Urbanbike

Recherche | mode avancée

Changement de cap, oui…

Éviter l’écueil de la lassitude

dans écrire | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Brève réponse aux lecteurs surpris par le changement de bord des derniers jours… Pourtant, si vous me suiviez depuis 2003, vous ne devriez pas l’être !
Cet énième changement de cap m’évite un encalminage dans la crique de la routine

Je partage ici humeurs, expériences, lectures : bref un joyeux capharnaüm de sujets divers.
Néanmoins cette succession de brèves n’est pas nouvelle : j’en publiais sur Twitter (@urbanbike) mais j’ai décidé de les consigner dans ce bric-à-brac1 au lieu de les disperser…

« Oui, mais quand même… »

Je vais être rude2, direct…
Je me fous des avis et conseils depuis deux décennies, c’est mon unique constante3

Personne ne vous oblige à lire ce blog4 qui ne contient ni abonnement, demande de soutien ; ni publicité, mailing list, enquête de satisfaction (!!) ; n’a aucune périodicité, ligne éditoriale, commentaires, cookies (lire ce billet de la CNIL)…
Bref, des choix que j’assume5.

urbanbike reste essentiellement mon terrain d’écriture6. Il évolue avec le risque de vous bousculer, de déplaire : tant pis pour moi…

Bonne journée !

reduc-450

Je possède l’art subtil de me faire des amis…!


  1. Et sans la limite des 256 caractères de Twitter… 

  2. En plagiant AudiardLecteur, mon petit… Je voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier. L’homme de la Pampa parfois rude reste toujours courtois mais la vérité m’oblige à te le dire : tes remarques commencent à me les briser menu ! 

  3. Celui du saltimb(r)anque qui n’a rien à prouver, surtout au terme de mon existence…! 

  4. Comme je l’ai écrit naguère, je n’ai aucune idée du nombre de lecteurs (…même s’il me serait facile de lancer cPanel pour le découvrir), j’écris en premier lieu pour ma pomme, ce site étant une base de données dont je suis le premier utilisateur. 

  5. Lire : À propos d’urbanbike… 

  6. Laisser ce blog en ligne, mais masqué, reste une option… 

le 12/10/2021 à 12:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Sevrage Twitter impromptu

Halte à MA dispersion…

dans vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’adore Twitter qui reste le réseau qui m’a offert le plus de découvertes dans des tas de chouettes domaines que j’effleurais…

Je ne sais si ce sont les orages1 apportés par les épisodes Cévenols en cours, un échange qui m’a renvoyé à ma qualité de “ok Boomer”, des scuds acides dénués d’humour… J’opte pour une fatigue certaine et un besoin impérieux de débrancher.

J’ai même effacé des tweets ce soir bien que dans le cadre d’un chouette échange sur les problèmes de facture énergétique et résister au froid, trouvant mes dernières interventions trop… mec qui la ramène avec son expérience2. Si je commence à me censurer, c’est signe de malaise…

J’ai ma part de responsabilité, ayant une aptitude certaine à saouler plein de monde. Ceci explique pourquoi je participe peu à des événements en « présentiel » car la réciproque est vraie : je m’emmerde assez vite…

Aussi ce dimanche soir, sans me concerter avec moi-même (!), j’ai décidé d’arrêter quelques temps de la ramener avec mes tweets et mes commentaires à la con…! Voire plus — si affinités — avec cette tentative de décrocher des réseaux…

#VacancesPourTous

Pas de contrariété, de bouderie, de blessure d’amour propre, de propos non digéré. Juste un soudain ras le bol qui accède à la surface comme une bulle.

reduc-450

Cela ne va pas m’empêcher d’écrire et de relayer des trucs qui pourraient, à leur tour, vous passionner.

Je vais donc poursuivre sur ce support désuet, dépassé que l’on nomme blog, cet espace ouvert en septembre 2003.

Continuer… pour moi, pour mon équilibre psychique (!) et les quelques lecteurs et copains.

J’ai immédiatement mis de coté les applications Twitter, Vero, Mastodon …en caressant l’idée qu’ils rejoindront, qui sait, Linkedin, Facebook ou Instagram.

Pas certain que je réussisse cela dit !

Alors… Vacances pour tous !


  1. je peux vous assurer que ça ruisselle fort sur Aix où étudie ma fille… 

  2. deux liens vers ici, urbanbike | Vivre avec des températures réduites…? | 3 et urbanbike | Vivre avec des températures réduites…? | 2 

le 03/10/2021 à 23:45 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Gros ménage d’apps maintenant !?

