup, c’est stimulant de revenir sans a priori sur mon MacBook Pro 17” ou sur son Air, ça permet de repartir à zéro…

Le temps de virer des fichiers, des applications inutilisées depuis des lustres mais aussi, d’en réinstaller : souvent acquises naguère mais peu ou pas utilisées.

Réorganisation de l’espace de travail

Pour cela, il ne faut pas avoir peur de se remettre en question, analyser à l’aune de son expérience ses outils et habitudes, voire virer ce qui gène sans discussion !

J’ai revisité de manière triviale mes besoins : les trucs indispensables et pas ceux qui, certes, font chouette dans une copie d’écran et impressionnant le lecteur. Mais côté efficacité, ça se discute…

(Re)testing de quelques applications

Avertissement : bossant avant tout sous iOS, c’est ici en remettant les doigts sous macOS…!

PopClip

Pas réellement une redécouverte, cet utilitaire augmente le nombre d’options dès que vous réalisez une sélection de texte, que ce soit dans Safari pour récupérer, en markdown, un extrait d’une page web ; afficher la localisation dans Plans d’une ville sélectionnée ; expédier une sélection de texte dans Messages ou Day One ; opérer une traduction mais également propose quelques fonctions pratiques comme le passage en capitales, etc.

reduc-450

Bref, PopClip mérite plus qu’un coup d’œil…!

Tout ceci, je le fais avec Drafts: Capture ‣‣ Act sous iOS et ce n’est pas désagréable de retrouver des actions équivalentes sous macOS …en attendant le 26 mars…!

Split Screen

Sur iOS, j’emploie SplitView qui permet juste de diviser l’écran du iPad en deux parties réglables en dimension. Mais sous macOS, cet utilitaire permet de strictement diviser en deux l’écran, une partie gauche, une partie droite et cela permet de ranger les application ouvertes via un simple raccourci clavier. Avoir *iA Writer et *Marked 2 côte à côte pour afficher le balisage et son rendu, c’est magique.

reduc-450

Très chouette utilitaire que Split Screen mais pensez bien vos combinaisons de touches.

Better Rename 9

Je suis fan de Name Mangler 3 mais j’ai quand même remis les mains dans Better Rename 9 qui est à la fois plus complexe à appréhender mais, parfois, plus riche (notamment avec les tags EXIF) pour certaines opérations de renommage de fichiers.

reduc-450

TextExpander 5

Et puis j’ai installé sur le MacBook” de ma fille TextExpander (Legacy) qui me permet de jouer sur la date et l’heure, opérations impossibles avec les équivalents clavier proposés pas Apple.

reduc-450

Du coup, toutes ces copies d’écran ont été effectuées sur la machine de ma fille… dont je prends peu à peu le contrôle.

Pour finir : j’ai bien essayé d’installer ma version de Adobe lightroom 5 d’ailleurs mais j’ai fini par renoncer devant les erreurs à répétition. Du coup, je cherche une alternative solide tant cet épisode m’a agacé.

reduc-450

À suivre ou pas !


  1. cf. Dictionnaire de l’Académie française | 8e édition | pause et Dictionnaire de l’Académie française | 9e édition | pause 

  2. Ça me fait rire, c’est le principal…! 

  3. Quand on débarque pour quelques mois, il est essentiel de repérer où se fournir en fruits et légumes, où acheter du pain, trouer une station service qui permette aussi de regonfler ses pneus, les zones de stationnement non payantes, la laverie automatique, etc. 

le 20/03/2019 à 14:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Apple Pencil + iPad mini : une bonne base pour écrire à la main

…et si MyScript en profitait pour sortir une version 2 de Stylus

dans dans mon bocal | écrire | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

L’arrivée d’un iPad mini plus véloce m’intéresse. À tel point que je suis allé voir hier soir sur l’Apple Store à combien Apple me reprenait mon iPad Pro grand format première génération.

Bon, là, je suis revenu sur terre.
De plus, ce nouveau mini ne supporte pas la nouvelle version du Pencil, pas question de le coller sur le cadre du iPad pour le recharger. J’oublie cette velléité et conserve mon large iPad Pro et mon stylet Apple de première génération…!

Revenons au iPad mini.
Je suis certain que les développeurs de MyScript Nebo vont adapter leur application …si elle ne l’est déjà1.
Or, avec cette app de prise de notes manuscrites (…transformées en caractères d’imprimerie mais vous le saviez…!) avec le Pencil première génération Apple peut vous faire redécouvrir le plaisir de l’écriture, tant mieux !

