Urbanbike

Recherche | mode avancée

Comment perdre des lecteurs…?

Chaque matin, la même question…

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

  • Évoquer la pollution, pas que celle de l’air et ses 7 millions de victimes ? Tout le monde s’en fout…
  • Markdown et la prise de notes, pas mieux…
  • Revisiter une application sous iOS, bof…
  • Revenir sur le travail chez soi, le vélo urbain …(et ses dangers en tant qu’utilisateur), tsssssss…!
  • Souligner l’augmentation des escroqueries envers les personnes vulnérables en Europe et les décisions du 19 février…? Pas consensuel, les manipulateurs dorment sur leurs deux oreilles…
  • …Le sport en chambre interconnecté ? Cela m’a fait rigoler mais pas certain que tout le monde digère mon articulet ironique…

Alors…?

  • Évoquer les treize années de OSX ?
  • Ou la multiplication des capteurs annoncée par les experts dans les prochains iPhone… Et leurs conséquences sur notre vie quotidienne… avec leurs excès amusants (cliquez sur le lien pour voir son illustration)…!

Aux urgences, la solitude du patient qui attend peut être apaisée par une simple connexion à Twitter ou pour correspondre avec sa tribu soudain inquiète. Coup de chance, je capte encore la 3G.

La 4G n’est disponible dans le hall d’attente, c’est ballot !

C’est quoi cette soudaine douleur dans un rein ? Un calcul - poke @nicolasfurno - qui ne passe pas ?!! Une contrariété ? Un pincement, comme dans un vieux tuyau d’arrosage qui bloque le passage du caillou, comme me l’explique l’interne en crobardant sur un coin de la longue feuille de papier qui protège le lit de consultation…?

Qui sait si avec les petits capteurs embarqués dans une iSonde au poignet (…qui donnerait même l’heure… comme c’est incongru…!) je n’aurais pas été averti plus tôt d’une bizarrerie et même évité de me rendre à l’hosto, un Mail de Cupertino m’ayant déjà informé ainsi que mon toubib…?!

Mieux, mon agent funéraire pourrait ainsi anticiper la livraison de mon catafalque et s’enquérir de mes choix musicaux…!

Allez, le futur est en marche. Pas certain qu’on y participe, vous comme moi…

Pour finir (en beauté…!), image empruntée à ce Tweet de @MiguelMorenatti et qui résumé bien mon état d’esprit…

@urbanbike

le 25/03/2014 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Tu sais que tu deviens vieux | 6

Quand tu prends conscience que tu ne galopes plus comme un cabri

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Au départ, c’était un simple circuit en raquettes de trois heures pour découvrir quelques gouilles d’eau gelée. Arrivé à la seconde, bifurcation improvisée (…tiens, et si…) vers un chemin d’un peu moins de deux heures vers le Lac vert.

Du coup, plus de 500 mètres de dénivelé et idem au retour. Six heures de marche continue avec derniers kilomètres sur terrain boueux et instable.

En pataugeant dans cette neige collante, j’avais compris que ce n’était pas exclusivement les raquettes qui étaient en cause, que le bonhomme commençait également à fatiguer.

Il est clair que le manque patent de forme physique (…même si le vélo et le ping-pong avec ma fille m’avaient sauvé du naufrage…!) s’était fait sentir.

Rentré en vrac avec les pieds laminés par le frottement, ampoules comprises.

Depuis, j’ai compris qu’il était plus qu’indispensable d’anticiper, de me préparer. D’autant qu’au retour de cette semaine, je suis arrivé à me bloquer magistralement le dos suite à des échanges musclés de petites balles jaunes. Mais sans échauffement. Erreur !

Bref, m’accepter dans un nouveau mode.

Il a au moins le mérite de faire rire ma gamine. Je l’ai nommé le mode bibelot en hommage à Achille Talon.

Juste trouver des t-shirts adaptés avec une mention visible : à trimballer avec précaution…!

le 20/03/2014 à 08:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Tu sais que tu deviens vieux | 5

Quand tu commences à douter de ton audition

dans dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Inutile d’être dans le déni : en vieillissant, ton audition commence à partir en vrille. Ce n’est pas toi qui le ressent nécessairement mais ton entourage. Une expression mal comprise, un truc marmonné que tu piges de travers et hop, te voilà loti d’une nouvelle infirmité !

— Mais tu deviens sourd !

Tu as beau opposer une argumentation détaillée, rien n’y fait ! Même pour rigoler, cela devient parfois lourd.

Seule solution, passer un audiogramme chez un spécialiste.

J’y suis passé récemment et c’est amusant, indolore. Entre appuyer sur un bouton dès que tu perçois un bruit léger ou répéter à haute voix des termes inusités qui baissent régulièrement d’intensité, peu d’efforts à faire pour obtenir une carte détaillée de mes oreilles.