La rentrée… meilleur moment pour trier, CQFD

dans groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

J’ai assurément écrit naguère un billet sur la même problématique, je récidive !

Ce tri d’applications est indispensable : nous avons tous l’habitude de tester de nouveaux produits mais nettement moins le réflexe de les supprimer !

Or il sera toujours temps de les réinstaller la cas-échéant, l’AppStore conservant notre achat, leur nom et le fait que nous les avons déjà acquis une première fois.

Apprendre à supprimer !

le problème (sic !) est que nous avons du mal à trancher, à supprimer une app même si la satisfaction que nous éprouvons à son égard est nul !

Pourtant, c’est une excellente règle (…que je n’applique pas fermement). On met de coté en attendant une prochaine mise à jour, comme si cette dernière allait résoudre tous les problèmes d’ergonomie, ajouter la fonction clef, nettoyer les bugs les plus critiques.

Non…!

Comme je l’ai écrit, je ne suis pas un bon exemple : je trouve mille prétextes pour ne pas désinstaller telle ou telle application qui ne me donne pas satisfaction. Alors, tous les ans, je prends le taureau par les cornes et je fais le ménage…

Erreur !

En accompagnant ma fille dans la ville où elle effectue sa sixième année de fac, j’ai démarré par le contenu de mon iPhone.

J’ai fini par virer une cargaison d’apps de photo, etc.

La règle devrait être simple pourtant : tout produit non employé pendant quelques mois devrait être viré. Je me suis fixé un semestre (je suis faible).

Alors, certes, il y a des apps saisonnières comme celles pour régler les parcmètres en Espagne ou en France (sur @belleileland, pendant cette période de pandémie, ce fut strictement inutile) qui génèrent, de facto, quelques exceptions.

Mais nous sommes toujours trop tendres !

Parfois, c’est l’argument du prix : on a acquis cher un produit et l’on voudrait qu’il nous donne (enfin !) satisfaction… alors que ce ne sera jamais le cas !

Ne garder les outils utiles

Poubelliser, oublier ses promesses marketing sont la meilleure réponse : on s’est planté (ou fait avoir), acceptons ce fait et passons à autre chose…!

Enfin, cet exercice permet de réduire le volume de stockage sur l’iPhone même si Apple nous propose de désinstaller en partie une application tout en conservant ses datas.

Si le principe est intéressant, il ne résout rien ! Les applications inutiles restent présentes, réduites à leur plus simple expression en mode fantomatique !

Je préfère supprimer que de conserver une série d’icônes inutiles, douloureux rappel visuel de mes choix foirés passés !

J’ai ainsi viré définitivement Editorial, désinstalle Bear, supprimé Byword. D’autres applications sont limites mais j’y reviendrais après les avoir virées.

C’est tout…!

reduc-450

Ce qui se déroule sur les réseaux sociaux me donne également matière à réfléchir. Peut-être retrouver du temps pour lire…

le 14/09/2021 à 15:20 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Vingt ans et deux jours

Un certain 11 septembre à Paris…

dans mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Comme je l’ai écrit cinq ans après succinctement, quelques flashs de cette journée restent gravés dans ma mémoire.

Oui, il faisait particulièrement beau sur Paris, je bossais tranquillement sur des projets de couverture.

J’étais remonté depuis 12:30 de chez Juliette et Pierre, notre cantine familiale sise rue du Mont-Thabor… vu que je m’y rendais tôt pour le premier service.

Vers 15:00, bref coup de fil de Joël, éditeur chez Eyrolles avec qui je bossais régulièrement, m’enjoignant à me connecter sur le fil d’informations via internet.

Je m’exécute instantanément et là, bingo, j’assiste médusé au second impact. Puis me passe les vidéos en boucle.

Je contacte Bruno à NY (…je ne me souviens plus si c’était par mail ou par téléphone) qui me dit qu’il a vu le premier impact puis le second depuis les fenêtres de son agence d’architecture.

Il met un terme à notre échange car, en tant qu’ancien Marine, il file en direction des tours pour aider.

Après ?

Un sentiment de sidération qui me fait évaluer dans les jours suivants des tas d’options dont celles proposées par les complotistes (…notamment celles à propos de l’effondrement rapide des deux tours).

Il est clair que cela a été un choc.

Je vous engage à écouter l’épatante série de podcasts de « Gregory Philipps ».