Néanmoins, je reste également convaincu — oui, je suis obstiné — que ce serait le moment idéal de lancer une version 2 de feu leur fabuleux clavier Stylus, histoire de laisser les utilisateurs de ces iPads prendre conscience de la puissance de ces écrans et, notamment, être surpris par la vitesse de conversion de leur écriture manuscrite dans n’importe quelle application de traitement de texte, de Drafts: Capture ‣‣ Act à iA Writer en passant par Ulysses.

#JeDisÇaJeNeDisRien 


  1. Rappel : ça fonctionne déjà en mode SplitView sur mon grand iPad, de facto une limitation me surprendrait ! 

le 20/03/2019 à 10:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Comment j’écris sur iPad en ce début 2019

…ou, plus exactement, avec quels outils…

dans écrire | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Avertissent : Je suis tombé sur un billet fort intéressant (…et inspirant ce qui suit…) d’un gars qui expliquait comment il est passé en quelques années, d’une saisie exclusivement sur Mac à une saisie sous iPad.

C’est à lire ici : My iPad Writing Setup in 2019: Using a Stand, Keyboard, and Ulysses.

Du coup, j’en remets une couche…
J’ai déjà du vous gonfler ici même (si, si…!) avec mes propres articles sur ce sujet.
D’ailleurs, vous pouvez passer si ce sujet vous donne des boutons !

Pas que iOS pour l’heure

Pour ma part, je n’ai pas abandonné totalement le Mac vu que je finalise généralement mes textes sur ce dernier, notamment sous ia Writer ou Ulysses avant de copier coller dans Urbanbike.

Pourquoi ? Le fait de changer d’écran me permet une relecture nettement plus correcte.

Je reviens juste sur le fait que je n’emploie pas de clavier externe avec le iPad comme écran contrairement à l’auteur de l’article. Mes notes et premiers jets sont fréquemment effectués sur iPhone puis synchronisés sur le iPad via le Cloud.

Mais une fois sur iPad, je n’emploie quasiment plus que le Pencil d’Apple (malgré le bruit du contact de la pointe sur l’écran) et cet iPad Pro qui, en vieillissant, a une forte inclinaison à se décharger très (trop !) vite.

Bref, que cela soit sous Drafts ou ia Writer, voire sous Ulysses, j’écris à la main.

Comme mille fois dit, j’ai encore la chance de disposer de l’application Stylus qui substitue au clavier à touches tactiles une confortable surface d’écriture avec une ligne de conduite.

Aussi, au lieu de passer par une autre application du même éditeur, je peux écrire à la main …allongé dans mon lit.

Écrivez à la main… et sur l’application de texte de votre choix

N’ayant pas à regarder des touches, à me souvenir de leur position, je peux noircir, des heures durant, cette surface éternellement rafraîchie et laisser ma main droite dessiner mes mots, phrases qui sont immédiatement transformés en caractères d’imprimerie…

Mon poignet droit a retrouvé de la souplesse, mon écriture manuscrite est presque redevenue lisible et j’ai pris pas mal d’habitudes dont celle d’espaces les groupes de lettres qui forment des mots.

De plus, je peux baliser de suite en markdown si besoin. Car, à la différence de Nebo, je reste dans un traitement de texte.

Cela me permet d’ajouter des notes de bas de page sans difficulté grâce aux actions de Drafts, ce qui est un luxe.

Bref, tant que ce clavier signé par MyScript reste actif, je suis heureux. Mon unique crainte est que l’application ne soit plus supportée un des ces quatre matins. Or, malgré toutes les qualités de Nebo, cela n’a plus rien à voir. La seule vraie bonne surprise serait bien évidemment la sortie d’une nouvelle version de Stylus qui me permet d’écrire comme tout clavier alternatif sur toutes les applications de mon choix. Et d’écrire gros, ce que le marketing de MyScript, qui semble encore un peu jeune, ne comprend pas dès lors que c’est une demande exprimée par des têtes chenues1 !

reduc-450

Alors oui, avec le temps, le iPad est passé du statut d’écran de consultation à un véritable outil de production. Et c’est également cela la véritable révolution !

Mais nous avons besoin de claviers alternatifs pour retrouver l’envie d’écrire à la main ! Pour ma part, j’attends le retour de Stylus !


  1. Des clients pourtant mais sans l’indispensable attaché-case et le costard, symboles forts de l’entreprise et de la véritable productivité…! 

le 14/03/2019 à 17:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Retour aux blogs et aux fils RSS ?