L’avantage de ce type d’examen est que cela sert également de juge de paix.

Comme tu as passé cette épreuve, que les résultats sont bons pour un individu de ton âge, que le spécialiste ne souhaite te revoir que dans 5 ans au plus tôt, que la personne qui a procédé à l’examen t’a expliquée combien nombre de personnes sont dans le déni à l’opposé de ta propre démarche, que l’idée de t’appareiller est repoussée aux calendes grecques, tu as désormais des arguments béton face aux allégations rigolotes de ton entourage… à qui tu conseilles, à leur tour, de passer le même type d’examen.

Et toc.

Mais il est tout aussi clair que je repasserais cet examen dans quelques années, on perd 1 dB par an à partir de 60 ans si j’ai tout compris.

— Hein ? Parlez plus fort !

le 21/02/2014 à 09:30 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Canon EOS M dans la poche | 2

Les produits grand public sont-ils pros…?!

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | photographie | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Suite de mes aventures avec un Canon EOS M (300 grammes) et son EF-M 18-55mm f/3.5-5.6 IS STM de 210 grammes…

Ce qui m’a conforté, ce sont les quelques courriels reçus depuis mon premier billet…! Nom de Zeus, je ne suis donc pas le seul à être séduit…

Inutile de rappeler que j’étais intéressé par les 105 grammes du 22 mm, optique conseillée par Philippe, un lecteur totalement inexpérimenté (sic !) qui en est arrivé aux mêmes conclusions que moi.

Bon, je me suis décidé samedi dans après-midi (…avec l’autorisation de ma douce) et suis tombé en pleine période de soldes (je glisse sur ce que j’ai vu, pris quelques images pour mémoire, me me souvenais plus de ces séances d’hystérie consumériste)…

Résultat, à peine plus de 400 grammes dans une poche (22 + M), c’est 50 grammes de plus que le G16).

Ces réflexions ne sont pas anodines, j’étais tenté par les 534 grammes du Canon PowerShot G1 X… Mais sans la possibilité d’employer des optiques EF et EF-S si besoin.

Retour sur cette boite à pixels

Je crois profondément que c’est à nous de changer notre regard, nos habitude, ne pas nous installer dans une posture. Ça vaut pour l’emploi des tablettes versus nos ordinateurs, du Markdown versus nos produits bureautiques… Essayer avant de juger.

Cela ne rend pas ce qui précède obsolète mais c’est notre manière de les consommer, de les aborder qu’il est (peut-être) intéressant de modifier.

Prenons ce EOS M qui a été un flop complet pour Canon. Même son remplaçant, sorti depuis quelques mois, n’est disponible qu’au Japon.

Et pourtant.

S’il y a avait encore un énorme écart entre matériel professionnel et produits amateurs naguère, cette distance se réduit d’année en année même si comparer ce M à un Canon EOS-1D X (…1340 grammes tout nu) est hérétique.

Avec ses 14 images secondes et ses 61 collimateurs, ce dernier ne boxe pas dans la même catégorie que ce boîtier rikiki…

Pourtant, 18 MP à gauche comme à droite, 5184 × 3456 versus 5184 × 3456 pixels (…ah, ce M délivre le même nombre de pixels). Et même RAW, (14 bits, Canon RAW original 2e édition)… Tiens, tiens… Okay, on s’arrête là, ce n’est pas le même capteur…!

Bien entendu je suis dans la provocation.

Si je veux pousser mon raisonnement en mode Taquin au bout, l’idée première à mes yeux est de faire des images et, si possible, d’obtenir — dans des conditions standards — de bons résultats.

Je suis épaté par ce EF-M 18-55mm qui n’est pas si ridicule que je le pressentais…! Bien entendu, ce n’est pas lumineux mais l’IS fonctionne bien et, même avec des poses au quart de seconde à main levée, on obtient des images correctes.

Et comme il ne prend pas de place, il ne sera pas difficile de le déposer dans une seconde poche… Cela veut dire pas de sac…!

@urbanbike

À 18 puis 55 mm depuis le même point de vue…

@urbanbike

Ensuite, l’écran du M est tactile

Pour un iPhone User, pincer ou écarter les doigts pour réduire ou agrandir une image est naturel. Idem sur le M. je trouve même cet écran agréable car on peut changer de mode, agir sur le diaphragme, la vitesse ou la sensibilité ISO par de simples tapotements. Mais cela veux dire aussi embarquer avec un soi un chiffon micro-fibres…!

Tactile même pour choisir son point AF et même déclencher… Ce qui est amusant, c’est d’accepter de changer sa pratique. Et là, je sais par avance que peu de personnes sont prêtes à prendre le recul nécessaire d’emblée… Mais, en même temps, elles utilisent un smartphone.