NB : Joël vit désormais aux USA et Bruno navigue entre NY et Floride.

reduc-450

Quant à moi, j’accompagne ma fille (qui était à la maternelle ce jour là)…

le 13/09/2021 à 10:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

16 ans et tous ses pixels

Faire des photos avec du vieux matériel…

dans groummphh | nazbrokology | photo | vieillir
par Jean-Christophe Courte

En me baladant sur des sites dédiés à la photo numérique, je prends à nouveau (…et un peu plus) conscience que je suis/nous sommes définitivement largué(s). La course aux MP, la stabilisation axiale des boîtiers, leurs coûts rendent inaccessibles ces épatantes boites à pixels…

J’en viens à ma question — En 2021, peut-on encore faire des clichés avec du matériel déclassé ?! — question que je me posais en début d’année…!

Depuis quelques semaines, la question ne se pose plus ! Mon fidèle Canon 5D a une zone de son capteur bien secouée (…et cela est entièrement de mon fait), le Canon M0 s’avère assez épuisant à employer en macro-photo avec un Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM.

Nous1 utilisons un 1D Mark II — 8 ans, 8 millions de pixels et toujours actif… — offert en 2013 par mon ami Renaud2, boite à qui va tranquillement sur ses 16 ans.

Sur les deux batteries fournies, une seule charge et cela nous permet de réaliser quelques clichés honorables, la douceur du capteur étant impressionnante.

De fait, l’essentiel sur un tel boîtier ne réside pas que dans ce capteur (quoi que !) mais repose également sur l’optique vissée sur la boite à pixels.

reduc-450

Alors, dans cette situation de pénurie (toute relative), reconsidérer positivement la situation permet de se souvenir que l’essentiel réside dans le cadrage, le choix des scènes, les premiers mais aussi arrières plans…

Et dans le plaisir à affuter nos yeux dans ce chouette environnement naturel dans lequel nous nous baladons quotidiennement.

reduc-450

Alors, oui, les photos sont faiblement définies (que 8 MP) même si CaptureOne Pro fait des miracles ; oui, il y a quelques pétouilles dues à un nettoyage imparfait (sic !) du capteur (et la vue de plus en plus basse du rédacteur de ces lignes)…

Mais l’on retient que, même officiellement obsolète, ce boîtier commercialisé entre 2004 et 2005, proche de 10 000 prises de vue, offre un confort exceptionnel lors des prises de vues avec ses deux déclencheurs. Et s’avère d’une solidité à toute épreuve quelque soit le temps…

reduc-450

Mieux, prend encore et toujours quelques chouettes clichés…!

À suivre…


  1. Aurélia, mademoiselle de la douceur dans les pixels, et moi… 

  2. À qui nous pensons à chaque fois que nous le sortons sur #BelleÎleLand… 

le 19/08/2021 à 22:22 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Le “beau temps”, une notion à réviser ?

Météo, changement climatique, migrations…

dans architecture | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Test à la portée de toutes les oreilles : allumer la radio le matin, attendre l’annonce du bulletin météo1 : généralement, les pluies sont perçues comme des calamités2 alors que l’arrivée du soleil et de températures élevées sont unanimement saluées…!

Avec la situation étrange sur le plan météo que nous subissons depuis quelques mois (…et particulièrement depuis une semaine3), n’est-ce pas la période idéale4 pour réviser nos préjugés météorologiques ?

J’ajoute ce point de vue/citation du Süddeutsche Zeitung — lu en français dans l’épatant Courrier International — dont je partage totalement les conclusions à propos de l’architecture et de la manière de l’envisager :

On paie donc aujourd’hui le fait d’avoir oublié, depuis des décennies, l’art si simple de créer des espaces ombragés. Avant-toits en porte-à-faux, maisons en rangs serrés, murs épais, végétation pour faire de l’ombre, eau, panneaux pour couvrir la façade, dispositifs pour capter le vent et le rediriger afin de rafraîchir une pièce. Il n’y a rien de nouveau là-dedans. Les pays chauds font depuis longtemps preuve de beaucoup d’inventivité lorsqu’il s’agit de se protéger de la boule de feu là-haut.

Avec le réchauffement climatique qui s’accélère, je suis convaincu que nos critères vont changer (quoi que…!) et que l’on soit prochainement à la recherche d’un peu de fraîcheur, voire carrément de… mauvais temps, façon de parler.