Pour le moment, je conserve Twitter comme unique réseau…

dans groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

…Et si… l’on cessait de se faire fourguer de l’information de toutes parts ? L’une des raisons qui me conduit à ne conserver1 que Twitter reste la possibilité de choisir qui je veux lire, qui je masque (…comptes, mots clés et tweets sponsorisés), qui je bloque.
L’autre raison est la taille des brèves limitée à 280 caractères, nombre qui me semble, à l’usage, idéal …sachant que l’on peut accessoirement publier une série de tweets2 à la suite. Cet outil est perfectible3 mais sur la bonne voie.

Je me réjouis d’apprendre qu’une nouvelle version de Reeder arrive prochainement, cela fait des années4 que je l’utilise sans passer par des dispositifs qui concentrent, concatènent mes sources (…et donc peuvent me profiler en toute impunité) pour me permettre (promesse…!) de les consulter sur tous mes écrans.

Sauf que mon unique écran de consultation reste l’iPad. C’est sur ce dernier que je lis tous les fils RSS ou Atom des sites qui m’intéressent. Pour cela, je récupère un à un les fils des sites qui m’intéressent et que j’intégre dans …Reeder.

Pour info, celui de Urbanbike se trouve ici, pour mémoire ! C’est en bas de cette page comme quelques autres options…

Bref, ceci pour souligner que la splendide (sic…!) panne des serveurs de Zuck m’a poussé à continuer sur ma lancée.

Après FB5 définitivement fermé, c’est au tour de mon compte Instagram de se mettre en sommeil.

Si j’ai envie de publier un cliché, je peux toujours le faire via mon p(h)otager, ce que je fais depuis des années, sans commentaires6.

L’intérêt de reprendre le contrôle de nos lectures  ? Limiter les effets de meute, nous focaliser sur des sujets en jouant sur nos émotions, soigner notre infobésité chronique qui consiste à essayer de ne rien laisser passer.

À nous de (re)faire notre marché en terme d’informations, à (re)prendre le fil de nos propres réflexions, thématiques…

Nous laisser à nouveau le temps de mâchonner, ruminer des sujets qui nous concernent immédiatement, quotidiennement…! Et non ceux que l’on souhaite nous mettre en bouche…!

On n’en est pas moins informés — ou plus crétins — pour autant d’apprendre avec retard (…voir de ne pas l’apprendre…!) que telle personnalité vient de disparaître ; qu’untel s’est permis d’insulter machin ; que bidule a — à nouveau — confondu, additionné, soustrait… carottes et poireaux ; que dukon s’est encore fendu d’une saillie immonde …reprise aussitôt par les médias (…ce dont il est ravi, vu que c’était son objectif) ; etc.

Bref, on vit peut-être mieux avec moins d’informations immédiates (numériques ou autres), cela permet de contempler sereinement ce qui nous entoure, rester attentif à notre quotidien, (re)devenir un #EthnologueChezSoi, lire le ciel, le paysage, la mer, divaguer, chantonner…!

Impératif : également limiter la consultation de Twitter à quelques moments dans la journée7, mettre en veille les notifications8 de son iPhone, ne plus répondre instantanément au moindre Courriel, se concentrer sur ses proches au lieu d’être à l’écoute des injonctions de la bienpensence !

Au final, du temps retrouvé (…truisme !) pour discuter de vive voix ou pas9 avec son entourage ; déambuler dans les villes, la campagne ; écouter le bruissement du monde qui nous entoure ; sortir sans but pour son seul plaisir !

Dingue10 !


  1. Après avoir testé des tas de solutions (Mastodon compris), c’est celle qui me semble la moins abomifreuse à ce jour… 

  2. Pour ma part, depuis Drafts — cinquième du nom — sous iOS avec la fabuleuse action Storm… Relire urbanbike | Tweet Storm, une action de Drafts 5 pro pour les aficionados de Twitter 

  3. Corriger un tweet pour y ôter une faute de saisie, remplacer un mot par un autre par exemple. 

  4. Depuis 2011… urbanbike | Reeder for iPad 

  5. urbanbike | Scoop | Il est possible de vivre sans Facebook, si, si… 

  6. Ce dernier dispose également d’un fil RSS mais vous risquez de charger des cargaisons d’images en basse résolution… 

  7. Matin, midi et soir par exemple ! 

  8. Hormis mes proches sur Messages, tout le reste est partiellement éteint… 

  9. Ou partager un grand moment de silence, si, si… 

  10. Et ça ne coûte rien…! 

le 14/03/2019 à 11:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?