Bref, j’ai testé hier soir le 22 mm…

Et comme pour tout premier essai, je suis arrivé à foirer mes premières images (je suis un habitué…!)…

@urbanbike

Détails de cette photo

@urbanbike

@urbanbike

Bon, et juste avant la drache qui menaçait, un essai végétal avec un ciel sombre…

@urbanbike

Détail

@urbanbike

Okay, ce n’est pas le capteur du Canon EOS-1Ds Mark III (voir cette chronique sur urbanbike). Mais ce soir, j’ai encore mes deux bras et aucune dette… Mieux, mon dos va bien, ma cruralgie n’est pas revenue…!

Souvenez vous que c’est un quasi vieillard qui écrit ces billets…!

Grande série et qualité…?

Un rappel sur les produits de grande série pour finir… Canon propose trois 50 mm… Dont un impressionnant Canon EF 50mm f/1.2L USM de 580 grammes… Pourtant, si je vous parle du Canon EF 50mm f/1.8 II, 130 grammes et son prix dérisoire, c’est essentiellement pour vous dire qu’il est épatant, photographiquement parlant…! L’ami Sylvain me l’a confirmé…

Note de fin : Si, si… je vais freiner.

Pour mémoire :
Divers produits Canon chroniqués…

le 09/02/2014 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Tu sais que tu deviens vieux | 4

Quand tu penses que tes informations confidentielles sont en sécurité…

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Avertissement : bien sûr, ce qui se déroule là-bas ne peut certainement pas arriver ailleurs… Quoi que…!

C’est une info que j’ai reçue de nos amis de bandcochon qui vivent sur cette petite ile splendide nommée La Réunion (…enfin, 2500 km carrés quand même…!) et distante de 9400 kilomètres de Paris…!

Rappel : là-bas aussi c’est la France… Et donc on y trouve les mêmes services, les mêmes administrations chargées d’aider comme de protéger les citoyens… Bref, une parfaite continuité territoriale malgré onze heures d’avion…!

Là où je veux en venir est cette incroyable découverte des limiers de bandcochon :

Ni plus, ni moins que des documents officiels, des dossiers entre autres de l’ANPE des années 2000 - 2008 en train de brûler tranquillement sans surveillance en lisière d’un champ de cannes…!

Je vous laisse découvrir cette étonnante histoire ainsi que les nombreuses photos explicatives (et, heureusement, caviardées par bandcochon).

Bref, les questions en suspens sont tellement énormes que je vous laisse les formuler…!

Déjà trouver des résidus de batteries calcinées dans la nature sauvage de cette île, c’est hallucinant mais là, des fiches personnelles, des dossiers personnels, comment dire…?!

J’ai, pour ma part, fait ces derniers mois et à de nombreuses reprises l’expérience de la déchetterie (ici) et aucun souci pour trier et faire recycler papiers comme produits plus nocifs… Il suffit de faire quelques kilomètres.

Sinon, bravo à bandcochon pour leur initiative épatante qui consiste à alerter sur les dérives écologiques de ce splendide territoire. Lire notre chronique de mai 2012 déjà…!

Note de fin : Comme je cherche un emploi, j’ai — via internet — rentré nombre d’informations sur le site de pôle-emploi dont mes coordonnées bancaires (certes, inutiles dans mon cas, car professionnel libéral, je n’ai pas à être défrayé pour mon chômage…), adresse mail, téléphone, etc. Je leur fais confiance pour garder confidentielles ces données, bien sûr… Mais comme un léger doute depuis la lecture de cette info…!

le 01/02/2014 à 07:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Monsieur, les photos sont interdites…

…Mais le magasin de cartes postales est ouvert

dans ailleurs | dans mon bocal | groummphh | mémoire | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Propos en vrac.

Comme toutes les semaines (sauf quand mon véhicule ou moi sommes grippés…!), je rends visite à mon père dans son EHPAD. Récemment, ayant été à l’expo Kanak au quai Branly, je lui en parle avant de me souvenir que j’avais réalisé quelques photos à l’iPhone.

Il a pris le temps de toutes les regarder et je me suis dit, en le trouvant aussi concentré, qu’il me fallait impérativement récidiver lors de mes prochaines balades avec sa petite fille.

@urbanbike

Si la politique en matière de photographie est fort agréable au Musée des arts premiers (lire ce Tweet de @quaibranly), n’allez pas imaginer que c’est ainsi dans tous les musées de la capitale…!

Que nenni.

Je m’en suis souvenu en visitant l’exposition sur le monde étrusque, les gardiens nous ayant (…fort gentiment car presque gênés…) demandé de nous abstenir de photographier les objets présentés, s’attirant un gros soupir de désespoir de ma fille.