Car certains événements extrêmes, conséquences du bétonnage des zones humides (l’artificialisation des sols), nous rappellent l’imprudence5 de certaines décisions. Je ne vous mets pas de photos récentes, vous les avez en tête…

Chaleur ou averses…? Les deux…

Depuis trois décennies, nous passions l’été en Bretagne6, amusés par nos amis qui nous vendaient le beau temps du Sud (là se trouve l’université de ma fille) en opposition aux averses bretonnes, synonyme de ciel plombé !

C’est le point sur lequel je souhaite apporter un iota de contraction…!
L’emploi même du terme beau temps m’intrigue.

J’aime les journées ensoleillées… à condition de pouvoir récupérer la nuit dans une atmosphère rafraîchie naturellement (sans clim).

Sur l’île où nous vivons maintenant, les tempêtes — de plus en plus fréquentes — entravent les liaisons maritimes l’hiver. S’il ne fait pas chaud l’été7, l’hiver reste doux. Certes, quelques flocons en décembre 2020 et même une jolie couche de neige dont nous avons profitée8 au début de février 2021.

Un oeil sur l’historique de la météo régionale nous donne à réfléchir…

Yoyo météo…

En mai 2019, nous étions à Tolède (en Espagne) et la température tutoyait tranquillement les 36°, ce qui rendait notre balade dans ce dédale urbain épuisante avec l’humidité dégagée par le Tage.

En 2019 donc, il faisait chaud en Espagne mais c’était supportable. Pourtant, il n’avait pas neigé à Salamanca comme l’hiver précédent, notre périple en Andalousie lors de la semaine sainte s’est déroulé sous des températures humainement supportables.

En regardant les cartes météo espagnoles de l’année en cours (2021), apparition de sacrés pics de chaleur, 46,5°9, peut-être dépassés depuis…

Ailleurs sur la planète, des pluies torrentielles10, des tornades, des averses de grêlons mais aussi des incendies gigantesques et cela n’a rien de réjouissant…

Il est temps d’ouvrir les yeux et d’accepter de reconnaître que ce léger dérèglement (sic !) n’est pas un épiphénomène, que ce chaos semble bien lié aux activités humaines… même si certains experts cathodiques prétendent le contraire en minorant les rapports du GIEC…

Rappel, nous sommes tous reliés par notre ADN…

Dernière conséquence, le ras-le-bol des populations qui n’auront plus d’autre choix que de se rappeler bruyamment au bon souvenir de leurs dirigeants…

À terme, les matraques ou les balles ne les arrêteront plus : une population désespérée n’a plus rien à perdre vu qu’elle a déjà tout perdu.

C’est ce que ne comprennent pas ceux qui ont peur des migrations, oubliant au passage que leurs propres parents (…à quelques générations) ont été eux-mêmes des… migrants.

Je vous incite fortement à parcourir le livre11 de Évelyne Heyer (Avec la collaboration de Xavier Müller), L’Odyssée des gènes (paru chez chez Flammarion), ouvrage qui devrait — si vous le lisez complètement (!) — rendre certains jugements à l’emporte-pièce nettement plus nuancés. Par exemple…

Il serait faux néanmoins de croire que tous les habitants d’Europe avaient la même apparence. La transition vers une peau claire s’est effectuée de façon asynchrone sur tout le continent. Une des deux mutations qui donnent une couleur de peau claire est estimée être apparue il y a environ 29 000 ans, potentiellement à l’est de l’Europe ou au Moyen-Orient, c’est-à-dire bien longtemps avant l’Homme de Cheddar et sa peau sombre ; de nouvelles recherches seront nécessaires pour mieux situer la zone géographique concernée.

Revenons au climat : indubitablement, nous allons voir de plus en plus de migrants climatiques.
D’ailleurs, accepteriez-vous de vivre dans des régions transformées en four ?! Non !

reduc-450

  • Encore une plage inaccessible …sauf encordé ou en bateau…

Alors se barrer sur Mars ou échapper au quotidien en filant dans une fusée12, comme dire…?!

À suivre (Billet démarré le 6 juillet, je note que je suis de plus en plus lent à rédiger… l’âge assurément !)…

Merci à Mickaël J. pour sa relecture attentive… Bref, le message est clair : “relis-toi” !!


  1. Même si je trouve que Marie-Pierre Planchon sur France-Inter nous propose des bulletins équilibrés…!! 

  2. Elles peuvent le devenir quand elles tombent en masse sur un sol asséché, les évènements dramatiques en Allemagne, Belgique et Luxembourg de juillet 2021 en sont une démonstration : Des inondations meurtrières frappent l’ouest de l’Allemagne 

  3. Japon, Allemagne, Belgique, Autriche, Luxembourg, Chine, Russie, USA, Brésil… En résumé, toute la planète… 

  4. L’Espagne enregistre des pics de chaleur ou L’Espagne aux prises avec une vague de chaleur étouffante - Sciences et Avenir 

  5. Oublier les recommandations des anciens tant en montagne qu’en bord de mer pour satisfaire la demande, réalisation de structures routières qui empêchent à certaines zones de culture de jouer un rôle tampon. 