Il est vrai que des photos d’objets créés 900 ans avant JC restent une préoccupation essentielle pour leurs nombreux ayant-droits, prompts à sortir leurs juristes à toute occasion…!

C’est toute l’aberration de ces décisions déconnectées dé la marche du monde… À croire que les mentalités sont restées figées à l’époque des prises de vues en pause longue, sur pied et avec flash. Une sorte de droit sur l’objet possédé alors que les pratiques (relire cette chronique de 2008 sur urbanbike) ont totalement changé.

Avec un simple iPhone, facile de prendre une image à la volée qui ne concurrencera pas la splendide impression des livres vendus au magasin des souvenirs du musée. Cette image, c’est souvent un pan de mémoire, une croquis numérique, un point à partager avec des personnes qui ne peuvent pas se déplacer. Mieux, sur un blog, une incitation faite aux lecteurs à se déplacer, s’ils le peuvent, à se rendre sur place…!

En activant l’option HDR de mon iPhone, je suis souvent surpris par la balance des blancs et donc le rendu fort convenable de l’image. De plus en plus difficile de prétendre que la photo numérique est moins bonne (et donc dénature la perception des œuvres, argument déjà entendu…) que celle effectuée par un professionnel d’autant que ce dernier travaille également avec un boîtier numérique.

Certes, je ne vais pas singer le travail de mon ami Laurent Thion qui, avant de devenir photographe d’architecture, était photograveur professionnel.

De plus, prendre une image à main levée avec un valeur ISO élevée évite de passer du temps devant l’œuvre et rend inutile ces fameux coups de flash dévastateurs. En passant, Le Canon PowerShot G1 X qui j’ai en mains depuis quelques jours pousse tranquillement à 12 800 ISO. Mais sans aller aussi loin, lire ce test de dpreview pour employer du 1 600 ISO…!

Aussi, dans un musée de la république financé avec nos impôts, il est amusant de découvrir que la photo nous est interdite… ce qui n’empêche nullement une foule de touristes d’en faire avec une déconcertante décontraction comme ils le font chez eux…! Or, attention, leurs smartphones sont de dangereux appareils photos, lire ce billet de @craigmod…!

Bref, il va falloir trouver d’autres arguments pour gonfler le chiffre d’affaires des marchands du temple…!

le 12/01/2014 à 09:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?

Tu sais que tu deviens vieux | 3

Quand tu ne reçois plus de vœux professionnels…

dans dans mon bocal | vieillir
par Jean-Christophe Courte

Ce billet est en mode boutade et donc à prendre au second, voire au troisième degré. Certains lecteurs sont passés par là…!

Après la chute vertigineuse du nombre de courriels qui ne s’explique pas exclusivement par l’excellent traitement de ces derniers (sic !!), la quasi absence de coups de fil, l’absence totale de propositions d’embarquement immédiat pour de nouvelles aventures professionnelles, un autre signe ne trompe pas : la panne de courrier…!

Attention, qui dit panne de courrier ne dit pas absence de relances du RSI ou de l’URSSAF qui viennent de m’expédier, l’un comme l’autre, le calendrier de leurs prélèvements pour 2014…! Sauf que…

J’évoque ici ces cartons illustrés d’une image neutre avec un logo d’entreprise en bonne place, quatre chiffres pour l’année qui démarre et un texte manuscrit de circonstance d’une personne pour qui (…dans mon ancienne vie) vous assuriez deadlines et changement(s) de dernière seconde…

Il est vrai que les échanges par voie postale se sont réduits, la carte de voeux électronique a pris un envol certain avec des économies à la clé, tant en temps (re sic !) que de frais d’expédition…!

Bref, n’être plus utile dans un cadre professionnel signe définitivement votre retrait du monde et de leur carnet d’adresse…!

Ouvrons une parenthèse ironique : n’ajoutez pas et de cadeaux…! car mon job d’indépendant n’était pas stratégique. Par contre, pensons à ces amicales sollicitations pour inciter le dédicataire des entreprises donneuses d’ordre à renouveler son entière et inébranlable confiance, en tout bien, tout honneur, au prestataire qui l’a, si spontanément, couvert de chocolats, champagne… Ou gratifié d’une série de fers assortie de balles DuraSpin… Si les premiers peuvent se partager, il est clair que la panoplie de golfeur est à usage unique. Et ne parlons pas d’emballages plus discrets…!

Note de fin : merci à ceusses qui, etc. J’ai jusqu’au 31 pour vous écrire et/ou répondre, non mais…! Sauf que j’ai mis bêtement le nez dans mes bandes dessinées, je relis mes vieux Corto…!

@urbanbike

le 02/01/2014 à 19:00 | .(JavaScript must be enabled to view this email address) à Jean-Christophe Courte | Partager…?