  6. Nous avons même pris la parti d’y migrer dès 2018, l’île est notre port d’attache… 

  7. l’eau de l’océan est à l’avenant… 

  8. Se balader entre Port Coter et la crique du Pilor en empruntant non les sentiers côtiers mais les chemins vicinaux reste un formidable souvenir ! Et il est rare de relever - 3° ici. 

  9. Fin de semana con temperaturas extremas que pueden alcanzar los 44° | España | EL PAÍS et… “La máxima de julio está en 46º y la absoluta, en 46,5º, apenas cuatro décimas por debajo del récord de España, que lo ostenta Córdoba con 46,9º.”, je cite cet article : Viaje al epicentro de las temperaturas extremas, el valle del Guadalquivir: “No hay dolor, somos de Andújar” | España | EL PAÍS…! 

  10. Comme ici, en chine ou en Europe, excellent résumé ici : le Télégramme | Le bilan humain des inondations parmi les plus lourds des dernières décennies 

  11. Plus rapide, écouter le podcast de l’émission de Étienne Klein avec Évelyne Heyer “Quand l’ADN se lit comme un livre d’histoire” sur @radiofrance 

  12. Le fantastique est-il vain…? 

le 18/07/2021 à 14:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Bien dans mes vielles fringues…

Ma philosophie ? User…!

dans dans mon bocal | groummphh | usages | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Mauvais consommateur, j’apprécie pourtant les fringues bien coupées… mais sur les autres…! En pension1, je côtoyais deux frères aux cravates et chemises immaculées en toutes circonstances, des gamins discrets qui détonnaient parmi nous…

Aller dans un magasin même pour acheter deux slips ou un jean est une épreuve… j’y passe le minimum de temps…!

Ma fille utilise quotidiennement des t-shirts qu’elle portait à 14 ans ; mon fiston a récupéré nombre de mes chemises de la fin des années soixante-dix ; ma moitié achète ses pantalons sur les marchés. Pour ma part, j’use mes jeans aux coupes démodées, d’increvables t-shirts et des glazik délavées2

Le seul investissement récent réside dans… nos pompes…! Des Ecco mais depuis une année, des Meindl acquises3 sur mon île (…Benjamin propose une gamme de qualité…).

Bref, l’idée des politiques de relancer impérativement la consommation sous prétexte d’une épargne accumulée pendant la pandémie me semble être une vue à très court terme… Cet épisode nous a tous marqué et poussé certains à revoir leur mode de vie. Sans aller jusqu’à faire son pain, migrer vers une zone rurale bien desservie par internet et retaper — pour le prix d’un studio dans une métropole régionale — une maison paysanne avec vue et/ou jardin pas si impossible…

Évoluer vers des bonheurs concrets…

Investissez dans d’autres domaines comme l’isolation de vos logements ; remplacez les équipements ménagers consommateurs d’énergie ; changez votre mode de consommation en acceptant que tout ne soit pas disponible d’un simple clic sur le site d’un vendeur distant… si pratique (sic !).

Voir… prendre une minute avant de commander : utile, indispensable… réellement…?!

J’avais écrit en juin 2020 : Post-confinement : rester fidèle à nos engagements ?. Nous y sommes même si une quatrième vague est en cours, se faire vacciner une évidence…

Nous vivons très (très) bien avec des produits fatigués mais fonctionnels4
Ensuite, à nous de… créer la mode, pas de se la laisser imposer !

Si les influenceurs sur Instagram5 font partie de votre quotidien, je n’insiste pas…!

reduc-450

  • Terrain de jeu des oiseaux marins…

Zut, toujours pas terminé le billet sur le beau temps démarré il y a une semaine…


  1. Charles de Foucault, Bonnelles… 

  2. Jean et vareuse de fonction… 

  3. Ancres | Chaussures… 

  4. Garder sa vieille voiture ? 

  5. Inutile de me chercher sur ce réseau… pas plus que sur FB ou WA, j’ai coupé (difficilement !) les ponts au risque de ne plus avoir de nouvelles de personnes que j’apprécie… 

le 18/07/2021 à 11:40 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?